Les gardiens du phare, Emma Stonex

Les Gardiens du phare

Je remercie Audiolib de m’avoir envoyé, dans le cadre du Prix Audiolib 2022, Les gardiens du phare d’Emma Stonex en échange de mon avis.

On dit que la mer protège ses secrets. On dit que personne ne saura jamais ce qu’il s’est passé au phare du Maiden Rock. Au cœur de l’hiver 1972, à plusieurs milles de la côte de Cornouailles, une barque brave la mer pour rejoindre le phare du Maiden Rock. À son bord, se trouve la relève tant attendue par les gardiens. Pourtant, quand elle accoste enfin, personne ne vient à sa rencontre. Le phare est vide. La porte d’entrée est verrouillée de l’intérieur, les deux horloges sont arrêtées à la même heure et le registre météo décrit une tempête qui n’a pas eu lieu. Les trois gardiens se sont volatilisés. Vingt ans plus tard, alors que les flots semblent avoir englouti pour toujours leurs fantômes, les veuves des trois hommes ne peuvent se résoudre à tourner la page. Le vernis se craquelle, le sel de la mer envahit le présent, et les secrets profondément enfouis refont surface.

Audiolib (13 avril 2022) – 9 heures et 30 minutes
Narrateurs : Christine Braconnier, Guillaume Orsat

AVIS

1972, les trois gardiens du phare du Maiden Rock en Cornouailles disparaissent. Sur place, la porte est verrouillée, les horloges arrêtées à la même heure et le repas dressé pour être servi. Vingt ans plus tard, un auteur à succès décide d’écrire un livre autour de cette énigme non résolue en donnant la parole aux épouses et compagnes des disparus, des femmes qui ont depuis appris à vivre avec le poids de l’absence et de l’ignorance. Mais la quête de vérité de notre auteur réveillera des secrets douloureux et des mensonges pesants…

Les phares ont toujours exercé sur moi une certaine fascination, tout comme l’idée de ces gardiens qui les ont longtemps habités. À cet égard, je ne peux que louer le travail d’Emma Stonex qui nous présente au plus près la réalité de leur vie, une vie plus ou moins difficile et reculée en fonction de la localisation du phare. Or, hélas pour les trois gardiens du phare du Maiden Rock, ce dernier est situé en pleine mer, rendant l’accostage et les relèves difficiles, et surtout la vie sur place totalement tributaire des aléas de la météo et de la mer.

Des conditions de vie particulières plus ou moins bien vécues en fonction de la personnalité et des attentes de chacun. Arthur, le chef gardien, plus à l’aise dans sa tour en pleine mer que dans la vie sur terre, apprécie cette vie en autarcie. À l’inverse, Bill supporte mal ce métier atypique qu’on lui a imposé, lui faisant croire que jamais il ne pourrait aspirer à autre chose. Quant au dernier membre de l’équipe, Vincent, il voit dans son métier l’occasion de prendre un nouveau départ, lui qui n’a pas eu une vie facile et commis des erreurs de jeunesse…

En parallèle de ces gardiens que l’on apprend à connaître petit à petit, se dessine le portrait de leur épouse et compagne que l’on rencontre vingt ans après leur disparition. Helen semble avoir tiré un trait sur le passé, ou du moins avoir accepté que son mari ne reviendrait jamais, alors que Jenny vit dans l’attente et l’espoir du retour de son Bill. Michelle, quant à elle, n’a jamais oublié son grand amour, Vincent, mais elle est allée de l’avant, se mariant et ayant des enfants. J’ai apprécié de découvrir la vie de ces femmes, leurs douleurs et la manière dont elles ont dû faire face à un deuil difficile à faire en raison de l’incertitude planant au-dessus de la disparition de leur conjoint. J’ai néanmoins eu beaucoup de mal à supporter Jenny, une femme aigrie qui n’a jamais réalisé qu’aimer ne signifiait pas étouffer jusqu’à l’écœurement.

Au fil de l’alternance entre le passé et le présent, l’autrice nous permet de mieux appréhender la personnalité de chacun, et les relations les unissant, nous donnant une image d’ensemble plus nuancée et complexe qu’on pourrait le penser. Il est ici question de faux-semblants, de mensonges, de trahison, de secrets qui ne demandent qu’à être dévoilés, d’amour virant à l’obsession, de deuil, de pardon, du poids de la culpabilité et des non-dits… Mais aussi de manipulation avec une entreprise qui, depuis vingt ans, s’est arrangée pour imposer sa propre vérité en faisant taire les personnes qui pourraient présenter un autre tableau que le sien. Une entreprise qui n’hésite pas à bafouer le nom de l’un de ses anciens employés en jouant sur les zones noires et sombres de son passé, et en faisant de lui le parfait bouc émissaire.

J’ai beaucoup aimé cette impression d’être en pleine enquête sur les traces du passé, l’autrice déployant et confrontant différents scénarios et hypothèses pour faire émerger la vérité. Ce faisant, elle instaure une certaine tension qui va crescendo jusqu’à ce qu’enfin les différentes pièces du puzzle s’imbriquent et finissent par répondre à cette obsédante question : qu’est-il arrivé aux trois gardiens du phare du Maiden Rock ? Captivée par le mystère de ces trois disparitions, j’ai écouté très rapidement ce récit inspiré d’une histoire vraie et dont les narrateurs ont su restituer toute l’intensité. Christine Braconnier et Guillaume Orsat arrivent à moduler leur voix pour faire ressortir de manière convaincante les différents traits de personnalité des personnages et les émotions qui les assaillent. Il en résulte une sorte de proximité avec ceux-ci, qu’ils soient prisonniers d’un phare ou d’une vie organisée autour ou malgré la mémoire des absents.

En conclusion, s’inspirant d’une histoire vraie, Emma Stonex nous propose ici un roman qui plaira aux personnes fascinées par la vie dans un phare, dont je fais d’ailleurs partie, mais aussi aux amateurs d’enquêtes emplies de mystère, de suspense, de tension, de non-dits et de secrets. Un roman naviguant avec brio entre les époques et la vie de personnages complexes, qui ont autant à cacher qu’à partager, pour nous dévoiler une vérité que l’on espère et redoute à la fois ! Entre huis clos en pleine mer et rencontre avec des femmes qui ont chacune géré l’après à leur manière, un roman qui retrace le destin de personnes liées à jamais.

 

33 réflexions sur “Les gardiens du phare, Emma Stonex

  1. J’aime beaucoup ce type d’histoire et les phares font partie de ces lieux qui me fascinent, d’ailleurs j’ai lu un album sur le sujet cette semaine. Le fait qu’on parle de la vie de leurs gardiens et surtout de celle de leur femme me semble très intéressant !

    Aimé par 1 personne

    • J’ai hâte que tu nous parles de l’album parce que ça devrait m’intéresser 🙂
      La partie consacrée aux femmes est intéressante même si c’est vraiment le mystère autour de la disparition des gardiens et la vie dans le phare que je retiendrai de cette lecture.

      Aimé par 1 personne

  2. Comme toi et tant d’autres j’imagine, je t’avoue que je me suis toujours demandé à quoi pouvait ressembler la vie des gardiens de ces lieux ancestraux. Ce côté mystique de ces endroits semble coller parfaitement à l’ambiance de ce roman qui a su te transporter.

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup 🙂 J’ai aimé découvrir l’histoire de ces femmes qui réagissent très différemment au poids de l’absence, mais j’ai compris ce qui t’avait gênée… Oui, cette entreprise m’a dégoûtée mais j’ai trouvé son comportement très réalise devant le cynisme de certains groupes.

      Aimé par 1 personne

  3. Je trouve ça intéressant de découvrir à la fois ces hommes dans le passé et le présent de leurs épouses. La question du deuil doit être délicate ici au vu de la situation, puisqu’il s’agit de disparition. Mais apparemment l’auteure a su créer des personnages (et des couples) vraiment différents avec pour chaque femme, chacune leur manière de continuer à vivre et avancer malgré ce drame. Et elle traite en plus d’un sujet épineux sur une entreprise qui favorise son image plutôt qu’à ses employés, même quand le pire arrive. Je ne pense pas me lancer un jour, mais il a l’air d’avoir fait son effet ce roman. 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Pingback: Top 10 #8 : Les derniers romans inscrits dans mon carnet « Livres à lire » – Plume de Livre, Plume de Lune et Plume de Chat !

  5. Pingback: [Bilan] Flowers Books Challenge 2022 | Light & Smell

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.