Rencontre avec Vercingétorix, Julien Moca (auteur), Julien Bringer Deik (illustrateur)

Rencontre avec Vercingétorix, De Borée

Je remercie les éditions De borée pour m’avoir permis de découvrir Rencontre avec Vercingétorix.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Cerise et Robin, au fil de leurs aventures, découvrent l’histoire de Vercingétorix, grand chef de guerre gaulois qui affronta Jules César et ses puissantes armées.

  • Album: 30 pages
  • Tranche d’âges: 6 années et plus
  • Éditeur : De Borée jeunesse (31 mai 2018)
  • Collection : Les petits détectives de l’histoire
  • Prix : 12.90 €

AVIS

Quand j’ai vu Rencontre avec Vercingétorix sur le catalogue des éditions De Borée, j’ai tout de suite eu envie de lire le livre adorant les ouvrages qui affichent, comme ici, l’objectif ambitieux de mettre l’Histoire à la portée des enfants. Et c’est exactement ce qu’offre ici ce magnifique album qui prouve qu’on peut raconter le passé en le rendant accessible, intéressant et attrayant.

Cerise et Robin découvrent avec enthousiasme la vie de Vercingétorix d’abord grâce à leur père puis par l’intermédiaire d’un rêve intense qui les conduira vingt-deux siècles en arrière. Sur place, ils feront la rencontre de Diatorix, le neveu de Vercingétorix. Le jeune garçon, en fervent supporter de son oncle, sera alors ravi de leur conter l’histoire de ce grand guerrier et fin stratège…

L’histoire est intéressante, Vercingétorix étant un personnage fascinant, mais ce qui fait la force de cet album, c’est la manière très ludique et attrayante avec laquelle l’Histoire est mise à la portée des enfants. Quand on ouvre l’album, on ne peut qu’être frappé par la place donnée à l’aspect visuel avec de grandes illustrations qui attirent tout de suite le regard.

wp-image-524485631

On découvre donc d’abord ces magnifiques images qui enchanteront petits et grands, puis on lit avec avidité le texte. Cette importance de l’image me semble primordiale dans un album destiné à des enfants même si en tant qu’adulte, je suis loin d’être insensible à la démarche. Julien Bringer Deik est un habitué des albums jeunesse et ça se sent dans sa volonté d’offrir des dessins aux couleurs vives et éclatantes, des traits doux et expressifs permettant de saisir les émotions des personnages en un regard, une gestuelle précise qui guide la lecture…

DSC_0603

Ces illustrations facilitent grandement l’immersion dans le récit de Julien Moca qui, par sa manière de conter l’histoire de Vercingétorix à travers un vocable simple, mais précis, la rend accessible à tous les lecteurs. Les informations données sont, en outre, claires tout en restant très synthétiques, ce qui facile la compréhension des plus jeunes et permet de garder leur attention. Je suis admirative du travail de l’auteur qui a su en peu de pages et peu de lignes restituer les grandes étapes de la vie d’un personnage historique complexe. En tant qu’adulte, vous ne devriez pas faire de grandes découvertes, bien que le rappel de certains faits est toujours appréciable, mais vous ne devriez pas non plus vous ennuyer. À noter également que l’auteur a eu la très bonne idée d’aborder l’histoire à travers trois enfants, Cerise, Robin et Diatorix, ce qui permettra aux jeunes lecteurs de s’identifier et donc de se projeter plus facilement dans le récit. 

Les nouvelles connaissances se fixant bien plus facilement si l’on fait participer l’apprenant, l’album contient un quizz. Les enfants pourront donc se tester d’autant que l’aspect ludique des questions devrait les séduire. Quant aux adultes, c’est un moyen ludique de vérifier que l’histoire a bien été comprise par les enfants ou s’il est nécessaire de reprendre certains passage. À la suite de ce premier quizz, sont proposés un point sur Les batailles de Gergovie et d’Alésia, la capture de Vercingétorix par les Romains ainsi qu’une carte pour s’aider à se repérer dans l’espace et le temps. De nouvelles connaissances qui donneront lieu à un second petit quizz. En d’autres mots, les enfants pourront découvrir l’histoire de Vercingétorix en s’amusant et en participant activement.

DSC_0604

En conclusion, le choix de parler aux enfants d’un personnage aussi emblématique que Vercingétorix par le biais d’un album jeunesse me semble être un choix des plus judicieux. À travers un texte accessible, de jeunes personnages auxquels les enfants pourront s’identifier sans peine et des illustrations colorées et tout en rondeur, le duo auteur/illustrateur devrait séduire les jeunes lecteurs tout comme les adultes d’ailleurs. Un joli album donc à lire seul ou en famille pour concilier plaisir de lire et plaisir d’apprendre.

Si vous avez envie de découvrir d’autres illustrations de Julien Bringer Deik, n’hésitez pas à consulter son site Internet, cet illustrateur ayant déjà quelques ouvrages à son actif.

Et vous, envie de découvrir Rencontre avec Vercingétorix ?

Publicités

Moments de bonheur, terres éditions

Aucun texte alternatif disponible.

Je remercie les éditions De Borée pour m’avoir permis de découvrir Moments de bonheur.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Moments de bonhe

  • Éditeur : Terres Éditions (16 août 2018)
  • Prix : 7.50€

AVIS

Après une lecture légère en début de semaine avec Alice au pays des casseroles, j’ai eu envie de continuer sur la lignée avec un petit livre qui vous invite à la créativité, à la détente et à la recherche de ces petits moments de bonheur qui ponctuent notre vie sans que nous y fassions toujours attention.

Par exemple, n’avons-nous pas tendance à prendre conscience de notre peau seulement quand mille petits désagréments viennent nous titiller alors que cet organe peut nous offrir tellement de douces sensations ? Un petit rayon de soleil qui vient réchauffer notre peau, la délicate sensation du tissu d’un nouvel habit que l’on porte… Tout autant de petites choses qui sont à la portée de chacun à condition de prendre le temps, ne serait-ce que cinq minutes, pour ressentir, voir, toucher, se détendre, méditer…

Et c’est exactement ce que nous propose ce très joli ouvrage dont le petit format vous permettra de l’avoir en permanence avec vous. Sous la forme de 100 points, vous sont proposés :

  • des coloriages : je vous conseillerais de les photocopier puisqu’il peut s’avérer délicat de colorier directement dans le livre. Le coloriage est un exercice créatif dont j’étais très friande il y a deux ou trois ans. J’ai un peu perdu l’habitude d’en faire, mais pour se déconnecter, c’est clairement un très bon moyen.

wp-image-688527859

  • des recettes de cosmétique : autre loisir auquel je m’adonnais régulièrement avant de consacrer le blog à la lecture. Les recettes sont accessibles même s’il vous sera peut-être nécessaire de passer une petite commande sur des sites comme Aroma-Zone ou d’aller en magasin bio pour trouver certains ingrédients. Les recettes de cosmétique maison nécessitant une hygiène irréprochable, une page en début ou en fin d’ouvrage pour expliquer les règles de base aurait été, à mon sens, un bonus fort appréciable.

wp-image-511724101

  • des recettes de cuisine : simples à réaliser et composées d’aliments santé, elles sont des plus alléchantes.

wp-image-1055278916

  • des citations : je les ai toutes notées sur mon carnet à citations tellement je les ai trouvées bien choisies et plutôt inspirantes.
  • des exercices de relaxation, de yoga, de respiration : je les ai tous faits une fois, mais pour que ce soit véritablement efficace, je ne doute pas qu’il faille les refaire plusieurs fois jusqu’à ce qu’ils deviennent, pour certains, presque un automatisme. J’ai beaucoup de mal avec ce genre d’exercices qui demande du lâcher-prise, mais j’ai apprécié qu’ils soient rapides à faire et faciles à insérer dans un emploi du temps même pour les personnes très occupées.

wp-image-2054383838

  • des astuces (comment soulager un léger mal de tête…) et des conseils : savoir accueillir des compliments avec un simple merci (pas si simple à mettre en pratique), apprendre à voir le positif dans sa vie rompant avec cette idée qu’on naît pessimiste et qu’on le reste, apprendre à faire attention à son corps, mais aussi à ses émotions…

wp-image--1782591099

  • des DIY : ce livre invite vraiment à laisser parler votre créativité, il n’y a donc rien d’étonnant à trouver quelques tutos comme un haut-parleur maison ou un tuto à  la portée de tous, la customisation de pierres pour représenter, chaque jour, son humeur. Je trouve l’idée géniale d’autant qu’elle peut servir de rituel du soir avec les enfants pour les accompagner dans l’expression de leurs émotions.

wp-image--943076652

Le contenu du livre m’a-t-il convaincue ?

Les conseils ou exercices de détente proposés ne sont pas révolutionnaires, mais ils sont présentés de manière simple et synthétique, ce qui en rend la lecture très facile et plaisante. Que l’on choisisse de lire le livre d’une traite ou presque comme moi ou de lire seulement une ou quelques pages chaque jour, il est aisé de s’immerger complètement dans l’ouvrage et de se détendre au fil des pages.

Le charme du livre réside également dans sa présentation visuelle puisqu’il est intégralement en couleurs, la mise en page est aérée, les dessins mignons, les couleurs claires et colorées… Tout est mis en place pour vous donner le sourire et vous mettre de bonne humeur ! N’oublions pas non plus une couverture attrayante et en soft touch, un petit détail important pour un ouvrage qui vous invite à vous (re)connecter avec vos sensations.

Seul inconvénient devant tant de beauté, je n’ai pas osé écrire dans le livre préférant opter pour un petit carnet. Mais sur ce point, je suis un peu extrême n’ayant jamais su écrire dans un livre même quand il s’agissait d’un cahier d’exercice…

Moments de bonheur, c’est le genre de livres que l’on peut lire dans l’ordre ou feuilleter en se laissant bercer par ses envies. Il n’y a pas vraiment d’ordre à respecter même si pour ma part, j’ai opté pour une lecture linéaire. Mais maintenant que je l’ai terminé, je prévois de nombreuses lectures en diagonale afin de tester les recettes et refaire les exercices de méditation/respiration/relaxation proposés. Prendre le temps de vivre l’instant présent et ne pas laisser mon cerveau divaguer n’a rien de naturel pour moi alors il me reste pas mal de travail à ce niveau. J’ai d’ailleurs apprécié que chaque exercice soit court et accessible même pour les impatientes chroniques de mon genre.

En conclusion, comme la couverture le laisse présager, Moments de bonheur est un ouvrage très sympathique qui vous invite à vous reconnecter avec vous-même, avec la nature et avec le temps, cette denrée précieuse après laquelle nous courons tous. À travers une mise en page colorée qui met de bonne humeur, des conseils faciles à mettre en place, des exercices de méditation et beaucoup d’autres petites choses qui forment le sel de la vie, vous devriez passer un joli moment de lecture. Mais surtout, vous devriez apprendre à vous consacrer du temps et à profiter de ces petits moments de bonheur qui ponctuent votre vie.

Et vous, envie de découvrir Moments de bonheur ?
Retrouvez-le chez votre libraire ou sur en ligne.

Top Ten Tuesday #104 : les 10 plus petits romans que vous possédez

566856438

« Le Top Ten  Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et est repris en français pour une 2e édition sur le blogue Frogzine. »


Thème de la semaine : les 10 plus petits romans que vous possédez.

Ma PAL n’étant plus à jour, je ne suis pas certaine que les 10 livres que je vous présente sont bien les plus petits que je possède, mais ils n’en demeurent pas moins pas très longs. Pour ce TTT, j’ai décidé d’exclure tous les romans jeunesse puisque beaucoup d’entre eux sont assez courts.

  • Moins de 200 pages

Couverture La mise à nu des époux RansomeCouverture L'héritage

Couverture Le chat qui venait du ciel

  • 200 à 300 pages :

Couverture Alphas, tome 1 : La revanche de la louveCouverture La vraie vie

Couverture Eden, tome 1: Le mirage de GemmaCouverture L'invention du grand écrivain

Couverture Girling up : Comment être forte, futée et fabuleuseCouverture Un certain M. Piekielny

Couverture 20 ans avec mon chat

Et vous, connaissez-vous certains de ces romans ?
Qu’en avez-vous pensé ?

Alice au pays des casseroles, Maud Brunaud

Alice au pays des casseroles

Je remercie les éditions Marivole pour m’avoir permis de découvrir Alice au  pays des casseroles de Maud Brunaud.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Il était une fois… Moi ! Alice ! Jeune femme douce et timide dans la trentaine (on ne demande JAMAIS son âge exact à une femme ! ). Célibataire. 90/60/90 (enfin, à peu près… à la louche quoi ! à la bonne grosse louche ! ). De loin et sans lunettes, on me dit que je ressemble assez à Emily Blunt… Heureuse propriétaire d’un chien-saucisse et de deux perruches. Je demeure en pleine campagne berrichonne où je tiens le restaurant familial depuis que maman (contrainte et forcée) m’a passé la main. Je bous souvent intérieurement et je ne sais pas pourquoi je n’arrive jamais à me lâcher ! C’est un peu comme si le chanteur de Kiss était coincé dans le corps d’Edith Piaf ou comme si on voulait apprendre à mordre à un ours en peluche. Je ne suis donc ni une princesse de conte de fées ni une icône mode du XXIe siècle à la Kim Kardashian, vous l’aurez peut-être remarqué… Ainsi, commence  » l’histoire de ma vie  » ! Jusqu’ici, je me suis toujours évertuée à ne pas me montrer trop gourmande et j’ai goûté, avec parcimonie, aux plaisirs de la vie. Mais, un jour, mon petit château de convenances et de solitudes s’est envolé aux quatre vents… tout ça à cause d’un food-truck installé devant ma porte et de son séduisant propriétaire !

  • Broché: 214 pages
  • Editeur : Marivole Editions (27 septembre 2018)
  • Collection : Gossip de campagne
  • Prix : 18.90€
  • Autre format : ebook (7.49€)

AVIS

Si vous me lisez régulièrement, vous devez connaître mon amour pour Alice au pays des merveilles et son univers si particulier. Vous ne serez donc pas étonnés si je vous confesse avoir tout de suite été attirée par le titre de ce roman et sa sublime couverture.  Bien que l’histoire n’ait rien à voir avec celle de Lewis Carroll comme la lecture du résumé le laisse présager, j’ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman qui nous prouve qu’il peut y avoir de la bonne chick lit française.

Aux commandes, avec sa maman, d’un restaurant familial dans le Berry, Alice est une cuisinière qui, disons-le clairement, s’ennuie que ce soit derrière ses fourneaux ou dans sa vie en général. Il faut dire que sous le joug d’une mère autoritaire qui régente plus ou moins sa vie, Alice a peu de marge de manœuvre pour exprimer sa propre personnalité. À cela s’ajoutent des problèmes financiers, le chiffre d’affaires du restaurant n’étant pas au beau fixe. Une situation qui n’est pas prête de s’arranger, un food-truck et son beau mais exaspérant propriétaire, Gabriel, venant de s’installer devant sa porte !

Le livre est relativement court (215 pages), l’autrice ne nous noie donc pas sous une avalanche de détails et attaque son récit dès les premières pages. Un bon point puisqu’on se prend d’intérêt immédiatement, ou presque, pour Alice qui se révèle aussi attachante qu’agaçante. Alice, c’est un peu la copine rigolote qui n’est pas contente de sa vie, qui se laisse marcher sur les pieds, mais qu’on a envie d’aider et de réconforter. Et cela est dû en grande partie par le sentiment de proximité que l’autrice a su naturellement créer, on se sent proche de son héroïne alors qu’on vient juste de la rencontrer. On est donc content de la voir évoluer au fur et à mesure de l’intrigue : elle ne devient pas superwoman d’un coup et ses réactions sont parfois contestables, mais elle prend confiance en elle et en ses talents de cuisinière.

Autour de cette héroïne simple et attachante, évolue une galerie de personnages intéressante et plutôt variée, certaines personnes prenant plus d’importance que d’autres. Il y a Constance, la mère d’Alice, qui se montre en début de roman assez acariâtre, mais qui finalement, devrait vous réserver quelques surprises. La relation entre la mère et la fille est faite de non-dits, de moments de complicité ratés, mais elle se révèle plus complexe et touchante qu’aux premiers abords. L’arrivée de Geoffrette et de Max, son fils, apporte une touche non négligeable de douceur dans la vie d’Alice. Si j’ai trouvé la présence de Geoffrette presque superflue, du moins pas assez exploitée, j’ai juste adoré le personnage de Max. Cet enfant est un amour et d’une intelligence de cœur qui le rend très très attachant et amusant. C’est mon personnage coup de cœur ! D’ailleurs, Lump, la chienne d’Alice, partage mon avis puisqu’elle a très vite adopté cet enfant dont la « sagesse » dépasse parfois celle des adultes du roman. Georges, un ami d’Alice et de Constance, est également très attachant, son dévouement à la mère et à la fille étant total.

Mais la personne qui va prendre le plus de place dans la vie d’Alice, à son corps défendant, est le beau Gabriel. En général, les romances me laissent de marbre, mais j’ai beaucoup aimé celle entre les deux personnages, car elle est construite avec intelligence et sans mièvrerie. Gabriel tombe très vite sous le charme de cette cuisinière qui ne semble pas partager ses sentiments comme l’en attestent les éclairs qu’elle lui lance à chaque regard. Vous me direz, pour une cuisinière, cela aurait pu être bon signe…  L’autrice a donc eu la bonne idée de nous proposer un personnage féminin qui ne tombe pas tout de suite amoureux du beau gosse de service. Cette réticence à laisser entrer une personne dans sa vie apporte un certain piquant à l’intrigue, Alice pouvant faire preuve d’un sacré caractère quand elle le décide. Le pauvre Gabriel en fera d’ailleurs les frais.

Mais ce qui est le plus intéressant dans le fait qu’Alice ne saute pas dans les bras de son « concurrent » tout de suite, c’est que cela est cohérent avec la situation difficile qu’elle traverse, son restaurant battant de l’aile. Elle va donc essayer de faire taire ses sentiments naissants, chose peu aisée devant la présence rassurante et patiente de Gabriel… Je lis peu de romance et je n’adhère pas à celles en vogue actuellement, alors lire un roman où les personnages ne se sautent pas dessus dès la quatrième page, je dis un gros OUI. L’autrice prend ainsi le temps de développer la relation entre Alice et Gabriel qui commencent d’ailleurs par se vouvoyer, un petit détail que j’ai trouvé plein de charme.

Alice et Gabriel, bien que très différents, sont liés par cet amour commun pour la cuisine, un amour qui, pour la jeune femme, remonte à son enfance. Je n’en dirai pas plus, mais j’ai trouvé la raison qui l’a poussée à se mettre derrière des fourneaux très touchante. La cuisine est donc un art bien représenté dans ce roman que ce soit à travers le contexte de l’intrigue, quelques recettes en fin d’ouvrage, le rappel de termes culinaires (roussir, blanchir…)… Il y a donc de fortes chances que vous ayez envie de vous jeter sur un bon petit plat ou sur des madeleines, spécialité d’Alice, dès la dernière page tournée.

Amour et cuisine, voilà un joli mélange qui va malheureusement se trouver entacher par une sombre histoire de corbeau. Alice reçoit des lettres de menace qui seront suivies par des actes de malveillance allant crescendo. Cette histoire apporte une petite touche de mystère et de suspense fort plaisante d’autant que le mobile du méchant est plutôt cocasse. Mais cet interlude est, pour moi, surtout un moyen pour l’autrice de renforcer les liens entre les différents personnages. Ne vous attendez donc pas à une enquête bien poussée, mais plutôt à un joli élan de solidarité autour d’Alice. Cela ne nous empêche pas de suivre avec plaisir et curiosité le travail de la petite équipe de détectives improvisés. Max, en fan de Sherlock Holmes (je vous ai déjà dit que j’adore ce gamin ? ), semble d’ailleurs prendre l’enquête très à cœur.

Quant à la plume de Maud Brunaud, elle fait partie intégrante du charme du récit. Accessible, mais travaillée et d’une grande fluidité, l’autrice nous prouve que lecture détente ne rime pas forcément avec style plan-plan ou pire, gnangnan. Mais le grand atout de l’autrice est d’avoir su, à travers sa plume, transmettre aux lecteurs tout l’amour qu’elle porte à ses personnages. Émouvants tout en ayant chacun leur caractère, il se dégage de chacun d’entre eux un petit quelque chose qui vous donne envie d’apprendre à les connaître comme s’ils existaient réellement. J’ai également apprécié l’humour très présent grâce, notamment, à Alice dont certaines réparties sont pleines de piquant voire de mordant. Max apporte également une touche d’humour par sa manière déstabilisante d’énoncer des vérités sans beaucoup de tact, mais toujours avec pertinence.

En bref, sont réunis dans ce roman tous les ingrédients que l’on recherche dans une lecture détente : une plume fluide, des situations parfois drôles parfois plus rocambolesques, des personnages attach(i)ants, de l’humour, une touche de suspense, de la romance… Alors si vous avez envie de passer un moment de lecture sympathique, gourmand et entraînant, Alice et tous ses amis vous attendent. Bons plats, madeleines et bonne humeur au menu !

Et vous, envie de découvrir le roman ?
Commandez-le chez votre libraire ou en ligne.

Le rôle de la guêpe, Colin Winnette

Je remercie les éditions Denoël pour m’avoir permis de découvrir Le rôle de la guêpe de Colin Winnette.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Un nouvel élève vient d’arriver à l’orphelinat, un établissement isolé aux mœurs aussi inquiétantes qu’inhabituelles. Il entend des murmures effrayants la nuit, et ses camarades se révèlent violents et hostiles. Quant au directeur, il lui souffle des messages cryptiques et accusateurs. Seul et rejeté par ses pairs, le nouveau tente de survivre à l’intérieur de cette société inhospitalière.
Une rumeur court parmi les pensionnaires, selon laquelle un fantôme hanterait les lieux et tuerait une personne par an. Tous les ans, les garçons se réunissent, sous l’impulsion de quelques anciens, pour démasquer celui d’entre eux qu’ils pensent être le fantôme… et l’éliminer!
Simple mascarade potache ou mise en scène sordide pour justifier les meurtres rituels? Cette année, le prétendu fantôme a été clairement désigné : c’est le petit nouveau. Pour une simple et bonne raison, on ne l’a jamais vu saigner, et les guêpes, très nombreuses dans cette bâtisse, ne le piquent pas. La chasse aux sorcières peut commencer.

  • Broché: 208 pages
  • Editeur : Denoël (13 septembre 2018)
  • Collection : Sueurs froides
  • Traduction : Robinson Lebeaupin
  • Prix : 20€
  • Autre format : ebook (14,99€)

AVIS

Si j’ai eu envie de m’attarder sur ce roman, c’est d’abord en raison, ou à cause, de sa couverture que je trouve aussi dérangeante que fascinante. Cette guêpe à l’orée d’un œil à la beauté glaçante ne peut qu’attirer l’attention tout en donnant envie de fuir loin, très loin. On peut donc dire que cette couverture annonce dès le début au lecteur l’ambivalence des sentiments que ce roman ne manquera pas de faire naître chez lui. Car le résumé, qui me semble d’ailleurs quelque peu éloigné de ce que vous trouverez dans le livre, ne vous prépare pas vraiment à la tournure que vont prendre les événements. Je m’étais ainsi attendue à une vague histoire de persécution dans une ambiance teintée de fantastique quand j’ai découvert bien plus que cela.

L’auteur va bien plus loin dans le glauque, l’horreur et le bizarre. À travers un narrateur à la froideur déstabilisante, il vous propose une histoire abordant des thèmes difficiles : la persécution, la malveillance, la violence individuelle et collective, la force des croyances, la recherche d’un sentiment d’appartenance et ses dérives… Mais ce qui met vraiment mal à l’aise, ce ne sont pas ces thèmes courants, notamment dans les romans noirs, mais le fait qu’ils soient abordés du point de vue d’adolescents. Dans l’imaginaire collectif, l’enfance est liée à l’innocence, mais ici enfance et adolescence sont placées sous le signe de la malveillance et de la méchanceté. Nous découvrons ainsi un orphelin placé dans un orphelinat aux mœurs plutôt hostiles. Asocial et assez égocentrique, il n’arrivera pas vraiment à s’intégrer à ses « frères »… Mais la situation prend une tournure encore plus délicate quand des meurtres sont commis au sein de l’orphelinat.

À la fois accusateur et accusé, notre protagoniste se met à soupçonner tout le monde, à commencer par ce directeur qui lui semble tour à tour sympathique puis manipulateur. Mais qu’en est-il vraiment ? Ami ou ennemi dont il faut venir à bout avant qu’il ne ligue les autres orphelins contre lui ? Le doute s’installe, l’ambiance devient étouffante et poisseuse, les tensions croissent, les rancœurs s’installent, la peur s’immisce dans l’orphelinat en même temps que s’accumulent les disparitions… Et puis il y a ces rumeurs d’une présence spectrale qui laissent sceptique notre narrateur, mais qui ne manqueront pas de semer le doute et l’effroi dans l’esprit des lecteurs. La frontière entre réalité et monde fantasmagorique semble donc mouvante entre les mains de l’auteur qui, tel un metteur en scène, construit patiemment un décor horrifique prompt à enfermer votre imagination dans des scénarios plus angoissants les uns que les autres.

La tension monte crescendo, bien que l’auteur ménage régulièrement des pauses à travers les considérations presque philosophiques de notre orphelin, et c’est avec horreur que le lecteur assiste à un pseudo procès de cet orphelin bouc émissaire qui passe auprès de ses pairs de potentiel meurtrier à fantôme qu’il convient de faire disparaître. À travers une mise en scène à la fois éloquente et grotesque, l’auteur nous convainc du poids du groupe en tant qu’entité et des exactions qu’un faux sentiment, entre autres, de camaraderie peut faire commettre à chacun. Une dilution des responsabilités inhérente aux groupes qui peut mener au pire des chaos et aux actions les plus condamnables que ce soit ici, ou dans la vraie vie d’ailleurs.

La malveillance de certains jeunes protagonistes met donc fortement mal à l’aise car elle est dépeinte avec détachement et de manière désagréablement réaliste ! Difficile de parler de bons et de méchants dans ce roman puisque même le protagoniste a un comportement des plus ambivalents. Froid et méthodique notamment dans les plans qu’il imagine pour se débarrasser de ses ennemis supposés, il est impossible de le prendre en pitié. L’auteur se délecte d’ailleurs du doute qu’il installe, petit à petit, dans notre tête. Victime d’un système qui l’a privé d’amour ou malade d’une personnalité égocentrique et calculatrice, qu’en est-il vraiment de ce personnage dont on partage les pensées pendant plus de 200 pages ?

Sur ce point, à chacun de tirer ses propres conclusions, mais ce qui est certain, c’est que le doute est roi dans ce récit, ce qui vous met dans un climat permanent de questionnement et de tension. Un procédé efficace pour s’assurer de votre entière attention devant cet enchaînement de faits catastrophiques dont on essaie tant bien que mal de déterminer le fil conducteur. Et pour ce faire, vous n’aurez que les pensées d’un orphelin dont l’ambiguïté n’inspire pas vraiment la confiance et des dialogues dont il est parfois difficile de déterminer la véracité. Ces doutes permanents m’ont parfois frustrée, notamment avec une fin qui n’apportera pas les réponses tant attendues, mais ce sont aussi eux qui m’ont permis de m’immerger totalement dans ce récit aux relents angoissants de films d’horreur.

L’orphelinat en lui-même apporte également cette dimension dramatique qui fait le sel de ce roman. Ce lieu austère, dans lequel les orphelins vivent quasiment en autarcie, semble porter intrinsèquement en lui le terreau du drame. On ne sera donc nullement surpris qu’il soit le théâtre d’événements perturbants. Mais derrière l’horreur d’un récit teinté de fantastique, l’auteur semble aussi dépeindre de manière plus ou moins directe, l’horreur cette fois-ci bien humaine, d’un endroit délaissé par les autorités publiques qui demandent à un homme seul de gérer son établissement avec toujours moins de moyens, mais toujours plus d’orphelins. Si la critique sociétale, une parmi d’autres, est intéressante en soi, elle sert aussi ici parfaitement l’intrigue puisque le manque de ressources ne pourra qu’avoir un impact sur ces orphelins conscients du problème… Avec cynisme, on en vient d’ailleurs à se demander si les meurtres ne sont pas un moyen de régulation comme un autre.

Ce climat malsain dans lequel on évolue passe par les péripéties, bien sûr, mais aussi par le style atypique de l’auteur qui allie froideur et pensées teintées de poésie et de philosophie, un mélange efficace qui garantit une immersion totale dans ce huis clos dont on regrettera seulement de ne pas avoir percé tous les mystères. La plume de l’auteur plaira donc à ceux qui acceptent de ne pas rentrer dans l’émotif, mais dans l’efficacité, la froideur et la complexité derrière une apparente simplicité.

En conclusion, Colin Winnette a su imposer ici son style, un style efficace dont la relative froideur cache des questions non dénuées d’une certaine profondeur. Derrière des situations qui frisent parfois l’absurde, l’auteur semble sonder l’âme humaine dans toute sa noirceur et sa complexité. Il en ressort une histoire qui dérange, met mal à l’aise et laisse le lecteur seul face à ses doutes notamment sur la dimension horrifique du livre. Déstabilisant et fascinant, à l’image de son protagoniste, Le rôle de la guêpe fait partie de ces romans qui ne plairont pas à tout le monde, mais qui ne laisseront aucun lecteur indifférent.

Et vous, envie de feuilleter et/ou d’acheter le roman ?
Retrouvez-le chez votre libraire ou en ligne

L’assassin de ma sœur, Flynn BERRY

Je remercie Babelio et les éditions Presses de la cité pour m’avoir permis de découvrir L’assassin de ma sœur de Flynn Berry.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

« Imaginez la série policière Broadchurch écrite par Elena Ferrante. » Claire Messud

Nora, la petite trentaine, prend le train depuis Londres pour rendre visite à sa sœur dans la campagne. À son arrivée, elle découvre que Rachel a été victime d’un crime barbare. Atomisée par la douleur, Nora est incapable de retourner à sa vie d’avant. Des années auparavant, un événement traumatique a ébranlé sa confiance dans la police ; elle pense être la seule à pouvoir retrouver l’assassin de sa grande sœur. Mais isolée dans ce petit village qui chuchote et épie, isolée – surtout – avec les démons de leur jeunesse sacrifiée, Nora devra souvent se battre avec elle-même pour retrouver la vérité sous la surface brumeuse des souvenirs.

  • Broché: 272 pages
  • Editeur : Presses de la Cité (20 septembre 2018)
  • Collection : SANG D’ENCRE
  • Prix : 20.90€
  • Traduction : Valérie MALFOY

AVIS

Quand sa sœur, Rachel, ne l’attend pas à la gare, Nora ne s’en formalise pas. Londonienne, elle se fait un plaisir de passer le week-end dans la campagne anglaise avec cette sœur dont elle si proche. Mais au plaisir du bon repas qu’elle imaginait déjà, se substituent des images d’horreur : une mise en scène macabre dans laquelle le chien de sa sœur est pendu et Rachel sauvagement assassinée. Nora prend alors la décision de s’installer dans le village de sa sœur pour faire le point sur cette affaire qui fait tristement écho à cet acte de violence dont Rachel a été victime par le passé. D’ailleurs, les deux affaires, sont-elles liées ? Une question parmi tant d’autres qui mèneront Rachel sur une pente glissante, la jeune femme semblant parfois perdre prise avec la réalité…

L’enquête à proprement parler n’est pas passionnante, du moins, du point de vue policier puisque les deux personnes en charge du dossier se montrent aussi incompétentes l’une que l’autre, l’une par manque d’objectivité, et l’autre par l’absence cruelle de clairvoyance et/ou de véritable implication. Mais tout l’intérêt du roman ne tient pas dans une enquête rondement menée, mais bien dans cette tension psychologique que l’autrice a su faire sienne. Devant le manque d’intérêt de la police pour le meurtre de sa sœur, Nora prend les choses en main et entre dans une sorte de spirale infernale où elle alterne entre les souvenirs de sa sœur, et le retour à la dure réalité dans laquelle sa sœur n’est plus. Entre les deux, il y a les découvertes qu’elle fait petit à petit sur cette personne qu’elle pensait connaître de A à Z, mais qui lui réserve finalement quelques surprises. La vie de Rachel telle que l’imaginait Nora se fissure au fur et à mesure de son enquête, ce qui ne pourra que venir épaissir le mystère autour de sa mort et rendre la douleur de sa perte encore plus difficile. Quand la personne que vous aimiez le plus au monde vous cachait des choses, comment ne pas se sentir désemparé, voire blessé ?

Si j’ai beaucoup apprécié le roman au point de le lire d’une traire une nuit d’insomnie, j’ai regretté que l’autrice ne prenne pas le temps de développer un peu plus les personnages secondaires, et notamment deux personnes qui avaient tout le potentiel pour ajouter une touche supplémentaire de tension et de suspense. Alors qu’ils sont supposés semer le doute dans l’esprit de la police, de Nora et des lecteurs, je n’ai pour ma part pu m’empêcher de regretter un manque criant de charisme. Toutefois, je comprends le choix de l’autrice de se focaliser principalement sur Nora et sa sœur, la relation complexe entre les deux femmes étant, quant à elle, brillamment dépeinte. Rachel est morte, mais on ressent encore de manière poignante et indiscutable la force des liens qui l’unissaient à Nora. Cela permet de comprendre un peu mieux l’obsession de Nora pour l’enquête et les mesures qu’elle est prête à prendre pour connaître la vérité, toute la vérité, quitte à réveiller des traumatismes du passé et les peurs qui y sont associées.

D’ailleurs, en plus des liens familiaux, les traumatismes et la difficile (re)construction de soi semblent être au cœur du roman. Les deux sœurs ont vécu un traumatisme durant leur jeunesse, l’une en tant que victime directe, l’autre en tant que « dommage collatéral ». Les deux jeunes filles, devenues femmes, se sont donc construites autour de ce choc, ce qui leur a permis d’avancer dans la vie tout en les enfermant paradoxalement dans une sorte de prison. À trop revivre le passé, difficile de construire le présent ! Toutes les deux obsédées par l’idée de retrouver le bourreau de Rachel, il s’est noué entre elles, une relation qui m’a semblé quelque peu malsaine comme si les deux soeurs étaient liées par la douleur plutôt que le bonheur… Mais si l’on considère la mort brutale et sanguinolente de Rachel, peut-être que le drame fait finalement partie intégrante de la vie de ces deux sœurs.

Narré du point de vue de Nora, le récit est prenant et immersif, car si Nora n’est pas particulièrement attachante, elle arrive à captiver le lecteur par ses allers-retours entre présent et passé, entre les bons et mauvais souvenirs, et ce présent où Rachel, malgré sa mort, continue à jouer un rôle crucial dans la vie de sa sœur. Il est parfois déstabilisant de suivre les cheminements de pensée de Nora qui saute d’une époque à l’autre, mais ses souvenirs, distillés avec efficacité, forment la trame du roman, un roman dans lequel transparaît tout le poids des secrets, des liens du sang, des traumatismes, du deuil et de la solitude. À travers son récit, Flynn Berry évoque également, même si c’est de manière succincte, les violences faites aux femmes comme cette violence domestique que chacun préfère ignorer quand le bourreau est quelqu’un de respecté ou encore, le viol et les accusations à peine voilées transformant la victime en coupable.

Tous ces thèmes forts et difficiles sont renforcés par l’ambiance pesante qu’a su instaurer l’autrice. Sans être claustrophobe, on se sent étouffer dans ce village qui prend presque vie sous nos yeux grâce aux descriptions de Nora. On retrouve cette ambiance à la Broadchurch avec cette impression oppressante qui se dégage du temps, des rues, du confinement propre aux petits villages dans lesquels tout le monde pense se connaître alors que des secrets, parfois terribles, couvent entre les murs des maisons…

Enfin, au-delà de la tension psychologique omniprésente, l’autrice a veillé à offrir à ses lecteurs un certain suspense. Ne vous attendez pas à un suspense haletant, mais plutôt le genre de suspense qui vient titiller votre curiosité tout en vous laissant le temps d’appréhender l’histoire dans son ensemble et de réfléchir aux indices qui vous sont progressivement dévoilés. Les choses s’emballent dans les derniers chapitres, et à mesure que l’étau se resserre autour de l’assassin de Rachel, on se rend compte de la manière dont l’autrice a su brouiller les pistes. Il m’a ainsi fallu un certain temps avant d’identifier l’assassin de Rachel…

En conclusion, Flynn Berry a su dès le départ attiser ma curiosité à travers une plume simple, mais efficace qui n’appelle à rien d’autre qu’à se laisser prendre par la main pour entendre l’histoire de Nora et de Rachel, deux sœurs à la relation aussi fusionnelle que complexe. Et ça marche, dès les premières lignes, on se laisse embarquer dans le récit sans se poser de questions, on écoute attentivement les confidences de Nora qui alterne entre ses souvenirs et ses suspicions quant à l’identité du meurtrier de sa sœur, on savoure la tension psychologique qui se dégage presque toute seule des pages… En d’autres termes, on dévore ce roman qui dispose de tous les éléments indispensables à la réussite d’un thriller, et accessoirement, d’un page-turner.

Et vous, avez-vous envie de feuilleter ou de découvrir le roman ?
Retrouvez-le chez votre libraire ou en ligne.

In My Mailbox #84

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Lire ou Mourir. »


ACHAT NEUF

Je n’achète quasiment jamais de livres de cuisine à l’exception de ceux de Marie Chioca dont les recettes sont souvent à IG bas, un principe que j’applique dans mon alimentation suite à un petit problème endocrinologique. Ne prenant pas de goûters, ce livre me servira surtout pour mes neveux et nièces et M., un grand gourmand qui adore tout ce qui est sucré.

La pause sucrée à l’heure du goûter, c’est O-BLI-GA-TOI-RE ! C’est l’heure où le corps a besoin de sucre et l’utilise au mieux. Les enfants ne s’y trompent pas et sont les premiers à réclamer ce moment gourmand. Les adultes ont aussi tout intérêt à l’adopter pour ne pas succomber au fatal grignotage de la fin de journée, mauvais pour la silhouette et la santé. Attention toutefois, ce n’est pas de biscuits industriels trop sucrés et suremballés dont nous avons besoin, mais de goûters sains et équilibrés, élaborés à partir de farines et sucres non raffinés, de fruits frais ou secs, de chocolat noir… Vous trouverez dans cet ouvrage 50 recettes de goûters bio pour tous les jours, faciles et rapides à préparer, idéales à mettre en oeuvre dans une vie quotidienne bien remplie. L’auteure y dévoile en particulier ses secrets pour préparer des gâteaux « express » en tranches, en barres, en tuiles, en triangles, à l’avance ou au dernier moment. A vous les cookies coco-choco, les sablés aux noix, les madeleines à découper, mais aussi la tartinade provençale, le « crunchy » amandes-spéculoos, ou encore les classiques revisités comme les gaufres de Liège au chocolat, les tranches napolitaines ou les petits-beurres fourrés au chocolat… Quelques idées de boissons délicieuses accompagneront le tout, pour faire de cet instant le meilleur moment de la journée, pour les petits comme pour les grands !

Pour vous donner un ordre d’idée de ce que vous pourrez trouver comme type de recettes dans les livres de l’autrice, je vous invite à consulter son excellent site : Saines gourmandises.

ACHATS D’OCCASION

  • Zodiac Legacy tome 1 : ayant le tome 2 dans ma PAL, j’ai sauté sur le tome 1 quand je l’ai trouvé d’occasion.

Quand douze superpouvoirs sont lâchés sur le monde, un jeune américain du nom de Steven se trouve embarqué dans une épique course-poursuite. Il aura à maîtriser d’étranges pouvoirs, semer de dangereux mercenaires, et percer le mystère du Zodiac…

  • The person controller de David Baddel :

Fred and Ellie are twins. But not identical (because that’s impossible for a boy and a girl). They do like all the same things, though. Especially video games. Which they are very good at. They aren’t that good, however, at much else – like, for example, football, or dealing with the school bullies.

Then, they meet the Mystery Man, who sends them a video game controller, which doesn’t look like any other controller they’ve ever seen. And it doesn’t control any of their usual games. When the twins find out what it does control, though, it seems like the answer to all their problems. And the key to all their wildest dreams. At least it seems like that…

  • The Name of The Wind de Patrick Rothfuss dans sa version collector :

The Name of the Wind: 10th Anniversary Deluxe Edition (Kingkiller Chronicle, Band 1)

This deluxe, illustrated edition celebrates the New York Times-bestselling series, The Kingkiller Chronicle—a masterful epic fantasy saga that has inspired readers worldwide.

This anniversary hardcover includes more than 50 pages of extra content!
• Beautiful, iconic cover by artist Sam Weber and designer Paul Buckley
• Gorgeous, never-before-seen illustrations by artist Dan Dos Santos
• Detailed and updated world map by artist Nate Taylor
• Brand-new author’s note
• Appendix detailing calendar system and currencies
• Pronunciation guide of names and places

My name is Kvothe.

I have stolen princesses back from sleeping barrow kings. I burned down the town of Trebon. I have spent the night with Felurian and left with both my sanity and my life. I was expelled from the University at a younger age than most people are allowed in. I tread paths by moonlight that others fear to speak of during day. I have talked to Gods, loved women, and written songs that make the minstrels weep.

You may have heard of me.

So begins a tale unequaled in fantasy literature—the story of a hero told in his own voice. It is a tale of sorrow, a tale of survival, a tale of one man’s search for meaning in his universe, and how that search, and the indomitable will that drove it, gave birth to a legend.

EBOOKS

  • Le vol des âmes de Kim Richardson :

Le Vol des Âmes (Les Chroniques de l’Horizon t. 1) par [Richardson, Kim] Alexa a de gros ennuis. Elle est morte.

Le problème, c’est qu’au lieu de retourner auprès de son créateur, elle débarque dans la Légion des anges gardiens, un groupe secret destiné à protéger les âmes des mortels contre les démons.
La vie d’Alexa prend un tournant aussi palpitant que terrifiant quand, renvoyée dans le monde mortel pour enquêter sur une série de meurtres et de disparitions d’âmes, elle se fait attaquer par un démon. Mais les démons sont-ils vraiment responsables de ces crimes ? Ou s’agit-il de tout autre chose ?

Pour ne rien arranger, une ombre maléfique et immémoriale menace le monde, et avec elle une force plus terrible et destructrice que les mortels n’en ont jamais connu. Alexa trouvera-t-elle un moyen de l’arrêter ou le monde des humains sera-t-il à jamais condamné ?

Roman fantastique redoutablement haletant, rempli d’aventure, d’intrigues et d’amour, le monde foisonnant du Vol des Âmes est parfait pour les fans de The Mortal Instruments.

  • Ashes of the Fall de Nicholas Erik :

Ashes of the Fall (The Remnants Trilogy Book 1) (English Edition) par [Erik, Nicholas]

In the year 2048, the crumbling remnants of western North America are suddenly buried in ash, weakening the grip of the brutal dictatorship. A factional landscape springs from the ashes, con man Luke Stokes artfully navigating the clash.

But he can’t remain above the fray for long, as each faction seeks the truth from Luke regarding his murdered brother’s final project. A neural-interface technology that will forever shift the fragile balance of the ashen plains.

With the true believers, desert nomads, survivalists and existing regime closing in, Luke must delve deeper into his genius brother’s secrets. And the truth about his last project will dramatically alter the remnants of civilization.

Because the fall isn’t always the end – sometimes, it’s only the beginning.

  • Apprentice Quest de Jim Hodgson :

Apprentice Quest (Ozel the Wizard Book 1) (English Edition) par [Hodgson, Jim]

A hopeful orphan. An incredible wizard. One boy must do the impossible to change his life forever…

Ozel wonders if he’ll ever escape his angry, fat caretaker. As the orphan hopes for a better future, a mysterious wizard gives him the gift of an apprenticeship and some unbelievable magic. But when Ozel discovers he’s the lone heir to a massive fortune, he’ll need more than a few spells to claim it.

After learning his portly caretaker plans to steal the money first, Ozel races through a forest of blacksmiths, witches, and even the undead to protect his birthright. If he survives the treacherous Tangul forest, the orphan and his wizard may just have to stop a twisted mage to go from zero to wealthy hero.

Apprentice Quest is a young adult fantasy novel full of action and humor. If you like powerful wizards, twists and turns, and coming-of-age tales, then you’ll love Jim Hodgson’s worthy successor to the magical genre.

SERVICES DE PRESSE

  • Cœur de Menhir : Les nouveaux druides d’Adrien Hortemel : quand l’auteur m’a proposé ce tome 2, j’ai accepté tout de suite ayant bien aimé le tome 1. Et puis Adrien est un auteur qui montre un vrai respect pour les blogueurs, ce qui n’est pas toujours le cas. Je ne peux donc que vous inviter à suivre son travail que vous découvrirez, entre autres, sur son site dédié à sa série Cœur de Menhir.

couverture tome 2 du livre fantasy Cœur de menhir

  • Le rêve de Chat Taigne de Colline Hoarau (Évidence Éditions)

Le rêve de chat Teigne: (Adapté aux lecteurs dyslexiques) par [Hoarau, Colline]

Chat Taigne est le compagnon quotidien de Clémentine. Heureusement qu’il est là lorsque Colin, le marin, s’en va de par les océans. Il a un rêve secret, en voyant chaque jour, les enfants passer devant la fenêtre. Les accompagner vers l’école. Pourra-t-il réaliser son rêve ? Que vont devenir ses maîtres ? Restera-t-il seul ?

Chat Taigne n’a pas fini de nous étonner !

Et vous, quelles sont les nouveautés de votre PAL ?