Les mystères de Larispem, tome 3 : L’élixir ultime, Lucie Pierrat-Pajot

Couverture Les mystères de Larispem - L'élixir ultime

L’élixir ultime de Lucie Pierrat-Pajot

La comtesse Vérité rêve de posséder l’élixir ultime permettant de contrôler les foules par la seule pensée. Qui pourra arrêter celle qui s’apprête à déclencher une guerre internationale, à la veille du nouveau siècle ? Nathanaël, parti à la recherche de ses origines hors de Larispem ? Liberté, enfermée dans la sinistre prison de la Petite Roquette ? Ou Carmine, tiraillée entre son indéfectible amitié et sa loyauté envers les loucébems ?

Gallimard Jeunesse (20 septembre 2018) – 368 pages – Papier (17€)

AVIS

Tome 1 : Le sang n’oublie jamais – Tome 2 : Les jeux du siècle

Je remercie Bianca du blog Des livres, des livres pour cette lecture commune du dernier tome des Mystères de Larispem, une série que nous avons pris toutes les deux un grand plaisir à découvrir.

Une aura de danger implacable…

À la fin du deuxième tome, nous avions quitté les personnages en mauvaise posture et je dois avouer que j’étais curieuse de découvrir comment chacun allait s’en sortir… Liberté, emprisonnée, réussira-t-elle à s’échapper ? Comment Carmine va-t-elle gérer ses sentiments contraires et Nathan faire face à des révélations fracassantes sur son passé ? Des révélations lui permettant enfin de renouer avec une identité dont il a trop longtemps été privé… Nous allons donc suivre séparément les personnages en espérant très fort que leur route finisse par se (re)croiser puisque c’est bien tous ensemble qu’ils sont les plus forts ! 

Et de la force, ils vont en avoir besoin face à une comtesse Vérité plus déterminée que jamais à mettre la main sur l’élixir ultime qui lui permettrait de contrôler les gens par la pensée. La comtesse se révèle de nouveau redoutable dans ce tome, tirant les ficelles dans l’ombre et nous prouvant toute la force de sa détermination à se venger et à rendre à Larispem son visage d’antan, celui d’un Paris dominé par la noblesse et les nantis. J’ai adoré toute la dimension politique avec la menace d’un conflit de grande envergure, mais aussi tous les enjeux soulevés par le fameux élixir, une arme effroyable et, de par sa capacité à priver autrui de sa volonté, écœurante.

D’un tome à l’autre, l’étau autour de nos protagonistes se resserre implacablement, nous poussant à tourner les pages le souffle court, d’autant que l’intrigue est entourée d’une belle aura de mystère. Ainsi, bien malin, celui qui arrivera à deviner les plans de l’autrice qui s’évertue à semer le doute, à nous faire craindre le pire pour la vie de ses personnages, tout en nous gardant sous sa coupe grâce à une gestion de la tension incroyable. À plusieurs reprises, je me suis demandé comment toute cette histoire allait se terminer n’arrivant pas à déduire des événements l’issue la plus probable.

Des personnages qui évoluent et gagnent en consistance…

J’ai adoré cette incertitude, mais encore plus de voir évoluer les personnages et constater que depuis le premier tome, ils ont gagné en profondeur et en maturité. À cet égard, l’évolution de Nathan est la plus probante, le jeune homme ayant de plus en plus confiance en lui et en ses convictions. Cela lui fera parfois prendre des décisions inconsidérées et dangereuses, mais cela témoignera aussi du chemin qu’il a parcouru depuis sa rencontre avec Liberté et Carmine. Courageux, déterminé et ayant un réel sens de l’honneur, Nathan se révélera digne de son héritage dont il découvre petit à petit les contours grâce à une personne de son passé. Une personne, en apparence superficielle et poltronne, qui saura néanmoins nous surprendre…

C’est d’ailleurs l’un des atouts de ce roman, des personnages dont la personnalité et la valeur ne sont pas fixées dans le marbre. Ils nous montrent différentes facettes d’eux-mêmes, évoluent, certains nous font douter en semblant se rapprocher du précipice et nous rappellent alors que toute personne possède sa part d’ombre, mais que le plus important est qu’elle la combatte. En outre, au cours des nombreuses péripéties et coups durs, un personnage nous dévoile un autre aspect de sa personnalité, le faisant passer d’austère et peu amène à attachant et peut-être plus humain qu’il ne veut bien se l’avouer. Je me suis ainsi prise d’affection pour un homme qui dans les tomes précédents n’avait guère attiré ma sympathie…

L’autrice veille donc à offrir une palette de personnages variée et plutôt nuancée, à l’exception de l’un d’entre eux qui demeure jusqu’au bout le stéréotype du beau parleur peu fiable. J’ai pourtant espéré un sursaut de conscience de sa part, mais il faut croire qu’il y a des personnes condamnées à ne jamais changer.

Une aventure originale conclue d’une main de maître… 

Autre atout de la série, l’absence de facilités et de lieux communs : de son univers aux personnages en passant par l’intrigue, Lucie Pierrat-Pajot fait montre jusqu’au bout d’une réelle originalité et impose aux lecteurs son propre style. Un style accessible et plus profond qu’il n’y paraît et une plume vive et immersive qui permet de passer sans transition de l’émotion à l’action, de la peur à la surprise, du mystère à la tension, du machiavélisme pur à une empathie malvenue, mais pourtant impossible d’éviter. Ainsi, s’il est impossible d’approuver la comtesse Vérité, on ne peut s’empêcher de comprendre ses velléités de vengeance envers un homme qui l’a déshumanisée et une Cité-État qui lui a tout pris... Comme toujours, dans une guerre, tout n’est pas tout noir ni tout blanc !

Dans ce tome dépourvu de la moindre longueur, les péripéties s’enchaînent sans jamais se ressembler. Un rythme soutenu qui nous fait passer par toutes les émotions, espoirs et attentes, mais qui ne permet pas vraiment de donner la même place à chacun. J’ai donc eu l’impression de ne pas avoir eu ma dose de Carmine et de Liberté à la fin de ma lecture, sans que cela ne nuise néanmoins à mon ressenti global. Avec quelques chapitres de plus, j’aurais juste peut-être été moins triste à l’idée de quitter des personnages auxquels je me suis attachée… Quant à la fin, si elle est un peu précipitée à mon goût, elle offre néanmoins une conclusion à la hauteur d’une confrontation inévitable et grandiose entre deux camps qui se battent avec ardeur pour leurs convictions. J’ai ainsi refermé ce dernier tome avec les réponses aux questions que je me posais, l’esprit tranquille et la certitude d’avoir lu une très bonne trilogie.

En conclusion, L’elixir ultime conclut à merveille une trilogie mêlant habilement complot, transmutation, action et mystère dans un univers steampunk dont on découvre avec un mélange d’émerveillement et d’effroi les contours et les enjeux géopolitiques. Mais ce qui fait la force des Mystères de Larispem, ce sont ses protagonistes qui vont évoluer d’un tome à l’autre et se révéler à la hauteur de leur mission : sauver Larispem des velléités de vengeance d’une femme redoutable bien décidée à imposer son pouvoir à une société qui l’a autrefois rejetée. Une série uchronique efficace, et plus profonde qu’il n’y paraît, qui offre à ses lecteurs des moments intenses et palpitants, mais aussi de belles et solides amitiés !

Découvrez l’avis de Bianca

18 réflexions sur “Les mystères de Larispem, tome 3 : L’élixir ultime, Lucie Pierrat-Pajot

  1. Pingback: Les mystères de Larispem tome 3 L’élixir ultime – Lucie Pierrat-Pajot | des livres, des livres !

  2. Pingback: C’est le 1er, je balance tout ! mars 2022 | Light & Smell

  3. Pingback: Défi PKJ mars 2022 – Bilan | Light & Smell

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.