Masse critique #1 : Kirkjubaejarklaustur suivi de The John Cage Experiences, Vincent Tholomé

347_L230

Kirkjubaejarklaustur suivi de The John Cage Experiences de Vincent Tholomé est un livre que j’ai reçu gratuitement dans le cadre d’une opération Masse critique lancée sur le site Babelio. Je remercie Babelio et la Fédération Wallonie-Bruxelles qui possède la collection Espace Nord dont est issu ce livre.

A la lecture du titre, je n’ai pu m’empêcher de me féliciter de ne pas avoir de blog vidéo, ou vlog pour les intimes. L’énonciation du titre m’aurait sûrement valu un petit moment de solitude.

Ce titre plutôt original, si ce n’est extravagant, est plutôt un bon indicateur du contenu du livre.

POURQUOI CE LIVRE

Lors d’une opération Masse critique, vous avez le droit de sélectionner un ou plusieurs livres qui vous feraient envie. J’ai bien sûr sélectionné quelques titres que j’achèterais sans doute en librairie mais j’en ai également profité pour sélectionner des livres dont le résumé m’a interpellée mais que je n’aurais pas forcément osé me procurer. Kirkjubaejarklaustur suivi de The John Cage Experiences fait incontestablement partie de cette dernière catégorie.

masse_critique

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Dans une Islande intemporelle en pleine déliquescence, à Kirkjubaejarklaustur, Sven, touriste lambda, est abandonné par ses amis sur la lande désolée. Son errance furieuse et ridicule l’amènera à croiser sur sa route une nuée d’oiseaux philosophes, un bastion d’autochtones aussi hilares qu’hostiles ou encore un duo d’esprits frappeurs amnésiques – derniers vestiges vivants d’un monde à la dérive.

The John Cage Experiences est une tentative formelle inédite qui propose d’appliquer la méthode de composition par le hasard théorisée par John Cage à un objet littéraire dont le célèbre musicien est le référent fictionnel principal. Ce livre est une rupture à la fois formelle et thématique dans le travail de Vincent Tholomé. Laissant petit à petit derrière lui ses recherches sur l’oralité, il entre dans une région de l’écriture contemporaine où se confrontent avec comique une forte exigence en termes de construction et une parfaite dérision thématique.

  • Poche: 224 pages
  • Editeur : ESPACE NORD (19 mai 2016)
  • Collection : Espace Nord
  • Prix : 10€

 

EXTRAIT GRATUIT

Si ce livre vous intéresse et/ou vous intrigue, je vous invite à en découvrir un extrait sur le site de l’éditeur.

AVIS

On a coutume de dire qu’il ne faut pas juger un livre à sa couverture mais je dois reconnaître que la couverture de l’ouvrage m’a beaucoup plu. Sobre tout en flattant l’œil, elle présente en outre des caractères en relief très agréables au toucher. Bref, l’aspect du livre m’a donné envie de me plonger rapidement dans sa lecture.

L’éditeur classe ce livre dans la catégorie poésie ce qui m’a au début un peu déroutée car sa typologie diffère nettement des poésies classiques. A vrai dire, ce livre ne ressemble à aucun autre qu’il m’ait été donné de lire.

Dès les premières secondes de lecture, j’ai été très perturbée par la présentation du texte : des mots ponctués par des points s’alignent tels que le feraient les lignes d’un livre classique à la nuance près qu’ici, pas de constructions grammaticales recherchées, pas de belles envolées lyriques, juste la juxtaposition de mots pour donner vie au récit.

« Il y a. Plus tard. Encore ceci. C’est même jour. Même route. Dans ferme. Elle est après Kirkjubaejarklaustur. Baraquements et station-service sont tout en bas. Ferme est en haut. Sur un plateau surplombant plaine. On y installe. Nous. Sacs à dormir. On les installe dans chambre. Pas un ne parle depuis que. Nous. On a déposé Sven. Nigaud de mes deux. Sur bord de route. Le laissant seul. Perdu perdu. Dans lande. Je me demande tout de même où il est. Dit. Soudain. Sven. Petit bonnet enfoncé loin sur les yeux. À conducteur Sven. »

Est-ce que ce choix de l’auteur permet de classifier son ouvrage dans la catégorie « poésie » ? Je dois reconnaître ne pas vraiment avoir de réponse. La poésie est un genre littéraire que je connais très peu si ce n’est pas du tout si l’on met de côté les classiques poèmes comme « Mignonne, allons voir si la rose » (Pierre de Ronsard) que l’Éducation Nationale française s’est évertuée à nous imprimer dans la tête.

Privée de repères, j’ai donc eu du mal à aborder la lecture à tel point qu’au bout d’une vingtaine de pages, je me suis résolue à lire la postface dans l’espoir d’y recueillir quelques éléments d’informations afin de guider voire faciliter ma lecture. Ce fut en effet le cas, la postface permet vraiment de mieux comprendre la démarche de Vincent Tholomé mais également d’en apprendre plus sur, par exemple, les techniques d’écriture.

Si vous n’êtes pas totalement réfractaire à cette idée, je ne peux donc que vous conseiller de commencer le livre par la postface ou au moins, d’aller la consulter si la lecture de Kirkjubaejarklaustur suivi de The John Cage Experiences vous déconcerte tellement que vous êtes prêts à déclarer forfait.

Parcourir le livre a été difficile dans le sens où il sort tellement des sentiers battus que cela m’a demandé un vrai « travail » de lecture. L’absence de phrase avec une construction grammaticale classique ne permet pas de mettre en place les mécanismes automatiques qui permettent de lire rapidement un texte en le « scannant ». Il faut prendre le temps de lire chaque mot ou groupe de mots avec attention ce qui demande un effort plus important et prend également plus de temps que pour une lecture classique.

Ce ralentissement de mon rythme de lecture habituel m’a au final plutôt plu car il m’a permis de me recentrer sur les mots, leur sens, leur musicalité, et la manière dont leur juxtaposition brute, sans interférence de mots parasites, peut tout autant avoir d’impact qu’une phrase bien tournée. Et rien que pour ça, je suis contente d’avoir lu ce livre.

Enfin, je ne peux pas dire que ce livre est un coup de cœur car sa plus grande force, son originalité dans sa composition, demeure pour moi son plus grand défaut. Peu coutumière de la poésie et encore moins d’une forme aussi originale, je suis restée trop attachée à la forme pour en apprécier pleinement le fond. Une fois la dernière page tournée, j’étais bel et bien incapable de pouvoir formuler un résumé clair du livre ce qui ne m’est encore jamais vraiment arrivé.

Si je répugne à lire plusieurs fois le même livre, sauf à de rares exceptions près et à plusieurs années d’intervalle, ce livre a tellement perturbé mes habitudes de lecture que je pense le relire d’ici quelques mois avec, sûrement, le secret espoir d’en capturer un peu mieux l’essence.

L’AUTEUR (propos recueillis sur le site de l’éditeur)

Né en 1965, Vincent Tholomé se présente souvent comme auteur performeur. En tant qu’auteur, on lui doit une quinzaine de livres mêlant poésie et fiction, langues orales et art ancien de la «racontouze». Depuis le milieu des années 90, il publie régulièrement en revue ainsi que sur le net. Comme performeur, on a pu le voir, en solo, duos, etc. un peu partout dans le monde (France, Belgique, Hongrie, Allemagne, Québec ou encore USA). En 2011, The John Cage Experiences a reçu le Prix triennal de poésie de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

AVT_Vincent-Tholome_5868

Pour conclure, je suis sortie de ma lecture frustrée car je ne pense pas avoir su saisir tout le contenu du livre ce qui ne m’a pas empêchée d’apprécier la qualité du travail de Vincent Tholomé. Si vous désirez une lecture qui vous permet de vous libérer des carcans habituels de la littérature classique, ce livre devrait vous plaire, l’auteur vous offrant une expérience littéraire inédite.

En quelques mots, Kirkjubaejarklaustur  suivi de The John Cage Experiences est sans aucun doute un ovni littéraire à mettre entre les mains des plus curieux.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

3 réflexions sur “Masse critique #1 : Kirkjubaejarklaustur suivi de The John Cage Experiences, Vincent Tholomé

  1. Pingback: Bilan lecture juin | Light & Smell

    • C’est vrai que le lire à voix haute lui donne une autre dimension.
      Contente de t’avoir intriguée en tout cas:) Si tu te décides à sauter le pas, je serais ravie d’avoir ton avis. C’est tellement particulier que je pense que chacun doit ressentir le livre très différemment.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s