Throwback Thursday Livresque #175 : artiste

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Je n’y connais pas grand-chose en art et j’avoue rarement prendre le temps d’approfondir le sujet bien que j’apprécie toujours d’aller au musée et notamment, au Musée d’Art moderne et contemporain de ma ville dont le concept architectural a le mérite de toujours susciter de nombreux débats autour de moi.

C’est d’ailleurs lors d’une visite à la boutique de ce musée que j’ai découvert un livre qui a tout de suite attiré mon attention : Rembrandt de Typex.

Couverture Rembrandt

« Rembrandt van Rijn (1606-1669) est un personnage complexe, à l’existence très riche et passionnante. Typex dépeint un Rembrandt bien à lui : fantasque, capricieux, vaniteux, arrogant, obtus, susceptible en même temps que touchant et attachant, voire digne de compassion. Un Rembrandt dépassé par son propre génie : qu’y peut-il s’il est plus brillant que les autres artistes ?

En se jouant des codes habituels de la biographie, Typex donne un point de vue sans concession, mais non dénué de tendresse, sur l’homme, le mari, le père… et l’artiste. Ainsi que sur l’époque qu’il a traversé et si grandement influencée. »

Lu il y a plusieurs années, je ne me souviens pas vraiment de la vie de Rembrandt, mais je garde une impression très positive de cet ouvrage que j’avais trouvé aussi magnifique qu’instructif. Il faudrait d’ailleurs que je pense à l’emprunter de nouveau…

Et vous, qu’auriez-vous proposé ?
Appréciez-vous l’art et/ou un artiste en particulier ?

Throwback Thursday Livresque #174 : illustré

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Pour ce thème, j’ai hésité entre un certain nombre de titres avant de fixer mon choix sur un manga que j’adore : L’Enfant et le Maudit.

Couverture L'enfant et le maudit, tome 1Couverture L'enfant et le maudit, tome 2Couverture L'enfant et le maudit, tome 3Couverture L'enfant et le maudit, tome 4

Couverture L'enfant et le maudit, tome 5Couverture L'enfant et le maudit, tome 6Couverture L'Enfant et le Maudit, tome 7

« Il y a très longtemps, dans une contrée lointaine, existaient deux pays… “L’intérieur” où vivaient les humains, et “l’extérieur”, où habitaient des créatures monstrueuses qu’il ne fallait surtout pas toucher, sous peine de subir la malédiction. Cette histoire commence le jour où se sont rencontrés deux êtres qui n’auraient jamais dû se croiser…

Ils sont aussi différents que le jour et la nuit… Et malgré tout ce qui les sépare, malgré les ténèbres qui les entourent, ils vont écrire petit à petit une fable tous les deux… »

Je resterai vague sur cette série qui fait partie de celles qu’il est préférable de découvrir par soi-même.

Dès les premières pages, on se laisser imprégner par cette atmosphère si particulière que le génie de Nagabe arrive à instaurer. Sombre, mystérieuse et poétique à la fois, cette série n’a aucun équivalent, mais chaque tome est, pour moi, un moment de flottement absolu hors du temps, et l’occasion de me couper de tout afin de me laisser bercer par l’imaginaire du mangaka.

Les dessins sont épurés et simples renforçant ainsi le mystère qui se dégage du récit et créant parfois un sentiment de vide, rempli entièrement par la tendre et douce relation qui lie l’Enfant et le Maudit, l’espoir et la damnation…

En bref, ce manga inclassable ne plaira probablement pas à tous, mais je ne peux que vous encourager à lui donner sa chance. Nagabe a un univers qui lui est propre et qui vaut qu’on s’y attarde avec le risque, bien sûr, d’y rester complètement hermétique, mais aussi celui bien plus agréable, de se laisser envoûter et de s’y fondre !

Et vous, connaissez-vous cette série ?
Vous tente-t-elle ?

Throwback Thursday Livresque #173 : un genre que vous lisez peu

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Si je lis à peu près de tout, il y a un genre qui est encore peu représenté dans mes lectures : la science-fiction. Ce n’est pas que je ne l’aime pas, mais il ne m’attire pas outre mesure bien souvent en raison de la peur de tomber sur un univers trop complexe avec un vocabulaire spécifique assez nébuleux..

Toutefois, il m’est arrivé, en la matière, de faire d’excellentes et inattendues découvertes comme Skyward de Brandon Sanderson dont j’avais adoré le livre audio anglais. La narration est excellente, les relations entre les personnages bien travaillées (et chouette, pas de romance), le suspense et le mystère au rendez-vous, l’univers accessible tout en regorgant de possibilités et l’histoire palpitante ! Mention spéciale à un personnage secondaire que j’ai adoré, un vaisseau très particulier auquel je me suis terriblement attachée.

Skyward (English Edition) par [Brandon Sanderson]

Spensa’s world has been under attack for hundreds of years. An alien race called the Krell leads onslaught after onslaught from the sky in a never-ending campaign to destroy humankind. Humanity’s only defense is to take to their ships and fight the enemy in the skies. Pilots have become the heroes of what’s left of the human race.

Spensa has always dreamed of being one of them; of soaring above Earth and proving her bravery. But her fate is intertwined with her father’s – a pilot who was killed years ago when he abruptly deserted his team, placing Spensa’s chances of attending flight school somewhere between slim and none.

No one will let Spensa forget what her father did, but she is still determined to fly. And the Krell just made that a possibility. They’ve doubled their fleet, making Spensa’s world twice as dangerous . . . but their desperation to survive might just take her skyward . . .

Je pense d’ailleurs lire la suite qui s’annonce tout aussi prometteuse.

Starsight (Skyward Book 2) (English Edition) par [Brandon Sanderson]

Et vous, ce roman vous tente-t-il ?
Quel genre lisez-vous le moins ?

Throwback Thursday Livresque #172 : combat

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Pour ce thème, j’ai eu envie de mettre en avant un très joli roman jeunesse qui évoque un sujet qui me révolte et me révulse, la corrida.

Couverture Bucéphale et Alexandre, une amitié interdite

Le père d’Alexandre est éleveur de taureaux de corrida. Le garçon grandit dans le milieu de la tauromachie qu’il adore. Jusqu’au jour où né dans l’exploitation, un jeune taureau, Bucéphale. Entre le garçon et l’animal née une amitié extraordinaire qui va tout balayer, les anciens rêves, les certitudes et les doutes. Mais comme tous les taureaux de l’exploitation, Bucéphale est destiné à mourir dans une arène. Pour le sauver, Alexandre est prêt à tout. Aidé de sa fidèle chienne Vadrouille, il s’enfuira et devra affronter l’incompréhension, mais découvrira aussi des mains tendues. Cela suffira-t-il à sauver Bucéphale ?

Un formidable hymne à l’amitié, un cri contre la corrida

À travers une magnifique histoire d’amitié entre un petit garçon et un taureau destiné à être massacré, Marjolaine Pauchet offre un très beau plaidoyer anti-corrida. Plein d’émotions et de justesse, ce roman, qui m’avait beaucoup émue, devrait plaire aux personnes sensibles à la cause animale…

Pour en apprendre plus, n’hésitez pas à lire mon avis sur Bucéphale et Alexandre, une amitié interdite, le combat contre la corrida étant, hélas, toujours d’actualité. Et puis, je ne peux que vous encourager à découvrir les péripéties qui souderont définitivement la belle amitié entre Bucéphale et Alexandre.

Et vous, ce roman vous tente-t-il ?

Throwback Thursday Livresque #171 : maman

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Pour ce thème, j’ai eu envie de vous parler d’un roman qui m’avait beaucoup touchée : La chambre des merveilles de Julien Sandrel.

Couverture La chambre des merveilles

Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose, à son travail sûrement. Alors il part, fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion le percute de plein fouet. Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis.

En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a dressé la liste de toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait vivre au cours de sa vie. Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut-être que ça l’aidera à revenir. Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers elle il aura vécu la vie dont il rêvait.

Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans…

Ce roman, c’est l’histoire d’une mère qui, son fils dans le coma, va faire le pari fou de réaliser les rêves de ce dernier qu’elle découvre dans un carnet des merveilles… De fil en aiguille, ces différentes expériences, si éloignées de sa vie actuelle et de sa cohorte d’obligations en tout genre, vont la rapprocher de son fils et de la mère qu’elle aurait aimé être avant que le drame ne survienne.

Alors qu’il aurait pu être triste, ce roman est empli d’amour, d’émotion, d’espoir, de poésie et de merveilleux… Un beau et intense moment de lecture, si ce n’est de vie !

Pour en apprendre, je vous invite à découvrir ma chronique dont voici la conclusion :

Porteur d’un joli message d’espoir, La chambre des merveilles est un roman empli d’amour et de tendresse qui vous fera vivre d’intenses émotions. Entre rires et larmes, ne passez pas à côté de ce joli titre aux allures de feel good qui vous donnera irrémédiablement envie de croquer la vie à pleines dents, et de profiter au maximum de vos proches. Après tout, si la vie est incertaine, le bonheur est, quant à lui, à portée de main !

Et vous, connaissez-vous ce roman ?
L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Throwback Thursday Livresque #170 : couverture estivale

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Pour ce thème, j’ai eu envie de vous parler d’un roman qui m’avait beaucoup plu et dont la couverture jaune me fait automatiquement penser à l’été : Toutes ces choses qu’on n’a jamais faites de Kristan Higgins.

Couverture Toutes ces choses qu'on n'a jamais faites

La personnalité n’est pas une question de poids.

Avant de mourir, la jeune Emerson, obèse morbide gravement malade, remet une enveloppe à ses deux meilleures amies Marley et Georgia, 34 ans, et leur fait promettre de suivre ses instructions. Elles découvrent qu’il s’agit de «  La liste de choses à faire quand elles seraient minces  », rédigée à 18 ans au camp d’amaigrissement où elles avaient formé leur trio.
Décidées à relever le défi lancé par leur défunte amie, les deux jeunes femmes vont devoir apprendre à surmonter leurs peurs et leurs complexes. Marley parviendra-t-elle à se délester de la culpabilité qui la ronge depuis la mort de sa sœur jumelle  ? Georgia saura-t-elle trouver les ressources pour s’opposer à sa famille qui ne cesse de la rabaisser  ? Munies de leur to-do list, elles sont prêtes à tout  oser  !

Derrière une couverture légère et colorée qui respire la bonne humeur, se cache un roman riche et émouvant qui évoque l’amitié, la mort, le deuil, la résilience et la grossophobie. Ancienne obèse, ce roman m’avait touchée et avait fait remonter à la surface certains souvenirs et sentiments enfouis…

Pour en apprendre plus sur ce roman, n’hésitez pas à consulter ma chronique dont voici la conclusion :

Si vous avez envie d’une comédie romantique portée par des protagonistes terriblement attachants qui, tout en parlant de sujets importants, arrive à porter un message de tolérance et à vous offrir un moment de lecture léger et agréable, ce roman est fait pour vous. Au programme, rires, amitié, amour, seconde chance et acceptation de soi !

Et vous, ce roman vous tente-t-il ?
Quel livre auriez-vous proposé ?

Throwback Thursday Livresque #169 : voisin

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Pour ce thème, le seul livre qui m’est venu à l’esprit est un roman dont vous ai parlé assez récemment : Fake it till you break it de Jenn R Nguyen.

Fake It Till You Break It (English Edition) par [Jenn P. Nguyen]

Mia et Jake sont voisins pour leur plus grand malheur puisque bien qu’ils se détestent, leurs mères, meilleures amies, ne pensent qu’à les mettre en couple. Ils sont ainsi condamnés à tout faire ensemble : aller au lycée dans la même voiture, manger ensemble le dimanche, aller chez le dentiste en duo… Mais fatigués de la situation, les deux adolescents fomentent un plan qui ne se passera néanmoins pas comme prévu !

Pour en apprendre plus sur le roman, n’hésitez pas à lire mon avis dont voici la conclusion :

En plus de l’humour omniprésent, des nombreux dialogues pleins de peps, des références à Harry Potter, à la nourriture asiatique et aux dramas coréens, le gros point fort de ce roman est sa positivité et la chaleur qu’il dégage. Oubliez les relations toxiques et les drames qui s’empilent, l’autrice ayant opté pour une histoire touchante et pleine de beaux sentiments. Le scénario n’a rien d’original, mais il met du baume au cœur et permet de passer un joli moment de divertissement auprès de personnages touchants et complémentaires dont on attend avec impatience le rapprochement et dont on admire la bienveillance avec laquelle ils se soutiennent. Si vous êtes en quête d’une romance adolescente doudou qui prouve que l’on a parfois sous les yeux la personne que l’on cherche, Fake it till you break it devrait vous plaire !

Et vous, ce livre vous tente-t-il ?
Quel titre auriez-vous proposé ?

 

Throwback Thursday Livresque#168 : un coup de cœur

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


N’ayant que très rarement des coups de cœur, j’ai décidé plutôt de vous présenter un roman qui m’a très agréablement surprise et dont je pense bientôt lire la suite : Les Brumes de Cendrelune de Georgia Caldera.

Couverture Les Brumes de Cendrelune, tome 1 : Le jardin des âmes

Dans le royaume de Cendrelune, les dieux épient les pensées des hommes, et leur Exécuteur, l’Ombre, veille à condamner tous ceux qui nourriraient des envies de rébellion.
Or, il semble que certaines failles existent. À l’âge de 17 ans, Céphise ne vit en effet que pour se venger. Depuis qu’on l’a amputée d’une partie d’elle-même et privée de sa famille, elle ne rêve plus que d’une chose : s’affranchir de la tyrannie du tout-puissant Orion, Dieu parmi les dieux. Et contre toute attente, il se pourrait qu’elle ne soit pas seule…

Lu dans le cadre du PLIB 2020, je ne pensais pas autant accrocher à cette histoire dont j’ai tout apprécié, des personnages, à la mythologie en passant par l’univers sombre et cruel que l’autrice rend immersif et tellement réaliste.

Pour en apprendre plus, n’hésitez pas à lire mon avis du premier tome des Brumes de Cendrelune dont voici la conclusion :

Je m’attendais à une lecture sympathique et distrayante, je me suis retrouvée avec un livre que j’ai dévoré et qu’il m’a été presque douloureux de lâcher chaque soir. D’une plume immersive, rythmée et non dénuée de poésie, Georgia Caldera nous plonge avec force dans un univers sombre et violent dominé par les dieux et leur implacable manque d’humanité. Mort, asservissement, doutes, peur, mais aussi espoir et révélations marqueront votre lecture en même temps que le métal froid et implacable de la vengeance… Les astres se sont rencontrés, la toile du destin est altérée et le vent de la révolte commence enfin à souffler !

Et vous, connaissez-vous ce roman ?
Si vous l’avez lu, qu’en avez-vous pensé ?

Throwback Thursday Livresque #167 : un livre que vous allez relire prochainement

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Je ne fais quasiment jamais de relecture préférant me concentrer sur des livres que je n’ai pas encore lus. Néanmoins, il m’arrive d’avoir envie d’en faire avant de lire le nouveau tome d’une série ou dans le cadre de challenges littéraires. Je pense, entre autres, au Bingo du PLIB 2020 pour lequel je compte relire Imelda et le roi des gobelins. Une relecture rapide et, je n’en doute pas, plaisante.

Couverture Imelda et le roi des gobelins

Loin derrière les collines, à l’orée de la forêt des fées, vit Imelda. Chaque jour, elle vit mille aventures avec ses amis les fées. Jusqu’à ce qu’une grande et méchante brute arrive : le roi des gobelins ! Quand il enlève la reine des fées, tout le monde se tourne vers Imelda : pourra-t-elle aider les fées à retrouver leur reine ? L’amitié et la ruse ne seront pas de trop pour déjouer les plans de l’horrible roi des gobelins !

Voici la conclusion de mon avis sur cet album jeunesse que j’avais apprécié autant pour l’histoire que ses superbes illustrations :

Imelda et le roi des gobelins nous offre une belle incursion dans la forêt et auprès de fées en prise avec un détestable et monstrueux gobelin. Elles seront heureusement aidées par une petite fille pleine de ruse qui, grâce à un ingénieux stratagème, permettra à la gentillesse et à la solidarité de triompher de la méchanceté et de l’égoïsme. Une jolie histoire possédant le charme des contes de notre enfance, de superbes illustrations en grand format, des valeurs fortes, une morale facile à appréhender, une fin amusante… voici un bel album que les enfants devraient prendre grand plaisir à lire et à relire.

Illustration Imelda et leroi des gobelins

Et vous, ce livre vous fait-il envie ?
Quel livre avez-vous envie de relire prochainement ?

 

Throwback Thursday Livresque #166 : un livre dont vous avez tout oublié

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Pour ce thème, Livraddict m’a de nouveau été très utile puisqu’il m’a suffit de trier mes livres lus par date et de regarder mes anciennes lectures pour tomber sur ce livre que je ne me souviens absolument pas avoir lu : L’Élixir d’amour. Eric-Emmanuel Schmitt fait partie de ces auteurs que je lis de temps en temps, mais dont les livres ne me marquent jamais. Je ne suis peut-être pas encore tombée sur la perle rare…

Couverture L'Elixir d'amour

« L’amour relève-t-il d’un processus chimique ou d’un miracle spirituel ? Existe-t-il un moyen infaillible pour déclencher la passion, comme l’élixir qui jadis unit Tristan et Yseult ? Est-on, au contraire, totalement libre d’aimer ? » Anciens amants, Adam et Louise vivent désormais à des milliers de kilomètres l’un de l’autre, lui à Paris, elle à Montréal. Par lettres, tout en évoquant les blessures du passé et en s’avouant leurs nouvelles aventures, ils se lancent un défi : provoquer l’amour. Mais ce jeu ne cache-t-il pas un piège ? »

Au-delà de la qualité des ouvrages de l’auteur, le fait de lire énormément joue beaucoup sur ma capacité à retenir mes lectures puisque dans la masse, seuls les très bons livres et/ou ceux qui m’ont fait vivre de fortes émotions me restent en tête…

Et vous, cela vous arrive-t-il parfois d’oublier avoir lu certains livres ?