Les Mystères de Larispem, tome 2 : Les Jeux du Siècle, Lucie Pierrat-Pajot

Couverture Les Mystères de Larispem, tome 2 : Les Jeux du Siècle, Lucie Pierrat-Pajot

 

Les Mystères de Larispem, tome 2 : Les Jeux du Siècle, Lucie Pierrat-Pajot

À l’aube du XXe siècle, les jeux de Larispem sont lancés ! Carmine, Nathanaël et Liberté forment l’une des six équipes de ce jeu de l’oie à échelle humaine. Pendant ce temps, la comtesse Vérité œuvre dans l’ombre pour s’emparer de la Cité-État. L’intrépide trio parviendra-t-il à déjouer ses plans? Et sauront-ils décoder le Livre de Louis d’Ombreville, qui suscite tant de convoitises?
Lauréat de la deuxième édition du concours du premier roman jeunesse organisé par Gallimard Jeunesse, Télérama et RTL, Les jeux du siècle est le deuxième tome des Mystères de Larispem, une série steampunk captivante.

Gallimard jeunesse (mai 2017) – 336 pages – 17€
Illustrations : Donatien Mary

AVIS

Bianca et moi ayant adoré le premier tome, Le sang n’oublie jamais, nous avons décidé de ne pas trop attendre pour lire la suite, toujours en lecture commune. Oserais-je ajouter qu’on ne change pas une équipe qui gagne, a fortiori pour un roman intitulé Les jeux du Siècle ? Et nous avons bien fait, ce deuxième tome confirmant tout le talent de l’autrice pour proposer une histoire captivante qui mêle avec habilité action, complot, amitié et ici, une petite pointe de romance. Ce sera d’ailleurs là mon seul bémol, n’ayant pas particulièrement apprécié les questionnements amoureux des personnages. Mais cela est un détail et présente un avantage non négligeable : rendre les personnages réalistes, après tout, ce sont encore des adolescents, et d’une certaine manière, très touchants.

Ainsi, Carmine qui tend à garder ses émotions pour elle-même s’ouvre un peu à Nathanaël, ce qui permet aux lecteurs de se sentir un peu plus proche de cette jeune fille d’une force de caractère impressionnante. Et du caractère, elle va en avoir besoin pour affronter un drame personnel et participer, aux côtés de Liberté et de Nathanaël, aux jeux du siècle ! Des jeux plutôt dangereux, dont on questionnera l’éthique, qui vont faire vivre aux personnages et aux lecteurs des moments intenses et forts en émotions. J’ai adoré suivre les personnages dans ces jeux et les voir faire face, avec plus ou moins d’aplomb, aux pièges qu’on a placés sur leur chemin. Je n’aurais clairement pas aimé être à leur place !

Le grand atout de ce tome est la manière dont l’autrice s’est arrangée pour réunir ses trois protagonistes qui vont devoir travailler ensemble pour gagner les jeux, ou au moins en sortir vivants ! Malheureusement, ce rapprochement n’empêchera pas deux personnages de prendre une décision que j’ai, à titre personnel, eu beaucoup de mal à comprendre. J’ai même été déçue qu’ils ne fassent pas preuve d’une plus grande confiance envers un autre personnage peut-être impulsif, mais qui, j’en suis persuadée, aurait réussi à comprendre. Mais force est de constater que ce mensonge par omission ajoute une certaine tension et du mystère à une intrigue qui n’en manquent déjà pas.

Car au-delà des jeux et d’une amitié pour laquelle on ne peut s’empêcher de frissonner, cette suite laisse de nouveau planer sur les personnages et Larispem une aura de danger de plus en plus prégnante et angoissante. La comtesse Vérité, une jeune femme absolument terrifiante, œuvre et complote dans l’ombre pour assouvir sa vengeance et s’emparer d’une Cité-État soumise à de vives tensions internes, le pouvoir de la présidente semblant loin de faire l’unanimité. J’ai adoré la dimension politique avec des jeux de pouvoir qui se dévoilent petit à petit, mais surtout le côté complotiste amené par la comtesse qui, en plus d’être d’une fine intelligence, se révèle être une stratège hors pair.

Si l’on ne peut guère approuver ses desseins, et encore moins ses méthodes, difficile de ne pas comprendre son courroux face à ce qui lui est arrivé dans le passé, à elle et à sa famille. Cela rappelle d’ailleurs l’importance dans toute guerre de ne pas mettre complètement à terre l’adversaire sous peine d’une paix qui ne sera jamais assurée. Au fil des pages, on réalise également que le problème de Larispem ne se limite pas à la Comtesse et aux Frères du Sang bien décidés à rétablir leur rang, leur fortune et leur place au sein de la société. Il est bien plus profond, les révolutionnaires d’hier devenant les réactionnaires d’aujourd’hui qui jouent sans vergogne sur un roman national construit à leur gloire. Mais n’est-il pas contradictoire de prôner la domination d’une caste sur les autres dans une Cité-État construite sur des valeurs d’égalité ? Par et pour le peuple, un idéal qui semble petit à petit s’effriter sur l’autel de l’ambition politique de certains…

Bien que l’on reste dans une œuvre de fiction, la question du terrorisme et de ses conséquences sur la stabilité politique d’une nation, en même temps que sur la confiance d’un peuple envers ses dirigeants, est amenée avec une certaine intelligence et sensibilité. On sent à quel point le peuple est effrayé par les attaques des Frères du Sang et que cette peur devient une arme aussi efficace que n’importe quelle autre… D’ailleurs, ce point parmi d’autres souligne toute la subtilité et l’intelligence de cette série. Si on peut y voir une simple œuvre de fiction particulièrement rythmée, prenante et captivante, pour ma part, j’y vois une intrigue plus profonde qu’il n’y paraît. Peut-être pas dans la construction des personnages assez simple, mais dans les thématiques abordées, l’intelligence avec laquelle elles le sont, et la manière dont elles nous poussent à réfléchir à notre propre réalité et à certains événements traumatisants qui ont frappé notre pays.

Comme dans le premier tome, l’univers steampunk proposé et développé par l’autrice dans Les Jeux du Siècle m’a enchantée, d’autant qu’il est immersif tout en demeurant très accessible. J’ai adoré me plonger dans les recoins louches et sombres de la ville, découvrir des machines plus ou moins impressionnantes, en apprendre plus sur les pouvoirs du sang, et l’héritage de Louis d’Ombreville contenu dans un livre dont l’importance ET l’influence ne font aucun doute. Ce fut également un réel plaisir de me laisser emporter par la plume de l’autrice toujours aussi fluide et immersive. Cette autrice possède vraiment quelque chose qui rend la lecture de ses romans particulièrement addictive, peut-être un sens du phrasé qui permet de rapidement s’approprier son univers, à moins que ce ne soit une sensibilité propre qui permet aux lecteurs de s’attacher à ses personnages et ceci quel que soit son âge.

En conclusion, entre l’action omniprésente et haletante, des secrets qui menacent de diviser des personnages qui n’ont jamais autant eu besoin d’être soudés, et de multiples dangers intérieurs et extérieurs prêts à fondre sur Larispem, les pages défilent à vitesse grand V ! Pris dans les différents fils d’une intrigue plus complexe qu’il n’y paraît, les lecteurs n’ont pas d’autre choix que de se laisser guider par l’univers riche et immersif de Lucie Para Pajot, un univers steampunk qui mêle avec brio politique, complot, amitié et amour. Les jeux du siècle est un deuxième tome rythmé et captivant qui donne envie de se jeter sur une suite que l’on pressent riche en révélations, action et émotions.

Encore merci à Bianca pour m’avoir incitée à sortir de ma PAL cette série et pour nos échanges autour de cette lecture commune. Je vous invite d’ailleurs à lire son avis.

25 réflexions sur “Les Mystères de Larispem, tome 2 : Les Jeux du Siècle, Lucie Pierrat-Pajot

  1. Pingback: Les mystères de Larispem tome 2 Les jeux du siècle – Lucie Pierrat-Pajot | des livres, des livres !

  2. Je ne connaissais absolument pas donc il me manquait peut-être des références pour tout comprendre mais je trouve ton article très bien structuré et écrit ! Ton avis faut envie, encore un livre pour ma WL ^^ !

    Aimé par 1 personne

  3. Pingback: [Bilan] Cold Winter Challenge 2021 | Light & Smell

  4. Pingback: C’est le 1er, je balance tout ! février 2022 | Light & Smell

  5. Pingback: Les mystères de Larispem, tome 3 : L’élixir ultime, Lucie Pierrat-Pajot | Light & Smell

  6. Pingback: [Bilan] Mois de la romance 2022 | Light & Smell

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.