Blanche-neige doit mourir, Nele Neuhaus

index

En regardant mes habitudes de lecture sur Livraddict, je me suis aperçue que je lisais souvent des auteurs provenant des mêmes pays : France, Japon et États-Unis. J’ai donc entrepris de partir à la rencontre d’auteurs provenant d’autres pays avec pour commencer, l’Allemagne.

C’est ainsi que j’ai choisi de lire Blanche-Neige doit mourir de Nele Neuhaus, publié aux Éditions Actes Sud. J’ai également lu ce livre dans le cadre du Challenge Vide ta Pal en été.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Une femme est tombée d’un pont sur une voiture. Selon un témoin, elle aurait été poussée. L’enquête conduit Pia Kirchhoff et Oliver von Bodenstein à Altenhain où la victime, Rita Cramer, a vécu avant son divorce d’avec un certain Hartmut Sartorius. Onze ans plus tôt, deux jeunes filles du village avaient disparu sans laisser de trace. Sur la foi de maigres indices, un garçon de vingt ans, Tobias Sartorius, avait été arrêté et condamné à dix ans de prison.
Or, depuis quelques jours, Tobias est revenu chez son père à Altenhain… Dans le village, Pia et Bodenstein se heurtent à un mur de silence. Mais bientôt une autre jeune fille disparaît et les habitants accusent Tobias Sartorius, même si ce dernier a toujours clamé son innocence. Les preuves manquent, la police piétine et certains villageois semblent bien décidés à prendre les choses en main.

  • Broché: 400 pages
  • Editeur : Actes Sud Editions (6 octobre 2012)
  • Prix : 23,50€
  • Autres formats : ebook, poche

 

AVIS

Lu en trois soirées, on peut sans peine dire que j’ai beaucoup aimé suivre notre duo d’enquêteurs : Oliver von Bodenstein et Pia Kirchhoff.

En apparence anodin, Altenhain est un village dont les habitants vont réserver de grosses surprises aux lecteurs. Je ne préfère pas vous en dire plus pour ne pas dévoiler l’intrigue mais vous verrez que les apparences sont trompeuses et que les gens ne sont pas forcément ce qu’ils paraissent être.

J’ai adoré le talent de Nele Neuhaus pour créer une intrigue complexe où tout semble être lié sans que l’on sache comment ni pourquoi. Chaque nouvel élément que nos policiers découvrent, loin d’éclaircir l’affaire, la rend encore plus opaque. Aux côtés de Pia et d’Olivier, on essaie de séparer le vrai du faux alors que l’auteure prend un malin plaisir à brouiller les pistes.

Les rouages permettant de relier le meurtre de deux jeunes filles il y a une dizaine d’années à la disparition d’Amélie se mettent, petit à petit, en place avec son lot de révélations. On saisit alors dans toute son ampleur l’injustice dont a été victime Tobias, coupable idéal, accusé à tort du double meurtre. On comprend également l’urgence de retrouver Amélie avant qu’il ne soit trop tard et que le village soit de nouveau la scène d’un drame.

En plus de l’enquête, on découvre certains éléments de la vie privée de notre duo et notamment d’Olivier avec ses problèmes de couple. Je me suis interrogée sur la pertinence ou l’intérêt de certains détails mais force est de constater qu’on finit par s’attacher à ces deux policiers. Loin de l’image de super justiciers, on les voit essayer de faire leur travail au mieux malgré leurs difficultés personnelles et leurs faiblesses.

Le seul point négatif à mon sens est l’omniprésence de l’adultère. Je ne suis pas puritaine et cela fait évidemment partie de la vie mais dans une telle mesure, ça finit par donner un côté Melrose Place assez agaçant.

NOTE : 4/5

AUTEURE (informations BABELIO)

Nele Neuhaus, née en 1967 à Münster en Westphalie, vit depuis son enfance à Taunus, près de Francfort.
Après ses études universitaires, elle travaille dans une agence de publicité et après son mariage dans la charcuterie de son mari. Obsédée par l’écriture dès son enfance, elle publit ses trois premiers romans policiers à compte d’auteur, puis se met à écrire des romans policiers qui rencontrent un succès immédiat. Flétrissure est le premier traduit en français.
Son polar « Blanche-Neige doit mourir » s’est vendu à 1 million d’exemplaires Outre-Rhin (Actes Sud noir)

AVT_Nele-Neuhaus_4723.jpeg

En résumé,  Blanche-Neige doit mourir est un roman que j’ai beaucoup aimé et dont je n’ai pas vu défiler les pages. L’auteure a su créer un climat anxiogène dans ce village où certains sont prêts à tout pour protéger leurs secrets. Si vous aimez les histoires faites de faux-semblants et de suspense, ce polar est fait pour vous.

Pour ma part, je lirai sans aucun doute la première enquête de notre duo (Flétrissure) et toutes les prochaines.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Bilan challenge Vide ta PAL en été

PALETE 2016

Je vous avais présenté le challenge Vide ta PAL en été auquel j’ai décidé de participé. Du premier juillet au trente août, je m’étais fixée comme objectif de lire un certain nombre de livres de ma PAL. Vous pouvez d’ailleurs retrouver la liste sur livraddict.

Je vous propose maintenant de faire le bilan de ce challenge. Tout d’abord, j’ai validé le challenge aux environs du 10 août ! La prochaine fois, je serai donc plus ambitieuse quant à mon objectif.

Si j’ai lu tous les ouvrages de ma liste, je n’ai pas pris le temps de tous les chroniquer. Je ne le ferai probablement pas car je lis trop pour avoir le temps de le faire. Néanmoins, voici la liste des livres pour lesquels vous trouverez ma chronique :

Parmi toutes mes lectures, je n’ai eu aucune grosse déception mais j’ai eu une très agréable surprise avec le comic Harley Quinn. J’ai adoré cette méchante complètement déjantée à laquelle on s’attache à vitesse grand V.

26812375

Et vous, avez-vous réussi à faire descendre votre PAL durant cette période estivale ?

Enregistrer

Enregistrer

Arthus Trivium : Les anges de Nostradamus

arthus-trivium-tome-1-les-anges-de-nostradamus

J’avais découvert Arthus Trivium, tome 1 : Les anges de Nostradamus, publié aux éditions Dargaud,  dans un magazine. Cette BD étant recommandée par Historia, je me suis empressée de la réserver à la bibliothèque. Heureusement, l’attente n’a pas été longue et j’ai pu vite la découvrir.

J’ai lu cette BD dans le cadre du Challenge Vide ta PAL en été.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

XVIe siècle, en France, débordé par les sollicitations, le médecin et astrologue, Nostradamus envoie ses jeunes disciples – Arthus, Angélique et Angulus – aux quatre coins du pays pour élucider des énigmes que ni la science ni religion ne peuvent résoudre,

Les deux auteurs espagnols – Raule, le scénariste de Jazz Maynard, et Juan Luis Landa – nous entraînent dans récit machiavélique et empreint de mystère. La narration, d’un humour noir incisif, est soutenue par un graphisme baroque et sensuel.

MON AVIS

Étant très très cartésienne, j’avoue que tout ce qui est du domaine des prédictions ne m’intéresse pas du tout quand bien même elles émaneraient d’un personnage célèbre tel que Michel de Nostredame alias Nostradamus. Néanmoins j’étais assez curieuse de découvrir comment l’auteur allait aborder la vie de ce personnage.

J’ai beaucoup apprécié le parti pris de l’auteur d’entourer Nostradamus de trois disciples, chacun ayant sa propre personnalité. Tous les trois partagent un profond respect pour celui-ci mais pas forcément une foi aveugle en ses « dons ». J’espère que les autres tomes permettront d’en apprendre plus sur Arthus, Angélique et Angulus.

Le hasard faisant bien les choses, juste avant la lecture de l’ouvrage, je suis tombée sur une émission de radio parlant justement de ce célèbre prophète. Des points abordés par les animateurs se retrouvent d’ailleurs dans la BD bien que celle-ci soit romancée.

Les graphiques m’ont plutôt plu tout comme l’atmosphère que l’illustrateur a insufflé à la BD avec sa dose de mystère, de noir mais aussi de lumière. L’ensemble sans être un coup de cœur m’a permis de passer un très bon moment de lecture. Je n’hésiterai pas à continuer la série dès que les autres tomes paraîtront mais surtout dès qu’ils seront disponibles à la bibliothèque.

A la fin de ma lecture, j’ai eu très envie de me renseigner un peu plus sur ce personnage qui longtemps après sa mort porte toujours autant à débat.

MA NOTE : 4/5

Arthus Trivium est une BD que je conseille les yeux fermés aux amateurs d’ouvrages mêlant habilement histoire, fantastique et mystère mais également à toutes les personnes intriguées par l’énigme que demeure Nostradamus.

 

Enregistrer

Enregistrer

Le chat qui venait du ciel, Takashi Hiraide

708-5

Le chat qui venait du ciel de Takashi Hiraide est un livre que j’ai découvert en parcourant le catalogue de la maison d’édition Philippe Picquier. En grande amoureuse des chats, la sublime couverture de l’ouvrage n’a pu qu’attirer mon attention.

J’ai lu ce livre dans le cadre du challenge Vide ta PAL en été et du challenge Lire en thème.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Voici un roman touché par la grâce, celle d’un chat  » si petit et si frêle qu’on remarquait tout de suite ses oreilles pointues et mobiles à l’extrême « . Quand un jeune couple emménage un jour dans le pavillon d’une ancienne demeure japonaise, il ne sait pas encore que sa vie va s’en trouver transformée. Car cette demeure est entourée d’un immense et splendide jardin, et au cœur de ce jardin, il y a un chat. Sa beauté et son mystère semblent l’incarnation même de l’âme du jardin, gagné peu à peu par l’abandon, foisonnant d’oiseaux et d’insectes. Tout le charme infini de ce livre tient dans la relation que le couple va tisser avec ce chat qui se fond dans la végétation exubérante pour surgir inopinément, grimpe avec une rapidité fulgurante au sommet des pins gigantesques, frappe à la vitre pour se réconcilier après une brouille. Un charme menacé, car ce qui éveille en nous la beauté et appelle le bonheur est toujours en sursis…

Hiraide Takashi, qui est avant tout poète, a insufflé une lumineuse et délicate magie à cette histoire du  » chat qui venait du ciel « , son premier roman, largement autobiographique.

  • Broché: 109 pages
  • Editeur : Editions Philippe Picquier (26 mars 2004)
  • Traduction : Elisabeth Suetsugu
  • Prix : 12€
  • Autre format : poche

AVIS

Ce livre m’a un peu rappelé 20 ans avec mon chat par la poésie qu’il dégage et bien sûr, la présence d’un chat.

Il est au final très différent notamment par le type de relation qui unit le chat du livre aux principaux protagonistes. Ici, Chibi n’appartient pas au couple bien que la réciproque ne semble pas vraie : le couple appartient bel et bien à cette petite boule de poils.

L’auteur décrit sublimement la manière dont Chibi a su conquérir le cœur du couple et prendre une place considérable dans leur vie. La femme et le mari ont ainsi développé, chacun à leur façon, une relation particulière avec l’animal empreinte d’amour et de respect.

« Si je ne prends pas Chibi dans mes bras, commença ma femme après avoir enterré l’oiseau, c’est parce que je suis contente quand les bêtes font ce qui leur plaît. »

Bien que le chat ne leur appartienne pas, nous ne doutons pas un seul instant des liens qui l’unisse à nos deux personnages. Mais cela n’a rien d’étonnant, ces petites boules de poils ont l’art et la manière d’attendrir les cœurs et de nouer des relations avec les deux pattes que nous sommes.

J’ai également apprécié d’être immergée dans une ambiance très japonaise avec un aspect contemplatif qui me plaît beaucoup. Cela peut en revanche déplaire aux personnes qui recherchent un livre avec un certain rythme.

Cette chronique sera volontairement courte afin de ne pas dévoiler le contenu de ce petit ouvrage. Néanmoins, je ne peux que vous inciter à vous laisser bercer par sa beauté et toute sa poésie.

MA NOTE : 4/5

En quelques mots, Le chat qui venait du ciel est un roman contemplatif que l’on prend plaisir à découvrir. Je le conseille à tous les amoureux des chats mais également à tous ceux qui apprécient les textes poétiques que semblent savoir si bien maîtriser les auteurs japonais.

 

Enregistrer

Bilan lecture Juillet 2016

bilanlecture-1.png

Le mois de juillet venant de se terminer, à une vitesse folle d’ailleurs, je vous présente mes lectures.

Lectures réalisées dans le cadre du CHALLENGE VIDE TA PAL EN ÉTÉ

Pour rappel, pour ce challenge, j’avais constitué une PAL de 17 ouvrages à lire jusqu’à fin août. Pour le moment, j’en ai déjà lu 12.

Côté ROMANS

J’ai chroniqué :

Côté BD/Mangas :

J’ai chroniqué :

Lectures réalisées hors challenge vide ta PAL en été

Dans l’idéal, j’aurais dû finir de lire les 17 livres avant d’entamer d’autres lectures. Dans la réalité, j’ai laissé libre court à mes envies.

J’ai chroniqué Jolies ténèbres, une BD qui m’a pas mal perturbée.

BILAN: 16 ouvrages lus dont 12 BD/mangas

Et vous, qu’avez-vous lu en ce mois de juillet ? De belles découvertes ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Save me Pythie, tome 1 : Elsa Brants

2

Save me Pythie d’Elsa Brants publié aux Editions KANA est un manga que j’ai découvert dans le cadre de l’opération 48H BD durant laquelle quelques titres de BD/mangas sont proposés à un euro.

Ayant toujours été intéressée par le mythe de la Pythie, je me suis aisément laissée tenter par ce manga.

Je l’ai lu dans le cadre du challenge Livra’deux pour pal’Addict et du challenge Vide ta PAL en été.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Dans la Grèce antique, Pythie est frappée d’une malédiction: elle ne pourra prédire que des catastrophes et personne ne la croira. A part peut être Xanthe, fils caché de Zeus qui va de catastrophe en catastrophe (de Charybde en Scylla à l’époque) sous les coups rancuniers de Héra.

  • Broché: 180 pages
  • Editeur : Kana (20 juin 2014)
  • Prix : 7,45€

AVIS

J’aime beaucoup l’idée d’Elsa Brants de revisiter la Grèce Antique sous le prisme de l’humour. Les références à cette époque sont très bien trouvées et surtout amusantes. Notre époque n’est pas non plus oubliée avec des références plus contemporaines.

20160725_195424-1

A côté de ces petits clins d’œil mythologiques, l’auteure nous offre également des gags un peu plus prévisibles mais tout aussi délectables.

20160725_195549-1

Save me Pythie présente l’avantage de convenir à un large public. Ceux un peu hermétiques à l’Histoire ne saisiront pas forcément tous les jeux de mots et les références mais ils pourront certainement être déjà comblés par le rythme du manga, son comique et ses gags. Quant aux seconds, ils savoureront en plus le second degré.

Les personnages sont attachants, chacun à leur manière. Pythie, maudite avec sa nouvelle capacité à prédire les catastrophes sans être jamais crue, tranche avec l’image traditionnelle de la Pythie pour notre plus grand plaisir. Pythie devenue La « Pythie » malgré elle nous délecte par sa manière d’aborder la malédiction. D’ailleurs, il lui a fallu un petit moment pour comprendre qu’il s’agissait bien d’une malédiction et non d’une bénédiction.

C’est une affaire de goût mais j’ai beaucoup aimé le trait de crayon de l’auteure qui n’en rend la lecture du manga que plus plaisante. Les décors, les personnages et les habits sont très agréables à regarder et correspondent bien à l’image que nous pouvons nous faire de la Grèce Antique. J’ai en outre vraiment adoré la représentation audacieuse de Zeus sous les traits d’un poulet loufoque qui parle. Voir le Dieu des Dieux réduit à cet animal, de surcroît plutôt mal dégrossi, est plutôt drôle. Ses dialogues avec Pythie ne font d’ailleurs qu’ajouter au comique de situation.

20160725_195743-1

La seule chose qui m’a un peu déstabilisée est le sens de lecture du manga qui ne suit pas celui des mangas traditionnels. Je suis loin d’être une experte en mangas mais j’aurais autant préféré lire ce tome de droite à gauche comme à l’accoutumée.

A la fin du manga, l’auteure a eu l’excellente idée de nous offrir quelques bonus à la sauce Save me Pythie c’est-à-dire empreints d’humour. C’est un peu la cerise sur la gâteau qui vient conclure une lecture agréable.

BANDE-ANNONCE

MA NOTE : 4/5

L’AUTEURE (infos BABELIO)

Elsa Brants est scénariste, dessinatrice et coloriste de BD.
À 12 ans, secrètement influencée par le »mix » improbable de Gotlib et de Rumiko Takahashi (Lamu…), elle décide de vouer sa vie à la BD. En 1998, Elsa rencontre Guillaume Lapeyre dans un fanzine, et ils décident de s’associer, autant professionnellement que sentimentalement.
De leur collaboration naîtra un mariage et deux enfants, ainsi que leur première série, « Les Chroniques de Magon » (2003-2008), avec Guillaume au dessin et Elsa à la couleur.
A partie de 2014, elle se lance dans une nouvelle série « Save me Pythie ».

AVT_Elsa-Brants_3994

En résumé, j’ai passé un très bon moment de détente au côté de Pythie. En plus d’être très plaisant à regarder, le manga est également très agréable à lire. A conseiller à tous pour un instant lecture rafraîchissant et plein de peps qui vous donnera le sourire pour la journée.

Je lirai sans aucun doute la suite de la série en croisant les doigts pour qu’elle ne comporte pas trop de volumes n’ayant pas la bibliothèque extensible. Elsa Brants est définitivement une auteure française dont je regarderai avec attention les prochaines publications.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La passe-miroir tome 1 : Les fiancés de l’hiver, Christelle Dabos

livre3.jpg

J’ai lu les Fiancés de l’hiver, tome un de la série La passe-miroir de Christelle Davos dans le cadre du club de lecture du Petit Pingouin Vert et du challenge Vide ta PAl en été.

Si le livre vous intéresse, vous pouvez feuilleter un extrait gratuit sur le site des Editions Gallimard Jeunesse, éditeur du livre.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’Arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

Une héroïne inoubliable, un univers riche et foisonnant, une intrigue implacable. Découvrez le premier livre d’une grande saga fantastique et le talent d’un nouvel auteur à l’imaginaire saisissant.

  • Broché: 528 pages
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (6 juin 2013)
  • Prix : 18 €
  • Autres formats : poche, epub

 

AVIS

J’aime beaucoup le travail de l’illustrateur, Laurent Gapaillard. La couverture est très belle et retranscrit à merveille l’ambiance du roman.

Vendu comme roman jeunesse, j’avais la crainte de tomber sur un ouvrage au style d’écriture simplifié, comme cela semble être la mode en ce moment, avec des intrigues sommaires voire puériles. C’est d’ailleurs la raison qui m’a conduite à repousser sa lecture jusqu’à ce que le livre soit élu livre du mois lors du vote mensuel, sur Facebook, du club de lecture du Petit Pingouin Vert.

Mes craintes quant au style de l’auteure se sont envolées à mesure que les pages défilaient. Nous ne sommes pas face à un Proust mais la plume de Christelle Davos est agréable et, il me semble, accessible à tous. Rassérénée sur ce point, j’ai pris plaisir à découvrir l’histoire d’Ophélie.

Tout au long de ma lecture, j’ai apprécié l’imagination de l’auteure qui a donné, en quelque sorte, une âme aux objets à travers le talent singulier d’Ophélie. L’expression « si les objets pouvaient parler » n’est alors plus un doux rêve mais une réalité dans le monde imaginaire qu’a créé et développé Christelle Davos. Me trouverez-vous d’ailleurs bizarre si je vous confesse mon attachement à l’écharpe d’Ophélie que je veux absolument autour de mon cou ?

Sans m’agacer, Ophélie n’est pas un personnage auquel je me suis d’emblée attachée. Sa manière d’accepter le sort sans vraiment lutter ou encore sa non-expressivité de ses envies m’ont vite donné le sentiment d’être face à une personne tiède. Heureusement, à mesure qu’Ophélie découvre sa nouvelle vie loin d’Anima avec tous ses dangers et ses faux-semblants, elle évolue et apprend à s’affirmer. Cette évolution, en plus d’être appréciable pour le lecture, semble inéluctable pour sa survie dans un milieu aussi hostile.

L’auteure a pensé aux romantiques dans l’âme ou les personnes aimant bien une romance dans un livre à travers le couple, qui n’en est d’ailleurs pas vraiment un, constitué de notre jeune héroïne et de son futur époux choisi malgré elle, Thorn. Je vous rassure, la romance n’est pas le centre de l’histoire mais j’avoue qu’elle m’a laissé un peu sceptique…

J’ai en revanche beaucoup apprécié les différents événements qui se déroulent dans ce premier tome malgré quelques passages que j’ai failli lire en diagonale. Les intrigues sont bien amenées et donnent irrémédiablement envie de connaître la suite. C’est ainsi que j’ai fini par enchaîner les chapitres les uns à la suite des autres.

NOTE : 4/5

AUTEURE (image et texte issus du site de l’éditeur)

Christelle Dabos est née en 1980 sur la Côte d’Azur. Elle commence à gribouiller ses premiers textes sur les bancs de la faculté et se destine à être bibliothécaire quand la maladie survient. L’écriture devient alors une seconde nature, notamment au sein de Plume d’Argent, une communauté d’auteurs sur Internet. Elle décide de relever son premier défi littéraire grâce à leurs encouragements et devient ainsi la grande lauréate du Concours du premier roman jeunesse. Christelle Dabos vit en Belgique

contributor_84799_244x0.jpg

 

En résumé, sans être un livre qui m’a fait passer des nuits blanches, Les Fiancés de l’hiver est une lecture qui m’a permis de passer un agréable moment de lecture grâce à un univers imaginaire riche, des intrigues qui s’entremêlent, des personnages ayant leur part des mystères, un soupçon de romance…

En d’autres mots, j’ai beaucoup aimé l’univers créé par Christelle Davos et j’ai appris, petit à petit, à apprécier Ophélie. Il me tarde de connaître la suite de ses aventures et la manière dont elle y fera face.

Enregistrer

Enregistrer