𝐓𝐚𝐠 Ménage du printemps

J’ai repéré le TAG Ménage du printemps sur le blog La Bibliomaniaque qui s’est inspirée des réponses obtenues à une question posée sur Instagram pour le concocter. Ayant apprécié le concept, j’ai décidé de le reprendre, mais n’hésitez pas à aller lire ses réponses fort sympathiques.


Lire la suite

𝐓𝐚𝐠 Anti Saint-Valentin

Illustration TAG Anti Saint-Valentin, coeur, poignard, pelote laine

N’ayant jamais été une grande adepte de la Saint-Valentin, j’ai eu envie de reprendre un TAG trouvé sur la blogosphère américaine, le « Anti valentines book tag » que j’ai simplifié en français par le TAG Anti Saint-Valentin. J’ai traduit les 5 catégories à partir du blog Write your destiny. Lire la suite

Mon programme de l’Avent : livres spéciaux, calendrier de l’Avent inversé et autres loisirs…

Calendrier De L'Avent, Avènement

Je suis une fan inconditionnelle des calendriers de l’Avent, mais depuis deux ou trois ans, je me suis rendu compte que finalement, le fait d’en prendre plusieurs diluait nettement mon plaisir à les ouvrir… J’ai donc pris une décision radicale et j’ai décidé de n’en acheter aucun cette année, même pas mon traditionnel calendrier de l’Avent de thé. Lire la suite

𝐓𝐚𝐠 𝐥𝐢𝐯𝐫𝐞𝐬𝐪𝐮𝐞 𝐚𝐮𝐭𝐨𝐦𝐧𝐚𝐥

oak-leaves-gbcdbbfc3a_1920

J’ai repéré le TAG livresque automnal sur le compte Instagram de Marion, revesdepapiers, qui l’avait elle-même repéré sur le compte Instagram de Charlotte, la.parenthese.imaginaire. Pour chaque item, j’ai décidé de vous présenter un roman et un ouvrage graphique… Lire la suite

Tag révélations

Cahier, Noter, Écrire, Livre, Notes

Si j’ai des chroniques qui dorment dans mes brouillons depuis très très longtemps, j’ai également des TAG qui se sont perdus dans les méandres de ma mémoire et de mes trop nombreux brouillons WordPress. Le TAG Révélations en fait partie… Je ne me souviens plus sur quel blog je l’ai vu pour la première fois, alors n’hésitez à me le signaler si c’est sur le vôtre.

1/ As-tu déjà endommagé un livre ?

Oui, il n’y a pas longtemps en faisant tomber une pile de livres en équilibre précaire…

Livre, Pile De Livre, Empilés, Livres

2/ As-tu déjà endommagé un livre emprunté ?

Oui, avec l’aimable participation de mon regretté Gribouille qui avait renversé ma tasse de café sur un livre emprunté à la bibliothèque. De mémoire, il s’agissait d’un livre traitant des différents usages du masking tape en décoration. Depuis, je ne bois plus en lisant… Je n’ai, en revanche, jamais endommagé un livre emprunté à une personne.

3/ Combien de temps prends-tu pour lire un livre ?

Cela va dépendre du type d’ouvrage que je lis : un essai ou un texte au style travaillé me prendra bien plus de temps qu’un roman jeunesse, une BD ou un thriller. Mais de manière générale, je n’aime pas faire traîner mes lectures, une fois commencé, j’essaie de lire un livre rapidement pour ne pas perdre le fil de l’histoire. Et le week-end, ce n’est pas rare que je lise un roman en une nuit/soirée, mon moment préféré pour lire, comme pour la plupart des insomniaques, je suppose.

Deux exceptions, les ouvrages pratiques (se soigner par les plantes, le zéro déchet…) que je lis petit à petit et les ebooks que je lis souvent dans les transports en commun ou durant mes séances de vélo elliptique, en croisant les doigts pour ne pas faire tomber ma liseuse. Pour le moment, aucun incident à déplorer.

4/ Des livres que tu n’as pas finis ?

J’ai tenté Midnight Sun, mais j’ai abandonné ma lecture, l’intrigue étant d’une platitude sans fin et les pensées Edward d’un ennui incommensurable. J’ai donc fait ce que notre célèbre vampire n’arrêtait pas de conseiller dans sa tête à Bella, j’ai fui !

Ces deux derniers mois, j’ai également abandonné beaucoup de romances historiques, parce que mes goûts en la matière se sont affirmés, et je sais très vite quand l’histoire ne va pas me plaire. Vu la taille de ma PAL, je n’ai plus de temps à perdre avec des livres qui ne me plaisent pas outre mesure.

Couple, Danse, Danse De Couple, Géorgien

5/ Des livres très populaires que tu n’as pas aimés ?

Je pense au Souffle de Midas d’Allyson Germain qui m’a donné l’impression de lire un roman non-corrigé et dont je n’arrive pas à comprendre les bonnes notes : des clichés à la pelle, des répétitions, des tics de langage, des incohérences dans la construction des personnages…

Couverture Chroniques homérides, tome 1 : Le souffle de Midas

Et plus récemment, Frères de sang dont je dois retravailler ma chronique, le ton étant trop cassant. Il y a de bonnes idées, mais comme Le souffle de Midas, je reste très dubitative quant aux excellents notes et aux avis dithyrambiques.

Couverture Frères de sang, tome 1 : L'éveil

6/ Y a-t-il un livre que tu as honte d’avoir lu ?

Non, je lis ce dont j’ai envie sans vraiment me préoccuper de l’opinion d’autrui.

7/ Combien de livres possèdes-tu ?

J’ai arrêté de compter et ma bibliothèque n’est plus à jour sur Livraddict, mais au dernier recensement, beaucoup trop !

8/ Lis-tu rapidement ou lentement ?

Si on parle vitesse de lecture, je pense lire relativement rapidement bien que tout soit relatif…

9/ Aimes-tu faire des lectures communes ?

Oui, même si j’en fais peu… À cet égard, je remercie particulièrement Les Blablas de Tachan qui me motive à sortir des livres de ma PAL qui y trainent depuis trop longtemps. Je remercie également Lire à la folie avec laquelle j’ai toujours plaisir à échanger, notamment sur les livres de Sébastien Morgan, un auteur qu’on lit souvent en duo.

Couverture Chroniques merveilleuses, tome 1 : La flèche du scythe

10/ Est-ce que tu lis mieux dans ta tête ou à voix haute ?

Étant bien plus visuelle qu’auditive, je ne lis jamais à haute voix sauf quand je fais la lecture à ma nièce ou à mon neveu.

11/ Si tu ne pouvais posséder qu’un seul livre, ce serait lequel et pourquoi ?

Sans hésiter un recueil des fables de La Fontaine parce que c’est l’auteur qui m’a donné goût à la lecture et parce qu’avec la variété des histoires, aucune lassitude à craindre.

Couverture Le petit livre des fables de La Fontaine

Et vous, qu’auriez-vous répondu à ces questions ?
N’hésitez pas à laisser vos réponses en commentaire ou le lien de votre article si vous avez déjà répondu à ce TAG ou comptez le faire.

Le chameau de la bibliothèque, Karine Guiton

Couverture Le Chameau de la bibliothèque

Monsieur Mache n’est pas un chameau comme les autres. Grand amateur de littérature, il passe son temps à emprunter des livres à la bibliothèque.
Oui, mais voilà, il ne rend jamais les ouvrages empruntés !

Le chameau est-il seulement tête ou l’air, ou cache-t-il un véritable secret ?

Didier Jeunesse (7 juillet 2021) – 96 pages – Papier (7,90€)
Illustrations : Laure Du Faÿ

AVIS

Adorant les livres, les bibliothèques et les animaux, le titre et la couverture ont tout de suite attiré mon attention.

Ce roman semble, d’une certaine manière et non sans facétie, interroger le rapport que l’on peut avoir aux livres. Êtes-vous plutôt du genre à les sacraliser et à regarder d’un très mauvais œil les personnes qui leur portent atteinte comme Floris la bibliothécaire, ou êtes-vous plutôt un Monsieur Mache en puissance qui adore lire, mais qui ne s’attache pas outre mesure à l’objet-livre, préférant se focaliser sur le contenu et toutes ces expériences et émotions que les livres offrent aux lecteurs ?

Deux visions des livres opposées qui finissent par s’affronter quand Floris, excédée par les nombreux livres que Monsieur Mache n’a pas rendus sous des prétextes tous plus farfelus les uns que les autres, finit par lui reprendre sa carte de lecteur. Un geste évidemment justifié, le comportement de Monsieur Mache méritant sanction, mais qui ne sera pas sans conséquence, que ce soit pour ce grand lecteur avide de se nourrir l’esprit, ou le club de lecture dont il fait partie, et qui a besoin de son talent d’orateur pour un concours…

Si je me sens une certaine affinité avec notre bibliothécaire girafe qui a du mal à se séparer de livres, j’ai apprécié que l’autrice rappelle que parfois, un tri s’avère indispensable, permettant ainsi de donner sa chance à d’autres ouvrages. Mais on verra qu’ici, le désherbage prend une tout autre dimension. Car en plus de faire du vide, il permettra à deux individus de satisfaire leur amour commun des livres, et de s’assurer qu’ils finissent comme ils ont « vécu » : entre les mains (mais pas que) d’un bibliovore qui en gardera et en portera le souvenir à tout jamais, et ceci grâce à une méthode quelque peu inattendue.

Plein d’humour, ce roman est porté par une galerie de personnages variés, hauts en couleur, et dont les échanges mouvementés ne devraient pas manquer de vous faire sourire. Si comme moi, vous aimez les romans où les personnages sont des animaux aux caractéristiques propres, mais également très humaines, vous passerez un très bon moment de lecture. Pour ma part, j’ai apprécié les trois protagonistes principaux : notre bibliothécaire stricte et grande protectrice des livres, sa fille Kika pleine d’entrain, et le fameux Monsieur Mache qui a tendance à « oublier » de rendre certains livres…

Il faut dire qu’il a une manière très très originale d’assouvir son appétit littéraire ! Je n’en dirai pas plus puisque découvrir son petit secret fait partie intégrante de l’expérience de lecture, mais la raison de ses petits oublis m’a beaucoup amusée. Elle devrait également bien fonctionner auprès des enfants, tout en croisant les doigts pour qu’il ne leur vienne pas l’idée saugrenue d’imiter un Monsieur Mache qui porte à merveille son nom. La jeune Kika leur offrira, en outre, un personnage auquel s’identifier, sa curiosité, sa gentillesse et sa petite tendance à enfreindre le sacro-saint règlement de sa maman, ainsi que certaines règles, la rendant fort sympathique. Ce personnage permet également aux enfants de comprendre la différence entre les règles qu’il convient de respecter pour le confort des usagers, et celles qu’il est strictement interdit d’outrepasser, sous peine d’être sanctionné.

Quand on aime les livres, il est quasiment impossible de ne pas succomber à cette charmante et quelque peu loufoque histoire qui bénéficie de sympathiques illustrations en couleurs rendant les personnages encore plus dynamiques, réels, vivants et attachants.

En conclusion, ode aux livres et aux lecteurs, ce roman jeunesse amusant et savoureux à souhait offre un très bon moment de divertissement qui enchantera les enfants, et tous les amoureux des livres prêts à faire des rencontres surprenantes, dont l’une qui ne manque ni de mordant ni de panache !

Je remercie Didier jeunesse et Netgalley pour m’avoir permis de lire ce livre en échange de mon avis

In My Mailbox #216 : 48h BD, livre surprise et retour en enfance

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Accrocdeslivres. »


  • 48h BD : je ne comptais prendre que quelques titres, mais j’ai finalement opté pour une bonne partie de la sélection, certains titres pouvant plaire à d’autres membres de ma famille. D’ailleurs, si je pense le lire, Gengis Khan est d’abord destiné à mon père, grand amateur d’Histoire. Quant à Sorceline et Enola, je les ai déjà lues, mais dans le cadre d’un emprunt en bibliothèque. Or, ce sont des séries que j’aimerais lire avec ma petite nièce.

Pokemon_Noir_Blanc-48h-bd.jpg

Maudit sois-tu 1 Zaroff 48h BD 2021 (ankama)

  • Romans : ayant rempli mon profil sur Lecteurs.com suite à la réception d’un mail, j’ai reçu un livre surprise : Cox ou la course du temps. Et comme le hasard fait bien les choses, c’était un roman de ma wish list. J’ai également reçu une masse critique Babelio : Horror Games.

Couverture Cox ou la course du tempsHorror games, tome 2 : Le collège des zombies par Zimmermann

  • Deux petits achats pas vraiment prévus : le premier est pour ma nièce, et le deuxième a été motivé par la curiosité, parce que voir accolés deux mots tels qu’ ugly et princess, ce n’est pas courant !

Les contes de toujoursCouverture Ugly princess, tome 1

Et vous, quelles sont les nouveautés de votre PAL ?
Certains de ces titres vous tentent-ils ?

La Petite Faiseuse de Livres – tome 1, Miya Kazuki, Suzuka

Petite faiseuse de livres (la) - Manga série - Manga news

Si les livres n’existaient pas, il faudrait les inventer ! Une étudiante bibliovore se réincarne en petite fille dans un monde caractérisé par l’illettrisme, et où l’imprimerie semble n’avoir pas encore été inventée… Mais pour celle qui est morte écrasée par sa bibliothèque, les livres sont vitaux !! Il n’y a qu’une seule solution s’il n’y en a pas, elle va les fabriquer. Une bibliofantaisie pour les amoureux des livres, par des amoureux des livres

Ototo – 160 pages – 6,99€ – Traduction : Guillaume Draelants

AVIS

Comment ne pas craquer devant cette couverture toute mignonne et un tel titre ? C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que je me suis lancée dans la lecture de ce manga adapté d’une série de light novels qu’il faudra que je me procure parce que j’ai adoré ce premier tome qui démarre par la mort d’une jeune femme écrasée littéralement sous le poids de son amour des livres. Une ouverture atypique et plutôt marquante qui m’a fait sourire puisque quelques jours avant la lecture de ce manga, j’avais déplacé une grosse pile de livres qui menaçait de me tomber dessus durant la nuit…

Mais pas de panique, si sa vie en tant qu’Urano Motosu prend fin, la jeune femme se réincarne dans le corps d’une fillette de cinq ans à la santé fragile, Maïn. Une seconde chance qui a un petit goût d’enfer pour cette bibliovore qui se retrouve plonger dans un monde où la lecture est réservée à la noblesse et dans lequel le commun des mortels ne sait pas lire ! Cela ne sera pas sans vous rappeler notre propre passé avant l’avènement de l’imprimerie, une période que, vous vous en douterez, je suis bien heureuse de n’avoir jamais connue.

Bien qu’ayant le corps d’une fillette et ses souvenirs, Urano conserve sa personnalité et son amour inaliénable pour les livres, ce qui va la pousser à tout faire pour arriver à assouvir sa passion quitte à devoir elle-même fabriquer son propre livre. On la suit donc, page après page, dans cette mission qui se révèlera bien plus ardue que prévu. En effet, en plus de devoir se faire à sa nouvelle vie et aux limites de son nouveau corps ainsi qu’aux codes de cette société qu’elle découvre petit à petit, notre héroïne va devoir faire preuve d’inventivité pour mettre la main sur les ressources dont elle aura besoin pour se lancer dans son ambitieux projet. C’est qu’avant d’avoir un livre en main, il y a un certain nombre d’étapes à respecter ! Elle pourra heureusement compter sur l’aide de sa sœur, Tuuli.

Si j’ai beaucoup aimé le personnage d’Urano/Maïn qui m’a parfois amusée par son obsession pour les livres qui semble même lui faire occulter son ancienne vie, j’ai eu un petit coup de cœur pour Tuuli qui s’est révélée altruiste, gentille et très patiente devant les demandes inattendues de cette petite sœur devenue bien étrange. Prenant son rôle de grande sœur très au sérieux, elle ne peut qu’attirer la sympathie des lecteurs d’autant que de fil en aiguille, on se rend compte que l’état de santé assez fragile de Maïn ajoute une charge de travail supplémentaire sur les épaules de la jeune fille…

Au-delà de l’aspect amour des livres omniprésent dans le roman, les instants de vie apportent également beaucoup de charme à cette histoire puisque l’on découvre la vie au sein d’une famille assez pauvre, mais unie et aimante. Il est également intéressant de découvrir, aux côtés d’Urano, des conditions de vie et d’hygiène bien éloignées de celles que nous connaissons avec un confort somme toute assez sommaire, ce qui n’empêche pas la famille de Maïn de sembler heureuse. J’ai, en outre, été agréablement surprise par la personnalité du père, un soldat, qui tranche avec les stéréotypes liés à ce genre de personnage.

Le bonheur de savoir lire et la tristesse d’un monde dans lequel la lecture est un privilège nous sautent aux yeux dans ce manga, mais l’autrice évoque également le sujet de l’illettrisme et l’importance de ne pas regarder de haut les personnes qui, pour une raison ou une autre, ne savent pas lire. J’espère que dans la suite de la série, la passion pour la lecture de Maïn fera des émules même si le difficile accès aux livres demeure un problème…

Quant aux illustrations, elles sont à l’image de la couverture, sublimes ! J’ai adoré la rondeur des traits, la très grande expressivité des visages et le travail réalisé sur les yeux de Maïn qui expriment à eux seuls toute une palette d’émotions. Les décors, quant à eux, correspondent à merveille au récit : minimalistes pour les scènes d’intérieur de manière à refléter le niveau de vie de la famille, plus riches et détaillés quand l’on parcourt les rues du village à l’ambiance très médiévale.

En conclusion, La Petite Faiseuse de Livres est un manga que je conseillerais à tous les amoureux des livres curieux de découvrir la nouvelle vie d’une jeune femme se retrouvant coincée dans la peau d’une fillette et dans un monde où il lui est bien difficile de s’adonner à son unique et seule passion, la lecture. Tendre, teinté d’humour et magnifiquement illustré, voici un premier tome qui devrait vous donner envie de vous jeter sur la suite afin de suivre Urano, devenue Maïn, dans son ambitieux projet…