#MeFoot, Lucie Brasseur

Je remercie Lucie Brasseur de m’avoir invitée à lire son dernier livre, #MeFoot.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

L’événement est historique. Vingt-huit ans après sa création, la France accueille – enfin – pour la première fois, la Coupe du monde de football féminin.

Un an après le titre retentissant de la bande à Mbappé, l’occasion est inespérée de prendre la parole sur la place des femmes au sein du sport le plus populaire de la planète. Évidemment représentative de ce qu’il se passe dans le reste de la société.

Moins diffusées, (beaucoup) moins rémunérées, moins soutenues dès l’enfance, les footballeuses en particulier, mais de manière plus générale toutes les femmes, « ont trop souvent l’impression de s’incruster dans un monde qui ne veut pas d’elles » (Mélissa Plaza, ex internationale). Les lignes bougent, lentement. À quoi pouvons-nous croire ?

Un voyage exceptionnel au cœur du foot féminin pour que l’on arrête enfin de dire aux femmes qui elles doivent être.

#MeFoot, c’est l’extraordinaire road trip dans lequel Lucie Brasseur (romancière) et l’iconique Marinette Pichon (1ère footballeuse française professionnelle) se lancent à la veille de la 1ère Coupe du Monde de Foot Féminin. Écrit à la première personne du pluriel, comme un roman d’aventure, on rit, on pleure, on tremble, on s’émeut à la lecture de ces pages. 6 pays, 30 personnalités incontournables, un livre et un documentaire qui en finissent avec les clichés.

Éditions du Rêve (13 juin 2019) – 192 pages – Broché (14,95€)

AVIS

Quand l’autrice m’a proposé son livre, j’ai un peu hésité puisque je ne suis pas très foot et que regarder le sport sur un écran m’ennuie prodigieusement que les joueurs soient masculins ou féminins. Au moins, pas de discrimination ! Ce qui est loin d’être le cas dans le milieu très masculin du foot comme le démontre avec un certain panache cet ouvrage.

C’est grâce à une remarque d’apparence naïve, mais parlante sur l’état des inégalités hommes/femmes, d’un petit bout de chou de 6 ans et demi que Lucie Brasseur s’est intéressée à la question du foot féminin et à la place de la femme dans cette pratique sportive. Elle s’est alors lancée dans une enquête d’envergure durant laquelle elle a rencontré et interrogé des professionnelles et professionnels du foot, des politiques, des universitaires… Tout autant de visions qui se croisent et s’entrecroisent dans un ballet de questions/réponses passionnant et rondement mené.

Dès le premier chapitre, les faits interpellent tellement ils surprennent et révoltent : comment est-on passé d’un premier quart de siècle où un match international féminin a enthousiasmé les foules à une interdiction pure et simple pour la gent féminine de tirer dans un ballon ? Les hommes auraient-ils eu peur que les femmes leur volent la vedette ? Une chose reste certaine, apprendre qu’en France, pendant des décennies, les femmes n’ont pas eu le droit de jouer au foot m’a plus que laissée sans voix !

Et ce n’était que le début de ma surprise puisqu’au fil des pages, on découvre dans le monde du sport, a fortiori du foot, un sexisme tellement courant qu’il en devient ordinaire : les différences physiques utilisées pour dénigrer, sous-estimer et exclure, des comportements infantilisants qu’aucun sportif masculin n’accepterait, des questions idiotes qui humilient et/ou décrédibilisent… Ce dernier point n’est hélas pas l’apanage du foot. Je me souviens ainsi d’une rencontre publique avec une autrice à laquelle l’auditoire n’a fait que poser des questions sur son mari : comment vit-il la renommée de sa femme ? Est-ce qu’il doit s’occuper des enfants ? Comment l’aide-t-il dans sa carrière ? Ne se sent-elle pas trop coupable de faire des séances de dédicace loin de son mari et de ses enfants ?… Je loue d’ailleurs la patience de l’autrice et sa gentillesse, mais je suis ressortie de la salle très en colère… Je ne peux donc que compatir avec toutes ces femmes, footballeuses ou non, qui sont victimes au quotidien d’un sexisme franc ou plus latent.

Grâce à l’enquête menée par l’autrice, j’ai découvert un autre point qui m’a, en tant que femme, chagrinée : quand les footballeurs gagnent des millions ou, pour les moins nantis, de quoi vivre très décemment leur vie, beaucoup de footballeuses n’ont pas cette chance. Il semble exister une réelle précarité dans le milieu du foot féminin qui pose une question sur la sécurisation des parcours professionnels et la pérennisation des carrières. Un point qu’il est d’autant plus nécessaire d’aborder que les jeunes générations de femmes qui sont prêtes à faire valoir leur talent sur le terrain semblent rêver d’une carrière à la Mbappé sans se rendre vraiment compte de la réalité actuelle du métier.

Mais avant d’avoir la chance de défendre les couleurs d’une équipe, il faut d’abord avoir la possibilité de jouer. Or, même si les préjugés tombent peu à peu, les femmes ne sont clairement pas toujours les bienvenues sur un terrain de foot comme en témoignent les obstacles rencontrés par les footballeuses interviewées. Il faut dire que la discrimination commence dès l’enfance avec le fameux « le foot, ce n’est pas pour les filles » ou son corollaire, « le foot, c’est pour les garçons ». Pas étonnant que les filles doivent alors se battre deux fois plus pour s’imposer et prouver leur valeur à des garçons qui ont, pour leur plus grand malheur, tendance à sous-estimer leurs adversaires quand une fille est présente dans une équipe…

Avec un titre qui n’est pas sans rappeler le fameux #MeToo lancé sur Twitter et un sujet aussi complexe et vaste que la place des femmes dans le foot, j’ai eu peur d’un livre ardu à lire et à décortiquer alors que je l’ai lu d’une traite sans aucune difficulté. Il n’est pas nécessaire d’être féru(e) de foot féminin ou incollable en matière de féminisme pour s’approprier cette lecture. Les citations en début de chapitre sont très inspirantes, les propos clairs et simples et toujours mesurés, les différentes notions abordées définies de manière précise et succincte, les témoignages pertinents et intéressants, les exemples édifiants… La comparaison du football féminin en France avec la situation dans d’autres pays, quant à elle, apporte une autre perspective très intéressante d’autant qu’elle casse certains préjugés et mythes.

Lucie Brasseur nous offre donc ici un livre documentaire dynamique et très accessible qui met en avant, avec beaucoup d’intelligence et de perspicacité, le lien entre discriminations des femmes dans la société et discriminations des femmes dans le foot. Et parce ce que le foot est le sport qui suscite le plus d’engouement dans le monde, on apprécie que les choses et les mentalités commencent progressivement à évoluer comme l’en attestent l’augmentation du nombre de licenciées, la création d’un maillot spécialement conçu pour les joueuses ou encore l’organisation, pour la première fois depuis sa création, de la Coupe du Monde de football féminin en France.

Des petits pas qui se traduisent dans les témoignages par un certain optimisme quant à l’avenir. Il ne nous reste donc qu’à tout faire pour qu’un jour, il ne soit plus question de foot féminin par opposition au foot masculin, mais de foot tout simplement. Et cela commence par offrir aux femmes des moyens matériels et financiers suffisants pour leur permettre, au même titre que les hommes, de se dévouer entièrement à leur carrière sportive. En attendant, je vous invite à découvrir cet ouvrage instructif et très bien construit avant de visionner le reportage dont j’attends avec curiosité la diffusion.

Retrouvez le livre sur le site des Éditions du rêve.

Publicités

Les évaporés du Japon, Léna Mauger et Stéphane Remael

DSC_0566

J’ai tout de suite été intriguée par le livre reportage Les évaporés du Japon de Léna Mauger et Stéphane Remael. Je me suis donc empressée de le réserver en bibliothèque afin de le découvrir.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

« Mon fils était à l’école. Je suis sortie en laissant la maison ouverte. Abandonner son fils: peut-on faire pire ? J’ai fait cela. Je savais où j’allais. Partir, repartir à zéro. Être prête à tout… »

Chaque année, quelque 100 000 japonais s’évaporent sans laisser de traces… Débarrassés de leur passé, ils tentent de refaire leur vie en passagers clandestins de l’archipel. Lié à la honte et au déshonneur, le phénomène est au cœur de la culture nippone.

  • Broché: 260 pages
  • Editeur : Les Arènes (5 novembre 2014)
  • Collection : AR.PHOTO REPORT
  • Prix : 20,90€

INTERVIEW DE L’AUTRICE

AVIS

Les disparitions ne sont pas en soi un sujet typiquement japonais. Néanmoins, grâce à cet ouvrage, nous comprenons rapidement qu’il existe une exception japonaise aussi bien dans les méthodes mises en œuvre pour s’évaporer que les raisons qui peuvent pousser les personnes à s’y résoudre.

Ainsi s’est développé au Japon, devant ce phénomène important « d’évaporation », un secteur à part entière de l’économie avec des sociétés de « déménagement » du soir permettant à un citoyen japonais lambda de simplement disparaître. Cette concrétisation économique d’un phénomène tabou semble au final assez paradoxal comme sait si bien l’être la société japonaise.

Quant aux raisons de ces disparitions volontaires, phénomène nippon revêtant une ampleur certaine, elles sont multiples : licenciement, dettes devenues trop lourdes, échec à un examen… Autant de raisons qui peuvent sembler, aux yeux d’un Occidental peu coutumier de l’archipel, insuffisantes pour expliquer ce désir d’abandonner famille, amis et biens matériels. Mais ce serait négliger le poids des traditions et l’importance de rester dans le rang. Ce qui est d’ailleurs frappant dans certains témoignages, c’est cette volonté farouche de disparaître afin d’éviter à ses proches l’humiliation qui résulterait de la découverte de comportements déviants.

En filigrane, tout au long du livre, on perçoit l’importance du respect au Japon : respect des normes, de la hiérarchie, de son entreprise, de son rôle au sein de la société, des traditions, de l’étiquette… Avant d’être un individu à part entière, un Japonais est un maillon de la chaîne ; l’individualité semblant alors s’effacer au profit la collectivité.  Le rejet de ces règles ou l’incapacité de les respecter étant synonyme d’humiliation autant pour soi que pour sa famille, s’évaporer finit par sembler inéluctable et d’une certaine manière, le symbole de la dignité japonaise.

Le livre ne donne pourtant pas une image romantique de ces évaporations. Bien qu’elles puissent être parfois considérées comme un dernier sursaut de dignité, elles sont également d’une extrême violence pour les proches à l’instar de ce couple cherchant inlassablement leur fils âgé d’une vingtaine d’années au moment de sa disparition. Hiromi, la mère du disparu, assume parfaitement ses recherches alors que ce n’est pas forcément très bien vu dans la société japonaise :

« La plupart des gens qui recherchent des disparus le font en secret. Je sais que c’est mal vu, mais moi, j’ai dépassé ce cap. »

Certaines familles sont néanmoins plus chanceuses, leur « évaporé » finissant par reprendre contact. Mais cela ne signifie pas forcément un retour à une certaine normalité pour le « revenant ». Des pages se sont tournées, de nouvelles histoires se sont écrites sans que les évaporés n’y aient forcément leur place. D’autres évaporés finissent par purement et simplement disparaître en se donnant la mort…

J’ai beaucoup apprécié les photos de Stéphane Remael qui participent activement à l’atmosphère sombre et mystérieuse qui plane autour de ces évaporés. Loin des belles photos sur le Japon que l’on peut découvrir dans les guides touristiques, le photographe nous offre une vision plus rude et plus dure de la vie de tous ces laissés-pour-compte. Alors qu’ils sont un peu les fantômes de ce pays où la faiblesse et l’échec n’ont pas leur place, le photographe semble leur rendre, même si ce n’est que pour un instant, une réalité. Les émotions qui se dégagent de ses photos tirent peut-être un peu leur source dans l’expérience personnelle du photographe qui a également envisagé de s’évaporer.

DSC_0574 DSC_0581

A noter qu’il est mentionné à différentes reprises la difficulté de mener les investigations autour de ce phénomène auquel la société japonais semble ne pas vouloir donner crédit dans une sorte de déni collectif. Cette démarche, utile pour que le lecteur apprécie la qualité du travail fourni m’a paru parfois un peu redondante. Mais c’est bien là la seule critique négative que je formulerais à l’égard de cet ouvrage.

En résumé, si vous désirez lire un livre reportage qui vous  permet de découvrir une spécificité japonaise, Les évaporés du Japon devrait vous plaire. A travers l’enquête, les témoignages et les photos de Stéphane Remael, vous découvrirez ce phénomène si particulier des évaporés. Ce livre, bien sûr, ne vous permettra pas de saisir tous les tenants et aboutissants de ce phénomène (les Japonais eux-mêmes y arrivent-ils?) mais il vous offrira une approche passionnante et éclairée.