C’est le premier, je balance tout ! #4

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bleue

C’est le 1er, je balance tout est un nouveau RDV livresque mensuel créé par Allez vous faire lire. Son objectif est de « remettre au centre de sa pratique de la blogosphère la notion de partage qui unit la toile ». Pour ce faire, il vous suffit de partager des informations en fonction de 4 catégories.

1) Le Top & Flop de ce que vous avez lu le mois-dernier

Je n’ai pas eu de flop ce mois, mais j’ai fait de belles découvertes. Voici donc le top 3 de mes lectures d’avril :

Vous pouvez retrouver sur le blog les chroniques d’Albédo et d’Une mère.

2) Chroniques d’ailleurs lues le mois dernier

J’ai sélectionné 3 chroniques, mais j’aurais pu vous en présenter beaucoup d’autres. En ce mois d’avril, on part donc chez :

9782354884413_1_75

Un mystérieux virus semble développer prodigieusement l’intelligence des animaux. A travers le monde, l’épizootie se propage rapidement dans les villes, les élevages, les forêts, affolant les biologistes, les amis des animaux… et les compagnies agroalimentaires. Et si le rapport de force entre les animaux et les hommes s’inversait ? Et si les bêtes décidaient de lutter pour sauver leur peau et leur liberté ?

  • Pativore avec Le chat qui ne mangeait pas de souris de Carmen Agra Deedy et Randall Wright,

chatsouris

Skilley est un bon gros matou : paresseux, solitaire, il aime se prélasser au coin du feu dans la nouvelle auberge où il a élu domicile. Sa mission, en échange de quelques restes et de beaucoup de tranquillité : débarrasser la cuisine des souris voleuses de fromage. midis Mais voilà, Pip, la plus malicieuse des souris de l’auberge, découvre le terrible secret de Skilley… En échange de leur silence, le chat se voit donc contraint et forcé d’offrir sa protection aux souris. Elles en auront bien besoin quand il s’agira de chasser Pinch le chat cruel et dangereux qui pourrait mettre en péril… la couronne d’Angleterre !

9782818941430

À la maison… le roi, c’est le chat !

Chez Akihiro Kimura, auteur de manga, on comprend vite qui commande : ce sont ses chats ! Depuis ce jour où il a ramené chez lui un premier petit chaton tout mignon, les félins règnent sur son foyer ! Ils l’empêchent de travailler, n’en font qu’à leur tête, se battent pour un rien…  Ce sont eux les maîtres, et lui ne semble être là que pour les servir ! Découvrez le quotidien de cinq maîtres chats et de leurs dévoués serviteurs humains… Une vie avec ses joies et ses peines, et surtout pleine d’amour, de gaffes et de ronrons qui feront vibrer le coeur des amoureux des chats

3) Liens adorés hors chronique littéraire

Ce mois, beaucoup de choses ont attiré mon attention, mais voici 3 d’entre elles :

  • Un article de Sciences et avenir : les lions mangeurs d’hommes du Tsavo, la faute à une rage de dents. Cet article permet d’expliquer un comportement anormal de deux fauves en 1898 et de démystifier le côté tueur en série d’humains.
cover-r4x3w1000-58ff4955214f3-lions-mangeurs-d-hommes

Photo du site Sciences et avenir

« Une vidéo, réalisée par la chaîne de télévision qatarienne Al Jazeera — ce qui n’est pas non plus un hasard —, propose un résumé animé de la thèse développée par Noam Chomsky et Edward Herman dans leur livre La fabrication du consentement, publié par Agone en France. »

Remarque : ce n’est qu’en  finalisant cet article que je me suis aperçue d’une sélection très centrée sur les animaux. Ce n’est pas volontaire, mais assez représentatif de mon amour pour les animaux en général et des chats en particulier.

4) Ce que j’ai fait de mieux le mois dernier

Je me suis inscrite à un rendez-vous littéraire que je suis toujours avec grand plaisir d’autant qu’il a été mis en place sur l’excellent blog Ma lecturothèque : Premières lignes.

Pour mes premières participations, je vous ai parlé :

En espérant vous avoir fait faire de belles découvertes, je vous donne rendez-vous le 1er juin…

Et vous, quelle a été votre plus belle découverte de ce mois d’avril ?

In My Mailbox #17

in-my-mailbox1

In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Lire ou Mourir.  »

SERVICE PRESSE

Alix et le chevalier du temps de Sophie Swag est un service presse un peu spécial dans la mesure où il m’a été envoyé par Magali de Lectures familiales qui, en raison d’un manque d’appétence pour la poésie, ne désirait pas le lire. Elle a très gentiment joint à ce livre deux marques pages et un roman qui me tentait bien.

20170429_103327-1-1

ACHATS OCCASION

Pour plus de détails, vous pouvez consulter mon article sur mon Book Haul Gibert Jospeh.

DSC_0641

ACHAT NEUF (NOZ)

20170429_103224-1

EBOOK

Et vous, des nouveautés dans votre PAL ?

 

Premières lignes #3 : Alix et le chevalier du temps, Sophie Swag

Premi!èr-1

J’ai décidé de participer au rendez-vous Premières lignes, initié par Ma lecturothèque, dont le principe est de citer, chaque semaine, les premières lignes d’un livre.

Pour ce troisième RDV, j’ai choisi un livre que je viens tout juste de recevoir grâce à Magali du blog Lectures familiales et à l’auteure Sophie Swag : Alix et le chevalier du temps.

c79efe_ae7a228e4c01441ab8de7460338e3dff~mv2

Entrez dans l’univers du trouvère Jacquet rentrant de croisade en son fief d’Aiguières près du bourg de Mesnac. Il retrouve les siens et ses terres où il organise tournois, banquets, chasses et chante l’amour des combats. Dans cette saga chevaleresque, il défiera les traitres, il côtoiera les Templiers, la sorcellerie du Mage et adoptera un enfant d’une haute lignée

Dans sa vie de trouvère, Jacquet découvre qu’il a un fabuleux pouvoir, celui de voyager dans le futur par l’intermédiaire du passage du miroir. Téléporté au XXIe siècle, il fera la connaissance d’Alix dans sa salle de bains qui lui ressemble étrangement. Va-t-il percer ce secret ?

PREMIÈRES LIGNES

20170428_190234-2

PREMIÈRE ILLUSTRATION

20170428_190308-1

 

Et vous, Alix et le chevalier du temps vous tente ?

Une mère, Alejandro Palomas

Je remercie Babelio et les Éditions du Cherche Midi pour m’avoir permis de découvrir Une mère d’Alejandro Palomas.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Le roman qui a enflammé l’Espagne.

Barcelone, 31 décembre. Amalia et son fils Fernando s’affairent en attendant leurs invités. En ce dîner de la Saint-Sylvestre, Amalia, 65 ans, va enfin réunir ceux qu’elle aime. Ses deux filles, Silvia et Emma ; Olga, la compagne d’Emma, et l’oncle Eduardo, tous seront là cette année. Un septième couvert est dressé, celui des absents.

Chacun semble arriver avec beaucoup à dire, ou, au contraire, tout à cacher. Parviendront-ils à passer un dîner sans remous ?
Entre excitation, tendresse et frictions, rien ne se passera comme prévu.

Alejandro Palomas brosse avec humour le portrait d’une famille dont les travers font inévitablement écho à nos propres expériences, et celui d’une mère loufoque, optimiste, et infiniment attachante. Une mère profondément humaine, à qui il reste encore quelques leçons à transmettre à ses grands enfants : au cours de cette longue nuit, secrets, mensonges, non-dits et autres révélations familiales vont éclater.

Prenez place à table. Vous allez être servi !

  • Broché: 320 pages
  • Editeur : Le Cherche Midi (16 mars 2017)
  • Prix : 21€
  • Autre format : ebook
  • Traduction : Vanessa Capieu

AVIS

Quand j’ai postulé à la masse critique spéciale de Babelio pour recevoir ce roman, c’était avant tout pour la couverture et le résumé qui m’avaient intriguée. Et puis, je ne pouvais pas résister au plaisir de découvrir le roman d’un auteur provenant d’un pays dont je ne connais que trop peu la littérature : l’Espagne. Cependant, je craignais une histoire de règlement de compte familial sous fond de repas de fête. Les assiettes qui volent et tutti quanti, très peu pour moi !

J’ai donc été ravie et très agréablement surprise de découvrir, dès le début de ma lecture, qu’Une mère, ce n’est pas des assiettes qui volent, mais c’est au contraire, beaucoup d’amour parfois exprimé maladroitement, de tendresse, de soutien, de secrets et de fardeaux à porter, d’humour… En d’autres mots, en lisant ce roman, c’est un imbroglio d’émotions qui s’offrira à vous, vous faisant passer du rire aux larmes au questionnement en un instant.

Il vous sera difficile, si ce n’est impossible, de ne pas vous attacher à cette famille et à ses membres qui partagent beaucoup d’amour les uns pour les autres tout en ayant une certaine retenue dans le partage de leurs émotions et de leurs secrets. Heureusement, leur proximité leur permet de s’épauler et de panser leurs blessures même dans le silence des non-dits.

On vit l’histoire du point de vue de Fer qui est un peu le confident de sa mère et de ses sœurs. Ce statut privilégié du narrateur permet aux lecteurs de découvrir, petit à petit, les peines qui ont jalonné la vie des femmes de sa vie. Je vous rassure, on en apprend également sur ce trentenaire au cœur brisé même si j’avoue qu’il ma fallu un peu de temps pour m’attacher à lui tout comme à ses sœurs ou à l’oncle Eduardo.

Pour ma défense, Amalia, la mère, tire la couverture pendant une bonne partie du roman de par sa fraîcheur, son grain de folie, sa naïveté et ses réparties très souvent hilarantes. Elle fait partie de ces personnes lumineuses qui apportent du rire et de la légèreté là où il y a de la tristesse et de la lourdeur. Je l’ai tout simplement adorée et j’ai beaucoup ri de ses plans douteux et de ses monologues à la logique plus que décousue.

Elle m’a néanmoins parfois agacée dans sa manière de fuir les conflits et/ou de ne pas assurer son rôle de mère puisqu’elle se comporte bien plus souvent en enfant qu’en adulte. Cependant, vous verrez que malgré son apparente insouciance, Amalia est un roc sur lequel ses enfants peuvent compter dans les moments les plus critiques.

Dans ce livre, l’amour familial est omniprésent et peut offrir une vraie bouffée d’oxygène aux personnes qui ont parfois l’impression d’avoir une famille à part voire carrément dysfonctionnelle. Ce livre est en effet la preuve qu’une famille n’a pas besoin d’être parfaite, d’ailleurs la famille parfaite n’est-elle pas une vue de l’esprit, pour être soudée et être un lieu de refuge quand ses membres ont besoin de réconfort.

J’ai en outre beaucoup aimé la manière dont Alejandro Palomas aborde certains thèmes comme l’homosexualité ou encore le deuil, que ce soit d’une personne ou d’une relation qui n’a jamais vraiment commencé. L’homosexualité ne nous est ainsi pas présentée à travers des personnages caricaturaux, mais comme une chose naturelle qui fait simplement partie de la vie. Tellement vrai, mais tellement important à rappeler… Quant au deuil, il le traite avec délicatesse nous montrant que malgré le mal qu’une absence peut faire, l’important est de continuer à avancer tout en laissant une place aux absents.

Enfin, je ne connaissais pas l’auteur, mais j’aurai plaisir à suivre son travail ayant été séduite par sa plume que j’aurais envie de qualifier de « vivante ». Alors que le sujet de la famille n’est pas l’un de mes préférés, j’ai dévoré chacun des mots de l’auteur qui semblaient presque prendre vie devant mes yeux. J’imagine d’ailleurs très bien le roman adapté au cinéma ou à la télé. Il faut dire que grâce à la plume d’Alejandro Palomas, on ne lit pas Une mère, on le vit.

En résumé, j’ai adoré ce roman qui s’est révélé drôle, touchant et infiniment émouvant.  Si vous aimez les histoires avec des personnages touchants qui vous font ressentir des émotions allant du rire aux larmes, le livre est fait pour vous. Alors qu’attendez-vous pour rencontrer Amalia et sa famille ?

Thursday Throwback Livresque #25 : Road trip et Voyage

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.

Thème de la semaine : Road trip et Voyage

roadtrip

Ma lecture du moment aurait convenu à merveille à ce thème, mais l’intérêt du TTL étant de se remémorer d’anciennes lectures, j’ai préféré vous parler d’un roman découvert dans les allées de la médiathèque : Le maître de café d’Olivier Bleys.

21521598

« Rome, années 50. Massimo Pietrangeli, maître torréfacteur de 71 ans, règne d une main de fer sur l’empire des Cafés Pietrangeli. Il a l »insigne honneur de préparer, chaque matin, le café du président de la République italienne. Mais un jour, il est terrassé par un infarctus. Sauvé par une miraculeuse tasse de caffè doppio, le patriarche annonce à ses proches sa dernière volonté : entreprendre avec eux un ultime voyage au Costa Rica !
Sur place, le long cortège familial s »ébranle, accompagné d »un considérable bagage, à commencer par le cercueil dans lequel Massimo dort chaque nuit et un percolateur d’ une demi tonne de son invention ! Cette expédition improbable devient un véritable voyage intérieur pour Massimo, et lui permettra de révéler le secret qui le hante. Rapprochés par le récit de son histoire, les Pietrangeli finiront par former une véritable famille, soudée autour d une même passion : celle du café. « 

  • Pourquoi ce livre ? : parce que ce roman parle d’un road trip un peu spécial puisqu’il prend la forme d’un voyage familial entrepris à l’initiative du patriarche en fin de vie. Avec Le maître de café, vous ne découvrirez pas de beaux paysages à vous couper le souffle, mais vous ferez un voyage intime dans la vie d’un individu qui ne s’était jusqu’alors jamais vraiment dévoilé aux yeux des siens.
  • Pour qui ? : pour les amateurs de café, cette boisson étant omniprésente dans le roman et pour les amoureux des histoires de famille.
  • Quand ? : pendant des vacances ou un dimanche matin sous la couette, une tasse de café fumante à la main.

Vous pouvez retrouver ma chronique ici dont voici la conclusion :

« Le Maître de café est un roman que j’ai trouvé agréable. Je n’ai pas eu envie de le lire frénétiquement mais plutôt de le déguster lentement et avec attention comme un bon café. Je pense qu’il fait partie de ces romans dont une deuxième lecture s’impose afin d’en détecter les subtilités. Je le conseille aux amateurs de café qui apprécieront sûrement la belle place que le roman laisse à cette boisson. »

Alors, qui est prêt pour ce voyage ?

Book Haul Gibert Joseph sur PriceMinister (1/2)

DSC_0641

Profitant de soldes importantes de Gibert Jospeh dans sa boutique sur PriceMinister, j’ai plus ou moins laissé cours à ma folie dépensière… au point de devoir scinder ce book haul en deux parties.

Dans cette première partie, je vais vous présenter tous mes achats hors œuvres graphiques.

NB : n’hésitez pas à me contacter si vous désirez être parrainé sur PriceMinister.

ROMANS/ANTHOLOGIES

POÉSIE

J’avais déjà repéré ce recueil de poèmes et ai donc sauté sur l’occasion quand je l’ai vu à un prix attractif.

DSC_0631

COFFRET

BEAUX LIVRES

Quelques minutes après minuit est le livre que j’attendais avec le plus d’impatience dans ma commande.

INSTANT BOULET

Je n’ai pas vu que Le Livre des âmes était en version audio. Quant à Loups-Garous, je me suis aperçue que je l’avais déjà dans ma bibliothèque… Je pense donc donner ou vendre ces deux articles.

Voilà pour cette première partie de book haul. J’ai hâte de découvrir ces ouvrages prometteurs même si comme souvent, il m’est difficile de savoir par lequel commencer.

Et vous, avez-vous déjà lu certains de ces livres ? Si c’est le cas, je serais ravie d’en avoir votre avis.

Top Ten Tuesday #31 : les 10 noms de personnages masculins que vous avez trouvés originaux

566856438

« Le Top Ten  Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et est repris en français pour une 2e édition sur le blogue Frogzine. »

Thème de la semaine : Les 10 noms de personnages masculins que vous avez trouvés originaux

Voici ma liste de 10 prénoms masculins que j’ai trouvés originaux :

J’ai une petite préférence pour Angelo. Et vous, lequel préférez-vous ?