Le rêve de Vanessa, Cécile Soler

Je remercie Cécile Soler de m’avoir fait parvenir Le rêve de Vanessa via le site Simplement.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Vanessa n’a qu’une idée en tête: devenir une championne de patinage artistique. Son entraîneur, Madame Letourneur, lui a proposé de passer le concours d’entrée à Arcadia, l’académie dont elle rêve. Mais ses parents voient sa passion d’un très mauvais œil. Réussira-t-elle à les convaincre que la glace est toute sa vie? (à partir de 9 ans)

  • Broché: 118 pages
  • Editeur : CreateSpace Independent Publishing Platform (21 mars 2015)
  • Prix : 6,99€
  • Autre format : ebook

AVIS

Je trouve la couverture plutôt plaisante à regarder sans oublier que son aspect soft touch rend la prise en main du livre très agréable.

L’histoire et les personnages…

Mais au-delà de l’aspect esthétique, ce sont bien les qualités littéraires du livre qui m’ont plu. J’ai aimé la manière dont Cécile Soler nous plonge directement dans la vie de Vanessa, une jeune fille de onze ans qui ne vit et ne respire que pour une chose : le patinage artistique. Cette passion n’emporte hélas pas le suffrage de ses parents qui n’y voient, au mieux, qu’une chimère venant entraver la réussite scolaire de leur enfant unique. Une vision plutôt étriquée et injuste des choses si l’on considère que Vanessa arrive à jongler avec brio entre école et sport !

Les parents de la jeune fille m’ont semblé injustement sévères avec leur fille qui a pourtant tout de l’enfant modèle. Le contexte socioculturel de cette famille n’est pas expressément donné, mais l’on devine que Vanessa provient d’une famille plutôt à l’aise financièrement qui valorise la réussite sociale (pour une enfant, à travers ses notes) au détriment de l’épanouissement personnel. Le patinage artistique ne semble donc pas être une activité à la hauteur des attentes de ses parents. Alors que ses autres camarades de patinage sont soutenues par leurs parents, Vanessa doit par conséquent se battre pour imposer sa passion à des parents qui ne la soutiennent absolument pas et iront même jusqu’à lui mettre des bâtons dans les roues.

Laissez-moi vous dire que j’ai été plus que révoltée par l’attitude de ces deux adultes. Même si je n’ai pas d’enfant, je n’arrive pas à concevoir que l’on ne puisse pas le soutenir inconditionnellement surtout quand il fait preuve d’une telle maturité et pugnacité. En effet, bien qu’elle étudie plus pour faire plaisir à ses parents que par réel intérêt, Vanessa prouve tout au long du livre sa capacité de travail autant sur la glace que sur les bancs de l’école. C’est définitivement une jeune fille avec la tête sur les épaules.

L’histoire est assez courte et se lit très vite, mais on en vient très vite à s’attacher à notre jeune héroïne qui, malgré son côté enfant très sage, ne va pas hésiter à braver l’autorité parentale quand celle-ci entrave de trop près un premier pas vers son rêve. En tant qu’adulte, je l’ai trouvée très touchante, et j’imagine aisément que des filles de son âge puissent s’identifier à elle, qu’elles aient une passion dévorante ou non.

En effet, au-delà du patinage, l’autrice aborde des questions qui touchent chaque enfant à un moment ou à un autre de sa vie : l’amitié parfois fusionnelle et exclusive, les petits mots que l’on se lance en classe, la peste qui nous enquiquine l’existence depuis des années, l’autorité parentale, l’intérêt pour l’autre sexe qui commence petit à petit à s’éveiller… Mais les adultes ne seront finalement pas en reste, car ces différents points devraient leur rappeler quelques souvenirs. Et puis, la poursuite d’une passion et de ses rêves peut concerner chacun d’entre nous, quel que soit son âge.

L’autrice effleure également la rigueur et les restrictions notamment alimentaires que le sport peut engendrer quand il est pratiqué dans l’optique d’en faire son futur métier. J’ai trouvé cet aspect intéressant et espère qu’il sera développé de manière un peu plus approfondie dans les tomes suivants…

A noter en fin d’ouvrage un glossaire reprenant les termes techniques utilisés dans le récit. Je trouve que c’est une très bonne idée même si je vous rassure, le livre n’est pas truffé de termes incompréhensibles pour le commun des mortels. L’autrice a ainsi veillé à offrir un récit qui parlera certainement aux personnes pratiquant le patin à glace ou un sport à haut niveau tout en veillant à le rendre assez immersif et accessible pour plaire aux personnes ne connaissant pas le monde du patinage ou du sport.

Deux points qui m’ont un peu moins convaincue…

Si j’ai aimé l’histoire, j’ai néanmoins regretté son côté trop manichéen et la présence de personnages assez caricaturaux. Toutefois, la fluidité de la plume de l’autrice aide à oublier ce point d’autant qu’il convient de rappeler que nous restons dans un roman jeunesse.

De la même manière, je n’ai pas été convaincue par l’apparition soudaine et miraculeuse de la tante et encore moins par son intervention. Vu le caractère borné et autoritaire du père, la mère restant dans le rôle de l’épouse soumise, il m’apparaît quand même peu probable qu’elle puisse avoir une telle influence sur les choix éducatifs de son frère… Mais de nouveau, le public visé par le livre peut expliquer le dénouement un peu trop rapide et aisé de l’histoire.

En conclusion, tout au long du livre, le lecteur ne peut que s’attacher à Vanessa et espérer ardemment qu’elle accède à son rêve malgré son environnement familial plutôt hostile à sa passion du patinage artistique. A travers une histoire simple, mais touchante, Cécile Soler nous offre ainsi un très bon moment de divertissement qui devrait séduire autant les enfants que leurs parents.

Pour ma part, c’est avec plaisir que je lirai la suite des aventures de Vanessa puisque les tomes 2 et 3 sont déjà parus.


Site de l’autricePour acheter le livrePage FB

Pour ma part, je vous laisse avec le trailer du tome 3 de cette série jeunesse fort sympathique.

 

 

Publicités

Re : Zero – Re : vivre dans un autre monde à partir de zéro, Tappei Nagatsuki

Je remercie les éditions Ofelbe et Livraddict de m’avoir fait parvenir ce premier tome du light novel Re : Zero de Tappei Nagatsuki.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Endurer les douleurs engendrées par la mort pour affronter les difficultés de la vie…
Une réalité sans fin…

Subaru Natsuki fait la connaissance d’Émilia, une jeune fille aux longs cheveux d’argent qui l’entraîne dans une dimension peuplée de monstres et d’ennemis en tous genres particulièrement hostiles. Le jeune homme a juré de la protéger, mais il ne résiste pas longtemps dans ce monde violent où il est tué rapidement.

Pourtant, il revient d’entre les morts à l’aide d’un pouvoir qui le ramènera toujours à son point de départ. Subaru entame alors un combat perpétuel dans lequel il essaie, peu à peu, de changer le futur, où chaque fois les souvenirs sont à reconstruire…

  • Broché: 280 pages
  • Editeur : Ofelbe (15 juin 2017)
  • Prix : 13,99€

AVIS

Comme avec Overlord, j’ai été séduite par le travail d’édition réalisé par les éditions Ofelbe. La couverture est juste magnifique tout comme les dessins qui illustrent l’ouvrage même si je les aurais souhaité plus nombreux. Les personnages nous sont présentés en couleurs en début d’ouvrage ce qui est fort appréciable quand vous découvrez  pour la première fois l’univers de Re : Zero.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’histoire…

Invoqué dans un monde fantasy d’allure médiévale sans savoir pourquoi ni par qui, Subaru Natsuki n’est pas paniqué outre mesure. Bercé par les jeux vidéo et les animés, il essaie juste de comprendre son nouvel environnement en s’aidant des codes qu’il connaît et d’agir en fonction de ces derniers. L’idée est plutôt sensée, mais ne fera pas vraiment ses preuves lorsqu’il rencontrera ses premiers ennuis desquels une mystérieuse et très belle jeune fille viendra le sauver. Pour la remercier, il va l’aider à retrouver la voleuse qui lui a dérobé l’insigne auquel la demoiselle semble tenir. Un choix plus lourd de conséquences qu’il n’y paraît…

Des débuts difficiles…

J’ai commencé ma lecture avec enthousiasme, mais celui-ci s’est érodé au bout de quelques pages. Qu’il m’a été difficile d’entrer dans l’histoire alors que le résumé me plaisait beaucoup ! Cela s’explique, en partie, par la manière de s’exprimer assez particulière de Subaru et sa manie très dérangeante de se parler à lui-même. Ceci est d’autant plus perturbant que ses paroles m’ont paru, très souvent, manquer de naturel voire être simplement dénuées de sens.

D’ailleurs, je me demande si ce ressenti ne vient pas de la traduction, certaines phrases ou expressions m’ayant laissée dubitative. Par exemple : « C’est que je suis un enfant nerveux de l’époque moderne ». Même en m’aidant du contexte, j’ai quelques difficultés à comprendre le sens de ces quelques mots…

J’ai en outre regretté, dans la première partie de l’ouvrage, la vacuité des échanges entre nos deux protagonistes. Entre Subaru qui s’extasie devant la beauté de la jeune fille et celle-ci qui s’acharne à vouloir prouver que ses actions ne sont pas réalisées par simple altruisme, mais seulement par intérêt, je me suis ennuyée. Je dois néanmoins nuancer mes propos, car au fur et à mesure de l’aventure, j’ai fini par trouver que leurs taquineries les rendaient plutôt touchants et laissaient espérer une certaine complicité voire amitié future.

Mais une histoire qui finit par prendre son envol… 

Malgré des débuts difficiles, j’ai persisté puisqu’il n’est point dans mon habitude d’abandonner un livre… Et puis, la présence de Pack, un chat qui m’a fait fondre dès son apparition m’a fortement motivée à poursuivre l’aventure. Qui résisterait à un chat, au pelage soyeux, qui parle ? Certainement pas moi !

J’ai plutôt bien fait de poursuivre ma lecture puisqu’à partir de la 85ème page (oui, c’est précis), les choses commencent à devenir intéressantes et à s’intensifier autant en termes de suspense que d’actions. Il ne m’en a pas fallu plus pour me laisser emporter par l’histoire, désireuse de savoir comment notre « héros malgré lui » allait aborder la répétition de ses dernières heures d’existence et leur tragique issue.

Et je ne peux qu’avouer avoir été très agréablement surprise par la manière dont l’auteur a su nous faire revivre les événements sans jamais tomber dans la répétition. Cela est dû en grande partie à la faculté de notre héros d’apprendre de ses erreurs et de mettre à profit les informations glanées au cours de ces quelques heures intenses et stressantes qu’il revit inlassablement.

Malgré ses bizarreries, j’ai d’ailleurs trouvé le personnage courageux. En dépit de son manque de force et d’absence de super pouvoirs, il ne baisse jamais les bras. Il va de l’avant, grandit et, petit à petit, s’affirme. Même s’il continue régulièrement à se déconsidérer par des expressions comme « éternel fauché », le lecteur est témoin de son évolution et de sa volonté d’assurer le bien-être de toutes les personnes auxquelles il s’est attaché dans ce nouveau monde. Alors parfois il plie mais tel le roseau, il ne rompt jamais. Et quand l’on rappelle que c’est un personnage qui a connu plusieurs fois une mort douloureuse, on ne peut que louer cette force de caractère et cette obstination.

Quant aux autres personnages, j’ai regretté la faible présence de la mystérieuse jeune fille aux longs cheveux d’argent. Le résumé m’avait laissé espérer un plus grand rôle de sa part dans l’intrigue. Même constat pour l’adorable esprit prenant la forme d’un chat qui l’accompagne. A l’inverse, j’ai apprécié d’apprendre à connaître un personnage que je ne pensais pas apprécier et dont j’ai hâte de suivre la destinée, quelle qu’elle puisse être.

Suspense et mystère au rendez-vous ! 

Enfin, la part de mystère et de suspense que l’auteur a su distiller tout au long de son récit en rend la lecture assez addictive. Ainsi, si on découvre assez vite les informations principales sur Subaru, on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi et par qui il a été invoqué dans ce monde dont on ne connaît finalement pas grand chose. De la même manière, la jeune fille aux cheveux d’argent qui refuse de donner, pendant la majorité du livre, son vrai nom au héros demeure terriblement mystérieuse. Qui est-elle et pourquoi veut-elle tellement retrouver l’insigne qu’on lui a dérobé ?

Autre mystère qui m’a tenue en haleine, l’identité de la méchante de l’histoire. Aussi belle que froide, cette femme m’a intriguée dès son apparition. J’ai aimé sa cruauté implacable contrastant avec son enveloppe charnelle plutôt sensuelle. En d’autres mots, si vous êtes du genre curieux, le livre devrait générer en vous de nombreux questionnements. Attendez-vous néanmoins aussi à quelques frustrations puisque ce premier tome et son épilogue suscitent bien plus de questions qu’ils n’apportent de réponses…

En conclusion, malgré un démarrage difficile et un personnage dont l’habitude de se parler à haute voix m’a horripilée, ce tome 1 du light novel Re : Zero m’a plu. La découverte de ce monde de fantasy énigmatique, l’action, la magie, des personnages parfois agaçants, mais finalement attachants, les nombreuses questions que l’on se pose et le suspense qui plane tout au long de cette histoire sont autant d’éléments qui m’ont permis de passer un agréable moment de lecture.

Je lirai donc avec plaisir le tome 2 qui devrait sortir en septembre. En attendant, je vais poursuivre ma découverte des éditions Ofelbe avec les premiers tomes de deux light novels que j’ai récemment achetés : Spice & Wolf et DanMachi.

 

cm2017-juillet_orig

 

Abyss, Svetlana Mori

Je remercie Svetlana Mori d’avoir accepté de m’envoyer son roman, Abyss, via le site Simplement d’autant que j’ai eu le droit à une très chouette dédicace. Ce roman a la particularité d’avoir été écrit pendant un challenge d’écriture international qui fait souvent grand bruit sur Twitter, le NaNoWriMo.

J’ai lu ce livre en lecture commune avec Saiwhisper du blog Les pages qui tournent. J’ai pris grand plaisir à échanger avec elle sur cette belle lecture et espère renouveler l’expérience, peut-être, pourquoi pas, sur un autre texte de Svetlana Mori.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Un choix peut être lourd de conséquences…

Depuis des siècles, les marins vivent dans la crainte des hommes-poisson, monstres cruels dévorant le cœur fraîchement arraché de ceux dont le navire n’a pas été assez rapide pour leur échapper.
Emily Rauesen pensait que tout ceci n’était que superstition, du moins jusqu’à ce que l’un d’entre eux soit capturé sur le Blue River et qu’elle se retrouve à devoir panser ses blessures pour qu’il puisse survivre à son interrogatoire !

La créature semble très différente de la bête sanguinaire qu’on lui a décrit… mais si les apparences étaient trompeuses ?

  • Broché: 188 pages
  • Editeur : Lulu.com (22 décembre 2016)
  • Prix : 11,08€

AVIS

Avant de commencer, je tiens à dire que je trouve la couverture magnifique et que j’aime beaucoup les signes tribaux qui illustrent chaque partie et tête de chapitre. Je vous invite à consulter ma dernière participation au RDV livresque Premières Lignes pour plus de détails.

L’histoire et les personnages…

Seule femme et dorénavant médecin à bord d’un navire, Emily pleure toujours la mort accidentelle de son père quand sa vie va être de nouveau chamboulée par l’arrivée d’un prisonnier. Mais pas de n’importe quel prisonnier, d’un homme-poisson, une créature maritime crainte de tous en raison de sa légendaire cruauté et barbarie.

Chargée de soigner les plaies du monstre avant sa prochaine séance de torture, elle va néanmoins faire abstraction de sa peur et se laisser guider par ses sentiments. Cela la conduira à prendre une décision qui aura de lourdes conséquences non seulement pour sa vie, mais aussi pour celle des autres habitants du navire.

J’ai beaucoup aimé le fait que dès le début de l’histoire, on comprend que la situation est plus complexe qu’un simple schéma gentils/méchants. En effet, si les hommes-poisson sont effrayants, n’hésitant pas à massacrer les humains qui croisent leur route ou à enlever des enfants pour leurs besoins, les humains ne sont pas non plus tout blanc. Que ce soit à travers la séance de torture à l’encontre de leur captif ou les horreurs que les hommes ont perpétré par le passé, ils se montrent tout aussi barbares. Pas besoin d’avoir des attributs de poisson pour pouvoir être qualifié de monstre…

Difficile dans ces conditions de se positionner nettement pour un camp, chacun ayant des griefs légitimes pour détester l’autre. Cet aspect rend donc complètement plausible et compréhensible, bien que discutable, la décision d’Emily que je vous laisse, bien sûr, découvrir.

J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié cette femme qui sait voir au-delà des apparences et des préjugés n’hésitant pas à tout remettre en cause pour ce qu’elle estime juste. Pour une personne n’imaginant pas sa vie loin de l’eau, elle a étrangement les pieds sur terre ! J’ai également aimé son sens de la répartie et sa capacité à avancer dans la vie malgré les drames qui la ponctuent.

Quant à Syhl, le jeune homme-poisson, sa personnalité m’a un peu moins convaincue même si l’autrice a veillé à nous offrir un personnage nuancé, autant capable d’une violence implacable que d’altruisme. Je lui ai préféré sa sœur Velkis qui intervient en dernière partie et qui apporte une touche de folie, d’insouciance et de légèreté fort appréciable. Il n’a pas fallu d’ailleurs bien longtemps pour m’attacher à celle-ci.

De l’eau, des pirates, de l’action et du sang…

Quand j’ai lu le résumé du livre, j’ai su qu’il me fallait le lire. En effet, j’aime beaucoup les histoires de pirates.

Et de ce côté, je dois dire que l’autrice a répondu à mes attentes. J’ai beaucoup aimé m’imaginer la vie à bord du navire, les descriptions percutantes et l’utilisation d’un vocabulaire maritime précis nous permettant de nous immerger complètement dans l’ambiance. On a presque l’impression de voguer sur la mer à bord du Blue River pris dans les flots d’un élément naturel aussi beau qu’imprévisible.

Je vous rassure, même s’il y a des descriptions, le livre reste définitivement tourné vers l’action et ceci, dès les premières pages du roman. Il y a évidemment des phases moins rythmées que d’autres, mais aucun temps mort ou longueurs ne sont à déplorer. Svetlana Mori a incontestablement su exploiter chaque page, ne se perdant pas dans les détails. Ce point me semble particulièrement important si l’on rappelle que le livre fait moins de deux cents pages et que l’autrice n’est pas forcément coutumière de ce format assez court.

Si je n’aime pas trop quand le sang coule à flots, j’attends pourtant de l’hémoglobine quand il y a des pirates dans une histoire, les deux étant quelque peu indissociables dans mon esprit. Et Abyss, pour mon plus grand plaisir, n’échappe pas à la règle. L’autrice ne nous épargne pas des scènes quelque peu violentes nous les décrivant d’ailleurs de manière assez précise pour que le lecteur se les représente parfaitement. Et j’ai d’ailleurs adoré ce décalage entre le calme apparent des flots et la violence qui se déchaîne à bord du navire.

Quant aux pirates, ils sont tels que je les imagine et les veux : sans morale, sanguinaires ne faisant pas grand cas de la vie humaine, violents, pervers… Bref, antipathiques et horribles à souhait !

Une histoire d’amour qui ne m’a pas convaincue, mais qui sert l’histoire

Que vous l’ayez deviné ou non en lisant le résumé, Abyss, c’est également une histoire d’amour. C’est l’aspect que j’ai le moins apprécié, mais mon avis n’est pas très objectif n’étant pas fan du genre. Seuls quelques auteurs arrivent à me faire passer outre mon manque d’appétence pour ce genre.

Certaines scènes et dialogues, un peu trop naïfs pour moi, m’ont fait lever les yeux au ciel. Je pense notamment à un passage où Syhl demande, le plus sérieusement du monde, à sa toute nouvelle dulcinée de ne pas dépérir en son absence et de continuer à vivre. Même si la connexion entre ces deux nouveaux amoureux est forte, il manque quand même quelques péripéties avant de rendre ce genre de phrase crédible. Et encore, n’étant pas très fleur bleue, je crois que ce genre de déclaration aurait plutôt tendance à me faire rire qu’à m’émouvoir.

Je pense néanmoins que cette romance contient les éléments pour plaire à beaucoup d’amatrices et d’amateurs du genre : une histoire d’amour impossible avec des amoureux à la Roméo et Juliette séparés par la haine que se vouent leurs espèces respectives (les humains d’un côté et les hommes-poisson de l’autre), des dialogues qui peuvent plaire aux plus romantiques des lecteurs, une attirance quasi immédiate entre nos deux héros et une alchimie très forte…

Si cette histoire d’amour ne m’a pas convaincue notamment par sa trop grande rapidité qui s’explique par la taille du livre, force est de constater que Svetlana Mori a su la rendre indispensable à l’histoire. Loin de n’être là que pour ravir le cœur des amoureux de romance, elle est la pierre angulaire du livre qui va permettre un rapprochement entre deux ennemis. Alors la morale est un peu gentillette, mais elle est amenée avec assez de talent pour ne pas paraître trop naïve.

Une histoire qu’on a du mal à quitter…

Enfin, j’avoue avoir été quelque peu frustrée par la taille du livre. L’autrice nous propose une histoire avec tellement de potentiel qu’il est difficile de se contenter de si peu de pages. J’aurais tellement aimé en apprendre plus sur les hommes-poisson, leurs us et coutumes qui n’impliquent pas l’arrachage de cœur d’humain, leur vie dans leur cité aquatique…

J’aurais également souhaité apprendre à connaître plus longuement la famille royale dont les membres ne manquent pas de personnalité que ce soit le frère aîné qui, sous un air froid et dur, semble plutôt du genre tendre et juste, le père qui n’est pas le monstre cruel que l’on pourrait s’imaginer ou, à l’inverse, cette sœur aînée qui est loin de s’avouer attendrie par l’amour de son frère pour une humaine…

Tous ces éléments font que lorsque l’on tourne la dernière page, on est autant ravi de notre lecture que frustré de ne pas en avoir plus. Fort heureusement, l’autrice a entendu le désespoir de ses lecteurs et a, en prévision, un recueil construit autour de textes courts. Mais pour les détails, il vous faudra encore patienter, le projet étant toujours en cours de réflexion.

Pour conclure, si vous êtes en quête d’une histoire de sirène à la Disney, il est préférable de vous tourner vers un autre titre. Si, en revanche, vous avez envie d’une histoire au rythme soutenu où se mêlent l’amour de la mer, l’action, le sang, une héroïne forte, de la haine et de l’amour avec un grand A, Abyss devrait vous offrir de très beaux instants de lecture.

Pour ma part, je lirai avec plaisir d’autres titres de Svetlana Mori dont les deux autres tomes de la trilogie dont Abyss est issu.

Vous pouvez acquérir Abyss sur, entre autres, Amazon et découvrir les autres livres de l’auteure sur son site Internet.

Je vous invite à consulter la chronique de Saiwhisper.

 

 

 

 

Les sorcières de Kinvar, tome 1 : La sorcière aux poupées, Marie-Laure Junier

Je remercie Anyway Editions et Babelio pour m’avoir permis de découvrir Les sorcières de Kinvar de Marie-Laure Junier.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

A neuf ans, Emily croit encore fermement aux contes de fées et s’imagine souvent dans des rôles de princesse aux pouvoirs incroyables. Alors, quand la réalité rattrape la fiction et que la fillette s’avère capable de parler avec quatre poupées de bois aux caractères si différents, elle découvre un monde bien plus surprenant que celui dont elle rêvait. Mais si les héros existent, il en est de même pour son flot de mauvaises sorcières, vampires ou loup-garous en tout genre. Et en grandissant, l’adolescente ne tarde pas à s’apercevoir qu’ils ne lui veulent pas que du bien, particulièrement quand elle cherche à explorer son passé.

  • Broché: 188 pages
  • Editeur : Anyway (9 décembre 2016)
  • Prix : 12,90€

AVIS

L’histoire et le style de narration… 

J’ai tout de suite été plongée dans l’histoire d’autant que l’auteure, avant de nous raconter les aventures d’Emily, nous embarque dans un passé fort lointain où cohabitaient différentes espèces jusqu’à ce que l’Homme ne détruise ce bel équilibre. L’auteure fera, par la suite, référence au compte-goutte à cette mythologie, nous permettant petit à petit d’avoir un nouvel éclairage sur le monde actuel et de mieux comprendre les interactions entre les différentes espèces (sorcières, vampires, loups-garous…).

Nous faisons ensuite la connaissance d’Emily, une petite fille de 9 ans qui coule des jours heureux avec ses parents plutôt protecteurs. Lors d’une visite familiale dans un vide-grenier, elle découvre quatre marionnettes qu’elle entend parler et avec lesquelles elle peut converser ! On comprend alors très vite que cette fillette n’est pas aussi banale qu’elle n’y paraît. Malheureusement, un accident de la route entraînant la mort de ses parents, viendra bouleverser la vie de la fillette qui devra dorénavant vivre chez sa grand-mère maternelle. Celle-ci se montrera très froide, mais Emily pourra compter sur l’amitié de sa cousine, Charlotte et, bien évidemment, sur celle de ses quatre marionnettes.

Ces soutiens lui seront d’une grande aide, car en plus du choc d’avoir perdu ses parents, la jeune fille va découvrir un tout nouveau monde où la magie, la sorcellerie et toutes les créatures des contes deviennent réalité. Le lecteur, quant à lui, fera plus ample connaissance avec ce monde de sorcières grâce à Emily, mais également grâce aux informations dispensées au début de chaque chapitre. En effet, au lieu de nous assommer de connaissances indigestes, l’auteure nous dévoile les principes fondamentaux régissant la vie des sorcières au début de chaque chapitre.

La fan d’histoires de sorcellerie et de magie qui sommeille en moi a adoré cette manière de procéder qui m’a donné l’impression de lire un grimoire de sorcières. Ce choix narratif donne en outre un certain rythme au livre, car on en vient à se demander comment les informations sont liées à l’histoire d’Emily. Et, c’est d’ailleurs comme ça que j’en suis venue à lire le livre d’une traite.

Les personnages…

Même si je la pense moins diabolique qu’il n’y paraît, enfin je l’espère sinon cela rendrait le roman un peu trop caricatural à mon goût, j’ai trouvé la grand-mère simplement odieuse. Rejeter sa petite-fille ainsi parce qu’elle n’a pas la bonne couleur de cheveux ou d’yeux qui ferait d’elle une sorcière puissante m’a fait me dresser les cheveux sur la tête.

La tante n’est pas forcément bien mieux, mais elle est peu présente dans le roman et puis, avec un tel manque de caractère la faisant vivre continuellement dans l’ombre de sa famille, difficile d’en espérer beaucoup. Quant à Charlotte, on la sent sincèrement proche d’Emily qui est la seule à ne pas voir en elle juste une sorcière promise à un grand avenir. Je pense qu’elle sera plus présente dans la suite de l’histoire pour mon plus grand plaisir ; elle a le potentiel pour devenir un personnage complexe et puissant.

En ce qui concerne Emily, je l’ai simplement adorée ! Fillette puis adolescente gentille et courageuse, elle a du caractère ce qui lui permet de continuer à avancer dans la vie malgré la mort de ses parents et un environnement familial peu avenant. Plus dans l’action que les tergiversations, elle n’hésite pas à se lancer, avec l’aide de ses amies marionnettes et d’un mystérieux vampire, à l’aventure afin de découvrir qui sont les personnes qui menacent sa vie. Et vous verrez que le danger est proche, très proche…

On pourrait reprocher à Emily une certaine naïveté dans sa facilité d’accorder sa confiance à un personnage qu’elle ne connaît que très peu et par écran interposé, ou encore, une certaine intrépidité qui la fait se mettre dans des situations périlleuses. Mais au final, ça fait partie de son charme et contribue fortement à s’attacher à cette héroïne qui n’est pas parfaite, mais fait de son mieux en toutes circonstances.

J’ai également beaucoup aimé les quatre marionnettes qui ont chacune leur caractère, mais qui ont en commun de vouloir à tout prix protéger leur jeune amie. Elles n’hésiteront d’ailleurs jamais à mettre leur pouvoir à son service. Plus on apprend à les connaître, plus on s’attache à elles d’autant qu’elles ont, comme Emily, connu par le passé un événement dramatique. C’est peut-être une des raisons qui les poussent à protéger autant la jeune fille.

Le seul point qui m’a légèrement déçue…

La seule chose qui m’a un peu déçue dans le roman, c’est l’épilogue. J’avais en effet très vite anticipé le retournement de situation et aurais préféré me tromper. Mais, je pense qu’en tant que grosse lectrice, il devient de plus en plus difficile de me surprendre ce qui ne sera pas forcément le cas avec un lecteur plus jeune.

En conclusion, si vous avez envie de lire une histoire de sorcières portée par un personnage très attachant, Les sorcières de Kinvar est fait pour vous. La faculté de l’auteure à vous plonger d’emblée dans l’intrigue et à captiver votre attention du début à la fin en rend la lecture très aisée et rapide. J’ai, pour ma part, hâte d’en apprendre plus sur les pouvoirs de marionnettiste d’Emily et la manière dont elle va aborder sa nouvelle vie puisque la fin du livre promet moult changements.

J’ai maintenant hâte de lire le tome 2…

Le petit Chaperon-Loup, Audrey Calviac

510mBouXiDL

J’avais repéré Le petit Chaperon-Loup d‘Audrey Calviac grâce à sa sublime couverture réalisée par la sœur de l’auteure, Anaïs.

Je n’ai donc pas hésité à demander l’ebook en échange d’une chronique comme le proposait les Éditions Boz’Dodor sur leur page FB. Et puis, ayant plaisir à échanger sur FB avec l’autrice, je ne pouvais que me laisser tenter.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Oubliez les nobles princes, les belles princesses et les dragons défaits. Les fins heureuses ne font pas forcément partie des pays des contes. Leurs habitants l’ont bien compris et rêvent à une vie paisible et ennuyeuse, ce que cherchent à fuir les petits humains. Cette nouvelle histoire ne se déroule pas chez le terrible patapaf, mais chez nous, au royaume des hommes. Une jeune fille du nom de Kahina s’y réfugie après s’être échappée des pays des contes. Elle va faire la connaissance d’Azad, un petit humain. Ils vont apprendre à se découvrir tout en dissimulant à l’autre leur plus terrible secret.

  • Nombre de pages de l’édition imprimée : 32 pages
  • Editeur : Editions Boz’Dodor (18 septembre 2016)
  • Prix ebook : 1,49€

AVIS

Le monde des humains et celui des contes se côtoient sans jamais se rencontrer, du moins jusqu’à ce que Kahina, contrainte de fuir son foyer en raison de la vindicte populaire, quitte les pays des contes pour le royaume des humains. C’est de cette manière qu’elle rencontrera Azad, un jeune garçon qui acceptera de l’aider à se cacher dans la grange familiale.

Kahina et Azad sont très différents l’un de l’autre, mais ils ont en commun d’avoir un secret qu’ils gardent précieusement caché.  J’ai bien aimé la manière dont l’auteure a construit la relation entre les deux protagonistes principaux. Ils se sont tout de suite acceptés sans pour autant se dévoiler entièrement. Comme dans la vraie vie, ce sont les épreuves qu’ils traversent et la confiance qu’ils construisent qui vont les pousser à se dévoiler tels qu’ils sont… Ces deux jeunes protagonistes nous offrent ainsi une très belle leçon d’amitié.

Le petit Chaperon-Loup est une réécriture du célèbre conte Le Petit Chaperon Rouge, mais l’auteure s’est quand même bien éloignée de l’œuvre originale.  Cela devrait donc rassurer les lecteurs ayant peur de retrouver une histoire vue et revue. Vous devriez même être surpris de découvrir comment le loup a changé durablement la vie de notre jeune héroïne dans la version d’Audrey Calviac. Je me demande d’ailleurs quel tournant prendra l’auteure par la suite pour Kahina : celui de l’acceptation de sa différence ou la quête d’un retour à la normale. Mystère que j’ai hâte de découvrir  même si j’ai déjà ma petite préférence.

Point de conte sans morale ! L’autrice ne déroge donc pas à cette règle en nous offrant une morale mignonne à souhait que je vous laisse le plaisir de découvrir.

Mais au-delà de la morale de la fin, j’ai trouvé que l’histoire permettait aussi, à une époque où la différence continue à faire peur, de mener une vraie réflexion sur le sujet. Comment la différence physique d’une enfant peut-elle susciter autant de peur et de rejet de la part d’adultes ? Si on ôte la partie merveilleuse de l’histoire, il n’est pas certain que les réactions extrêmes soulevées par la différence soient si fantasques que cela…

Enfin, mon compagnon, d’origine arménienne, m’a fait remarquer que Azad est un  prénom arménien qui signifie « libre ». J’ai trouvé ce petit clin d’œil de l’auteure fort à propos pour un personnage qui, grâce à l’amitié, va gagner, d’une certaine manière, la liberté.

En conclusion, de la couverture à la plume de l’auteure en passant par la manière dont elle a su réinventer un des contes les plus connus au monde, j’ai été complètement séduite par cette réécriture du Petit Chaperon Rouge. Que vous ayez 9 ans ou 99 ans, je ne peux donc que vous recommander de vous laisser entraîner dans cette très belle histoire !

 

pt-logo-pif_01c2_origcof

 

Ghost City, Michel Honaker

J’ai lu Ghost City de Michel Honaker, publié chez les Éditions Rageot, dans le cadre du challenge Mystère .

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Farley Scott, jeune cow-boy, fuit à bord d’une diligence remplie d’or avec ses deux compagnons. Ils ont aux trousses des « régulateurs ». Quand une tempête de sable les stoppe en plein désert, Farley se réfugie dans une ville qui semble surgie du néant. Là, Miranda le recueille et tente de le défendre. Mais son père, le juge Prospéro, le condamne à rester dans cette ville fantôme d’où il lui est impossible de s’enfuir sous peine de déclencher une nouvelle tempête.

  • Broché: 176 pages
  • Editeur : Rageot Editeur (17 juin 2015)
  • Prix : 10,50€

AVIS

J’ai découvert Michel Honaker avec une réécriture de conte, Carabosse, et c’est avec une réécriture d’une pièce de théâtre, La tempête de William Shakespeare, que je poursuis ma découverte de l’auteur. Je dois avouer n’avoir jamais lu l’œuvre originale et ne pourrai donc pas parler de la fidélité de cette réécriture.

Ghost City est une ville fantôme perdue dans le désert qui n’apparaît aux yeux de certaines personnes que lorsque Prospéro, juge auto-proclamé de la ville, ne le décide. Et laissez-moi vous dire que vous n’avez pas forcément envie de découvrir la ville qui s’apparente à une prison à ciel ouvert où sont reclus criminels, filles de joie et autres personnes peu recommandables.

Si la ville n’a pas besoin d’enfermer ses habitants, c’est que des forces surnaturelles sont en jeu, des forces contrôlées par notre juge qui veille à faire respecter la justice, du moins sa vision de la justice, parmi des personnes qui n’en ont jamais fait grand cas par le passé.

Le roman est assez court ce qui n’a pas permis à l’auteur de se lancer dans de longues descriptions. Mais, fort heureusement, cela ne l’a pas empêché de fixer rapidement le décor permettant aux lecteurs de se forger une image précise de la ville, de son atmosphère étouffante et de l’aura de mystère qui l’entoure.

On ressent en outre parfaitement le sentiment d’isolement et d’enfermement des habitants et même de Miranda dont le seul crime est d’être la fille du juge. Celle-ci va d’ailleurs prendre conscience, grâce au jeune Cow Boy Farley, des limites d’une vie sans liberté.

Ghost City est également une histoire d’amour entre deux personnes à la personnalité et au parcours diamétralement opposés. Miranda a ainsi vécu toute sa vie à l’écart du monde protégée par son père alors que Farley est un bourlingueur féru de liberté. Cette opposition des caractères se révèle intéressante puisqu’elle permet aux deux personnages d’évoluer au contact l’un de l’autre. On reste cependant dans un schéma classique d’amour au premier regard avec une relation assez chaste, fidèle aux histoires d’antan.

Heureusement, la romance n’est ici pas développée sur des pages et des pages. L’auteur vous épargne également les atermoiements d’une belle et jeune enamourée effacée et indécise. Miranda est certes une belle femme, mais elle a aussi un sacré caractère et n’hésite pas à se confronter à Farley, mais également à son père. Il n’est donc pas ici question d’une jeune demoiselle en détresse à sauver.

J’ai deviné assez rapidement certains éléments concernant la personnalité du juge et son passé puisque l’auteur distille quelques indices et que la trame narrative demeure assez classique. Cela ne m’a néanmoins pas dérangée outre mesure puisque le point fort de ce roman n’est pas le suspense, mais la réflexion qu’il permet d’opérer sur des thèmes comme la justice et sa mince frontière avec la vengeance, la rédemption, la liberté, l’avidité, la morale…

Enfin, j’ai été de nouveau charmée par la finesse et la beauté de la plume de Michel Honaker que je mets donc officiellement dans ma liste des auteurs à la belle plume aux côtés, entre autres, d’Amélie Nothomb et de Stéphane Soutoul.

En conclusion, j’aurais apprécié que l’auteur étoffe un peu plus son roman, mais force est de constater qu’il arrive en peu de pages à vous plonger totalement dans son récit. Cette histoire de ville fantôme érigée sur le principe de justice et de pénitence pour ceux qui ont fauté devrait plaire à toux ceux qui aiment les romans mêlant mystère, surnaturel, romance et qui aiment réfléchir à des notions universelles comme la justice.

Les Royaumes de feu, tome 1 : La Prophétie, Tui T. Sutherland

51BPZHE5l5L._SX340_BO1,204,203,200_

C’est par hasard que j’ai découvert Les Royaumes de feu de Tui T. Sutherland, série publiée par Gallimard jeunesse. Cette histoire de dragons et de prophétie m’a tout de suite intriguée. C’est donc avec plaisir que je me suis lancée dans la lecture du premier tome, La Prophétie.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Une terrible guerre divise les royaumes du monde de Pyrrhia. Selon une mystérieuse prophétie, seuls cinq jeunes dragons nés lors de la Nuit-la-plus-Claire pourront mettre fin aux combats et apporter la paix. Mais les élus, Argil, Tsunami, Gloria, Comète et Sunny, rêvent de voler de leurs propres ailes plutôt que d’accomplir leur destin…

  • Broché: 400 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 14 années
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (8 janvier 2015)
  • Prix : 16€

AVIS

L’objet livre

Tout d’abord, je trouve l’objet-livre magnifique, la couverture donnant envie de se plonger directement dans le récit. J’ai en outre apprécié la carte en début de livre ainsi que le petit Guide des dragons de Pyrrhia qui répertorie les différents types de dragons avec leurs caractéristiques. Vous verrez que c’est utile, surtout en début de lecture, afin de visualiser correctement les dragonnets que nous suivons et comprendre les enjeux de la guerre qui frappe Pyrrhia.

Cependant, oui je suis râleuse, j’aurais préféré pour des raisons de praticité que ce récapitulatif soit placé dans un petit carnet, dans l’idéal en couleurs, que l’on aurait pu consulter facilement et à loisir pendant la lecture du roman…

L’histoire…

Dans le roman, nous faisons la connaissance de cinq dragonnets de différents types (Ailes de sable, Ailes de boue…) qui ont été élevés secrètement et totalement coupés du monde dans le but d’accomplir une certaine prophétie. Las de cette vie et prêts à tout pour protéger l’une des leurs, ils décident de s’enfuir. Ils découvriront néanmoins, à leurs dépens, que la vie à l’extérieur n’est finalement pas synonyme de liberté, mais plutôt de dangers…

Le livre est destiné à la jeunesse, mais cela ne veut pas dire qu’il est plat et tout gentillet. Aux côtés de l’amitié, du courage et de l’espoir, vous trouverez également beaucoup d’actions, de la jalousie, de la violence, des combats parfois impressionnants, de la cruauté physique et morale, la mort, la trahison… Cela rend l’histoire intéressante et permet de passer un très bon moment de lecture que l’on soit enfant ou adulte.

Les personnages…

Les personnages principaux sont tous des dragons, mais on oublie très vite leur nature et on finit par avoir l’impression de suivre les aventures d’êtres humains. Il faut dire que leurs comportements, leurs peurs, leurs espoirs et leurs valeurs les rendent très humains.

J’ai adoré découvrir ces cinq dragonnets qui sont aussi différents physiquement que psychologiquement même si je me suis surtout attachée à Argil. C’est assez normal puisque chaque tome de la série met en avant un des dragons et que dans La Prophétie, nous suivons surtout Argil.

Ce jeune Ailes de boue n’est pas le plus courageux de la bande, loin de là, mais il est généreux, profondément gentil, altruiste et ferait tout pour protéger ses amis. C’est typiquement le genre de « héros malgré lui » auquel il est facile de s’attacher et peut-être même de s’identifier surtout quand on est un enfant. Je l’ai tellement apprécié que j’ai été un peu déçue de savoir que je ne le retrouverai pas en tant que personnage principal dans les autres tomes. Mais je suis certaine que je m’attacherai aux autres dragonnets de la même manière ou, du moins, je l’espère.

Plusieurs scènes de ce tome m’ont marquée que ce soit par leur intensité, les valeurs véhiculées ou l’attitude des dragonnets qui se révèlent toujours prompts à s’aider les uns les autres. A cet égard, je ne citerai qu’une scène que j’ai trouvée particulièrement mignonne et triste à la fois : celle où Argil, Ailes de Boue, se retrouve pour la première fois en contact avec des éléments inhérents à sa nature : la terre et l’eau. J’ai trouvé adorable de le voir se délecter de la boue qui lui a tant manqué durant sa captivité. Mais au-delà de cela, on se rend compte à quel point être coupés du monde et de leurs racines a dû être difficile pour les dragonnets

A noter que tous les adultes, ou presque, du livre sont absents, cruels ou décevants alors que les dragonnets sont, à l’inverse, gentils et solidaires. Dans un livre pour adule, ce manichéisme aurait eu tendance à me faire lever les yeux au ciel, mais pour un livre jeunesse, je ne l’ai pas trouvé dérangeant. Et puis, j’imagine que cela rend la lecture plus facile pour les enfants et leur permet, dans une certaine mesure, de mieux s’identifier aux gentils.

En résumé, La Prophétie est un livre jeunesse, mais si vous êtes un adulte et que vous aimez l’action, le suspense, les retournements de situation, les dragons, l’amitié avec un grand A… vous serez certainement plus que séduits par l’histoire. Les Royaumes de feu font ainsi partie de ces séries qui devraient enchanter toute la famille, des enfants ( à partir de neuf ans selon Gallimard) aux adultes.