Bigoudis et petites enquêtes, tome 2 : Panique aux pompes funèbres, Naëlle Charles

Couverture Bigoudis et petites enquêtes, tome 2 : Panique aux pompes funèbres

Je remercie les éditions de l’Archipel de m’avoir envoyé Bigoudis et petites enquêtes, tome 2 : Panique aux pompes funèbres de Naëlle Charles en échange de mon avis.

Après une première enquête brillamment menée, Léopoldine Courtecuisse reprend du service pour élucider une double enquête : le décès du croque-mort du village et la disparition de la fille de ce dernier.
Coiffeuse à Wahlbourg, en Alsace, Léopoldine Courtecuisse est mère de deux ados intenables. Elle est séparée de leur père. Entre sa passion pour les polars et les faits divers, ses enfants, et les clientes de son salon qui répandent ragots et autres rumeurs, sa vie est bien remplie.
Pourtant, après avoir élucidé le meurtre de Véronique Busch, notre coiffeuse s’ennuie. Le jour où Oscar et Claudia Gauner sollicitent son aide, elle voit là une nouvelle occasion de jouer les détectives. En effet, leur fille a disparu et la gendarmerie les a éconduits.
Sans compter que ces gens ne sont pas n’importe qui : Oscar est le croque-mort de la ville. Quant à Manon, il s’agit de la petite amie de Tom… le fils de Léopoldine ! Tout laisse présager une fugue. Mais quand Oscar vient à mourir dans d’étranges circonstances, Léo et son complice, le lieutenant Quentin Delval, se retrouvent à devoir plancher sur les deux affaires à la fois…

Archipoche (6 octobre 2022) –  426 pages – 15€

AVIS

Avant de recevoir ce deuxième tome en service de presse, je me suis empressée de lire le premier, Panique à Wahlbourg, qui ne m’a hélas pas vraiment convaincue. Si j’ai apprécié l’enquête, j’ai eu du mal avec la narration qui m’a semblé manquer de naturel, et ai été indisposée par la conclusion que j’ai trouvée très maladroite pour les personnes qu’elle mentionne. C’est donc un peu frileuse que je me suis lancée dans cette suite que j’ai heureusement appréciée, malgré quelques défauts qui font que je ne poursuivrai pas la série. Mais avant de quitter définitivement Wahlbourg et sa charismatique coiffeuse, Léopoldine Courtecuisse, je vous propose de revenir sur une double enquête rondement menée !

Léopoldine est une coiffeuse de talent, mais c’est surtout une enquêtrice née qui a raté sa vocation. Alors maintenant que tout l’engouement autour du meurtre qu’elle a aidé à élucider est retombé, elle s’ennuie. Mais c’était sans compter sur la disparition d’une jeune fille, et accessoirement la petite amie de son adolescent de fils ! Une affaire que la gendarmerie locale a refusé de traiter, poussant les parents de la disparue à solliciter Léopoldine réputée pour ses talents d’enquêtrice… Cette dernière, forte de son amitié avec le lieutenant Quentin Delval, n’hésitera pas à remuer dans les brancards afin que l’affaire soit prise au sérieux, et que tous les moyens soient mis en place pour retrouver Manon.

Mais quand on a un père comme l’odieux et escroc notoire Oscar Gauner, directeur des pompes funèbres de la ville, on peut comprendre qu’on ait envie de s’enfuir, à moins que cette disparition ne soit liée à une affaire sordide de photos dénudées partagées sur les réseaux sociaux. L’enquête se complexifie quand un meurtre vient s’ajouter à l’équation ! Une double enquête qui va conduire notre coiffeuse préférée et le lieutenant sur les traces d’une vérité qu’il va falloir, sans mauvais jeu de mots, déterrer.

Bien que ce ne soit pas réaliste pour un sou, j’adore la manière dont Léopoldine s’immisce dans l’enquête pour le plus grand plaisir de Quentin, qui semble juste incapable de mettre de l’ordre dans le chaos sans son aide. C’est à se demander comment il a pu devenir lieutenant ce pauvre homme. J’exagère un peu car son incapacité à se débrouiller seul peut se mettre sur le compte de son inexpérience, et de la réserve à son égard des habitants qui, à l’inverse, se confient volontiers à Léopoldine. Le duo fonctionne ensemble très bien, même si notre coiffeuse a parfois tendance à se la jouer perso, ce qui agace Quentin. Mais comme elle aime à le lui rappeler, elle est d’accord pour l’aider, mais elle n’est en aucun cas sous ses ordres ! Et puis, elle a aussi ses propres obligations professionnelles, deux adolescents à gérer, une mère insupportable à questionner…

Léopoldine et Quentin se révèlent donc complémentaires, l’une fonçant tête baissée sans réaliser les ennuis qu’elle peut s’attirer, et l’autre essayant de recadrer les choses, tout en la sollicitant de plus en plus souvent. Il faut dire qu’il ne peut pas vraiment compter sur son équipe de bras cassés qui collectionne les bourdes comme certains les miles. Cela ne l’empêchera pas, aux côtés de Léopoldine, de résoudre une enquête aux différentes ramifications. Pour ma part, j’avais deviné certaines choses, mais dans l’ensemble, j’ai pris beaucoup de plaisir à suivre le duo atypique dans sa double enquête, d’autant que celle-ci permet de mettre à nu certains sujets. Je pense notamment à la dangerosité des réseaux sociaux, les relations toxiques, les relations familiales parfois complexes, les secrets de famille, les secondes chances… Rien n’est heureusement amené de manière trop lourde, l’autrice insufflant une bonne dose d’humour à sa série. 

L’enquête et ses différentes étapes sont intéressantes à suivre, mais je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, si ce n’est peut-être à celui de la veuve qui a vécu durant de nombreuses années sous l’emprise d’un tyran, monstre d’égoïsme. J’ai aussi beaucoup aimé la meilleure amie de Léopoldine, la cogérante de son salon de coiffure, même si j’aurais adoré qu’elle soit plus présente. Elle n’hésite pas à dire ce qu’elle pense, tout en soutenant Léopoldine dans sa vocation d’enquêtrice officieuse. On peut dire sans aucun doute que c’est la meilleure amie idéale, celle sur laquelle on peut toujours compter ! Les enfants de Léopoldine m’ont semblé, quant à eux, moins insupportables que dans le premier tome, et la narration un peu plus subtile, ce qui m’a permis d’entrer bien plus facilement dans l’histoire.

J’ai néanmoins regretté certaines maladresses et lourdeurs, l’autrice tentant d’instaurer une tension amoureuse entre Léopoldine et Quentin sans que cela ne prenne vraiment, leur relation amicale étant amplement suffisante. Je ne ressens, en effet, aucune alchimie entre eux et pire, j’ai l’impression qu’on tente de repousser au maximum leur potentiel rapprochement sous de fausses raisons, et ainsi pousser les lecteurs à lire la suite. Mais ce qui m’a vraiment agacée et fait lever les yeux au ciel, c’est cette avalanche de prétendants qui arrive soudainement. Alors que dans le premier tome, rien ne laissait penser que Léopoldine avait du succès avec les hommes, rappelons que c’est sa sœur qui est officiellement la beauté de la famille, d’un seul coup, tous les hommes qui la croisent tombent sous son charme…. J’imagine que c’est pour que Quentin se réveille, mais c’est à mon sens une facilité en plus d’une certaine incohérence. Cela n’aurait pas été rédhibitoire si j’avais réussi à m’attacher aux protagonistes, mais comme ce n’est pas le cas, je ne continuerai pas la série.

En conclusion,  Panique aux pompes funèbres s’inscrit dans cette lignée des cosy mystery faciles à lire et non dénués d’humour qui offrent aux lecteurs une enquête, voire ici une double enquête, prenante mais pas sanguinolente. D’une plume que j’ai trouvée plus assurée que dans le premier tome, Panique à Wahlbourg, Naëlle Charles nous propose ainsi une plongée mouvementée en plein coeur d’un bourg alsacien qui semble attirer les malheurs, du genre meurtre et disparition. Mais rien d’insurmontable quand on s’appelle Léopoldine Courtecuisse, qu’on est l’oreille des habitants, qu’on a un flair inégalé et un talent d’enquêtrice inné ! Et ce n’est pas le nouveau et peu expérimenté lieutenant de la gendarmerie locale qui vous dira le contraire. Entre amitié, petits béguins et grande enquête, un second tome rythmé et rapide à lire qui souffre néanmoins de quelques maladresses.

N’hésitez pas à lire d’autres avis, la série semblant avoir conquis bon nombre de lecteurs.

Publicité

Throwback Thursday Livresque #236 : urban fantasy

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Lire la suite

Les Émo-J à l’école des grimaces, Marilou Addison

Couverture Les Émo-j, tome 1 : À l'école des grimaces

Nico aimerait tant avoir un iPod! Mais ses parents ne veulent pas lui en acheter un. Ils sont contre tous les bidules électroniques. Lorsque Nico trouve un iPod dans les poubelles, il saute carrément de joie! Ce qu’il ne sait pas, c’est que dans celui-ci, vivent de drôles de petits personnages. Des personnages qui vont lui faire vivre tout un tas d’aventures…

Kennes Editions (5 juin 2019)

Lire la suite

In My Mailbox : édition Illumicrate, romans, BD, humour…

Boîte aux lettres avec livres, In My Mailbox

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque ».


De la fantasy, des romances historiques, un thriller… Cette semaine a de nouveau été placée sous le signe de la variété.

 
Lire la suite

Mini-chroniques en pagaille #51 : art, fantômes et humour !

De beaux livres Benjamin Lacombe et Harry Potter et des Funko Pop

Plus détaillées qu’un simple commentaire, mais moins développées qu’une chronique, les mini-chroniques en pagaille me permettent de partager succinctement mon avis sur certaines de mes lectures que je n’ai pas eu le temps ou l’envie de chroniquer de manière plus classique.


Au programme de ce nouvel article : un album jeunesse qui nous transporte dans le monde de l’art et un autre qui nous offre une amusante confrontation avec des fantômes, sans oublier un ouvrage humoristique pas toujours très fin, mais diablement efficace !

 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  Lire la suite

Eugénie et les mystères de Paris, tome 1 : On a volé la liberté d’Eric Summer et Miriam Gambino

Couverture Eugénie et les mystères de Paris

Je vous parle aujourd’hui d’une BD découverte par hasard dans les rayons de ma médiathèque : Eugénie et les mystères de Paris, tome 1 : On a volé la liberté d’Eric Summer et Miriam Gambino. Lire la suite

Mini-chroniques en pagaille #50 : vampires, dragons et fantômes !

De beaux livres Benjamin Lacombe et Harry Potter et des Funko Pop

Plus détaillées qu’un simple commentaire, mais moins développées qu’une chronique, les mini-chroniques en pagaille me permettent de partager succinctement mon avis sur certaines de mes lectures que je n’ai pas eu le temps ou l’envie de chroniquer de manière plus classique. Lire la suite