Throwback Thursday livresque #79 : Imagination

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini

Thème de la semaine : Imagination (un personnage qui en a beaucoup, qui est créatif ou se raconte des histoire, voit des liens et signes partout etc…)

Pour ce thème, j’ai tout de suite pensé à Pilo de la BD qui porte le même nom de Julien Mariolle.

Quelle profession aimeriez-vous exercer quand vous serez grand ? Le petit Pilo a plein d’idées : ninja, superhéros, pirate, sorcier, gladiateur, dentiste pour dinosaures, mécanicien pour soucoupes volantes… Rien que des chouettes métiers qui font rêver ! Mais pas un ne convient au directeur de son école. Un vrai rabat-joie, celui-là ! D’après lui, Pilo n’aurait « aucun sens des réalités ». La bonne blague ! Les grandes personnes sont vraiment des gens bizarres…

Pourquoi ce choix ?

J’ai découvert ce premier tome grâce à l’opération 48h BD qui permet d’obtenir au prix unique de 2€ (1€ les années précédentes), une sélection de livres graphiques. J’avoue que sans cette opération, je n’aurais certainement pas craqué trouvant la couverture d’assez mauvais goût, mais ça reste subjectif, j’en conviens sans peine.

Alors si je n’ai pas vraiment été conquise par les gags proposés par l’auteur, même si certains prêtent à sourire, j’ai, en revanche, apprécié la personnalité de Pilo, un petit garçon qui déborde d’imagination. Il se raconte et raconte des histoires quand on lui pose des questions sérieuses et énerve autant le directeur de son école qu’il épate le lecteur par sa créativité.

Si vous aimez les BD jeunesse et avez envie de découvrir un petit garçon à l’imagination débordante, cette BD pourrait donc vous plaire. Mais quoi qu’il en soit, Pilo semble avoir été créé pour coller au thème de ce TTL !

Et vous, connaissez-vous cette série ? Quel livre auriez-vous proposé ?

Publicités

Throwback Thursday Livresque #78 : Roman contemporain

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.


Thème de la semaine : roman contemporain

Pour ce thème, j’ai tout de suite pensé à Amélie Nothomb, mais l’autrice ayant déjà été citée un certain nombre de fois, je vais plutôt me tourner vers Camarade Wang achète la France de Stéphane Fière. Bien que j’en ai eu un avis mitigé, cette lecture m’a indéniablement marquée.

Camarade Wang achète la France -

Wang Desheng, vice-Ministre du Commerce de la République populaire de Chine, est en visite en France. Sa garde rapprochée ? Huit collaborateurs et six très jolies camarades de lit. Son objectif ? Faire ses courses dans le pays, comme dans un vaste discount center. Rien ne l’arrête, et surtout pas les scrupules. Ni le peu de résistance de ses interlocuteurs français. La délégation profite allègrement de leur cupidité pour acheter entreprises, hôtels, terres agricoles…

Jusqu’à ce qu’une belle universitaire croise la joyeuse équipe. Elle rêvait d’être interprète, juste le temps d’une cérémonie. Mais quand les raviolis à la chair de crabe sont délectables, on n’hésite pas à se resservir.

Après vingt ans dans le monde chinois, Stéphane Fière nous offre une satire experte. De quoi rire à gorge déployée mais aussi frémir. Et si c’était là notre réalité ?

Pourquoi ce choix ?

D’abord parce que le roman me semble fort peu connu et que l’un des grands intérêts du rendez-vous mis en place par Bettie est de faire découvrir de nouveaux titres aux lecteurs/participants. Ensuite, j’avais envie de vous présenter ce roman qui s’est révélé assez déstabilisant en raison de l’humour féroce que déploie l’auteur à travers des personnages originaux, hauts en couleur et parfois caricaturaux. On a ainsi l’opportuniste, celui qui n’a aucune conscience professionnelle, l’acheteur chinois peu scrupuleux jouant le jeu de la mondialisation à outrance en faisant fi des conséquences pour les individus…

A ne pas en douter Stéphane Fière nous propose ici une satire mettant en scène notre pays devenu, sous sa plume, un centre commercial à ciel ouvert. A réserver aux amateurs d’un humour grinçant qui aime à porter un regard lucide, mais moqueur sur le jeu des relations économiques mondiales.

Et vous, connaissez-vous ce titre ? Quel livre auriez-vous présenté ?

 

Throwback Thursday Livresque : Clash (deux personnages de deux livres différents qui iraient sans doute direct au clash)

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.


Thème de la semaine : Clash (deux personnages de deux livres différents qui iraient sans doute direct au clash)

Pour ce thème, le couple Elizabeth Bennet/Sherlock Holmes fonctionnerait à merveille puisque leur rencontre pourrait se révéler explosive. Mais je ne vais pas tricher ayant déjà joué cette carte lors du TTL Mix and Match.

J’ai donc fini par sélectionner deux autres personnages qui, à mon avis, auraient quelques difficultés à s’accorder et à ne pas vouloir s’étriper : Jessica Jones (version comics) vs Sylve du roman Grish-mère d’Isabelle Bauthian.

Couverture Jessica Jones, tome 1 : Sans cageCouverture Les rhéteurs, tome 2 : Grish-mère

Jessica et Sylve, en plus de rien n’avoir en commun (il faut dire qu’ils viennent de deux univers très différents), ont une personnalité diamétralement opposée.

Brute de décoffrage et très directe dans ses propos, je ne doute pas que Jessica ait très vite envie de faire taire Sylve qui, de par son éducation, a un langage très très châtié, du moins en apparence. Dans sa tête, il serait, en effet, plutôt du genre grossier. Et c’est d’ailleurs ce moi profond totalement bridé qui, selon moi, pousserait Sylve à haïr cette femme qui ose dire tout haut ce que lui pourrait penser tout bas.

Jessica aurait, quant à elle, probablement des envies de meurtre devant l’étroitesse d’esprit de cet homme qui voit en chaque femme, une simple femelle et qui fait, en outre, preuve d’homophobie. Ceux qui ont lu le livre comprendront en quoi cette haine montre de nouveau toute l’hypocrisie du personnage.

En bref, nous avons d’un côté, une femme forte qui se moque des conventions et qui dit ce qu’elle pense et fait ce qu’elle dit, et de l’autre, un homme empêtré dans une éducation élitiste le poussant au dédain et à vivre dans la plus totale des hypocrisies. Deux mondes, deux caractères opposés et les probables étincelles qui vont de pair…

Et vous, quels personnages auriez-vous choisis ?

Throwback Thursday Livresque #76 : Seconde chance (un livre déjà mis dans un TBTL mais dont vous avez envie de reparler)

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.


Thème de la semaine : Seconde chance (un livre déjà mis dans un TBTL mais dont vous avez envie de reparler)

Je dois avouer que pour ce thème je n’ai pas hésité une seule seconde ne résistant pas au plaisir de vous (re)parler de l’un de mes livres préférés : Orgueil et préjugés de Jane Austen.

Pourquoi ce choix ? 

La raison en est simple, c’est l’un des rares romans lus durant mon adolescence qui m’a autant marquée et plu. J’ai adoré la plume de l’auteure, j’ai adoré sa manière de critiquer la société de son époque à travers une héroïne forte et intelligente qui n’a pas sa langue dans sa poche… Et surtout, j’ai aimé que Jane Austen nous propose une romance qui sert le récit et non le récit d’une romance !

L’histoire est prenante, bien ficelée et terriblement addictive. Alors si ce n’est pas encore fait, foncez lire Orgueil et préjugés…

Et vous, avez-vous lu ce roman ? Qu’en avez-vous pensé ?

Throwback Thursday Livresque #75 : Job or Money

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.


J’aurais pu vous parler du roman présenté la semaine dernière Meilleurs ennemis… Mais j’ai trouvé un autre titre qui se prête parfaitement à la thématique de la semaine : Tribulations d’un précaire.

‘Tribulations d’un précaire’ est un récit à la première personne. L’auteur relate les petits boulots qu’il a été amené à exercer aux États-Unis pour survivre, après un passage dans l’armée et un diplôme de lettres. Aucune des compétences acquises ne lui servira jamais… Ni pour transporter câbles et cafés lors du tournage d’un film underground, découper des poissons dans un supermarché de luxe, remplir des cuves de fuel ou conduire un camion de déménagement… Ni pour les travaux de forçat en Alaska aux côtés de travailleurs immigrés.

Pourquoi ce choix ?

Armé d’un diplôme de lettres pour s’insérer dans le monde du travail, le narrateur va vite être confronté à la dure réalité : ses études ne lui seront d’aucune utilité pour convaincre les employeurs de lui donner sa chance. C’est donc résigné, puisqu’il faut bien manger, qu’il accepte de faire tous les petits boulots qui se présentent à lui. Et si chaque travail est différent du précédent, tous sont difficiles et ne lui offrent qu’une vie de précarité.

Loin de s’apitoyer sur son sort, c’est avec beaucoup d’humour et de dérision que l’auteur nous narre ses différentes expériences et son vécu de ce monde du travail dans lequel il aura tellement de peine à faire sa place… Avec ce roman, nous sommes donc loin du rêve américain ! On se trouve plutôt dans cette Amérique des working poor, de ces personnes qui cumulent les emplois difficiles, parfois plusieurs en même temps, pour un salaire de misère. Une autre vision de l’Amérique donc qui permet de se rendre compte que derrière chaque image d’Épinal, se cache le revers de la médaille.

Et vous, connaissez-vous ce livre ? Vous tente-t-il ?

Throwback Thursday Livresque #74 : Week-end ou break

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.


Thème de la semaine : Week-end ou break

J’avoue avoir pas mal réfléchi avant de trouver un livre correspondant à ce thème. Puis, je me suis souvenue d’une romance dont j’ai purement oublié de publier la chronique. C’est d’ailleurs amusant de voir à quel point ma mémoire est sélective puisque j’ai tendance à laisser dormir, dans mes brouillons, les chroniques de romans qui m’ont moyennement ou pas du tout convaincue…

J’ai donc décidé de vous parler de Meilleurs ennemis de Sally Thorne.

Couverture Meilleurs ennemis

Une nouvelle voix mordante, brillante et hilarante. Meilleurs ennemis va bouleverser le monde de la comédie romantique. C’est l’une des meilleures que j’ai jamais lues ! » Kristan Higgins

Le jour où Lucy rencontre son nouveau collègue, Joshua Templeman, elle n’en revient pas : il est à tomber ! Sauf qu’il ne lui faut pas plus de deux secondes pour découvrir qu’il est aussi froid, cynique, impitoyable… absolument détestable ! Alors, quand leurs chefs respectifs les mettent en concurrence pour une promotion, Lucy est prête à tout pour le battre. Car, si elle gagne, elle sera sa boss. S’il gagne… elle démissionnera. Autant dire qu’elle n’a pas le choix : elle doit gagner. Mais lorsque, un soir, dans l’ascenseur, ce traître de Josh l’embrasse fougueusement, elle est complètement déstabilisée. Se serait-elle trompée à son sujet depuis le début ? Ou est-ce une tactique de Josh pour lui faire perdre ses moyens ?

Pourquoi ce choix ?

Dans la pure lignée des comédies romantiques, ce roman devrait plaire aux amateurs du genre. Je dois avouer, pour ma part, avoir souri au début devant les échanges gratinés entre Lucy et Joshua avant de franchement m’en lasser. Mais de mémoire, les deux ennemis, dont tout le monde se doute qu’ils vont finir par tomber amoureux, vont partir en voyage dans le cadre de leur travail. Un voyage qui va marquer le début de l’évolution des relations entre les deux jeunes gens et un break dans leurs disputes…

Alors je ne suis pas le public type pour ce genre de romans, mais il se lit très vite et dégage une certaine fraîcheur. Un roman à mettre dans ses bagages pour un petit WE de détente ou pour un break bien mérité !

Et vous, connaissez-vous ce livre ? L’avez-vous apprécié ? Quel roman auriez-vous cité ?

Throwback Thursday Livresque #73 : De Capes et de Crocs, Alain Ayroles et Jean-Luc Masbou

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.


Thème de la semaine : Sous le soleil ou au clair de lune

Ce thème m’a tout de suite fait penser à un énorme coup de cœur : De Cape et de Crocs, Le secret du janissaire (tome 1)

Dans un XVIIe siècle de fantaisie, deux gentilshommes se lancent à la poursuite du trésor des îles Tangerines. Les voilà entraînés dans un maelström d’aventures et de péripéties. Sur leur chemin, depuis Venise jusqu’à la Lune, ils croiseront des corsaires turcs, des cannibales et des monstres marins. Ayroles et Masbou ont concocté là une BD virevoltante, émaillée de dialogues enlevés et de coups de théâtre savoureux. De Cape et de Crocs emprunte à Molière comme au Chat botté ou à la commedia dell’arte. C’est aussi un plaidoyer passionné en faveur de la tolérance et de l’ouverture d’esprit. Un vrai bonheur ! « Comme nous vécûmes, nous mourrons… Avec panache ! La fourrure trouée mais l’honneur intact.

POURQUOI CE CHOIX

J’ai choisi ce titre pour sa couverture qui me semble coller au thème en plus de m’avoir profondément marquée…

De Capes et de Crocs est le genre de découvertes livresques qui justifie l’existence même des bibliothèques municipales. Je suis tombée sur cette série à une période où j’avais envie de lire des BD sans pour autant me tourner vers les grands classiques (Tintin, Astérix…). Et pour le coup, je peux dire que j’ai eu le nez fin puisque ce premier tome a été une véritable claque, une révélation : une BD, en plus de nous offrir un voyage visuel, pouvait également avoir la profondeur d’un roman !

En effet, vous plonger dans De Capes et de Crocs, c’est l’assurance de découvrir des dialogues travaillés faisant honneur à la langue française et à la littérature. Et encore, je pense être passée à côté de certaines références. D’ailleurs, il serait peut-être temps d’envisager une relecture…

Si vous aimez les histoires mettant en scène des personnages pouvant prendre l’apparence d’animaux, je ne peux que vous conseiller cette série dont la beauté des textes n’a rien à envier à celle des illustrations. Un sans-faute donc pour cette série que je vous recommande à 200% !

Et vous, connaissez-vous De Capes et de Crocs ? Qu’en avez-vous pensé ?