Le dernier vol, Julie Clark

Couverture Le

Je remercie les éditions de l’Archipel de m’avoir envoyé Le dernier vol de Julie Clark en échange de mon avis.

Claire avait tout planifié pour fuir Rory, homme politique charismatique doublé d’un mari tyrannique.
Mais, à la dernière minute, la mécanique s’enraye. Son chemin croise alors celui d’Eva à l’aéroport JFK. Elle aussi a de bonnes raisons de vouloir changer de vie.
Et si chacune prenait la place de l’autre ? Les deux jeunes femmes décident d’échanger leurs billets d’avion.
Claire s’envole donc pour Oakland au lieu de Porto Rico, où elle apprend, horrifiée, que le vol qu’elle aurait dû prendre s’est abîmé en mer.
Claire est désormais Eva aux yeux de tous. Mais la nouvelle vie dont elle rêvait pourrait se révéler pire que celle qu’elle a laissée derrière elle.
Eva avait des secrets ; Claire en a hérité. Des menaces pèsent à présent sur elle…
 
L’Archipel (7 juillet 2022) – 332 page – Broché (21€)
Traduction : Penny Lewis

AVIS

Le résumé m’ayant tout de suite intriguée, je n’ai pas hésité à me lancer dans ce thriller qui nous plonge aux côtés de deux femmes qui ne se connaissent pas vraiment, mais qui vont échanger leurs billets d’avion afin de pouvoir disparaître chacune de leur côté. Claire cherche à fuir Rory, homme politique influent et mari idéal aux yeux de tous, homme violent et maltraitant dans le secret de l’intimité. Quant à Eva, elle a ses propres démons à tenir éloigner et trouvera en Claire le moyen idéal pour y arriver. Néanmoins, tout ne se passe pas comme prévu et l’avion d’Eva, embarquée sous l’identité de Claire, s’abîme en mer…

En plus du drame humain, cet accident complique terriblement le souhait de Claire de disparaître, sa supposée mort attirant l’attention des médias sur elle quand elle aurait eu besoin qu’on l’oublie. Et si cela n’était pas suffisant, elle va rapidement réaliser que tout ce que lui avait dit Eva le jour de leur rencontre à l’aéroport était un tissu de mensonges. Qui était vraiment cette femme qui semble l’avoir manipulée  pour qu’elle échange avec elle son billet d’avion ? Est-elle vraiment morte ? Que cherchait-elle à fuir ? Tout autant de questions auxquelles va vite devoir répondre Claire si elle veut espérer ne pas se laisser broyer par les secrets d’Eva, et rester morte aux yeux du monde entier, et en particulier de son mari. Mari dont elle peut surveiller à distance certaines activités, mais pas assez pour assurer sa tranquillité d’esprit…

À travers le personnage de Claire, Julie Clark aborde la question des violences domestiques, montrant à quel point les apparences sont trompeuses, et rappelant la difficulté pour les victimes de s’en sortir. Difficulté d’autant plus grande pour Claire que son mari est extrêmement puissant, aimé de tous et prêt à tout pour ne pas qu’elle nuise à sa carrière politique. Devant sa situation, on se prend d’emblée de sympathie pour cette femme courageuse et intelligente qui essaie de garder la tête hors de l’eau malgré les circonstances. Alors quand une double menace pèse sur elle, l’une relative à son mari, et l’autre aux mensonges d’Eva, la tension est à son comble ! Je me suis ainsi beaucoup angoissée pour Claire qui est parfois contrainte de prendre des risques, et qui est consciente qu’il est quasiment impossible de rester éternellement caché dans nos sociétés modernes…

En revanche, j’ai mis un peu plus de temps à m’attacher à Eva dont on découvre, par un jeu de flash-back, des bribes du passé jusqu’au jour fatidique de l’accident. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la jeune femme a opté pour un choix de carrière étonnant, résultat d’une mauvaise décision et d’un système où les plus nantis s’en sortent toujours quand le commun des mortels n’a pas le droit à l’erreur. Je ne peux pas dire que j’ai approuvé tous ses choix, mais j’ai compris comment elle a pu se laisser enfermer dans un cercle vicieux où il est impossible de s’en sortir, du moins sans y perdre des plumes, si ce n’est la vie. À cet égard, il y a une révélation que je n’avais pas anticipée et que j’ai trouvée très bien amenée…

J’ai apprécié que l’autrice nous permette de comprendre avec une certaine subtilité comment le mari de Claire a profité de son sentiment de solitude depuis la perte des siens pour l’isoler, et l’emprisonner dans une cage dorée. Et j’ai été saisie par l’intelligence avec laquelle elle déroule petit à petit la vie d’Eva, suscitant en nous compréhension et empathie même quand ses choix se révèlent moralement discutables. Ainsi, plus on avance dans l’intrigue, plus on comprend Eva et son besoin de fuite, mais aussi ce qu’elle était prête à sacrifier pour recommencer à zéro. Car si elle a passé une bonne partie de sa vie seule, elle avait réussi à nouer une belle amitié avec une voisine qui l’a prise sous son aile et l’a traitée comme sa propre fille, elle qui n’a jamais eu la chance d’avoir une famille. J’aime à croire que pour Eva, il n’y aurait pu avoir meilleur cadeau que celui-ci  !

Quant à la plume de l’autrice, je l’ai trouvée fluide et efficace, appréciant la manière dont Julie Clark alterne avec fluidité entre les points de vue et les temporalités, donnant une sorte de sens à un hasard facétieux, et des décisions dont on mesure petit à petit les réelles conséquences.

Et si quand la vie plaçait devant vous une chance de tout recommencer, il valait mieux se méfier ? Une question que Claire aurait dû se poser avant d’accepter la proposition étrange et inattendue d’une parfaite inconnue. Car en pensant échapper à un mari violent et puissant, elle va mettre les pieds dans un engrenage infernal qui menace de la broyer et de la faire passer d’une violence à une autre. Qui était véritablement Eva et que cherchait-elle à fuir ? Il semble urgent de le découvrir avant que le passé de l’une ne menace le futur de l’autre… Empli de tension, Le dernier vol offre une intrigue captivante qui rappelle à quelle vitesse une seule décision peut impacter une vie entière, un espoir se transformer en cauchemar, et une porte de sortie se détacher de l’obscurité à condition d’être prêt à se battre pour y accéder.

23 réflexions sur “Le dernier vol, Julie Clark

    • Je t’avoue que je ne suis jamais tombé sur un roman où deux femmes échangeaient leur place dans un avion alors j’ai beaucoup aimé le principe 🙂
      Le thème des violences conjugales est bien traité mais si j’aurais aimé qu’on l’évoque un peu plus. Mais l’autrice montre bien comment son mari a isolé Claire et pourquoi il l’a choisie elle.

      Aimé par 1 personne

  1. Pingback: Challenge polar et thriller 2022-2023 | Light & Smell

  2. Pingback: C’est le 1er, je balance tout ! juillet 2022 | Light & Smell

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.