Mercy – tome 2 : Des chasseurs, des fleurs et du sang de Mirka Andolfo

Mercy, tome 2 par Andolfo

Jusqu’où peut-on aller par amour ?

Si la bourgade de Woodsburgh semble avoir accueilli la mystérieuse Lady Hellaine et son majordome les bras ouverts, des meurtres étranges viennent semer le trouble dans l’esprit des habitants. D’apparence paisible, la petite communauté n’est pas aussi solidaire qu’elle veut bien le faire croire et en particulier envers ses nouveaux arrivants. L’étau serait-il en train de se resserrer sur la belle étrangère et pourquoi donc a-t-elle recueilli Rory, cette orpheline amérindienne ? Alors qu’un groupe de redoutables chasseurs rend visite à Lady Swanson pour lui apporter la preuve irréfutable de la présence d’une créature démoniaque en ville, Hellaine met en marche son plan machiavélique…

Glénat BD (14 octobre 2020) – 64 pages – Papier (14,95€)

AVIS

Ayant adoré le premier tome, j’ai été ravie de me replonger dans l’atmosphère sublimement horrifique de Mercy, une série qui se distingue par son incroyable ambiance graphique et ses dessins mêlant habilement beauté et scènes effroyables.

Si ce second tome n’apporte pas toutes les réponses aux nombreuses questions que l’on se pose tout au long de la lecture, il permet néanmoins d’en apprendre plus sur les personnages, et de saisir un peu mieux les liens qui les (re)lient. Il reste toutefois encore beaucoup de mystère que ce soit autour de la sublime lady Hellaine et de ses véritables intentions, ou de lady Swanson qui nous apparaît être un adversaire redoutable, bien que peut-être un peu en retrait. Il faut dire qu’en dame de la bonne société, ses attaques ne sont pas forcément frontales, la lady comptant plutôt sur sa langue acérée et des « associés » qui œuvrent dans l’ombre, mais qui semblent difficilement contrôlables…

Alors que lady Hellaine soigne son apparence pour être la rose qui attire les regards, l’étau semble doucement se resserrer autour de sa gorge, son visage d’ange ne trompant pas tout le monde. Son majordome, quant à lui, se montre toujours aussi protecteur, mais peut-être un peu trop sûr de lui pour son propre bien. Car s’il est indéniable que notre duo possède une force et des capacités phénoménales, il pourrait fort bien se trouver face à des ennemis redoutables, qui compensent leur humanité par une certaine fourberie et une capacité à acculer leurs proies sans qu’elles ne sentent le danger arriver…

J’apprécie toujours autant les interactions entre lady Hellaine et son majordome, celles-ci nous donnant le sentiment que ces deux êtres sont étroitement liés, et qu’ils partagent de nombreux secrets. Mais c’est la relation entre lady Hellaine et la fillette qu’elle a acceptée de prendre sous son aile, qui m’a le plus touchée et intéressée. Rory s’est imposée dans la vie de notre lady avec un naturel désarmant, mais le plus étonnant, c’est la manière dont elle accepte sans sourciller sa monstruosité. Au lieu d’avoir peur d’elle, elle voit en lady Hellaine sa mère ainsi qu’un ange vengeur et protecteur, et non un démon se sustentant d’humains. Cela explique peut-être qu’à son contact, lady Hellaine s’humanise un peu et développe un instinct de protection qu’elle n’aurait jamais pensé posséder.

Mais cela ne l’empêchera pas de se laisser rattraper par sa nature, déborder par la faim et de commettre un crime qui semble étrangement la perturber. Aurait-il éveillé quelque chose dans sa conscience, un lien qu’elle et que nous ne comprenons pas vraiment, mais qui pourrait s’avérer d’une importance capitale pour la suite de l’aventure ? Une question parmi tant d’autres, cette série ayant la particularité de jouer avec emphase sur le mystère, ce qui pourra frustrer certains lecteurs. Pour ma part, j’adore le fait d’être dans le flou et de découvrir au compte-gouttes des informations sur une lady énigmatique, sorte de vampire végétal, sur son dangereux et gentleman majordome, et sur les personnages secondaires, d’importance ou non, qui évoluent dans leur sillage. 

En bref, dans ce tome, la tension monte crescendo, des liens se dessinent et s’affirment, d’autres se rompent, mais en toile de fond, reste en suspens cette question obsédante : que veut réellement lady Hellaine et jusqu’où est-elle prête à aller pour l’obtenir ? Espérons obtenir la réponse à cette question dans le troisième et dernier tome d’une série que je recommanderais aux personnes à la recherche d’une histoire fantastique teintée d’horreur, mais sublimée et illuminée par un travail graphique d’une beauté époustouflante. Beauté et ténèbres n’auront ainsi jamais été autant liées !

28 réflexions sur “Mercy – tome 2 : Des chasseurs, des fleurs et du sang de Mirka Andolfo

  1. J’adore vraiment l’esthétique de cette BD mais au niveau scénaristique, j’ai été très déçue par ce second tome. Trop de mystère à tuer le mystère en ce qui me concerne ^^ ! J’ai emprunté le t.3 à la bibliothèque, histoire d’avoir le mot de la fin quand même.

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Mercy, tome 3 : La mine, nos souvenirs et la mortalité, Mirka Andolfo | Light & Smell

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.