Thursday Throwback Livresque #25 : Road trip et Voyage

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.

Thème de la semaine : Road trip et Voyage

roadtrip

Ma lecture du moment aurait convenu à merveille à ce thème, mais l’intérêt du TTL étant de se remémorer d’anciennes lectures, j’ai préféré vous parler d’un roman découvert dans les allées de la médiathèque : Le maître de café d’Olivier Bleys.

21521598

« Rome, années 50. Massimo Pietrangeli, maître torréfacteur de 71 ans, règne d une main de fer sur l’empire des Cafés Pietrangeli. Il a l »insigne honneur de préparer, chaque matin, le café du président de la République italienne. Mais un jour, il est terrassé par un infarctus. Sauvé par une miraculeuse tasse de caffè doppio, le patriarche annonce à ses proches sa dernière volonté : entreprendre avec eux un ultime voyage au Costa Rica !
Sur place, le long cortège familial s »ébranle, accompagné d »un considérable bagage, à commencer par le cercueil dans lequel Massimo dort chaque nuit et un percolateur d’ une demi tonne de son invention ! Cette expédition improbable devient un véritable voyage intérieur pour Massimo, et lui permettra de révéler le secret qui le hante. Rapprochés par le récit de son histoire, les Pietrangeli finiront par former une véritable famille, soudée autour d une même passion : celle du café. « 

  • Pourquoi ce livre ? : parce que ce roman parle d’un road trip un peu spécial puisqu’il prend la forme d’un voyage familial entrepris à l’initiative du patriarche en fin de vie. Avec Le maître de café, vous ne découvrirez pas de beaux paysages à vous couper le souffle, mais vous ferez un voyage intime dans la vie d’un individu qui ne s’était jusqu’alors jamais vraiment dévoilé aux yeux des siens.
  • Pour qui ? : pour les amateurs de café, cette boisson étant omniprésente dans le roman et pour les amoureux des histoires de famille.
  • Quand ? : pendant des vacances ou un dimanche matin sous la couette, une tasse de café fumante à la main.

Vous pouvez retrouver ma chronique ici dont voici la conclusion :

« Le Maître de café est un roman que j’ai trouvé agréable. Je n’ai pas eu envie de le lire frénétiquement mais plutôt de le déguster lentement et avec attention comme un bon café. Je pense qu’il fait partie de ces romans dont une deuxième lecture s’impose afin d’en détecter les subtilités. Je le conseille aux amateurs de café qui apprécieront sûrement la belle place que le roman laisse à cette boisson. »

Alors, qui est prêt pour ce voyage ?

Throwback Thursday Livresque #24 : Noir et sans espoir ou Lumière et plein d’espoir

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.

Thème de la semaine : Noir et sans espoir ou Lumière et plein d’espoir

blackwhite

Pour ce thème, j’avais envie de vous parler d’Une mère d’Alejandro Palomas, mais vous ayant déjà présenté le roman dans un article Premières lignes et publiant ma chronique demain, je ne voulais pas risquer l’effet overdose. Pour le côté noir et sans espoir, il y a bien la BD Jolies ténèbres, mais j’ai déjà joué cette carte…

J’ai donc décidé de vous parler d’un livre qui n’est pas considéré comme un « feel-good », mais qui m’a pourtant procuré les mêmes sensations : Le discours d’un roi.

index

« Ce scénario retrace l’histoire authentique du roi d’Angleterre George VI (1895-1952) atteint d’un lourd bégaiement.
C’est l’improbable et émouvante amitié qui va se nouer entre un souverain britannique devant vaincre son handicap et l’orthophoniste australien qui va le soigner.
Une brillante fresque historique où défilent des personnages illustres, interprétés par de merveilleux acteurs. »

Pourquoi ce choix ?

Je triche un peu dans le sens où plus que le roman qui n’est en réalité qu’un scénario, c’est le film que je vous enjoins à découvrir si ce n’est pas déjà fait. Vous y trouverez du courage, de l’espoir, de l’amour sous différentes formes (marital, amical, de sa nation..), de l’humanité. En d’autres termes, vous y trouverez de la lumière.

Le scénario est sympathique, mais il n’a pas la force du film car il lui manque le jeu parfait des acteurs, la symbiose qu’ils ont réussi à atteindre et toute l’émotion qu’ils transmettent aux spectateurs. Le film est juste beau et touchant quand le scénario n’est qu’intéressant…

Enfin, si vous regardez le film (très bonne décision), je vous invite vraiment à le faire en version originale.

Et vous, vous avez vu le film et/ou lu le script? Qu’en avez-vous pensé ? Quelle version avez-vous préférée ?

Throwback Thursday Livresque #23 : Si je devais vivre dans la peau d’un personnage

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.

Thème de la semaine : Si je devais vivre dans la peau d’un personnage

Freepik-Tarea-6

A la lecture du thème, j’ai tout de suite pensé à Alice au pays des merveilles, mais je vous en ai déjà parlé. Heureusement, un second titre s’est imposé à mon esprit même si je reconnais que le choix peut sembler bizarre : Journal intime d’un chat acariâtre.

20170223_143957-1
« Je me présente, je suis un petit chat de 6 mois, vif, intelligent, beau, facile à vivre et modeste. Après avoir bourlingué de foyer en foyer, je viens d’être recueilli par une famille tout à fait détestable. Je ne connais pas leur nom, appelons-les la famille Crétin, ça leur va à merveille. Je vais vous raconter mon quotidien. »
« Si je devais résumer ma philosophie de vie en une phrase, ce serait : » Un esprit sain dans un coussin. «  »
« Quand je m’ennuie, je mange. Quand je suis heureux, je mange. Quand je suis triste, je mange.
Mais qu’on ne vienne pas me dire que je suis gourmand, ça va m’énerver, et quand je suis énervé, je mange. »
« 22 novembre, 75e jour de captivité.
Ce matin, action coup de poing ! J’ai décapité une souris et leur ai apporté le corps sur leur lit. Cette action barbare est nécessaire pour faire comprendre à mes geôliers de quoi je suis capable. La mission a lamentablement échoué, ils se sont extasiés bêtement à grand renfort de paroles onctueuses et condescendantes: « mais quel bon chat, c’est un bon chasseur, ça ! ».
Je crois que je vais devoir monter d’un cran en violence… »

  • Pourquoi ce livre ? : parce que passer sa journée à se prélasser, à manger à qui mieux mieux et à se moquer de ses maitres, c’est quand même sympa comme vie, non ? Et puis, c’est rare de pouvoir se comporter comme un psychopathe narcissique tout en ayant quand même l’air d’être tout mignon.
  • Pour qui ? : pour les amoureux des chats à condition qu’ils aient de l’humour, sinon ils risquent de ne pas apprécier l’image qu’Edgar donne de la gent féline.
  • Quand ? : quand on a envie d’une lecture légère ou simplement envie de rire. On peut aussi dégainer le livre à la suite d’une bêtise de son poilu d’amour histoire de se dire qu’il y a pire, il y a Edgar.

Pour en savoir plus sur Journal intime d’un chat acariâtre, je vous invite à lire ma chronique.

Et vous, le livre vous tente ?

 

Throwback Thursday Livresque #22 : Printemps, belle saison, renouveau

Le thème de la semaine : Printemps, belle saison, renouveau

tbtlspring

J’ai eu beaucoup de mal à me souvenir d’une lecture pour ce thème. J’ai donc finalement décidé de vous parler d’un livre qui correspondrait à l’idée de renouveau en gardant à l’esprit que Betty nous laisse libre d’interpréter ses thèmes comme nous le souhaitons. Le livre dont je souhaiterais vous parler est : Les yeux d’Astrid de Jean-Marie Kassab.

30214673

Victime d’un père autoritaire, Francis, travailleur acharné devenu millionnaire fait récemment faillite. En instance de divorce de surcroît, le cumul des problèmes le mène au désespoir. Envisageant pour un moment le suicide, il se retrouve au hasard des routes face à face sur une plage déserte avec une inconnue prénommée Astrid.
À travers quelques questions judicieuses, Astrid ouvre les yeux de Francis, l’aide à identifier ses problèmes réels et à poursuivre sa quête du bonheur pour retrouver la joie de vivre qui était en fait à portée de main. Leur débat prend la forme d’une vraie leçon de vie.
Les dernières pages du récit réservent au lecteur des développements inattendus.
Le livre est premier des ventes au Liban en 2016.

  • Pourquoi ce livre ? : la rencontre de Francis avec Astrid va changer sa vie dans la mesure où la jeune femme va lui faire ouvrir les yeux sur un certain nombre de choses notamment sur la notion de bonheur. Je considère que cette histoire est une histoire de renouveau car, grâce à leurs échanges, Francis va évoluer et finir par regarder d’un nouvel œil son passé, sa vie actuelle et son futur. Et puis, prosaïquement, les lunettes de soleil d’Astrid sur la couverture ne vous font pas irrémédiablement penser à la belle saison vous ? A noter, pour ceux qui liraient le livre, que cet accessoire n’est pas aussi anodin qu’il en a l’air.
  • Pour qui ? : pour toutes les personnes qui aiment se poser et réfléchir à leur vie, à la notion de bonheur… Ce livre conviendra également à ceux qui ont envie d’un ouvrage à mi-chemin entre le livre de développement personnel et le livre « feel good« .
  • Quand ? : à la plage, quand on ressent le besoin de faire le point sur sa vie ou quand on a simplement envie d’une jolie histoire.

La maison d’édition vous propose de lire un extrait gratuit d’une quinzaine de pages. Vous pouvez également lire ma chronique sur les Yeux d’Astrid dont voici la conclusion :

En résumé, Les yeux d’Astrid est un livre rapide à lire que je vous conseille autant pour le fond que la forme. Vous pouvez simplement vous laisser bercer par l’histoire de Francis et apprécier le style de l’auteur aussi élégant qu’agréable à lire. Ou vous pouvez profiter de votre lecture pour réfléchir aux questions, notamment sur le bonheur, que la vie de Francis et sa rencontre avec Astrid soulèvent.

Pas tout à fait un roman, pas tout à fait un livre de développement personnel ou un « feel good book », Les yeux d’Astrid est le genre de livre que l’on peut relire à différents moments de sa vie afin d’y trouver, si ce n’est des réponses, des pistes de réflexion, des éléments nouveaux ou tout simplement, un peu de réconfort.

Et vous, vous connaissez ce livre ? Il vous tente ?

Throwback Thursday Livresque #21 : la plus belle couverture

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.

Thème de la semaine : La plus belle couverture

bellecouverture

Pour ce thème, je vais un peu tricher dans le sens où la version du livre que je vous présente est récente, mais ma première lecture de l’histoire quant à elle remonte à de nombreuses années.

513ub+gp6bL._SX353_BO1,204,203,200_

Les Aventures d’Alice au pays des merveilles (titre original : Alices Adventures in Wonderland), fréquemment abrégé en Alice au pays des merveilles, est un roman écrit en 1865 par Lewis Carroll (nom de plume de Charles Lutwidge Dodgson). À l »heure de commémorer les 150 ans du roman, cette très belle édition inédite, traduite par Henri Parisot, propose une immersion singulière : au fil du récit, les images s »imprègnent d »une envoûtante fantaisie baroque. Grâce à différentes techniques (gouache, huile et aquarelle), Benjamin Lacombe auteur phare de la nouvelle illustration française offre une dimension graphique surréaliste et subversive à un grand classique de la littérature anglaise.

  • Pourquoi ce livre ? : parce que j’adore adore Alice au pays des merveilles et plus particulièrement, l’ambiance qui se dégage de l’histoire ainsi que ses personnages phares à l’instar du Chat du Cheshire. Si on ajoute à cela mon amour pour le travail de Benjamin Lacombe, on ne peut que comprendre mon choix. Je ne suis absolument pas objective, mais j’adore cet ouvrage en passant de la couverture aux illustrations intérieures. L’objet-livre est ainsi du plus bel effet dans une bibliothèque.
  • Pour qui ? : pour tous les amoureux d’Alice mais aussi pour tous ceux qui aiment les ouvrages finement travaillés et illustrés.
  • Quand ? : quand on a envie de rêver et de voyager grâce à une histoire toute loufoque mise en valeur par les sublimes illustrations de Benjamin Lacombe. Un voyage enchanté depuis son canapé en somme…

Et vous, ce livre vous tente ?

 

Throwback Thursday Livresque #20 : un pavé de plus de 500 pages

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.

Thème de la semaine : Un pavé de plus de 500 pages

pave500

Pour ce thème, j’avais envie de vous parler de Don Quichotte ou d’un roman qui a donné des sueurs froides à bon nombre de lycéens : Le Rouge et le Noir. C’est finalement sur un titre beaucoup plus récent que portera ce TTL, A l’intérieur de Jodi Picoult.

5168pjQayRL

Quand votre fils ne vous regarde jamais dans les yeux… comment savoir s’il est coupable ?
Adolescent atteint du syndrome d’Asperger, Jacob Hunt ne possède pas le mode d’emploi pour communiquer avec les autres. Enfermé dans sa bulle, il est pourtant d’une intelligence prodigieuse. Un sujet le passionne plus que tout : la criminalistique. Il parvient souvent à se rendre sur des scènes de crime, où il ne peut s’empêcher d’expliquer aux policiers comment faire leur travail. En général, il tombe juste.
Mais lorsqu’un assassinat se produit dans le quartier, l’attitude de Jacob est un signe flagrant de culpabilité pour la police. Pour la mère et le frère de Jacob, l’intolérance et l’incompréhension qui ont toujours menacé leur famille ressurgissent brutalement.
Et cette question lancinante, qui ne laisse pas leur âme en paix… Jacob a-t-il, oui ou non, commis ce meurtre ?

  • Pourquoi ce livre ? j’ai découvert ce titre grâce au Club de lecture du Petit Pingouin vert et j’en garde un très bon souvenir. Si le résumé laisse présager une enquête policière intéressante, c’est surtout le personnage de Jacob qui m’a marquée. Atteint du syndrome d’Asperger ou plutôt d’une forme d’Asperger puisque chaque cas est différent, j’ai trouvé passionnant de découvrir ce jeune homme d’une très grande intelligence, sa vie en famille, les rituels dont il a besoin pour simplement vivre, ses crises et la manière dont sa mère arrive à les gérer… Si ce thème vous intéresse, n’hésitez pas à lire A l’intérieur qui malgré ses 600 pages se lit très vite.
  • Pour qui ? : pour les personnes qui ont envie d’en apprendre plus sur le syndrome d’Asperger à travers une histoire ayant comme trame de fond une intrigue policière.
  • Quand ? : quand on a envie d’un livre qui malgré son nombre de pages se lit très vite.

Voici la conclusion de ma chronique que vous pouvez retrouver en cliquant sur ce lien :

A l’intérieur de Jodi Picoult est une histoire dont j’ai apprécié l’intrigue mais qui mérite surtout d’être lue pour les nombreuses informations que l’auteure dispense sur le syndrome d’Asperger. En plus d’être instructive, la lecture est émouvante sans pour autant être dégoulinante de bons sentiments. Je ne connaissais pas cette auteure, mais elle a su trouver un savant équilibre entre émotions et réalisme en montrant, contrairement à ce que Jacob pense, que dans la vie tout n’est pas tout noir ni tout blanc.

Et vous, vous connaissez ce livre ? Vous l’avez aimé ?

Throwback Thursday Livresque #19 : un livre jamais chroniqué sur votre blog et pourtant apprécié

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini

Thème de la semaine : un livre jamais chroniqué sur votre blog et pourtant apprécié.

livrejamais

Les candidats pour ce thème sont très nombreux puisque je suis loin de chroniquer toutes mes lectures même si depuis le début de l’année, j’essaie de m’améliorer sur ce point en rédigeant au minimum une mini-chronique de chacune de mes lectures.

Après avoir hésité, j’ai eu envie de vous parler d’un livre que j’avais adoré : Avant d’aller dormir de S.J. Watson. J’ai reçu ce livre dans le cadre d’un troc ; je l’avais demandé dans l’optique de le lire puis de le faire découvrir à mon frère et à mon père. Mais de nous trois, je pense être celle qui a le plus accroché à l’histoire.

51cBWzNCuoL._SX320_BO1,204,203,200_

À la suite d un accident survenu une vingtaine d années plus tôt, Christine est aujourd’hui affectée d’un cas très rare d’amnésie : chaque matin, elle se réveille en croyant être une jeune femme célibataire ayant la vie devant elle, avant de découvrir qu’elle a en fait 47 ans et qu’elle est mariée depuis vingt ans. Son dernier espoir réside dans son nouveau médecin, Ed Nash. Celui-ci lui a conseillé de tenir un journal intime afin qu’elle puisse se souvenir de ce qui lui arrive au quotidien et ainsi reconstituer peu à peu son existence. Quand elle commence à constater de curieuses incohérences entre son journal, ce que lui dit son entourage et ses rares souvenirs, Christine est loin de se douter dans quel engrenage elle va basculer. Très vite elle va devoir remettre en question ses rares certitudes afin de faire la vérité sur son passé… et sur son présent.

  • Pourquoi ce livre ? : j’ai eu envie de vous parler de ce livre car il m’a permis de sortir d’une panne de lecture. A partir du moment où je me suis plongée dans l’histoire, il m’a été quasiment impossible de lâcher le roman au point de le lire jusqu’à tard dans la nuit et de l’emporter avec moi à chaque déplacement. J’ai été fascinée par Christine qui, chaque matin, se réveille totalement dépossédée d’une grande partie de ses souvenirs et donc de sa vie. Est-ce qu’il vous arrive parfois de vous réveiller et de ne plus vous souvenir de qui vous êtes pendant quelques secondes ? L’angoisse, la sensation d’oppression et le vide intérieur qui résultent de cette désagréable expérience sont parfaitement retranscrits par l’auteur à travers Christine. L’atmosphère du roman se révèle de plus en plus angoissante et asphyxiante jusqu’à ce que l’horrible vérité éclate ! Certains pourraient déplorer une trame narrative un peu répétitive, mais pour ma part, j’ai trouvé qu’elle contribuait parfaitement à l’atmosphère pesante du roman.
  • Pour qui ? : pour tous les amateurs de thrillers psychologiques.
  • Quand ? : quand on a envie de lire un page-turner et/ou un livre à l’ambiance angoissante.

ADAPTATION CINÉMATOGRAPHIQUE

Le livre a été adapté au cinéma, mais je n’ai pas été très emballée. Le côté répétitif que certains pourraient reprocher au livre est ici bien présent d’autant que l’ambiance si angoissante du roman est ici moins présente :

Et vous, vous connaissez ce livre ? Vous l’avez aimé ?