In My Mailbox #84

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Lire ou Mourir. »


ACHAT NEUF

Je n’achète quasiment jamais de livres de cuisine à l’exception de ceux de Marie Chioca dont les recettes sont souvent à IG bas, un principe que j’applique dans mon alimentation suite à un petit problème endocrinologique. Ne prenant pas de goûters, ce livre me servira surtout pour mes neveux et nièces et M., un grand gourmand qui adore tout ce qui est sucré.

La pause sucrée à l’heure du goûter, c’est O-BLI-GA-TOI-RE ! C’est l’heure où le corps a besoin de sucre et l’utilise au mieux. Les enfants ne s’y trompent pas et sont les premiers à réclamer ce moment gourmand. Les adultes ont aussi tout intérêt à l’adopter pour ne pas succomber au fatal grignotage de la fin de journée, mauvais pour la silhouette et la santé. Attention toutefois, ce n’est pas de biscuits industriels trop sucrés et suremballés dont nous avons besoin, mais de goûters sains et équilibrés, élaborés à partir de farines et sucres non raffinés, de fruits frais ou secs, de chocolat noir… Vous trouverez dans cet ouvrage 50 recettes de goûters bio pour tous les jours, faciles et rapides à préparer, idéales à mettre en oeuvre dans une vie quotidienne bien remplie. L’auteure y dévoile en particulier ses secrets pour préparer des gâteaux « express » en tranches, en barres, en tuiles, en triangles, à l’avance ou au dernier moment. A vous les cookies coco-choco, les sablés aux noix, les madeleines à découper, mais aussi la tartinade provençale, le « crunchy » amandes-spéculoos, ou encore les classiques revisités comme les gaufres de Liège au chocolat, les tranches napolitaines ou les petits-beurres fourrés au chocolat… Quelques idées de boissons délicieuses accompagneront le tout, pour faire de cet instant le meilleur moment de la journée, pour les petits comme pour les grands !

Pour vous donner un ordre d’idée de ce que vous pourrez trouver comme type de recettes dans les livres de l’autrice, je vous invite à consulter son excellent site : Saines gourmandises.

ACHATS D’OCCASION

  • Zodiac Legacy tome 1 : ayant le tome 2 dans ma PAL, j’ai sauté sur le tome 1 quand je l’ai trouvé d’occasion.

Quand douze superpouvoirs sont lâchés sur le monde, un jeune américain du nom de Steven se trouve embarqué dans une épique course-poursuite. Il aura à maîtriser d’étranges pouvoirs, semer de dangereux mercenaires, et percer le mystère du Zodiac…

  • The person controller de David Baddel :

Fred and Ellie are twins. But not identical (because that’s impossible for a boy and a girl). They do like all the same things, though. Especially video games. Which they are very good at. They aren’t that good, however, at much else – like, for example, football, or dealing with the school bullies.

Then, they meet the Mystery Man, who sends them a video game controller, which doesn’t look like any other controller they’ve ever seen. And it doesn’t control any of their usual games. When the twins find out what it does control, though, it seems like the answer to all their problems. And the key to all their wildest dreams. At least it seems like that…

  • The Name of The Wind de Patrick Rothfuss dans sa version collector :

The Name of the Wind: 10th Anniversary Deluxe Edition (Kingkiller Chronicle, Band 1)

This deluxe, illustrated edition celebrates the New York Times-bestselling series, The Kingkiller Chronicle—a masterful epic fantasy saga that has inspired readers worldwide.

This anniversary hardcover includes more than 50 pages of extra content!
• Beautiful, iconic cover by artist Sam Weber and designer Paul Buckley
• Gorgeous, never-before-seen illustrations by artist Dan Dos Santos
• Detailed and updated world map by artist Nate Taylor
• Brand-new author’s note
• Appendix detailing calendar system and currencies
• Pronunciation guide of names and places

My name is Kvothe.

I have stolen princesses back from sleeping barrow kings. I burned down the town of Trebon. I have spent the night with Felurian and left with both my sanity and my life. I was expelled from the University at a younger age than most people are allowed in. I tread paths by moonlight that others fear to speak of during day. I have talked to Gods, loved women, and written songs that make the minstrels weep.

You may have heard of me.

So begins a tale unequaled in fantasy literature—the story of a hero told in his own voice. It is a tale of sorrow, a tale of survival, a tale of one man’s search for meaning in his universe, and how that search, and the indomitable will that drove it, gave birth to a legend.

EBOOKS

  • Le vol des âmes de Kim Richardson :

Le Vol des Âmes (Les Chroniques de l’Horizon t. 1) par [Richardson, Kim] Alexa a de gros ennuis. Elle est morte.

Le problème, c’est qu’au lieu de retourner auprès de son créateur, elle débarque dans la Légion des anges gardiens, un groupe secret destiné à protéger les âmes des mortels contre les démons.
La vie d’Alexa prend un tournant aussi palpitant que terrifiant quand, renvoyée dans le monde mortel pour enquêter sur une série de meurtres et de disparitions d’âmes, elle se fait attaquer par un démon. Mais les démons sont-ils vraiment responsables de ces crimes ? Ou s’agit-il de tout autre chose ?

Pour ne rien arranger, une ombre maléfique et immémoriale menace le monde, et avec elle une force plus terrible et destructrice que les mortels n’en ont jamais connu. Alexa trouvera-t-elle un moyen de l’arrêter ou le monde des humains sera-t-il à jamais condamné ?

Roman fantastique redoutablement haletant, rempli d’aventure, d’intrigues et d’amour, le monde foisonnant du Vol des Âmes est parfait pour les fans de The Mortal Instruments.

  • Ashes of the Fall de Nicholas Erik :

Ashes of the Fall (The Remnants Trilogy Book 1) (English Edition) par [Erik, Nicholas]

In the year 2048, the crumbling remnants of western North America are suddenly buried in ash, weakening the grip of the brutal dictatorship. A factional landscape springs from the ashes, con man Luke Stokes artfully navigating the clash.

But he can’t remain above the fray for long, as each faction seeks the truth from Luke regarding his murdered brother’s final project. A neural-interface technology that will forever shift the fragile balance of the ashen plains.

With the true believers, desert nomads, survivalists and existing regime closing in, Luke must delve deeper into his genius brother’s secrets. And the truth about his last project will dramatically alter the remnants of civilization.

Because the fall isn’t always the end – sometimes, it’s only the beginning.

  • Apprentice Quest de Jim Hodgson :

Apprentice Quest (Ozel the Wizard Book 1) (English Edition) par [Hodgson, Jim]

A hopeful orphan. An incredible wizard. One boy must do the impossible to change his life forever…

Ozel wonders if he’ll ever escape his angry, fat caretaker. As the orphan hopes for a better future, a mysterious wizard gives him the gift of an apprenticeship and some unbelievable magic. But when Ozel discovers he’s the lone heir to a massive fortune, he’ll need more than a few spells to claim it.

After learning his portly caretaker plans to steal the money first, Ozel races through a forest of blacksmiths, witches, and even the undead to protect his birthright. If he survives the treacherous Tangul forest, the orphan and his wizard may just have to stop a twisted mage to go from zero to wealthy hero.

Apprentice Quest is a young adult fantasy novel full of action and humor. If you like powerful wizards, twists and turns, and coming-of-age tales, then you’ll love Jim Hodgson’s worthy successor to the magical genre.

SERVICES DE PRESSE

  • Cœur de Menhir : Les nouveaux druides d’Adrien Hortemel : quand l’auteur m’a proposé ce tome 2, j’ai accepté tout de suite ayant bien aimé le tome 1. Et puis Adrien est un auteur qui montre un vrai respect pour les blogueurs, ce qui n’est pas toujours le cas. Je ne peux donc que vous inviter à suivre son travail que vous découvrirez, entre autres, sur son site dédié à sa série Cœur de Menhir.

couverture tome 2 du livre fantasy Cœur de menhir

  • Le rêve de Chat Taigne de Colline Hoarau (Évidence Éditions)

Le rêve de chat Teigne: (Adapté aux lecteurs dyslexiques) par [Hoarau, Colline]

Chat Taigne est le compagnon quotidien de Clémentine. Heureusement qu’il est là lorsque Colin, le marin, s’en va de par les océans. Il a un rêve secret, en voyant chaque jour, les enfants passer devant la fenêtre. Les accompagner vers l’école. Pourra-t-il réaliser son rêve ? Que vont devenir ses maîtres ? Restera-t-il seul ?

Chat Taigne n’a pas fini de nous étonner !

Et vous, quelles sont les nouveautés de votre PAL ?

Publicités

À la rescousse de Nathan et de son papa, Viviane

À la rescousse de Nathan et de son papa - (adapté aux lecteurs dyslexiques) ebook by Viviane

Je remercie Évidence éditions pour m’avoir permis de découvrir À la rescousse de Nathan et de son papa de Viviane, livre publié dans la collection Farfadet.

J’ai lu ce livre dans le cadre du Challenge Lire en thème dont le thème du mois est Lire un livre avec un chat sur la couverture.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Nathan et son papa vivent paisiblement dans une maison à la campagne. Jusqu’au jour où le nouveau propriétaire et sa méchante fille viennent prendre possession des lieux. Alors que Nathan et son papa se préparent à déménager, les amis du petit garçon mettent sur pied un plan pour faire fuir les nouveaux locataires.

  • Date de sortie :  19 septembre 2018
  • NB page en version numérique : 32
  • Prix : 2.99€
  • Version papier : 8€

AVIS

Quand j’ai découvert ce livre et sa jolie couverture, j’ai tout de suite eu envie de le lire d’autant que destiné aux enfants à partir de 5 ans, j’étais certaine de le lire rapidement. Et puis ayant bien apprécié Une plume sur l’épaule, j’étais curieuse de découvrir un autre roman de l’autrice.

Nous faisons ici la connaissance d’un trio de joyeuses souris qui s’est mis en tête de raconter les (més)aventures de Nathan et de son papa dans le cadre d’un concours lancé par une maison d’édition. Un sacré défi pour ces souris qui le relèvent haut la main, je vous rassure.

Petit flash-back donc, avec comme toile de fond, un bouleversement dans la vie de Nathan et de son papa condamnés à quitter leur maison en Normandie au profit du fils de l’ancienne propriétaire, M. Richard. Un coup dur pour ces deux hommes, mais aussi pour toute la maisonnée constituée de trois souris et d’un chat nommé Picasso.

Laissant de côté le supposé antagonisme entre chats et souris, les quatre animaux décident de collaborer et de mettre en place un plan pour chasser les « importuns ». Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont de l’imagination et les relations nécessaires pour concrétiser leurs idées !

C’est donc avec amusement que l’on découvre M. Richard et sa fille se faire « malmener » par les petits êtres de la maison. On ne peut que trouver savoureux les tours que Picasso et ses amis jouent à ces méprisables personnages qui se révèlent particulièrement odieux, impolis et sans-gêne. Mais je vous rassure, cela reste finalement bon enfant et terriblement amusant, du moins, pour les lecteurs.

En plus de la solidarité entre les animaux plaisante à découvrir, j’ai trouvé très touchante la relation entre Nathan et son père. J’ai donc été ravie de voir que les animaux de la maison prenaient les choses en main afin que le père et le fils puissent continuer à vivre heureux dans leur maison. Pas de doute, ici, ce sont bien les animaux les héros !

Petit bonus fort appréciable, surtout pour un livre à destination des enfants, quelques illustrations de Béatrice Manis viennent égayer le livre et le rendre encore plus plaisant à lire. Le trait est simple, mais il dégage une douceur qui devrait séduire aussi bien les enfants que les adultes.

sans-titre

 

A noter que le livre est adapté aux lecteurs dyslexiques ce qui se traduit par une police d’écriture spéciale. Une démarche que j’apprécie toujours beaucoup.

Capture ddddd_écran (32)

En conclusion, si vous avez envie d’une petite histoire mignonne à souhait qui ne manque ni d’humour ni de mordant, À la rescousse de Nathan et de son papa devrait vous plaire. Destiné à un jeune public, ce livre pourra se lire seul ou en famille pour le plus grand plaisir des petits et des grands.

Et vous, avez-vous envie de découvrir À la rescousse de Nathan et de son papa ? Retrouvez le livre sur le site d’Évidence Éditions.

logo-challenge

Throwback Thursday Livresque #90 : Asie

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.


 

Aimant beaucoup la littérature asiatique, il m’a été difficile de faire un choix, mais j’ai décidé de vous parler d’un roman qui m’avait touchée : Le Chat qui venait du ciel.

708-5

Voici un roman touché par la grâce, celle d’un chat » si petit et si frêle qu’on remarquait tout de suite ses oreilles pointues et mobiles à l’extrême « . Quand un jeune couple emménage un jour dans le pavillon d’une ancienne demeure japonaise, il ne sait pas encore que sa vie va s’en trouver transformée. Car cette demeure est entourée d’un immense et splendide jardin, et au cœur de ce jardin, il y a un chat. Sa beauté et son mystère semblent l’incarnation même de l’âme du jardin, gagné peu à peu par l’abandon, foisonnant d’oiseaux et d’insectes. Tout le charme infini de ce livre tient dans la relation que le couple va tisser avec ce chat qui se fond dans la végétation exubérante pour surgir inopinément, grimpe avec une rapidité fulgurante au sommet des pins gigantesques, frappe à la vitre pour se réconcilier après une brouille. Un charme menacé, car ce qui éveille en nous la beauté et appelle le bonheur est toujours en sursis…

Pourquoi ce choix ?

Si vous me suivez régulièrement, vous devez savoir à quel point j’aime mes chats et les chats en général. Cet animal semble avoir aussi la faveur des écrivain(e)s japonais(e) qui arrivent avec une grande poésie à retranscrire toute sa beauté et sa complexité.

Aimant à la fois sa liberté et son foyer, capable d’une grande indépendance comme d’une totale dévotion à l’égard des personnes qui auront su toucher son cœur, le chat possède cette noblesse de cœur et d’esprit que Takashi Hiraide a su subliment retranscrire dans son roman. L’auteur a également réussi à montrer de manière très touchante la place qu’un chat prend dans la vie de ses maîtres et les liens forts qui peuvent unir hommes et animaux.

Le Chat qui venait du ciel est un magnifique roman plein de poésie que je ne peux que conseiller à tous les amoureux des chats. Pour en apprendre un peu plus sur le roman, je vous invite à lire ma chronique.

Si vous aimez les chats et la littérature asiatique,  20 ans avec mon chat devrait également vous toucher.

cat_1394700274_1

Et vous, Le chat qui venait du ciel vous tente ?

Le Baron Miaou, Nico Bally

J’ai lu Le Baron Miaou de Nico Bally dans le cadre du Prix des auteurs inconnus, le roman concourant dans la catégorie Imaginaire. Ayant eu la chance d’avoir gagné ce roman il y a plus d’un an, je l’ai dévoré dans sa version papier.

RÉSUMÉ

Rencontrez le fabuleux alchimiste à tête de chat. Suivez la timide adolescente aux mille masques. Admirez les lueurs du dresseur de feux follets. Sauvez l’enfant tombée dans un coma lunaire. Entre carnavals nocturnes et labyrinthes oubliés, tentez le plus impossible des voyages.

  • Broché: 254 pages
  • Editeur : CreateSpace Independent Publishing Platform (17 janvier 2017)
  • Prix : 10.02€
  • Autre format : ebook (livre disponible en emprunt kindle)

AVIS

Avant de commencer la chronique, je tiens à souligner l’excellent travail d’édition : la couverture de Nicolas Trève est sublime, l’effet soft touch du roman très agréable et le travail de correction de qualité. C’est avec ce genre d’ouvrage que l’on se rend compte du potentiel de l’auto-édition.

Nhadda Cranne est une talentueuse, bien que pas forcément très pragmatique, créatrice de masques, dont la vie va être chamboulée par un personnage plutôt atypique, le Baron Miaou, un alchimiste à la tête de chat, ou un chalchimiste pour les initiés, dont la renommée n’est plus à faire. Détestée par son odieux père et peu reconnue dans son art, la jeune fille n’hésitera pas à le suivre dans ses aventures.

Dans leurs aventures qui les conduiront sur les routes de France et de Navarre ou plutôt de Grenoble et de Venise, voire bien plus loin, mais là, c’est un secret qu’il vous faudra découvrir par vous-mêmes, ils seront accompagnés de Maria. Fille d’un Comte qui la traite plus comme une servante que comme sa précieuse progéniture, cette enfant sera à l’origine de leur voyage. Atteinte d’un mystérieux mal, elle s’enfonce ainsi parfois dans un profond sommeil. Touchés par son cas, Le Baron et Nhadda feront tout leur possible pour trouver une solution à ce problème, ce qui les poussera à essayer de retrouver un dangereux et mystérieux personnage.

Comme vous l’avez certainement compris, Le Baron Miaou, c’est un roman fantastique, mais c’est aussi un roman d’aventure qui fera battre votre cœur au rythme des dangers et des rencontres que notre équipe va faire. Une équipe formée au gré du hasard et qui se distingue par son originalité : nous avons donc un célèbre alchimiste à la tête de chat des plus énigmatiques, une jeune fille qui profite de son savoir-faire pour cacher son visage sous des masques toujours adaptés aux situations qu’elle traverse, une jeune fille malade plus à l’aise avec les animaux qu’avec les gens et qui se révèle d’une naïveté touchante, et un homme maîtrisant les feux follets, Jacques Mains-Froides.

J’ai adoré la galerie de personnages proposée par l’auteur avec un petit coup de cœur pour Maria dans laquelle je me suis parfois retrouvée notamment dans son amour immodéré pour les animaux et pour le thé. Nhadda m’a, quant à elle, touchée par sa manière de se dévoiler aux autres à travers ses créations tout en les érigeant finalement comme un bouclier infranchissable. Un paradoxe que je comprends et qui la rend assez complexe et très attachante. Mais c’est certainement le Baron Miaou qui m’a le plus intriguée puisqu’il constitue une sorte d’énigme. Habitué à jouer un rôle depuis son enfance, il lui faudra du temps pour baisser ses barrières et apprendre à faire confiance et, surtout, à s’attacher aux autres…

Quel plaisir de voir évoluer ces différents personnages hauts en couleur au fil de l’aventure et de voir leurs liens se resserrer devant les épreuves qu’ils traversent ! J’avoue toutefois être beaucoup plus réservée pour un des personnages secondaires, Jacques Mains-Froides, dont le changement d’attitude m’a semblé bien trop rapide. J’imagine que son principal intérêt, en plus d’apporter un élément de surprise, est de montrer que l’avidité peut transformer un homme, mais je n’ai pas pu m’empêcher de trouver son rôle superflu ou, peut-être, pas assez poussé… À l’inverse, Le Crabe, une femme mutilée suite à une tentative un peu folle de faire un voyage très lointain, m’a touchée. Elle intervient peu dans le livre, mais son rôle est assez fort pour provoquer un vrai impact sur les lecteurs.

Au-delà des personnages, difficile de s’ennuyer dans cette aventure, menée d’une main de maître, qui vous fera voyager à bord d’une roulotte-laboratoire, traverser un bien sombre labyrinthe, affronter des loups sauvages, du moins en théorie, faire des rencontres, certaines plus agréables que d’autres, et vous fera même assister à un concours de… thé. Il fallait y penser ! Nico Bally a incontestablement de l’imagination et un véritable talent de la mise en scène au point que certaines scènes m’ont donné l’impression de me retrouver dans un Indiana Jones pour les enfants.

Mais ce que j’ai adoré, c’est qu’il a réussi à nous proposer une histoire avec du rythme tout en lui conférant une dimension onirique qui n’est pas sans rappeler celle que l’on peut trouver dans des séries de BD comme De Capes et de Crocs. L’approche assez visuelle de l’auteur m’a d’ailleurs fait regretter que le roman ne soit pas illustré. Il y a, en effet, matière à nous offrir une aventure très riche visuellement ! Cela n’a rien d’étonnant si l’on considère que les personnages du roman étaient destinés à un projet d’album, un projet qui, je l’espère, sera un jour d’actualité. En attendant, vous pourrez toujours trouver quelques illustrations de Nicolas Trève du Baron Miaou en fin d’ouvrage ou sur Internet.

La plume de Nico Bailly est délicieusement immersive, ce qui devrait séduire autant les adultes qu’un lectorat plus jeune. D’ailleurs, gros point fort pour moi, bien que le roman soit un roman jeunesse, on sent que l’auteur ne s’est pas bridé. Le vocable utilisé est recherché tout en demeurant accessible et les constructions de phrases devraient séduire les amateurs de belles plumes. Autre point à souligner, le double niveau de lecture du roman : les enfants pourront se contenter de suivre avec amusement et intérêt les aventures d’un fantasque homme à la tête de chat et de ses amis, quand les lecteurs plus âgés pourront déceler dans cette histoire, une certaine profondeur. Nous ne sommes pas dans un roman philosophique, mais le roman flirte toutefois avec le roman d’apprentissage et nous pousse naturellement et sans lourdeur à nous interroger sur des sujets variés : les a priori et les apparences, la confiance en soi et l’acceptation de soi, l’avidité et les chemins peu vertueux qu’elle peut nous faire prendre, la famille qui peut être parfois de cœur plus que de sang, le concept de foyer…

À noter que l’auteur a ajouté quelques bonus en fin d’ouvrage apportant quelques éléments d’explications sur son œuvre.

En conclusion, d’une plume fluide, mais accessible, l’auteur nous offre ici une aventure rythmée et immersive qui devrait séduire petits et grands lecteurs, et ceci, dès les premières pages. Je recommanderai donc cet ouvrage à tous ceux qui sont en quête d’un roman mêlant habilement magie, au sens propre comme au sens figuré, amitié, trahison, action, et personnages touchants et originaux. Et puis qui sait, à l’issue de cette épopée, vous aurez peut-être appris, comme nos protagonistes, qu’il est parfois nécessaire de faire tomber le masque pour se (re)trouver ?

Nico Bally 📚

Source : compte Twitter de l’auteur

TwitterSite de l’auteur

N’hésitez pas à lire les avis des autres membres du jury sur le site du Prix des auteurs inconnus.

Prix des auteurs o

 

 

Throwback Thursday Livresque : Amérique du Nord

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.


Thème de la semaine : Amérique du Nord

Lisant beaucoup d’auteurs américains et parfois canadiens, je dois dire que ce thème m’a plutôt inspirée. Après quelques hésitations, j’ai choisi de vous présenter un ouvrage qui met le chat à l’honneur : Des chats et des hommes de Patricia Highsmith.

9782253124696-T

Un chat fait qu’une maison soit son foyer. Un écrivain n’est jamais seul avec un chat, tout en étant suffisamment seul pour pouvoir travailler. Qui plus est, qu’il déambule ou qu’il dorme, un chat est une œuvre d’art vivante, en perpétuelle métamorphose ».

Ces mots de Patricia Highsmith disent bien la passion que ce grand écrivain a nourrie pour les chats tout au long de sa vie.Elle a en eu jusqu’à six en même temps- des siamois pour la plupart. Ils dormaient sur son lit, la regardaient travailler, assis sur son bureau, et parfois lui inspiraient une intrigue.

Ce petit recueil célèbre le chat dans tous ses états : en personnage de fiction, en inspirateur de poème, en sujet d’étude, en modèle d’artiste.

Pourquoi ce choix ?

Patricia Highsmith fait partie de ces auteures américaines que je connais très peu alors que ses multiples écrits me tentent beaucoup. Si c’est également votre cas et que comme moi, vous vivez et respirez chat, je ne peux que vous conseiller Des chats et des hommes.

Composé de trois nouvelles, d’un essai et de trois poèmes, ce livre se lit très rapidement d’autant que l’auteure a réussi à insérer une certaine tension et un certain suspense dans ces histoires qui jouent allègrement avec les préjugés que l’on peut avoir sur les chats.

Pour aller plus loin, je vous invite à lire ma chronique dont voici la conclusion :

En résumé, je conseille Des chats et des hommes à toutes les personnes qui aiment les chats et qui apprécient de les voir évoluer dans de multiples situations. Les amateurs de thrillers devraient également y trouver leur bonheur grâce à la plume de Patricia Highsmith. Et puis, cet ouvrage se lit tellement vite qu’il serait dommage de passer à côté des quelques moments de détente qu’il offre.

Et vous, ce livre vous tente ?

 

Le Malleus : Les sorcières de Sarry, Marie-Laure KÖNIG

Aucun texte alternatif disponible.

Je remercie Marie-Laure KÖNIG pour m’avoir permis de découvrir son roman, Le Malleus : Les sorcières de Sarry.

PRÉSENTATION AUTEURE

Découvrez l’histoire d’Alayone, une petite fille qui grandira à l’ombre du Malleus et qui apprendra son existence bien plus tard à ses dépens. Son tuteur, l’évêque de Châlons, lui enseignera la théologie. Elle sera également instruite sur d’autres sciences qui sont condamnées par l’Église comme l’astronomie, l’étude des pierres à venin ou l’agronomie que lui transmettra une guérisseuse. Elle découvrira les effets dévastateurs des amours interdits, mais aussi Paris, ville emplie de magnificence, de pestilence et d’étudiants…

Bienvenue en cette fin de XVe siècle où religion et politique sont intimement liées, à une époque où les caprices de la nature étaient indéniablement l’œuvre du malin et de ses servantes, où l’incrédulité du peuple fut le meilleur instrument des ambitions des puissants.

Le Malleus Maleficarum, plus connu sous le nom de « Marteau des sorcières » est un bréviaire écrit par un moine inquisiteur haineux à la fin du moyen-âge. Ce livre abject fut à l’origine de plus de 60 000 condamnations pour hérésie sur plus de deux siècles, essentiellement des femmes.

Histoire romancée se passe dans un contexte historique authentique.

  • Broché: 308 pages
  • Editeur : Independently published (28 novembre 2017)
  • Prix : 14.90€
  • Autre format : ebook

AVIS

Adorant les chats et les sorcières, je ne pouvais que craquer devant la couverture et le résumé de ce roman même si l’auteure a pris soin de m’expliquer qu’ici, nous n’étions pas dans une histoire de fantasy, mais dans une histoire romancée se déroulant dans un contexte historique riche et plutôt intense.

En cette fin du XVe siècle, être une femme est loin d’être une sinécure a fortiori quand plane au-dessus de la gent féminine l’ombre malfaisante et dangereuse du Marteau des Sorcières ou Malleus Maleficarum. Un texte sur lequel vont se baser des religieux fanatiques pour traquer les « sorcières » ou plus prosaïquement, de simples femmes accusées injustement de sorcellerie….

Ces premières lignes devraient déjà vous faire froncer les sourcils et vous laisser entrevoir ce sentiment d’injustice qui accompagnera votre lecture. Qu’il ne fait pas bon de naître femme à cette époque où les femmes suscitent crainte et mépris. Fort heureusement, Alayone, pris en charge après la mort de sa mère par Geoffroy Soreau de Saint Géran, évêque de Châlons, n’aura pas à affronter trop tôt cette horrible chasse aux sorcières. Couvée par celui-ci puis plus tard par le chanoine Richard, elle aura tout le loisir de s’adonner à sa passion pour les livres et satisfaire sa soif de connaissances. Mais la vie et ses aléas finiront par la rattraper et lui faire vivre d’aussi agréables que douloureuses expériences…

Autant le dire tout de suite, j’ai été complètement captivée par ma lecture. Je savais que le récit allait me plaire, mais je n’avais pas anticipé à quel point je me prendrais d’affection pour Alayone. J’ai adoré cette jeune fille à la maturité exceptionnelle, à l’intelligence rare et au caractère affirmé qui la rend d’ailleurs parfois un peu farouche. Ce n’est pas le genre de protagoniste qui reste prostré dans son coin même s’il lui arrive de se cloîtrer dans sa chambre avant de mieux revenir sur le devant de la scène. Une force de caractère doublée d’une nature joyeuse qui la feront apprécier de beaucoup à commencer par les lecteurs qui ne pourront qu’avoir envie de la voir heureuse. C’est ainsi que l’on pleure avec elle la disparition d’êtres chers et que l’on tremble devant les dangers qui ne manqueront pas de croiser sa route. On comprend donc aisément l’attachement que l’évêque de Châlons et le chanoine Richard ont développé pour cette enfant qu’ils verront grandir et s’affirmer.

Alayone a de bonnes relations avec son père, mais elle a aussi la chance d’avoir trouvé en ces deux hommes, deux figures paternelles aimantes. J’ai adoré la relation unissant la jeune fille avec ces hommes de foi qui font tout pour la protéger même s’ils s’y prennent parfois mal et ne comprennent pas toujours son cœur et ses velléités de liberté… Ces deux personnages se révèlent également très intéressants dans la mesure où ils apportent de l’espoir et permettent d’adoucir l’image que l’on pourrait avoir de cette église qui accepte la mort cruelle de personnes innocentes. Les exactions commises au nom de la foi comme nous pouvons en trouver dans ce roman me révulsent, mais j’ai aimé la délicatesse avec laquelle l’auteure montre que si certains ecclésiastiques se transforment en fanatiques corrompus par la haine, il existe également des hommes bons qui cherchent à apporter de la lumière à leur prochain. Nous ne sommes donc pas dans une histoire manichéenne avec des bons et des méchants, mais dans un récit qui montre qu’il peut y avoir du bon même dans une organisation frelatée par des hommes cruels. J’ai ainsi admiré la force de caractère de l’évêque et du chanoine Richard qui vont faire de leur mieux pour assurer leur fonction dans le cadre de la vraie foi, celle qui prône l’amour du prochain et non la mort de pauvres innocentes. Une force de caractère et une bonté d’âme qui forcent le respect et la sympathie des lecteurs !

La vie d’Alayone va être marquée par l’étude de différents domaines, des rencontres amicales qui vont parfois lui causer de terribles tourments, l’amitié ne résistant pas à la barbarie la plus abjecte, et elle va aussi rencontrer l’amour, l’enfant devenant adolescente puis jeune femme. Alors si comme moi, l’idée d’une romance vous déclenche une crise d’urticaire, soyez rassurés. La romance est ici très bien amenée et ne tombe pas dans la niaiserie. Je dois même dire que j’ai beaucoup aimé la scène dans laquelle la jeune fille et son prétendant, Tristan, se rencontrent. L’approche a le mérite de l’originalité et de mettre en valeur le caractère affirmé d’Alayone. Cette romance, qui n’intervient qu’à la moitié du livre, ne prend pas le pas sur l’intrigue, mais elle marque un changement dans la vie de la jeune fille qui découvre avec Tristan, Paris et ses merveilles tout en évitant Paris et ses bas-fonds... À noter que contrairement à ce que l’on aurait pu croire, c’est bien l’innocente, mais bouillonnante Alayone, qui se montre la plus entreprenante dans son couple. Un schéma qui se veut donc assez inhabituel et qui confirme mon affection pour Alayone, une jeune femme qui refuse d’être enfermée dans des règles qui ne lui conviennent pas, à commencer par ces règles de bienséance prônées par son soupirant.

Amitié, amour, mais aussi peine, horreur, haine et rancœur viendront frapper la jeune fille de plein fouet. C’est ainsi qu’elle verra des personnes chères à son cœur périr de la plus cruelle des manières. L’auteure évoque, à travers ces morts, le sort réservé à ces femmes accusées injustement de sorcellerie. Torturées et brûlées, elles ont été sacrifiées sur l’autel de la haine, de la barbarie, du fanatisme, de la folie, mais aussi sur celui de la peur. Cette peur qui va pousser des personnes lambdas à accepter la mort d’individus qu’elles connaissent dans l’espoir d’éloigner le mauvais œil de leur vie et d’avoir des jours meilleurs. Quand l’ignorance et le fanatisme s’imbriquent et se décuplent, le diable prend finalement bien forme humaine… Mais je rassure les âmes sensibles : à part deux ou trois scènes difficiles, l’auteure ne tombe jamais dans le sensationnalisme ce qui rend son récit très supportable.

Au-delà des sujets abordés ( amour, amitié, religion, fanatisme, condition de la femme…) et de la galerie de personnages, ce qui fait la force de ce roman est son style de narration atypique et plutôt efficace. L’auteure a ainsi fait le choix original de nous narrer son histoire à travers différentes formes : restitutions des prières d’Alayone, lettres (certainement ma forme préférée), extraits du Malleus Maleficarum, extraits de journal intime, pensées et observations d’un narrateur très particulier… Cette multiplicité des supports et des points de vue apporte un dynamisme certain au récit que l’on dévore sans pouvoir s’arrêter, impatients de découvrir le destin de ces personnages auxquels on finit par s’attacher. Et à cet égard, j’ai apprécié le petit twist final même si j’ai été quelque peu frustrée par l’incertitude qui plane autour de l’un des personnages…

Quant à la plume de l’auteure, elle se révèle étonnamment fluide si l’on considère qu’elle n’hésite pas à faire usage d’anciens termes nous permettant ainsi de nous immerger complètement dans le contexte historique de l’histoire. C’est un point que j’ai beaucoup aimé d’autant qu’elle arrive à le faire de manière très naturelle. Même les dialogues semblent couler de source alors que les tournures de phrase sont parfois inhabituelles pour un lecteur de notre époque. Je salue donc la capacité de l’auteure à rendre son récit très accessible tout en nous donnant l’impression de nous balader dans les rues de cette société du XVe siècle. Il faut dire que l’on sent un vrai travail de recherche et que les notes de bas de page apportent un vrai plus pour nous approprier cette période de notre histoire.

En conclusion, à travers la vie d’une enfant que l’on apprendra à connaître et voir grandir, l’auteure aborde le sujet difficile du fanatisme religieux et de ses néfastes conséquences pour des femmes dont le seul véritable tort fut de ne pas naître homme. Si l’odeur pestilentielle de l’injustice et de la barbarie plane au-dessus de ce récit, Les sorcières de Sarry, c’est également l’histoire d’une enfant qui deviendra une jeune femme accomplie refusant de courber l’échine, et qui dans toute cette folie, trouvera une famille de cœur, des ami(e)s et l’amour. Un récit de vie prenant que je recommande à tous les lecteurs notamment ceux intéressés par la question de la chasse aux sorcières…

Site consacré au roman – Page FB de l’auteure

Envie de découvrir le roman ? Retrouvez-le sur le site de l’autrice (dédicace possible) !

 

Vite, Cachez-vous, Frank et Devin ASCH

Couverture Vite, cachez-vous !

En grande amoureuse des chats, je ne pouvais que craquer pour cet album jeunesse d’autant que « Vite, cachez-vous ! » est la phrase que ma nièce de deux ans nous dit quand elle veut qu’on joue avec elle à cache-cache. J’espère d’ailleurs lui faire découvrir cette jolie histoire quand elle sera un peu plus grande.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Éléonore Merlot, jeune et charmante chatte, abrite sous son toit une famille de souris avec laquelle elle entretient d’excellentes relations.
Mais cette amitié, contraire à la loi féline, éveille les soupçons d’une vieille voisine.
La police vient enquêter au domicile de Mme Merlot et ne tarde pas à relever certains indices trahissant la présence de ses pensionnaires.
Heureusement, Éléonore a l’esprit vif et beaucoup d’aplomb et ne manque ni de sang-froid, ni de repartie !

  • Album: 30 pages
  • Tranche d’âges: 3 – 5 années
  • Editeur : Albin Michel (29 août 2007)
  • Prix : 14€

AVIS

Les chats, ennemis naturels des souris ? C’est une question que l’on pourrait légitimement se poser après avoir lu ce joli récit dans lequel Mme Merlot, une chatte bibliothécaire (deux mots que l’on ne pensait pas possible d’accoler) adore ces petits rongeurs au point d’en héberger chez elle. Elle cohabite ainsi avec une grande famille de souris qui, en échange du gîte et du couvert, n’hésitent pas à participer aux tâches ménagères.

Cette joyeuse cohabitation doit néanmoins faire face aux suspicions des voisins qui, en bons chats, ne tolèrent pas que l’une des leurs fricotent avec la nourriture. Cela n’aurait pas été un problème en soi si un charmant voisin n’avait pas alerté la Sûreté Féline pour que Mme Merlot soit punie de son crime contre-nature. Une dénonciation abjecte qui ferait hérisser les poils de n’importe quel chat !

Fort heureusement, grâce à son sens de la répartie et ses talents d’improvisation, Mme Merlot va faire face avec aplomb au duo de policiers venus fouiller son appartement. Un duo composé d’un chat-inspecteur plutôt agressif prenant l’apparence d’un chat gris souris et d’un brigadier roux, beaucoup plus sympathique. Le premier va prendre un malin plaisir à fouiner de partout étant certain de la culpabilité de notre chatte, quand le second semble somme toute beaucoup plus naïf et conciliant. Les auteurs nous proposent donc un schéma classique, celui du méchant et du gentil flic sauf qu’à la place des êtres humains, nous avons ici des félins.

Et c’est d’ailleurs tout le charme de cet album qui remplace les hommes par des chats et des souris. Une personnification de ces animaux qui passe autant par l’enquête que les relations entre les protagonistes, les vêtements, les décors… Je retiendrai d’ailleurs une scène assez amusante dans laquelle Mme Merlot prend le thé avec sa voisine. Tous les détails sont là pour vous donner l’impression d’assister à un tea-time aristocratique. Je vous laisse le plaisir d’admirer la scène et notamment la manière dont Mme Merlot tient sa tasse. Difficile de ne pas sourire devant cette parodie ou imitation d’une scène que l’on aurait pu trouver dans un livre de Jane Austen.

wp-image-1382295051

A travers cette jolie histoire destinée à la jeunesse, les auteurs n’hésitent pas à dénoncer certains travers humains : la jalousie, la délation, la méchanceté, le rejet de la différence… Mais se cache également derrière ce récit d’une minette qui défie les conventions sociales, un très joli message d’espoir, d’amitié et de tolérance. Faites de petites attentions et d’un respect mutuel, les relations entre Mme Merlot et ses protégés sont un vrai régal à découvrir. Quand la première fait les courses pour nourrir tout ce beau monde et tricote même des habits, les seconds font tout pour lui rendre la vie agréable… Des petits instants de bonheur qui feront fondre le cœur même des plus endurcis des lecteurs. A cet égard, je vous mets une illustration que je trouve magnifique dans sa composition et les différentes émotions qu’elle véhicule.

wp-image-1239919904

Quant aux illustrations, j’ai été séduite par les couleurs, les costumes, les mimiques des personnages, l’effort particulier apporté aux décors qui sont extrêmement bien détaillés… J’ai également beaucoup aimé le fait que tout dans cet album, autant au niveau du fond que de la forme, donne l’impression de ne pas avoir affaire à de simples chats, mais à des chats extrêmement évolués. Ils ressemblent d’ailleurs comme deux gouttes d’eau à des humains que ce soit dans leurs bons ou leurs mauvais côtés.

Enfin, je dois admettre que le duo d’enquêteurs m’a fait sourire puisque j’ai moi-même un duo de chenapans gris et roux. Mais mes chats sont quand même beaucoup plus faciles à vivre, quoique j’avoue que le faciès de l’inspecteur quand il est agacé est assez fidèle à la tête de Gribouille quand on ose le déranger.

wp-image-935952514

Pour conclure, cet album jeunesse devrait ravir tous les amoureux des animaux et des chats en particulier. Les plus jeunes pourront savourer cette jolie histoire d’amitié inter-espèce, quand les adultes pourront avoir une lecture un peu plus symbolique de l’intrigue. Un album jeunesse que je conseillerai donc à toutes les personnes qui veulent avoir dans leur bibliothèque un livre à lire et à relire. Et puis, cerise sur le gâteau, vous pourrez vous lancer avec les plus jeunes dans des parties endiablées de « où sont les souris » ?

Et vous, envie de craquer pour Vite, Cachez-vous ! ?