100 days my prince (drama coréen)

100 Days My Prince (PMP Korean Drama, 16 Eps, English Subtitles, All  Region): Amazon.fr: DVD et Blu-ray

AVIS

J’ai découvert ce drama en parcourant le catalogue Netflix. Le titre m’intriguant, je me suis laissé tenter et ai enchaîné les quatre premiers épisodes un soir d’insomnie. Mon rythme de visionnage a été par la suite bien plus lent, étant peut-être un peu moins passionnée par l’intrigue et la relation entre les deux protagonistes. Pas que celle-ci soit inintéressante, mais plutôt qu’elle perd un peu en piquant. Dans tous les cas, malgré quelques longueurs qui, je vous l’avoue, m’ont conduite à faire régulièrement des avances rapides (mais je n’ai absolument aucune patience devant une série et le dernier épisode traîne vraiment en longueur), j’ai passé un bon moment devant cette romance historique pleine d’humour, dont le gros atout est Hong Sim, une jeune femme souriante, pugnace, intelligente, débrouillarde, courageuse, juste et altruiste.

Des qualités qui cachent pourtant un drame familial, lui-même lié à des intrigues et complots politiques. D’ailleurs, les intrigues de cour et les complots sont au cœur du récit par l’intermédiaire d’un personnage machiavélique, retors et d’une intelligence redoutable. Il va être responsable de tous les malheurs de nos héros, mais le destin et l’amour semblent plus forts que tout. Sinon comment expliquer que la route du prince hériter Lee Yul et celle de Hong Sim finisse par se recroiser ?

Le drama, en plus de nous enchanter par de magnifiques costumes d’époque, contient ce que j’apprécie : beaucoup d’humour, un personnage amnésique, de l’amour, de belles amitiés, des drames sans pathos, des secrets, des mensonges, des trahisons, de la tension, du suspense, des complots, des histoires de famille complexes et compliquées, et des héros attachants ! Car si Hong Sim est l’atout charme de ce drama, d’autant que le jeu de l’actrice est irréprochable, le prince héritier se révèlera être également un personnage intéressant, froid en apparence, mais touchant et fidèle à ses valeurs et à son amour d’enfance... J’ai apprécié de le voir évoluer au sein du palais, un panier de crabes dans lequel il se sent bien seul et semble bien mal entouré.  Mais ce que j’ai préféré, c’est le suivre durant ses cent jours d’amnésie où il devient Won Deok, un simple homme du peuple, mais par un facétieux concours de circonstances, le mari de Hong Sim !

Leurs débuts en tant que faux couple, ni l’un ni l’autre ne désirant ce mariage, sont truculents et ne manqueront pas de vous arracher des sourires. Il faut dire que si Lee Yul a perdu la mémoire, il a conservé son goût pour le luxe et les belles choses, sans, hélas pour lui, avoir les moyens de s’y adonner. Du moins, s’y adonner sans conséquence fâcheuse pour sa nouvelle épouse qui, elle, a les pieds sur terre et le sens des réalités ! Je loue d’ailleurs la patience de Hong Sim devant les grosses bourdes de son mari qui va devoir apprendre d’urgence la valeur de l’argent…

Autour du couple, se dessine une palette de personnages secondaires variés et, dans l’ensemble, plutôt bien construits et développés : quelques-uns sont adorables comme le père adoptif et la meilleure amie de Hong Sim, d’autres détestables, quand certains se révèlent finalement plus complexes qu’il n’y paraît…Je vous laisserai le soin de le découvrir par vous-même, mais j’ai également apprécié tout le mystère et le drame entourant un personnage du passé de Hong Sim. Quant au triangle amoureux, récurrent dans les dramas romantiques, il est finalement assez léger pour ne pas gêner l’intrigue puisqu’on n’a pas vraiment de doute sur l’issue finale. Néanmoins, si j’ai apprécié le prince héritier et la manière dont il est resté fidèle toute sa vie à un amour qu’il croyait perdu, ainsi que sa sensibilité cachée sous une couche de froideur, j’avoue avoir également apprécié l’homme tournant autour de Hong Sim. Niveau personnalité, c’est un peu son pendant ! Pour ma part, je l’ai trouvé extrêmement touchant, bienveillant, altruiste et attentif.

En bref, sous fond de complot politique, d’intrigue de cour, de jeux de pouvoir et de corruption, voici une romance historique sympathique qui vous offrira de beaux moments, de l’émotion à l’état brut (j’ai versé ma larme), de la tension, des histoires d’amour avec un grand A, un peu de drame, des sourires et des rires, le tout porté par un duo attachant et complémentaire !

Drama visionné dans le cadre du Challenge Coréen organisé par Depuis le cadre de ma fenêtre.

 

Mini-chroniques en pagaille #41 : challenge coréen, sorcière, chat et douceur !

Mini-chroniques en pagaille

Plus détaillées qu’un simple commentaire, mais moins développées qu’une chronique, les mini-chroniques me permettent de partager succinctement mon avis sur certaines de mes lectures que je n’ai pas eu le temps ou l’envie de chroniquer de manière plus classique.


Voici un nouvel article mini-chroniques en pagaille centré sur la jeunesse, ayant lu pas mal d’album et de BD jeunesse ces derniers jours. Je crois que j’avais besoin de lecteurs douces et mignonnes… Cet article me permet également d’ajouter une entrée au Challenge coréen !

  • L’île de Grand-Père de Joung-Mi Yoon (Les éditions de L’Élan vert)

Couverture L'île de grand-père

Incapable de résister à une si belle couverture, je n’ai pas hésité à emprunter ce magnifique album jeunesse qui nous offre une jolie histoire pleine de douceur et de poésie. Contrairement à ses parents qui l’ont envoyé là-bas, Joon-so n’est guère enthousiaste à l’idée de passer ses deux mois de vacances à la mer chez son grand-père. Il faut dire que l’île est bien trop paisible à son goût ! Une quiétude et un silence que l’on perçoit d’ailleurs à travers les illustrations de l’autrice…

Un jour son grand-père lui propose une balade en bateau, une idée qui ne plaît guère à Joon-so qui n’aime pas le bateau et préfère jouer à son jeu vidéo. Mais son grand-père a du flair en évoquant une grotte marine… Cette sortie en mer, loin d’être banale, marquera pour Joon-so le début d’une fantastique aventure où la frontière entre les rêves et la réalité s’estompe au profit de belles rencontres et de somptueux paysages. Qui a dit qu’on s’ennuyait sur l’île de son grand-père ?

Beau, tendre, poétique et onirique, voici un magnifique album jeunesse à ne pas manquer pour vivre un rêve éveillé et assister à la naissance d’une belle complicité intergénérationnelle.

Album lu dans le cadre du Challenge Coréen de Depuis le cadre de ma fenêtre

Challenge coréen logo 2021-2022



  • Tout seul ? de Rosemary Shojaie (Didier jeunesse)

Tout seul ? par Shojaie

Voici un petit album qui m’a d’abord séduite par sa couverture et ses magnifiques illustrations d’une tendre et douce poésie. J’ai tourné les pages des étoiles plein les yeux et me suis surprise à m’attarder sur chaque détail, à me laisser imprégner par les différentes atmosphères que l’on croise au fil de l’histoire. Printemps, été, automne… à chaque saison, Nico, un joli renard roux, et ses amis trouvent quelque chose à faire ensemble, tous ensemble.

Puis vient l’hiver ! Mais au lieu de profiter des frimas de la saison, Ava la loutre, Olive le raton laveur et Linus le blaireau dorment d’un lourd et profond sommeil. Déçu de ne pas avoir ses amis à ses côtés, Nico part dans la forêt afin de trouver un nouveau compagnon de jeu. 

Malheureusement, la forêt semble bien vide… Mais Nico en est-il bien certain, n’y a-t-il vraiment personne d’autre prêt à jouer avec lui ?  Pour le savoir, ne reste plus qu’à vous plonger dans cette magnifique et poétique histoire dont les illustrations ne devraient pas manquer de subjuguer grands et petits lecteurs, tout en leur offrant un final tendre à souhait !



  • Le costume secret d’Halloween de Karina Dupuis (illustrations) et Sophie Vaillancourt :

Appréciant beaucoup la ligne éditoriale des éditions CrackBoom, je ne pouvais qu’avoir envie de lire ce très joli album de saison !

La petite Charlotte adore le mois d’octobre, car c’est le mois où l’on fête Halloween, une fête durant laquelle il est de coutume, surtout quand on est une sorcière comme elle, de porter un déguisement qui fait peur. Mais Charlotte en assez de cette tradition, elle aimerait porter le déguisement de son choix !  Elle ne sait pas encore lequel, mais elle est certaine d’une chose : elle ne veut pas d’un déguisement qui fasse peur.

Si sa mère n’accueille pas d’un très bon œil l’envie de sa fille, la tradition étant la tradition, Charlotte pourra heureusement compter sur le soutien de ses deux amies, Amalia et Coraline, et de sa grand-mère. Une sorcière qui n’hésite pas à affirmer ses goûts quitte à être considérée comme bizarre et à être regardée d’un œil étrange par les membres de sa communauté… Un joli modèle pour Charlotte qui trouvera le courage de s’émanciper d’une tradition qui ne lui convient guère pour affirmer ses propres goûts ! Car finalement, l’important n’est-il pas d’être soi et d’écouter la voix de son cœur que ce soit à Halloween ou le reste de l’année ?

Porté par de jolies illustrations tout en rondeur et aux couleurs éclatantes, ce petit album offre un très joli message quant au droit pour les enfants de faire leurs propres choix et d’affirmer leurs envies et leurs goûts, tradition ou pas. On appréciera également la jolie complicité et la tendresse unissant une petite-fille et sa grand-mère, deux sorcières qui n’hésitent pas à revendiquer leurs préférences…

Merci aux éditions CrackBoom! et à Netgalley pour cette lecture.



  • Pauvre Petit Chat de Michel Van Zeveren (l’école des loisirs)

J’ai tout de suite fondu devant la couverture avec ce chaton blanc, petite boule de poils esseulée dans la nuit étoilée. Et je dois dire que mon cœur s’est fendu devant ce chat perdu mais qui trouvera dans la lune, une inattendue et discrète alliée.

Nous suivons l’avancée du chaton sur le trottoir où il croisera un sac poubelle, un lampadaire, une porte qui violemment se ferme…Tout autant de rencontres qu’il percevra comme des dangers, notre chat étant seul et apeuré. Mais il n’est pas vraiment seul, la lune gardant l’oeil sur lui et compatissant à ses malheurs jusqu’à ce que…. Je n’en dirai pas plus, mais le final est beau et tendre et offre une conclusion qui réchauffera le cœur des lecteurs, tout en ne manquant pas de faire naître un beau sourire sur le visage des enfants.

J’ai également apprécié le travail sur la composition des illustrations avec des doubles pages construites sur le même modèle, offrant un cadre restreint et balisé qui permettra aux enfants de rapidement s’approprier l’histoire. Le fait que la progression suive à chaque fois un schéma similaire avec un texte qui se répète et s’agrandit apporte, en outre, une certaine dimension dramatique dans la mesure où l’on attend avec inquiétude, mais aussi beaucoup d’espoir le dénouement… Il y a donc beaucoup d’émotions entre ces pages à l’ambiance minimaliste mais aux dessins très expressifs. 

En bref, voici un album touchant et adorable qui plaira aux amoureux des chats de tous âges.

Et vous, l’un de ces albums vous tente-t-il ?
Lisez-vous des albums jeunesse ?

Challenges littéraires auxquels je compte participer en 2021 #2

Lecture, Jeune Fille, Loisirs, Femme

Je vous avez déjà parlé des challenges auxquels je compte participer en 2021, mais puisque d’autres se sont invités au programme, j’ai décidé de faire un deuxième article sur le sujet. Au programme, le challenge coréen, le challenge objectif du mois, le bingo de l’amour et le challenge #PayeTonSlip.


CHALLENGE CORÉEN

Challenge coréen logo 2021-2022

Pour la deuxième année, je me suis inscrite au Challenge coréen organisé par Depuis le cadre de ma fenêtre qui a eu la gentillesse de comptabiliser ma première lecture alors que je ne m’étais pas officiellement inscrite : Mon amie Momo.

Si vous aussi vous avez envie de découvrir ou de partager votre passion de la culture coréenne sous toutes ses formes (cinéma, gastronomie, littérature…), n’hésitez pas à vous inscrire à ce challenge qui a commencé le 21 avril 2021 et qui se terminera le 21 avril 2022.

Pour ma part, je n’ai pas fait de PAL précise, mais il y a quelques titres que je suis certaine de lire et de chroniquer pour le challenge :

Couverture Qu'est-ce qui cloche avec la secrétaire Kim ?, tome 1Couverture Akiko la rêveuseHistoires de Kisaeng, Tome 1 : La Barque du destinCouverture Oneuli

Je pense aussi regarder des dramas et films coréens…


OBJECTIF DU MOIS 

https://nsm09.casimages.com/img/2021/04/16//21041601183825203417369618.png

Ce challenge présente l’avantage d’être facile à suivre puisqu’il suffit de lire chaque mois au moins un livre (roman, nouvelle, manga, BD…) répondant à la consigne en cours, certaines étant plus faciles que d’autres. Mais c’est aussi ça le plaisir de participer à des challenges littéraires.

  • juin : un des plus petits nombres de pages de la PAL
  • juillet : abordé pendant la session précédente
  • août :  jolie couverture
  • septembre : auteur né à partir de 1960
  • octobre :  ne fait pas partie d’une série
  • novembre : titre et nom de l’auteur écrits de façon différente sur la couverture
  • décembre : auteur jamais lu, ou pas dans ce genre de livre
  • janvier : objectif, bonne résolution
  • février : chiffre, ponctuation, caractère spécial sur la couverture
  • mars : livre que l’on conseillerait ou mettrait à disposition
  • avril : série
  • mai : livre dont on n’est pas le (premier) propriétaire.

Pour les détails et/ou les inscriptions, ça se passe sur le forum Livraddict consacré au challenge. Et n’hésitez pas non plus à lire l’article de Du côté de chez Cyan qui vous présente sa PAL pour le challenge.


BINGO DE L’AMOUR

Fleur bleue dans l’âme, Grâce du blog Les notes de Grâce M. nous a préparé un bingo de l’amour qui se déroulera du 20 juin au 20 décembre 2021. Pour tous les détails, notamment sur les consignes et les modalités de participation, je vous invite à lire son article très complet et détaillé.

Si vous souhaitez participer, ne tardez pas trop, les inscriptions se terminent le 1er juillet sur Livraddict.

Voici quelques exemples de livres que j’aimerais lire dans le cadre du challenge :

Couverture Aristote et Dante découvrent les secrets de l'universCouverture Cemetery Boys Couverture En attendant Bojangles (BD)Couverture Trilogie de l'amour, tome 1 : Amour sur une colline dénudée


LE CHALLENGE DE L’ÉTÉ – #PayeTonSlip

Organisé par Séverine de la chaîne youtube IlEstBienCeLivre, le challenge #PayeTonSlip est simplissime puisqu’il suffit de choisir sa taille de slip soit son objectif de lecture pour juillet et août :

  • taille S : lire au moins 5 livres
  • taille M : lire au moins 10 livres
  • taille L : lire au moins 20 livres
  • taille XL : lire 30 livres et +

Le challenge étant centré sur les romans, je vise la taille L soit lire au moins 20 livres. Un objectif qui me semble stimulant et atteignable, du moins selon mes habitudes de lecture, et qui me redonnera peut-être un petit coup de fouet puisque depuis début mai, mon rythme de lecture s’est bien amoindri.

Et vous, à quel(s) challenge(s) comptez-vous participer ?
L’un d’entre eux vous tentent-ils ?

Films et séries en pagaille #2 (février 2021)

Sur le modèle des articles Mini-chroniques en pagaille, j’ai décidé de tenter un nouveau type d’article : Films et séries en pagaille. Chaque fin de mois, je reviendrai rapidement sur les séries et films visionnés. Une expérience qui, je l’espère, me permettra de fixer un peu plus longtemps dans ma mémoire les œuvres vues…


Tout d’abord, je voulais vous remercier pour l’accueil que vous avez réservé à ce nouveau rendez-vous sur le blog. Je n’étais pas certaine que ce type d’article vous intéresserait, alors vos encouragements et vos commentaires m’ont beaucoup touchée et quelque peu rassurée.

Avec deux déceptions et deux bons visionnages, le bilan de février est mitigé, mais il est largement compensé par l’excellent mois de lecture que j’ai eu…

SÉRIES

  • Suspicious partner (abandon au milieu du 10ème épisode) :

Suspicious Partner

Une jeune avocate accusée injustement d’un meurtre. Un meurtrier qui l’épie pour vérifier qu’elle ne découvre pas la vérité… Un procureur qui sacrifie sa carrière pour sa stagiaire. Trois destins irrémédiablement liés.

Si j’ai bien accroché au premier épisode, mon intérêt n’a cessé de décroître au fil de la série jusqu’à me pousser à l’abandonner. J’ai apprécié la tension liée à un meurtrier qui a bien failli condamner Bong Hee à la prison. Mais j’ai trouvé que le dénouement relatif à cette histoire de meurtrier machiavélique tendait à s’éterniser.

Mais ce qui m’a le plus gênée, c’est la romance que j’ai trouvée adorable en début de série puis franchement exaspérante. Les choses n’avancent pas et les protagonistes se comportent bien plus comme des collégiens que des adultes. C’est assez dommage quand on voit à quel point l’ancien procureur Ji Wuk est intelligent et perspicace dans le domaine professionnel.

Les femmes m’ont également paru assez stéréotypées avec soit la jeune ingénue, soit la femme sans cœur qui ne pense qu’au travail ou pire, la garce qui ne pense qu’à reconquérir un ex qu’elle n’avait pas hésité à tromper avec leur meilleur ami commun… J’ai d’ailleurs trouvé assez injuste que cette femme soit complètement effacée de la vie des deux hommes quand ces derniers continuent à se côtoyer, même s’ils n’ont pas retrouvé leur complicité d’antan.

Toutefois, je reconnais avoir apprécié la fraîcheur et l’optimisme de Bong Hee qui est une jeune femme joyeuse et confiante en l’avenir malgré l’accusation de meurtre dont elle a été victime. De la même manière, j’ai souvent souri devant les réunions de travail de l’équipe d’avocats qui donnent lieu à des chamailleries et des à échanges pleins d’humour… Mention spéciale pour le patriarche du groupe, peut-être le plus enfantin, mais définitivement le plus drôle !

Suspicious partner n’est pas une série désagréable, mais elle a manqué de ce punch et de cette alchimie entre les protagonistes qui me donnent envie d’enchaîner les épisodes…

N’hésitez pas à consulter l’avis de L’imaginaerum de symphonie que je partage entièrement !

  • Brooklyn Nine-Nine, saison 7 : 13 épisodes de 20 minutes

Brooklyn Nine-Nine Season 7 Netflix update and All You Need To Know - Otakukart NewsC’est en parcourant le catalogue Netflix à la recherche d’une série au format court que j’ai réalisé que la nouvelle saison de cette série que j’adore était sortie.

Si cette saison est peut-être un peu moins pétillante que les précédentes, la faute à une saison raccourcie et à des comiques de situation qui tendent à se répéter, j’ai adoré retrouver cette bande de policiers complètement loufoque et dont chaque membre à une personnalité marquée : la freak control, la femme froide qui cache un bond fond et une petite réserve de tendresse, le foufou de service, le meilleur ami qui ressemble à lui tout seul à un fan club, le gros balèze qui se révèle être un gros nounours au cœur tendre, les deux gloutons plus intéressés par la nourriture que l’arrestation de criminels…

C’est toujours un plaisir de les voir évoluer les uns aux côtés des autres, se titiller, se lancer dans des jeux idiots, et parfois travailler ; on est dans un commissariat après tout ! Certains épisodes partent dans tous les sens et nous plongent dans des situations complètement folles, marque de fabrique de la série…

Comme on est dans une saison 7, je n’entrerai pas dans les détails, mais je tenais à signaler l’évolution de Raymond Holt qui nous apparaît très différent du capitaine des débuts. Oubliez la machine froide et rationnelle… Une évolution qui ne manque pas de charme ni de piquant, notre homme nous dévoilant une facette bien plus humaine, voire enfantine, qui le rapproche parfois un peu de Jake. Les deux peuvent ainsi se montrer quelque peu extrêmes dans leurs plans. Et puis, impossible de ne pas craquer devant son chien Cheddar qui ne manquera pas de faire son apparition.

En bref, la série ne se prend pas au sérieux, même si elle n’hésite pas à aborder certaines problématiques comme le racisme, mais c’est ce qui la rend aussi savoureuse. En attaquant un épisode, on sait qu’on va automatiquement passer un bon moment de divertissement sans prise de tête, et c’est parfois largement suffisant !

FILMS

  • Come away :

Résultat de recherche d'images pour "come away affiche"

Je n’ai pas grand-chose à dire sur ce film qui ne m’a guère enthousiasmée. Mais il est tout à fait possible que mon ressenti soit fortement influencé par le décalage entre mes attentes et la réelle teneur du film. En lisant le résumé et en voyant l’affiche à l’esthétique très Disney, je m’étais attendu à un film avec un bel aspect fantastique, quand l’histoire est bien plus profonde et sombre. Il est ainsi question de deuil et de la manière dont chacun va de l’avant et arrive à faire face à la situation… ou non.

Des sujets pas inintéressants en soi, mais qui ne correspondaient pas du tout à ce dont j’avais envie sur le moment, d’autant qu’il y a quand même une légère tendance à la surenchère dans le drame, avec un jeu peu subtil sur le pathos. Et c’est quelque chose qui a bien souvent du mal à passer avec moi. J’ai toutefois apprécié les multiples références à Alice au pays des merveilles et à Peter Pan, le mélange est audacieux et apporte une certaine profondeur au récit, nous montrant le pouvoir des contes pour aborder des situations difficiles de la vie…

  • L’amour sans Préavis :

https://fr.web.img4.acsta.net/c_210_280/medias/nmedia/00/02/57/88/aff.jpg

Après l’échec de mon précédent visionnage, j’ai cliqué sur un film que j’avais vu, il y a de nombreuses années et dont je gardais un bon souvenir. D’ailleurs, si j’avais oublié les détails, je me souvenais quand même très bien de la personnalité des héros, des parents de l’héroïne, de l’arrivée d’une jeune avocate aux dents longues et de la fin. Cela ne m’a pas empêchée de passer un bon moment devant cette comédie romantique efficace, bien que très sage par rapport à ce qui se fait actuellement.

Oubliez donc les scènes de sexe à gogo et les mélodrames destinés à faire pleurer dans les chaumières, ce qui n’a pas été pour me déplaire ! Et si ça reste classique, j’ai savouré le décalage d’éducation entre le très riche Georges et sa brillante conseillère Lucy élevée par des parents engagés. Malgré leurs différences, Lucy est très vite devenue indispensable à George qui la consulte absolument pour tout, qu’il s’agisse de ses dossiers professionnels ou du choix de ses caleçons, ce qui ne manquera pas de faire sourire. Du moins les spectateurs, parce que Lucy commence sérieusement à être exaspérée par la situation et finit par donner son préavis… poussant insidieusement chacun d’entre eux à se poser des questions sur la nature de leurs relations.

L’histoire est très classique, mais si vous avez envie d’une comédie romantique légère et tendre avec deux acteurs spécialistes du genre, L’amour sans Préavis est fait pour vous !

Et vous, qu’avez-vous vu en février ?
Connaissez-vous ces œuvres et/ou vous tentent-elles ?

Challenge coréen [2020-2021]

Si j’aime beaucoup la littérature asiatique, je prends rarement le temps d’en lire. J’ai donc tout de suite été tentée par le Challenge coréen lancé sur le blog Depuis le cadre de ma fenêtre. Commencé le 21 avril 2020, il se terminera le 21 avril 2021.

L’idée est de partager des articles en lien avec la culture coréenne : littérature, cinéma, séries, gastronomie, traditions, musique…

Pour ma part, je compte surtout m’intéresser à la partie littérature du challenge en piochant quelques livres dans ma PAL. J’espère ainsi atteindre au moins la catégorie Visiteur consistant à partager 5 articles.

Voici la liste de livres dans laquelle je compte piocher en priorité :

Sept yeux de chats par ChoiQuiz show par KimBienvenue par KimToutes les choses de notre vie par Hwang

L'Empire des lumières par KimL'échelle de Jacob par GongSi le rôle de la mer est de faire des vagues par KimGénéalogie du mal par Jeong

Secrets par EunParce que je déteste la Corée par ChangMémoires d'une reine de Corée par HongL'Ecole des chats à Angkor, tome 1 - Le Secret d'Angkor par Kim

Jeux de famille par MiriKim Jiyoung, née en 1982 par ChoLe jardin par PyunHistoires de Kisaeng, Tome 1 : La Barque du destin

Déjà chroniqués sur le blog avant le challenge : Nos jours heureux et Fils de l’eau.

Nos jours heureux par GongLe fils de l'eau par Gu

Et vous, aimez-vous la littérature coréenne ?
Avez-vous des titres à me conseiller ?