Orgueil et préjugés, version manga ou le cas typique d’un livre difficile à noter

Orgueil et Préjugés

Lorsque Monsieur Bingley, jeune homme riche et célibataire vient s’installer à Netherfield accompagné de son ami Monsieur Darcy, c’est Madame Bennet et ses cinq filles à marier les premières averties ! Car chacun sait qu’un célibataire pourvu d’une belle fortune doit avoir envie de se marier ! Découvrez cette superbe adaptation en manga du mondialement connu chef-d’œuvre de Jane Austen. Tout l’humour et le romantisme de l’original y sont parfaitement éclairés par un dessin riche et somptueux

Soleil (23/11/2016 ) – Scénariste : King Stacy – Illustrateur : PoTse – 368 p.

AVIS

Si vous me suivez régulièrement sur le blog, vous savez peut-être qu’Orgueil et préjugés de Jane Austen est l’un de mes livres préférés. Je lis donc toujours avec impatience, excitation et crainte les livres qui tournent autour de cette œuvre. Et cette adaptation en manga n’a pas échappé à la règle…

Pour une fois, je ne vais pas vous en faire une chronique détaillée parce que d’une part, Orgueil et préjugés est assez connu pour que beaucoup d’entre vous en connaissent au moins la trame, et d’autre part, j’aimerais me focaliser sur un autre aspect : la difficulté de noter certains livres.

Je ne note plus mes lectures sur le blog, le côté scolaire me gênant, mais je continue à le faire sur les réseaux car c’est un critère pour mieux organiser mes chroniques, du moins, c’est ainsi que je le perçois. Mais il arrive que noter un livre devienne un vrai casse-tête, le lecteur étant partagé entre son ressenti en fonction de ses attentes et les qualités intrinsèques du livre. Et c’est ce qui s’est passé pour moi avec cette adaptation en manga.

Ce manga est bon, voire très bon, mais il ne m’a pas, pour autant, transportée. Un paradoxe dont j’ai perçu, au fil de ma lecture, les raisons. J’adore Orgueil et préjugés parce qu’il forme un tout : une critique sociétale sous fond d’humour et d’amour, le tout relevé par la plume caustique de Jane Austen et son acuité pour percevoir l’âme humaine. Privée de l’un de ces aspects, l’histoire perd, du moins pour moi, de sa force et de sa portée.

Or, même si le contexte historique est conservé et que l’on a quelques critiques sociétales sous-jacentes, cette adaptation graphique se concentre principalement sur la romance. N’étant pas une inconditionnelle du genre même si je commence à l’apprécier, je n’ai donc pas réussi à me sentir totalement impliquée dans ma lecture… Ceci n’est pas un point négatif dans la mesure où l’éditeur précise clairement dans son résumé que c’est un choix voulu et assumé. En attaquant le manga, je savais donc à quoi m’attendre.

D’ailleurs, si on aime les romances historiques et les mangas, je pense sincèrement que cet ouvrage devrait vous ravir : les personnages sont attachants et hauts en couleur pour certains, les décors et les dessins sont sublimes et les détails permettent une réelle immersion dans l’histoire, les principaux freins à l’amour entre Elizabeth et Darcy bien restitués, la complicité entre l’héroïne et sa sœur Jane toujours aussi forte et belle, les émotions au rendez-vous…

La scénariste et l’illustratrice ont même réussi à rendre Lydia encore plus agaçante que dans le roman : son égocentrisme, son égoïsme, sa frivolité, son manque de bon sens transparaissant à chacune de ses apparitions… J’ai également aimé la manière dont a été scénarisée Mme Bennet qui garde son côté « obnubilée par le mariage de ses filles », mais dont la représentation graphique tout en rondeur adoucit ce trait de caractère.

Toutefois, si vous êtes un fan de l’œuvre originale, certains points pourraient, comme ce fut le cas pour moi, vous perturber. Il y a d’abord le rôle minoré de la sœur de Darcy ce que j’ai trouvé fort dommage même si je comprends sans problème que l’autrice a dû opérer des choix. Mais j’ai surtout regretté le lissage de la personnalité de Lizzie et de Darcy qui m’ont semblé bien ternes par rapport à la version originale. Lizzie perd son sens de la répartie qui est, pour moi, l’atout charme de l’histoire et Darcy se transforme bien vite en amoureux incompris et éconduit…

J’ai donc eu l’impression qu’on tombait tout simplement dans une banale histoire d’amour avec le beau gosse de service riche et taciturne qui se rend compte que la fille qu’il a jusqu’à maintenant dénigrée est un petit bijou qui ne demande qu’à être poli. Un schéma qui ne me convient guère quand il est brut comme ici, mais qui devrait ravir le cœur des amateurs de romance.

En conclusion, cette version graphique d’Orgueil et préjugés est très bonne si l’on souhaite (re)découvrir l’histoire originale uniquement d’un point de vue romantique. L’autrice a su restituer avec précision les étapes marquantes de la relation entre Elizabeth et Darcy et l’illustratrice les sublimer. En revanche, si vous aimez les romances se déroulant dans un contexte sociétal et historique bien exploité et/ou que vous espérez retrouver l’humour présent dans l’œuvre de Jane Austen, vous pourriez rester sur votre faim…

Throwback Thursday Livresque #145 : romantique

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Lisant peu de romance, j’ai tout de suite pensé à Orgueil et préjugés, mais vous ayant déjà parlé à maintes reprises de ce roman, j’ai préféré me tourner vers son adaptation graphique.

« Lorsque Monsieur Bingley, jeune homme riche et célibataire, vient s’installer à Netherfield accompagné de son ami Monsieur Darcy, c’est Madame Bennet et ses cinq filles à marier les premières averties ! Car chacun sait qu’un célibataire pourvu d’une belle fortune doit avoir envie de se marier. Découvrez cette superbe adaptation en manga du chef-d’œuvre mondialement connu de Jane Austen. Tout l’humour et le romantisme de l’original y sont parfaitement éclairés par un dessin riche et somptueux. »

POURQUOI CE CHOIX ?

La chronique de ce livre est dans mes brouillons depuis des mois non pas par censure, mais parce que j’ai toujours un avis plus urgent à publier. Ne désirant pas me répéter, je dirai juste que j’ai apprécié ce manga et notamment ses très belles illustrations. J’ai, néanmoins, regretté que toute la critique sociétale sous-jacente si bien développée par Jane Austen a quelque peu été occultée au profit exclusif de la romance.

Cette adaptation graphique plaira donc aux lecteurs qui ont envie de découvrir ou redécouvrir l’œuvre originale sous le seul prisme de l’histoire d’amour entre les charismatiques Elizabeth Bennet et Mr Darcy, un couple qui a une place particulière dans mon cœur.

Et vous, avez-vous lu cette adaptation ?
Qu’en avez-vous pensé ?

Throwback Thursday Livresque 72 : Mix and Match

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.


Thème de la semaine : Mix and Match

Bettie nous propose pour ce premier TTL d’avril un thème très original puisqu’il nous faut faire rencontrer deux personnages appartenant à deux livres différents. Dès la lecture du thème, j’ai su quels personnages j’aurais adoré voir entamer une discussion : Elizabeth Bennet d’Orgueil et préjugés de Jane Austen et notre inimitable Sherlock Holmes de l’œuvre de Sir Arthur Conan Doyle.

Deux fortes têtes dont la rencontre n’aurait pas manqué de faire des étincelles ! Intelligente et caustique, notre Lizzie aurait peut-être pu améliorer l’image que se fait Sherlock des femmes… Grâce à son sens de l’observation, j’image également très bien cette femme devenir l’apprenti de notre détective préféré. Imaginez, si en plus de sa compréhension de la nature humaine, Lizzi acquérait des compétences de détective, elle serait définitivement une héroïne badass.

Je ne l’ai pas vu et il n’est pas question de Sherlock Holmes, mais dans cette même idée d’ajouter un côté enquête au roman de Jane Austen, Pemberley attise ma curiosité même si la mention, sous la bande-annonce, que ce film serait une suite d’Orgueil et préjugés me hérisse le poil…

Et vous, quels personnages avez-vous choisis ?

Throwback Thursday Livresque #44 : Orgueil et préjugés de Jane Austen

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.

Thème de la semaine : Une histoire d’amour, a-t-on jamais assez d’amour ? (Hétéro, LGBT+, ouverture d’esprit au maximum)

histoireamour

Je lis très peu de romances, car je trouve que les schémas narratifs sont sensiblement souvent les mêmes et les histoires trop peu crédibles ou trop guimauves pour moi.  Cependant, il y a des auteurs comme Stéphane Soutoul qui arrivent à me faire apprécier leurs romances. Mais quand je pense romance, un titre et une auteure me viennent d’abord et systématiquement en tête : Jane Austen et son très célèbre roman Orgueil et préjugés.

51gfWFDk1UL._SX360_BO1,204,203,200_

Mme Bennet a cinq filles et compte bien les marier toutes, ce qui n’est pas une tâche facile dans l’Angleterre du début du XIXe siècle. Non que les demoiselles Bennett soient laides, mais elles n’ont pas de fortune. Et cinq maris riches, ce n’est pas si facile à trouver. Surtout quand les filles en questions s’en mêlent; elles qui ont des préjugés, éprouvent des sentiments, et n’agissent pas forcément toujours pour trouver « un bon parti ».

  • Pourquoi ce choix ? J’ai choisi ce roman, car Jane Austen prouve que romance ne signifie pas automatiquement bleuette insignifiante et qu’au contraire, une histoire d’amour bien écrite peut être le terreau d’une critique acerbe, impertinente et fine de la société dans laquelle on évolue. J’ai ainsi tout aimé dans ce livre : la plume de l’auteure, son humour, sa capacité d’analyse, ses critiques de la société anglaise de son époque, le mythique couple Elizabeth/Darcy, leurs échanges, la construction de leurs sentiments, la psychologie des personnages… En d’autres termes, si je ne devais retenir qu’une romance ce serait sans aucun doute Orgueil et préjugés !
  • Pour qui ? Pour tout le monde, des amateurs de romance en passant par ceux aiment les lectures apportant un éclairage sur le contexte historique dans lequel à vécu son auteur.
  • Quand ? En hiver, au coin du feu avec un chocolat chaud.

Le roman a été adapté au moins deux fois : en 1995 par la BBC et une deuxième fois en 2005 avec Keira Knightley dans le rôle principal. Ayant vu les deux versions, je dois avouer une nette préférence pour la mini-série de la BBC, mais il se peut que cela s’explique par le fait que j’ai d’abord commencé par cette adaptation et que les minauderies de Keira Knightley tendent à m’exaspérer.

Et vous, avez-vous lu ce roman ? Qu’en avez-vous pensé ?

Orgueil et Préjugés et Zombies, Seth Grahame-Smith

Demain, quand j’étais mort ! m’a donné envie de donner sa chance à un autre ouvrage humoristique avec des zombies. Mon choix s’est donc porté sur Orgueil et Préjugés et Zombies de Seth Grahame-Smith.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Pour la famille Bennet, qui compte cinq filles à marier, l’arrivée de deux jeunes et riches célibataires dans le voisinage est une aubaine: enfin, des cœurs à prendre, et des bras supplémentaires pour repousser les zombies qui prolifèrent dans la région ! Mais le sombre Mr Darcy saura-t-il vaincre le mépris d’Elizabeth, et son ardeur au combat ? Les innommables auront-ils raison de l’entraînement des demoiselles Bennet? Les sœurs de Mr Bingley parviendront-elles à le dissuader de déclarer ses sentiments à Jane? Surtout, le chef-d’œuvre de Jane Austen peut-il survivre à une attaque de morts-vivants ?

  • Poche: 352 pages
  • Editeur : Pocket (9 janvier 2014)
  • Prix : 7,80€
  • Autre format : ebook

AVIS

Comme le titre l’indique, Orgueil, préjugés et zombies est un hommage et/ou une parodie du célèbre roman Orgeuil et Préjugés de Jane Austen.

J’ai lu le roman de Jane Austen il y a plus d’une dizaine d’années et ai vu les deux adaptations cinématographiques. Je peux donc dire que c’est une histoire qui me plaît et que j’avais hâte de découvrir la version de Seth Grahame-Smith.

Ici, l’auteur respecte parfaitement la trame de fond, nous retrouvons donc les différents personnages du roman, le contexte historique, les principaux événements qui marquent la vie de la famille Bennet… Elizabeth vous plaira donc toujours autant par sa force de caractère et son impertinence et M. Darcy devrait continuer à faire battre le cœur des plus romantiques d’entre nous.

Mais ce que j’ai préféré, c’est la capacité de l’auteur à s’approprier le style si particulier de Jane Austen et sa manière de tourner en dérision les codes de la société anglaise de son époque. On retrouve parfaitement dans le roman, cette obsession du statut social, de l’argent et la question de la place de la femme mis en avant dans l’œuvre originale. Je ne dirais pas que l’élève a dépassé le maître, mais force est de constater que sa copie est plus qu’honorable.

L’auteur ne s’est pas contenté d’un simple copier-coller ; il a apporté un nouveau dynamisme au récit grâce à la présence de zombies. En plus d’être originale, cette idée a le mérite de démontrer un certain culot de sa part. En touchant au chef-d’œuvre de Jane Austen, il a pris le risque de s’attirer les foudres des puristes…

Pour ma part, j’ai trouvé l’idée d’introduire ces viles créatures dans la vie des sœurs Bennet plutôt intéressante. D’un caractère farouche, être tueuse de zombies semble d’ailleurs plutôt bien convenir à Elizabeth qui prend sa tâche très au sérieux. Et c’est là que le côté parodique prend tout son sens. L’auteur finit ainsi par tourner en dérision la personnalité de notre héroïne dont le sens de l’honneur extrême la pousse même à s’auto-mutiler ou à vouloir égorger notre cher M. Darcy… Vous aurez compris qu’il faut lire l’histoire au second degré pour pouvoir l’apprécier.

Quant au côté zombie, j’ai regretté qu’il soit finalement peu exploité du moins au niveau « visuel ». Les zombies ne m’ont pas semblé être une réelle menace puisque les affrontements avec ces derniers sont très vite expédiés. N’espérez donc pas de grandes scènes de bataille ou des situations angoissantes mettant véritablement en danger nos protagonistes.

Enfin, deux points m’ont chagrinée dans le roman. Tout d’abord le fait que le dernier tiers du livre perd de son panache. L’auteur s’éloigne peu à peu du style de Jane Austen pour tomber dans la romance classique avec ses tergiversations agaçantes. Dommage, car du coup, le charme n’opère plus. Et le point qui m’a fait vraiment agacée est la fin ! Avoir appris toute sa vie à combattre pour ça… Mais, j’aime à croire que c’est une manière pour l’auteur de nous offrir une dernière critique de la société anglaise de l’époque à moins que ce ne soit là que la représentation d’un déprimant déterminisme.

En conclusion, je vous conseille de dévorer l’œuvre originale avant de vous jeter sur ce roman. Dans le cas contraire, je pense que vous passerez quand même un bon moment de lecture, mais vous vous priveriez de tout ce qui fait vraiment le charme du roman : les multiples références à l’œuvre de Jane Austen.

POUR ALLER PLUS LOIN : il existe une version cinématographique du roman que je n’ai pas encore vue.