In my mailbox #69 : spécial Gibert Joseph

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Lire ou Mourir. »


J’ai passé une commande sur la boutique Gibert Joseph via PriceMinister et j’ai, comme bien souvent, craqué pour des livres jeunesse.

DSC_0599DSC_0604DSC_0606

Couverture Grizzli et moi : Les jours heureux d'un chat et d'une chaussette

Quant à ces trois livres, ils ne sont pas pour moi, mais pour mon neveu, ma nièce et mon frère… Mais je pense lire le roman du film Zootopie que je n’ai d’ailleurs pas encore vu.

DSC_0607

Et voilà, la photo de famille…

DSC_0610

Et vous, certains de ces livres vous tentent ? Quelles sont les nouveautés de votre PAL ? 

 

Publicités

Premières lignes #43 : Au rendez-vous des revenants, Alfred Hitchcock

Premi!èr-1

J’ai décidé de participer au rendez-vous Premières lignes, initié par Ma lecturothèque, dont le principe est de citer, chaque semaine, les premières lignes d’un livre.


Pour cette édition, j’ai voulu vous parler d’un roman que je n’ai pas encore lu, mais dont la couverture plutôt vintage (et moche disons-le clairement) m’intrigue pas mal…

Trois garçons d’Hollywood viennent de fonder une agence de renseignements : « Les Trois jeunes détectives ».

Ils apprennent qu’Alfred Hitchcock, le grand metteur en scène, le maître du « suspense », cherche une maison hantée, une vraie, pour y tourner son prochain film. Aussitôt, ils décident de lui offrir leurs services.

Parvenir jusqu’à l’illustre producteur, ce n’est déjà pas facile. Mais les garçons auront encore à affronter des spectres bleus, des dames blanches, des…

Au rendez-vous des revenants pose une énigme apparemment insoluble. Les Trois jeunes détectives relèvent le défi.

PREMIÈRES LIGNES

Bob Andy laissa sa bicyclette devant le perron et entra dans la maison.

« C’est toi, Bob ?
— Oui, m’man. »
Bob courut à la cuisine où sa mère, une jeune femme brune et mince, préparait de la pâte à beignets.
« Ça a bien marché, à la bibliothèque ?
— Impeccable », répondit Bob.
Pour gagner un peu d’argent de poche, il travaillait quelques heures par semaine à la bibliothèque municipale où il rangeait les livres et faisait les fiches. Ce n’était jamais particulièrement folichon.
« Ton ami Hannibal a téléphoné, s’écria Mme Andy tout en malaxant sa pâte. Il t’a laissé un message.
— Quel message, m’man ? Raconte vite ! »
Au nom d’Hannibal, Bob avait bondi.
« Je l’ai noté par écrit, répondit sa mère. Je te le donnerai dès que je n’aurai plus les mains pleines de farine.
— Tu ne te rappelles pas ce qu’il a dit ? Il a peut-être besoin de moi immédiatement.
— Les messages ordinaires, je ne les oublie jamais. Mais ceux d’Hannibal sont toujours si farfelus… Impossible de m’en souvenir.
— C’est vrai : Hannibal aime les mots bizarres, reconnut Bob. Il a lu tant de livres que, certains jours, on ne le comprend pas du premier coup.
— Certains jours ! se récria Mme Andy. Tu en as de bonnes. Hannibal est le garçon le plus singulier que je connaisse. Je ne suis pas près d’oublier la façon dont il a retrouvé ma bague de fiançailles. »

Et vous, vous connaissez cette série ? Elle vous a plu ou vous tente ?

La Chambre rose et noire
Songes d’une Walkyrie
Au baz’art des mots
Chronicroqueuse de livres
Les livres de Rose
Les livres de George
La couleur des mots
La Booktillaise
Café littéraire gourmand
Lectrice assidue en devenir
Au détour d’un livre
Lady Butterfly & Co
Le monde enchanté de mes lectures
Cœur d’encre
Les tribulations de Coco
Bettie Rose Books
La vie page à page…
Les livres de Noémie
La Voleuse de Marque-pages
Le Monde de Callistta
Kaly Bizoux
Le chemin des livres
Vie quotidienne de Flaure
Les mots de Junko
Sheona & books
Ladiescolocblog
A Blue Feather Blog
Ma petite médiathèque
Hubris Libris
Le temps de la lecture
Libris Revelio
I believe in pixie dust
Selene raconte
Les lectures d’Angélique
Aliehobbies
Pousse de gingko
Prête-moi ta plume

 

 

In My Mailbox #68 : spécial France Loisirs

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Lire ou Mourir. »


Comme vous le savez peut-être, je suis abonnée à France Loisirs et fais donc parfois quelques achats sur le site ou en boutique que ce soit dans le cadre de l’achat trimestriel obligatoire ou l’envie de me faire plaisir. Voici donc mes dernières acquisitions France Loisirs :

  • J’ai d’abord réceptionné une BD commandée il y a plusieurs semaines et qui était en rupture de stock :

La sagesse des mythes : Persée et la Gorgone Méduse - Clotilde Bruneau - Giovanni Lorusso

  • J’ai ensuite pris le tome 2 d’un roman jeunesse dont j’ai le premier tome dans ma PAL, une BD jeunesse qui n’était pas encore arrivée en boutique et que j’ai donc réservée et un livre de dessin. Enfant, je dessinais souvent et j’avais bien envie de m’y remettre un peu…

Sherlock, Lupin & moi, tome 2 : Dernier acte - Irene Adler Les enquêtes d'Enola Holmes, tome 1 : La double disparition - Serena Blasco

Perspective et composition faciles - Lise Herzog

  • J’ai gardé le meilleur pour la fin avec une très belle édition d‘Alice au pays des merveilles. Ce livre fait le va-et-vient sur le catalogue depuis un moment alors quand j’ai eu mes 100 points fidélité et donc le droit à un livre gratuit, j’ai foncé le demander. Ce n’est pas forcément mon style d’illustrations, elles sont en effet un peu trop contemporaines pour moi, mais je trouve l’objet-livre sublime. Vous pouvez en feuilleter quelques pages sur le site de France Loisirs.

Alice au pays des merveilles - Lewis Carroll - Andrea D'Aquino

Et vous, quelles sont les dernières nouveautés de votre PAL ?

 

Parles-tu chocolat ? Cas Lester

Je remercie Livraddict et les éditions Castelmore pour m’avoir permis de découvrir Parles-tu chocolat ? de Cas Lester.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

La vraie langue de l’amitié est le chocolat  !

Quand Nadima, une nouvelle élève, arrive dans son école, Jaz est ravie. Elle a enfin quelqu’un à côté de qui s’asseoir en classe. Le seul problème est que Nadima ne parle pas un mot d’anglais. Mais Jaz n’est pas du genre à se laisser abattre. Elle trouve vite comment briser la glace : grâce à quelques carrés de chocolat  ! Ainsi commence une belle amitié. Celle-ci ne sera pas épargnée par les épreuves, mais elle sera pleine de rires, d’aventures… et de quelques tonnes de chocolat  !

  • Broché: 320 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 12 années
  • Editeur : Castelmore (14 mars 2018)
  • Prix : 10,90€
  • Autre format : ebook

AVIS

Une jolie couverture et le mot chocolat dans le titre ? Il n’en fallait pas plus pour me donner envie de me plonger dans ce roman jeunesse qui m’a très agréablement surprise. J’ai, en effet, adoré la délicatesse et la retenue avec laquelle l’auteure a su aborder un thème plutôt difficile notamment pour des enfants : la question des réfugiés. Et pour ce faire, elle ne s’est pas perdue dans une histoire larmoyante, mais s’est inspirée d’un reportage mettant en scène deux jeunes filles ne parlant pas la même langue, mais désirant ardemment devenir amies. Et si je n’ai pas vu ce reportage, je ne peux que saluer l’initiative de l’auteure de s’inspirer de cette histoire pour nous offrir un récit plein de sensibilité !

Nous découvrons ainsi Jaz, une jeune fille dyslexique très gentille, mais qui a tendance à agir avant de réfléchir, et Nadima, une réfugiée d’un pays que je vous laisserai découvrir bien que l’actualité rend la chose assez aisée. Nadima, arrivée en Angleterre avec sa famille pour fuir la guerre, se retrouve parachutée dans un collège alors qu’elle ne parle pas bien l’anglais. Elle va, fort heureusement, se lier d’amitié avec Jaz qui, à défaut de partager la même langue, possède le même amour du chocolat… La gourmandise, un langage universel ?

Les deux jeunes filles vont apprendre à se connaître à mesure qu’elles développent leurs propres moyens de communication : sms avec émoticônes, gestes, traducteur google facétieux… Comprenant de mieux en mieux sa nouvelle amie avec laquelle s’installe une réelle complicité, Jaz va, progressivement, se faire en quelque sorte sa traductrice auprès de leurs autres petits camarades qui se montrent un peu moins prompts à aller vers Nadima. Il n’y a aucune hostilité de leur part, mais ils n’ont pas forcément la curiosité ou l’envie de parler à cette nouvelle qui a du mal à s’exprimer. Il faut dire qu’en tant que collégien, chacun est déjà bien occupé par sa vie…

Comme dans toute relation amicale, il y aura des rires, des bons moments, mais aussi des disputes et des moments d’incompréhension notamment en raison des différences culturelles ou du passé de Nadima qui la contraint à se montrer bien plus prudente qu’une jeune fille de son âge. Jaz va donc parfois mettre son amie dans l’embarras voire en colère. Il faut dire que son sens de l’empathie et de la justice vont la pousser à plusieurs reprises à se conduire de manière impulsive sans prendre en considération les conséquences de ses actes ni pour elle ni pour les autres… Mais comme son amie, on lui pardonnera assez vite ses emportements, chacune de ses actions, même les plus irréfléchies, partant toujours d’une bonne intention.

Malgré les tensions et les disputes dues au caractère peut-être un peu trop entier de Jaz, Nadima et cette dernière finiront toujours par se réconcilier et par partager de beaux moments de rires et de complicité. Et c’est ce qui fait le charme de ce roman, l’auteure nous montrant que malgré toutes les atrocités que Nadima et sa famille ont vécues, celle-ci demeure une jeune fille comme les autres qui aime s’amuser avec ses ami(e)s, manger des friandises, si possible au chocolat, et porter un bracelet avec l’indication Best Friends Forever…

Quant aux atrocités vécues par Nadima, l’autrice a veillé à nous les laisser les découvrir de manière progressive et sans jamais tomber dans la surenchère de détails. L’auteure aborde donc le thème de la guerre et des réfugiés de manière assez délicate pour que son message invitant à l’entraide et à la tolérance puisse être accueilli par tous. A cet égard, la prestation de Nadima et de Jaz dans leur cours de théâtre est très émouvante, Nadima racontant SON histoire grâce à des photos et des bruitages. Un procédé simple qui pourtant sera chargé en émotions au point, je le confesserai, de m’avoir fait verser quelques larmes. À travers cette scène, on prend la mesure de toute l’horreur de ce qu’a vécu Nadima, sa famille et toutes ces personnes qui vivent, jour après jour, sous les bombes, les tirs et la peur permanente de mourir ou de voir ses proches périr… Ce passage est d’autant plus marquant que d’ordinaire, Nadima se montre peu encline à s’épancher, hors de son cercle familial, sur les douleurs du passé…

La seule chose qui m’a un peu étonnée et qui reste finalement anecdotique au regard du vrai message de ce roman est le fait que l’on envoie une enfant dans un collège alors qu’elle ne maîtrise pas suffisamment la langue pour suivre les cours... Alors je ne sais pas si dans la vraie vie Nadima aurait pu s’en sortir aussi bien, mais cette immersion parmi d’autres jeunes Anglais se révèle une bonne chose puisqu’elle permettra à la jeune fille de rencontrer des amis et de faire de prodigieux progrès dans la langue de Shakespeare.

J’ai d’ailleurs beaucoup aimé suivre son apprentissage de l’anglais et ai été admirative de sa volonté de progresser d’autant que ses efforts la rapprochent de Jaz qui, en tant que dyslexique, doit s’adapter en permanence pour écrire et lire dans sa langue maternelle. La dyslexie n’est pas le fond du livre, mais je trouve néanmoins intéressante la manière dont l’auteure a su parler de ce thème. Loin de se morfondre, Jaz a ainsi appris des tactiques pour pallier ses difficultés et puis, elle n’est pas mécontente d’appartenir au club des dyslexiques, certains ayant très bien réussi leur vie. Nadima va, en outre, vite comprendre que son amie a ses propres difficultés avec l’anglais et volera parfois à son secours. Une entraide à double sens qui rend leur histoire d’amitié encore plus touchante….

Le livre fait environ 300 pages, mais il se lit très vite, ce qui s’explique par une police de caractère plutôt grande, un texte aéré, mais surtout la plume de l’auteure qui est d’une grande fluidité. Sans se perdre en longues descriptions, elle invite le lecteur à se plonger dans son récit comme on se jetterait sur une tablette de chocolat. L’auteure a également ce côté chaleureux qui vous donne l’impression de lire l’histoire d’une amie ou des enfants d’une amie. Il n’y a absolument aucune distance entre nous et les personnages, ce qui rend la lecture immersive et surtout très naturelle. Alors le roman est destiné aux enfants, et cela se ressent dans le caractère peut-être un peu enfantin de certains passages (chamailleries, jalousie entre amies…), mais il serait dommage de passer à côté de ce récit qui prouve que derrière une certaine légèreté, un roman jeunesse peut divertir tout en faisant réfléchir son lectorat.

En conclusion, à travers la rencontre de deux jeunes filles que tout oppose, Cas Lester signe ici une très belle histoire d’amitié transcendant les différences linguistiques, religieuses et culturelles. Mais de toute manière, existe-t-il quelque chose qui ne puisse être surmonté par une tablette de chocolat, une bonne dose de tolérance, d’ouverture d’esprit et de solidarité ? À la lecture de ce roman, vous ne pourrez que répondre par la négative et saluer le travail de sensibilisation de l’auteure sur la question des réfugiés et des conséquences de la guerre. Un roman que je recommande donc à tout le monde !

Découvrez l’auteure lire un petit passage de son roman (vidéo en anglais).

Et vous, envie de découvrir Parles-tu chocolat ?

Araminta Spookie – Tome 1 : Ma maison hantée, Angie Sage

Quand j’ai découvert le thème du Challenge Lire en thème de mai, lire un livre dont le nom de l’auteur commence par S, j’ai tout de suite pensé à ce roman dont la couverture m’a complètement fait craquer.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Une dose de famille Adams, une pincée de Petit Nicolas, et une cuillerée de Fifi Brindacier: un mélange détonant nommé Araminta Spookie !

Araminta Spookie habite une maison biscornue avec sa tante Tabby, une femme très sèche et aimante, et son Oncle Drac, éleveur de chauves-souris. Araminta voudrait que sa maison soit hantée et elle passe son temps à rechercher d’éventuels fantômes, des loups-garous et autres vampires. Elle possède des panoplies en tout genre pour mener ces chasses incongrues, mais pour l’instant, en vain. Tante Tabby, fatiguée de réparer inlassablement la chaudière, décide de vendre la maison. De plans complètement loufoques en embuscades colossales et drôles, nous suivons la lutte d’Araminta, prête à tout pour garder sa drôle de maison.

  • Relié: 160 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 11 années
  • Editeur : Nathan (3 avril 2008)
  • Prix : 9.90€

AVIS

Araminta coulait des jours heureux avec sa tante Tabby qui aime à se battre avec la chaudière et son oncle, amateur de chauve-souris dans l’âme, jusqu’à ce que sa tante lui annonce son intention de vendre la maison. Hors de question pour la jeune fille qui aime sa maison hantée, bien qu’elle n’y ait encore jamais vu de fantômes, de partir de chez elle ! Elle va donc tout mettre en œuvre pour faire fuir les agents immobiliers et les potentiels acheteurs.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la jeune fille a beaucoup d’imagination et de la suite dans les idées. C’est donc avec plaisir qu’on la suit dans ses aventures consistant notamment à se déguiser en fantôme ou à réunir le maximum d’ingrédients bien dégoûtants et gluants, et à les envoyer depuis un endroit stratégique sur les visiteurs. Deux stratégies efficaces puisque la plupart d’entre eux fuient la maison « hantée » sans se retourner, mais ça c’était avant de tomber sur des acheteurs plutôt étranges…

Bien que polissonne, il est difficile de ne pas s’attacher à Araminta même si elle se montre assez pénible avec sa tante, déjouant tous ses plans pour rendre la maison la plus attractive possible. En plus d’avoir des idées farfelues et une imagination débordante, elle est plutôt amusante, voire impertinente, puisqu’elle n’a pas vraiment la langue dans sa poche. Alors même qu’on devrait être du côté de la tante, la seule adulte responsable du livre, on ne peut donc pas s’empêcher de souhaiter bonne chance à la jeune fille dans ses tentatives de faire capoter le projet de vente.

Elle va d’ailleurs trouver un soutien quelque peu inattendu dans cette entreprise, mais je ne vous en dirai pas plus si ce n’est que la maison hantée qui n’est pas hantée est peut-être finalement bien soumise à des forces surnaturelles… Pour en apprendre plus, il vous faudra vous plonger dans cette petite lecture jeunesse qui devrait faire sourire les enfants et les adultes qui ont gardé leur âme d’enfant. L’histoire est toute mignonne et plutôt enfantine, mais en gardant cela en tête, un adulte pourra, en effet, savourer les péripéties d’une jeune fille têtue, mais amusante. Certains enfants pourront également se retrouver dans cette héroïne qui ne veut pas déménager, un déménagement pouvant être une étape assez difficile dans la vie d’un enfant.

À noter que le roman est agrémenté d’illustrations en noir et blanc ce qui en facilitera la lecture pour les enfants tout en leur permettant de s’immerger encore un peu plus dans ce récit mené tambour battant. Les idées, ou plutôt bêtises d’Araminta, s’enchaînent, en effet, à une vitesse folle, ce qui assure un rythme de lecture rapide que l’on soit petit ou grand. Quant à la plume de l’auteure, elle est efficace avec ce qu’il faut de rythme, d’humour et de concision pour happer l’attention des jeunes lecteurs dès les premières pages.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La fin, avec ses deux petits retournements de situation, m’a bien plu. Elle a le mérite de montrer qu’il faut parfois apprendre à lire entre les lignes, les apparences pouvant être trompeuses, et que l’amitié peut frapper quand on s’y attend le moins. Le final promet également de nouvelles péripéties riches en actions et, probablement, en bêtises !

En conclusion, Araminta Spookie est une jeune héroïne que j’ai pris grand plaisir à découvrir. Amusante et attachante, nul doute que sa personnalité hors norme et son amour des fantômes sauront séduire les jeunes lecteurs et, peut-être, leurs parents à condition que le côté enfantin de la narration et de l’histoire ne les gêne pas. Pour ma part, c’est exactement le genre de petits romans que j’aime lire entre deux lectures plus sérieuses. Je continuerai donc la série avec plaisir d’autant que Nathan a fait un très joli travail d’édition.

Et vous, envie de feuilleter ou de découvrir Araminta Spookie ? Visitez le site des éditions Nathan.

logo-challenge

 

Throwback Thursday livresque #79 : Imagination

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini

Thème de la semaine : Imagination (un personnage qui en a beaucoup, qui est créatif ou se raconte des histoire, voit des liens et signes partout etc…)

Pour ce thème, j’ai tout de suite pensé à Pilo de la BD qui porte le même nom de Julien Mariolle.

Quelle profession aimeriez-vous exercer quand vous serez grand ? Le petit Pilo a plein d’idées : ninja, superhéros, pirate, sorcier, gladiateur, dentiste pour dinosaures, mécanicien pour soucoupes volantes… Rien que des chouettes métiers qui font rêver ! Mais pas un ne convient au directeur de son école. Un vrai rabat-joie, celui-là ! D’après lui, Pilo n’aurait « aucun sens des réalités ». La bonne blague ! Les grandes personnes sont vraiment des gens bizarres…

Pourquoi ce choix ?

J’ai découvert ce premier tome grâce à l’opération 48h BD qui permet d’obtenir au prix unique de 2€ (1€ les années précédentes), une sélection de livres graphiques. J’avoue que sans cette opération, je n’aurais certainement pas craqué trouvant la couverture d’assez mauvais goût, mais ça reste subjectif, j’en conviens sans peine.

Alors si je n’ai pas vraiment été conquise par les gags proposés par l’auteur, même si certains prêtent à sourire, j’ai, en revanche, apprécié la personnalité de Pilo, un petit garçon qui déborde d’imagination. Il se raconte et raconte des histoires quand on lui pose des questions sérieuses et énerve autant le directeur de son école qu’il épate le lecteur par sa créativité.

Si vous aimez les BD jeunesse et avez envie de découvrir un petit garçon à l’imagination débordante, cette BD pourrait donc vous plaire. Mais quoi qu’il en soit, Pilo semble avoir été créé pour coller au thème de ce TTL !

Et vous, connaissez-vous cette série ? Quel livre auriez-vous proposé ?

Chouflette veut son papa, Virginie Oks

2131x1729

Je remercie la maison d’édition Yakabooks pour la découverte de ce petit album tout choupinou.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Chouflette remarque l’absence de son papa quand celui-ci est au travail et le veut près d’elle. Elle aime être avec sa maman, mais ce n’est pas pareil. Ce qu’elle veut, c’est ses deux parents avec elle.

  • Éditeur : Yakabooks (1 août 2017)
  • Prix : 2€

AVIS

Je n’ai pas d’enfant, mais à la lecture du résumé, j’avais très envie de lire ce petit album autant pour le sujet que l’idée d’une future lecture pour ma petite nièce de deux ans.

On rencontre ainsi une petite fille toute mignonne et souriante, Chouflette, qui aime beaucoup son papa. Elle est donc triste quand il est au travail et qu’il ne peut pas lui faire un gros câlin. Et quand elle est avec son papa, elle est triste de ne pas avoir sa maman à ses côtés, car ce que veut Chouflette, c’est avoir ses deux parents avec elle !

Comme le souligne l’auteure en fin d’ouvrage, vers 2 ans, l’enfant est dans une période œdipienne dans laquelle il ressent le besoin d’une relation exclusive avec l’un des deux parents. Or, ma petite nièce suit exactement ce même schéma de développement que je suppose classique. Elle ressent ainsi le besoin d’être en permanence avec mon frère quand il est dans la même pièce ou lieu qu’elle.

Je me suis donc dit que cet album pourrait lui parler. Si cela n’a pas été flagrant, elle m’a quand même demandé, lors de la lecture, où était son père, comme si elle arrivait un peu à s’identifier à Chouflette qui veut son papa. A noter que je lui ai lu moi-même l’ouvrage et qu’une lecture avec ses parents aurait peut-être eu plus d’impact. Ou elle est simplement encore trop jeune pour arriver à faire complètement le lien entre l’histoire de Chouflette et ce qu’elle peut ressentir notamment quand mon frère d’astreinte doit s’absenter ou que sa mère ne peut pas jouer avec elle, car elle est au travail.

Cela ne l’a néanmoins pas empêchée d’apprécier les illustrations de Marine Carron qui ont tout pour séduire les plus jeunes : des dessins simples, mais agréables, des couleurs vives qui happent le regard même des plus grands, la présence sur presque toutes les pages du doudou de Chouflette et je peux d’ailleurs vous dire que ma nièce l’a très vite repéré ce doudou… Pour l’anecdote, lors de la découverte de la première illustration dans laquelle on voit Chouflette dessiner avec ses deux amis, Élise et Abel, ma nièce m’a tout de suite parlé de son meilleur ami à la crèche, Arthur, en ajoutant que c’était lui qui avait fait le dessin.

Il faut dire que les illustrations mettent en scène des situations qui parleront à beaucoup d’enfants : école, moment du coucher, activité avec le papa (l’auteure casse les clichés puisque c’est un moment bricolage que Chouflette partage avec son père), moment de tendresse parents/enfant avec une illustration de fin pleine de douceur qui ne pourra que toucher les lecteurs.

J’avoue avoir été surprise par le format de l’ouvrage m’attendant à un livre un peu plus grand. Mais, c’est plutôt une bonne chose, car sa petite taille en rend la prise en main par des enfants très facile. Très léger et avec des pages assez épaisses, il devrait résister aux manipulations parfois un peu rudes des enfants qui devraient prendre plaisir à entendre encore et encore cette jolie petite histoire.

Enfin, cet album pourra peut-être aider les parents qui travaillent et ne peuvent pas toujours être ensemble pour s’occuper de leurs enfants, à trouver les mots pour leur expliquer pourquoi malgré tout l’amour qui leur porte, ils doivent parfois s’absenter pour le travail avant de mieux les retrouver pour un joli bisou sandwich. Le meilleur, cela va de soi !

Et vous, envie de découvrir Chouflette veut son papa ? Foncez sur le site de Yakabooks où vous trouverez d’autres petites merveilles au prix unique de 2€.