Throwback Thursday Livresque #124 : un classique

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Pour ce thème, j’avais envie de vous parler d’Orgueil et préjugés de Jane Austen, mais je l’ai déjà fait un certain nombre de fois. J’ai donc opté pour un autre classique que j’ai lu deux fois et qui m’a marquée autant pour son intensité que ses personnages : Des souris et des hommes de John Steinbeck.

« En Californie, pendant la Grande Crise, Lennie et George vont de ferme en ferme. Ils louent leurs bras en attendant le jour où ils auront leur ferme à eux, avec un petit bout de luzerne pour élever des lapins. Lennie, malgré sa taille de colosse, n’a pas plus de malice qu’un enfant de six ans ; George veille sur lui, le protège du monde qui n’est pas tendre aux innocents. Le soir, ils se racontent leur rêve, celui de la maison et des lapins. Mais allez savoir pourquoi, les rêves de certains finissent toujours en cauchemars. »

Pourquoi ce choix ?

La première fois que j’ai lu ce roman, je ne savais pas vraiment dans quelle histoire je m’embarquais et le moins que l’on puisse dire, c’est que la rencontre fut aussi brutale qu’inattendue ! À travers une puissante et bouleversante amitié, de celle qui unit pour le meilleur et pour le pire, l’auteur nous parle d’une certaine Amérique, de rêves inachevés, et de ces drames qui se profilent et dont l’issue nous apparaît aussi inéluctable que fatale.

Je ne vous en dirai pas plus sur ce roman si ce n’est que malgré sa relative petitesse, l’auteur a réussi à offrir une œuvre forte qui laisse une trace indélébile dans l’esprit de ses lecteurs. Quant à la fin, inoubliable et tellement marquante, elle devrait provoquer en vous des sentiments ambivalents entre effroi et compréhension…

Il existe une adaptation cinématographique, mais je ne l’ai pas vue :

Et vous, connaissez-vous ce classique ?
Qu’en avez-vous pensé ?

Publicités

Throwback Thursday Livresque #123 : flash-back

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Pour ce thème, j’ai tout de suite pensé à l’une de mes dernières lectures Cendrillon et moi : la belle-mère parle enfin de Danielle Teller que je vous recommande chaudement.

Dans cette réécriture de conte, la marâtre de Cendrillon prend la plume pour raconter sa vie de son enfance à sa vie de belle-mère… Loin de l’image que l’on se fait d’elle, on découvre alors une femme attachante, forte et admirable qui a vécu des choses très dures, mais qui a toujours gardé la tête haute !

Pour en apprendre plus sur ce très beau roman, je vous invite à lire ma chronique dont voici la conclusion :

En prenant le parti de nous offrir une réécriture de conte aux allures de fiction historique, Danielle Teller captive ses lecteurs qu’elle rend témoin privilégié de l’émancipation d’une enfant devenue femme malgré l’adversité. Quand l’imaginaire collectif fait de la belle-mère de Cendrillon et de ses deux filles d’horribles personnes, l’autrice les humanise et nous prouve que derrière chaque histoire, peut se cacher une tout autre réalité.

Je vous propose également une autre histoire, celle de deux femmes très différentes qui se rencontrent sur le chemin de Compostelle et deviennent amies : Mes pas dans les tiens de Fioly Bocca. À travers des flash-back, on découvre ce qui les a poussées à faire cette randonnée, et les blessures de chacune, l’une pleurant la mort de son mari, et l’autre la fin d’une relation…

Couverture Mes pas dans les tiens

Si ce roman vous intéresse, n’hésitez pas à lire ma chronique dont voici la conclusion :

Mes pas dans les tiens nous offre un récit poignant mettant en scène deux femmes aux histoires aussi uniques que banales, la séparation et la mort ayant en commun une certaine universalité. Avec délicatesse et poésie, Fioly Boca nous invite aux côtés de ses personnages à faire un voyage dont la richesse et la profondeur se dévoilent au fil des pages. Belle, forte et touchante, laissez-vous emporter par cette rencontre riche en émotions !

Et vous, connaissez-vous ces romans ?
Vous tentent-ils ?

Throwback Thursday Livresque #122 : maltraitance

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Pour le thème de la semaine, maltraitance, un livre s’est tout de suite imposé à moi : Toutes blessent la dernière tue de Karine Giebel.

‘Tama est une esclave. Elle n’a quasiment connu que la servitude. Prisonnière de bourreaux qui ignorent la pitié, elle sait pourtant rêver, aimer, espérer. Une rencontre va peut-être changer son destin…
Frapper, toujours plus fort.
Les détruire, les uns après les autres.
Les tuer tous, jusqu’au dernier.
Gabriel est un homme qui vit à l’écart du monde, avec pour seule compagnie ses démons et ses profondes meurtrissures.
Un homme dangereux.
Un matin, il découvre une inconnue qui a trouvé refuge chez lui. Une jeune femme blessée et amnésique.
Qui est-elle ? D’où vient-elle ?

Rappelle-toi qui tu es. Rappelle-toi, vite !
Parce que bientôt, tu seras morte.’

Pourquoi ce choix ?

Tout dans ce roman explique mon choix : les sujets abordés comme cet esclavagisme moderne qui semble absent des médias alors qu’il est une bien triste réalité, la domination amoureuse et ce mélange amour/violence imposé comme un modèle de relation amoureuse alors que ce n’est qu’une monstruosité, la violence physique avec le viol et des tortures sur lesquelles on ne peut détourner les yeux, mais qui rendent malade, la violence psychologique qui réduit un être humain à l’état de néant, la méchanceté pure dans ce qu’elle a de plus laide et de plus cruelle…

Vous l’aurez compris, ce roman est dur, violent, parfois un peu trop pour ne pas donner l’impression que l’autrice tombe dans la surenchère, mais il est surtout poignant et marquant…

Si vous souhaitez en apprendre plus sur l’histoire de Tama, une jeune fille maltraitée par la vie depuis son plus jeune âge, je vous invite à lire ma chronique dont voici la conclusion :

Toutes blessent la dernière tue fait partie de ces romans qui vous marquent au fer rouge, vous remuent et vous broient les tripes. C’est dur, c’est violent, mais c’est incroyablement prenant ! Il faut dire que l’auteure, en insérant quelques rayons de soleil dans la plus noire des nuits, joue allègrement avec nos émotions. Elle nous embarque dans un ascenseur émotionnel dont il est bien difficile de sortir indemne, mais dont on tire une conclusion : l’homme n’est non pas un loup pour l’homme, mais un monstre… Karine Giebel nous offre donc ici un roman coup de poing qui, en abordant sans concession ni angélisme des sujets difficiles comme l’esclavagisme moderne, vous met K.-O. !

Et vous, connaissez-vous ce roman ?
L’avez-vous lu ou vous tente-t-il ?

Throwback Thursday Livresque#121 : Science-fiction

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Je lis peu de science-fiction, mais à la lecture de ce thème, j’ai tout de suite pensé à un livre qui m’avait bien plu : L’événement de Marc Brucker.

« De nos jours, en France…

Les disparitions mystérieuses se multiplient depuis peu dans la région Midi-Pyrénées. Le commissaire Bouvier et sa lieutenante, Domenga Etxeberri, de la SRPJ de Toulouse, ne savent pas où donner de la tête. Qui est donc cet étrange Dr Dittman qui rôde dans les parages ? Les ennemis invisibles cachés dans les bois proviennent-ils de son laboratoire secret ? Une seule certitude : le début des disparitions coïncide avec « l’événement » et, si les craintes des enquêteurs se confirment, cela pourrait signifier rien de moins que la fin… de l’Humanité ! » 

Pourquoi ce choix ?

Grâce à une plume très visuelle, une bonne dose d’action, des scènes dignes d’un bon film d’horreur, une enquête intéressante, de la tension et du suspense, l’auteur arrive à embarquer les lecteurs dans son histoire dès les premières pages. Même les personnes peu habituées à lire de la science-fiction entrent sans difficulté dans ce récit où il se passe des choses fort peu ragoûtantes, mais passionnantes.

Le fait que l’action se déroule en France m’avait également beaucoup plu, car cela ajoute un certaine authenticité au récit, et permet plus facilement d’imaginer la situation…

Pour en apprendre plus sur ce roman, je vous invite à lire ma chronique dont voici la conclusion :

L’Événement est un roman de science-fiction qui devrait plaire à toutes les personnes aimant les films d’horreur avec des grosses bestioles peu sympathiques. Reprenant certaines ficelles de ce genre de films, l’auteur nous offre ici un roman très visuel où la tension omniprésente vous poussera à tourner les pages avec avidité et, pour les plus peureux des lecteurs, avec une certaine appréhension. Amateurs ou non de science-fiction, je ne peux que vous inviter à vous laisser prendre dans les filets de l’auteur qui s’est évertué à faire de son roman une œuvre accessible à tous. Pour ma part, j’ai passé un moment de lecture tellement agréable que j’ai très envie de découvrir le précédent roman de l’auteur Le secret d’Amy-Lee auquel il fait d’ailleurs allusion.

Et vous, connaissez-vous ce roman ?
Vous tente-t-il ?

 

Throwback Thursday Livresque #120 : road trip

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Je n’aime pas trop la littérature de voyage, et je n’ai donc pas de classiques du genre à vous proposer. En revanche, j’avais très envie de vous parler d’un magnifique livre jeunesse qui a été un coup de cœur,  Le voyage d’un chat de Christophe Bladé, illustré par JustineF.

« Motus, un jeune chat né dans une vieille remise, quitte son abri tranquille et son ami le chêne pour vivre son rêve : voyager jusqu’à la lune pour en rapporter un peu de sa lumière!
Motus découvrira le courage au fil d’une aventure semée de risques et d’embûches.
Le voyage initiatique d’un chat… Celui de chaque enfant qui grandit… Un voyage au cœur d’une Nature avec ses beautés et ses dangers qui invite les enfants à suivre ce petit personnage qui leur ressemble un peu.
Les belles illustrations de JustineF répondent au texte de Christophe Bladé, et contribuent à créer l’ambiance poétique du livre. »

Pourquoi ce choix ?

Ce roman met en scène Motus, un attendrissant petit chat qui part à l’aventure afin de réaliser son rêve. En chemin, il va vivre mille péripéties et faire des rencontres plus ou moins sympathiques ! Sublimée par de très belles illustrations, cette histoire est pleine de beauté, de tendresse et de poésie.

Le voyage d'un chat, Christophe Bladé et JustineF

Pour en apprendre plus sur ce joli roman jeunesse, je vous invite à lire ma chronique dont voici la conclusion :

Le voyage d’un chat a été un coup de cœur ! Touché par l’histoire de ce petit chat qui rêve de décrocher la lune ou, du moins, d’en capturer un peu de lumière, mon cœur s’est mis au diapason du sien. Entre sourires, petites frayeurs et émotions, Christophe Bladé a su me faire vivre pleinement le voyage/rêve de Motus et me transporter dans son univers poétique sublimé par les illustrations de JustineF.

Et vous, quel livre auriez-vous cité ? 

Throwback Thursday Livresque #119 : Assistant(e)s/Secrétaires

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Pour ce thème, je vais vous parler d’un roman dont la chronique dort dans mes brouillons depuis un très long moment : Meilleurs ennemis de Sally Thorne.

Meilleurs ennemis : Découvrez la nouvelle comédie romantique de Sally Thorne "À moi... ou presque !" (&H) par [Thorne, Sally]

« Le jour où Lucy rencontre son nouveau collègue, Joshua Templeman, elle n’en revient pas : il est à tomber ! Sauf qu’il ne lui faut pas plus de deux secondes pour découvrir qu’il est aussi froid, cynique, impitoyable… absolument détestable ! Alors, quand leurs chefs respectifs les mettent en concurrence pour une promotion, Lucy est prête à tout pour le battre. Car, si elle gagne, elle sera sa boss. S’il gagne… elle démissionnera. Autant dire qu’elle n’a pas le choix : elle doit gagner. Mais lorsque, un soir, dans l’ascenseur, ce traître de Josh l’embrasse fougueusement, elle est complètement déstabilisée. Se serait-elle trompée à son sujet depuis le début ? Ou est-ce une tactique de Josh pour lui faire perdre ses moyens ? »

Pourquoi ce choix ?

Lucy et Joshua, assistants dévoués et efficaces, se vouent une haine farouche, du moins en apparence. Les piques fusent et les regards se font meurtriers… Mais comme nous sommes dans de la romance, vous vous doutez donc bien que les choses et leur relation vont évoluer !

Ma chronique (pas encore publiée) est assez mitigée, mais quand je la relis, je la trouve peut-être un peu trop dure puisque plus d’un an après avoir lu le roman, j’en garde finalement une impression plutôt positive.

Dans tous les cas, si vous voulez une romance pleine d’humour et de légèreté suivant le schéma classique, mais toujours efficace, de deux personnes se détestant avant de se rapprocher, ce roman devrait vous plaire. Cerise sur le gâteau, les piques entre les personnages sont assez savoureuses et il n’y a pas de scènes érotiques à gogo.

Et vous, connaissez-vous ce roman ?
Vous tente-t-il ?

Throwback Thursday Livresque #118 : Feel good

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


J’en ai déjà parlé lors d’une précédente édition, mais quand je pense feel good, je pense Sophie Kinsella… Me vient également en tête Le journal de Bridget Jones de Helen Fielding :

« 58,5 kg (mais post-Noël), unités d’alcool : 14 (mais compte en fait pour deux à cause de soirée de nouvel an), cigarettes : 22, calories : 5 422″. A presque trente ans, Bridget Jones consigne ses déboires amoureux dans son journal. Elle sort trop, fume trop, boit trop, compte les calories et fantasme sur son play-boy de patron. Sa hantise : finir vieille fille. Ses objectifs : perdre du poids et trouver son prince charmant. L’irrésistible confession de la célibataire la plus célèbre de la planète. »

Pourquoi ce choix ?

J’avais lu le premier tome durant une période difficile au niveau personnel et chargée en termes de travail scolaire. Ce roman, c’était ma petite bouée d’oxygène du soir qui me permettait de décompresser de la journée, et de me vider l’esprit. Pendant trente minutes à une heure, je me coupais du monde vivant au rythme des péripéties et galères de Bridget Jones, une gaffeuse terriblement drôle et attachante !

Et vous, connaissez-vous ce roman ?
L’appréciez-vous ?