Mauve Bergamote, tome 1 : Bienvenue à l’herboristerie, Grimaldi, Cécile et Poupelin

Couverture Mauve Bergamote Nature Arbre Loutres fillette rivière

Je remercie Babelio et les éditions Delcourt de m’avoir envoyé Bienvenue à l’herboristerie, premier tome de la série Mauve Bergamote, en échange de mon avis.

Scénario (Flora Grimaldi) – Dessin (Cécile) – Couleur (Hugo Poupelin)

Mauve Bergamote vit dans une maison-herboristerie au milieu de la forêt avec Crookneck, son protecteur à tête de citrouille. Elle prend soin de son jardin aromatique et médicinal en l’agrémentant de graines que lui apporte le facteur, un blaireau, et des cueillettes sauvages qu’elle et Crookneck effectuent en forêt. Un jour, de retour de collecte, elle surprend des inconnues dans son jardin.

Delcourt (21 avril 2021) -72 pages – 14,95€ 

AVIS

Attirée par la jolie couverture et intriguée par la présence d’un homme à tête de citrouille sur celle-ci, j’étais impatiente de me plonger dans cette BD jeunesse que j’ai trouvée douce et mignonne. Deux adjectifs que je n’attribuerais pas d’emblée à Mauve, une enfant qui vit avec Crookneck et gère à ses côtés une herboristerie au milieu d’une forêt.

Ce premier tome est assez avare en détail quant à ces deux personnages puisqu’on ne sait pas grand-chose si ce n’est que les parents de la fillette sont en voyage, et que notre homme à tête de citrouille leur a promis de veiller sur elle. Je suis donc assez curieuse de découvrir si on parle d’un vrai voyage ou d’une métaphore pour quelque chose de plus définitif, et d’en apprendre plus sur Crookneck, un personnage aussi intrigant que bienveillant. Intrigant parce qu’avoir un corps avec une tête de cucurbitacée, ce n’est pas anodin, et bienveillant car cet homme veille avec gentillesse et tendresse sur Mauve.

Une enfant qui a son caractère à ne pas en douter ! Elle a même un petit côté peste, Mauve faisant un bien fort mauvais accueil à une jeune fille qui vient troubler sa douce routine avec Crookneck. Il faut dire que la rencontre ne s’est pas passée dans les meilleures conditions, Anaïs étant entrée, avec deux de ses amies, dans le jardin de Mauve en son absence, occasionnant quelques dégâts. Elle essaiera de se racheter mais il lui faudra faire quelques efforts pour se faire accepter par une Mauve assez méfiante, et peu disposée à lui laisser une place dans son quotidien, sa vie et l’herboristerie, sa chasse gardée.

J’ai tout de suite beaucoup aimé Anaïs qui va se révéler gentille, enthousiaste et sincèrement intéressée par le travail de Mauve et de Crookneck. Elle fera de son mieux durant son stage d’une semaine au sein de l’herboristerie, conquérant même le coeur des clients au plus grand désarroi de Mauve ! À travers l’arrivée d’Anaïs, vécue comme une véritable intrusion voire trahison par Mauve, Flora Grimaldi évoque avec une certaine subtilité le thème de la jalousie et à quel point elle peut ronger les cœurs. Ainsi, Mauve se sent dépassée par ses émotions et son impression que son protecteur, seule figure aimante et rassurante dans sa vie, la délaisse pour Anaïs, ce qui la pousse à de montrer méchante et odieuse. Si la jalousie n’est pas un sentiment heureux, il me semble important de l’évoquer, surtout quand c’est fait, comme ici, avec beaucoup d’intelligence et de justesse.

À cet égard, j’ai adoré la réaction tout en douceur et délicatesse de Crookneck. Fin psychologue, il saura rassurer Mauve et lui permettre de s’ouvrir à une nouvelle amitié, et de réaliser l’importance de ne pas vivre replié sur soi afin de laisser entrer l’inconnu dans sa vie. Ainsi, de fil en aiguille, Mauve sort de sa réserve, nous prouvant que derrière sa méfiance et défiance, toutes les deux naturelles vu sa situation familiale, se cache une enfant gentille capable de se lier avec autrui. Ce premier tome nous offre donc de très jolis moments, empreints de douceur, de tension parfois, mais aussi de beaux instants de compréhension, de complicité et d’humour. Vous découvrirez d’ailleurs qu’aussi mignonnes soient-elles, les loutres peuvent faire montre d’un humour quelque peu ravageur, et un peu trop factieux pour le bien de nos personnages. Leurs farces et leurs mauvais tours donneront lieu à quelques sourires de la part des lecteurs de tout âge et permettront indirectement de faire une petite incursion dans le monde des fées…

Au-delà de l’histoire, j’ai beaucoup aimé le sentiment de quiétude qui se dégage des pages, surtout dans la première partie où l’on suit notre jeune héroïne et son protecteur dans leur cueillette. Il y a quelque chose de délicatement champêtre à les voir déambuler dans la forêt, et à en extraire avec précaution et respect quelques-uns de ses joyaux. D’ailleurs, et bien que les informations restent succinctes, on découvre avec plaisir le monde merveilleux des plantes, de leurs bienfaits à leurs caractéristiques. J’ai durant une période fait mes propres infusions alors j’ai adoré ce sentiment d’être en terrain connu et inconnu à la fois, n’ayant jamais cueilli moi-même mes propres plantes et fleurs. Si ce sujet vous intéresse, vous apprécierez les quelques informations distillées par-ci par-là et le petit carnet illustré en fin d’ouvrage. Ayant les ingrédients en stock, je compte, pour ma part, tester la recette de la tisane réconfortante.

Quant aux illustrations tout en rondeur de Cécile, elles laissent une belle place à la nature et à ses beaux détails, participant grandement au charme de cette BD. Une BD illuminée par le travail de colorisation de Hugo Poupelin qui a opté pour des teintes lumineuses et chaleureuses dont on appréciera la profondeur et la délicatesse. Au fil des pages, on développe ce sentiment appréciable d’entrer dans un cocon protecteur, un lieu hors du temps et enchanteur où des petites filles peuvent côtoyer des animaux qui parlent, être sous la protection d’ un homme à tête de citrouille, et même rencontrer des créatures magiques et fantastiques !

En conclusion, Bienvenue à l’herboristerie est la lecture parfaite pour un instant de lecture plein de charme et hors du temps qui accorde une belle place à la nature et à ses merveilles. Lumineuse, colorée et chaleureuse, c’est aussi une BD qui aborde avec délicatesse le thème de la jalousie, et montre avec subtilité l’importance de la bienveillance et de l’amitié. Entre magie du coeur, beauté de la nature et exploration d’un environnement dont on découvre avec délectation les particularités et les habitants, une lecture à savourer en famille et à partager autour d’une bonne tisane.

20 réflexions sur “Mauve Bergamote, tome 1 : Bienvenue à l’herboristerie, Grimaldi, Cécile et Poupelin

  1. J’avoue avoir laissé la BD après Tintin et Astérix (œuvres complètes). J’y suis revenue avec Tom-Tom et Nana qui ont fait tant rire mes filles. Avec les petits enfants peut-être ?
    Oui, il me faut des enfants pour lire des BD. Je vais songer à en acheter pour l’association 🙂
    Merci pour la découverte (et l’idée qu’elle a fait germer dans petite tête)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.