Les aventures de Myrtille Jones, Tome 1: La ville en danger de Rob Biddulph

Couverture Les Aventures de Myrtille Jones

Je remercie les éditions Bayard jeunesse et Babelio pour m’avoir envoyé Les aventures de Myrtille Jones, Tome 1: La ville en danger de Rob Biddulph en échange de mon avis. Je les remercie d’autant plus que le roman était accompagné de sympathiques goodies.

Depuis que son père a disparu, la vie de Myrtille est bien morose… Jusqu’au jour où elle retrouve dans ses affaires un incroyable crayon qui donne vie aux dessins. Après avoir esquissé une porte, voilà Myrtille plongée dans le monde extraordinaire de Chroma ! Mais face à des poissons mécaniques volants, une grêle d’encre et, surtout, au mystérieux M. White, l’aventure s’annonce plus compliquée que prévu.

Bayard Jeunesse (26 octobre 2022) – 432 pages – 16,90€
Traduction : Maud Ortaldag

AVIS

Appréciant beaucoup la ligne éditoriale de la maison d’édition, je me suis lancée confiante dans ma lecture, et j’ai bien fait ayant passé un excellent moment de divertissement auprès de personnages attachants et courageux, qui vont vivre une aventure digne d’un film d’animation ! Il faut dire que le roman porte déjà en lui-même une belle portée visuelle, que ce soit grâce aux descriptions concises mais parfaitement immersives de l’auteur, ou les illustrations aux teintes noires et orangées qui parsèment le livre, s’insérant à merveille et naturellement à la narration. Il devient d’ailleurs difficile de différencier ce que l’on lit de ce que l’on voit tellement la forme devient indissociable du fond, ce qui devrait faciliter grandement l’expérience de lecture des jeunes lecteurs.

Si les illustrations m’ont séduite et m’ont permis de vivre les événements intensément, le fond m’a, quant à lui, enchanter, Rob Biddulph nous offrant une véritable ode à la créativité sous fond de quête de liberté ! Dans cette aventure menée d’une main de maître, nous suivons trois jeunes protagonistes dans leur découverte d’un monde parallèle, accessible grâce à un crayon extraordinaire permettant de donner  vie aux dessins… Un monde hélas menacé par un homme dangereux et mystérieux, M. White, parti en croisade contre l’imagination et tout ce qui fait le sel de la vie. Mais c’était sans compter sur Myrtille, sa petite sœur et Rockwell bien décidés à sauver Chroma et lui rendre ses couleurs ! Cette mission est d’autant plus importante qu’elle semble liée à la disparition du père de Myrtille. Une disparition auréolée de mystère, Myrtille n’ayant jamais cru à la thèse officielle selon laquelle son père les aurait abandonnés sciemment, elle, sa sœur, son grand frère et sa mère… Cela ne correspond pas à l’image qu’elle a de son père, un homme aimant avec lequel elle partage depuis toujours l’amour de l’art et du dessin, un amour qui lui sera d’ailleurs fort utile à Chroma…  

Dès les premières pages, j’ai été saisie par le ton du récit, simple et captivant à la fois, Rob Biddulph arrivant à créer une réelle proximité, voire une intimité certaine avec ses personnages pour lesquels on se prend tout de suite d’affection. J’ai apprécié de suivre Myrtille, une jeune adolescente courageuse qui, tout au long du livre, m’a impressionnée par ses prises de risque, sa débrouillardise, sa créativité, son altruisme, sa pugnacité, son intelligence des situations, sa capacité à prendre rapidement des décisions et à se lancer sans tergiverser dans l’action… Des traits de caractère à l’opposé de ceux de Rockwell, un camarade de classe de Myrtille qui va faire partie de l’aventure contre toutes ses propres règles de prudence. Bien moins téméraire que notre héroïne, il se révèlera néanmoins indispensable, ce garçon étant un vrai puits de science qui permettra à l’équipe de se sortir de situations difficiles. Je me suis beaucoup amusée du décalage de personnalité entre ces deux personnages, mais aussi émue de la manière dont, petit à petit, Myrtille va baisser sa garde pour laisser à Rockwell une place qu’il semble convoiter, celle d’ami.

En plus de ce duo, d’autres protagonistes font partie de l’aventure : Gribouille, un adorable chien en fusain, et la petite sœur de Myrtille qui a réussi à imposer sa présence. Si j’ai apprécié Mrytille, j’ai adoré ce petit génie de 5 ans dont l’intelligence peut rivaliser sans peine avec celle de Rockwell. Amusante, courageuse et très en avance sur son âge, elle apporte cette touche de mignonnerie qui fait toute la différence, et qui se marie à merveille au côté très original de l’aventure. Je lis beaucoup de romans jeunesse, mais je n’ai rien lu de similaire aux aventures de Myrtille Jones, l’auteur ayant su imposer son propre style et proposer une histoire originale pleine d’amitié, de péripéties étonnantes et fracassantes, et de personnages hauts en couleur. Je pense notamment à un crocodile très touchant du nom de Jonathan Longcroupion qui déplore les préjugés dont il est victime, ceux-ci l’empêchant d’embrasser le métier dont il rêve.

C’est le genre de loufoquerie que j’adore et qui représente assez bien cet univers fascinant, où les dessins prennent vie, les robots peuvent entrer en résistance, et la créativité devient un enjeu de liberté. On parle ainsi d’oppression, de résistance, et du pouvoir de l’art pour vaincre le totalitarisme et permettre à chacun de retrouver le goût à la vie. La bataille sera longue, mais Myrtille, sa sœur et Rockwell sont bien décidés à la mener jusqu’au bout, aidés des membres de la résistance prêts à tous les risques pour redonner à Chroma ses couleurs. À ces enjeux d’importance, s’ajoutent ceux plus personnels autour de la disparition du père de Myrtille… J’aurais aimé, à la fin de ce premier tome, avoir toutes les réponses à mes questions, mais j’ai trouvé intéressant de lier les deux aspects de l’histoire, d’autant que cela joute une bonne dose de suspense à l’intrigue ! 

Une intrigue menée tambour battant, l’auteur réussissant à enchaîner les péripéties sans jamais donner le sentiment de les précipiter. Entre les découvertes, les interrogations multiples, les révélations, les dangers à surmonter et les dessins à croquer, nos personnages n’ont pas le temps de s’ennuyer, seulement celui de réunir leurs forces pour affronter un homme dangereux à l’influence tentaculaire. À cet égard, la fin a le don de nous laisser sur une image marquante et l’envie de se jeter sur une suite qui, je l’espère,  ne se fera pas trop attendre. Après tout, il y a un monde à sauver et un père à retrouver !

À noter en fin d’ouvrage un petit point sur les personnes ayant réellement existé citées tout au long du roman. Un petit bonus que j’ai apprécié et qui permet de lier aventure, art, science, lecture et culture.

En conclusion, ce premier tome des aventures de Myrtille Jones m’a complètement emportée grâce à la plume aussi fluide qu’imagée de Rob Biddulph et les nombreuses illustrations présentes dans le récit, qui permettent de vivre l’aventure en totale immersion. Mais c’est probablement l’originalité de l’histoire et la magnifique ode à l’imagination et à la créativité qu’elle nous offre qui me permettent de classer cette lecture parmi mes meilleures de l’année. Rythmé, non dénué d’humour et d’émotions, imaginatif, et porté par des protagonistes attachants et courageux, un roman bien plus intelligent qu’on pourrait le penser. Un roman qui offre une jolie réflexion autour de l’art et du pouvoir de la créativité et de l’imagination, mais aussi de la peur que ceux-ci peuvent susciter. À lire et partager !

Publicité

27 réflexions sur “Les aventures de Myrtille Jones, Tome 1: La ville en danger de Rob Biddulph

  1. Cette histoire d’un crayon qui permet l’ouverture de portes vers d’autres mondes vient d’une longue tradition dans les livres de jeunesse en anglais. Tout part d’un livre, plus tard une série, appelé « Harold and The Purple Crayon » (Harold et le Crayon violet) de 1955. Ça a inspiré de nombreux autres livres, dont Journey, duquel nous avons parlé il y a des mois. Il y aura une version film l’été prochain de Harold.

    Aimé par 2 personnes

  2. Le décalage de personnalité entre Myrtille et Rockwell est intéressant, ils ont l’air complémentaire dans cette histoire. 😊 Tu sembles avoir passé un très bon moment dans ce livre, tu pousses à la curiosité ! Et ça peut faire une superbe idée cadeau à l’approche des fêtes, merci Audrey !

    Aimé par 1 personne

  3. Pingback: 10 livres avec de la neige sur la couverture – Top Ten Tuesday #291 | Light & Smell

  4. Pingback: C’est le 1er, je balance tout ! décembre + mini-bilan 2022 | Light & Smell

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.