Top Ten Tuesday #222 : les 10 livres avec lesquels je serais volontiers repartie lors de ma dernière visite en librairie

566856438

« Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et est repris en français sur le blog Frogzine. »


J’ai de nouveau dévié du thème officiel pour vous présenter les 10 livres avec lesquels je serais volontiers repartie lors de ma dernière visite en librairie. Il y a évidemment beaucoup d’autres livres qui ont attiré mon attention et allongé la taille de ma wish list, mais ces livres sont ceux qui, à l’instant T, m’ont le plus donné envie.

Top Ten Tuesday(4)

Et vous, certains de ces titres vous tentent-ils ?
En avez-vous déjà lu certains ?

 

Lucien et les mystérieux phénomènes : L’Empreinte de H. Price, Delphine Le Lay et Alexis Horellou (illustrations)

Lucien et les mystérieux phénomènes - Tome 1 - L’Empreinte de H. Price

En croyant chasser les fantômes, c’est une nouvelle vision de la vie que va découvrir Lucien ! Lucien et sa petite sœur Violette s’installent avec leurs parents dans un village breton pour mener une vie plus simple, loin de la ville et au contact de la nature. Passionné par les histoires de fantômes du célèbre chercheur Harry Price, Lucien n’hésite pas à relever le défi quand les enfants du coin l’invitent à pénétrer dans un manoir hanté ; son propriétaire se serait fait enterrer debout face à la mer. Après une grosse frayeur, Lucien se rend compte que le fantôme est en fait bien vivant ! Un secret qui lui permettra de découvrir la vie cachée que mène le vieil Honoré, en totale autonomie et en harmonie avec la nature. Mais les secrets finissent toujours par être découverts… La confrontation d’Honoré avec les villageois sera lourde de conséquences. Lucien constatera toutefois que les fantômes ne sont pas une légende et ça, c’est un secret qu’il fera en sorte de préserver.

CASTERMAN (3 avril 2019) – 96 pages – 16€

La couverture, avec cet enfant portant un attirail de chasseur de fantômes, m’a tout de suite intriguée. Et je dois dire que l’histoire, qui m’a beaucoup plu, a pris une tournure quelque peu inattendue. D’ailleurs, je préfère vous prévenir tout de suite, si c’est une histoire de fantômes que vous cherchez, vous risquez d’être quelque peu déçus, le fantastique n’étant présent que par petites touches…

L’autrice nous propose ici un récit plein d’émotions et d’intelligence qui aborde des thèmes divers et variés : le harcèlement scolaire ou du moins, le mal-être infantile qui entraîne des comportements problématiques, le chômage pouvant fragiliser une famille, la difficulté de s’intégrer, notamment pour deux enfants qui arrivent dans une école où tout le monde se connaît… À cet égard, la réaction du directeur face à un accident m’a semblé complètement à côté de la plaque. Non, ce n’est pas au petit nouveau de faire des efforts pour ne pas se faire embêter. Si ce passage m’a quelque peu agacée, c’est qu’il traduit une réalité qui porte vraiment préjudice aux victimes de violence scolaire et qui conforte les brutes dans leur bon droit.

Ceci mis à part, les différentes thématiques devraient parler à la plupart des enfants, mais le grand intérêt de ce récit réside dans la réflexion écologique qu’il soulève par l’intermédiaire d’un homme d’un certain âge à la vie peu conventionnelle. En effet, ce dernier a choisi de vivre caché, en totale autosuffisance, afin de pouvoir vivre sa vie selon ses convictions, et sans devoir subir la méfiance ou le jugement d’autrui. Et pour ce faire, il a trouvé un moyen plutôt radical…

Mais si son plan a fonctionné de très nombreuses années, il ne résistera pas à l’arrivée du jeune Lucien et de sa famille, installée récemment dans le village. Attiré par l’histoire de fantôme entourant la maison d’Honoré, Lucien va ainsi se rendre chez lui et découvrir que s’il y a bien quelqu’un qui hante les murs, ce n’est pas une forme évanescente, mais bien un être de chair et de sang. De fil en aiguille, une belle connivence va s’établir entre les deux, Honoré étant finalement ravi d’avoir un peu de gaieté et d’animation dans sa vie… Une connivence qui va très vite englober la petite sœur de Lucien, Violette, qui va se révéler très intéressée par tout ce savoir qu’Honoré ne demande qu’à dispenser.

À travers cette BD, on réalise que si c’est important de vivre selon ses convictions, il est également stimulant de pouvoir les partager avec d’autres personnes, et de conserver des liens sociaux. Une jolie leçon qu’Honoré va apprendre au contact de ces deux enfants qui vont faire une entrée tonitruante dans sa vie, le coupant de sa solitude, peut-être choisie, mais quand même pesante. J’ai été très touchée par ce vieil homme aux convictions fortes, qui voue un véritable respect à la nature dont il est capable de saisir toute la richesse, complexité et beauté. J’ai également apprécié cette transmission du savoir intergénérationnelle mise subtilement en avant dans cette belle BD.

En outre, fabriquant déjà pas mal de produits moi-même, notamment d’hygiène, et rêvant de posséder un espace vert pour pouvoir y faire pousser des fruits et des légumes, j’ai été sensible à la démarche d’autosuffisance d’Honoré, même si j’avoue que, contrairement à lui, il y a certains produits sur lesquels j’aurais des difficultés à faire l’impasse.

Quant aux illustrations, elles m’ont charmée que ce soit par leur douceur, l’atmosphère presque intimiste qu’elles instaurent grâce à leurs teintes alternant entre l’orange et le vert, ou la manière dont elles transmettent toutes les émotions des personnages. J’ai également adoré les cadrages sur les bâtiments et les éléments de la nature, un peu moins sur les visages, dont les traits m’ont paru parfois un peu grossiers.

En bref, voici une BD qui, par ses problématiques, devrait autant plaire aux enfants qu’aux parents et susciter de beaux échanges intergénérationnels, notamment sur le thème important de l’écologie. Petit bonus, des pages en fin d’ouvrage avec « quelques idées créatives pour s’amuser et se passer d’acheter ».

Top Ten Tuesday #220 : 10 couvertures qui donnent envie de partir à l’aventure

566856438

« Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et est repris en français sur le blog Frogzine. »


Pour illustrer le thème de cette semaine, 10 couvertures qui donnent envie de partir à l’aventure, j’ai allègrement pioché dans ma PAL jeunesse…

Et vous, certaines de ces couvertures vous donnent-elles envie de partir à l’aventure ?

 

 

 

 

HORROR GAMES – ATTENTION, COLLÈGE ZOMBIE ! de N. M. Zimmermann

 

9782809675535_1_m

 

Salutation à toi, aventurier !
Bienvenue dans Mythomonsters.

Fais bien attention : tu ne commences pas ici un jeu ordinaire. Dans ce monde virtuel se cache toutes sortes de pièges terrifiants et de créatures effroyables prêtes à attaquer les joueurs imprudents…

Quelle rentrée bizarre pour Zoé et Sébastien ! Tous les élèves de leur nouveau collège jouent à Mythomonsters… sur ordre de leurs professeurs. De vrais zombies ! Alors, quand son frère jumeau se retrouve lui aussi hypnotisé par son écran, Zoé panique…

Play Bac (2 juin 2021) – 120 pages – Papier (8,90€)
Illustrations : Anne Rouvin – À partir de 9 ans

AVIS

Si comme moi, les zombies ne sont pas des créatures auxquelles vous aimez vous frotter, rassurez-vous, ici, le terme zombie est plutôt à prendre au sens figuré. En effet, en intégrant son nouveau collège, Zoé va très vite réaliser que ses nouveaux camarades et ses professeurs se comportent bien plus comme des robots ou des zombies que des êtres vivants friands d’interaction. La faute à un jeu vidéo qui semble tout simplement les obséder, au point que les élèves ne se parlent pas, ne chahutent pas et ne lèvent plus les yeux de leur téléphone ou de leur écran d’ordinateur. Quant aux professeurs, ils ont tout simplement abandonné les cours au profit de films qui leur laissent le temps de jouer. Comme ça, pas de jaloux !

Une situation désagréable pour Zoé qui est déstabilisée par ce collège très bizarre où l’amour de la technologie est poussé à un tel extrême qu’il a dépouillé l’établissement de toute âme humaine. Pire, son propre frère jumeau Sébastien, duquel elle est très proche, semble être déjà tombé sous le charme et l’influence de Mythomonsters, un jeu vidéo intégrant différentes mythologies. Mais cette obsession soudaine et largement partagée pour ce jeu, qui semble hypnotiser ses joueurs, ne cache-t-elle pas quelque chose ?

Cette question se transforme en certitude pour Zoé qui, avec l’aide de la seule autre personne du collège ayant gardé sa lucidité, va tenter d’élucider le mystère autour de Mythomonsters, et de sauver son frère et ses camarades d’un danger dont ils n’ont guère conscience. Un danger à la forme particulière faisant de ses victimes les acteurs de leur propre déchéance !

Sans temps mort et suivant un rythme effréné alternant entre interrogations, dangers et découvertes, ce roman entraîne les lecteurs dans une aventure où le danger des écrans et des jeux vidéo, devenant outils de contrôle, est plus palpable que jamais. Mais je vous rassure, l’autrice ne se lance pas dans un pamphlet sur le sujet mais bien dans un livre de pur divertissement qui permettra à une jeune fille très sérieuse, manquant néanmoins de confiance en elle, de réaliser qu’elle possède toute la force nécessaire, le courage et la pugnacité pour se dresser sur le chemin d’un danger dont elle découvre peu à peu les contours…

À mesure que les pages se tournent, la tension monte crescendo, rendant la lecture particulièrement addictive, d’autant que le style percutant, clair et très fluide de l’autrice incite les lecteurs, jeunes et moins jeunes, à se laisser bercer par son imaginaire. Un imaginaire qui nous conduira jusqu’aux portes de l’enfer ou du moins jusqu’à celles d’un portail qu’on préférerait garder fermé. Je n’en dirai pas plus sur l’intrigue si ce n’est qu’elle m’a rappelé les livres Chair de poule que je dévorais enfant et qui possèdent un charme auquel je suis restée, adulte, très sensible.

Conseillé à partir de 9 ans, ce roman a de très beaux atouts pour convaincre les enfants qui pourront retrouver des problématiques qui leur parlent et facilement s’identifier à Zoé. Une amoureuse de mangas un peu réservée, mais une héroïne qui se découvre face au danger et qui ne baissera jamais les bras, même au plus fort de l’action. Et puis, c’est sympa de voir une collégienne partir à la rescousse non seulement de ses camarades mais aussi d’adultes, tout en découvrant, au passage, la force de l’amitié. Parce qu’il n’y a pas à dire, lutter pour sa survie, ça crée de sacrés liens ! 

Pour ma part, en plus de la courageuse et touchante Zoé, j’ai beaucoup aimé son père, un geek blagueur qui aurait probablement adoré redevenir collégien afin de s’inscrire aux différents cours proposés par le collège : codage, retouche photo, création de vidéos… Le collège Alan-Turing porte particulièrement bien son nom ! Malgré ses dangers, je serais, en outre, curieuse de lancer une petite partie de Mythomonsters, d’autant que si on s’en fie à ce que Zoé découvre en cours d’aventure, je devrais être, comme elle, immunisée…

En conclusion, dans la lignée des Chair de poule que je dévorais enfant, Attention, Collège Zombie ! offre une belle porte d’entrée aux enfants qui aimeraient s’initier doucement à l’horreur, ou une lecture divertissante aux lecteurs qui aiment les histoires dans lesquelles se mêlent héroïnes plus courageuses qu’elles ne le pensent, amitié, tension, mystère, jeux vidéo et ambiance doucement horrifique.

Je remercie les éditions playBac et Babelio de m’avoir envoyé ce roman en échange de mon avis.

Top Ten Tuesday #213 : 10 livres de ma PAL dont la couverture me donne envie de retomber en enfance

566856438

« Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et est repris en français sur le blog Frogzine. »


Ayant eu peu de succès avec le thème de la semaine (le top 10 des couvertures avec un cœur), j’ai décidé de vous en proposer un autre : 10 livres de ma PAL dont la couverture me donne envie de retomber en enfance.

Si vous me suivez régulièrement sur le blog, vous aurez probablement constaté mon amour pour la littérature jeunesse, un genre qui regorge de pépites et qui permet bien souvent d’aborder des thèmes universels et parfois difficiles avec une certaine douceur et subtilité. Et s’il n’y a pas besoin d’être un enfant pour apprécier le genre, il y a des couvertures qui d’emblée me donnent envie de retrouver ma prime jeunesse que ce soit parce qu’elles ont un côté réconfortant et sont auréolées d’une certaine douceur, ou qu’elles mettent en scène des animaux ou des créatures comme les sorcières qui me fascinaient quand j’étais enfant…

Couverture La sorcitresseCouverture Les lapins de la couronne d'Angleterre, tome 1 : Le complotCouverture Card Captor Sakura, deluxe, tome 1

Couverture Charlock, tome 1 : La disparition des sourisCouverture Buffy contre les vampiresCouverture Les mystères de Dundoodle, tome 1 : Le fantôme de la chocolaterie

Couverture Apprentis vétos très spéciaux, tome 1 : Alerte au Yéti !Couverture Jasmine, l'apprentie vétérinaire, tome 3 : Un chaton nommé MinuitCouverture Nyanpire, the gothic world of Nyanpire, tome 1

Couverture Hôtel Heartwood, tome 1 : Une maison pour Mona

Et vous, certains de ces titres vous tentent-ils ou vous donnent-ils envie de retomber en enfance ?

Alana et l’enfant vampire, Cordélia #PLIB2021

Couverture Alana et l'enfant vampire

Alana en a marre. Ses parents et sa sœur sont encore partis gérer des conflits vampiriques sans elle ! Heureusement, sa meilleure copine Oli est là pour lui changer les idées : elle est persuadée que Joâo, le nouvel élève de leur classe, est un vampire ! Se pourrait-il qu’elle ait raison ? Et s’il leur révélait quelque chose d’encore plus terrible ?
Pour Alana, c’est l’occasion de prouver à sa famille qu’elle est capable de mener à bien une mission, malgré malgré ses déficiences physiques.

Scrineo (18 juin 2020) – Papier (14,90€) – Ebook (7,99€)
À partir de 12 ans – #ISBN9782367408651

AVIS

Dès le début, j’ai su que l’histoire me plairait, une question de connexion qui se fait ou non avec une plume et un style. Or, celle de Cordelia est indéniablement très agréable et puis, il y a quelque chose de très touchant et de naturel dans la manière dont s’exprime Alana, notre jeune héroïne.

Du haut de ses treize ans, Alana aimerait que ses parents lui fassent assez confiance pour l’emmener durant certaines de leurs missions de médiation entre les humains et les vampires. Un vœu pieux puisque c’est sa sœur aînée Alexia qui a leurs faveurs. Pour preuve, les voilà tous les trois partis pour une mission à Berlin, la laissant sous la surveillance de sa grand-mère. Alana adore son aïeule, là n’est pas la question, mais est-ce vraiment trop demander qu’on oublie sa dernière petite erreur et qu’on lui donne enfin l’occasion de faire ses débuts dans le monde très secret des médiateurs ?

Mais il faut parfois faire attention à ce que l’on souhaite… Et si le petit nouveau du collège, quelque peu taiseux et mystérieux, était un vampire et la preuve qu’une loi vampirique avait été brisée en même temps qu’un tabou ? Pour en avoir le cœur net, une petite enquête s’impose. Et comble de chance, Alana pourra compter sur l’aide d’Oli, sa meilleure amie et fan inconditionnelle de vampire. Les deux amies vont devoir faire preuve de courage, de débrouillardise et d’une certaine intelligence pour faire face à une situation bien plus dangereuse que prévu.

Le roman étant relativement court, je préfère ne pas m’appesantir sur les différentes péripéties, mais je peux néanmoins vous dire que vous ne risquez pas de vous ennuyer, l’autrice vous proposant une aventure menée tambour battant dans laquelle les scènes d’action, parfois stressantes, s’accompagnent de révélations, notamment sur le monde obscur des vampires. Étant fascinée par ces créatures de la nuit, j’ai apprécié la version que nous en propose Cordélia, mais c’est surtout cette idée d’un groupe d’humains pacifiant aussi bien les relations entre vampires et humains qu’entre vampires qui m’a plu. Je n’ai pas donc eu de mal à comprendre Alana et son envie viscérale de perpétuer la tradition familiale en devenant, à son tour, médiatrice. Un métier, pas forcément de tout repos, mais gratifiant et pourvoyeur de sensations fortes ainsi que de cette impression de participer à quelque chose d’important : la paix entre les humains et les vampires.

Or, si Alana est pleine de bonne volonté et de détermination, elle doit faire face aux préjugés des adultes qui, au lieu de l’écouter et de tenter d’identifier la source de ses douleurs chroniques, préfèrent voir en elle une adolescente fainéante. Plus facile de juger que d’accompagner… Faute de soutien, Alana a donc fini par considérer ses douleurs comme une fatalité avec laquelle composer. J’avoue avoir été assez révoltée par la situation même si, fort heureusement, Oli lui offre cette oreille attentive dont Alana a besoin. C’est d’ailleurs Oli qui évoque en premier cette notion de douleurs chroniques, permettant ainsi à notre héroïne de mettre des mots sur ses maux.

Parler de douleurs chroniques dans un roman jeunesse me semble plutôt novateur, tout comme la manière dont l’autrice offre la possibilité à son lectorat de s’identifier à des personnages différents de ceux qu’on a l’habitude de voir dans la littérature jeunesse : personnages racisés, porteurs d’un handicap, appartenant à la communauté LGBT+… Une diversité, reflet de notre société, qui manque cruellement à l’heure actuelle dans la littérature et qui, je l’espère, inspirera d’autres auteur(e)s, d’autant qu’elle est abordée ici avec beaucoup de naturel et de justesse. Adolescente, j’aurais adoré avoir à ma portée ce genre de livres, mais je dois avouer, que même en tant qu’adulte, je l’ai trouvé inspirant.

Bien qu’elle ne soit pas l’héroïne du roman, Oli est un personnage que j’ai particulièrement apprécié. De fil en aiguille, elle en vient à se confier sur la raison pour laquelle elle préfère ce diminutif à son prénom, Olympes : ne se sentant ni particulièrement femme, ni particulièrement homme, elle ne souhaite utiliser un prénom qu’elle juge un peu trop féminin. Une confidence qui s’accompagne, dans le roman, d’un changement de pronom à l’évocation d’Oli qui n’est alors plus elle, mais iel. Pour ma part, j’ai trouvé le procédé intéressant d’autant qu’il permet aux lecteurs de se familiariser avec un pronom que l’on commence à voir, notamment sur les réseaux, mais qui ne me semble pas encore connu de tous…

Les thématiques abordées sont intéressantes et la galerie de personnages variée, mais j’ai peut-être regretté que le roman ne soit pas plus étoffé, bien que cela reste purement subjectif. J’aurais ainsi apprécié d’en appendre plus sur Joâo, le nouvel élève, qui se révèle finalement encore très mystérieux, mais aussi sur la formation de médiatrice d’Alana… Alors même si l’épilogue nous permet de faire le point sur la situation de chacun et apporte toutes les réponses aux questions que l’on pourrait se poser, je garde l’espoir qu’un jour Cordélia ressente le besoin de redonner vie à ses personnages….

En conclusion, Alana et L’enfant vampire fut une lecture divertissante et rythmée qui ravira les lecteurs appréciant les histoires fantastiques, les vampires et les romans menés tambour battant. Mais c’est également un roman plein d’intelligence qui, sous couvert de fiction, aborde des thématiques importantes, du handicap invisible à la notion de genre, et donne toute sa place à la diversité, permettant enfin aux adolescents de suivre des personnages auxquels ils peuvent s’identifier.

In My Mailbox #203

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Accrocdeslivres. »


  • J’ai eu cette semaine deux surprises : Orgueil et préjugés en énigmes de la part de ma sœur et La veille de Noël au Pays des merveilles de la part de mon compagnon. Il avait prévu de me l’offrir à Noël mais il y a eu un gros cafouillage dans sa commande puis il a dû s’absenter une partie du mois… Ne m’attendant pas du tout à recevoir cet album, j’ai trépigné de joie lors de l’ouverture du paquet !

Couverture Orgueil et Préjugés en ÉnigmesCouverture La veille de Noël au pays des merveilles

  • Achats, dont une commande France Loisirs, et SP :

Little Leaders: Visionary Women Around the World (English Edition) par [Vashti Harrison]Couverture Une histoire de genres : Guide pour comprendre et défendre les transidentitésMac sur un toit brûlant par Metz

Couverture En attendant Bojangles (BD)Les contes d'Ingrid : La Belle au bois dormant - Ingrid Chauvin

Couverture Chats & chiens qui ont fait l'histoire Le Mystère de la chambre jaune - Gaston Leroux Coffret Nicole de Buron - Nicole de Buron

  • Livre audio : il me restait un crédit audio non utilisé et après moult hésitations, j’ai opté pour un livre chaudement recommandé par Lire à la folie qui l’a lu plusieurs fois sous différents supports.

Et vous, quelles sont les nouveautés de votre PAL ?

Throwback Thursday Livresque : coup de cœur de 2020

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Mes coups de cœur sont extrêmement rares et se comptent bien souvent, d’une année à l’autre, sur les doigts de la main. Fort heureusement, cela ne m’empêche pas de faire de très bonnes lectures…

Parmi mes quelques coups de cœur de l’année dernière, il y en a un auquel je continue à penser régulièrement : Préférer l’hiver d’Aurélie Jeannin.

Couverture Préférer l’hiver

À distance du monde, une fille et sa mère, recluses dans une cabane en forêt, tentent de se relever des drames qui les ont frappées. Aux yeux de ceux qui peuplent la ville voisine, elles sont les perdues du coin. Pourtant, ces deux silencieuses se tiennent debout, explorent leur douleur et luttent, au coeur d’une Nature à la fois nourricière et cruelle et d’un hiver qui est bien plus qu’une
saison : un écrin rugueux où vivre reste, au mépris du superflu, la seule chose qui compte.
Dans un rythme tendu et une langue concise et précise qui rend grâce à la Nature jusqu’à son extrémité la plus sauvage, Aurélie Jeannin, dont c’est le premier roman, signe un texte comme une mélancolie blanche, aussi puissant qu’envoûtant.

Ce roman ne plaira pas à tous, mais pour ma part, je me suis laissée transporter par sa force, sa beauté brute, la magnifique plume de l’autrice et cette ambiance si particulière qu’elle a su insuffler à son récit. Beau, poignant et magistral, Préférer l’hiver est un roman qui marque !

Pour en apprendre plus, je vous invite à lire mon avis dont voici la conclusion :

Aurélie Jeannin nous propose un magnifique texte aussi fort et fascinant que la nature qui entoure deux femmes blessées, mais non brisées, dont on suit la vie avec une respectueuse attention. Un rythme calme et intense à la fois pour un huis clos mère/fille, une réflexion sur la nature, le temps qui passe, la solitude, la famille, le deuil, la résilience et la nécessité de vivre l’instant présent sans pour autant se couper de son passé, aussi difficile soit-il. N’est-ce d’ailleurs pas la condition sine qua non pour choisir, en pleine conscience, de préférer l’hiver sans se perdre dans ses frimas ?

Magnifique dans sa singularité, voici un premier roman foudroyant et d’une poésie à la portée quasi philosophique !


Dans un registre très différent et beaucoup plus léger, je vous propose également de vous laisser séduire par La petite bûche, un album jeunesse truculent ! D’un côté, on a un ours apprenti écrivain qui essaie comme il le peut de taper à la machine avec ses grosses pattes, et de l’autre, un écureuil qui tente de corriger les erreurs de son ami, d’un ton parfois assez professoral. C’est drôle, tendre et loufoque. Bref, c’est à lire !

Couverture de La petite bûche

Illustration La petite bûche

Et vous, connaissez-vous ces livres ?
Vous tentent-ils ?

In My Mailbox #196

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Accrocdeslivres. »


Couverture Le Fromage qui tueCouverture Voleur ou détective ?images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/81Hzcx...

Couverture Le Chevalier d'Harmental, illustréCouverture Le Capitaine Pamphile - Contes pour les PetitsCouverture Le livre d'école des Apprenties Sorcières

ma,ga

En plus de mes achats, j’ai eu la chance de recevoir un gain concours de la part de Lire à la folie qui a eu la très grande gentillesse de me faire un deuxième envoi après la « perte » du premier par La Poste. Pour des photos de cette version collector, vous pouvez consulter mon post Instagram.

Couverture Six of Crows, tome 2 : La cité corrompue

Livre audio :

Blood & Honey: Serpent & Dove, Book 2

Et vous, quelles sont les nouveautés de votre PAL ?

In My Mailbox #195

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Accrocdeslivres. »


Voici quelques nouveautés qui ont rejoint ma PAL :

Couverture Ame ténébreuse, coeur lumineux : Hommage à la romantic fantasyCouverture L'Ouroboros d'Argent

Will et ses frères : La vengeance du pirate par ColferCouverture Le bonheur est caché dans un coin de votre cerveau

undefined

Et vous, quelles sont les nouveautés de votre PAL ?