Toutes ces choses qu’on n’a jamais faites, Kristan Higgins

Je remercie les éditions HarperCollins pour m’avoir permis de découvrir Toutes ces choses qu’on n’a jamais faites de Kristan Higgins.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

La personnalité n’est pas une question de poids.

Avant de mourir, la jeune Emerson, obèse morbide gravement malade, remet une enveloppe à ses deux meilleures amies Marley et Georgia, 34 ans, et leur fait promettre de suivre ses instructions. Elles découvrent qu’il s’agit de «  La liste de choses à faire quand elles seraient minces  », rédigée à 18 ans au camp d’amaigrissement où elles avaient formé leur trio.
Décidées à relever le défi lancé par leur défunte amie, les deux jeunes femmes vont devoir apprendre à surmonter leurs peurs et leurs complexes. Marley parviendra-t-elle à se délester de la culpabilité qui la ronge depuis la mort de sa sœur jumelle  ? Georgia saura-t-elle trouver les ressources pour s’opposer à sa famille qui ne cesse de la rabaisser  ? Munies de leur to-do list, elles sont prêtes à tout  oser  !

HarperCollins (2 mai 2019) – 528 pages – Broché (19,90€) – Ebook (12,99€)
Traduction : Alexandra Herscovici-Schiller

AVIS

Attirée par la promesse d’une lecture parfaite pour l’été, il n’y a qu’à voir ce jaune soleil pétant sur la couverture, j’ai lu avec plaisir cette comédie romantique aux allures de feel-good qui m’a permis de passer un très bon moment de lecture.

Centré autour de l’amitié et de cette difficulté à accepter son corps dans une société formatée et peu encline à tolérer la différence, a fortiori quand celle-ci saute aux yeux, ce récit est celui de trois amies dont le poids a trop longtemps dirigé leur vie. Il y a la regrettée Emerson que l’on apprend à connaître à travers des pages de son journal intime dans lequel elle s’adresse à une vision fantasmée d’elle-même, Marley, une cuisinière qui régale ses clients de ses petits plats livrés tout droit dans leur cuisine, et Georgia, une ancienne avocate bardée de diplômes qui a préféré tout plaquer, mari compris, pour se reconvertir en une maîtresse de maternelle très appréciée par les bambins.

Marley et Georgia accourent au chevet de leur amie Emerson qui a glissé, sans qu’elles ne s’en rendent compte, vers l’obésité morbide. Une situation qui ne se terminera hélas pas bien pour cette femme si gentille et ouverte d’esprit, mais qui marquera le début d’une nouvelle aventure pour ses deux meilleures amies. Marley et Georgia lui ont ainsi promis de cocher une à une les cases de cette « liste des choses à faire quand elles seraient minces« , rédigée lors de leur séjour dans un camp d’amaigrissement.

Chapitre après chapitre, on suit les deux trentenaires qui font de leur mieux pour tenir leur promesse : se faire offrir un verre par un bel inconnu, manger un dessert en public, s’habiller dans un magasin normal… Des petites choses anodines pour le commun des mortels, mais qui le sont beaucoup moins pour des personnes qui ont subi depuis des années le poids de la société, ces regards en biais, ces insultes méchantes et gratuites, ces piques sournoises, ces jugements de valeur sous fond de préjugés idiots, ces discriminations quotidiennes, ces violences médicales…

Le surpoids a donc impacté de manière plus ou moins importante et dramatique la vie des membres du trio même si Marley a appris à s’accepter et à ne pas chercher à tout prix à coller à l’image de la femme parfaite. Il faut dire qu’elle a la chance d’avoir grandi au sein d’une famille bienveillante et soudée qui l’a entourée d’amour depuis son enfance. Sportive (merci à l’autrice de casser le préjugé du gros allergique à l’effort physique), faisant un métier qu’elle adore, entourée de personnes adorables, Marley aimerait maintenant pouvoir goûter au bonheur d’une vie à deux avec un homme. Il y a bien le collègue pompier et beau gosse de son frère dont elle est terriblement amoureuse, mais les choses ne semblent pas avancer, leur relation se cantonnant à quelques rares incartades nocturnes…

Il va donc lui falloir se contenter de Will, un client peu causant, voire cassant, qui reste cloitré chez lui, comme seule présence masculine dans sa vie. Mais celui-ci est-il réellement antipathique ou, comme Marley, a-t-il ses propres blessures qu’il essaie, tant bien que mal, de surmonter ? Marley, toujours affectée par cette perte remontant à son enfance qui lui vrille parfois le cœur, pourrait trouver en Will bien plus qu’un client fidèle et taiseux… C’est un peu frustrant de ne pas pouvoir en dire plus, mais j’ai apprécié les thèmes abordés par l’autrice à travers ce personnage même s’il y a un événement qui m’a un peu moins convaincue, voire gênée, car les choses sont bien plus complexes que ce que l’autrice laisse entendre.

Georgia, quant à elle, a beaucoup plus de mal que Marley à faire table rase des blessures du passé et à accepter son corps qui s’est pourtant, au fil des années, nettement affiné au point de renouer avec les normes de la société. Entre vision déformée de son corps et troubles alimentaires, son rapport à la nourriture reste donc compliqué, ce qui n’est pas étonnant si l’on considère le comportement de sa mère qui ne la considère que sous le prisme de son tour de taille, et de son frère, un homme odieux ouvertement grossophobe. Il y a heureusement des personnes adorables dans sa famille comme son père et sa nouvelle famille, et surtout son neveu Mason, un adolescent assez solitaire, mais très touchant.

Si j’ai regretté le côté peut-être un peu trop caricatural de la mère et du frère, j’ai adoré Mason, sa gentillesse, son ouverture d’esprit, sa fragilité… Le neveu et la tante sont franchement attendrissants ! Cela demandera beaucoup de volonté, de force pour aller à l’encontre de certains schémas de pensées et de pensées limitantes, mais en s’entraidant avec bienveillance, Georgia et Mason arriveront, petit à petit, et main dans la main, à se réapproprier leur corps et leur vie.

Grâce à l’alternance des points de vue et la présence de nombreux dialogues, ce roman se lit très vite d’autant que l’écriture de l’autrice est simple et dynamique. Malgré la dureté de certains thèmes abordés (le deuil, les phobies, l’acceptation de soi, l’intolérance et la grossophobie, les troubles alimentaires, les conséquences d’une éducation défaillante, la difficulté de surmonter certains événements traumatiques…), le tout forme un roman empli de légèreté, de rires et de sourires, de beaux moments, d’émotions, d’espoir, d’amitié, d’amour, de gentillesse, de tendresse, de tolérance… De page en page, on suit avec un plaisir fou ces femmes qui se dévoilent dans toute leur simplicité et leur humanité. Elles ne sont pas exemptes de défauts tombant parfois à leur tour dans le jugement et les préjugés, mais elles sont touchantes, drôles, et pourraient être vous ou moi, votre meilleure amie, votre sœur, votre cousine…

Pour ma part, ancienne obèse, je n’ai pu que me reconnaître un peu dans Emerson, Georgia et Marley. J’ai parfois ressenti, dans le passé, les mêmes choses qu’elles, vécu des situations similaires et notamment certaines de ces humiliations dont le cœur, le corps et l’esprit gardent à jamais les traces. Mais plus que cette empathie pour les personnages, c’est le message de tolérance et d’acceptation de soi qui a rendu ma lecture si riche et intense. Un poids et une taille de vêtement ne définiront jamais une personne ni sa capacité à être heureuse. Une belle et brutale réalité qui finira par frapper Georgia de plein fouet et qui la poussera à tenter de renouer avec un pan, ou plutôt une personne de son passé, qui lui proposait ce qu’elle ne s’était jamais accordée, de l’amour.

En conclusion, si vous avez envie d’une comédie romantique portée par des protagonistes terriblement attachants qui, tout en parlant de sujets importants, arrive à porter un message de tolérance et à vous offrir un moment de lecture léger et agréable, ce roman est fait pour vous. Au programme, rires, amitié, amour, seconde chance et acceptation de soi !

Retrouvez le roman sur le site des éditions HarperCollins.

Publicités

Aux portes de la mémoire, Felicia Yap

Je remercie les éditions HarperCollins de m’avoir permis de découvrir Aux portes de la mémoire de Felicia Yap.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Claire Evans vit dans un monde où la mémoire à long terme est une utopie. En sortant de l’adolescence, hommes et femmes découvrent à quelle catégorie ils appartiennent. Les chanceux font partie des Duos, capables de se souvenir des dernières 48 heures de leur vie. La mémoire des Monos, comme celle de Claire, se limite à la journée de la veille. Chaque soir, tous consignent religieusement leurs souvenirs sous peine d’oublier qui ils sont. Qui ils aiment. Ce qu’ils ont fait. Ou ce qu’on leur a fait.
Ainsi, le jour où un policier annonce à Claire que son mari aurait assassiné sa maîtresse deux jours auparavant, c’est le trou noir. Que s’est-il réellement passé ? Pour Claire, le compte à rebours a déjà commencé.

HarperCollins (13 février 2019) – 400 pages – Poche (7,90€) – Ebook (6,99€)

AVIS

Aux portes de la mémoire est un thriller atypique que j’ai dévoré en deux soirées pressée de connaître les tenants et aboutissants d’une histoire qui vous emmène dans les tréfonds du couple et de la mémoire.

Ces deux thèmes sont omniprésents dans ce monde différent du nôtre, une sorte de dystopie dans laquelle les gens ne sont plus catégorisés selon des critères comme le sexe, la religion, l’ethnie, l’orientation sexuelle, mais selon leurs capacités mémorielles. Les Monos se souviennent des dernières 24 heures de leur vie et les Duos des dernières 48 heures. De cette différence, qui intervient à la fin de l’adolescence, naît une discrimination totale et révoltante qui donne aux Duos les pleins pouvoirs sur la société puisqu’ils sont censés être plus intelligents et méritants. Les Monos, quant à eux, forment une classe secondaire de citoyens que l’on se permet de juger, jauger et de limiter dans leurs aspirations professionnelles.

C’est assez surréaliste et révoltant de voir que personne ne réagit vraiment à cette différence de traitement comme si la planète entière l’avait intériorisée et acceptée comme un fait acquis et indiscutable… Il y a heureusement un personnage qui, d’une certaine manière, lutte contre le système même si cela le conduira à rester toujours sur le qui-vive et à redoubler d’efforts pour ne pas que son secret s’ébruite.

Dans ces conditions, on peut comprendre que les mariages mixtes entre Duos et Monos soient peu courants et très peu acceptés, les premiers étant bien trop « supérieurs » aux seconds pour se mélanger avec eux et risquer de compromettre leur descendance… Une chose que Marc Evans, qui se lance en politique, aimerait changer. Son atout dans son combat, son propre mariage mixte avec une Mono, Claire, depuis 20 ans. Derrière cet argument de poids se cache néanmoins une autre réalité, celle d’un couple qui cohabite plus qu’il ne vit ensemble, de deux époux qui ont du mal à communiquer et que leurs différences, supposées et réelles, ont fini par séparer. Mais ces problèmes de couple ne sont rien au regard du coup de massue qui va frapper Claire quand son mari sera suspecté d’avoir assassiné sa maîtresse par un inspecteur bien décidé à élucider rapidement son enquête. Le compte à rebours a commencé, la vérité doit éclater quel qu’en soit le prix !

Ce qui rend cette enquête aussi passionnante, c’est cette ambiguïté constante sur la mémoire qui est ici triturée, questionnée, manipulée, partiale et parcellaire. Chaque personne remplit ainsi scrupuleusement chaque soir son journal intime électronique Apple afin de retranscrire les grands événements de sa journée. Des entrées qu’il suffit de faire défiler quand on veut se souvenir de quelque chose ou d’apprendre par cœur pour transformer une information en fait dont on se souviendra toute sa vie. Comment alors confondre un assassin qui, au bout de 24/48h ne se souviendra de rien à moins d’avoir, ce qui demeure peu probable, confessé ses crimes par écrit ? Et puis, quelle confiance accorder à ces journaux électroniques ? D’ailleurs, celui récolté par l’inspecteur dans le cadre de son enquête est tellement délirant qu’il s’avère difficile de lui porter crédit bien que certains faits semblent bizarrement coïncider avec la réalité…

Écrire pour vivre, écrire pour se souvenir, écrire pour manipuler, écrire pour oublier… Dans cette histoire, difficile de savoir à quels souvenirs et à qui vraiment se fier, la dissimulation, volontaire ou non, étant constante et inévitable. Mais si Claire découvre son mari menteur, tricheur et volage, elle a au moins une certitude, ce n’est pas un meurtrier. Jusqu’alors assez passive, elle va se lancer dans une quête de vérité qui la mènera sur un chemin qu’elle n’aurait jamais cru emprunter. En fouillant le passé, de sa rencontre avec son mari à cette situation de femme au foyer dépressive que la vacuité de sa vie oppresse, c’est elle-même qu’elle mettra à nu… pour le meilleur et pour le pire.

L’autrice nous offre ici un thriller sombre et palpitant qui alterne avec habileté entre le présent/le passé et différents protagonistes, tous différents les uns des autres : Marc et Claire Evans, un inspecteur qui a ses propres secrets, et une femme qui nous apparaît aussi mystérieuse que complètement dérangée. Devant des protagonistes dont la psychologie est aussi développée, complexe et nuancée, on jongle entre empathie, dégoût, tristesse, compréhension, agacement, émotion… Rien n’est figé dans le marbre : les inimitiés des débuts peuvent laisser place à une certaine indulgence, et l’empathie pour certains se muer en incrédulité, voire effroi. Attendez-vous donc à être surpris par les personnages et des révélations fracassantes qui vous donneront envie de revoir le roman et certains comportements sous un jour nouveau.

Grâce à la fluidité de sa plume et une gestion du suspense intelligente, l’autrice a su me captiver dès les premières pages d’autant que la narration dynamique incite à se laisser emporter par l’histoire. J’ai également apprécié la manière dont elle a réussi à soulever, sans aucune lourdeur, des réflexions intéressantes sur des thèmes universels. Il est ici question de ce sentiment de trahison et de vengeance qui pousse à toutes les folies, de préjugés et de cette discrimination bien trop souvent acceptée, de la dépendance de l’homme à la technologie (l’ombre de Steve Jobs planant autant dans cette dystopie que dans notre réalité), des fondations d’un couple, de mémoire, du poids de la vérité et du passé, du droit à l’oubli…

La vérité en tant que devoir de mémoire, un frein ou une condition sine qua non pour avancer dans la vie ? Une question que vous ne pourrez que vous poser en tournant la dernière page de ce page-turner que je recommande à tous les amateurs de thrillers dans lesquels sont mises à nu la complexité de l’âme humaine et la force des passions.

Découvrez le roman sur le site des éditions HarperCollins.

Les mots d’Hélio, Nancy Guilbert – Yaël Hassan

Je remercie les éditions Magnard de m’avoir permis de découvrir Les mots d’Hélio de Nancy Guilbert et Yaël Hassan.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Pour quelle mystérieuse raison Hélio, 15 ans, est-il confié à la famille Dainville à la suite d’un accident qui l’a privé de parole ?

Suite à un traumatisme crânien, Hélio, quinze ans, orphelin de père et passionné de sciences, ne réussit presque plus à communiquer. Sa capacité de réflexion est intacte, mais les mots se sont envolés.
Sa mère étant elle-même en état de choc depuis l’accident, Hélio est confié à une famille d’accueil, les Dainville, qu’elle avait désignée dans le cas où son fils se retrouverait seul.
Mila et Ruben, les enfants de la famille, l’accueillent chacun à leur manière, et pour Bianca, l’employée de maison, l’arrivée de ce garçon fait ressurgir de lointains souvenirs. Quel secret cache-t-elle à tous depuis des années ?
Chaque personnage, à tour de rôle, confie ses doutes et ses espoirs, se livre peu à peu. Et quand le passé fait irruption et libère les vérités enfouies, c’est une nouvelle famille qui se révèle…

Magnard jeunesse (juin 2019) – Dès 10 ans – 240 pages – Broché (12,90€)

AVIS

Ayant adoré Deux secondes en moins de Nancy Guilbert et Marie Colot, j’étais ravie de retrouver la jolie plume de Nancy, cette fois couplée avec celle de Yaël Hassan. Le duo fonctionne ici très bien puisqu’il s’avère bien difficile de distinguer les apports de chaque autrice dans cette très jolie histoire mettant en scène Hélio, un adolescent qui traverse un moment difficile.

Victime d’un dramatique accident, l’adolescent s’est réveillé du coma avec toutes ses facultés intellectuelles, mais des séquelles physiques et une incapacité à correctement s’exprimer. Quelle frustration pour ce dernier de tout comprendre sans pouvoir lui-même se faire entendre ! La situation est d’autant plus difficile à supporter que sa mère, elle-même toujours en état de choc plusieurs mois après l’accident, est dans l’incapacité de lui apporter le soutien dont il aurait terriblement besoin.

Entre les visites de ses deux meilleurs amis, les séances avec son kinésithérapeute, son orthophoniste et sa psychologue, l’adolescent a néanmoins trouvé un semblant d’équilibre jusqu’à ce qu’une nouvelle inattendue bouleverse sa vie. Il sera dorénavant placé sous la protection de la famille Dainville dont il n’a jamais entendu parler ! Les débuts seront difficiles, Hélio n’étant pas prêt à faire confiance à ces gens chez qui on l’a placé sans lui demander son avis. Les réactions des différents membres de la famille seront, quant à elles, assez variées : colère, méfiance, défiance pour Mila en pleine crise d’adolescence, inconfort et gêne pour les parents qui ne savent pas vraiment comment se comporter face à l’arrivée impromptue de cet adolescent handicapé dans leur vie, bienveillance pour Bianca, la gouvernante de la famille, et franc enthousiasme pour le petit dernier, Ruben.

L’alternance des points de vue entre les différents personnages permet de se familiariser en douceur avec leur personnalité, leurs craintes, leurs doutes, leurs attentes, leurs émotions, leurs réticences, ce qui crée un certain sentiment de proximité avec cette famille pour laquelle on ne peut que se prendre d’intérêt, si ce n’est d’affection.

La méfiance et les réticences des débuts feront heureusement place à d’autres sentiments quand, de fil en aiguille, les relations entre les différents personnages évoluent et que certaines complicités commencent à émerger. Il faut dire qu’avec un petit garçon aussi mignon, touchant, sensible, ouvert d’esprit et adorable que Ruben, difficile de ne pas fondre comme neige au soleil ! À fleur de peau, cet enfant apporte beaucoup de douceur, d’émotion, de fraîcheur et de sensibilité à ce récit. Enthousiaste à l’idée d’accueillir un nouveau membre dans sa famille, Ruben fera de son mieux pour se rapprocher d’Hélio malgré les barrières que ce dernier s’est efforcé d’ériger dès son arrivée. Mais rien ne résiste à la gentillesse de Ruben ni même à celle de Bianca.

Cœur de la maisonnée, cette femme au service de la famille depuis des années cache également des blessures qu’Hélio, sans le désirer, a ravivées. Mais loin d’en être peinée ou fâchée, elle va les embrasser à bras-le-corps et faire de son mieux pour apporter un peu de bien-être à Hélio enfermé dans sa bulle et prisonnier de sa colère. La colère, un sentiment que l’on ne peut que comprendre face aux épreuves que ces deux personnages, très différents mais unis par un sentiment de perte, ont traversées.

Mais parce que le passé est le passé et que rien ne sert de le rabâcher, Hélio va progressivement arriver à vaincre les sentiments négatifs qui l’assaillent et sortir de sa coquille abandonnant, au passage, ce surnom de bulle qui lui collait à la peau. Cela ne se fera pas sans peine, mais il pourra compter sur le soutien de son nouveau foyer. Même Mila, l’adolescente rebelle et peu avenante de la famille, finira par nouer une certaine complicité avec Hélio et développer, pour ce dernier, de la tendresse.

Un rapprochement entre les personnages réaliste et touchant d’autant qu’à mesure que les relations s’améliorent, le lecteur se rapproche de la réponse à une question qu’il se pose dès le début de l’histoire : pourquoi Hélio a-t-il été confié aux Dainville ? Pourquoi cette famille dont sa mère ne lui a jamais parlé tout comme elle a toujours refusé de dévoiler l’identité de son père ? Un suspense qui devrait beaucoup plaire aux enfants et les tenir en haleine.

Les adultes, quant à eux, ne devraient pas avoir de mal à trouver la réponse assez rapidement, mais peu importe, l’essentiel n’étant pas là mais plutôt dans la beauté du texte, des émotions qu’il suscite et dans la pluralité des thèmes abordés : le deuil, aussi bien d’une personne que d’une vie, la résilience, l’idée de seconde chance, la notion de famille et d’amour familial, le harcèlement scolaire, le handicap, la tolérance, l’entraide, l’espoir… Un épisode tragique et révoltant de l’histoire de l’Argentine est également évoqué de manière très pudique. Je n’en dirai pas plus sur ce point si ce n’est que découvrir l’épreuve traversée par Bianca m’a beaucoup émue et laissée admirative devant sa capacité à aller de l’avant malgré l’incertitude et la douleur. À travers ce personnage de fiction, les autrices mettent à la portée de tous un fait peu connu en France, et offrent, d’une certaine manière, un hommage à ces mères courages…

Malgré la dureté de certains sujets, aucun pathos n’est à déplorer, les autrices les évoquant avec simplicité, naturel, et beaucoup de justesse, de délicatesse et de sensibilité. Une fois la dernière page tournée, vous n’aurez qu’une envie, celle de sourire à la vie, car si elle peut se révéler parfois difficile et fourbe, elle réserve également de belles rencontres et de beaux moments. Il ressort donc beaucoup de positivité de cette histoire que j’ai lue d’une traite complètement happée par ce récit à plusieurs voix que les autrices ont su rendre accessible, prenant et très agréable à lire.

En plus d’un très bon travail sur le fond, la forme est également soignée, le roman bénéficiant d’une jolie mise en pages avec quelques illustrations nous permettant d’apprécier les talents artistiques d’Hélio.

20190712_074541-1.jpg

Celui-ci a une passion originale pour son âge, la botanique, et une habitude que j’ai adorée, associer chaque personne à une plante/fleur et faire un dessin de ces associations pleines de saveur. Une des facettes de l’adolescent que l’on prend plaisir à découvrir et qui le rend attendrissant tout comme l’amour qu’il porte à sa mère malgré son absence et ses silences passés et présents. Peut-être une manière délicate et éclairée pour les autrices de montrer la solidité des liens parents/enfants, car si les adultes aussi peuvent faillir, cela ne remet pas en question l’amour qu’ils portent à leurs enfants.

En conclusion, Nancy Guilbert et Yaël Hassan s’unissent pour nous offrir ici une très jolie histoire, celle d’un adolescent comme les autres qui sera confronté à une situation difficile à laquelle rien ne pouvait le préparer. Blessé dans sa chair et son âme et poussé dans ses retranchements, il finira néanmoins par s’ouvrir aux autres et découvrir chez les Dainville bien plus qu’un lieu d’accueil, une famille. Voici donc un récit plein d’émotions et de sensibilité dans lequel il est question de rencontres, d’entraide, de famille et de secret, de handicap, de tolérance, de résilience, et de ce souffle de vie qui permet de soulever des montagnes et de sortir de sa bulle…

Découvrez un extrait sur le site des éditions Magnard jeunesse.

Conte d’Ocitarina, Zélie Jumel

Conte d'Ocitarina

Je remercie Évidence éditions de m’avoir permis de découvrir Conte d’Ocitarina de Zélie Jumel qui, en plus d’être autrice, tient le blog Les livres de Zélie.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Jeanne est une coquette princesse de 17 ans, d’Ocitarina, un royaume autosuffisant.
L’Ocitarine, fruit miraculeux est très convoité.
Jeanne est l’Héritière. Une grande charge repose sur ses épaules. Néanmoins, une menace approche.
Trouvera-t-elle qui lui veut du mal avant qu’il ne soit trop tard ?
Trouvera-t-elle autre chose ? L’amitié, l’amour,…
Les apparences sont parfois trompeuses.
La princesse doit faire très attention…

Évidence Éditions – 232 pages – Broché (20€) – Ebook (4,99€)
Illustrations : Corentin Lecorsier 

AVIS

Dans ce joli conte qui, grâce à sa sublime couverture, avait attiré mon attention depuis un moment, nous faisons la connaissance d’une princesse de dix-sept ans, Jeanne, et de son père, un roi apprécié de son peuple sur lequel il veille avec justesse et bonté. Le père et la fille, très proches, ont développé une relation de confiance et de respect. Contrairement à nos souverains européens et à leur tradition des mariages arrangés, le père est donc bien décidé à laisser sa fille choisir son futur époux, le moment venu.

Mais plus préoccupée par les jolies toilettes que le mariage, Jeanne n’en est pas encore à prendre une telle décision bien que l’arrivée d’un nouveau maître tailleur au château, maître Paul, ne la laisse pas indifférente… La princesse apprécie ainsi grandement ce nouveau venu doté d’un physique agréable et d’une conversation intéressante. À défaut de ces voyages dont elle rêve, mais que son protecteur de père lui refuse, Maître Paul lui offre quelques moments d’évasion bienvenus.

Une vie joyeuse et insouciante, bien que parfois un peu frustrante, qui sera menacée par une tentative d’empoisonnement. Devant le danger, le roi va placer sa fille unique sous la surveillance et la protection d’un jeune et courageux soldat, Hector, pour lequel on développe d’emblée une réelle sympathie. En plus d’assurer sa sécurité le plus discrètement et efficacement possible, il développe pour la princesse une grande admiration et une totale dévotion. Sa présence rassurante ne suffira néanmoins pas à éviter un nouvel incident… En attendant que les choses rentrent dans l’ordre, la princesse doit alors assurer un rôle pour lequel elle n’est pas encore prête, celui de reine.

Inquiète à l’idée d’être sur le devant de la scène et de devoir prendre des décisions qui impacteront l’avenir de son royaume, Jeanne sera heureusement épaulée par des personnes, pour la plupart, bienveillantes… Un soutien d’autant plus précieux qu’une question demeure : qui sont ces deux personnes mystérieuses qui complotent contre la princesse et qui essaient, par tous les moyens, de la déstabiliser que ce soit par des attaques directes ou indirectes ? Quel est leur véritable objectif ? Le royaume prospère d’Ocitarina est-il en danger ?

Une série de questions qui apporte un certain suspense même si les adultes ne devraient pas être très surpris par le retournement de situation final. Ce n’est pas gênant en soi, l’autrice arrivant à nous immerger totalement dans son histoire. On prend donc grand plaisir à suivre les différentes péripéties qui s’enchaînent rapidement et à suivre l’évolution de la princesse. Peut-être un peu frivole en tout début de livre, Jeanne prend très vite la mesure de la tâche qui lui incombe, et s’attèle du mieux qu’elle le peut pour être à la hauteur des attentes de son peuple et de son père qu’elle aime beaucoup.

Forte, intelligente et capable de prendre du recul, cette jeune femme offre un joli modèle qui devrait inspirer les enfants, et leur montrer que même quand les obstacles semblent trop grands, il est toujours possible de prendre son destin en main. Les jeunes lecteurs devraient également se sentir proches d’elle, car si elle a du caractère et sait prendre des décisions quand la situation le requiert, elle n’en demeure pas moins très humaine. Comme tout le monde, elle commet des erreurs et peut être aveuglée par les apparences, mais c’est aussi ce qui la fait grandir… 

L’autrice nous offre ici une jolie histoire dans laquelle l’amitié a toute son importance tout comme l’amour, un sentiment auquel la princesse s’éveille doucement. Vous savez probablement que la romance et moi, ce n’est pas le grand amour, mais ici, cela ne m’a pas dérangée. D’une part, nous sommes dans un conte, et le genre se prête à merveille à la naissance des premiers amours, et d’autre part, il n’y a rien de mièvre ou de trop appuyé. Au contraire, j’ai trouvé les personnages très touchants dans la découverte de leurs sentiments, et devant ces émotions, parfois confuses, qui peu à peu les gagnent.

En tant qu’adulte, la fin m’a peut-être semblé un peu rapide et facile sans que cela ne soit dérangeant. J’ai d’ailleurs eu l’impression de replonger dans ces contes qui ont bercé mon enfance et dont je ressortais le sourire aux lèvres et le cœur empli de belles émotions. Je ne doute pas que les enfants prennent beaucoup de plaisir à découvrir cette histoire qui, cerise sur le gâteau, bénéficie de jolies illustrations signées Corentin Lecorsier. En plus du côté esthétique, elles facilitent indéniablement l’immersion dans le récit.

ContesdOcitarina.jpg

Quant à la plume de l’autrice, elle devrait plaire à un large public : des enfants, enchantés par son accessibilité, aux adultes qui savoureront sa poésie et sa fluidité. À cet égard, j’ai particulièrement apprécié les descriptions qui, tout en restant synthétiques, sont pleines de poésie. Elles permettent d’ailleurs, au même titre que les illustrations, de se plonger pleinement dans l’histoire et l’univers qui prend vie sous nos yeux.

Mention spéciale pour un personnage à quatre pattes que j’ai adoré et qui, enfant, m’aurait fait fondre au point de me donner envie de lire et relire le livre. En plus de nous attendrir, ce personnage permet à l’autrice de subtilement inculquer l’amour et le respect des animaux de compagnie, sa maîtresse le traitant avec beaucoup de délicatesse.

En conclusion, grâce à un style tout en finesse qui n’en demeure pas moins très accessible, Zélie Jumel réunit petits et grands lecteurs autour de l’amour des contes, des princesses et des belles histoires d’amour et d’amitié ! Bénéficiant de jolies illustrations et auréolé d’un certain mystère, Conte d’Ocitarina vous réserve un très beau moment de lecture dans la lignée des contes de notre enfance, une pointe de modernité en plus. À lire et à relire seul ou en famille !

À noter que dans une volonté affichée de la maison d’édition de rendre la lecture accessible à tous, la police d’écriture est adaptée aux personnes dyslexiques.

Retrouvez le roman sur le site d’Évidence Éditions.

Site de l’autricePage FB de l’autricePage FB de l’illustrateur

Les Rats de Hamelin, Jean-Christophe Chaumette

Je remercie Évidence éditions de m’avoir permis de découvrir Les Rats de Hamelin de Jean-Christophe Chaumette dans le cadre du Crazy Books Day.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Chargé de fournir aux États-Unis une arme révolutionnaire, John Dougherty se heurte à deux difficultés majeures : Eli Weisman, le seul scientifique capable de doter des robots de combat d’un cerveau efficace, est un pacifiste cocaïnomane réticent à aider les militaires ; et Paul Teofinua, favori des élections présidentielles à venir, rêve de désarmement mondial.
Tandis que Dougherty et Weisman, tous deux convaincus d’œuvrer pour le bien commun, s’opposent sans relâche, Paul Teofinua se rapproche de la victoire finale.
Mais la menace qui plane réellement sur l’humanité n’est ni celle imaginée par John Dougherty le nationaliste ni celle redoutée par Eli Weisman l’antimilitariste. Personne n’est capable de la prévoir.

Évidence éditions – 456 pages – Broché (19,99€) – Ebook (7,99€)

AVIS

Aimant beaucoup la légende du joueur de flûte de Hamelin, le titre du roman m’a tout de suite donné envie de découvrir l’histoire proposée par un auteur que je ne connaissais que de nom, Jean-Christophe Chaumette. S’il m’a fallu la fin du roman pour vraiment comprendre le choix du titre, je le trouve très pertinent.

Cette histoire, je l’ai dévorée très vite happée par l’écriture de l’auteur qui est un parfait équilibre entre fluidité, précision et immersion. On sent une parfaite maîtrise de la langue et une volonté de coller au plus près de l’intrigue, des personnages et de leur vie mouvementée. Car je peux vous dire qu’avec Les Rats de Hamelin, vous ne risquez pas de vous ennuyer, l’auteur réservant à ses personnages moult péripéties et aventures, plus ou moins agréables, mais toujours imprévisibles.

Très rythmé, les actions s’enchaînant rapidement, ce roman nous plonge dans la vie de personnages très différents autant en termes d’idéaux que de personnalité. Quand John Dougherty est prêt à tout pour s’assurer de la suprématie des États-Unis sur le reste du monde, Eli Weisman est, quant à lui, un scientifique pacifique et passablement accro à la drogue, le seul moyen qu’il a trouvé pour faire taire ce terrible cauchemar qui hante ses nuits depuis son enfance. Victime d’un abject chantage, Eli est néanmoins contraint de collaborer avec Dougherty afin de mettre son extrême intelligence au service de l’armée américaine.

L’enjeu est de taille : révolutionner l’art de la guerre en s’appuyant sur la robotique pour maximiser les pertes chez l’ennemi tout en limitant les morts du côté américain. Si l’idée d’une armée de robots a d’abord laissé sceptique Forrester, le gradé s’est vite rangé du côté du progrès… Même s’il semble moins dangereux et extrême que Dougherty, Forrester reste profondément attaché à son pays quitte à prendre quelques largesses avec la morale pour le protéger des dangers, quelle qu’en soit leur nature.

Et les menaces ne manquent pas entre les pays hostiles aux Etats-Unis et cette menace intérieure, repérée avant tout le monde par Dougherty, qui se fait de plus en plus pesante. Elle prend la forme d’un candidat à la présidence qui semble, comme par miracle, conquérir le cœur des Américains et même de ceux qui devraient le haïr : les industriels de l’armement. Paul Teofinua a, en effet, basé son programme sur le désarmement nucléaire, un objectif qui ne rencontre pas la levée de boucliers à laquelle on aurait pu s’attendre. Quel est donc le secret de cet homme qui arrive à faire accepter l’inacceptable à la plus grande nation du monde et à ses industriels ?

Prophète des temps modernes qui œuvre pour le bien de l’humanité ou dangereux personnage qui menace la grandeur des États-Unis en l’affaiblissant comme le pense Dougherty ? Et derrière cet écran de respectabilité que rien ne semble pouvoir entacher malgré une vie privée passée au crible, Paul Teofinua est-il vraiment l’homme qu’il prétend être ? Non, si l’on se fie à sa fille aînée qui ne reconnaît plus son propre père depuis sa rencontre avec un docteur et ses méthodes de guérison alternatives qui ont conduit un père de famille mourant à se transformer en un combattant acharné pour la paix…

L’auteur a réussi à faire de Paul Teofinua un personnage fascinant car très difficile à appréhender. Il intervient très peu dans le roman, mais il l’imprègne de son aura et laisse son ombre planer, une ombre qui se veut tout à tour synonyme d’espoir et de danger. Le mystère et le suspense autour de cet homme sont probablement ce qui m’a le plus tenue en haleine et fait tourner les pages avec cette envie irrépressible de faire tomber le masque, si masque il y a… On ne peut donc s’empêcher de formuler différentes hypothèses pour expliquer le comportement de cet idéaliste et son envie de dénucléarisation qui remet totalement en cause l’équilibre du monde. Quel est son véritable objectif, la paix ou quelque chose que personne n’aurait pu anticiper ni même imaginer ?

Une question qui nous obnubile jusqu’à la fin et quelle fin ! Après le premier choc et un « mais c’est quoi ce délire ?  » qui ne manquera pas de vous traverser l’esprit, on ne peut que se dire que l’auteur a su nous balader de la première à la dernière ligne. À la manière d’un prestidigitateur, il a veillé à détourner notre attention pour mieux nous éblouir par une fin totalement inattendue et choc ! Il m’a fallu quelque temps pour la digérer et j’ai été aidée en cela par un des meilleurs épilogues que j’ai pu lire. Avec subtilité et à travers la voix de l’un de ses personnages, l’auteur arrive à nous faire comprendre son cheminement de pensée et à induire une réflexion sur le nucléaire, l’état du monde, la nature humaine et sa propension à la destruction. Je n’en dirai pas plus sous peine de gâcher la puissance de la fin et du message, mais je peux néanmoins vous dire qu’avec une telle conclusion, je ne suis pas prête d’oublier cette histoire.

Au-delà de la fin, le roman ne manque pas d’atouts : des citations de chansons qui rythment le récit et participent à l’ambiance, une plongée dans les arcanes des services secrets et de ces organisations travaillant dans l’ombre pour le bien d’un pays, la présence de la technologie et la révolution que celle-ci engendre dans les guerres et les questions éthiques que cela soulève, une petite immersion dans la culture polynésienne, une critique sous-jacente de l’hégémonie américaine et des comportements parfois plus que discutables de cette puissance… Des points qui apportent une richesse indéniable à l’intrigue.

À cela s’ajoute l’alternance de points de vue bien maîtrisée qui nous fait entrer de plain-pied dans la vie des personnages principaux, mais aussi secondaires, Eli ayant la chance d’être soutenu par des amis qui, chacun à leur manière, l’aideront à faire face à une situation qui va vite le dépasser. Il faut dire que l’auteur a su insuffler à son récit cette ambiance complotiste qui pousse certains personnages dans leurs retranchements. Dans cette histoire pleine de rebondissements où les rôles s’inversent vite, difficile en effet d’anticiper les événements ce qu’apprendront à leurs dépens certains protagonistes… À cet égard, j’ai été plus qu’horrifiée par un homme, qui n’en porte que le nom, dont les pensées et les exactions font froid dans le dos d’autant qu’elles sont basées sur une idéologie qui a fait beaucoup de victimes et qui continue à gangréner les esprits.

En conclusion, à la croisée du thriller, du roman d’action et de science-fiction, Les Rats de Hamelin est un roman très cinématographique qui vous offrira un bon divertissement empli de suspense, d’action et de rebondissements. En plus d’une intrigue immersive qui vous tiendra en haleine, les événements s’accélérant à mesure que l’on approche du dénouement, le roman pose les bases d’une réflexion pleine de justesse sur l’homme et sa capacité de destruction…

Retrouvez le roman sur le site d’Évidence éditions.

La nostalgie du sang, Dario Correnti

Je remercie Babelio et les éditions Albin Michel pour m’avoir permis de découvrir les épreuves non-corrigées de La nostalgie du sang de Dario Correnti.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Une série de crimes sauvages bouleverse Bottanuco, une petite ville du nord de l’Italie. Des cadavres de femmes mutilées, des signes de cannibalisme, des aiguilles disposées comme dans un rituel magique et une mystérieuse inscription ensanglantée sur le lieu du crime : «ViVe». Alors que la police se perd dans des fausses pistes et que l’insaisissable meurtrier continue de frapper, deux journalistes enquêtent sur l’affaire : Marco Besana, un grand reporter menacé de retraite anticipée, et Ilaria Piatti, une stagiaire méprisée de la rédaction mais incroyablement douée pour traquer les coupables.
C’est Ilaria qui réalise qu’il pourrait s’agir d’un imitateur de Vincenzo Verzeni, le tout premier tueur en série italien à la fin du XIXe siècle. Qu’est-ce qui peut bien relier les victimes à ce tueur mort il y a plus d’un siècle ?
Une enquête à couper le souffle.

Albin Michel (29 mai 2019) – 528 pages –  Broché (22,90€) – Ebook (15,99€)
Traduction : Samuel Sfez

AVIS

Avec ses chapitres courts et rythmés, et une alternance présent/passé efficace, La nostalgie du sang est un thriller entraînant qui happe l’attention des lecteurs dès les premières pages. À mesure que l’on remonte la piste d’un tueur en série sanguinaire qui a la fâcheuse tendance de massacrer le corps de ses victimes avant de s’adonner au cannibalisme, on retrace l’histoire du premier tueur en série qui a sévi en Italie au XIXe siècle, Vincenzo Verzeni. Deux tueurs, deux époques différentes, mais un même mode opératoire. A-t-on affaire à un simple copycat ou à un individu avec ses propres motivations et/ou névroses ?

Une question, parmi tant d’autres, que ne pourront que se poser les deux journalistes en charge de l’affaire, Marco Besana, spécialiste des affaires criminelles et Ilaria Piatti, une stagiaire à l’avenir incertain, son contrat ayant pris fin sans qu’aucune proposition d’embauche ne lui ait été proposée. Il faut dire qu’en ces temps de restrictions budgétaires, une stagiaire mal fagotée, assez maladroite et dépourvue du fameux papier rose ne suscite guère d’enthousiasme parmi la direction…

Heureusement que la pugnacité d’Ilaria, sa capacité de travail prodigieuse (miracle de la caféine ?), son intelligence et ses talents de déduction n’échapperont pas à Besana qui finira par la prendre sous son aile. Tout au long de leur collaboration, il aura à cœur de lui apprendre les ficelles du métier et surtout, la nécessité de prendre de la distance… Une chose difficile pour la jeune femme qui reste hantée par un événement traumatisant de son passé. Celui-ci explique probablement son appétence, frisant parfois l’obsession, pour les affaires criminelles et son envie presque maladive de rendre justice aux victimes.

Une envie qui va fortement guider sa pratique du journalisme et que seul le côté plus rationnel et froid de Besana viendra contrebalancer. C’est que pour faire face aux scènes de crime, au sang, à toute cette haine, cette violence et cette folie humaine qu’un journaliste d’investigation côtoie dans sa carrière, il faut s’endurcir et bien avoir la tête sur les épaules. Question de survie, ce que va intégrer notre apprentie journaliste qui, petit à petit, va arriver à mettre de côté sa sensibilité à fleur de peau ! La condition sine qua non pour réussir dans ce métier pour lequel elle semble prédestinée…

La dynamique autour du duo Besana/Ilaria est intéressante, leurs différences de vie et de caractère les rendant parfaitement complémentaires. Si on a bien le schéma typique du protagoniste bourru qui a roulé sa bosse et du bleu au passé tourmenté qui fait ses armes, j’ai trouvé que le duo dégageait une certaine fraîcheur, peut-être en raison de la personnalité très fille d’à côté, limite empotée, d’Ilaria. Grande gaffeuse dans l’âme, j’avoue d’ailleurs avoir pas mal ressenti d’empathie pour cette dernière d’autant que son histoire familiale ne peut laisser indifférente. Quant à Besana, on le voit évoluer grâce à cette femme qui lui fournit l’impulsion nécessaire pour remettre de l’ordre dans une vie personnelle partie en déliquescence. 

L’enquête, quant à elle, est dans la lignée des bons thrillers, c’est-à-dire rythmée, efficace et sous tension. Le parallèle entre notre tueur en série et un tueur d’anthologie fait monter la pression et apporte pas mal de suspense. Mais petit à petit, l’auteur brouille les pistes et nous laisse entrevoir une autre réalité, celle d’une personne dérangée qui ne suit aucun agenda si ce n’est le sien. Devant l’accumulation des meurtres et cette impression d’un tueur tellement passe-partout qu’il en devient insaisissable, une certaine parano finit par s’installer… Après tout, le monstre pourrait se cacher en n’importe qui, du gentil beau-frère qui cache un secret, à cet individu que l’on ne remarque que lorsqu’il est trop tard.

L’anxiété monte d’un cran, notamment pour nos deux journalistes qui, en progressant dans leur enquête, flirtent avec le danger. Cette tension croissante mettra le cœur des lecteurs à rude épreuve, mais elle permettra également à un personnage de vraiment se révéler. À cet égard, j’ai apprécié son évolution, mais j’ai quelque peu regretté qu’elle donne lieu à une fin qui aurait mérité d’être un peu plus développée… Cela ne m’a pas empêchée d’apprécier la tournure prise par les événements, l’auteur nous prouvant qu’il n’y a pas besoin de tomber dans le spectaculaire pour marquer les lecteurs et leur offrir une fin solide.

Si l’intrigue est parfaitement calibrée pour offrir un moment de lecture prenant et immersif, peut-être un peu trop au regard de certains détails sur le cannibalisme, elle permet également de faire un rapide état des lieux d’une Italie en pleine mutation, et du métier de journaliste qui a connu, notamment en raison de l’avènement des réseaux sociaux et d’internet, de profonds changements. À côté de cette nostalgie du sang qui réunit nos deux journalistes, il y a donc aussi cette nostalgie d’un certain journalisme d’investigation qui a laissé progressivement sa place à un journalisme de l’instantanéité dans lequel on se doit d’être sur tous les fronts, tout le temps, quitte à faire passer la qualité et l’authenticité de l’information au second plan.

Autre point intéressant de cette enquête dans laquelle notre duo tirera son épingle du jeu par rapport à des forces de police dépassées par la psyché de notre tueur en série, les sauts dans le passé qui permettent de se rendre compte de l’évolution des méthodes d’investigation criminelles qui, au fil du temps, sont devenues de plus en plus scientifiques, précises et fiables.

En conclusion, porté par deux journalistes très différents, mais parfaitement complémentaires et attachants, La nostalgie du sang est un thriller efficace, plein de tension et rythmé qui joue avec habilité sur l’alternance présent/passé, et sur la ressemblance entre deux tueurs en série séparés par les années, mais réunis par une même soif de sang. En plus d’une enquête menée tambour battant qui vous réservera quelques sueurs froides et vous fera tourner les pages avec entrain, l’auteur fait également le pari réussi d’apporter une certaine profondeur à son récit en l’ancrant dans une Italie où modernité et tradition se côtoient, et dans laquelle le métier de journaliste a connu de profondes mutations… pour le meilleur et pour le pire.

Découvrez un extrait du roman sur le site des éditions Albin Michel.

L’industrie du bonheur, Mathilde Chabot

L'Industrie du bonheur par [Chabot, Mathilde]

Je remercie Mathilde Chabot de m’avoir permis de découvrir son très joli roman L’industrie du bonheur.

PRÉSENTATION AUTEURE

Catherine ne se résout pas à faire le même métier que tout le monde. Maïwenn souffre de maltraitances psychologiques. Lorsque le destin les fait se rencontrer, la première rêve de devenir raccommodeuse de sourire, alors que le sourire de la seconde est porté disparu. Cet heureux hasard prend place sous le toit d’un inventeur bariolé, ex-horloger – désormais praticien en bobologie et mauxrologie à ses heures –, et de sa femme, une écrivaine un peu particulière.

Auto-édition (18 mars 2019) – 220 pages – Broché ( 9,80€) – Ebook (2,99€)
Emprunt abonnement Kindle possible – Illustrations : Didier Chabot

AVIS

Après une superbe préface de Didier Chabot qui laisse entrevoir toute la beauté et la poésie de ce roman, on fait la connaissance de deux fillettes, Catherine Manon dont l’histoire derrière le nom et le prénom est très touchante, et Maïwenn. Malgré des vies très différentes et des personnalités diamétralement opposées, elles vont, grâce à leur rencontre avec un personnage haut en couleur, se lier d’amitié.

Mais avant d’en arriver à cette proximité, elles devront passer de l’enfance à la vie de jeune adulte, ce qui ne se fera pas sans heurt pour Maïwenn dont l’enfance est marquée par la violence. Alors que sa mère aurait dû lui offrir cet amour inconditionnel qui permet d’avancer avec sérénité dans la vie, elle va lui apporter haine, méchanceté, violence… Une maltraitance psychologique cruelle que l’on découvre grâce au carnet de la fillette qui couche sur le papier ce qu’elle n’arrive pas encore à exprimer à l’oral : la souffrance, l’angoisse, le mal-être, la peur…

Si Maïwenn enfant était isolée dans sa peine, Maïwenn jeune adulte pourra, quant à elle, compter sur le soutien de ces personnes au grand cœur que le destin va mettre sur son chemin : un ex-horloger, Stephen, sa femme, une écrivaine d’un genre spécial, et Catherine. Ces derniers lui offriront ce qu’elle n’a jamais eu, un foyer stable, doux, aimant, et respectueux de son individualité, qui la laisse avancer à son rythme et évacuer toutes ces larmes trop longtemps contenues. Forte d’un cadre de vie plus serein et chaleureux, Maïwenn trouvera alors dans l’écriture un moyen de panser les blessures du passé et de se reconstruire avant de s’épanouir.

Malgré le début de vie difficile de Maïwenn, le livre ne sombre jamais dans le pathos ni le larmoyant, bien au contraire. Dénué de ce ton dogmatique que l’on peut parfois reprocher au genre, ce roman a des airs de feel-good qui vous donne envie de vous raccrocher au positif, de voir le bonheur dans les petites choses de la vie et de sourire avec le cœur. Et ça, c’est indéniablement l’effet Stephen Skye, praticien en bobothérapie, mauxrologue et inventeur bariolé ! Son métier : apporter du bonheur aux personnes qui en ont besoin. Son arme : son écoute, sa bienveillance, et son imagination débordante de laquelle émergent des inventions quelque peu farfelues, mais merveilleusement efficaces. J’ai eu un véritable coup de cœur pour ce personnage atypique, chaleureux et plein d’humanité ainsi que pour sa femme qui, bien que plus discrète, possède une réelle capacité d’empathie… 

Ce « docteur » des âmes en peine et des cœurs cabossés ne pouvait qu’attirer l’attention de Catherine qui, depuis son enfance, refuse d’entrer dans les cases, et de choisir un métier non porteur de sens. Elle n’aspire qu’à rendre les gens heureux et à raccommoder les sourires. Mais dans un monde hyper-formaté où chacun doit entrer dans une case sous peine d’exclusion, sa volonté de s’engager dans l’industrie du bonheur ne suscite pas un grand enthousiasme… Mais peu importe à Catherine qui, du haut de ses 18 ans, sait ce qu’elle désire vraiment faire dans la vie et n’est pas prête à céder devant l’incompréhension de ses parents ou l’opprobre d’une société mercantile qui ne reconnaît l’épanouissement personnel que dans la consommation à outrance.

Avec un peu de débrouillardise et d’imagination, elle arrive donc à effectuer un stage chez Stephen où elle apprendra à observer, à écouter et à accompagner les personnes qui en ont besoin. Sympathique, optimiste, forte et déterminée, Catherine est un personnage attachant dont j’ai pris plaisir à suivre l’apprentissage chez Stephen, un homme qui a su remettre en question sa vie à un moment où elle ne lui convenait plus afin de trouver sa voie, celle qui le rendrait véritablement heureux.

J’aurais souhaité découvrir un peu plus d’inventions de notre très sympathique inventeur et m’émerveiller plus longuement devant son imagination, mais cela ne m’a pas empêchée d’apprécier cet ouvrage qui bénéficie d’ailleurs d’un très beau travail d’édition : une jolie couverture dont la douceur et les différents éléments reflètent parfaitement l’histoire, une couverture soft touch très agréable, des débuts de partie introduits par une citation et une illustration, des extraits de documents…

Mais la vraie richesse de ce roman réside dans les nombreuses et intenses émotions qu’il suscite ainsi que dans la très belle plume de l’autrice. Immersive et empreinte de poésie, elle possède une fluidité et une élégance qui poussent le lecteur à se laisser bercer par la musicalité des mots que l’on sent choisis avec soin. Si on ajoute à cela une narration alternée et dynamique entre le point de vue de Catherine et de Maïwenn qui, à mesure qu’elle reprend goût à la vie, arrive à faire entendre sa voix au-delà de ses écrits, on obtient un récit qui se lit tout seul ou presque.

On appréciera également les nombreuses thématiques abordées de manière simple, mais avec beaucoup de justesse et de sensibilité : les relations enfants/parents, le poids des mots sur les maux, la quête de sens et d’identité, la notion de bonheur, le deuil d’une relation espérée mais jamais nouée, la manipulation, la maltraitance infantile, la résilience…

En conclusion, à travers la rencontre entre un couple atypique au grand cœur, une battante refusant d’entrer dans ces cases qui rassurent, mais ne rendent pas heureux, et une jeune adulte meurtrie par une mère qui n’en porte que le nom, l’autrice nous offre une histoire pleine de sensibilité, d’émotions, d’humanisme, de bienveillance et de poésie… Un livre qui met du baume au cœur et à l’esprit et qui vous laisse cette impression que chacun d’entre nous devrait avoir la chance de rencontrer, au moins une fois dans sa vie, un inventeur bariolé praticien en bobologie et mauxrologie.

Feuilletez/découvrez le roman sur Amazon
Suivez l’autrice sur Instagram