A Study in Scarlet, Sir Arthur Conan Doyle

Avec Florence du blog Satoru Kudo, nous avions décidé de lire, en lecture commune, l’intégrale des aventures de Sherlock Holmes en commençant par A Study in Scarlet ou Une étude en rouge dans sa version française. Une troisième lectrice, grande admiratrice du célèbre détective, s’est jointe à nous : la célèbre June du blog June & Cie.

June et moi avons lu le livre en anglais et Florence en français. Le niveau de langue m’a semblé accessible même si un dictionnaire s’est révélé utile notamment dans la deuxième partie. Si vous en avez la possibilité, je ne peux que vous conseiller fortement de faire l’effort de lire dans la langue de Shakespeare.

NB : vous pouvez télécharger gratuitement et légalement A Study in Scarlet ou les aventures complètes de Sherlock Holmes sur Internet. Je l’ai personnellement fait, mon intégrale de Sherlock Holmes étant bien trop lourde et précieuse à mes yeux pour la trimballer de partout.

RÉSUMÉ

When Dr John Watson takes rooms in Baker Street with amateur detective Sherlock Holmes, he has no idea that he is about to enter a shadowy world of criminality and violence.

Accompanying Holmes to an ill-omened house in south London, Watson is startled to find a dead man whose face is contorted in a rictus of horror. There is no mark of violence on the body yet a single word is written on the wall in blood. Dr Watson is as baffled as the police, but Holmes’s brilliant analytical skills soon uncover a trail of murder, revenge and lost love . . .

AVIS

Le livre est divisé en deux parties. La première nous permet de faire connaissance de Sherlock Holmes et du docteur Watson qui vont avoir l’occasion de travailler sur la résolution d’un meurtre. La deuxième partie nous offre une plongée dans une toute autre histoire, enfin en apparence. Vous découvrirez par vous-même et, je l’espère, avec plaisir comment ces deux intrigues sont bel et bien connectées.

La deuxième partie m’a quelque peu surprise puisqu’il n’y est quasiment pas question du célèbre détective et de son acolyte. Le style de narration qui tranche avec celui de la première partie ainsi que les changements de lieu et de temps m’ont même, pendant quelques instants, donné l’impression d’avoir affaire à une tout autre histoire ou d’avoir raté un point important de l’intrigue. Il m’a fallu voir le nom de la victime pour être rassurée…

J’ai mis un peu de temps à entrer dans la deuxième partie qui se révèle d’ailleurs, du point de vue de l’anglais, un petit peu plus difficile à comprendre, des passages descriptifs étant présents. Cependant, une fois que je me suis plongée dans l’histoire, je n’ai pas décollé les yeux du livre impatiente de découvrir comment l’auteur allait réussir à faire le lien entre les deux intrigues. J’ai ainsi adoré sa manière de dérouler le fil de l’histoire et de ménager un certain suspense. Il est vrai que l’on comprend, avant la fin, les tenants et aboutissants du meurtre, mais cela ne nuit en rien au plaisir que l’on ressent à « écouter » Sherlock Holmes expliquer le raisonnement lui ayant permis de résoudre son enquête.

J’avais lu un manga dans lequel était narrée la rencontre entre Sherlock Holmes et le Docteur Watson, mais j’ai néanmoins apprécié de redécouvrir la rencontre entre les deux membres de ce duo, à première vue, plutôt atypique. Nous découvrons l’histoire du point de vue du Docteur Watson qui ici, il faut bien l’avouer, sert plus ou moins de faire-valoir. Je n’ai pas trouvé qu’il était indispensable en dehors de son rôle de narrateur, mais j’ai aimé m’extasier avec lui des prouesses de son nouvel ami et colocataire. Il faut dire que les méthodes de travail de Sherlock Holmes sont, pour l’époque, des plus innovantes et que la personnalité du personnage ainsi que son extraordinaire sens de l’observation et de l’analyse contribuent à le rendre fascinant.

Alors que dans la vraie vie, l’auto-suffisance du célèbre Sherlock Holmes aurait eu tendance à m’agacer, je dois dire qu’ici, cela ne me gêne pas et que ce trait de caractère le rend même presque attachant. J’ai ainsi pris plaisir à le voir exulter de ses découvertes et de sa « victoire » contre les deux autres célèbres détectives chargés officiellement de l’enquête. La compétition entre ces personnages a un côté tellement enfantin qu’elle en devient amusante ou suscite, du moins, une certaine indulgence de la part du lecteur.

Enfin, j’ai retrouvé dans ce roman certaines similitudes avec Le mystère de la chambre de jaune de Gaston Leroux ce qui n’est pas étonnant si l’on rappelle que l’auteur s’était inspiré d’Arthur Conan Doyle qui lui-même s’était inspiré du chevalier Auguste Dupin, personnage d’Edgar Allan Poe. J’ai donc parfois eu le sentiment d’être en terrain connu notamment au niveau du style de narration et de la personnalité de Sherlock Holmes qui présente quelques points communs avec celle de Rouletabille (même confiance en soi, sens aigu de l’observation et d’analyse, esprit de compétition…). Heureusement, les différences entre les deux détectives et les deux histoires demeurent assez nombreuses pour que cela ne soit pas gênant.

En conclusion, si vous aimez les intrigues policières et souhaitez découvrir ou redécouvrir le célèbre duo Sherlock Holmes/ Watson, je ne peux que vous recommander de vous plonger rapidement dans A Study in Scarlet. Le suspense n’est pas intenable, mais les méthodes de travail de Sherlock Holmes, sa personnalité et la relation entre les deux protagonistes rendent la lecture prenante. Ce premier roman introductif m’a plus que jamais donné envie de lire la suite des aventures du plus célèbre détective de la planète.

DECOUVREZ les avis de Florence du blog Satoru Kudo et de June du blog June & Cie.

The Exsanguinist, R.N. Morris (Paper Planes), lecture VO

index

Je vous avais déjà parlé de mon inscription au challenge des langues avec  une forte envie de reprendre la lecture en anglais et en italien. Après une première lecture en italien, je me suis attelée à l’anglais.

Malgré une PAL dans la langue de Shakespeare qui contient quelques titres, je suis allée fouiner en bibliothèque avant de tomber sur un livre de la Collection Paper Planes des Éditons Didier.

J’avais découvert cette collection sur le net et appréciant son concept, je m’étais promis de tester l’un des titres. C’est maintenant fait avec The Exsanguinist de R.N. Morris.

Vous pouvez feuilleter le livre gratuitement sur le site de Paper Places, l’acheter ou encore télécharger gratuitement la version audio si vous possédez le format papier.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

 » London, 1914. A killer is at liberty in the dark alleys of the city. The cadavers of his victims all have one thing in common : there is no blood in their bodies. As the Exsanguinist’s reign of terror continues, Detective Silas Quinn finds his suspicions focussing on the members of an exclusive gentleman’s club… »

  • Poche: 96 pages
  • Editeur : Didier (23 juin 2010)
  • Collection : Paper Planes
  • Prix : 8€

AVIS

Le niveau d’anglais…

La pari de Paper Planes de rendre accessible la littérature anglaise contemporaine aux lectures francophones me semble plutôt réussi. J’ai bien sûr été confrontée à des mots que je ne connaissais pas mais il n’est pas du tout nécessaire d’interrompre sa lecture pour en trouver la signification. Le contexte étant clair, le nombre de personnages et les lieux de l’action limités, tout se devine aisément.

Maintenant que j’ai terminé ma lecture, je vais procéder à un « survolage » du texte pour noter les mots que je ne connais pas de manière à enrichir mon vocabulaire. Mais c’est une étape qui est tout à fait accessoire.

L’histoire…

The Exsanguinist est une enquête policière mettant en scène le détective Silas Quinn. Celui-ci tente de débusquer la personne, ou plutôt le monstre, qui se cache derrière le meurtrier qui sévit à Londres en cette année 1914. Cela n’est pas sans rappeler un certain Jacques l’éventreur sauf qu’ici notre serial-killer a la particularité de vider ses victimes de leur sang… Vous verrez que la raison de cette abomination est somme toute surprenante.

A noter que la dernière partie tend à me faire déconseiller ce livre aux âmes trop sensibles. Souffrant d’hématophobie (peur irrationnelle du sang), j’ai fini par faire un malaise vagal preuve que les quelques scènes un peu crues sont plutôt bien décrites.

Les fan d’Oscar Wilde seront sûrement ravis de découvrir les quelques citations de l’écrivain qui jalonnent le livre mais également les références à ce dernier. Pour les autres, ce sera un moyen de faire sa connaissance, même si ce n’est que brièvement, et d’améliorer sa culture littéraire.

« From what I understand, Oscar Wilde hoped to turn his life into a work of art. It appears that the Exsanguinist hopes to do the same with death. »

LA MAISON D’ÉDITION PAPER PLANES : la littérature anglaise contemporaine à la portée de tous

 » Paper Planes s’adresse à tous ceux qui prennent plaisir à lire une bonne histoire. Nous vous proposons un concept inédit : une littérature anglaise contemporaine accessible à des lecteurs francophones. Quand vous lisez ces romans en anglais, nul besoin de comprendre chaque mot. Détendez-vous, poursuivez votre lecture, et laissez les auteurs vous emmener en voyage… »

Parmi la collection, vous trouvez des thrillers, des fictions historiques, des livres d’humour et du fantastique. J’ai commencé avec un thriller mais je n’hésiterai pas à tester les autres genres.

MA NOTE : 3,5/5

En résumé, The Exsanguinist est une enquête policière qui se lit rapidement. Je ne lui ai pas trouvé un suspens haletant sûrement en raison de son nombre limité de pages. Néanmoins, j’ai beaucoup apprécié ma lecture car facile à parcourir tout en étant intéressante, elle s’est révélée un moyen très agréable de travailler mon anglais.

En quelques mots, si vous aimez les thrillers et que vous voulez joindre l’utile à l’agréable, The Exsanguinist est fait pour vous.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Leggere come i sogni (Zouck), Pierre Bottero (Lecture VO)

PB

Leggere come i sogni de Pierre Bottero est la version traduite en italien de son livre Zouck. J’avais décidé de lire cet ouvrage dans le cadre du Big challenge Livraddict.

Ayant perdu l’édition française que je possédais, j’ai préféré me tourner vers l’édition italienne de manière à avancer dans mon challenge des langues.

AVIS

Commençons par le niveau d’italien…

Pendant ma scolarité, j’avais un assez bon niveau d’italien mais le manque de pratique de la langue a occasionné quelques dégâts… Heureusement, Leggere come i sogni est un roman jeunesse qui s’avère plutôt accessible. Je n’ai pas forcément compris chaque mot mais le contexte aidant, j’ai pu suivre sans problème le fil de l’histoire.

A titre indicatif, je l’ai lu en deux fois en un peu plus de deux heures. Si l’on désire renouer avec l’italien, cet ouvrage me semble donc être un bon début. Je prévois une relecture avec cette fois-ci un dictionnaire et un petit carnet pour enrichir mon vocabulaire et revoir mes conjugaisons. En effet, même si c’est un roman jeunesse, l’auteur ne se cantonne pas au présent et au passé composé.

L’histoire…

Je me suis assez vite attachée à Zouck que l’on apprend à découvrir tout au long du roman. Menant une vie équilibrée, son existence tournait autour de trois choses : une vie de famille banale avec des parents soudés, une petite sœur horripilante, des dîners familiaux autour des sempiternelles questions sur le déroulement de la journée à l’école…, sa meilleure amie et la danse. Une vie ordinaire de lycéenne en somme !

Puis, des éléments perturbateurs vont progressivement venir bousculer l’ordre établi. Il y a d’abord la nouvelle relation amoureuse de sa meilleure amie avec un quadragénaire rencontré sur Internet. J’ai trouvé que cette relation aurait d’ailleurs mérité d’être un peu plus développée. Abordée superficiellement, elle donne presque l’impression qu’une relation amoureuse entre une lycéenne et un homme de 40 ans est une chose normale. Au-delà de son aspect dérangeant, cette relation va progressivement éloigner Maiwenn et Zouck l’une de l’autre à un moment de leur vie où leur amitié leur est plus que jamais indispensable…

Le deuxième élément à noter survient quand Zouck entend une conversation entre sa prof de danse et une sommité en la matière sur son poids trop important pour lui permettre d’espérer rentrer un jour à l’Opéra. On comprend immédiatement les dégâts que cette conversation va engendrer sur notre héroïne notamment si l’on se rappelle que maigrir faisait déjà partie des choses qu’elle souhaitait réaliser.

A travers ce livre, Pierre Bottero a su monter qu’une parole presque anodine peut avoir de lourdes conséquences sur des personnes, pas encore adultes mais plus enfants, qui sont en pleine phase de construction. L’anorexie est abordée assez superficiellement (pas de scènes choc, de détails superflus…) ce qui peut s’expliquer par le fait que nous sommes face à un livre jeunesse. Malgré cela, on suit parfaitement l’enchaînement qui va conduire Zouck à se priver de nourriture, les dangers de  ce comportement sur sa santé, l’impuissance de son entourage, la souffrance qui se cache derrière l’anorexie…

Les lecteurs, témoin de la maladie de Zouck, ne peuvent être que touchés par sa fragilité mais également par son envie de s’en sortir. Les pages défilent rapidement car on a envie de savoir ce qui va arriver à Zouck, on se surprend à craindre le pire et à espérer le meilleur : son entière guérison. Sans pathos excessif, l’auteur a ainsi su me toucher autant par la personnalité de son personnage principal que par sa plume.

MA NOTE : 4/5

En résumé, je craignais de ne pas accrocher à l’histoire, la danse ne m’intéressant pas outre mesure. Heureusement, même si cette activité est la passion de Zouck, le roman ne lui ai pas consacré. Il parle plutôt de l’engrenage qui va conduire une jeune fille des plus ordinaires vers la spirale des troubles alimentaires et plus particulièrement, de l’anorexie.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Challenge des langues 2016/2017 : le défi de lire en VO

20160802_173704

La lecture est un plaisir avant tout mais elle peut parfois permettre de joindre l’utile à l’agréable notamment dans la pratique d’une langue étrangère. C’est pour cette raison que j’achète, de temps en temps, des livres en anglais. Je vous avais d’ailleurs déjà présenté ma PAL de livres dans cette langue.

Malheureusement, je manque souvent de motivation pour maintenir un rythme de lecture régulier en anglais ce qui me fait constater que ma PAL tend à augmenter sans jamais beaucoup diminuer.

C’est donc avec enthousiasme que je me suis lancée dans le Challenge des langues organisé par Anaverbania qui se tiendra jusqu’au 04/09/2017. Il n’y a pas de règles si ce n’est celle de prendre plaisir à lire en VO. Vous pouvez retrouver tous les détails et la liste des participants sur Livraddict.

Je pense surtout lire en anglais et tenter de recommencer la lecture en italien, langue que j’ai complètement délaissée depuis de nombreuses années. Je me fixe l’objectif de lire avant la fin du challenge

  • 12 livres en anglais : romans, nouvelles, mangas, BD…
  • 3 livres en italien

Et vous, envie de lire en VO ?

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mes achats en VO (anglais) #1

20160802_173704

Depuis un petit moment, j’achète des livres en VO, principalement en anglais, lors  de vide-grenier, de visites chez NOZ, ou chez des bouquinistes, sur le site du grand méchant Amazon pour les livres d’occasion…

J’espère par ce moyen pouvoir travailler mon anglais tout en me faisant plaisir car je n’ai plus forcément souvent l’occasion de parler la langue.

Voici les titres que je possède :

ROMANS/NOUVELLES

BARNES & NOBLE Leatherbound Classic Collection

 Je suis fan de cette collection que j’espère agrandir petit à petit.

BD/MANGAS

Les mangas ci-dessus font partie d’une série qui adapte les pièces de Shakespeare en manga. Je ne possède pas encore tous les titres mais j’en achète de temps en temps trouvant l’idée plutôt sympathique.

J’ai d’autres ouvrages chez mon père mais j’ai choisi de vous montrer ceux qui me sont directement accessibles.

Et vous, dans quelle(s) langue(s) lisez-vous ? Des livres à conseiller ?

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer