In My Mailbox #217 : coffret collector, beaux livres et sortie très attendue !

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Accrocdeslivres. »


Qu’est-ce qui cloche avec la secrétaire Kim est arrivé plus tard que prévu malgré ma précommande, mais je suis très heureuse d’avoir cette version papier d’un webtoon que je n’ai pas lu, mais dont j’ai apprécié l’adaptation en drama. Quant au Benjamin Lacombe, il était dans ma wish list depuis sa sortie tout comme Le festival du Dragon-Thé. Le Temple, qui regroupe cinq nouvelles illustrées de Lovecraft, est un achat imprévu…

Couverture Qu'est-ce qui cloche avec la secrétaire Kim ?, tome 1Couverture L'étonnante Famille Appenzell

Couverture Le Festival du Dragon-Thé

Je ne connaissais pas du tout Revolutionary Girl Utena, qui commence maintenant à dater, mais ayant croisé le coffret collector par hasard sur Internet, je n’ai pu que craquer. Si vous lisez en anglais, que vous aimez la série ou avez envie de la découvrir, je ne peux que vous encourager à vous laisser tenter. Le coffret est de toute splendeur et les mangas en relié magnifiques ! Mon espace de stockage sur WordPress arrivant presque à saturation, je publierai des photos sur Instagram.

Revolutionary Girl Utena Coffret révolutionnaire Girl Utena Deluxe Box Set, Saito,

Et vous, quelles sont les nouveautés de votre PAL ?
Certains de ces titres vous tentent-ils ?

Throwback Thursday livresque #201 : une série (plus de 3 tomes)

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Le thème de la semaine, une série de plus de trois tomes, m’ayant pas mal inspirée, j’ai eu un mal fou à faire mon choix. Mais j’ai fini par opter pour une série dont le premier tome a été un quasi coup de cœur : Les liens du sang d’Helen Harper.

De prime abord, Mack est peut-être une humaine d’apparence ordinaire, mais elle vit avec une meute de métamorphes en Cornouailles, dans la province anglaise, après y avoir été abandonnée par sa mère quand elle était encore enfant. Elle souhaite désespérément être acceptée par sa famille adoptive, et pas seulement parce que beaucoup la détestent de n’être qu’une simple humaine : pour une raison inconnue, son sang n’accepte pas la transformation.

Avec ses cheveux roux et son tempérament de feu, Mack est incroyablement douée en combat, et quand l’alpha de sa meute est brutalement assassiné, elle jure de le venger. Malheureusement, le meurtre attire l’attention des membres de la Fraternité (les dirigeants du monde des métamorphes) qui n’hésiteront pas à massacrer la petite meute provinciale de Mack s’ils découvrent qu’une humaine s’y cache depuis son enfance.


Découverte par hasard sur Amazon, l’autrice proposant gratuitement le premier tome en anglais, la série m’a tenue en haleine une bonne partie du mois de décembre de l’année dernière, puisque si j’ai attendu un certain temps entre la lecture du premier et du deuxième, j’ai ensuite enchaîné les tomes restants. Depuis la fin de ma lecture, une chronique générale sur la série est d’ailleurs en attente dans mes brouillons…

Je peux néanmoins déjà vous dire que si vous aimez les héroïnes badass, mais terriblement attachantes, cette série devrait vous plaire. Mack est une jeune femme qui cherche sa vraie nature tout en tentant vaillamment de ne pas mettre sa meute en danger en s’exposant… C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elle tente de garder ses distances avec un alpha qui se montre très intéressé par cette femme qui ne semble pas ce qu’elle prétend être, et qui a tendance à défier son autorité.

S’engage alors entre eux un jeu du chat et de la souris terriblement addictif qui pousse clairement à tourner les pages les unes après les autres ! Le duo Mack/Corrigan a un petit côté Kate Daniels/Curran qui m’a bien plu, d’autant que l’autrice arrive à lui donner un vrai cachet qui permet au duo de développer son identité propre. 

 À noter que pour une fois, la couverture de la version française est bien plus belle que celle de la version originale.


Et parce que je n’ai pas pu résister, je vous propose également mon manga préféré pour illustrer ce thème : Black Butler. Vous êtes nombreux et nombreuses à connaître cette série emblématique, mais si ce n’est pas encore le cas, je ne peux que vous encourager à lui donner sa chance. Tome après tome,  Yana Toboso arrive à se renouveler, à partir dans des directions inattendues, à nous mettre face à des révélations surprenantes, et à approfondir la psychologie de ses personnages, qui se révèlent d’ailleurs plutôt hauts en couleur. Un pur bonheur !

Couverture Black Butler, tome 01

Et vous, à quel titre auriez-vous pensé ?
Ces séries pourraient-elles vous tenter ?

In My Mailbox #216 : 48h BD, livre surprise et retour en enfance

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Accrocdeslivres. »


  • 48h BD : je ne comptais prendre que quelques titres, mais j’ai finalement opté pour une bonne partie de la sélection, certains titres pouvant plaire à d’autres membres de ma famille. D’ailleurs, si je pense le lire, Gengis Khan est d’abord destiné à mon père, grand amateur d’Histoire. Quant à Sorceline et Enola, je les ai déjà lues, mais dans le cadre d’un emprunt en bibliothèque. Or, ce sont des séries que j’aimerais lire avec ma petite nièce.

Pokemon_Noir_Blanc-48h-bd.jpg

Maudit sois-tu 1 Zaroff 48h BD 2021 (ankama)

  • Romans : ayant rempli mon profil sur Lecteurs.com suite à la réception d’un mail, j’ai reçu un livre surprise : Cox ou la course du temps. Et comme le hasard fait bien les choses, c’était un roman de ma wish list. J’ai également reçu une masse critique Babelio : Horror Games.

Couverture Cox ou la course du tempsHorror games, tome 2 : Le collège des zombies par Zimmermann

  • Deux petits achats pas vraiment prévus : le premier est pour ma nièce, et le deuxième a été motivé par la curiosité, parce que voir accolés deux mots tels qu’ ugly et princess, ce n’est pas courant !

Les contes de toujoursCouverture Ugly princess, tome 1

Et vous, quelles sont les nouveautés de votre PAL ?
Certains de ces titres vous tentent-ils ?

C’est le 1er, je balance tout ! mai 2021 + New Pokémon Snap

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bleue

C’est le 1er, je balance tout est un nouveau RDV livresque mensuel créé par Allez vous faire lire. Son objectif est de « remettre au centre de sa pratique de la blogosphère la notion de partage qui unit la toile ». Pour ce faire, il vous suffit de partager des informations en fonction de 4 catégories. Depuis quelques mois, les partages se font sur Charmant Petit Monstre.


Depuis le début de l’année, mai est mon plus petit mois de lecture, et de très loin. Il faut dire que j’ai lu des livres plus longs que d’habitude, que le retour à un semblant de vie sociale m’a laissée un peu moins de temps pour lire (mais m’a permis de passer de très bons moments en famille et entre amis), et que j’ai eu du mal à me concentrer en raison de quelques problèmes de santé.

Cela ne m’a pas empêchée de lire avec plaisir et de faire de très bonnes lectures, avec zéro déception, ce qui est toujours appréciable ! Ce mois-ci, en raison probablement du challenge Mai en BD, j’ai lu plus d’ouvrages graphiques que de romans. Je pense en juin continuer à faire baisser ma PAL graphique et ma pile d’emprunts qui grandit dangereusement.

1) Le Top & Flop de ce que vous avez vu/lu le mois dernier

Couverture L'Empire d'écume, tome 1 : La Fille aux éclats d'osCouverture Masques et Monstres, tome 1 : Magie d'artisanCouverture Les caprices de Lady Violet

Plus sombres et plus éloignés de mes habitudes de lecture, je tenais également à mentionner deux romans qui m’ont transportée, l’un en Australie, l’autre aux États-Unis : Le fleuve des rois et Fleurs de feu.

Couverture Fleurs de feu, tome 1 : Fleurs en feuCouverture Le fleuve des rois

Couverture Princesse princesseCouverture Les sœurs Grémillet, tome 1 : Le rêve de SarahCouverture Le renard et le petit Tanuki, tome 1

  • Une seule lecture en anglais : cela m’a pris trois semaines, mais j’ai lu le troisième tome de la série Blood and Ash que j’apprécie beaucoup. À la base, je pensais que c’était une trilogie, mais il y aura une suite ainsi qu’un préquel. Je serai évidemment au rendez-vous !

Couverture Blood and Ash, book 3: The Crown of Gilded Bones

2) Chroniques d’ailleurs lues le mois dernier

  • Mes petits bonheurs nous parle d’un roman japonais que je ne connaissais pas, mais qui me tente beaucoup : Lune de papier.
  • Après avoir lu l’avis de Frédéric du blog La culture dans tous ses états, très bon blog au demeurant, vous n’aurez qu’une envie, vous jeter sur Hamnet ! Pour ma part, je peux vous dire que son avis m’a complètement convaincue.
  • Harleen était déjà dans ma wish list, mais j’ai adoré la manière dont Les mots de Mahault en parle.

Couverture Lune de PapierCouverture HamnetCouverture Harleen

3) Liens adorés hors chronique littéraire

  • Si j’apprécie de lire vos avis, j’aime aussi découvrir des articles qui dépassent ce cadre pour proposer autre chose comme Papotage de lecteur imaginé par La Bougie de Vinâyaka. Le rendez-vous étant ouvert à tous, n’hésitez pas à lire son article et, peut-être, à vous lancer.

  • Découverte sur Instagram, la boutique Etsy L’Esplumoir du renard m’a séduite, notamment avec ses boucles d’oreille reprenant la couverture de différents romans. N’hésitez pas non plus à regarder le compte Instagram de la boutique.

4 ) Autres loisirs : New Pokémon Snap

À ce stade de l’article, d’habitude, je vous présente ma pile à lire pour le moins en cours, mais j’ai décidé de reprendre mes articles PAL du mois. À la place, je pense donc vous parler brièvement d’autres loisirs, comme les puzzles ou la cosmétique maison qui était, à sa création, l’une des bases du blog.

Ne comptant par reprendre mon blog sur le thé, Une histoire de thé, je n’exclus pas non plus de vous parler de mon addiction à cette boisson, aux théières et mugs qui occupent une bibliothèque entière dans mon salon. Bibliothèque qui est d’ailleurs passée de parfaitement rangée par pays à un Tetris géant, rappelant étrangement mes bibliothèques de livres. Au passage, si quelqu’un souhaite des boîtes à thé vides, qu’il n’hésite pas à me contacter, je pourrais en faire commerce.

Mais en ce mois de juin, c’est d’un jeu vidéo que j’aimerais vous parler : New Pokémon Snap. Je ne comptais pas l’acheter, mais la nostalgie de la première version sur Nintendo 64 aidant, j’ai fini par craquer et ressortir ma Switch.

J’en suis au début, alors il est difficile de vous en donner un avis définitif, mais je peux déjà vous dire que j’aime beaucoup les graphismes colorés et enfantins, qui donnent tout de suite le sourire aux lèvres. C’est vraiment le jeu idéal pour se détendre et faire une petite pause toute mignonne sans prise de tête. Mon neveu adolescent n’est pas particulièrement intéressé pour jouer avec sa tata, mais je ne doute pas que quand mon autre neveu et ma nièce auront l’autorisation parentale pour jouer à la console, ils seront ravis de prendre la relève.

Seul petit défaut, et c’est parce que je m’ennuie vite, la phase où l’on fait évaluer ses photos devient très vite lourde, parce qu’extrêmement répétitive… Sinon, c’est un plaisir d’explorer les différents lieux de jour et de nuit, de prendre des photos en variant les angles, et en n’oubliant pas d’utiliser les moyens mis à notre disposition pour débusquer les Pokémon pas visibles au premier abord. La présence de missions annexes permet également de faire monter un peu les enjeux et de garder intact l’intérêt des joueurs.

Et vous, que retenez-vous de votre mois de mai ?
Un livre, un jeu, une série et/ou un film en particulier ?

Le Dragon qui rêvait de crépuscule, Akira Himekawa

Couverture Le dragon qui rêvait de crépuscule, tome 1

Hirasawa Kiya est un jeune garçon possédant la faculté de se transformer en un être mi-homme mi-dragon, faculté transmise par un sang venu du fond des âges. Un jour, il est attaqué dans sa propre maison par « Illumine », un groupe de mercenaires spécialisés dans les assassinats. Là, il reçoit l’ordre de faire équipe avec T.J, le tueur professionnel à la jambe artificielle ?

Éditions Clair de Lune (2014) – 192 pages – Traduction : Cyril Coppini

AVIS

Je n’avais jamais entendu parler de cette série en deux tomes, mais intriguée par le titre ne manquant pas de poésie, j’ai décidé de me lancer et je dois dire que l’expérience de lecture fut très agréable. On suit Kiya, un Archétype, arraché à sa famille d’adoption par une organisation secrète et mystérieuse, Ilumine. Celle-ci traque et extermine les digabeast, des bêtes maudites qui se repaissent de chair humaine. Et pour l’aider dans cette difficile et dangereuse tâche, elle compte bien sur la nature hybride de Kiya, qui est mi-homme mi-dragon…

Mais avant de l’envoyer en mission, l’organisation décide de le former, ce qui ne ravit guère la personne désignée pour cette formation accélérée. En effet, TJ, plutôt du genre taciturne, n’a pas la moindre envie de se coltiner un jeune hybride, même unique en son genre, et encore moins d’avoir un nouveau partenaire… Il faut dire que sa dernière mission, en plus de lui avoir fait perdre une jambe, l’a meurtri d’une manière très personnelle.

Au gré des pages, on assiste donc à la formation de Kiya par un TJ dur et implacable, qui n’hésite pas à le provoquer et à le titiller afin de l’endurcir et de faire ressortir son côté bestial. Chose difficile, Kiya n’aimant pas se battre ni faire du mal à autrui. Il y a ainsi une vraie dichotomie entre sa nature d’Archétype, sa personnalité et ce que l’on attend de lui… J’ai été très touchée par cet ado arraché à tout ce qu’il connaissait pour être plongé dans une guerre entre le bien et le mal, dont le commun des mortels n’a même pas conscience. Si le combat est nécessaire, a fortiori quand on découvre la violence et l’horreur dont sont capables les digabeast, on pourra s’interroger sur les méthodes quelque peu brutales des supposés gentils, qui n’ont pas hésité à priver un adolescent des siens et de ses repères.

Mais finalement, entre l’homme que Kiya considérait comme son père et le chef d’Illumine, il n’est pas certain qu’il y ait beaucoup de différences, les deux le considérant comme une chose à moduler en fonction de leurs besoins. À cet égard, j’ai été parfois déroutée par la naïveté et la docilité de Kiya, qui fait preuve d’une grande tolérance envers ceux qui l’utilisent sans vergogne… Heureusement, il a pu compter sur la tendresse de sa « sœur » Koyomi et plus tard sur TJ, car si ce dernier se montre très dur, on sent que sous des couches de froideur, se cache un homme qui peut se révéler bon et juste. Il faut juste espérer que la personnalité attachante de Kiya finisse par faire fondre la glace qui a enserré le cœur d’un homme focalisé sur sa mission, peut-être pour oublier tout ce que celle-ci lui a déjà fait perdre.

En plus du duo, on découvre sommairement quelques personnages secondaires qui forment une sorte de famille au sein d’Illumine. C’est quelque chose à laquelle Kiya se montre très sensible, ce qui n’est pas surprenant, car s’il y a une chose qui transparaît à travers ce premier tome, c’est son besoin viscéral d’appartenir à un ensemble. Contrairement à TJ, Kiya a besoin de contacts avec autrui et de se sentir intégré à une famille. Cela le rend terriblement humain, attachant et touchant, mais c’est aussi sa plus grande faiblesse dans un univers où la règle d’or est de tuer ou d’être tué. N’oublions pas que les digabeast ne font pas dans la dentelle et encore moins dans la sensiblerie. On comprend donc sans peine les raisons pour lesquelles TJ se montre implacable ; c’est tout simplement une question de survie pour lui et son binôme imposé sur lequel il doit veiller… qu’il le veuille ou non.

Kiya est, pour moi, le gros atout de ce premier tome, sa dualité apportant beaucoup de charme à l’histoire, mais j’ai également apprécié de me plonger dans une organisation dont on apprend petit à petit les objectifs, et les méthodes de travail. L’auteur restant néanmoins encore à la surface des choses, j’espère en apprendre plus dans la suite à ce niveau, tout en croisant les doigts pour que notre jeune mi-dragon mi-homme s’acclimate à une nouvelle vie qui s’annonce dangereuse !

Quant aux illustrations, à part quelques scènes de combat qui m’ont parfois paru confuses, elles m’ont beaucoup plu. J’ai été sensible à la fluidité du trait, au travail effectué sur les visages, et de manière générale, à l’attention portée sur Kiya que ce soit au niveau de sa silhouette humaine, de son apparence de dragon ou de la transition entre les deux états. Une transition que notre adolescent va devoir apprendre à maîtriser pour qu’elle devienne un atout au combat plutôt qu’une tare. 

En conclusion, avec Le Dragon qui rêvait de crépuscule, attendez-vous à être projetés, en compagnie d’un adolescent hybride aussi touchant que surprenant, au sein d’une organisation qui œuvre en secret pour protéger l’humanité de terribles créatures. Entre l’apprentissage d’une nouvelle vie, le besoin de nouer avec une part de lui-même qu’il a encore trop tendance à faire taire, de nouvelles amitiés et les combats, Kiya n’aura ni le temps de s’ennuyer ni celui de s’appesantir sur sa famille à laquelle on l’a arraché brutalement ! Empreint d’une certaine mélancolie, mais aussi d’espoir, voici un premier tome rondement mené qui donne envie de poursuivre l’aventure.

Manga lu dans le cadre du Challenge Mai en BD

In My Mailbox #215

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Accrocdeslivres. »


J’attendais avec impatience Duel au soleil qui sort le 10 juin aux éditions de l’Archipel. J’ai quelques lectures prioritaires à faire avant, mais je compte rapidement me jeter dessus !

Stray Dog Incomplete

J’ai passé une petite commande sur Vinted, ayant trouvé les deux premiers tomes de la trilogie de Wendy Spinale à un prix imbattable. J’en ai profité pour prendre chez la même vendeuse Milly Vodovic, qui me tente depuis un petit moment, et pas seulement pour sa tranche bleutée.

Et vous, quelles sont les nouveautés de votre PAL ?
Certains de ces titres vous tentent-ils ?

Mini-chroniques en pagaille #36

Mini-chroniques en pagaille

Plus détaillées qu’un simple commentaire, mais moins développées qu’une chronique, les mini-chroniques me permettent de partager succinctement mon avis sur certaines de mes lectures que je n’ai pas eu le temps ou l’envie de chroniquer de manière plus classique.


Pour cet article mini-chroniques en pagaille, je vais vous présenter trois ouvrages graphiques lus dans le cadre du challenge Mai en BD : un album jeunesse qui ravira les fans de chat, un album jeunesse offrant une véritable ode à l’imagination, et un manga s’emparant d’un personnage historique auréolé de tout un folklore plutôt sanglant.

  • Mon amie Momo de Misun Hwang (Picquier éditions)

Attendrie par cette petite fille qui serre fort contre elle un chat qui semble faire la tête, je n’ai pu que me laisser tenter par Mon amie Momo. Un joli album jeunesse qui, en peu de mots, mais avec beaucoup d’éloquence et de justesse, dépeint la belle et tendre amitié entre une fillette et une chatte appelée Momo, soit poils en coréen. Pour la majorité des heureux propriétaires de chats, ce prénom original prend tout son sens, parce que des poils, vous en aurez un peu partout chez vous avec un chat.

Nos deux amies passent de très bons moments ensemble entre séances de câlins, jeux, ronronnements… De beaux instants qui ne pourront qu’émouvoir les lecteurs et a fortiori les amoureux de chats. Mais, il arrive à Momo de sortir les griffes, ce qui peine notre fillette qui se demande alors si son amie l’aime vraiment !

Une question à laquelle elle aura heureusement une belle et démonstrative réponse, car malgré les quelques incidents qui peuvent subvenir, Momo se révèle une joyeuse, tendre et affectueuse amie. Quant aux illustrations, elles sont indéniablement le grand atout de cet album. Elles se révèlent d’une telle expressivité qu’elles pourraient se passer de texte, les lecteurs ressentant sans peine les liens forts qui unissent notre fillette et sa gentille, mais parfois caractérielle amie à poils.

Pour ma part, j’ai été séduite par ces illustrations en grand format, leur douceur rehaussée par des teintes profondes, et par le véritable travail visuel fait sur les émotions. L’autrice se montre économe en mots et effets de style, mais elle arrive néanmoins à restituer tous les sentiments des deux héroïnes et leur joie de partager de beaux moments.

En bref, Mon amie Momo est un très bel album jeunesse qui devrait toucher et ravir les amoureux des chats de tout âge. Beau, tendre et poétique, un ouvrage à lire et à relire !

  • Adélidélo ne s’ennuie jamais ! (tome 2) de Marie-Agnès Gaudrat, illustrée par Frédéric Benaglia (min BD kids) :

Couverture de « Adélidélo ne s’ennuie jamais ! »Je ne connaissais pas cette série pleine d’humour et de peps mettant en scène une toute jeune héroïne, Adélidélo, qui déborde de bonne humeur et d’imagination.

Du découpage d’un pauvre livre qui n’avait rien demandé à l’invention de mots rigolos qui amusent son père, en passant par une théorie originale qui vous poussera à ne plus jamais regarder votre frigo de la même manière, Adélidélo ne s’ennuie jamais et trouve toujours un moyen de s’amuser. Un moyen plus ou moins sage et farfelu, mais un moyen quand même de transformer les situations du quotidien en une aventure qui amusera les enfants et les adultes ayant conservé leur âme d’enfant.

Les enfants devraient, en outre, apprécier que l’on s’adresse parfois directement à eux, un procédé qui a le mérite de favoriser leur implication dans la lecture. Quant à la mise en page simple et aérée et les illustrations colorées et vives, elles apportent un côté doux et enfantin qui sied à merveille à ces petites tranches de vie pleines d’humour et de punch.

En bref, tendre et amusant, voici un album jeunesse pour petits et grands lecteurs en quête d’une jeune héroïne haute en couleur et à l’imagination débordante !

  • Vlad Draculea (tome1) dAkiyo Ohkubo (Soleil Manga)

Couverture Vlad Draculea, tome 1

Intriguée par sa couverture et son titre, j’ai décidé de lire ce manga sans trop savoir à quoi m’attendre. Et je dois dire que j’ai été surprise par cette histoire qui nous offre une plongée mouvementée et fascinante dans les arcanes du pouvoir, et de ses jeux d’influence. Le jeune Vlad III est le prince de Valachie, mais dans les faits sa sphère d’influence est très réduite puisque ce sont les boyards qui prennent toutes les décisions, du moins celles qui comptent. Sans oublier que de par son positionnement stratégique et géographique, son royaume est pris entre deux grandes puissances, le royaume de Hongrie et l’Empire Ottoman… Cela ne lui laisse guère de marge de manœuvre.

C’est d’ailleurs une menace à peine voilée du Sultan qui va révéler aux lecteurs la position délicate dans laquelle se trouve le prince, qui doit faire bonne figure devant des ennemis extérieurs, mais aussi intérieurs. Mais loin d’être le pion que l’on attend de lui et qu’il semble, dans un premier temps, être, Vlad va nous prouver que son calme cache un sens de la stratégie politique impressionnant !

De fil en aiguille, il va déployer sa toile autour de personnes qui se pensaient au-dessus de tout, de la morale, du peuple, des marchands et lui-même. Grave erreur parce que loin d’être une faiblesse, sa tempérance n’était qu’un moyen pour entreprendre en sous-main une révolution qui menace bien de tout faire vaciller, et de redistribuer les cartes du pouvoir en Valachie, mais aussi dans la région entière.

Il y a peu d’action à proprement parler dans ce premier tome puisqu’on est plus sur le terrain de l’échiquier politique, mais la fin nous laisse entrevoir un tome 2 un peu plus mouvementé à ce niveau, voire carrément sanglant. En effet, il semblerait que Vlad commence à laisser tomber son image de prince soumis et plus ou moins conciliant pour, peut-être, se rapprocher un peu plus de cette version de lui-même, que l’on connaît sous le nom de Vlad l’Empaleur.

Du cadre historique, à l’intrigue politique, aux jeux de dupe et de faux-semblants entre les personnages, en passant par les illustrations qui accordent une large place aux expressions des visages, tout m’a plu dans ce premier tome que je vous recommande chaudement pour une plongée fascinante dans les arcanes du pouvoir et de la vie d’une figure historique à la réputation sanguinaire.

Et vous, connaissez-vous ces titres ?
L’un d’entre eux vous tente-t-il ?

 

 

Top Ten Tuesday #214 : les 10 sorties de juin qui me tentent le plus

566856438

« Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et est repris en français sur le blog Frogzine. »


Ce mois de juin promet de nouveau de belles sorties. Parmi celles-ci, il y en a 10 qui ont particulièrement attiré mon attention...

  • Ouvrages graphiques : ayant apprécié le drama, je compte bien me jeter sur Qu’est-ce qui cloche avec la secrétaire Kim dès le jour de sa sortie. Je pense, en outre, profiter du pack découverte pour tenter la série Promesses en rose. Quant à la BD Les Sœurs Grémillet, le premier tome m’avait tellement plu que j’ai hâte de lire la suite. Je croise d’ailleurs les doigts pour que ma médiathèque la propose rapidement.

Noblesse T01

  • Romans  : je ne suis pas très originale en ajoutant La vie invisible d’Addie Larue que beaucoup de lecteurs et lectrices semblent attendre avec impatience.

BONUS : à voir !

Je triche un peu en ajoutant les deux premiers tomes d’une série au fort potentiel, mais dont j’attendrais peut-être les premiers avis avant de me lancer :

Et vous, quelles sont les sorties de juin qui vous tentent le plus ?
En avons-nous en commun ?

48H BD – 2021 (4 au 5 juin) : une opération à ne pas rater !

48H BD

Les 48H BD est une opération que j’attends avec impatience chaque année, appréciant cette volonté affichée de mettre les BD, comics et mangas à la portée de tous. En plus des différentes activités proposées, vous pourrez ainsi découvrir une dizaine d’ouvrages graphiques à petit prix (2€).

Pour ma part, j’apprécie la démarche, l’aspect solidaire (dons d’albums grâce aux bénéfices des ventes), la diversité des titres proposés, et le fait de pouvoir sortir de ma zone de confort sans prendre de trop gros risques. C’est d’ailleurs par ce biais que j’avais découvert Save Me Pythie, une série que j’aime beaucoup, ou Harley Quinn – Complètement marteau qui avait été un quasi coup de cœur !

L’intérêt de cette opération est aussi de fureter chez son libraire qu’il soit spécialisé ou non, mais en fonction de votre lieu de résidence, vous n’aurez pas forcément accès à l’opération. Si vous êtes dans ce cas, vous pourrez éventuellement passer par un site comme la Fnac, Chapitre, Amazon ou vous rendre dans le rayon librairie de votre hypermarché le 4 ou 5 juin.

Parmi la sélection de 2021, je vous conseille Sorceline et Enola qui devraient vous enchanter par la qualité de leurs illustrations et leur univers fantastique peuplé de créatures légendaires et extraordinaires. Pour ma part, je pense me laisser tenter au moins par Chats ! et Pokémon.

48h BD 2021 sélection

Pour plus de détails, notamment sur les animations, n’hésitez pas à consulter le site 48h BD.

Et vous, connaissez-vous cette opération ?
Pensez-vous vous laisser tenter par un ou plusieurs de ces titres ?

 

Top Ten Tuesday #213 : 10 livres de ma PAL dont la couverture me donne envie de retomber en enfance

566856438

« Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et est repris en français sur le blog Frogzine. »


Ayant eu peu de succès avec le thème de la semaine (le top 10 des couvertures avec un cœur), j’ai décidé de vous en proposer un autre : 10 livres de ma PAL dont la couverture me donne envie de retomber en enfance.

Si vous me suivez régulièrement sur le blog, vous aurez probablement constaté mon amour pour la littérature jeunesse, un genre qui regorge de pépites et qui permet bien souvent d’aborder des thèmes universels et parfois difficiles avec une certaine douceur et subtilité. Et s’il n’y a pas besoin d’être un enfant pour apprécier le genre, il y a des couvertures qui d’emblée me donnent envie de retrouver ma prime jeunesse que ce soit parce qu’elles ont un côté réconfortant et sont auréolées d’une certaine douceur, ou qu’elles mettent en scène des animaux ou des créatures comme les sorcières qui me fascinaient quand j’étais enfant…

Couverture La sorcitresseCouverture Les lapins de la couronne d'Angleterre, tome 1 : Le complotCouverture Card Captor Sakura, deluxe, tome 1

Couverture Charlock, tome 1 : La disparition des sourisCouverture Buffy contre les vampiresCouverture Les mystères de Dundoodle, tome 1 : Le fantôme de la chocolaterie

Couverture Apprentis vétos très spéciaux, tome 1 : Alerte au Yéti !Couverture Jasmine, l'apprentie vétérinaire, tome 3 : Un chaton nommé MinuitCouverture Nyanpire, the gothic world of Nyanpire, tome 1

Couverture Hôtel Heartwood, tome 1 : Une maison pour Mona

Et vous, certains de ces titres vous tentent-ils ou vous donnent-ils envie de retomber en enfance ?