Throwback Thursday Livresque #161 : une couverture printanière

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Le printemps n’est pas une saison qui m’inspire particulièrement, mais grâce à Livraddict, j’ai trouvé un titre parfait pour le thème : le tome 3 d’une série que j’aime beaucoup, Alisik.

Couverture Alisik, tome 3 : Printemps

Alisik se réveille une nuit dans un cimetière. Un peu effrayée, elle décide de s’enfuir au plus vite. Mais, rapidement, elle se rend compte qu’aucun vivant ne la voit. Et pour cause, Alisik est morte. Pire, elle est coincée entre enfer et paradis, en attente du jugement de Mr. Mortis, lequel tarde à venir. En attendant, elle et ses nouveaux amis, tous dans le même cas, vont devoir sauver le cimetière de la destruction. Pour cela, elle peut compter sur l’aide de Ruben, un jeune aveugle, seul vivant capable de l’entendre, et qui ne la laisse pas indifférente…

Comme il s’agit d’un tome 3, j’ai préféré vous copier le résumé du premier tome, mais je pense que la couverture et le titre parlent d’eux-mêmes…

Et vous, connaissez-vous/appréciez-vous cette série ?
Quel titre auriez-vous proposé ?

Mini-chroniques en pagaille #23

Mini-chroniques en pagaille

Plus détaillées qu’un simple commentaire, mais moins développées qu’une chronique, les mini-chroniques me permettent de partager succinctement mon avis sur certaines de mes lectures que je n’ai pas eu le temps ou l’envie de chroniquer de manière plus classique.


  • Un certain intérêt pour les flammes de Violette Paquet : nouvelle écrite durant les 24h de la nouvelle avec la consigne d’intégrer un lieu abandonné dans l’histoire.

Un certain intérêt pour les flammes

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, mais je dois dire que j’ai été très agréablement surprise par la manière dont l’autrice arrive en quelques lignes à poser un décor et à saisir une ambiance. On découvre ainsi Edith, une jeune femme qui ne partage guère le goût des mondanités de sa famille, à commencer par son frère si parfait et si bien apprêté. Alors qu’elle aurait pu passer sa soirée à fumer et à regarder les invités guindés de ses parents « se distraire » et s’échanger des banalités, son attention est très vite attirée par l’une des invités, Alexandrine.

Si la jeune femme a tous les attraits d’une jeune ingénue, il faut parfois se méfier de l’eau qui dort. En faisant sa rencontre, Edith était loin de se douter qu’elle ferait une plongée brûlante et violente dans le passé de sa propre famille. Un passé que les flammes n’auront pas réussi à complètement effacer comme notre jeune héritière l’apprendra à ses dépens… En plus d’une tension qui monte crescendo avec cette impression d’étau qui se resserre et nous prend à la gorge, on appréciera la plume de l’autrice et sa manière bien à elle de brouiller les frontières entre les époques puisque si le récit se déroule de nos jours, il s’en dégage un charme suranné qui nous donne le sentiment d’avoir remonté les couloirs du temps.

Surprenante, immersive et pleine de tension, voici une nouvelle que je ne peux que vous conseiller et qui devrait vous surprendre par la tournure cauchemardesque qu’elle prend. Claustrophobes s’abstenir !

Lire la nouvelle en ligne ou la télécharger sur le site de l’autrice

  • La pension Moreau – les enfants terribles de Marc Lizano et Benoît Broyart : (Éditions de la Gouttière) :

Emile est un jeune garçon souvent perdu dans son monde intérieur. Il adore dessiner, griffonner, croquer, au grand dam de ses parents. Désespérés, ces derniers décident de l’envoyer à la Pension Moreau, un lieu de vie accueillant des enfants  » difficiles « . Pour être accepté, il suffit simplement d’avoir le porte-monnaie bien garni… Emile fait la connaissance de Paul, Jeanne et Victor, des pensionnaires qui ont subi le joug des différents professeurs. Peu à peu, la pension prend des allures de pénitencier et révèle sa vraie nature à Emile. L’entraide est de mise entre les camarades afin de supporter les humiliations et les mauvais traitements, mais pendant combien de temps vont-ils accepter ce régime ? Qu’ont-ils fait pour mériter cela ?

La pension Moreau est censée être un endroit pour éduquer et venir à bout des velléités de rébellion d’enfants difficiles appartenant à des familles fortunées. Il s’agit en fait d’un établissement lugubre tenu par un horrible directeur qui n’hésite pas à prôner l’humiliation et l’enfermement pour obtenir le respect et l’obéissance des enfants.

Sous fond de maltraitance infantile, on suit donc avec curiosité et un certain dégoût cette histoire mélangeant avec efficacité humains et animaux. Les humains étant les détenus et les animaux, les bourreaux de ces enfants que l’on ne peut que prendre en pitié. On se demande d’ailleurs ce qu’a bien pu faire le calme et gentil Emile pour finir dans cet horrible endroit. Certes, il a dû mal à communiquer autrement que par ses dessins, mais est-ce là un motif suffisant pour que des parents se séparent définitivement de leur enfant ?

Heureusement, le garçon va se faire des amis qui l’aideront à supporter un quotidien difficile autant physiquement que psychologiquement. Si Emile ne parle pas beaucoup, il n’en demeure pas moins touchant, notamment par sa gentillesse et sa manière très personnelle de se lier aux autres. Ses dessins sont pour lui son exutoire et l’on sent que derrière chacun d’entre eux, c’est une partie de lui-même qu’il pose sur le papier.

Entre brimades et jolis moments d’amitié et d’entraide, Emile va devoir faire face à sa nouvelle vie au sein d’une pension sur laquelle plane encore un certain mystère. Ce qui est certain, en revanche, c’est que la situation risque d’exploser, certains élèves ne semblant pas prêts à baisser les bras devant la violence et les injustices qu’ils subissent au quotidien…

  • Mon grand frère et moi de Taghreed Najjar et Maya Fidawi

Aloush est le plus jeune de sa famille. Il est très proche de son grand frère, Ramez, qui est son idole.
Chaque jour, en se rendant à son travail, Ramez dépose Aloush à l’école. Il l’emmène jouer au basketball, le conduit au cinéma, et lui permet même de regarder le soccer avec ses amis. Mais soudainement, Ramez n’a plus de temps pour son petit frère : il est amoureux !
Aloush se sent délaissé et contrarié et essaie de se débarasser de cette « menace » en réalisant une série de farces. Aloush réussira-t-il à récupérer son frère
?

Crackboom (20 juin 2019) – 32 pages – 9,90€

Pas facile pour Aloush que son grand frère Ramez, dont il est très proche, se détourne de lui. Alors qu’ils passaient beaucoup de temps ensemble et multipliaient les activités,  Ramez prend ainsi ses distances ! La raison de ce changement de comportement : l’amour.

Des sentiments, certes très humains, mais qui laissent Aloush, encore très jeune, bien indifférent. Lui, ce qu’il comprend, c’est qu’une intruse est en train de lui voler son grand frère adoré. Une seule solution, s’en débarrasser ! Et pour ce faire, le garçon a tout un arsenal d’idées qu’il n’hésite pas à mettre en œuvre. Mais cette jeune femme représente-t-elle vraiment une menace pour Aloush et sa relation avec son frère ?

À travers ce court et sympathique ouvrage, sont abordés avec justesse et beaucoup de sensibilité des thèmes comme la fraternité, mais également la jalousie et l’importance d’accueillir et d’accompagner ce sentiment. Chose qu’a su parfaitement faire l’intruse qui, de fil en aiguille, deviendra Dimas, la sympathique fiancée d’un grand frère peut-être moins disponible, mais qui aime toujours autant son petit frère.

En bref, voici un joli album jeunesse sur la fraternité, la jalousie et la nécessité de rassurer un enfant sur le fait que l’arrivée d’une nouvelle personne dans sa vie ne menace nullement l’importance des relations déjà existantes.

Merci à NetGalley et aux éditions Crackboom pour cette lecture.

Et vous, connaissez-vous ces titres ?
Certains vous tentent-ils ?

In My Mailbox #153

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Accrocdeslivres. »


PAPIER

  • Cela fait des lustres que je recherchais Jane Austen et moi à un prix raisonnable. J’ai donc sauté sur l’occasion quand j’ai reçu une alerte Momox m’informant de sa disponibilité. J’en ai profité pour prendre The sleeper and the spindle qui me tente aussi depuis un moment d’autant que Chris Riddell est un illustrateur dont je collectionne les ouvrages. J’ai également fait deux petites découvertes chez un bouquiniste.

Couverture La Princesse des Ménines

  • Gagnée il y a plusieurs semaines sur Instagram, je pensais la BD Lulu et Nelson perdue quand j’ai eu la joie de la trouver dans ma boîte aux lettres ! Merci à Babelio et à la collection Métamorphose qui propose toujours de splendides livres.

  • Ayant beaucoup apprécié deux autres ouvrages de l’autrice, j’ai hâte de lire ces deux nouvelles arrivées signées Pascale Leconte :

  • D’autres petits nouveaux de différents genres ont également trouvé le chemin de ma boîte aux lettres :

EBOOKS

Coffee & Vanilla T01 (Coffee and Vanilla t. 1) par [Akegami, Takara]Honey come honey T01 par [Shiraishi, Yuki]Black Prince & White Prince T01 par [Makino]

Deux en une: Equité en Sciences par [Kat-chan,]Plafond de verre: Equité en Sciences par [Tosello, Emilie]

Et vous, quelles sont les nouveautés de votre PAL ?

 

Fleur de Mamoot : Même pas peur… Emmanuelle Martinez

Je remercie les éditions HarperCollins de m’avoir permis de découvrir Fleur de Mamoot, même pas peur... d’Emmanuelle Martinez.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Faire un selfie au milieu des fumigènes ?
Dire ce qu’elle pense vraiment des enfants des autres ?
Passer Noël en famille sans pouvoir boire une goutte d’alcool ?
MÊME PAS PEUR…

Qu’elle soit au milieu d’une manif, à un rencard Tinder ou chez son psy, Fleur de Mamoot s’efforce d’être toujours elle-même : sans complexe et sans gêne. Grande gueule (de bois), elle offre un regard impertinent sur le monde d’aujourd’hui, ses grandes problématiques et ses petites déviances. Même pas peur d’ouvrir ce livre ? On vous aura prévenus…

HarperCollins (13 novembre 2019) – 128 pages – Album (14,50€) – Ebook (9,99€)

AVIS

Je ne connaissais pas vraiment le personnage de Fleur de Mamoot, mais la couverture pleine de piquant et le résumé de Même pas peur m’ont donné envie de le découvrir. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la rencontre fut détonante !

Fleur de Mamoot est le genre de personnages sans fard ni paillettes qui ne laisse personne indifférent. Soit on l’adore et on s’amuse à ses côtés de toutes ces petites absurdités de la vie et de ces situations qui agacent soit elle nous gêne par son côté brut de décoffrage, son impertinence et sa manière acérée et sans concession de mettre en lumière les petits défauts de chacun et de nos sociétés hyperconnectées.

Pour ma part, j’ai adoré ce personnage haut en couleur et plus vrai que nature ! Fleur de Mamoot nous prouve qu’une femme, ce n’est pas forcément une princesse Disney (même s’il n’y a aucun mal à en être une). Une femme peut faire des blagues graveleuses, avoir un langage fleuri, ne pas être particulièrement attirée par les enfants, être pétrie de contradictions tout en demeurant attachante… Fleur de Mamoot, ce n’est pas vous, ce n’est pas moi, mais c’est une femme dans laquelle chacune d’entre nous peut se retrouver, ne serait-ce qu’un peu. 

Le livre fait 124 pages, et c’est plus ou moins 124 occasions de sourire, de rire ou de se dire que cette Fleur de Mamoot exagère tout en ne pouvant s’empêcher de trouver, dans ses propos, un fond de vérité. En fonction de votre situation personnelle, professionnelle et amoureuse, de votre humour et de votre vécu, toutes les planches ne vous parleront pas de la même manière, mais vous devriez néanmoins passer un bon moment de détente, et retrouver des situations qui ne manqueront pas de vous rappeler des expériences plus ou moins agréables.

Il faut dire que l’autrice aborde avec beaucoup d’humour et de panache de nombreux thèmes : Instagram et ses dérives avec notamment cette course à la popularité et aux partenariats qui donne des situations parfois absurdes, le sexe, l’alcool, l’amitié vache, nos propres contradictions, le rapport à son corps, le végétarisme, l’actualité…

Quant aux illustrations pleines de peps et de dynamisme, elles correspondent à merveille au ton de cet album et contribuent sans aucun doute à l’effet comique des différentes planches. L’illustratrice a préféré la rondeur, la simplicité et l’expressivité des traits au réalisme ce qui fonctionne ici parfaitement. Les dessins ne vous éblouiront donc pas par leurs détails, mais vous permettront d’avoir rapidement une vue d’ensemble et de vous concentrer sur l’essentiel, la truculente Fleur de Mamoot ! Un personnage pour lequel on développe assez vite de l’affection, un peu comme celle que l’on ressent parfois pour un trublion dont les facéties et la vivacité d’esprit amusent.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et pour ceux qui aimeraient plus de Fleur de Mamoot dans leur vie, vous pouvez la retrouver sur le blog qui lui est consacré.

En conclusion, je me suis beaucoup amusée et j’ai passé un très bon moment de détente auprès de Fleur de Mamoot, la copine impertinente et brute de décoffrage que l’on rêverait tous d’avoir (ou pas) dans sa vie. Piquant et décalé, voici un ouvrage à lire et à relire pour faire le plein d’énergie et de bonne humeur !

Retrouvez un extrait du livre ainsi que des fonds d’écran gratuits sur le site des éditions HarperCollins.

Throwback Thursday Livresque #142 : Halloween

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Ayant lu peu de livres sur le thème d’Halloween, mon choix s’est tout de suite porté sur une BD sympathique regroupant cinq histoires : Scary Godmother de Jill Thompson.

51jz896ogvl-_sx334_bo1204203200_

« C’est son premier Halloween, mais pour Hannah Marie, la fête vire au cauchemar. Elle, qui a si peur des fantômes, doit affronter son cousin Jimmy qui prend un malin plaisir à la terroriser. Mais Scary Godmother n’a pas dit son dernier mot ! La sorcière est fin prête pour donner une bonne leçon à Jimmy… Halloween s’annonce mémorable. »

 Pourquoi ce choix ?

Avec une telle couverture et un tel résumé, difficile de ne pas avoir envie de lire cette BD,  dont je vous avais brièvement parlé dans un article mini-chroniques en pagaille, durant Halloween. Je n’ai pas pensé à l’emprunter de nouveau, mais je l’aurais relu avec plaisir ! Et si vous êtes du genre frileux avec l’horreur, cette BD plus humoristique qu’effrayante pourrait vous plaire…

Et vous, connaissez-vous ce livre ?
Qu’auriez-vous proposé ?

Mini-chroniques en pagaille #18 :

Mini-chroniques en pagaille

Plus détaillées qu’un simple commentaire, mais moins développées qu’une chronique, les mini-chroniques me permettent de partager succinctement mon avis sur certaines de mes lectures que je n’ai pas eu le temps ou l’envie de chroniquer de manière plus classique.


  • Ekhö tome 6 : Deep South, Christophe Arleston et Alessandro Barbucci (éditions Soleil) :

Couverture Ekhö : Monde miroir, tome 6 : Deep south

Ekhö est une série que j’avais un peu délaissée, mais j’ai sauté sur ce sixième tome quand je l’ai trouvé à la bibliothèque. Et j’en ressors avec la même sensation que durant mes précédentes lectures : une bonne série emplie d’action et d’humour, mais dont le traitement des personnages et de certains événements me pose problème. J’ai ainsi été très mal à l’aise lors du rappel plutôt grivois d’un événement survenu dans le troisième tome et qui, pour moi, pose un problème moral.

En revanche, j’apprécie la manière dont est abordée la liberté sexuelle des femmes qui ici assument complètement et sans tabou leur vie sexuelle. Ce n’est pas si courant que cela… Autre point fort de ce tome dont les événements s’enchaînent rapidement, le fait que l’auteur mette en avant l’avortement, un sujet plus qu’important au regard de l’actualité américaine… Que ce soit dans ce monde imaginaire ou la réalité, on ne pourra qu’être révolté que ce droit soit remis en question par des fanatiques qui d’ailleurs font preuve, notamment ici, d’une hypocrisie qu’heureusement les personnages arriveront fort bien à dénoncer…

Quant à l’ambiance graphique, elle reste fidèle aux autres tomes de la série, c’est-à-dire sublime et emplie de couleurs : les décors sont splendides, les faciès des personnages très expressifs, les vêtements riches en détails… Depuis le premier tome, cette série est un pur régal visuel !

  • La Belle et La Bête de Patrick Sobral (Delcourt)  :

J’ai emprunté cette BD attirée par le titre et la promesse de la réécriture d’un conte que tout le monde connaît au moins de nom. Les amateurs de la version Disney de La Belle et la Bête pourraient être surpris, voire décontenancés, par cette réinterprétation bien plus sombre de l’histoire.

Avec l’auteur, les frontières entre méchants et gentils sautent : plus de gentils personnages secondaires qui font le tampon entre La Belle et La Bête, mais des monstres menaçants et mystérieux dont on essaie, tant bien que mal, de comprendre les objectifs et d’anticiper les actions. Mais ce que j’ai le plus apprécié, c’est la personnalité complexe de Bellyana. Elle est altruiste certes, mais c’est avant tout une femme au fort caractère qui détient en elle une certaine noirceur, ce qui la rend aussi intéressante qu’imprévisible. Notre héroïne n’a pas froid aux yeux et est bien décidée à faire valoir ses atouts pour affronter la situation dans laquelle elle se trouve, aussi dangereuse soit-elle. D’ailleurs, est-elle vraiment une victime dans toute cette histoire ?

Quant à La Bête, malgré son physique de monstre et la dureté qu’elle essaie de se donner, je lui ai trouvé finalement un aspect assez humain… On sent que chacune de ses paroles et chacun de ses gestes sont réfléchis et pesés comme si derrière le monstre se cachait un fin stratège. Dans quel but détient-il vraiment Bellyana ? Je n’en dirai pas plus sur ce sujet si ce n’est, qu’à cet égard, j’ai apprécié la fin plutôt surprenante et originale. Un petit geste, une fin funeste !

Je ne suis pas certaine que tous les lecteurs apprécieront l’audace de l’auteur, mais pour ma part, j’ai été agréablement surprise par la tournure prise par les événements qui, dans la dernière partie de l’ouvrage, s’accélèrent et gagnent en intensité. Il m’a juste manqué quelques pages supplémentaires pour avoir l’impression de vraiment pouvoir tourner la page…

Si l’histoire m’a plu par son originalité et cette impression de danger et de mystère omniprésente, les dessins m’ont un peu moins séduite même si je reconnais qu’ils retranscrivent à merveille l’atmosphère du livre. Je les ai parfois trouvés un peu trop brouillons bien que j’aie apprécié le travail effectué au niveau du physique des créatures impressionnantes de détails. Les nombreuses scènes d’action sont également très bien gérées grâce au coup de crayon dynamique qui restitue à la perfection l’impression de mouvement.

En bref, je conseillerais cette BD aux personnes souhaitant découvrir une version sombre, sanglante et funeste de La Belle et La Bête. Si, en revanche, c’est plus l’aspect romantique du récit qui vous intéresse, je ne pense pas que cette version soit pour vous.

Et vous, ces ouvrages vous tentent-ils ?

VilleVermine – Tome 1/2 : L’homme aux babioles, Julien Lambert

Couverture VilleVermine, tome 1 : L'homme aux babioles

J’ai eu la chance de lire le tome 1 de VilleVermine dans le cadre des explorateurs de la BD. Merci à Lecteurs.com et aux Éditions Sarbacane pour leur confiance.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

VilleVermine, ville poisseuse, crasseuse… Ville de petites magouilles, de petits bizness, dans laquelle truands et paumés répètent indéfiniment la même scène. Jacques Peuplier, grand privé balèze et mutique, mène une enquête chaotique sur la disparition de la fille de la reine des bas-fonds, avec pour seuls compagnons les objets, dont il est le seul à pouvoir entendre la voix… et avec lesquels il converse.

SARBACANE (3 octobre 2018) – 88 pages – 88 pages – série en 2 tomes

AVIS

Le travail de colorisation avec des couleurs brutes de décoffrage, tirant parfois vers le grisâtre, restitue à merveille l’ambiance sombre et glauque de cette BD qui prend à la gorge et captive dès la première planche. Mais rien d’étonnant quand l’action se déroule dans une ville dont on a depuis longtemps oublié le nom et que l’on a surnommée, à juste titre, VilleVermine. Repaire de marginaux avec ses ruelles malfamées et jonchées de détritus, cette ville est le terrain de jeu de malfrats, mais aussi d’un étrange homme volant qui ressemble à une mouche !

Dès le début de l’histoire, l’auteur introduit un certain suspense avec ce personnage inquiétant dont on n’a pas forcément envie de croiser la route. Mais c’est la découverte du protagoniste, Jacques Peuplier, qui attise véritablement la curiosité. Plutôt balèze et avec une tête du mec à qui il vaut mieux ne pas la raconter, cet homme a une particularité pas banale, même à VilleVermine, il peut parler aux objets. Vous me direz après quelques verres, tout le monde peut parler aux objets, mais contrairement à Jacques, vous aurez quand même peu de chance d’entamer de véritables conversations avec ceux-ci…

Cette faculté est une aubaine pour ce solitaire taciturne qui s’est spécialisé dans la recherche d’objets disparus moyennant rémunération. Ce détective d’un genre nouveau va néanmoins se trouver dans une situation quelque peu délicate qui le contraindra à partir à la recherche, non pas d’un objet, ça il maîtrise, mais d’une jeune femme kidnappée. Le début des ennuis ?

Il pourra heureusement compter sur son flair, mais surtout sur ses « amis » dépourvus de chair et de sang, mais pas d’un certain sens de la répartie et d’une langue bien pendue. Je dois d’ailleurs dire qu’une grande partie du charme de cet ouvrage réside, du moins pour moi, dans l’exploitation de la faculté extraordinaire de notre enquêteur improvisé. Assez fidèle à l’image de ces antihéros malmenés et ballottés par la vie, sa relation particulière aux objets lui permet de passer de personnage stéréotypé à homme fascinant dont on prend plaisir à suivre les mésaventures. Et à ce niveau, il est plutôt gâté, l’auteur lui ayant réservé quelques rencontres plus ou moins agréables…

En parallèle de Jacques, nous suivons d’autres protagonistes dont un jeune garçon qui ne fait pas forcément une très bonne première impression, mais qui possède néanmoins un point commun avec notre antihéros : la faculté à se fourrer dans les ennuis. Et puis, il traîne toujours avec son chat Mauvais-Poil et quand on a un chat, on ne peut pas être foncièrement mauvais, non ? On se pose pas mal de questions sur ce jeune homme, mais il faudra attendre un peu avant de comprendre quel est le dénominateur commun entre lui et Jacques…

L’auteur nous propose ici une enquête assez classique dans son déroulement, mais plutôt originale dans ses enjeux et surtout les protagonistes qui y prennent part. On ne s’attache pas vraiment à ces derniers, l’univers assez glauque dans lequel ils évoluent ne les ayant pas rendus particulièrement avenants, mais on se sent néanmoins concerné par ce qui leur arrive. Au fil des pages et des dangers, l’angoisse grandit et la tension se fait de plus en plus palpable. Le suspense savamment dosé nous pousse, quant à lui, à vouloir trouver des réponses à nos questions notamment sur les projets de ce savant fou qui hante VilleVermine. Je préfère vous laisser le plaisir de découvrir ce personnage par vous-même, mais je peux vous dire qu’il fait froid dans le dos bien que ce soit finalement son étrange frère qui m’ait le plus effrayée…

L’univers de cette BD est sombre et plutôt glauque ce qui se retrouve dans son esthétique : les traits sont grossiers, mais les décors détaillés, les couleurs sont froides avec un aspect parfois délavé, les corps semblent parfois disproportionnés créant un certain sentiment de malaise… L’ambiance graphique ne correspond pas vraiment à ce que j’aime en général, mais je reconnais qu’elle colle parfaitement au récit en soulignant toute la noirceur et l’aura de désespoir qui plane sur la ville.

https://i1.wp.com/editions-sarbacane.com/wp-content/uploads/2018/09/VilleVermine-T1_p54-55.jpg

Quant à la fin, elle apporte un petit retournement de situation qui laisse craindre le pire pour notre détective, mais qui surtout nous pousse à nous interroger sur la manière dont l’auteur va poursuivre son intrigue… J’ai, dans tous les cas, trouvé le pari audacieux puisqu’il n’hésite pas à redistribuer les cartes en cours de jeu.

En conclusion, ce premier tome pose avec efficacité les jalons d’une enquête dont le rythme, le suspense et la tension devraient séduire les amateurs de polars. On retrouve ainsi les ficelles qui rendent ce genre si addictif même si l’auteur veille également à apporter sa propre touche que ce soit à travers ses personnages, les enjeux du récit ou son trait de crayon et son travail de colorisation qui collent à la perfection à l’univers froid, glauque et sombre de VilleVermine. Une BD que je vous recommande donc et dont je lirai le deuxième et dernier tome avec plaisir.