Clair obscur, Lily Haime

« Il a le regard vairon, des yeux qui m’ont poursuivi pendant des années. Si je l’aime… » Gwenn a deux rêves, la danse et Sevan. Après avoir réussi ses auditions à la célèbre Julliard School, il prend sa voiture malgré les conseils de son meilleur ami et roule jusqu’à chez Sevan. Gwenn a l’arrogance de ses dix-sept ans, la prétention des sentiments. Sevan a vingt-quatre ans ; militaire de carrière, il est sur le point de quitter Portland pour se marier. Gwenn repart en cachant ses larmes, démarre trop vite, prend la fuite en faisant déraper les roues de sa Jeep. Une seconde d’inattention et un chauffard ivre… Un arbre au bas d’une pente… Sept ans plus tard, Gwenn est un jeune homme qui n’a plus rien à voir avec l’adolescent qu’il a été, ce rêveur aux grandes ambitions. Professeur de danse, propriétaire d’un bar en chantier, fils, frère, ami et tonton, il a appris à composer avec une vie différente de celle qu’il pensait mener. Si ses espoirs ont foutu le camp, s’il reste cabossé et rafistolé, il ne cache pas ses cicatrices. Quand Sevan revient à Portland, Gwenn a appris à le haïr pour ne plus l’aimer. « Une seconde chance, un souffle sur ses lèvres, une main au creux de son dos. Des riens qui changent tout… »

Hardigan – 31 mars 2017 – 9 heures et 13 minutes – 14,99€

J’ai reçu ce roman en format numérique et en version audio durant le confinement. Après quelques hésitations, j’ai privilégié le livre audio, ce que je ne regrette pas puisque je pense que je n’aurais pas terminé ma lecture si je n’avais pas pu faire une autre activité en même temps. Je n’ai, en effet, pas été particulièrement emballée par cette histoire.

Je reconnais néanmoins que ce roman devrait ravir les amateurs de romance. Lily Haime a mis en place tous les ingrédients pour les enchanter et leur faire passer un très beau moment de lecture, à commencer par des protagonistes à la personnalité diamétralement opposée, mais qui semblent inéluctablement attirés l’un par l’autre. Mais si Gwenn a accepté son attirance pour le meilleur ami de son grand frère dès son adolescence, le second, plus âgé, a préféré fuir en s’engageant dans un mariage sans amour avec une femme. Une décision lourde de conséquences pour les deux hommes qui, chacun de leur côté, vont faire face à des situations difficiles qui ne pourront que les marquer durablement.

Mais sept ans plus tard, la vie leur offre une nouvelle chance. Sauront-ils la saisir et laisser les griefs du passé pour aller de l’avant ? Gwenn, toujours très en colère, aura des difficultés à accepter le retour de Sevan dans sa vie d’autant que malgré tous ses efforts, il n’arrive pas à détester ce premier amour qui fait toujours battre son cœur. J’ai trouvé ce personnage intéressant dans la mesure où malgré ce qu’il a vécu et ses rêves de danseur professionnel brisés, il demeure positif, du moins en ce qui concerne sa vie professionnelle. Alors qu’il aurait pu devenir aigri, il prend sa carrière de professeur de danse très à cœur faisant de son mieux pour aider ses élèves à se dépasser. Il possède néanmoins une bonne dose de colère en lui, ce qui le rend parfois assez agressif et m’a donné le sentiment de ne plus suivre un adulte, mais un adolescent capricieux et égocentrique dépassé par ses émotions.

Quant à Sevan, bien plus taiseux, il m’a souvent agacée par sa manière de vouloir être avec Gwenn sans dire les choses clairement. Mais au fur et à mesure que l’on avance dans l’histoire, on comprend que ce dernier a également ses propres blessures et qu’il a besoin de temps pour accepter des événements qu’il repasse en boucle dans ses cauchemars. Je n’en dirai pas plus, mais j’ai apprécié que l’autrice évoque un sujet difficile sans pathos et avec une certaine sensibilité.

Les deux hommes se révèlent donc intéressants et leurs interactions plutôt mouvementées, peut-être un peu trop d’ailleurs puisqu’ils passent leur temps à se crier dessus ! C’est le gros problème du format audio, entendre des gens hurler à tout bout de champ ayant fini par légèrement me lasser, voire franchement m’indisposer. J’estime que deux adultes peuvent arriver à communiquer sans lever le ton à la moindre contrariété ou au premier désaccord.

Il y a heureusement de beaux moments de complicité, de tendresse, des déclarations émouvantes (bien que parfois un peu trop guimauves pour moi), et d’abandon charnel. Les deux hommes s’imposent vite aux lecteurs comme un tandem qui ne peut que finir ensemble, l’alchimie entre ces deux fortes têtes ne faisant aucun doute. Cela ne m’a néanmoins pas empêchée de souhaiter découvrir comment Gwenn et Sevan allaient arriver à affronter les obstacles qui se dressent ou qu’ils dressent eux-mêmes sur leur route.

En parallèle de ce couple tumultueux, on appréciera le travail effectué sur le cercle amical et familial de Gwenn. Sa famille et ses amis sont ainsi très présents dans sa vie, parfois un peu trop à son goût, l’homme étouffant sous les attentions de son père et de son frère. Il faut dire qu’ils ont failli le perdre et qu’ils ont du mal à tirer un trait sur ce tragique épisode… J’ai adoré la relation entre Gwenn et sa famille dont il est très proche. Son frère est parfois maladroit, mais on sent à quel point il aime son petit frère et qu’il ferait tout pour le protéger quitte à se montrer un peu trop intrusif. Quant à son père, c’est le genre de figure paternelle que l’on aimerait voir plus souvent dans la littérature et la vraie vie…

L’écriture de l’autrice est immersive, simple et dynamique, mais difficile d’en parler plus, le format audio me poussant en général à me concentrer sur le fond plutôt que la forme. À noter que Sevan, d’origine arménienne, parle parfois en arménien, ce qui apporte une certaine authenticité et beaucoup de charme au récit. Je regrette néanmoins qu’aucune traduction ne soit proposée même si je comprends que dans la version audio, les traductions auraient pu casser le rythme. Mais peut-être qu’un fichier texte aurait pu être proposé. Cette absence de traduction m’a un peu frustrée même si mon compagnon, d’origine arménienne, m’a traduit quelques mots. Mais je vous rassure, les mots en arménien ne nuisent nullement à la compréhension du récit puisqu’ils restent anecdotiques et qu’on peut parfois en deviner le sens en s’aidant du contexte.

En conclusion, Clair Obscur est une bonne romance pour ceux qui cherchent une histoire dans laquelle sont mis à nu les sentiments de deux hommes qui, au-delà de leurs différences, semblent faits l’un pour l’autre. Mais entre un passé que chacun va devoir surmonter et des blessures que seuls le temps et l’amour peuvent panser, ils vont devoir apprendre à s’apprivoiser avant de mieux s’aimer et se construire un avenir à la hauteur de leur amour et de leur relation passionnée. Il est juste dommage que les nombreuses disputes entre les deux personnages ont fini par me lasser et me faire perdre mon intérêt pour leur histoire. Je retiendrai toutefois les différents sujets évoqués durant le roman : la famille, les amis, la passion, la résilience, le suicide, la tolérance, l’acceptation de soi et de sa sexualité, les préjugés…

25 réflexions sur “Clair obscur, Lily Haime

  1. je l’ai lu également cette semaine, mais en format papier, donc je n’ai pas eu le même ressenti que toi sur les disputes ,) elles sont plus silencieuses dans mon cas! hi. j’ai vraiment apprécié cette romance, et comme toi, je trouve que le cercle familiale/amicale de Gwen y est pour quelque chose !

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai toujours beaucoup aimé les textes de Lily Haime mais je lui reproche parfois un manque de diversité sur la manière dont les relations (souvent explosives/passionnelles/destructrices) sont abordées. Mais je ne vais pas parler pour tous ses romans, je n’ai guère pu tout lire ayant perdu le fil de ses publications ces derniers temps. De fait, je n’enchaîne pas non plus deux livres d’elle à la suite (sauf si les héros sont les mêmes) parce que c’est trop… et pourtant, c’est souvent des coups de cœur ou de très bonnes lectures.

    A l’époque où j’ai lu Clair Obscur, j’avais adoré. 😉

    Aimé par 1 personne

  3. C’est vrai que ce n’est pas plus mal d’écouter en faisant autre chose si on n’accroche que moyennement.^^ J’avoue que la traduction de ces mots arméniens auraient pu apparaitre ou être dite quelque part… N’empêche, c’est dommage, car le côté torturé des personnages a l’air assez travaillé ! Mais je comprends ton ressenti et cette lassitude risque de me gagner également…

    Aimé par 1 personne

    • Carrément parce que sinon, j’aurais probablement abandonné, ce que je n’aime pas faire…
      J’espère que la version papier contient des notes de bas de page parce que même si ça n’a pas vraiment d’importance pour l’intrigue, ça m’a frustrée de ne pas comprendre tous les mots en arménien.
      J’ai vraiment un seuil de tolérance très bas pour les cris et les disputes à répétition, mais je me demande si ce roman ne pourrait quand même pas te plaire. D’après tes avis, tu sembles plus patiente que moi à ce niveau…

      Aimé par 1 personne

  4. Pingback: Top Ten Tuesday #190 : 10 romans dont la couverture ne possède pas de personnages | Light & Smell

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.