Throwback Thursday Livresque #32 : Summer Party

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.

Thème de la semaine : Summer Party (un roman qui se déroule en été ou parfait à lire en été)

summerparty

 

Pour ce thème, j’ai choisi un livre que j’avais lu il y a fort longtemps  :

couv69203622

 

Selon Rebecca Bloomwood, « si l’on pouvait porter des vêtements neufs tous les jours, la dépression nerveuse n’existerait plus ». Droguée au shopping, notre héroïne s’expose à un nombre de tracas aussi impressionnant que le montant du relevé de sa carte de crédit. Témoin de la riche correspondance qu’elle entretient avec son banquier… Comble de l’ironie: Beckie est journaliste à Réussir vos épargnes, où son travail consiste à expliquer à ses lecteurs comment gérer leur budget. Les dettes s’amoncellent… Un dernier shopping pour se remonter le moral ? Impossible, toutes ses cartes sont bloquées. De solutions empiriques en effroyables mensonges, c’est la panique. De quoi miner aussi son début d’histoire d’amour avec le séduisant homme d’affaires Luke Brandon. A ce stade, une issue heureuse ne tiendrait-elle pas du miracle ?

  • Pourquoi ce choix ? : si vous vous posez la question, c’est que vous n’avez jamais lu ne serait-ce qu’un tome des confessions d’une accro du shopping. En effet, cette série respire l’été ! Elle est légère, pétillante et permet de se vider l’esprit en s’amusant. L’héroïne est attachante et vous fera certainement sourire voire rire. Certain(e) d’entre nous pourraient même se reconnaître en elle. Pour ma part, ce fut le cas à condition de remplacer l’amour des vêtements et autres accessoires féminins par celui des livres. L’histoire étant très facile à suivre, vous pourrez parcourir les pages au gré de vos bains de soleil ou autres joyeusetés de l’été.
  • Pour qui ? : pour ceux qui ont envie d’une lecture légère avec une héroïne attachante dont l’enthousiasme pour le shopping ne peut que prêter à sourire, « dépenser pour exister » semblant son créneau.
  • Quand ? en été confortablement installé dans un transat, dans un hamac, sur l’herbe, le sable…

Et vous, vous aimez cette série ?

Throwback Thursday Livresque # 31 : Burned by magic

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.

Bien que nous soyons vendredi, je publie aujourd’hui ma participation au Throwback Thursday Livresque sur le thème : Fête des pères (un livre avec un super papa ou un papa qui est très important…).

papaheros

Oui, ce n’est pas des plus logiques, mais je suis certaine que, dans votre grande clémence, vous me pardonnerez.

27250887

In the city of Solantha, mages rule absolute, with shifters considered second-class citizens and humans something in between. No one outside the mage families are allowed to have magic, and anyone born with it must agree to have it stripped from them to avoid execution.

Sunaya Baine, a shifter-mage hybrid, has managed to keep her unruly magic under wraps for the last twenty-four years. But while chasing down a shifter-hunting serial killer, she accidentally loses control of her magic in front of witnesses, drawing the attention of the dangerous and enigmatic Chief Mage.

Locked up in the Chief Mage’s castle and reduced to little more than a lab rat, Sunaya resists his attempts to analyze and control her at every turn. But she soon realizes that to regain her freedom and catch the killer, she must overcome her hatred of mages and win the most powerful mage in the city to her side.

  • Pourquoi ce livre ? : je voulais vous parler d’un autre titre, mais j’ai eu peur de vous spolier en vous expliquant les raisons de mon choix. Je me suis donc rabattue sur un livre qui colle un peu moins bien au thème… Mais comme aujourd’hui, vous avez décidé d’être vraiment très sympa avec moi, vous me pardonnerez une nouvelle fois. Dans Burned by magic, le père n’en est pas un au sens génétique du terme, mais il n’en demeure pas moins un chic type qui a décidé, sans rien demander en retour, de prendre sous son aile une jeune fille complètement rejetée de tous, à commencer par sa propre famille qui l’a mise à la rue. Il va la traiter comme sa propre fille allant jusqu’à lui apprendre les ficelles de son métier.
  • Pour qui ? : pour tous ceux qui aiment les histoires de magie, de changeling… et les auteurs qui n’hésitent pas, à travers une histoire où le surnaturel prévaut, à dénoncer le racisme.
  • Quand ? : quand on en envie d’un livre avec de l’action et en anglais puisqu’à ma connaissance le livre n’a pas été traduit.

Et vous, quel livre auriez-vous choisi ?

Throwback Thursday Livresque #30 : Ce n’est pas ce que j’attendais… (un livre qui vous a laissé une jolie surprise ou au contraire une amère déception).

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.

Thème de la semaine : Ce n’est pas ce que j’attendais… (un livre qui vous a laissé une jolie surprise ou au contraire une amère déception).

cenespasceque

Pour ce thème, je vais vous parler d’Inaccessibles de Katharine McGee :

34191628

Bienvenue à Manhattan, en 2118
New York est à la pointe de l’innovation et du rêve. La ville est désormais une tour de mille étages où les plus aisés vivent à son sommet. Tout semble parfait, lisse et idéal.
Jusqu’au jour où une jeune femme tombe du millième étage…
Meurtre ou accident ? Les suspects sont nombreux. La belle et riche Eris, qui découvre un secret familial terrible ? Rylin, qui travaille pour un garçon des étages supérieurs ? Watt, qui espionne tout le monde grâce à une IA qu’il a créée ? Leda, qui cache une addiction ? Ou Avery, la plus parfaite de toutes, qui habite le penthouse du millième étage ? Entre soirées débridées, glamour et petits secrets entre amis, la Tour aux mille étages va révéler ses mystères.
Plus dure sera la chute.

  • Pourquoi ce titre ? : j’ai choisi ce livre car j’avoue avoir été surprise voire déçue de constater que le résumé ne correspond pas à l’histoire. Je m’attendais à une enquête policière alors que ce n’est pas du tout le cas. On est plus dans une histoire façon Beverly Hills que dans un Sherlock Holmes ! Alors je n’ai pas détesté le roman, mais à mon sens, la quatrième de couverture est trompeuse et mériterait d’être revue…
  • Pour qui ? : les personnes aimant les ambiances bling bling et futuristes.
  • Quand ? : quand on a envie d’un livre avec de multiples personnages.

Si vous voulez en apprendre plus, vous pouvez consulter ma chronique d’Inaccessibles dont voici la conclusion :

En conclusion, j’attendais beaucoup de ce roman, sûrement beaucoup trop car si j’ai aimé certains aspects comme l’idée d’une tour en tant que lieu d’habitation et représentation symbolique des inégalités sociales, je suis passée à côté de l’histoire. La vie de ces personnages, en majorité issus de la haute société, ne m’a pas passionnée, mais plus jeune, j’aurais probablement accroché. Je conseillerais donc Inaccessibles aux personnes attirées par des séries comme Beverly Hills 90210 (pour les trentenaires) ou Gossip Girls puisque vous y retrouverez l’aspect bling-bling et des situations amoureuses assez tordues

Et vous, vous connaissez ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Throwback Thursday Livresque #29 : Dans la poche (un livre lu en version poche)

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini

Thème de la semaine : Dans la poche (un livre lu en version poche)

Je lis de moins en moins en poche, mais je me suis souvenue d’une excellente lecture dans ce format : Suite française, Tempête en juin d’Emmanuel Moynot d’après le roman d’Irène Némirovsky.

dsc_0621

Juin 1940. Les destinées se heurtent sur les routes de l’exode. Le banquier Corbin, le couple Michaud, la tribu des Péricand, l’abbé Philippe, la frivole Arlette Corail, le sinistre Corte et sa maîtresse écervelée, les perdants, les affreux, les purs et les morts, tous forment les figures inoubliables de cette débâcle française. Une brillante adaptation graphique du chef-d’œuvre d’Irène Némirovsky, couronné par le prix Renaudot 2004.

  • Pourquoi ce choix ? : parce qu’en plus d’être un poche, ce livre a la particularité d’être également une BD. Je pense que cette lecture marque d’ailleurs  ma découverte des BD en format poche. Quant à l’histoire, elle est intéressante et nous permet de suivre différents protagonistes pendant l’exode. Certains sont attachants et humains quand d’autres représentent l’être humain dans tout son égoïsme et toute sa lâcheté.

dsc_0624

  • Pour qui ? :  pour ceux qui veulent découvrir ou redécouvrir le roman d’Irène Némirovsky sous une autre forme et pour tous ceux qui sont intéressés par cette triste période de notre histoire.
  • Quand ? : quand on a un moment pour lire à tête reposée, l’histoire et les illustrations étant assez denses.

Si le livre vous tente, je vous invite à lire mon avis sur Suite française, Tempête en juin.

 

Throwback Thursday Livresque #28 : une maman exceptionnelle ou en devenir

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.

Thème de la semaine : une maman exceptionnelle ou en devenir

Pour ce thème, j’ai tout de suite pensé à Lily Potter, mais il me semble avoir déjà vu la référence sur un autre blog et puis, vous êtes sûrement nombreux à avoir eu la même idée…

J’ai donc un peu triché en vous citant une lecture récente : Les sorcières de Kinvar.

33561670

À neuf ans, Emily croit encore fermement aux contes de fées et s’imagine souvent dans des rôles de princesses aux pouvoirs incroyables. Alors, quand la réalité rattrape la fiction et que la fillette s’avère capable de parler avec quatre poupées de bois aux caractères si différents, elle découvre un monde bien plus surprenant que celui dont elle rêvait. Mais si les héros existent, il en est également de même pour son flot de mauvaises sorcières, vampires ou loup-garous en tout genre. Et en grandissant, l’adolescente ne tarde pas à s’apercevoir qu’ils ne lui veulent pas que du bien, particulièrement quand elle cherche à creuser dans son passé…

  • Pourquoi ce choix ? : comme avec Harry Potter,  dans Les sorcières de Kinvar, on garde l’idée de maman exceptionnelle qui essaie de protéger un maximum son enfant. On a peu de détails sur la mère d’Emily, mais on sait qu’elle a veillé à protéger sa fille d’un monde dangereux où sorcières, vampires et autres créatures existent.
  • Pour qui ? : pour tous ceux qui aiment les histoires de magie et de trahison.
  • Quand ? : quand on a envie d’une lecture rapide, mais prenante.

Si ce livre vous intéresse, je vous invite à lire ma chronique.

Throwback Thursday Livresque #28 : un livre que j’ai découvert sur un ou des blogs

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.

Thème de la semaine : un livre que j’ai découvert sur un ou des blogs

blogbooktube

Ce thème a été un peu difficile dans la mesure où je ne consulte assidument les blogs littéraires que depuis un voire deux ans. Heureusement, je me suis souvenue d’un album que j’avais découvert à l’époque où je tenais encore un blog sur le thé (Une histoire de thé).

C’est Céline, une passionnée de thé qui en avait parlé sur Twitter et qui m’avait ainsi incitée à emprunter le livre à la médiathèque.

51D8961HgcL._SX368_BO1,204,203,200_

Dodin-Bouffant, le plus fin des gourmets, doit trouver une nouvelle cuisinière. Cette quête, qui lui semble tout bonnement impossible, pourrait bien prendre la forme d’une délicieuse histoire d’amour. Dodin-Bouffant est un passionné de cuisine. Fin gourmet, arbitre reconnu des saveurs, il voue à l’art culinaire un véritable culte qu’il pratique avec la complicité́ de sa talentueuse cuisinière, Eugénie Chatagne. La disparition inopinée de cette dernière advient comme une catastrophe qui ébranle jusqu’au sens même de sa vie. La recherche d’une remplaçante l’entraîne dans une trépidante saga dont les péripéties dévoilent combien la cuisine est une œuvre de choix qui veut beaucoup d’amour… Mathieu Burniat réussit avec brio la libre adaptation d’un classique de la littérature gastronomique. Une délicieuse histoire d’amour pour les fins gourmets.

  • Pourquoi ce choix ? : parce que je me souviens de la verve avec laquelle Céline nous avait parlé de cet ouvrage ! Je ne m’étais jamais intéressée à la littérature gastronomique, mais cet album m’avait semblé un bon moyen de commencer. De mémoire, j’en avais apprécié l’histoire sans pour autant avoir vraiment envie de me lancer dans l’œuvre originale, dont vous trouverez sur L’internaute une critique intéressante.

Je ne suis pas végétarienne, mais j’avais néanmoins été gênée, voire franchement dégoûtée, par le fait d’être mis un peu trop en face de ce que signifie manger de la viande… Je devine que cette remarque pourra agacer certaines personnes et sembler terriblement hypocrite à d’autres, mais difficile de contrôler ce que l’on ressent à la lecture d’une œuvre.

dod4

  • Pour qui ? : pour les amoureux de la gastronomie et de la littérature culinaire, mais définitivement pas pour les personnes ne mangeant pas de viande.

J’ai hésité à vous présenter cet album, car il a suscité en moi des émotions assez contradictoires, mais il est indéniable qu’il présente des qualités littéraires qui pourront séduire certains d’entre vous…

Throwback Thursday Livresque #27 : ce livre que j’aurais voulu écrire

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.

Thème de la semaine : ce livre que j’aurais voulu écrire

vouluecrire

J’avais très envie de parler de Harry Potter, mais je me suis creusée les méninges pour trouver un autre titre : 20 ans avec mon chat de Mayumi Inaba.

22008198

Tout a commencé avec la rencontre d’un chaton égaré.
Une boule de poils vaporeuse accrochée de toutes ses griffes au grillage d’un jardin. Une chatte friande de sardines et de bonite aigre-douce, qui va s’introduire dans la vie de cette habitante de Tokyo (qui ressemble beaucoup à l’auteur) pour très longtemps. Mî va partager avec elle quatre-vingts saisons, la rendre sensible à l’odeur du vent, aux signes de la nature, à la température de la lumière, et accompagner chacune des transformations de sa vie. Car ce roman étoilé de poèmes est aussi celui d’une femme traversée par la soif d’écrire, qui tous les soirs égrenait sur le papier des choses qui apparaissaient, ou disparaissaient, les yeux posés sur Mî blottie à ses côtés.
La malicieuse chatte va se transformer, avec la vieillesse, en une belle endormie, et sa maîtresse, presque sans s’en apercevoir, va devenir écrivain. De la nuit lointaine que les yeux humains ne voient pas Tu reviens Les coussinets glacés les oreilles dressées Et moi j’essuie les petites traces de tes pas dans le couloir L’empreinte de la nuit Les traces d’un secret qui n’appartient qu’à toi.

  • Pourquoi ce livre ? : parce que j’adore les chats que j’ai le plaisir de côtoyer aussi bien chez moi avec mes deux adorables chenapans que lors de mes visites dans un refuge dans lequel je suis bénévole (même si ma contribution est plus que modeste). J’aurais aimé savoir décrire de manière aussi poétique que Mayumi Inaba la relation m’unissant à mes deux poilus.
  • Pour qui ? : pour tous les amoureux des félins, mais aussi pour ceux qui apprécient les textes poétiques et la littérature japonaise.
  • Quand ? : toute l’année, mais pourquoi pas pendant l’été pour se rappeler que malgré l’amour qu’un animal apporte à ses propriétaires, certains n’hésitent pas à s’en débarrasser à l’arrivée des grandes vacances.

Vous pouvez retrouver ma chronique de 20 ans avec mon chat dont voici la conclusion :

L’auteure ne propose pas une histoire pleine de péripéties mais plutôt un journal sur 20 ans d’une très belle histoire d’amitié et d’amour entre un être humain et un chat. Toutes les personnes qui ont déjà vécu avec un chat au cours de leur vie devraient retrouver un peu du leur dans Mî. Nous sommes ici face à un livre à conseiller aux amoureux des animaux et des textes emplis de poésie et de douceur.

Et vous, le livre vous tente ?