Ne la quitte pas du regard, Claire Allan

Ne la quitte pas du regard

« Ne crois pas ce qu’il te raconte. » Cette note anonyme glissée dans son casier instille le doute dans l’esprit d’Eli, une infirmière enceinte de sept mois. Simple plaisanterie de mauvais goût ou véritable avertissement ?
Le message fait-il allusion à son mari, Martin, qu’elle sent de plus en plus distant depuis le début de sa grossesse ? Un deuxième message lui parvient bientôt, plus explicite mais surtout plus inquiétant. Puis les menaces se précisent…
Dans l’ombre, une femme semble l’épier. Une femme qui souhaite plus que tout devenir mère…
Ne la quitte pas du regard alterne plusieurs voix – dont celle d’Eli, la future maman, et celle de Louise, qui suit une femme enceinte qu’elle ne juge pas digne d’élever la fillette qu’elle attend. Un suspense dont la tension va crescendo, jusqu’au dénouement… inattendu !

L’Archipel (8 avril 2021) – 340 pages – 22€

AVIS

Au fil du temps, les éditions de l’Archipel sont devenues ma référence en matière de thrillers, notamment en raison de leur talent pour découvrir et mettre à la portée du public francophone des thrillers haletants et pleins de suspense. Et Ne la quitte pas du regard ne déroge pas à la règle.

S’il y a quelque chose qui m’a chiffonnée avec le style, sans que je n’arrive à vraiment mettre des mots sur mon impression et sans que je ne puisse déterminer si c’est dû à l’autrice ou la traduction, force est de reconnaître que le roman se lit vite et, surtout bien.

Dès le début, Claire Allan instaure une certaine tension et pas mal de suspense. Qui s’amuse à envoyer des mots désobligeants à Eli, une infirmière enceinte de plus de 7 mois ? Pourquoi sous-entendre que son mari, Martin, la trompe allègrement et passe du bon temps en charmante compagnie pendant qu’elle s’enferme dans les maux d’une grossesse difficile ? Dans un premier temps, Eli tente de chasser ces allégations de son esprit, mais très vite le doute s’installe et prend de plus en plus d’ampleur. Ces accusations anonymes n’ont-elles pas un fond de vérité ? N’expliqueraient-elles pas pourquoi son mari semble avoir pris ses distances avec elle ?

Et les doutes du début deviennent suspicion quand le délateur s’enhardit et devient de plus en plus menaçant. Heureusement, Eli peut compter sur l’aide de sa mère pour gérer la menace et affronter un  mariage qui part en déliquescence… La complicité entre la mère et la fille est très forte, les deux femmes n’ayant longtemps pu compter que l’une sur l’autre. Mais de fil en aiguille, le réconfort apporté par Angela se fait de plus en plus pesant et étouffant, cette dernière ayant quelque peu du mal à couper le cordon avec une fille qu’elle tend à surprotéger et à considérer encore comme son bébé.

En parallèle de ces deux femmes, on suit Louise, une femme obnubilée par l’idée d’être mère et qui, pour ce faire, est prête à toute, même à commettre l’irréparable. Avec méticulosité et patience, elle observe et traque une femme enceinte qu’elle juge indigne de son enfant à venir. Après tout, comment cette future mère ose-t-elle se laisser aller et faire la tête quand elle a l’immense bonheur de porter la vie en elle ? Elle, elle aurait tout donné pour être à sa place… De fil en aiguille, on découvre les blessures profondes de cette femme qui se rêvait mère, mais qui devient espionne et, bientôt, voleuse d’enfant.

L’implacabilité de Louise pour mener à bien son horrible projet fait froid dans le dos, d’autant qu’elle tait fort rapidement ses quelques élans de culpabilité en les justifiant par de pseudo-volontés divines. Néanmoins, et ce fut assez déstabilisant, je n’ai pas pu m’empêcher d’être touchée par la détresse de cette femme dont toute la vie se résume à son besoin viscéral d’être mère. Un besoin mainte fois contrarié, jusqu’à cette fois de trop qui a fini par casser quelque chose en elle. Cela n’excuse pas son comportement, mais j’ai apprécié la manière dont l’autrice a su nous plonger dans la psychologie d’une femme perturbée, capable du pire comme de la plus totale dévotion.

L’alternance des points de vue apporte beaucoup de dynamisme à la lecture, mais c’est probablement la tension et les doutes qui donnent envie de tourner les pages. On aspire, tout comme Eli, à connaître la vérité, tout en la redoutant à mesure que le dénouement approche, et que l’étau se resserre jusqu’à créer une ambiance particulièrement angoissante et étouffante. Pour ma part, j’ai assez rapidement compris le fin mot de l’histoire, même s’il m’a fallu attendre les deux tiers du roman pour être certaine de moi, mais si je n’avais pas lu un thriller qui reprenait le même procédé il y a peu, je me serais laissé berner. L’autrice a, en effet, su créer ici une trame machiavélique qui ne devrait pas manquer de surprendre et de frigorifier bon nombre de lecteurs.

En plus du suspense omniprésent et de ce sentiment de danger étouffant qui monte crescendo, Ne la quitte pas des yeux est un roman que je vous recommanderais pour la pertinence avec laquelle il aborde la maternité sous différentes perspectives : les relations mères filles, la difficulté pour certaines mères de laisser leurs enfants prendre leur envol, le désir non assouvi de maternité, le regard que la société porte sur la grossesse… Une grossesse idéalisée qui fait peser un poids énorme sur des futures mères comme Eli qui souffre, n’arrive pas à passer outre les désagréments de son état et qui ne se sent pas particulièrement attachée à l’être qui grandit en elle. De jugement en injonction au bonheur, on perçoit pleinement à quel point Eli se sent incomprise, et aurait aimé le soutien et le réconfort d’un mari, pas méchant, mais qui semble parfois bien plus impliqué dans son travail que dans le bien-être psychologique de sa femme. En trame de fond, il est également question de deuil périnatal et de la difficulté, voire de l’impossibilité pour certaines personnes de s’en relever…

Autre point que j’ai particulièrement apprécié, le contexte professionnel d’Eli qui travaille dans un service de soins palliatifs. Sans tomber dans le pathos, l’autrice montre la dureté de ce métier, mais aussi les liens que le personnel médical lie avec les patients afin de rendre leur fin de vie la plus digne et humaine possible. C’est un point qui m’a beaucoup touchée, d’autant que l’on sent Eli très impliqué dans son travail et le bien-être des patients.

En conclusion, malgré un style d’écriture efficace, mais qui ne m’a pas transcendée, Ne la quitte pas du regard fut une lecture haletante que j’ai eu bien du mal à lâcher. De fil en aiguille, le doute s’installe, la tension s’intensifie et l’ambiance devient de plus en plus angoissante jusqu’à se faire suffocante. Entre une femme qui vit une grossesse difficile et dont l’existence vole en éclats, une mère qui a construit toute sa vie autour de son enfant unique, et une femme prête à tout pour enfin être mère… les lecteurs découvrent l’amour maternel sous différentes formes. Mais qu’advient-il quand celui-ci devient obsession ? Et si le danger n’était pas celui que l’on pensait ? À travers un final frigorifiant, Claire Allan soulève les voiles d’une terrible vérité…

Je remercie les éditions de l’Archipel de m’avoir envoyé Ne la quitte pas du regard en échange de mon avis.

29 réflexions sur “Ne la quitte pas du regard, Claire Allan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.