Deux secondes en moins, Marie Colot et Nancy Guilbert

Je remercie Babelio et les éditions Magnard Jeunesse pour m’avoir permis de découvrir Deux secondes en moins de Marie Colot et Nancy Guilbert.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Deux lycéens racontent l’impensable, le drame, la révolte, dans un roman puissant et rempli d’espoir.
Depuis qu’un accident de voiture l’a complètement défiguré, Igor se mure dans le silence. Sa rancune envers son père, responsable de l’accident, est immense, comme sa solitude. Rhéa sombre dans le chagrin après le suicide de son petit ami. Encore sous le choc, elle ne sait plus à qui ni à quoi se raccrocher dans la ville où elle vient d’emménager. Pour l’un et l’autre, tout s’est joué à deux secondes. Deux secondes qui auraient pu tout changer… Et pourtant, Igor et Rhéa reprennent jour après jour goût à la vie en se raccrochant à la musique. Une fantaisie de Schubert et un professeur de piano pas comme les autres vont les réunir et les mener sur un chemin inespéré.

Un roman bouleversant, où un perroquet, le « thé des Sages », l’amitié et les mots apportent une douceur salutaire.

  • Broché: 320 pages
  • Editeur : MAGNARD (13 février 2018)
  • Age :à partir de 13 ans
  • Prix : 14.90€
  • Autre format : epub

AVIS

Deux secondes en moins, c’est l’histoire de deux adolescents meurtris, l’un dans sa chair, l’autre dans son esprit. Igor s’est ainsi vu défiguré suite à un accident de voiture, quand le cœur de Rhéa a explosé en mille morceaux à l’annonce du suicide de son petit ami, Alex.

Deux drames auxquels les lecteurs ne peuvent rester insensibles d’autant qu’au gré des pages, on apprend à connaître ces deux jeunes gens très différents l’un de l’autre, mais pourtant unis par le même amour de la musique. Cette passion pour la musique, c’est ce qui va d’ailleurs leur permettre de sortir la tête de l’eau, de reprendre goût à la vie et de se rendre compte que tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Une phrase qui peut sembler ô combien éculée, mais que Marie Colot et Nancy Guilbert ont su rendre réelle et tellement pleine de sens.

Mais avant la reconstruction, les deux adolescents ont traversé des zones de turbulences et ont été assaillis par une multitude d’émotions comme la colère, la haine pour Igor, et la culpabilité ou le désespoir pour Rhéa. Et si le père d’Igor n’avait pas regardé son portable au volant ? Et si l’entourage d’Alex avait su saisir son désarroi et son mal-être avant qu’il ne commette l’irréparable ? Des questions que les deux jeunes ne peuvent que se poser et qui, bien que naturelles, finissent par leur faire plus de mal que de bien. Le passé demeurant figé quoi que l’on puisse faire ou penser, le titre prend alors tout son sens : deux secondes en moins, c’est ainsi ce qu’il aurait fallu à Igor et Rhéa pour continuer à vivre normalement, mais deux secondes en moins, c’est aussi ce qu’ils n’auront jamais…

Englués dans ce passé qu’ils ne pourront jamais réécrire, ce n’est que l’intervention d’un professeur de musique, Fred, qui va leur permettre de progressivement réapprendre à vivre, puis à savourer les petites choses de la vie. Cela ne se fera évidemment pas sans heurts, sans moments de doute ou de peine, mais les deux adolescents pourront compter sur le soutien inconditionnel de leur professeur de musique. Ce dernier fait preuve, tout au long du livre, d’une telle sensibilité et d’une telle douceur qu’il force l’admiration et le respect. Mais en découvrant son passé, on ne peut que comprendre la justesse avec laquelle il intervient dans la vie des deux jeunes gens. Il arrive à leur insuffler l’énergie pour avancer dans la vie tout en leur laissant toujours la distance nécessaire pour ne pas les brusquer. Il n’impose jamais rien, mais se contente de suggérer et de guider Rhéa et Igor tout en leur rappelant régulièrement à quel point il croit en eux, en leur force et en leur capacité à avancer malgré l’adversité. Fred est définitivement un personnage auquel on s’attache et qu’on aimerait avoir à ses côtés notamment dans les moments difficiles quand la douleur physique et/ou mentale ne permet plus d’avancer…

Pour reprendre les rênes de leur vie, Rhéa et Igor pourront évidemment compter sur Fred, mais aussi sur un perroquet nommé Obama. Presque aussi bon orateur que l’original, ce perroquet est un concentré de bonne humeur et d’ondes positives. En plus d’être très drôles, ses interventions tombent souvent à pic et apportent un peu de légèreté, ce qui permet parfois aux personnages de dédramatiser la situation. Je peux vous dire qu’Obama m’a fait rire à plus d’une occasion et que je rêve maintenant de l’adopter.

Et puis, personnage à part entière, il y a bien sûr la musique, la musique qui offre à ces deux adolescents meurtris l’occasion de s’exprimer, d’exprimer des émotions que les adultes de leur entourage, mus dans leurs propres douleurs et problèmes, ne sont pas forcément capables d’accueillir et d’accompagner. Le roman est en cela un peu une ode à la musique, à celle du cœur, à celle qui apporte du réconfort, à celle qui vous pousse dans vos retranchements, à celle qui vous prouve que oui, vous êtes toujours vivant, et qu’il va vous falloir travailler dur, très dur pour dompter les mélodies qui bercent vos vies. La musique, c’est également ce qui va lier la vie d’Igor à celle de Rhéa, deux adolescents que les lecteurs vont voir évoluer chacun de leur côté, mais aussi ensemble. La musique transcende alors la douleur pour nous offrir une belle histoire d’amitié, une lueur d’espoir dans le brouillard. Comme c’est très justement souligné dans le livre, à deux, Rhéa et Igor n’auront pas moins mal, mais ils seront plus forts, plus forts pour faire la paix avec le passé et pour réapprendre à vivre, différemment, mais à vivre quand même jusqu’à, de nouveau, trouver le chemin du bonheur.

Alors que ce roman aborde des sujets difficiles, il a indéniablement des airs de feel-good, car une fois la dernière page tournée, c’est bien l’espoir qui nous imprègne, de la tête aux pieds, du corps à l’âme. Les deux autrices ont ainsi réussi à parler du mal-être chez les adolescents, du suicide, du deuil sans jamais tomber dans le pathos. Elles ne minimisent pas la douleur des personnages, mais montrent qu’elle ne les définit pas et qu’il est toujours possible, même si c’est difficile, de faire face aux drames qui peuvent survenir à tout moment…

Je tiens également à souligner la parfaite symbiose entre les plumes de Marie Colot qui a donné voix au personnage d’Igor et Nancy Guilbert qui s’est consacrée à celui de Rhéa. Bien qu’écrit à quatre mains, il n’y a aucune dissonance, ce roman semblant être l’œuvre d’une seule et même personne ! Seule l’alternance des points de vue, chapitre après chapitre, permet de distinguer l’apport de chacune dans cette histoire qui sonne tellement juste, tellement vraie. Les deux autrices ont su, en effet, trouver les mots pour rendre la douleur et les émotions de leurs personnages réalistes et palpables. Cela s’explique, peut-être et en partie, par le fait qu’elles ont elles-mêmes traversé un drame dans leur vie. Que ce livre ait une fonction cathartique ou non, ce qui est certain, c’est que Marie Colot et Nancy Guilbert ont su nous offrir une histoire sans fausses notes qui touche directement le cœur des lecteurs.

Je pourrais vous parler pendant des heures de ce livre qui m’a touchée et émue, qui m’a fait traverser différentes émotions et qui a réveillé en moi certaines choses bien enfouies. C’est d’ailleurs un peu la force de ce livre qui, bien qu’il soit destiné d’abord aux adolescents, pourra plaire et parler à tout le monde ; la mort, les drames, la vie et l’espoir n’attendant pas l’âge. Je m’arrêterai donc en vous conseillant simplement de vous laisser tenter par ce roman qui a été pour moi un véritable coup de cœur que ce soit pour son histoire, ses personnages ou le message d’espoir qu’il véhicule. Car oui, la vie et la douleur sont intrinsèquement liées, mais cela vaut la peine de se diriger vers la lumière quand la noirceur semble vous aspirer. Et si cela vous semble trop dur, mettez un CD qui vous fera ressentir des émotions, qui vous fera vibrer, faites-vous un thé… Ou plongez-vous dans cette histoire qui met du baume au cœur et qui vous apporte la dose d’optimisme nécessaire pour vous prouver que oui, après la douleur, le bonheur est possible.

Et vous, envie de découvrir Deux secondes en moins ?

Publicités

Uderzo L’intégrale 1953-1955, Philippe Cauvin et Alain Duchêne

Je suis toujours excitée quand je reçois un mail me confirmant ma sélection à une opération Masse critique de Babelio, mais je dois dire que mon excitation s’est muée en émerveillement quand j’ai découvert le titre de l’ouvrage que j’allais recevoir. Je tiens donc à remercier chaleureusement Babelio et Hors Collection de m’avoir offert l’occasion de découvrir ce superbe livre de collection.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Le tome 3 de l’Intégrale Uderzo consacré aux années clés 1953 à 1955 : le tandem Goscinny-Uderzo est lancé ! Premières planches jamais vues de séries peu connues du grand public, épisodes complets, nombreux dessins inédits.

En 1953, pour le tout jeune couple que forment Albert et Ada Uderzo, c’est le temps des vaches maigres… mais heureuses ! Albert travaille de cinq heures du matin à minuit : la passion dévorante pour le dessin l’habite depuis toujours. Entre 1953 et 1955, avec, entre autres, Jean-Michel Charlier et René Goscinny, Uderzo produit des planches humoristiques (ou non) par dizaines, et des illustrations époustouflantes de réalisme par centaines.

Au fil de ces 424 pages fabuleuses de planches soigneusement restaurées, de dessins inédits, de documents d’archives, de commentaires du maître, le talent d’Uderzo explose, le trait s’affirme et s’affine, les blagues fusent. Bien plus qu’une compilation de séries BD présentées ici dans leur intégralité, cette intégrale est une merveilleuse malle aux trésors à ouvrir d’urgence !

Ce très bel ouvrage, relié, dos toilé, est le troisième volume d’une série comportant deux autres volumes : L’Intégrale Uderzo 1941-1951 et L’Intégrale Uderzo 1951-1953.

  AVIS

Cette intégrale Uderzo est la troisième d’une série qui comprend deux autres volumes, le premier consacré aux travaux de l’illustrateur durant la période 1941-1951 et le deuxième, durant la période 1951-1953. Quant à ce troisième tome, il se consacre à la période 1953-1955.
Deux ans dans la vie d’un illustrateur, ça semble finalement peu, mais c’est beaucoup quand on parle d’un illustrateur comme Uderzo à la capacité de travail époustouflante. Par nécessité souvent, mais aussi, j’aime à croire, par passion, il n’hésitait pas à se consacrer corps et âme à son travail avec, fort heureusement, la présence bienveillante de sa femme, Ada, dont on sent, à travers ce livre, le profond attachement. C’est d’ailleurs l’un des points que j’ai le plus aimé dans cette intégrale. Sans nous donner en long et en large les détails de sa vie privée, on y découvre quelques informations, grâce notamment à des photos personnelles ou à des interventions d’Uderzo, qui nous permettent de voir l’homme derrière l’illustrateur.

 

 

 

L’intérêt, pour le lecteur, est de se sentir plus proche de lui et de son travail et de prêter, peut-être, plus attention à des détails sur lesquels il ne se serait pas spécifiquement attardé. Uderzo aime les voitures et les chevaux ? Ne reste plus qu’au fil des planches qui se dévoilent à nous de chercher cette appétence pour cet objet et cet animal dont le point commun est d’offrir vitesse et liberté. Est-ce deux valeurs appréciées par l’illustrateur ? Peu importe puisque ce qui compte ici est le plaisir qu’on prend à scruter plus attentivement, par exemple, les dessins des chevaux que vous ne manquerez pas de croiser tout au long de votre lecture.

Je dois avouer que pour moi, Uderzo, c’est Astérix et Obélix et éventuellement, Oumpah-Pah. Et à la lecture de cette intégrale, j’ai quelque peu honte d’avoir réduit et cantonné l’illustrateur à ces deux BD, certes de qualité, mais qui ne représentent qu’une très infime part de son impressionnante production. Rappelons-nous que nous parlons ici d’un bourreau de travail qui pouvait travailler de 5h du matin à minuit pour assurer ses nombreuses commandes. Alors, je suis reconnaissante aux auteurs de cet ouvrage d’avoir pris le temps de collecter les différents travaux du dessinateur durant cette période 1953-1955. Il aurait été, en effet, difficile et fastidieux pour un lecteur lambda d’effectuer ce travail de longue haleine d’autant que loin de nous proposer seulement la reproduction de documents déjà publiés, nous avons ici droit à des documents d’archives, des dessins inédits, des planches originales, des croquis, des tapuscrits…

Au-delà du panel de documents dont la richesse et la diversité devraient conquérir chaque lecteur, cette intégrale contient les illustrations d’Uderzo publiées quotidiennement dans La Libre Belgique, celles réalisées pour des scenarii de Goscinny (Jehan Pistolet, Luc Junior et Bill Blanchart) et de Jean-Michel Charlier (Belloy, Valérie André et Le fils du tonnelier, une histoire de l’Oncle Paul). Si le duo Goscinny-Uderzo m’est évidemment familier, j’ai aimé la synergie dégagée par celui formé par Jean-Michel Charlier et Uderzo, un duo qui fonctionne, à l’instar du premier, à merveille.

A noter que chacune des histoires bénéficie de quelques pages d’explications afin de permettre, entre autres, aux lecteurs d’en connaître le contexte de publication et les techniques artistiques utilisées par Uderzo qui lui sont d’ailleurs parfois imposées…

Cette démarche apporte une réelle valeur ajoutée aux planches que l’on prend ensuite plaisir à découvrir, à ausculter sous toutes les coutures afin de s’imprégner des illustrations qui subliment, à chaque fois, le scénario qu’elles servent. Puis, vient le temps de la dégustation pendant lequel on se laisse simplement emporter par les dessins qui nous conduisent aussi bien sur les traces de l’Histoire, que sur celles d’un jeune reporter affublé d’un chien fougueux et d’un collègue qui n’aspire qu’à la tranquillité ou même sur celles d’un chasseur de fauves…

Si certaines histoires m’ont plus intéressée que d’autres, en raison notamment de leur scénario, elles permettent toutes de s’apercevoir qu’Uderzo est un artiste aux multiples facettes, capable aussi bien de souligner l’absurdité d’une situation en quelques coups de crayon que de suggérer les émotions d’une scène par un trait saisissant de réalisme. Et je dois d’ailleurs faire mon second mea-culpa de cette chronique. Jusqu’à présent, j’avais tendance à associer Uderzo à Asterix avec ses personnages typés et aux traits quelque peu caricaturaux. Cela n’a d’ailleurs rien d’étonnant si l’on considère que l’auteur avoue, à plusieurs reprises, son goût pour le dessin humoristique où il s’illustre avec brio. Néanmoins, grâce à Jean-Michel Charlier et à son histoire mettant en scène la vie de cette femme d’exception qu’est Valérie André, j’ai découvert que le talent de dessinateur d’Uderzo dépassait de loin ce que j’imaginais. Ses dessins sont d’un tel réalisme que l’on s’approche presque plus de la photo que de l’illustration. On s’attend ainsi à voir Valérie André sortir du livre pour se lancer dans une nouvelle aventure. Des dessins d’exception pour une femme d’exception en somme ! A noter qu’Uderzo avait reçu comme consigne de faire des dessins au lavis afin d’avoir un rendu proche du roman-photo. Et je pense que l’on peut dire qu’il a relevé le défi haut la main au point que je regrette qu’il n’ait pas plus souvent utilisé cette technique qui lui réussit plutôt bien.


L’artiste a également participé pour La Libre Belgique à une série qui, de nouveau, prouvera sa capacité à faire des dessins réalistes même si ce n’est pas un genre qu’il affectionne beaucoup. J’ai trouvé cette idée de développer un sujet, sur plusieurs semaines, à travers quatre vignettes fort intéressante d’autant que les thèmes abordés sont nombreux : la prise de la Bastille, l’Indochine, les faits marquants de l’année 1953, la guerre des Boers…

Les illustrations sont assez réalistes pour que, plusieurs années après leur publication, on les comprenne aisément et qu’on en ressente toujours l’importance. Certaines illustrations sont également agrandies permettant aux lecteurs d’en analyser un peu plus les détails.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Toujours avec cette idée de réalisme, bien qu’ici ce soit plus subtil, j’ai été subjuguée par l’attention portée aux faciès des personnages. Une mimique, un sourire en coin, un regard… Il n’en faut pas beaucoup plus pour que le lecteur perçoive les émotions des personnages mises à nu par les dessins : couardise, bravoure, férocité, méchanceté, peur, détermination… J’ai également été saisie par la capacité d’Uderzo à suggérer le mouvement : multiplication des points de vue, découpage de l’action, fluidité dans les coups de crayon.. Ce sens du mouvement explique, entre autres, la complémentarité entre l’illustrateur et les deux scénaristes dont les histoires pleines d’action avaient définitivement besoin de dessins dynamiques tels que les siens.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et puis, il y a ce sens du détail qui fait qu’en regardant de plus près certains dessins, vous verrez que rien n’y est laissé au hasard comme avec ce bol qui semble épouser la forme du crâne ajoutant un comique de situation auquel il est bien difficile de ne pas succomber. Ceci est d’autant plus remarquable que l’artiste, pris par une cadence de production intensive, n’avait pas forcément le temps et la possibilité de fignoler les détails…

Enfin, je ne peux pas terminer cet article sans souligner le magnifique travail éditorial dont les quelques photos ci-dessus vous donnent un petit aperçu. Si le livre est beau visuellement, on ne peut qu’en outre apprécier son large format qui offre un vrai confort de lecture.


D’aucuns pourraient reprocher un ouvrage peut-être un peu lourd, mais son poids ne gêne en rien la lecture puisque je l’ai moi-même dévoré en position semi-allongée avec un chat allongé sur mes genoux. Et puis, nous sommes ici face à un article de collection dont le poids est à la hauteur de la qualité ! Quant au papier, j’ai aimé son aspect glacé, mais je sais que certains amateurs de BD sont attachés au papier traditionnel. Pour ma part, je n’ai pas cet attachement appréciant fortement que le papier glisse entre mes mains lorsque je tourne les pages.

BD format classique – L’intégrale – BD grand format

En conclusion, offrant une petite incursion dans la vie de l’homme derrière l’illustrateur, cette intégrale est un petit bijou que tout amateur d’Uderzo se doit de posséder dans sa bibliothèque. Cet article de collection devrait vous convaincre, une fois de plus, du talent de ce dessinateur qui manie aussi bien le dessin humoristique avec ces gros nez qu’il aime tant que le dessin réaliste avec des faciès au réalisme remarquable. Un artiste aux multiples talents et à la productivité hors norme qui a marqué toute une génération et qui, nul doute, en marquera encore bien d’autres. Uderzo ou le nom d’un artiste que l’on peut définitivement qualifier d’intemporel.

Je terminerai cette chronique par une photo de l’illustrateur qui représente à merveille ce que vous ressentirez une fois la dernière page du livre tournée.

Et vous, envie de craquer pour cette sublime intégrale ou d’en feuilleter quelques pages ?

Séoul, visages d’une ville de Gina Kim

dsc_06181

Je remercie Babelio et les Ateliers des cahiers pour Séoul, visages d’une ville de Gina Kim.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

DSC_0603

Séoul, visages d’une ville est un essai issu du documentaire de Gina Kim Faces of Seoul
(2009, en anglais et coréen).
Le dispositif en est simple en apparence : la réalisatrice coréenne revient régulièrement à Séoul, qu’elle a quitté, pour voir sa famille, et à chaque retour, elle tourne des vidéos de ses promenades et rencontres, comme on tiendrait un journal intime. De cette masse d’images anodines et accidentelles, elle tire un montage vidéo sur lequel elle tisse un commentaire inspiré sur la ville.
Son enquête dans cette ville à la fois familière et étrangère aboutit ainsi à une méditation sur le statut de la représentation et de l’art, le souvenir, l’identité, le rapport au père. Elle y découvre qu’un film d’art et d’essai, comme une ville, une photo et toutes les formes de représentations qui ont un support physique, relient la présence du présent avec le fantasme du passé, la réalité et le désir, nous et les autres. Car les villes, comme les films et les photos, nous articulent à ce qui n’est pas nous, nous complètent et nous font nous rencontrer dans nos solitudes…

  • Parution : 10 novembre 2017
  • Nombre de pages : 128
  • Prix : 18€

TRAILER DU FILM

AVIS

Bien que ce ne soit pas une couleur pour laquelle j’ai beaucoup d’appétence, le rose de la couverture attire indéniablement l’œil tout comme ce visage qui se dessine en filigrane. C’est donc avec plaisir et curiosité que l’on se plonge dans cet ouvrage qui bénéficie d’un travail d’édition des plus soignés : papier épais et de qualité, format facile à prendre en main, texte aéré et mis en valeur…

La structure même du livre, simple mais efficace, concourt à rendre l’expérience de lecture plaisante. En effet, elle suit toujours le même schéma : on part d’un titre qui se réfère souvent à un lieu, puis l’auteur partage ses souvenirs, ses ressentis et ses pensées en deux ou trois pages. Chose intéressante, le texte est proposé dans sa version coréenne sur la page de gauche et dans sa version française sur la page de droite. Je ne parle pas coréen, mais je ne suis pas insensible à cette démarche.

DSC_0610

En fin d’ouvrage, vous retrouverez également le texte intégral en anglais, la langue d’adoption de l’auteure qui vit dorénavant aux États-Unis, accompagné de flash codes.

DSC_0614

Le livre est, en outre, émaillé d’images tirées du film de Gina Kim.

Pour ma part, j’ai aimé cette impression de flou qui se dégage de ces images quand vous les regardez de près, un peu comme si chacune d’entre elles était voilée par la propre vision de l’auteure. D’ailleurs, quand on prend de la distance, les images n’en deviennent que plus nettes.

DSC_0605

L’important ici ne semble pas l’image en soi, mais l’impression qu’elle laisse chez le lecteur, et les émotions qu’elle fait ressurgir. Les images créent ainsi une sorte de lien entre Gina Kim, l’observatrice de la mémoire du passé et du temps présent, et le lecteur, observateur des pensées d’une femme qui, forte de son vécu et de ses émotions,  se livre à nous.

Ceci est d’autant plus vrai que nous ne sommes pas dans un reportage sur la Corée et ses évolutions, du moins, pas seulement, nous sommes plutôt ici dans un essai portant la voix de cette femme qui, caméra au poing, arpente les rues et lieux de son enfance. Cette déambulation sur les traces de son passé l’amène à questionner ses souvenirs et de facto, sa mémoire, et à regarder, sous un jour nouveau, tous ces lieux et espaces jadis fréquentés.

En ressortiront un certain nombre de réflexions personnelles et une introspection que l’auteure partage avec les lecteurs sans retenue. Cette intrusion dans sa tête se fait naturellement sans avoir l’impression de jouer aux voyeurs.  Cela s’explique peut-être parce que si elle parle du passé, Gina Kim évite l’écueil de la nostalgie chagrine qui fait regretter ce qui fut sans apprécier ce qui est. On la suit donc avec plaisir et intérêt dans son voyage autant physique que mental.

Je lis peu d’essais et ai donc craint, avant de me lancer dans cet ouvrage, de ne pas accrocher au texte ou de ne pas tout saisir. Fort heureusement, le style vivant et concis de l’autrice apporte une telle fluidité dans la lecture que mes craintes quant à ma faculté de compréhension se sont envolées aussi vite qu’elles étaient apparues. Les réflexions parfois philosophiques de l’auteure restent, en effet, très claires et facilement compréhensibles que vous soyez amateurs de textes teintés de philosophie ou non. J’aurais d’ailleurs aimé que Gina Kim aille un peu plus loin dans ses réflexions, qu’elle étaye un peu plus sa pensée. Mais cela aurait peut-être nui à la fluidité de l’ouvrage…

Si j’ai aimé suivre le cheminement des pensées de l’auteure, ce sont surtout les liens qu’elle fait entre les différents endroits de son enfance qu’elle visite dans le cadre de son film et l’histoire coréenne qui  m’ont conquise. La Corée du Sud étant un pays encore assez peu connu en France et son histoire quasiment ignorée par la plupart d’entre nous, ce fut un réel plaisir d’en apprendre plus sur différents événements marquants comme l’effondrement d’un immeuble, une révolution réprimée dans le sang ou encore, les traces dans la mémoire collective de la colonisation japonaise. D’ailleurs, j’ai retrouvé chez l’auteure cette blessure quant à ce passé de colonisé que j’ai eu l’occasion de voir chez des amies coréennes. Je dois cependant avouer avoir été un peu frustrée, car cet essai n’étant pas un essai historique, l’auteure ne fait qu’effleurer ces sujets. Si en apprendre plus sur l’histoire coréenne vous intéresse, il vous faudra donc compléter cette lecture par d’autres ressources.

J’ai beaucoup apprécié cette lecture, mais j’aurais souhaité découvrir pourquoi l’auteure a choisi de visiter tel quartier plutôt qu’un autre et quel cheminement de pensée l’a conduite à nous proposer sa visite dans cet ordre précis. Avec ce livre et sans plus d’explications, il m’a été impossible de dégager un axe conducteur qui relierait les endroits visités les uns aux autres ou les pensées entre elles. Mais finalement, cela semble assez logique puisque la pensée a cette merveilleuse faculté de gambader sans que notre volonté n’y puisse grand chose. Il en résulte ce que nous propose ici l’auteure, des instants de vie et des idées simplement saisis au vol.

En conclusion, Séoul, visages d’une ville est un essai qui plaira à toutes les personnes curieuses de découvrir les différentes facettes de Séoul, vue par Gina Kim, dans le temps ou l’espace. Il permet une incursion intéressante et vivante dans l’esprit d’une femme qui, sans se perdre dans un passé révolu, prend le temps d’observer, de confronter la Séoul de ses souvenirs avec celle du présent et d’en tirer des réflexions parfois teintées de philosophie, mais toujours très personnelles.

gina-camera

Site de l’auteure

Et vous, envie de craquer pour Séoul, visages d’une ville ?

L’Événement, Marc Brucker

Je remercie Livr’s éditions et Babelio pour m’avoir permis de découvrir L’événement de Marc Brucker.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

De nos jours, en France…

Les disparitions mystérieuses se multiplient depuis peu dans la région Midi-Pyrénées. Le commissaire Bouvier et sa lieutenante, Domenga Etxeberri, de la SRPJ de Toulouse, ne savent pas où donner de la tête. Qui est donc cet étrange Dr Dittman qui rôde dans les parages ? Les ennemis invisibles cachés dans les bois proviennent-ils de son laboratoire secret ? Une seule certitude : le début des disparitions coïncide avec « l’événement » et, si les craintes des enquêteurs se confirment, cela pourrait signifier rien de moins que la fin… de l’Humanité !

  • Prix : 18€
  • Pages : 242

AVIS

J’ai postulé pour ce titre attirée par le résumé et le côté très apocalyptique de la superbe couverture de Geoffrey Claustriaux. Je ne regrette pas mon choix, le roman étant à la hauteur du très beau travail d’édition.

L’histoire et les personnages…

Nous découvrons le commissaire Bouvier et la lieutenante Domenga Etxeberri, un duo qui doit faire face à de multiples disparitions probablement liées à l’Événement. L’auteur laisse planer un certain mystère sur cet événement même si, je vous rassure, il finit par nous en dévoiler la nature. Je n’en dirai donc pas plus vous laissant le plaisir de découvrir ce qui s’est passé le jour de ce fameux événement, et de quelle manière celui-ci est lié aux multiples meurtres qui ont touché la région Midi-Pyrénées.

Déterminé à faire la lumière sur les multiples disparitions, notre duo croisera régulièrement la route, durant son enquête, du docteur Dittman, un énergumène dont l’étrange comportement attisera ses soupçons. Simple fou, dangereux criminel ou un peu des deux, vous le découvrirez très vite, mais je peux d’ores et déjà vous dire que son peu d’amour pour l’espèce humaine, et son appétence pour les expériences scientifiques peu déontologiques, le rendent fort peu sympathique.

Aimant beaucoup les enquêtes policières, j’ai pris plaisir à suivre les investigations de notre duo rejoint par Alain Gassiolle, un entomologiste dont l’expertise leur sera indispensable. A force de travailler côte à côte et de mettre en commun leurs compétences, une certaine complicité s’établira entre les trois personnages, ce qui leur donnera cette pointe d’humanité qui leur faisait quelque peu défaut. Je les ai trouvés en effet parfois un peu froids face aux scènes sanguinolentes et au sort des victimes. Je comprends évidemment la nécessité pour des policiers de laisser leur émotivité chez eux, mais leur indifférence rend difficile tout processus d’identification. Fort heureusement, ils deviennent plus attachants à mesure que l’on apprend à les connaître et que l’on découvre leurs faiblesses ou leur sens de l’humour.

Le roman étant relativement court, mais plutôt intense, la psychologie des personnages n’est pas forcément très développée. Cela ne m’a néanmoins pas dérangée, car ce qui est intéressant dans ce livre, c’est de suivre l’enchaînement et l’enchevêtrement des événements, et la manière dont nos policiers y font face. Et au niveau des événements, on peut dire que l’auteur n’a pas ménagé ses personnages. Ils devront ainsi faire face à des créatures tout droit sorties de vos pires cauchemars, ou du moins, de ceux de la lieutenante… Voraces et déterminées à survivre, elles n’en auront pas fini de vous faire perdre la tête !

Une enquête de police, a fortiori quand une menace d’un genre nouveau met en péril l’humanité, ne se faisant pas en autarcie, nos protagonistes devront gérer, en plus de ces monstres, des personnalités officielles cachant des informations, mais attendant des résultats, et tout ceci sous l’œil attentif des médias que le côté extraordinaire et sensationnel de la situation attire comme des mouches autour d’un pot de miel. Ces considérations assez terre à terre rendent l’histoire très crédible et l’ancrent dans la réalité ce qui ajoute une dose d’horreur à une histoire qui en contient déjà pas mal.

Un petit bémol, vraiment ?

A noter un point pour lequel je ne peux que remercier l’auteur : pas de triangle amoureux ni de romance. Je ne supporte plus ce schéma que je retrouve à toutes les sauces et ne pas devoir le subir n’en a rendu ma lecture que plus agréable. La seule chose qui m’a un peu fait lever les yeux au ciel est le comportement de la lieutenante à l’arrivée d’un agent du FBI…

De la même manière, l’intervention des forces américaines pour soutenir la police française m’a perturbée. Je me suis demandée si c’était une manière pour l’auteur de rester dans le schéma classique des films catastrophe, où les Américains se considèrent toujours comme les seuls capables de sauver le monde, ou si c’était juste un élément comme un autre de l’intrigue. L’auteur a gentiment répondu à mon interrogation en confirmant que ma première supposition était la bonne réduisant ainsi à néant mon seul potentiel point négatif.

Des films d’horreur au roman, de la tension à l’addiction…

Le point fort de ce roman, du moins en ce qui me concerne, est la faculté de l’auteur à utiliser, avec un grand naturel, certaines ficelles des films d’horreur. D’ailleurs, à la lecture du roman, j’ai parfois eu le sentiment de visionner un de ces films mettant en scène d’horribles bestioles dont je ne suis pas très friande.

Si en général je n’aime pas ce genre de films, c’est que certains réalisateurs transforment de bonnes idées en un ramassis de stéréotypes, de scènes invraisemblables, le tout ponctué de dialogues absurdes… en un pur navet en somme. Or avec son roman, Marc Brucker évite cette surenchère tout en conservant le côté très visuel des films d’horreur avec leur dose d’hémoglobine, de membres arrachés, de morts, d’action… Même la fin se révèle très hollywoodienne ! J’avoue l’avoir vue venir à cent lieues à la ronde, mais ça ne m’a pas gênée, car il ne pouvait simplement pas y en avoir d’autres.

En commençant le roman, j’ai eu un peu peur de ne pas réussir à m’immerger totalement dans le récit ne lisant quasiment jamais de science-fiction. Mais mes craintes se sont envolées presque aussi spontanément qu’elles sont apparues. En effet, comme dans un bon film, l’auteur est arrivé à capter mon attention dès les premières pages en instaurant un redoutable élément : la tension. Celle-ci est omniprésente et va crescendo créant un climat tout aussi anxiogène qu’addictif qui vous tient en alerte et en haleine. L’auteur offre bien quelques moments de répit au lecteur, mais ce n’est que pour mieux le tirer brusquement de sa langueur, et lui rappeler que le danger est là, tapi dans l’ombre. L’impression de danger se traduit également par ce mauvais pressentiment qui prend le lecteur aux tripes et dont il ne peut se départir. On sent ainsi à chaque page que quelque chose d’horrible se prépare et/ou va se passer, et ce sentiment tenace vous pousse à tourner les pages les unes après les autres sans vraiment vous en rendre compte.

La lecture se révèle d’autant plus captivante que le récit est porté par la plume diablement efficace de Marc Brucker. Sans chercher à vous impressionner par des phrases alambiquées ni une profusion de détails inutiles, il va à l’essentiel s’assurant ainsi de votre totale attention de la première à la dernière ligne de son roman. La concision du livre a cet autre avantage de stimuler votre imagination et de rendre encore plus prenante et marquante chaque atrocité.

En conclusion, L’Événement est un roman de science-fiction qui devrait plaire à toutes les personnes aimant les films d’horreur avec des grosses bestioles peu sympathiques. Reprenant certaines ficelles de ce genre de films, l’auteur nous offre ici un roman très visuel où la tension omniprésente vous poussera à tourner les pages avec avidité et, pour les plus peureux des lecteurs, avec une certaine appréhension. Amateurs ou non de science-fiction, je ne peux que vous inviter à vous laisser prendre dans les filets de l’auteur qui s’est évertué à faire de son roman une œuvre accessible à tous. Pour ma part, j’ai passé un moment de lecture tellement agréable que j’ai très envie de découvrir le précédent roman de l’auteur Le secret d’Amy-Lee auquel il fait d’ailleurs allusion.

f4770e_40d9a09dc0264f64ace2dafbf851940d~mv2

Site de l’auteurPage FB de l’auteur

Envie de lire un extrait ou acheter l’Événement ? Visitez le site de Livr’s éditions.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

In My Mailbox #38

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Lire ou Mourir. »


Cet In My Mailbox est un peu plus important que d’habitude, car il regroupe les réceptions des deux dernières semaines.

SERVICES PRESSE

  • Les numériques : merci à Arnaud Delporte-Fontaine de m’avoir contactée pour me proposer Les contes culinaires de la fée Myrtille. J’accepte rarement les SP numériques, mais le côté atypique de ce livre, qui mêle recettes et contes, a su me séduire. J’ai ensuite téléchargé le livre de Noël sur Netgalley afin de le lire et de l’offrir en version papier s’il me plaît.

Quant à la dernière nouvelle d’Amélia du blog Les histoires d’Amélia Culture Geek, Le fanatique des crachats, je ne pouvais qu’avoir envie de la lire. A noter qu’Amélia a réalisé elle-même la superbe couverture du livre !


Judith vit seule avec sa mère, dans une maison éloignée de la ville, à l’orée de la forêt.
Entre les amants de sa génitrice et son amie Cléo, elle mène une vie tout ce qu’il y a de plus morne. Alors que rien ne le laissait présager, Judith est assassinée et est condamnée à hanter les lieux du meurtre, où elle a tant de souvenirs.
Ah, et en parlant de souvenirs, elle aimerait bien se rappeler qui l’a fait passer de vie à trépas.
C’est vrai quoi, c’est quand même important ce genre de choses !

Ni tout fiel, ni tout miel Le fanatique des crachats triture de ses doigts sales la conscience de braves-gens-pas-si-braves-que-ça. Sombre et cynique.

DATE DE SORTIE : 31 OCTOBRE

ACHATS NOZ

Mon compagnon étant d’origine arménienne, j’ai pris Les Arméniens, 100 ans après ! pour en apprendre un peu plus sur ce peuple avec le petit espoir que M. le lise également. Quant aux livres sur les lutins, je n’ai pas réfléchi longtemps quand j’ai vu le nom de Pierre Dubois.

EBOOKS GRATUITS

GAIN CONCOURS

Merci à Amélia du blog Les histoires d’Amélia Culture Geek  pour ce petit recueil de nouvelles :

REVUES

J’ai reçu trois numéros de Spirou dans le cadre d’une offre découverte et le dernier numéro du Magazine littéraire :

Et vous, quelles sont les nouveautés de votre PAL ?

MAGREVUREnregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Comme un poisson hors de l’eau (recueil de nouvelles), Rooibos éditons

Je remercie Babelio et Rooibos éditons pour m’avoir offert, dans le cadre d’une opération masse critique, la possibilité de lire ce recueil de nouvelles. En grande consommatrice de thés et de rooibos, je suis complètement fan du nom de cette maison d’édition toute jeune, puisque créée en 2016. Comme un poisson dans l’eau est d’ailleurs le premier ouvrage qu’elle propose au public.

A noter qu’un petit mot manuscrit et un carnet accompagnaient le livre ; petites attentions toujours appréciables.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Six auteurs ont relevé le défi d’écrire une histoire courte dans laquelle les personnages essaient de trouver une issue dans un lieu, un temps ou un monde complètement différent.
Ce recueil de six nouvelles en est le résultat. Six histoires de personnages touchants, étrangers à leur monde ou à leur propre corps. Six histoires originales aux univers variés : réalistes et fantastiques, contemporains et futuristes. Six histoires émouvantes qui nous donnent l’occasion d’être, pour un court instant, comme un poisson hors de l’eau

  • Broché: 96 pages
  • Éditeur : Rooibos Éditions (19 mai 2017)
  • Prix : 10€
  • Autre format disponible : ebook

AVIS

Ce recueil contient six nouvelles toutes très différentes, mais avec le point commun de tourner autour d’un thème très original : Comme un poisson dans l’eau.

  • Le cheveu blancMickaël Auffray

Théo découvre, un matin comme les autres, une chose pas comme les autres : son premier cheveu blanc. Branle-bas de combat dans sa tête, il est bien déterminé à terrasser l’ennemi !

Découvrir un cheveu blanc quand on a la trentaine n’a rien de surprenant ni de très dramatique. Alors le lecteur assiste médusé et, avouons-le, amusé à la recherche désespérée de Théo pour trouver une pince à épiler avant que sa compagne ne découvre le pot aux roses. Nous le suivons dans son périple le conduisant dans un magasin où il devra affronter son propre Goliath, mais aussi dans les transports où son obsession du cheveu blanc ne passera pas inaperçue, et dans un bar au sein duquel il rencontrera un drôle de type, pour ne pas dire un fou. Seront alors question de temps qui passe et surtout d’apocalypse !

Certains passages m’ont amusée et fait sourire, car Théo est clairement dans l’exagération comme si le temps qui passe lui faisait horriblement peur. Néanmoins, la chute nous permet de nous rendre compte que la situation ne prêtait pas vraiment à sourire… J’ai d’ailleurs apprécié la fin que je n’avais pas anticipée ne sachant pas quelle direction allait prendre l’auteur. J’ai, enfin, aimé la métaphore de l’apocalypse touchant le monde pour représenter celle qui a lieu dans la tête de notre protagoniste à la découverte de son premier cheveu blanc.

  • Altéa, Régis Goddyn

Altéa est en détresse perdue dans l’espace avec, comme seule compagnie, un robot du nom de Bob…

Je dois reconnaître n’être pas très fan de science-fiction pure et d’histoires se déroulant dans l’espace. Heureusement, le format très court de ce récit m’a quand même permis de le lire sans déplaisir d’autant qu’il ne m’a pas fallu très longtemps pour suivre avec anxiété l’aventure d’Altéa. On ne peut s’empêcher de souhaiter qu’elle survive à cette expédition qui a mal tourné. Altéa, quant à elle, semble plus lucide sur son sort estimant que ses chances de survie sont proches du néant. Cela ne l’empêche pas cependant de prendre les choses en main n’attendant pas les bras ballants sa mort. Elle a définitivement les traits d’une battante !  Mais cela sera-t-il suffisant pour faire pencher la balance du destin ?

A la fin de l’histoire, l’auteur introduit brièvement une nouvelle personne avec sa propre problématique, mais je ne peux pas vous en dire plus sans vous spoiler. J’ajouterai donc seulement que cela introduit un certain questionnement et laisse, à mon sens, deux interprétations possibles à la nouvelle. Ou c’est possible que ce soit juste moi qui ai trop d’imagination et qui aime me poser des questions. Mais peu importe que ce soit une volonté de l’auteur ou de mon esprit puisque c’est un aspect que j’ai apprécié.

  • Olga, Roger Grange

Olga et Tang n’étaient pas vraiment destinés à se rencontrer ! La première est guide sur un bateau de croisière, « l’Anton Tchekhov », en Russie quand le second est un étudiant chinois fasciné par les créatures marines des plus terrestres aux plus mythiques comme les Selkies et les sirènes. Ils partagent néanmoins tous les deux l’amour de l’eau et des animaux.

J’ai tout de suite été happée par le récit en raison de la plume de l’auteur que j’ai beaucoup aimée. Raffinée avec un petit côté poétique, elle sied à merveille à cette histoire teintée d’onirisme. Ce fut également un plaisir de voyager, même un bref instant dans deux immenses pays que je connais très peu : la Russie et la Chine. La brièveté de l’histoire ne permet pas les épanchements ni les longs développements, mais il n’empêche, je me suis aisément imaginé dans les différents lieux de l’intrigue. Le fait, en outre, que l’auteur aborde le mythe des sirènes à travers l’attraction qu’elles exercent sur Tang n’était pas pour me déplaire adorant ces créatures. L’auteur arrive d’ailleurs à tenir en haleine le lecteur en le promenant entre rêve et réalité à travers le personnage d’Olga. Cette femme dont on entrevoit la beauté semble envoûter Tang tout comme le lecteur qui se l’imagine presque sous les traits d’une naïade…

Enfin, si vous aimez la lecture (ce que je suppose être le cas si vous lisez cette chronique), vous apprécierez peut-être, comme moi, la référence à l’un des auteurs russes les plus connus en France et l’un des plus prolixes, Anton Tchekhov.

  • Le goût de l’orange, Laurence Marino

Nejma, de sa tour parisienne, nous offre un petit voyage dans ses souvenirs d’enfance au Maroc :  les odeurs d’oranger qui lui manquent, le hammam, sa famille et ses premiers émois amoureux avec d’autres femmes, chose inacceptable dans son pays d’origine.

J’ai apprécié que l’auteure aborde le thème de l’homosexualité féminine ce qui n’est pas courant, a fortiori quand l’intrigue se déroule dans un pays du Maghreb. J’ai cependant regretté un traitement du sujet assez maladroit et qui m’a semblé presque artificiel. Je n’ai d’ailleurs pas réussi à croire à l’homosexualité de la protagoniste ni à celle des deux autres personnes. Tout arrive trop vite et de manière bien trop pratique. Je n’ai, en outre, pas compris cette femme qui fait des études pour rentrer simplement dans sa campagne et ne pas les mettre en application…

Enfin, et c’est évidemment très subjectif, la plume de l’auteure n’a pas su me convaincre ni me séduire. La juxtaposition de phrases courtes sans aucun effort de liaison entre elles donne, pour moi, un air bien trop enfantin au récit. Le texte mériterait à mon sens d’être retravaillé pour coller à l’ambiance de la nouvelle. En effet, alors qu’on ressent une certaine langueur qui émane de l’histoire, on se retrouve avec des phrases saccadées et une écriture presque nerveuse. Que cette dichotomie du fond et de la forme soit recherchée ou non par l’auteure, elle m’a simplement rebutée.

En bref, si la nouvelle a le mérite d’aborder un sujet qui est toujours considéré comme tabou dans de nombreux pays, je n’ai pas été séduite par la manière dont il a été traité. Chaque avis restant subjectif, je vous invite à lire la chronique d’Alex qui, contrairement à moi, a beaucoup apprécié ce texte.

  • Claudius, Fabien Rey

Sasha se réveille à l’hôpital relié à des tuyaux. La tête embrouillée et les souvenirs confus, il ne sait pas ce qu’il fait là et ce qui lui est arrivé. Pourtant, on attend de lui qu’il réponde à une énigmatique question : Claudius a-t-il eu tort de tuer son frère ?

Autant les histoires se déroulant dans l’espace ne me parlent pas beaucoup, autant les récits de science-fiction futuriste comme celui-ci me plaisent énormément. Claudius n’a pas échappé à la règle ! J’ai adoré la manière dont l’auteur introduit dès le début du suspense : pas d’autre choix que de vouloir en apprendre plus sur Sasha et ce fameux Claudius. Certains devineront d’emblée à qui fait référence le personnel médical qui semble obsédé par la fameuse question, mais à ma grande honte, ce ne fut pas mon cas.

J’ai adoré cette nouvelle, mais je préfère rester brève, car le plaisir de la lecture provient vraiment du fait que comme Sasha, le lecteur est dans le brouillard. En peu de pages, on arrive complètement à s’identifier à lui, à ressentir son impatience, ce sentiment désagréable d’être perdu et dépossédé de sa vie. On partage aussi son agacement puis sa colère devant ces personnes qui s’entêtent avec leur stupide question quand ils refusent de répondre aux nôtres. En d’autres termes, le personnage étant presque vierge de souvenirs cohérents, le lecteur arrive sans peine à se l’approprier et à se projeter dans son histoire.

L’écriture est ici nerveuse et parfois saccadée comme pour la nouvelle précédente, mais cela correspond parfaitement à l’ambiance, et permet d’accentuer les émotions de Sasha. En bref, Claudius est certainement le récit du recueil que j’ai préféré.

  • L’Indéfectible mélancolie du chou, Lucie Troisbé-Baumann

Jill se réveille d’une sieste avant d’entamer son service dans le restaurant où elle travaille. Réveil difficile dans la mesure où il est marqué par l’absence de Nathan, l’amour de sa vie. Son absence se révèlera d’ailleurs de plus en plus oppressante et douloureuse au cours de la journée…

Le gros point fort de cette nouvelle est sans aucun doute la très belle plume de Lucie Troisbé-Baumann. D’une grande poésie, elle vous fait voyager entre rêve et réalité, entre le quotidien de la vie et les errances de la pensée. Il se dégage en outre du texte une grande mélancolie, mais également une certaine douceur à l’image des oiseaux au duvet cotonneux dont la présence en filigrane dans le texte relie subtilement et joliment l’existence de Jill et de Nathanaël.

L’indéfectible mélancolie du chou fait partie de ces récits qui n’ont de valeur que s’ils sont lus. L’histoire ne vous offre ainsi pas de suspense ou une tension qui vous poussent à tourner les pages, mais une expérience de lecture, qu’en fonction de votre vécu et de votre personnalité, vous vivrez différemment. Ce qui est certain c’est que l’auteure vous propose ici un très joli texte qui ravira les amateurs de poésie et de récit teinté d’onirisme. A cet égard, j’ai particulièrement apprécié la fin.


En conclusion, Comme un poisson hors de l’eau est un recueil de nouvelles fort sympathique qui nous permet de voir qu’à partir d’un même thème, des auteurs peuvent nous offrir des histoires très différentes. Excepté un récit qui ne m’a pas vraiment convaincue, mais qui plaira certainement à d’autres, j’ai trouvé chaque récit intéressant et très plaisant à lire. La seule chose qui m’a un peu décontenancée est la brièveté de l’ouvrage, celui-ci mériterait ainsi d’être un peu plus étoffé pour satisfaire mon appétit de lectrice. Pour ma part, je suis contente d’avoir découvert six auteurs que je ne connaissais pas, et d’avoir rencontré, à travers ces petits textes, des plumes que je prendrai plaisir à suivre. Alors si vous avez envie d’une lecture rapide vous permettant de faire de nouvelles découvertes en matière d’auteurs, ce petit recueil devrait vous ravir.

Envie de vous procurer le recueil ? Visitez le site de Rooibos éditions ou d’Amazon.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les 10 plus grands héros de l’histoire du monde, Didier Willot

20170615_110112-1

Je remercie Le Papillon Rouge Editeur et Babelio pour m’avoir permis de découvrir Les 10 plus grands héros de l’histoire du monde de Didier Willot.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

20170615_110131-1

 

Pour la toute première fois, une vaste consultation internationale (près d’une dizaine de milliers d’individus sur quasiment 40 pays !) a récemment élu les dix plus grands héros de l’histoire. Les sondés ont ainsi plébiscité Einstein, Mère Teresa, Gandhi, Martin Luther King, Newton, Jésus, Mandela, Edison, Lincoln et Bouddha.

Ce livre passionnant s’aventure dans les pas de ces géants au destin éblouissant. Dans un style clair et captivant, on y découvre leur jeunesse, leur combat, leur souffrance, leur courage, leur travail acharné, leur amour du prochain… Une véritable vie de roman à dévorer sans plus tarder !

 

  • Broché: 264 pages
  • Editeur : PAPILLON ROUGE EDITEUR (22 avril 2017)
  • Prix : 19,90€

AVIS

Je vais commencer par le seul petit point qui serait perfectible : le manque de mise en valeur visuelle du livre. Si une photo est bien présente pour introduire chaque personnage, l’ensemble donne néanmoins le sentiment d’un ouvrage visuellement austère. Mais il s’agit là d’un petit détail qui ne nuit en rien au plaisir que vous ressentirez à le parcourir.

20170615_110201-1

Je regrette également la faible place accordée aux femmes même s’il est vrai que l’auteur n’est en aucun cas responsable de la situation.

En effet, le choix des 10 plus grands héros de l’histoire du monde s’est opéré à la suite d’une enquête réalisée auprès de presque 7000 étudiants-chercheurs issus des plus grandes universités du monde entier. L’idée est sympathique même si je ne suis pas vraiment d’accord avec le caractère représentatif dont se targue le livre. Je ne pense pas qu’en ciblant l’élite des étudiants, l’enquête permette d’avoir un échantillon représentatif de la jeunesse du monde entier, loin s’en faut…

Mais peu importe, car ce qui compte c’est que cette enquête sert de prétexte pour présenter la vie de 10 personnages scientifiques, religieux ou encore politiques que l’on connaît tous au moins de nom : Bouddha, Jésus-Christ, Edison, Einstein, Gandhi, Martin Luther King, Abraham Lincoln, Mandela, Newton, Mère Teresa.

A cet égard, le livre est particulièrement intéressant pour les personnes qui n’ont pas forcément l’envie, le temps ou la patience de lire des biographies, mais qui aimeraient néanmoins connaître les accomplissements et les points importants de la vie d’individus qui ont laissé une trace dans la mémoire collective.

Elles ne pourront ainsi qu’être sensibles au travail de recherche et de synthèse effectué par l’auteur afin de mettre une partie, même infime de l’Histoire, à la portée de tous. Quand l’on connaît la pléthore d’informations à laquelle chaque citoyen lambda a accès par le biais, notamment, d’Internet, ce point me semble particulièrement important. A noter que vous trouverez, en fin d’ouvrage, une bibliographie ce qui vous permettra de vérifier le sérieux des sources si c’est une donnée à laquelle vous êtes sensible ou simplement approfondir votre connaissance des sujets abordés.

Pour ma part, même si je connaissais les grandes lignes de la vie de toutes ces figures historiques, j’ai fait, grâce à Didier Willot, quelques découvertes d’autant que l’auteur aborde des aspects parfois moins connus de leur personnalité ou de leur vie. Par exemple, si les qualités scientifiques d’Einstein sont connues de tous, qu’en est-il de son engagement contre la ségrégation raciale aux États-Unis, pays dans lequel il a vécu, le poussant à refuser d’intervenir dans les universités où elle était pratiquée ? Ou encore, combien d’entre nous connaissons non pas Newton le physicien, mais Newton le philosophe, profondément croyant et passionné d’alchimie ?

L’auteur, en plus de nous livrer des anecdotes rendant la lecture entraînante, prend également soin de ne pas tomber dans un excès d’idéalisation avec une image lissée de ces héros de l’histoire. Ainsi, si toutes les personnes évoquées dans le livre ont accompli de grandes choses, elles n’en demeurent pas moins humaines et ne sont pas parfaites. Nous retiendrons, par exemple, de Mère Teresa, une femme vouée à la cause des plus démunis sans pour autant oublier ses idées réactionnaires sur l’avortement.

Enfin, la grande force de ce livre est, à mon sens, le style de l’auteur. A aucun moment, je n’ai eu le sentiment qu’il se perdait dans des détails superflus ou employait un ton dogmatique. Bien au contraire, il présente les informations de manière simple et assez concise pour qu’elles soient lues rapidement tout en les rendant assez pertinentes et percutantes pour donner envie d’en apprendre plus. D’ailleurs, tout au long de ma lecture, je n’ai pu m’empêcher de noter, pour chacune des personnalités, des points ou éléments de leurs vies afin d’effectuer des recherches un peu plus approfondies sur le sujet.

Néanmoins, je vous rassure, si votre objectif est de seulement connaître les grandes lignes de la vie de 10 grandes figures historiques que ce soit par simple curiosité intellectuelle ou envie de posséder un minimum de culture générale à leur sujet, ce livre se suffit à lui-même. Vous pouvez donc le considérer comme un aboutissement ou une clef d’entrée pour orienter vos recherches.

En conclusion, Didier Willot propose ici un ouvrage qui vous permettra de découvrir ou redécouvrir  la vie d’individus ayant indéniablement marqué l’histoire du monde que ce soit par leurs apports scientifiques, moraux ou la dévotion et l’abnégation dont ils ont su faire preuve durant leur vie. Synthétique, facile et très agréable à lire, cet ouvrage est accessible à tous, des simples curieux aux étudiants en passant par des personnes désirant rafraîchir ou fixer leurs connaissances.

Vous pouvez acheter Les 10 plus grands héros de l’histoire du monde de Didier Willot sur le site de l’éditeur.

Logo Papillon Rouge