Book Haul Gibert Joseph sur PriceMinister (1/2)

DSC_0641

Profitant de soldes importantes de Gibert Jospeh dans sa boutique sur PriceMinister, j’ai plus ou moins laissé cours à ma folie dépensière… au point de devoir scinder ce book haul en deux parties.

Dans cette première partie, je vais vous présenter tous mes achats hors œuvres graphiques.

NB : n’hésitez pas à me contacter si vous désirez être parrainé sur PriceMinister.

ROMANS/ANTHOLOGIES

POÉSIE

J’avais déjà repéré ce recueil de poèmes et ai donc sauté sur l’occasion quand je l’ai vu à un prix attractif.

DSC_0631

COFFRET

BEAUX LIVRES

Quelques minutes après minuit est le livre que j’attendais avec le plus d’impatience dans ma commande.

INSTANT BOULET

Je n’ai pas vu que Le Livre des âmes était en version audio. Quant à Loups-Garous, je me suis aperçue que je l’avais déjà dans ma bibliothèque… Je pense donc donner ou vendre ces deux articles.

Voilà pour cette première partie de book haul. J’ai hâte de découvrir ces ouvrages prometteurs même si comme souvent, il m’est difficile de savoir par lequel commencer.

Et vous, avez-vous déjà lu certains de ces livres ? Si c’est le cas, je serais ravie d’en avoir votre avis.

Les Chevaliers de la Chouette, Ben Fiquet

Chouette

J’ai découvert Les Chevaliers de la Chouette de Ben Fiquet à la médiathèque.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Dans le royaume de Dampierre, Manille est un petit garçon qui rêve de devenir chevalier. Mais ce n est pas donné à tout le monde d entrer dans l une des prestigieuses confréries auxquelles appartiennent ces guerriers de légende. Un jour au château, il rencontre Valence, un drôle de personnage avec une tête d oiseau, membre d une étrange confrérie que l on prétend maudite : les Chevaliers de la Chouette. Une aubaine pour Manille qui va tout faire pour les rejoindre et déjouer les complots de l infâme baron de Dampierre !

  • Album: 88 pages
  • Editeur : GLENAT (9 avril 2014)
  • Prix : 14,95€

 

AVIS

Manille, jeune orphelin élevé dans un couvent, a un souhait : devenir chevalier notamment pour protéger les Soeurs qui l’ont recueilli et élevé. Par un concours de circonstances, il va rencontrer un chevalier de la Chouette puis, finir par faire partie de cette confrérie après avoir déjoué, aux côtés des chevaliers, un complot de l’infâme Baron de Dampierre.

Manille n’est pas forcément tombé sur la meilleure confrérie pour réaliser son rêve puisque l’heure de gloire des Chevaliers de la Chouette semble bel et bien appartenir au passé. Néanmoins, ses membres, dans l’ensemble, sont plutôt sympathiques et les deux personnages féminins offrent même aux lecteurs des échanges mère/fille amusants.

J’ai trouvé Manille très attachant dans son désir farouche d’être chevalier et sa propension à défendre la veuve et l’orphelin malgré son âge qui ne lui permet pas vraiment d’impressionner ses adversaires. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’a pas froid aux yeux ce qui peut le conduire à se mettre dans des situations quelque peu dangereuses… pour lui et les autres.

Valence, un chevalier avec une tête d’oiseau, se montre également touchant. Un peu rustre aux premiers abords, il va refuser de prendre sous son aile, sans mauvais jeu de mots, le jeune garçon avant de capituler. Il faut dire que Manille a de la suite dans les idées ! Valence est le personnage qui m’a le plus intriguée. J’ai hâte d’en apprendre plus sur les raisons de son apparence physique qu’il désespère d’abandonner au profit de sa forme humaine.

Si la BD nous immerge dans un monde de chevaliers avec ses classiques châteaux, une place est accordée à la technologie à travers la présence de robots. Manille est d’ailleurs très attaché à Tilt, un robot qu’il a trouvé et réparé.  J’ai adoré cette association entre technologie et chevalerie.

Enfin, l’aspect cartoon des illustrations m’a beaucoup plu et correspond très bien à cet univers chevaleresque teinté d’humour et de fantasy.

Pour conclure, si vous avez envie d’une lecture avec des chevaliers, des personnages attachants, de l’humour et de la magie, Les chevaliers de la Chouette est une BD qui devrait vous plaire.

Throwback Thursday Livresque #23 : Si je devais vivre dans la peau d’un personnage

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.

Thème de la semaine : Si je devais vivre dans la peau d’un personnage

Freepik-Tarea-6

A la lecture du thème, j’ai tout de suite pensé à Alice au pays des merveilles, mais je vous en ai déjà parlé. Heureusement, un second titre s’est imposé à mon esprit même si je reconnais que le choix peut sembler bizarre : Journal intime d’un chat acariâtre.

20170223_143957-1
« Je me présente, je suis un petit chat de 6 mois, vif, intelligent, beau, facile à vivre et modeste. Après avoir bourlingué de foyer en foyer, je viens d’être recueilli par une famille tout à fait détestable. Je ne connais pas leur nom, appelons-les la famille Crétin, ça leur va à merveille. Je vais vous raconter mon quotidien. »
« Si je devais résumer ma philosophie de vie en une phrase, ce serait : » Un esprit sain dans un coussin. «  »
« Quand je m’ennuie, je mange. Quand je suis heureux, je mange. Quand je suis triste, je mange.
Mais qu’on ne vienne pas me dire que je suis gourmand, ça va m’énerver, et quand je suis énervé, je mange. »
« 22 novembre, 75e jour de captivité.
Ce matin, action coup de poing ! J’ai décapité une souris et leur ai apporté le corps sur leur lit. Cette action barbare est nécessaire pour faire comprendre à mes geôliers de quoi je suis capable. La mission a lamentablement échoué, ils se sont extasiés bêtement à grand renfort de paroles onctueuses et condescendantes: « mais quel bon chat, c’est un bon chasseur, ça ! ».
Je crois que je vais devoir monter d’un cran en violence… »

  • Pourquoi ce livre ? : parce que passer sa journée à se prélasser, à manger à qui mieux mieux et à se moquer de ses maitres, c’est quand même sympa comme vie, non ? Et puis, c’est rare de pouvoir se comporter comme un psychopathe narcissique tout en ayant quand même l’air d’être tout mignon.
  • Pour qui ? : pour les amoureux des chats à condition qu’ils aient de l’humour, sinon ils risquent de ne pas apprécier l’image qu’Edgar donne de la gent féline.
  • Quand ? : quand on a envie d’une lecture légère ou simplement envie de rire. On peut aussi dégainer le livre à la suite d’une bêtise de son poilu d’amour histoire de se dire qu’il y a pire, il y a Edgar.

Pour en savoir plus sur Journal intime d’un chat acariâtre, je vous invite à lire ma chronique.

Et vous, le livre vous tente ?

 

Albédo, Sébastien Fritsch

index

Je remercie Sébastien Fritsch de m’avoir confié Albédo et d’avoir su si bien m’en parler. Il est vrai que spontanément, je ne me serais pas tournée vers cet ouvrage et me serais alors privée d’une très belle découverte. Je le remercie également pour sa dédicace, c’est une attention qui me fait toujours très plaisir.

CONCOURS POUR REMPORTER UN EXEMPLAIRE D’ALBÉDO: allez vite sur le blog de Beltane lit en secret découvrir une interview de l’auteur et participer au concours.

AUTEUR

91DeuKUmGgL._UX250_

Site WebPage Facebook

Né en région parisienne en 1969, Sébastien Fritsch s’est installé à Lyon au début des années 2000. Albédo est son sixième roman.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

L’amitié est ce qui reste quand on a tout perdu. Alors Nil n’hésite pas : dès que Mock le contacte, il accepte de le suivre. Même s’ils ne se sont pas dit un mot depuis quinze ans. Même si c’est pour convoyer une urne funéraire. Et même si la destination n’est autre que Ti-Gwern, cette grande maison où, quelque vingt ans plus tôt, ils étaient une poignée à partager leur jeunesse. Nil sait pourtant qu’on n’efface pas le temps en remontant une vieille route : les rires et la musique, les vins parfumés, les regards, les désirs qui animaient tous leurs séjours dans ce lieu hors du monde, sont désormais bien loin sans même parler de Maud. Alors, est-ce l’amitié ou la nostalgie qui le motive à faire le voyage ? Ou devinerait-il, sans vraiment se l’avouer, que rien n’est vraiment fini tant qu’on ne s’y résigne pas ?

  • Broché 340 pages
  • Editeur : Editions Fin mars début avril (11 juin 2016)
  • Prix : 18€
  • Autre format : ebook

AVIS

L’appel d’un vieil ami perdu de vue, une urne funéraire, un voyage à destination d’une maison bien connue autrefois, puis la disparition inexpliquée de Mock… Mais pourquoi a-t-il disparu aussi vite qu’il est réapparu dans la vie d’Emmanuel ? Cette question, de laquelle en découlera beaucoup d’autres, est le point de départ d’une enquête qui conduira Emmanuel sur les traces d’un passé qui n’est pas aussi révolu qu’il n’y paraît.

L’auteur alterne entre présent autour de la recherche de Mock et passé, à travers le flot de souvenirs de Nil, surnom d’Emmanuel, ce qui donne du rythme, un tempo à l’histoire. Malgré un côté introspectif, l’histoire ne se révèle d’ailleurs jamais ennuyante, mais suscite au contraire, sans relâche, l’attention et l’intérêt des lecteurs.

Cette alternance présent/passé apporte également un certain suspense puisque l’on en vient à se demander ce qui a pu se produire il y a presque vingt ans pour conduire à la situation actuelle. L’auteur joue avec notre imagination nous donnant au compte-gouttes des informations sur cette bande d’amis qui s’est perdue de vue, le jour où la plupart des membres ont été éjectés de la maison sans ménagement par le propriétaire des lieux.

Nous ne sommes clairement pas dans un thriller qui vous tiendrait en haleine par un suspense haletant, mais dans une histoire où les nombreuses questions non résolues apportent un certain mystère qui vous donne envie d’en apprendre plus sur Emmanuel, Maud et leurs anciens amis.

J’ai beaucoup aimé ce livre ; j’aurais donc spontanément tendance à le conseiller à tous. Néanmoins, après réflexion, je pense que cet ouvrage ne plaira pas à tout le monde, ce n’est pas un livre passe-partout ni un roman bourré d’actions et de rebondissements abracadabrantesques.

Ce livre plaira avant tout aux personnes qui aiment les histoires d’amitié comme certains aiment les histoires de famille, les deux ayant en commun de contenir leur lot de secrets, de non-dits, d’espoirs déçus, de mystère, mais également leur lot d’éclats de rire, de complicité et de moments heureux.

Le roman séduira de la même manière les lecteurs qui aiment les histoires mettant en scène un personnage non pas parfait, mais parfaitement attachant à la psychologie développée.

Ainsi, en suivant Nil dans son enquête pour comprendre le mystère entourant la disparition de Mock, on apprend à le connaître, lui et ses qualités mais aussi ses failles. On sent l’agacement poindre le bout de son nez quand il découvre que Mock l’a laissé seul dans la maison, on comprend sa déception, ses regrets, sa douleur face à un amour de jeunesse jamais partagé, on perçoit son inquiétude, sa colère face à un ami intime qui semble tellement insaisissable…

On s’agace aussi parfois de son comportement, de son extrême gentillesse qui le rend quelquefois « mou » ou détaché de sa propre personne, renvoyant de lui l’image de néant que Mock lui attribuait. En d’autres mots, on s’attache à Nil, un personnage profondément humain qui évolue tout au long du roman prenant un peu plus d’assurance même si, comme vous le découvrirez, il lui reste du chemin à parcourir avant d’arriver à complètement s’affirmer sans ressentir le besoin de fuir ni de tout accepter.

C’est ainsi que plusieurs jours après avoir tourné la dernière page du roman, il m’arrive d’avoir une pensée pour lui comme s’il était difficile de dire définitivement adieu à un ami. Il faut dire que la finesse avec laquelle l’auteur nous fait entrer dans la vie de ce personnage donne presque l’impression aux lecteurs de le connaître réellement.

En plus de la qualité de la plume de l’auteur, j’ai adoré les dialogues. Je déplore régulièrement un manque cruel de fluidité et de naturel dans ce domaine. J’ai donc été enchantée de découvrir des dialogues réalistes qui auraient pu être échangés dans la vraie vie.

La seule chose qui m’a moins convaincue dans le roman est la raison qui a poussé Mock à disparaître. Je ne peux pas détailler les raisons de mon scepticisme sans vous spoiler, mais ça m’a somme toute semblé être tiré par les cheveux. Cependant, je dois reconnaître que ça ressemble bien à cet homme qui nous apparaît, à travers les yeux de Maud et Emmanuel, aussi brillant que torturé.

Enfin, et c’est bien sûr une opinion toute personnelle, j’aurais adoré voir Ti-Gwen en couverture, cette maison d’apparence abandonnée et délabrée étant un peu à l’image de l’amitié unissant Emmanuel et ses amis, partie en déliquescence faute d’entretien…

En conclusion, Albédo est un roman plein de sensibilité où la psychologie des personnages et en particulier celle de Nil est mise en valeur par la finesse de la plume de l’auteur. Dès les premières lignes, les lecteurs sont embarqués dans cette histoire de disparition qui, en plus d’être mystérieuse et porteuse de nombreuses questions, est aussi l’occasion de nous offrir un voyage dans une histoire d’amitié conjuguée au passé et au présent.

Vous pouvez acheter ou lire les premiers chapitres du roman sur le site des Éditions Fin mars début avril.

A Study in Scarlet, Sir Arthur Conan Doyle

Avec Florence du blog Satoru Kudo, nous avions décidé de lire, en lecture commune, l’intégrale des aventures de Sherlock Holmes en commençant par A Study in Scarlet ou Une étude en rouge dans sa version française. Une troisième lectrice, grande admiratrice du célèbre détective, s’est jointe à nous : la célèbre June du blog June & Cie.

June et moi avons lu le livre en anglais et Florence en français. Le niveau de langue m’a semblé accessible même si un dictionnaire s’est révélé utile notamment dans la deuxième partie. Si vous en avez la possibilité, je ne peux que vous conseiller fortement de faire l’effort de lire dans la langue de Shakespeare.

NB : vous pouvez télécharger gratuitement et légalement A Study in Scarlet ou les aventures complètes de Sherlock Holmes sur Internet. Je l’ai personnellement fait, mon intégrale de Sherlock Holmes étant bien trop lourde et précieuse à mes yeux pour la trimballer de partout.

RÉSUMÉ

When Dr John Watson takes rooms in Baker Street with amateur detective Sherlock Holmes, he has no idea that he is about to enter a shadowy world of criminality and violence.

Accompanying Holmes to an ill-omened house in south London, Watson is startled to find a dead man whose face is contorted in a rictus of horror. There is no mark of violence on the body yet a single word is written on the wall in blood. Dr Watson is as baffled as the police, but Holmes’s brilliant analytical skills soon uncover a trail of murder, revenge and lost love . . .

AVIS

Le livre est divisé en deux parties. La première nous permet de faire connaissance de Sherlock Holmes et du docteur Watson qui vont avoir l’occasion de travailler sur la résolution d’un meurtre. La deuxième partie nous offre une plongée dans une toute autre histoire, enfin en apparence. Vous découvrirez par vous-même et, je l’espère, avec plaisir comment ces deux intrigues sont bel et bien connectées.

La deuxième partie m’a quelque peu surprise puisqu’il n’y est quasiment pas question du célèbre détective et de son acolyte. Le style de narration qui tranche avec celui de la première partie ainsi que les changements de lieu et de temps m’ont même, pendant quelques instants, donné l’impression d’avoir affaire à une tout autre histoire ou d’avoir raté un point important de l’intrigue. Il m’a fallu voir le nom de la victime pour être rassurée…

J’ai mis un peu de temps à entrer dans la deuxième partie qui se révèle d’ailleurs, du point de vue de l’anglais, un petit peu plus difficile à comprendre, des passages descriptifs étant présents. Cependant, une fois que je me suis plongée dans l’histoire, je n’ai pas décollé les yeux du livre impatiente de découvrir comment l’auteur allait réussir à faire le lien entre les deux intrigues. J’ai ainsi adoré sa manière de dérouler le fil de l’histoire et de ménager un certain suspense. Il est vrai que l’on comprend, avant la fin, les tenants et aboutissants du meurtre, mais cela ne nuit en rien au plaisir que l’on ressent à « écouter » Sherlock Holmes expliquer le raisonnement lui ayant permis de résoudre son enquête.

J’avais lu un manga dans lequel était narrée la rencontre entre Sherlock Holmes et le Docteur Watson, mais j’ai néanmoins apprécié de redécouvrir la rencontre entre les deux membres de ce duo, à première vue, plutôt atypique. Nous découvrons l’histoire du point de vue du Docteur Watson qui ici, il faut bien l’avouer, sert plus ou moins de faire-valoir. Je n’ai pas trouvé qu’il était indispensable en dehors de son rôle de narrateur, mais j’ai aimé m’extasier avec lui des prouesses de son nouvel ami et colocataire. Il faut dire que les méthodes de travail de Sherlock Holmes sont, pour l’époque, des plus innovantes et que la personnalité du personnage ainsi que son extraordinaire sens de l’observation et de l’analyse contribuent à le rendre fascinant.

Alors que dans la vraie vie, l’auto-suffisance du célèbre Sherlock Holmes aurait eu tendance à m’agacer, je dois dire qu’ici, cela ne me gêne pas et que ce trait de caractère le rend même presque attachant. J’ai ainsi pris plaisir à le voir exulter de ses découvertes et de sa « victoire » contre les deux autres célèbres détectives chargés officiellement de l’enquête. La compétition entre ces personnages a un côté tellement enfantin qu’elle en devient amusante ou suscite, du moins, une certaine indulgence de la part du lecteur.

Enfin, j’ai retrouvé dans ce roman certaines similitudes avec Le mystère de la chambre de jaune de Gaston Leroux ce qui n’est pas étonnant si l’on rappelle que l’auteur s’était inspiré d’Arthur Conan Doyle qui lui-même s’était inspiré du chevalier Auguste Dupin, personnage d’Edgar Allan Poe. J’ai donc parfois eu le sentiment d’être en terrain connu notamment au niveau du style de narration et de la personnalité de Sherlock Holmes qui présente quelques points communs avec celle de Rouletabille (même confiance en soi, sens aigu de l’observation et d’analyse, esprit de compétition…). Heureusement, les différences entre les deux détectives et les deux histoires demeurent assez nombreuses pour que cela ne soit pas gênant.

En conclusion, si vous aimez les intrigues policières et souhaitez découvrir ou redécouvrir le célèbre duo Sherlock Holmes/ Watson, je ne peux que vous recommander de vous plonger rapidement dans A Study in Scarlet. Le suspense n’est pas intenable, mais les méthodes de travail de Sherlock Holmes, sa personnalité et la relation entre les deux protagonistes rendent la lecture prenante. Ce premier roman introductif m’a plus que jamais donné envie de lire la suite des aventures du plus célèbre détective de la planète.

DECOUVREZ les avis de Florence du blog Satoru Kudo et de June du blog June & Cie.

In My Mailbox #13

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Lire ou Mourir.  »

SERVICES PRESSE

Je remercie Les Éditions du Cherche Midi et Babelio pour l’envoi du roman Une mère d’Alejandro Palomas ainsi que LH Chéreau pour l’envoi de son roman Tuer l’ami.

ACHAT OCCASION

J’ai craqué devant cet album dont les illustrations sont magnifiques :

20170328_184141-1

J’ai également reçu trois livres en anglais, mais ils seront présentés dans un book haul « livres en VO ».

Et vous, des nouveautés dans votre PAL ?

 

Challenge Le printemps de l’Imaginaire francophone

Dans

pt-logo-pif_0

Je me suis inscrite au challenge Le printemps de l’Imaginaire francophone dont le but est de lire, du 1er mars au 1er juin, des livres (romans, BD, mangas…) fantastiques, de science-fiction et de fantasy d’auteurs francophones.

Parmi ceux proposés, j’ai opté pour le palier 3 avec 6 ouvrages à lire. J’ai également pris l’option « lire au moins un ouvrage d’une moyenne ou petite maison d’édition ou d’un auteur auto-édité ».

Les inscriptions pour ce challenge sont ouvertes jusqu’au 31 mars. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site Monde Fantasy et vous inscrire au groupe facebook Le Printemps de l’Imaginaire Francophone.

Je n’ai pas préparé de PAL spécifique pour l’occasion, mais je ne doute pas de trouver mon bonheur dans ma bibliothèque.

Le suivi du challenge sera effectué sur cet article :

Et vous, le challenge vous tente ?