Top Ten Tuesday #175 : les 10 derniers thrillers lus et/ou écoutés

566856438

« Le Top Ten  Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et est repris en français sur le blog Frogzine. »


Ces dernières semaines, notamment durant le confinement, j’ai enchaîné les thrillers que ce soit en version papier ou audio. Je vous propose donc la liste des dix derniers thrillers lus et/ou écoutés. Tous ont été de belles découvertes et m’ont offert d’intenses et angoissantes heures de lecture !

  • Les thrillers chroniqués :
    • Une héroïne aveugle, un fétichiste qui fait froid dans le dos et qui nage en eaux troubles, une enquête rythmée… Le fétichiste est un thriller assez original à la tension parfaitement maîtrisée.
    • Avec Les cicatrices, on fait un saut dans la noirceur, le triturage de méninges et des scènes parfois très dures. Un thriller psychologique où la violence côtoie la démence !
    • Quant à Thin air, on change de ton avec un thriller qui se déroule sur Mars… Le mélange SF et thriller a bien fonctionné sur moi même si j’ai parfois regretté certaines longueurs. Vous pouvez retrouver ma chronique sur le site eMaginarock.

Couverture Le fétichiste Couverture Les CicatricesCouverture Thin Air

  • Ceux que j’ai dévorés sans laisser de trace : 

Couverture La veuveCouverture Am stram gram... / Am stram gramCouverture Promenez-vous dans les bois... pendant que vous êtes encore en vie

Couverture Tension extrêmeCouverture Dernière escaleCouverture Le pacte interdit

Couverture Ames soeurs

Et vous, appréciez-vous les thrillers ?
Quel est le dernier livre du genre que vous avez lu ?

C’est le 1er, je balance tout ! Avril 2020 + Bingo du #PLIB2020

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bleue

C’est le 1er, je balance tout est un nouveau RDV livresque mensuel créé par Allez vous faire lire. Son objectif est de « remettre au centre de sa pratique de la blogosphère la notion de partage qui unit la toile ». Pour ce faire, il vous suffit de partager des informations en fonction de 4 catégories. Depuis quelques mois, les partages se font sur Charmant Petit Monstre.


1) Le Top & Flop de ce que vous avez vu/lu le mois dernier

Après une période creuse, j’ai retrouvé un très bon rythme de lecture grâce, entre autres, aux livres audio et aux thrillers que j’ai dévorés.

Parmi toutes mes lectures, je retiendrai plus particulièrement trois romans :

  • 12 bis, Avenue du Maréchal-Joffre. La sortie ayant été retardé en raison du confinement, je vous en parlerai plus tard, mais j’ai frôlé le coup de cœur.
  • Très bonne lecture également avec Le dernier salut de l’amazone que je vous recommande pour une plongée fascinante dans la vie d’une héroïne atypique et le monde du cirque.
  • Le mois d’avril m’a permis de renouer avec la fantasy urbaine. J’ai ainsi dévoré trois romans du genre, mais le premier tome de Bloodfire tire vraiment son épingle du jeu, peut-être parce que je me suis beaucoup attachée à l’héroïne. Ne vous fiez pas à son horrible couverture dont je vous ai parlé dans le dernier Throwback Thursday Livresque.

Couverture Les liens du sang, tome 1 : Un tempérament de feuCouverture Le Dernier Salut de l'amazone

Pas de gros flop, mais trois lectures m’ayant laissé un avis mitigé : vous pouvez retrouver ma chronique de la BD Les hommes viennent de Mars, Les femmes de Vénus.

Couverture Kanon au bout du monde, tome 1Couverture Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus (BD), tome 1

Et j’ai enfin terminé un livre audio en anglais commencé en février : l’achat d’Animal Crossing et le confinement m’ont bien aidée à en venir à bout… L’histoire est intéressante mais je m’attendais à un roman un peu plus rythmé. Je lirai/écouterai néanmoins la suite avec plaisir.

Couverture All the stars and teeth

2) Chroniques d’ailleurs lues le mois dernier

  • Lestrange in wonderland vous donne son avis sur mon classique préféré : Orgueil et préjugés de Jane Austen.
  • Sur En tournant les pages, vous trouverez un très joli avis sur un autre classique : Le vieil homme et la mer d’Ernest Hemingway.
  • Le blog Les petites analyses m’a donné très envie de découvrir Le roman de monsieur de Molière dont je n’avais jamais entendu parler..

Orgueil et préjugés (illustré) par [Jane Austen]Le vieil homme et la mer (Folio t. 6487) par [Ernest Hemingway, Philippe Jaworski]

3) Liens adorés hors chronique littéraire

  • Si vous aimez Sherlock Holmes et les animés, l’article du blog Les Voyages de Ly sur Kabukichou Sherlock devrait vous intéresser….

  • J’attends désespérément une version boîte d’Ace Attorney Phoenix Wrigth Trilogy sur Switch, mais je crois que l’avis de Komorebi va finir par me faire craquer pour la version dématérialisée…

  • Découvrez sur Youtube un album jeunesse entièrement lu par son autrice. J’aime beaucoup le concept découvert sur un blog dont j’ai oublié de noter le nom. Si la personne qui le tient passe par ici, qu’elle n’hésite pas à se manifester afin que je puisse la mentionner.

4) PAL de mai :

  • Livres que je compte lire dans le cadre du Medieval-A-Thon :

BEAUTY AND THE BEAST: The Beast WithinFake It Till You Break It (English Edition)Signé poète X - Dès 14 ans

  • Livres que je compte lire pour le Bingo du #PLIB2020 : faire une lecture commune (Signé poète X avec Grâce du blog Les notes de Grâce M.), lire un livre avec une fleur sur la couverture ( Un chiot nommé Star), Lire un livre hors SFFF (Fake It Till You Break It) et lire une autrice francophone (Le dernier conte).

Signé poète X - Dès 14 ansFake It Till You Break It (English Edition)Jasmine, l'apprentie vétérinaire - 2. Un chiot nommé Star - Folio Cadet Premiers Romans - Dès 8 ans

Pour les actions, je compte : accorder 1h à une autre activité (Animal Crossing ou vélo elliptique), coordonner mon marque page avec ma lecture en cours, lire un livre entier en pyjama, ne pas toucher mon téléphone pendant 6h et partager un compte chouchou sur Instagram.

Aucune description de photo disponible.

  • Autres livres de ma PAL que j’aimerais lire :

Morsure Magique: Kate Daniels, T1Outsphere 2: Le RéveilLe dernier gémini (Galénor t. 2)

Et vous, que retenez-vous de votre mois d’avril ?
Un roman ? Un film ?
Participez-vous à l’un des deux challenges évoqués ? 

Interview with the robot, Lee Bacon

50031773. sx318

Fugitive. Criminal. Robot.

A sci-fi adventure for young listeners, Interview with the Robot introduces a unique heroine who seeks the truth about herself.
Eve looks like an ordinary 12-year-old girl, but there’s nothing ordinary about her. She has no last name. No parents or guardian. She’s on the run from a dangerous and secretive organization that will stop at nothing to track her down.
And most astonishing of all: she’s a robot, a product of Eden Laboratories. When Eve discovers the truth, she realizes everything she thought she knew about herself is a lie. Eve manages to escape, fleeing the lab, the only home she’s ever known.
After being arrested for shoplifting, Eve is interviewed by Petra Amis from Child Welfare Services. Her incredible story unfolds during the interrogation, with flashbacks to her life inside Eden Laboratories, which has a dark secret. Listeners follow Eve from her first moment of consciousness to her evolution as a nearly-human companion to Emory, the son of the founder of Eden Laboratories.
Exploring a range of topics that drive our society and our lives—topics such as artificial intelligence and human nature – Interview with the Robot is a story told by a startlingly original protagonist, a story that explores the vast potential of technology and the deep complexities of humanity.

À partir de 10 ans – 3hrs 42mins

AVIS

J’ai profité du fait qu’Audible propose des livres audio à écouter gratuitement durant le confinement pour me lancer dans Interview with the robot de Lee Bacon. Si la science-fiction n’est pas mon genre de prédilection, les intelligences artificielles et la robotique m’intéressent beaucoup, ce qui explique peut-être le plaisir pris à découvrir ce roman jeunesse qui soulève des  questions intéressantes sur ces sujets notamment d’un point de vue éthique et moral.

Qu’est-ce qui différencie l’homme de la machine ? Une machine faite de métal, de circuits imprimés et ayant la conscience d’exister ne peut-elle pas être considérée comme une entité vivante ? Les émotions sont-elles l’apanage des hommes et des animaux ? Tout autant de questions que l’histoire d’Eve, robot ayant l’apparence d’une enfant de douze ans, ne manquera pas de susciter en vous. Une histoire qu’elle raconte à un membre des services sociaux, Petra Amis, après avoir réussi à s’échapper de l’organisation qui l’a conçue. À mesure que l’on découvre tout ce qu’elle a traversé et qu’on apprend à la connaître, on en vient à s’interroger sur sa véritable nature…

En plus de la conscience d’être, elle semble éprouver des sentiments, notamment envers le fils de son créateur qui est devenu, au fil du temps, son meilleur ami. À travers des flash-backs, on découvre d’ailleurs leur réelle et belle complicité et la manière dont, aux côtés d’Emory, Eve a gagné en humanité, apprenant, par exemple, à faire des plaisanteries ou à détecter les nuances parfois subtiles dans les échanges entre humains. Elle n’a pas de sang ou d’organes humains et se recharge comme un téléphone portable, mais la réduire au statut de simple machine au service de l’humanité semble donc terriblement injuste…

J’ai adoré découvrir le récit de cette héroïne atypique et hors du commun à laquelle je me suis beaucoup attachée à l’instar de Petra qui va traiter Eve comme n’importe quel autre enfant : avec empathie, patience et gentillesse. Les interactions et les dialogues entre les deux personnages sont truculents et m’ont fait régulièrement sourire, car si Eve semble humaine par bien des aspects, elle n’a pas encore toutes les clefs en main pour comprendre les comportements parfois irrationnels des humains… L’entretien entre Petra et Eve permet également de réaliser le fossé entre ce que son créateur veut d’elle et ce qu’Eve désire vraiment. Elle a, en effet, appris à exprimer ses propres envies et est capable de prendre des initiatives qui n’entrent pas forcément dans le cadre de ses prérogatives.

Au-delà de la question des intelligences artificielles et des réflexions sur la nature humaine, le roman aborde également des thèmes comme la famille. Qu’est-ce qu’une famille ? Cela se réduit-il vraiment aux liens du sang ? Une interrogation soulevée tout au long du roman qui trouve son apogée dans une révélation qui m’a complètement prise de court. Je ne l’avais pas du tout anticipée, ce qui m’a donné envie d’écouter le roman depuis le début afin de voir si l’auteur avait laissé quelques indices. Je ne l’ai pas fait, mais j’ai apprécié la manière dont ce retournement de situation parfaitement orchestré bouleverse l’ordre des choses et donne une certaine profondeur au roman. Il soulève, en outre, certaines questions, notamment sur le bien et le mal, et ce que l’on est en droit de faire au nom de ses idéaux et/ou de sa famille.

Destiné aux enfants à partir de 10 ans, le roman, bien qu’en anglais, se révèle tout à fait accessible. Le vocabulaire et les constructions grammaticales sont simples, et les nombreux flash-back, accompagnés d’une petite transition sonore, aident à s’immerger complètement dans l’intrigue. N’hésitez donc pas à vous lancer si vous avez envie de tester ou de vous remettre à la lecture de livres audio en anglais d’autant qu’en plus d’être rapide (moins de quatre heures), l’écoute se révèle rythmée, prenante et plutôt addictive.

En conclusion, à travers l’histoire mouvementée et surprenante d’une héroïne atypique et attachante, l’auteur soulève d’intéressantes et pertinentes réflexions sur la notion d’humanité, la technologie, mais également sur la famille, ce qui fait son socle et comment l’amour des siens peut pousser une personne à commettre l’indicible… Captivant, intelligent, teinté d’humour et empli de mystère, voici un roman jeunesse fort sympathique que je ne peux que vous conseiller pour une plongée fascinante dans le monde de la robotique.

Pour écouter gratuitement le roman durant le confinement, rendez-vous sur le site d’Audible Stories.

Jonathan Livingston le Goéland, Richard Bach

Couverture Jonathan Livingston le goéland

 

Décidément, Jonathan Livingston n’est pas un goéland comme les autres. Sa seule passion : voler toujours plus haut et plus vite, pour être libre. Mais cet original qui ne se contente pas de voler pour se nourrir ne plaît guère à la communauté des goélands. Condamné à l’exil, seul, Jonathan poursuit ses découvertes, sans peur, sans colère. Il est seulement triste de ne pouvoir les partager, jusqu’au jour où il rencontre des amis… Jonathan apprend alors à briser les chaînes qui emprisonnent son corps et ses pensées. Ce livre drôle et poétique est un hymne à l’amour et à la liberté !

Audible – 58 minutes
Lu par Patrice Laffont, Dorothée Berryman, Cédric Noël, Vincent Davy

AVIS

Un mal de tête carabiné, mais aucune envie de rester allongée dans le noir sans rien faire, j’ai décidé d’écouter un livre audio, de préférence court. Mon choix s’est alors porté sur Jonathan Livingston le Goéland que j’avais téléchargé gratuitement sur mon application Audible.

Jonathan pour un goéland, cela a de quoi surprendre, mais Jonathan n’est pas un goéland comme les autres. Quand les autres membres de son clan ne pensent qu’à vivre pour manger lui, il ne pense qu’à voler, voler toujours plus haut, toujours plus vite, pour gagner en liberté. Mais ses progrès en techniques de vol seront loin de plaire à son clan qui finira par le chasser… Le goéland, exilé, mais bien déterminé à rester fidèle à ses envies, finira heureusement par trouver d’autres goélands partageant ses aspirations.

À travers cette histoire, qui s’apparente à un petit conte philosophie, l’auteur aborde différents sujets, et notamment la différence et le rejet qu’elle suscite. Comme l’en atteste la communauté de goélands qui chasse notre héros, un être, qui n’entre pas dans la norme et ne respecte pas les traditions, inquiète avant d’être simplement mis au ban de la société.

Ce constat ne suscitera pourtant aucune haine chez Jonathan. Peiné que ses comparses se contentent d’une vie sans but, sans volonté de se dépasser, il restera néanmoins fidèle à ses aspirations profondes, et à ce qu’il est. Il a bien tenté, durant un moment, de se fondre dans le moule, mais il a vite compris que l’acception de ses pairs ne valait pas le sacrifice de son être… Comment, en effet, être heureux si l’on renie ce que l’on est et ses propres rêves ?

En gagnant en âge, il gagnera également en maturité jusqu’à comprendre, grâce à sa rencontre avec d’autres goélands, plus ouverts d’esprit que ceux de son clan, que la liberté ne dépend que de soi et des barrières que l’on se met. Une fois les chaînes brisées, chacun est libre de s’approprier sa vie, et faire de ses rêves une réalité. Cette liberté tant désirée une fois devenue sienne, Jonathan deviendra alors à son tour porteur d’espoir, et partagera, avec ceux qui en ont besoin, la sagesse acquise au fil de ses rencontres et de ses expériences, heureuses comme malheureuses.

La plupart des idées soulevées ne sont pas innovantes, mais l’auteur a su les mettre en scène de manière assez imagée et subtile pour parler à chacun des lecteurs sans tomber dans un ton moralisateur ou dogmatique. L’ensemble offre donc un récit harmonieux et philosophique plaisant et accessible.

Quant à la partie audio du livre, je dois dire qu’elle m’a complètement conquise. Alors que je n’écoute jamais de musique en lisant, j’ai adoré les musiques diffusées tout au long du livre. Choisies avec soin et beaucoup de justesse, elles participent grandement et activement au plaisir que l’on prend à se laisser conter l’histoire de ce goéland en quête de liberté. Pourvoyeuses d’émotions, elles m’ont également permis de ressentir avec force tout ce qui se dégage de ce récit, simple en apparence, mais finalement assez profond et universel.

Autre point qui m’a plu et qui est assez rare, chaque personnage est interprété par une personne différente, ce qui permet de mieux se représenter chacun des protagonistes et de s’immerger plus facilement dans la lecture.

En conclusion, Jonathan Livingston le Goéland est un petit livre audio qui m’a très agréablement surprise. À travers l’histoire d’un goéland devenant le mouton noir de son clan, l’auteur aborde de nombreux sujets qui ne devraient pas manquer de vous faire réfléchir : la quête de soi, le besoin de réaliser ses rêves, l’indépendance, les envies d’évasion, la liberté, mais aussi la différence et le rejet qu’elle tend encore bien trop souvent à susciter. Sans être révolutionnaire, cette petite histoire devrait donc vous faire passer un joli moment d’évasion et de réflexion.

Qui ment ? Karen M. McManus

Profitant d’une offre promotionnelle dans le cadre de mon abonnement Amazon Prime, j’ai téléchargé gratuitement ce livre audio.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Dans un lycée américain, cinq adolescents sont collés : Bronwyn (l’élève parfaite), Addy (la fille populaire), Nate (le délinquant), Cooper (la star du baseball) et Simon (le gossip boy du lycée). Mais Simon ne ressortira jamais vivant de cette heure de colle…

Et les enquêteurs en sont vite sûrs, sa mort n’est pas accidentelle. Dès lors qu’un article écrit par Simon contenant des révélations sur chacun d’eux est découvert, Bronwyn, Addy, Nate et Cooper deviennent les principaux suspects du meurtre.

Audible Studios (30 mars 2018) – 10 heures et 3 minutes – 19,95€
Narratrice : Leïlou Bellisa

AVIS

J’ai écouté ce roman il y a plusieurs mois, mais j’en garde un souvenir très positif. Il faut dire que téléchargé sur Audible sans grande conviction, j’ai été dès les premiers chapitres happée par l’histoire. Quelques élèves sont collés quand l’un d’entre eux s’écroule avant de définitivement quitter la scène. Qui a bien plus le tuer et comment s’y est-il pris ?

J’ai deviné dès le début de l’histoire le meurtrier parce que la mise en scène m’a rappelé un autre roman lu il y a deux ou trois ans. Mais sans cette précédente lecture, je n’aurais probablement pas vu venir la révélation finale ! Cela ne m’a nullement empêchée d’apprécier la manière dont l’autrice nous immerge dans cette vie lycéenne auprès de personnages peut-être stéréotypés, mais qui deviennent, au fil des pages, assez attachants ou du moins, intéressants.

Je n’ai pas adhéré à toutes les personnalités comme celle de la fille parfaite et bien lisse qui se laisse dicter sa vie entière par son petit ami supposé aussi parfait qu’elle. Je sais que ça arrive, mais je ne peux pas comprendre comment on peut en arriver là surtout à un âge aussi jeune. La popularité et l’envie d’être en couple justifient-elles vraiment qu’on annihile sa propre personnalité au point de ne même plus savoir ce que l’on aime ou n’aime pas ? Une question que l’autrice va subtilement soulever grâce à ce personnage agaçant en début de roman, mais qui va, petit à petit, se détacher de sa vie d’avant pour enfin apprendre à s’aimer et à avancer par elle-même.

D’ailleurs, l’évolution des personnages est le grand atout de ce roman puisque tous vont gagner en consistance au fil de l’intrigue, et se dévoiler à nous dans toute leur complexité, leurs doutes et leurs espoirs quant à un futur quelque peu assombri par cette affaire de meurtre. C’est qu’au cours de l’enquête, les secrets de chacun vont s’ébruiter avec des conséquences plus ou moins graves selon les cas et les situations : quid de l’entrée à une grande université, comment affronter le regard des autres sur sa sexualité, comment prouver son innocence quand on vient d’une famille pauvre et défaillante et qu’on est déjà engagé dans des activités illicites, comment passer de la popularité au rejet total…

Derrière cette histoire de meurtre, sont donc abordés des thèmes variés et forts : l’homosexualité et la peur du rejet, la délinquance, les familles défaillantes, l’alcoolisme, la quête d’identité et la difficulté de trouver sa place, le poids des secrets, la jalousie et l’envie, la pression scolaire, le harcèlement et les dégâts parfois conséquents que peuvent engendrer les rumeurs et dénonciations notamment quand elles sont propagées par les réseaux sociaux et les nouvelles technologies…

Au-delà de ces thématiques actuelles, mais pas forcément joyeuses, l’autrice offre également aux lecteurs quelques moments de douceur et de tendresse notamment entre une grand-mère et son petit-fils qu’elle encourage à s’accepter tel qu’il est sans craindre le jugement d’autrui. Et puis il y a cette histoire d’amour naissante entre deux personnages que tout oppose : personnalité, milieu social, culture, vision de la vie…

Malgré leurs différences, ils vont toutefois se rapprocher et nouer une certaine complicité qui va se transformer en quelque chose de bien plus fort. Je ne suis pas fan des histoires d’amour surtout quand elles suivent le schéma classique du bad boy et de l’intellectuelle, mais ici, j’ai trouvé la romance touchante et très réaliste. On sent que l’attirance entre les deux adolescents n’est pas récente et que malgré leurs différences, ils sont faits pour être ensemble. La complicité entre les deux est palpable au point de m’avoir donné envie d’un happy end ou du moins, d’un possible futur à deux.

En conclusion, si vous êtes à la recherche d’un thriller young adult prenant Qui ment est fait pour vous. Sous couvert d’une enquête intéressante sur le meurtre d’un jeune homme loin d’être un modèle de respectabilité, l’autrice aborde des thématiques variées et actuelles qui devraient parler aux adolescents mais aussi aux lecteurs plus âgés. Bien menée et terriblement addictive, voici une histoire que je ne peux que vous recommander.

La chambre des merveilles, Julien Sandrel

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose, à son travail sûrement. Alors il part, fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion le percute de plein fouet. Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis.

En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a dressé la liste de toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait vivre au cours de sa vie. Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut-être que ça l’aidera à revenir. Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers elle il aura vécu la vie dont il rêvait.

Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans…

Audible – 5 heures et 13 minutes – 17,90€ – Autres formats : papier, ebook

AVIS

Voici un roman dont j’avais entendu beaucoup de bien même si parmi un océan de bons avis, certains étaient un peu plus mitigés. Pour ma part, j’ai passé un moment agréable auprès de Louis et de sa mère qui vont vivre des moments aussi difficiles qu’intenses et beaux.

Un moment de distraction et c’est le drame ! Dans le coma, les jours de Louis, 12 ans, sont comptés : il a un mois pour se réveiller ou le personnel hospitalier prendra les mesures qui s’imposent…

Loin de se laisser abattre, bien que la situation l’affecte terriblement, Thelma va profiter de la découverte du carnet des merveilles de son fils pour se lancer dans un projet fou : celui de vivre pour son fils, toutes ces expériences notées dans son carnet. De voyages en paris fous et rencontres plus ou moins surprenantes, cette mère prête à tout pour offrir à son enfant un peu d’espoir et de lumière va, petit à petit, faire le point sur sa vie et se (re)trouver. Alors qu’elle a, ces dernières années, fait passer sa carrière avant Louis, elle se rend désormais compte de tous ces moments qu’elle a ratés et de ces discussions auxquelles elle n’a prêté qu’une oreille distraite…

Une prise de conscience qui lui donnera plus que jamais la force de se battre pour retrouver son Louis, car quoi que puissent en penser les médecins, elle sait qu’il va se réveiller ! Et ce jour-là, il aura droit à une nouvelle version de sa mère. Une version qui ne passera pas sa vie au téléphone pour régler les deniers détails d’un projet, mais plutôt celle d’une mère disponible et prête à construire avec lui de beaux et tendres souvenirs. En attendant, Thelma vit pour deux : entraînements de football, duo avec un rappeur, séance de karaoké en terre inconnue… Ce que Louis rêvait de faire, Thelma le fait !

Si on peut être surpris qu’une mère entreprenne des voyages loin de son fils dans le coma, on comprend rapidement le bien-fondé de la démarche puisqu’en parallèle des expériences un peu folles de cette femme, on suit les pensées de Louis. Bien qu’il soit toujours dans le coma, il partage avec les lecteurs ses pensées, ses espoirs, mais aussi sa jalousie de voir sa mère nouer de nouvelles relations sans lui… Touchant et non dénué d’humour, Louis nous montre que malgré tous les regrets de sa mère, il l’aime de tout son cœur et l’a toujours considérée comme la meilleure mère du monde. Et quand l’on voit tout ce qu’elle fait pour lui et la manière dont elle vient à bout de toutes les barrières qui se dressent devant elle, on ne peut que lui donner raison.

L’histoire aurait pu être dure et terrible, elle se révèle belle et puissante. Il se dégage de la plume de l’auteur une telle sensibilité qu’on se prend à vivre aux côtés de cette famille chaque événement avec une rare intensité. Entre les doutes, les peurs, les rires et les larmes, notre cœur se brise, bat la chamade, mais garde toujours espoir en un avenir plein de bonheur pour ce jeune homme touchant et sa mère courage.

En conclusion, porteur d’un joli message d’espoir, La chambre des merveilles est un roman empli d’amour et de tendresse qui vous fera vivre d’intenses émotions. Entre rires et larmes, ne passez pas à côté de ce joli titre aux allures de feel good qui vous donnera irrémédiablement envie de croquer la vie à pleines dents, et de profiter au maximum de vos proches. Après tout, si la vie est incertaine, le bonheur est, quant à lui, à portée de main !

Découvrez le roman/écoutez un extrait sur Audible.

La soudaine apparition de Hope Arden, Claire North

Couverture La soudaine apparition de Hope Arden

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Mon nom est Hope Arden. Je suis la fille que tout le monde oublie. Tout a commencé quand j’avais seize ans. Mon père qui omet de m’emmener au lycée. Ma mère qui met la table pour trois, pas quatre. Un ami qui me regarde et voit une étrangère. Qu’importe ce que je fais, ce que je dis, les crimes que je commets… vous ne vous souviendrez jamais de moi. Ça rend ma vie compliquée mais ça fait aussi de moi quelqu’un de dangereux.

Hardigan – 14 heures et 42 minutes – 9,99€

AVIS

Si j’ai apprécié les sujets abordés, j’ai regretté de nombreuses longueurs qui ont fini par rendre l’écoute du livre audio fastidieuse. J’ai d’ailleurs failli l’abandonner à plusieurs reprises avant de prendre mon courage à deux mains et de la terminer afin de pouvoir passer à autre chose.

Il est possible que je sois passée à côté de ce titre car mes attentes étaient bien différentes de ce que nous propose l’auteure. Je ne dirais pas qu’il ne se passe rien, mais nous sommes plutôt dans un roman qui fait passer la réflexion avant l’action.

Hope Arden est unique. Hope Arden n’existe pas ou, du moins, pas vraiment dans le regard des autres. Bénédiction ou malédiction selon les points de vue, son existence s’efface de la mémoire des gens dès qu’elle n’est plus sous leurs yeux. Il existe bien quelques exceptions à cette règle, mais elles sont bien trop rares pour que cette femme puisse mener une vie normale. Difficile dans ces conditions de garder des amis, un compagnon ou une compagne, un travail ou d’avoir une famille… En revanche, c’est parfait pour embrasser une carrière de voleuse professionnelle et internationale de haut vol.

La situation de Hope aurait pu forcer l’empathie, mais j’ai eu un mal fou à m’attacher à elle et donc à m’intéresser à sa vie qui, par la force des choses, se caractérise par sa vacuité. Voler, tromper sa solitude dans les bras d’un homme qui vous oubliera dès les yeux fermés, trouver des contrats, voler… C’est peut-être la raison pour laquelle Hope met autant de passion à mener une vendetta personnelle contre Perfection, une application qui ambitionne, ni plus ni moins, que de rendre ses utilisateurs parfaits.

Être parfait, un rêve que beaucoup vont poursuivre quitte à vendre leur âme au diable, la personne derrière l’application ayant des objectifs bien moins louables que ceux affichés. C’est que la perfection a un prix ! L’idée de cette application et de ses nombreuses dérives est certainement le point le plus intéressant du roman puisqu’à travers cette idée glaçante de perfection à portée de smartphone, l’autrice aborde de nombreux et très actuels sujets : la solitude, l’illusion de la perfection, le culte de l’apparence, l’obsession de l’argent et du statut social et des sacrifices que l’on est prêt à consentir pour cette vaine quête, la technologie et les réseaux sociaux, leur omniprésence dans nos vies, leurs dérives et leurs dangers…

Tout autant de thèmes qui forment une trame de fond intéressante, mais qui ne compensent pas un rythme trop lent et finalement assez répétitif. Il y a heureusement d’autres personnages qui viennent pimenter l’intrigue et la vie de Hope : une femme aussi responsable que victime de Perfection, une cyberconnaissance aux objectifs nébuleux, un homme qui la traque tout en nouant, à son insu, une relation assez particulière avec celle-ci… Et puis un événement vient bouleverser l’équilibre et apporte ce coup d’éclat tant attendu ! Trop tard pour me laisser une bonne impression de lecture, mais assez majestueux pour que je sois contente d’avoir persisté dans mon écoute.

Une écoute qui s’est d’ailleurs révélée agréable d’un point de vue technique, la voix de l’héroïne correspondant assez bien à l’image que l’on pourrait s’en faire. Seul petit bémol qui découle de la construction de l’intrigue autour de chapitres très courts : la musique qui accompagne le début de chaque chapitre. En plus de lasser par sa répétitivité, elle allonge inutilement un temps d’écoute qui nous apparaît déjà bien long.

En bref, La soudaine apparition de Hope Arden est un roman que je vous conseille si les thématiques de la perfection et des dangers de l’omniprésence de la technologie dans nos vies vous intéressent. Si vous êtes, en revanche, à la recherche d’un livre mené tambour battant, je ne suis pas certaine que vous trouverez votre bonheur avec ce titre.