La Couleur du lait, Nell Leyshon

La Couleur du lait -

J’ai lu La Couleur du lait de Nell Leyshon dans le cadre du Club de lecture du Petit Pingouin Vert. Pour rappel, l’idée de ce club sur Facebook est de lire un livre sélectionné suite à un vote des membres puis d’échanger autour de cette lecture commune.

Ce livre est le premier sélectionné par les membres du club.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

En cette année 1831, Mary, une jeune fille de 15 ans entame le tragique récit de sa courte existence : un père brutal, une mère insensible, en bref, une banale vie de misère dans la campagne anglaise du Dorset.
Simple et franche, mais lucide et entêtée, elle raconte comment, un été, sa vie a basculé lorsqu’on l’a envoyée chez le pasteur Graham, pour servir et tenir compagnie à son épouse, une femme fragile et pleine de douceur. Avec elle, elle apprend la bienveillance. Avec lui, elle découvre les richesses de la lecture et de l’écriture… mais aussi obéissance, avilissement et humiliation. Finalement l’apprentissage prodigué ne lui servira qu’à écrire noir sur blanc sa fatale destinée. Et son implacable confession.

  • Broché: 176 pages
  • Editeur : Phébus (28 août 2014)
  • Prix : 17€
  • Autres formats : Poche, Ebook

MON AVIS

Je vais commencer tout de suite cette chronique en présentant la principale faiblesse de ce livre qui, paradoxalement, est également sa principale force. En écartant d’emblée toute schizophrénie de ma part, je vais vous expliquer mon point de vue.

Ce livre est supposé transcrire les propos d’une jeune paysanne qui a appris à lire et à écrire depuis peu. Cela signifie concrètement une écriture « verbale » : le roman est écrit de manière très orale, la jeune femme s’exprimant à l’écrit comme elle le ferait à l’oral. Si on ajoute une éducation paysanne laissant peu de place à l’instruction, cela donne une grammaire très approximative, une orthographe à vous faire saigner les yeux et une syntaxe que nous qualifierons pudiquement d’originale.

Il est ainsi difficile de lire ce roman si vous faîtes, même si ce n’est qu’un peu, attention au français et à la qualité de la plume d’un auteur. Pour ma part, j’ai dû m’y reprendre à deux fois avant d’avancer dans ma lecture de La Couleur du lait. Pour y arriver, je ne peux que vous conseiller de lire au minimum une vingtaine de pages d’un coup car au bout d’un moment, votre cerveau arrive à passer outre le massacre de la langue pour vous plonger dans l’histoire.

Ce choix d’écriture qui, je le crains, a et fera abandonner certains lecteurs, se révèle d’un autre côté plutôt judicieux. Il aurait été peu crédible voire grotesque qu’une personne maîtrisant à peine la lecture et l’écriture se mette à écrire son histoire à la manière de Proust. La spontanéité de la narration avec ses nombreuses erreurs de français permet donc de rester fidèle au personnage de Mary. Cela ajoute même un côté enfantin qui contraste avec les épreuves de la vie que la jeune fille subit soulignant par là même le côté dramatique de sa situation.

La manière très simple dont Mary évoque son histoire la rend poignante. Loin de se plaindre ou d’égrener des jérémiades, Mary raconte juste les événements tels qu’ils se sont passés de son point de vue. Elle n’essaie pas de se faire passer pour une victime ou d’attendrir. Elle raconte, point! Derrière sa répartie et sa manière sans ambages de parler et donc d’écrire, Mary fait preuve en outre d’une forme d’intelligence et d’un certain bon sens paysan. Pour ma part, tout cela ne l’a rendue que plus attachante.

Soutenu par le style de narration simple et épuré de toute fioriture littéraire tout comme la vie de Mary l’est de poésie, La Couleur de lait permet de saisir la dureté de la vie quotidienne des paysans et surtout des femmes dans la campagne anglaise des années 1830. Ce roman a ainsi le mérite d’interpeller le lecteur faisant de ce dernier le témoin impuissant d’une situation révoltante.

En conclusion, une fois que l’on s’accoutume à l’orthographe et à la syntaxe à rendre chauve un Académicien, force est de constater que ce petit roman vaut la peine d’être lu. Poignant, il ne laissera aucun lecteur indifférent d’autant que Nell Leyshon a très bien soigné la fin.

 

Publicités

13 réflexions sur “La Couleur du lait, Nell Leyshon

  1. Bonjour 🙂
    Je ne connaissais pas du tout cet ouvrage, merci de la présentation.
    En général, je trouve que le titre d’un livre a énormément d’importance, et c’est vraiment  »La couleur du lait » qui a attiré mon attention : je le trouve très expressif et délicat à la fois.
    Tu me donnes sincèrement envie de plonger dans cette belle lecture !

    Aimé par 2 personnes

  2. Pingback: Livres chroniqués sur le blog | Light & Smell

  3. Pingback: 2 # Le Club de Lecture Du Pingouin Vert – Le Petit Pingouin Vert

  4. Pingback: Throwback Thursday Livresque #88 : Europe | Light & Smell

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.