Throwback Thursday Livresque #163 : un livre que vous regrettez d’avoir acheté

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


À la lecture du thème, je voulais vous parler d’un livre que je n’ai pas aimé, mais ayant dans mes brouillons un Top Ten Tuesday avec mes 10 plus grosses déceptions livresques, j’ai préféré opter pour un livre que je regrette d’avoir acheté non pas parce que je ne l’ai pas aimé, mais parce que je manque de courage pour le lire : Dominium Mundi de François Baranger.

Couverture Dominium Mundi, tome 1

2202. Né des cendres d’une conflagration planétaire, l’Empire Chrétien Moderne règne sur une Terre ravagée et irradiée. Urbain IX, pape tout puissant, contraint les populations à vivre selon un mode de vie médiéval, restaurant ainsi le Dominium Mundi. Sous son impulsion, un vaisseau colonisateur est envoyé vers Alpha du Centaure, dans l’espoir d’y trouver de nouveaux territoires pour l’humanité. Lorsque les passagers abordent une planète et son peuple, les Atamides, le choc est grand. Mais ce n’est rien en comparaison d’une découverte encore plus bouleversante : le véritable tombeau du Christ ! Guidés par leur foi inébranlable, les missionnaires tentent de s’en emparer, en vain. Les indigènes les massacrent. Sur Terre, la nouvelle se répand comme une traînée de poudre. Deux ans plus tard Urbain IX achève d’armer un gigantesque vaisseau, le St-Michel, capable d’abriter un million d’hommes. Pour Tancrède de Tarente, le Méta-guerrier héros des champs de bataille, et Albéric Villejust, le génie de l’Infocosme enrôlé de force, débutera une Croisade sanglante vers une nouvelle Jérusalem… Les événements feront-ils bégayer l’Histoire ?

La couverture et le résumé m’avaient fortement intriguée, notamment la mention d’un mode de vie médiéval, mais les 700 pages du roman ont fini par quelque peu me décourager d’autant que la SF est un genre que je ne lis qu’avec parcimonie… Ce livre risque donc de dormir dans ma PAL encore quelques années.

Si vous l’avez lu, n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé ou à me laisser le lien de votre chronique en commentaire.

Et vous, quel livre auriez-vous choisi ?

Throwback Thursday Livresque #162 : humour

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


J’ai failli vous parler d’un livre avec un chat, mais j’ai fini par opter pour un livre mettant à l’honneur un médecin qui, dans un petit ouvrage plein de bonne humeur, nous propose une série de perles et d’anecdotes sur ses patients.

Le docteur Antoine Roberti exerce dans une petite commune de l’est de la France, à la limite entre la ville et la campagne. Médecin généraliste, il est le tout premier étage de notre cher système de santé et, comme tel, reçoit quotidiennement les demandes les plus farfelues de patients perdus, inquiets, esseulés, perturbés ou tout simplement mythomanes. Des maladies qui n’existent pas, des affabulations calculées, des exagérations camouflant de réelles détresses ou bien l’envie de faire marcher le portefeuille de la sécu : tout cela forme, au quotidien, une collection de perles, de dialogues involontairement comiques… et aussi un concentré sans filtre d’humanité.

Vous découvrirez, non sans une certaine incrédulité, les dessous parfois surréalistes de la vie de médecin. Entre les hypocondriaques, les amateurs de cachets en tout genre et les personnes voyant dans leur médecin un potentiel amant, vous ne devriez pas manquer de passer un moment divertissant.

Pour en apprendre plus sur Bonjour docteur !, voici la conclusion de ma chronique :

Même s’il peut porter à réflexion, Bonjour Docteur !, c’est avant tout un livre sans prise de tête qui devrait vous assurer quelques beaux moments de rire. D’ailleurs, je vous conseille de le lire chez vous ou à l’abri des regards extérieurs, les éclats de rire dans un transport en commun pouvant occasionner quelques regards suspicieux. Alors si vous aimez rire, foncez pour cette petite lecture parfaite pour accompagner vos vacances ou pour vous permettre de décompresser après une dure journée de labeur.

Si je n’évoque pas vraiment le confinement sur le blog, je profite néanmoins de ce TTL et du livre choisi pour remercier tout le personnel soignant qui travaille sans relâche, et parfois avec un manque de reconnaissance révoltant, pour que chaque victime de ce satané virus puisse se rétablir. Merci à leur dévouement et aux risques qu’ils prennent chaque jour…

Et vous, connaissez-vous ce livre ?
Vous tente-t-il ?

Throwback Thursday Livresque #161 : une couverture printanière

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Le printemps n’est pas une saison qui m’inspire particulièrement, mais grâce à Livraddict, j’ai trouvé un titre parfait pour le thème : le tome 3 d’une série que j’aime beaucoup, Alisik.

Couverture Alisik, tome 3 : Printemps

Alisik se réveille une nuit dans un cimetière. Un peu effrayée, elle décide de s’enfuir au plus vite. Mais, rapidement, elle se rend compte qu’aucun vivant ne la voit. Et pour cause, Alisik est morte. Pire, elle est coincée entre enfer et paradis, en attente du jugement de Mr. Mortis, lequel tarde à venir. En attendant, elle et ses nouveaux amis, tous dans le même cas, vont devoir sauver le cimetière de la destruction. Pour cela, elle peut compter sur l’aide de Ruben, un jeune aveugle, seul vivant capable de l’entendre, et qui ne la laisse pas indifférente…

Comme il s’agit d’un tome 3, j’ai préféré vous copier le résumé du premier tome, mais je pense que la couverture et le titre parlent d’eux-mêmes…

Et vous, connaissez-vous/appréciez-vous cette série ?
Quel titre auriez-vous proposé ?

Throwback Thursday Livresque #160 : sujet tabou

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Pour le thème de la semaine, j’ai pensé à un roman qui m’avait demandé un petit temps d’adaptation, mais qui m’avait beaucoup touchée, notamment en raison des sujets abordés : La Couleur du lait de Nell Leyshon.

La Couleur du lait -

En cette année 1831, Mary, une jeune fille de 15 ans entame le tragique récit de sa courte existence : un père brutal, une mère insensible, en bref, une banale vie de misère dans la campagne anglaise du Dorset.
Simple et franche, mais lucide et entêtée, elle raconte comment, un été, sa vie a basculé lorsqu’on l’a envoyée chez le pasteur Graham, pour servir et tenir compagnie à son épouse, une femme fragile et pleine de douceur. Avec elle, elle apprend la bienveillance. Avec lui, elle découvre les richesses de la lecture et de l’écriture… mais aussi obéissance, avilissement et humiliation. Finalement l’apprentissage prodigué ne lui servira qu’à écrire noir sur blanc sa fatale destinée. Et son implacable confession.

Il est question dans ce roman de la vie dans la campagne anglaise des années 1830, mais surtout du destin d’une jeune fille dont la vie va être brisée alors qu’elle venait à peine de commencer. Je ne préfère pas vous en dévoiler trop, mais ce qui est certain, c’est que l’histoire que Mary nous conte maladroitement, avec son orthographe défaillante et sa grammaire maladroite, devrait vous remuer et provoquer en vous un profond dégoût vis-à-vis de ces représentants de l’église (heureusement minoritaires) qui bafouent les valeurs qu’ils sont censés diffuser.

Et vous, connaissez-vous ce roman ?
L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ? 

Throwback Thursday Livresque #159 : le plus gros livre de votre bibliothèque

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Je ne suis pas à 100% certaine qu’il s’agisse du plus gros livre de ma bibliothèque, mais Les Chroniques de DragonLance est quand même un beau bébé de 1312 pages.

Couverture Les chroniques de Dragonlance, intégrale

La disparition de deux constellations dans le ciel de Krynn annonce le retour des forces du Mal. Des centaines de dragons aux ordres de la Reine des Ténèbres envahissent le monde et le mettent à feu et à sang. Seul un groupe d’aventuriers menés par Tanis le demi-elfe a pressenti le retour du Mal. Ils représentent l’unique espoir de Krynn. Et pour vaincre ils doivent retrouver la seule arme capable de défaire les créatures de la Reine des Ténèbres : la mythique lancedragon ! Personne n’imaginait qu’ils deviendraient des héros… eux moins que quiconque !

N’ayant pas encore lu le roman, il me sera difficile de vous en parler si ce n’est que je peux vous dire qu’il s’agit ici d’un achat motivé principalement par la beauté de l’objet-livre…

Quant au plus gros livre lu, je pense que la palme revient à Jonathan Strange & Mr Norrell que j’avais beaucoup apprécié et qui m’avait occupée de longues heures…

Couverture Jonathan Strange & Mr Norrell

Il y a des siècles de cela, du temps où la magie existait encore en Angleterre, le plus grand magicien de tous était le roi Corbeau. Enfant d’homme élevé par des fées, le roi Corbeau mêla sagesse féerique et humaine raison pour fonder la magie anglaise. En 1806, année où commence le roman, il n’est plus guère qu’une légende. L’Angleterre est gouvernée par un roi fou, Lord Byron bouleverse les mœurs autant qu’il révolutionne la poésie, les guerres napoléoniennes ravagent le pays… et plus personne ne croit à la pratique de la magie. Or voici que Mr Norrell, le reclus de l’abbaye de Hurtfew, lance un défi aux magiciens théoriciens qui pullulent dans le pays : il prouvera qu’il est le seul véritable magicien du pays. Dans une scène éblouissante, il prête parole et mouvement aux statues de la cathédrale d’York. La nouvelle du retour de la magie en Angleterre se répand jusque dans les frivoles salons londoniens. Pédant, prétentieux, Mr Norrell devient pourtant la coqueluche de la noblesse londonienne. Mais lui veut davantage : aider le gouvernement dans sa guerre contre Napoléon. Il bloque les Français en rade de Brest grâce à une immense flotte anglaise composée de navires nés de la pluie, et dote les côtes britanniques de charmes protecteurs.
Aider le royaume d’Angleterre n’est pas l’unique obsession de Mr Norrell. Car il veut aussi, et surtout, éliminer tout rival possible. C’est compter sans la prophétie : Deux magiciens paraîtront en Angleterre. Le premier me craindra ; le second de me voir brûlera. Et bientôt il croise sur son chemin un brillant jeune magicien, Jonathan Strange. Ce dernier est charmant, riche, un brin arrogant, mais imaginatif et courageux. Mr Norrell, séduit, le prend pour élève. Ensemble, ils éblouissent le pays de leurs exploits. Mais leur association tourne vite à la rivalité…

Et vous, connaissez-vous ces romans ?
Les avez-vous lus ? Qu’en avez-vous pensé ?

Throwback Thursday Livresque #158 : festif

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Pour ce thème, j’ai pensé à la saga Valeria dont l’ambiance est bien souvent festive, la bande d’amies que l’on suit n’hésitant pas à enchaîner les sorties et les soirées entre copines durant lesquelles elles refont le monde et échangent autour de leurs vies amoureuses, sexuelles et professionnelles.

Dans les pas de Valeria par [Benavent, Elisabet]

Quand Bridget Jones s’invite dans Sex and the City

Valeria aime les belles histoires d’amour.
*
Valeria est romancière.
*
Valeria a trois amies  :
Lola, Carmen et Nerea
*
Valeria et ses amies partagent tout.
*
Valeria est mariée à Adrian,
Mais elle rencontre Victor…
*
Valeria aime la sincérité.
*
Valeria est unique.
*
Comme toi  !
Complices et inséparables, Valeria et ses amies se racontent tout. Vraiment tout. Surtout leurs histoires de cœur…
Valeria commence à s’ennuyer dans les bras d’Adrian.
Lola s’éclate avec ses amants, qu’elle collectionne.
Carmen et son collègue de bureau se tournent autour.
Nerea, elle, vient enfin de rencontrer quelqu’un !

Le sexe est omniprésent dans cette saga, ce qui aurait dû me pousser à vite l’abandonner, mais j’ai développé une sorte d’attachement aux quatre copines que l’on apprend à connaître au fil des tomes, et dont la vie nous apparaît sujette à de multiples rebondissements…

Si ce roman vous tente, n’hésitez pas à lire mon avis sur Dans les pas de Valeria dont voici la conclusion :

Dans les pas de Valeria questionne la notion de couple et de sa pérennité dans le temps, mais c’est surtout un cocktail explosif composé de beaucoup d’amitié, d’une bonne dose d’amour, de désir, de tension sexuelle et de fantasme… Léger, drôle et terriblement addictif, voici un roman que je vous invite à découvrir pour décompresser d’une dure journée de travail, passer un bon moment sans prise de tête, ou tout simplement vous détendre auprès de femmes attachantes dont on partage, le temps d’un roman, la vie sans aucun tabou.

Grand succès en Espagne, cette saga semble avoir bien moins convaincu en France, mais peut-être que certain(e)s d’entre vous se laisseront séduire par la série Netflix qui devrait sortir dans le courant de l’année.

Et vous, connaissez-vous ce titre ?
Qu’en avez-vous pensé ?

Throwback Thursday Livresque #157 : À lire au moins une fois dans sa vie

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Ce thème est simple et dur à la fois puisque je ne crois pas en l’existence d’un livre universel que tout le monde devrait avoir lu au moins une fois dans sa vie. Néanmoins, je reconnais qu’il y a des livres qui m’ont tellement plu et/ou marquée que j’aimerais les mettre entre les mains de tout le monde : Harry Potter, À la croisée des mondes, Orgueil et préjugés, Jane Eyre, L’Avare, Don Quichotte

Mais parce qu’il faut bien choisir un titre, je vais citer Le dernier jour d’un condamné de Victor Hugo.

« Mon corps est aux fers dans un cachot, mon esprit est en prison dans une idée. Une horrible, une sanglante, une implacable idée ! Je n’ai qu’une pensée, qu’une conviction, qu’une certitude : condamné à mort ! »

Victor Hugo nous donne à juger, sans autre dossier qu’un journal intime, la cause d’une main criminelle mais aussi d’un être jeune, impuissant et horrifié face au défi de violence et de guillotine.

Ce livre mérite d’être lu que ce soit dans sa version originale ou sous sa forme graphique. Si la peine de mort a été abolie en France, elle reste en vigueur dans certains pays, ce qui fait froid dans le dos d’autant que de grandes puissances continuent à l’appliquer. Il me semble donc primordial de lire au moins une fois dans sa vie ce classique que vous trouverez gratuitement et légalement en version numérique.

Je triche un peu en vous conseillant un autre plaidoyer contre la peine de mort : Nos jours heureux de Gong Ji-Young.

Nos jours heureux.indd

Yujeong a le cœur en miettes lorsque sa tante Monica, qui est religieuse, la prend par la main et l’emmène à la Maison d’arrêt de Séoul visiter un condamné à mort. Rien ne semble pouvoir rapprocher une jeune désespérée de bonne famille d’un triple meurtrier, et pourtant… Au fur et à mesure de leurs rencontres, ils vont se raconter avec sincérité leurs « vraies histoires », affronter les ténèbres et découvrir les lumières éblouissantes au sein de ces ténèbres, réparer leurs âmes meurtries. Ce roman bouleversant nous parle de la force de l’amour, de pardon et de rédemption.

Je sais que la littérature asiatique peut intimider, mais je ne peux que vous encourager à donner sa chance à cet ouvrage qui m’avait vraiment émue et touchée. Et si vous hésitez, peut-être que le film pourrait avoir vos faveurs…

Et vous, avez-vous ces ouvrages ?
Qu’en avez-vous pensé ?