en Silence, Audrey Spiry

Quelque part dans le sud, en été, un petit groupe d’amis part en expédition pour une grande journée de canyoning. L’isolement, le dépaysement et le frisson du danger vont servir de révélateur. Chacun, au fil de cette longue journée pleine d’imprévus, va se retrouver seul, confronté en silence à ses interrogations les plus intimes. Comme Juliette, la narratrice, qui remet en question sa relation avec Luis. Comment dépasser le sentiment d’immobilisme et d’attente qui imprègne leur couple, et qui lui est devenu presque insupportable ? Cette belle journée d’été n’est-elle pas, finalement, l’épilogue de leur histoire d’amour ? Unité de temps, de lieu, d’action, ce récit tout simple en apparence surprend et séduit à la fois par son ton, intime et sensible, et par sa forme, très picturale et spectaculairement colorée. Le premier album plein d’originalité d’une jeune dessinatrice au talent très affirmé.

CASTERMAN (9 juin 2012) – 174 pages

AVIS

À la recherche d’un livre avec le mot silence dans le titre pour valider un challenge littéraire, j’ai jeté mon dévolu sur cet ouvrage dont je n’avais jamais entendu parler, et que j’ai trouvé intéressant autant sur le fond que la forme. En début de lecture, le style graphique m’a un peu décontenancée, mais très vite, je lui ai trouvé beaucoup de cachet, d’originalité et une certaine puissance.

Au fil des pages, le jeu sur les couleurs éblouit les lecteurs qui se sentent alors complètement immergés dans cette sortie de canyoning en compagnie d’un moniteur Yann, d’un couple, Luis et Juliette, et d’une famille. On suit donc la progression du groupe jusqu’au canyon, une petite aventure en soi, puis tout au long d’une aventure qui leur et nous en met plein la vue, mais qui, je dois l’avouer, m’a donné quelques sueurs froides.

https://www.bdgest.com/prepages/Planches/1106_P2.jpg?v=1340409478Source : https://www.bdgest.com

Cette BD me suffit déjà pour dire que le canyoning n’est pas pour moi, même si je suis charmée par cette idée d’évoluer dans un cours d’eau, d’en découvrir les aspérités, d’en explorer les richesses, de se laisser porter par le courant et de descendre des cascades de différentes manières… Une activité fascinante mais qui n’est pas sans danger et qui mérite de prendre quelques précautions. D’ailleurs, la sortie réservera quelques petites frayeurs à certains participants, et notamment à Juliette qui semble avoir le don pour perdre de vue le groupe. Peut-être en écho à cette vie qui est la sienne, mais dans laquelle elle semble s’être perdue et ne s’épanouit plus.

Je n’ai jamais fait de canyoning, mais j’ai été surprise de la désinvolture avec laquelle le guide traite les gens sous sa responsabilité une fois les consignes de sécurité données. Je me serais peut-être attendue à un suivi plus rigoureux parce que descendre des cascades, passer par des endroits étroits et escarpés, tout ça dans un environnement aquatique, n’est pas anodin. Cela n’est qu’un détail qui n’ôte rien à la qualité de la BD, mais j’avoue que le comportement de Yann m’a parfois perturbée et déconnectée d’une l’histoire qui dépasse pourtant le simple cadre du canyoning.

Bien sûr, on sent à travers les épreuves traversées par les personnages, un ode au sport et au dépassement de soi, à la volonté de triompher de ses peurs, de sortir de sa zone de confort pour se découvrir et se redécouvrir, mais cette sortie de canyoning, c’est aussi l’occasion pour Juliette d’opérer un véritable travail d’introspection sur elle-même et le couple qu’elle forme avec Luis. Petit à petit, on découvre des bribes du passé du couple et le mal-être de Juliette face à un compagnon dont la vie semble en décalage avec la sienne. Le cinéma est une passion dévorante qui pousse Luis à avancer dans la vie, mais qui menace, à l’inverse, d’engloutir Juliette bien plus que ne pourrait le faire toute cette eau qui l’entoure.

À cet égard, j’ai été émerveillée par les effets graphiques qui nous donnent parfois l’impression que s’opère une réelle et totale fusion des corps et de l’eau, avant que corps et matière ne reprennent leur place. C’est assez spectaculaire et profond à la fois ! L’eau devient ainsi un personnage à part entière, un personnage personnifié par un dessin vivant, coloré et très expressif, qui nous permet de vivre pleinement chaque situation et de ressentir toutes les émotions et les interrogations qui traversent Juliette. L’autrice opère également un véritable travail sur les changements de ton et de registre, en alternant entre les phases de calme et de sérénité, et des moments où chaos intérieur et démonstrations de force de la nature se font écho. 

Source : https://www.audreyspiry.com

En bref, bien que le canyoning ne soit pas un sport qui m’attire, j’ai passé un très bon moment en compagnie de différents personnages, dont une fillette rigolote et attachante, et une jeune femme qui va profiter de cette journée de canyoning pour se dépasser et faire le point sur l’état de son couple. Parfois oppressant, mais surtout libérateur, voici un ouvrage que je ne peux que vous conseiller, d’autant qu’il bénéficie d’un travail d’illustration laissant une large place aux couleurs et à des traits presque vaporeux d’une grande puissance.

 

25 réflexions sur “en Silence, Audrey Spiry

  1. Pingback: Challenge Un mot, des titres : les billets (session 73 : SILENCE) | Les Lectures d'Azilis

  2. Je me souviens avoir été impressionnée et fascinée par ces couleurs, mais je n’avais pas trop accroché à l’intrigue et surtout pas bien compris la fin, ses réflexions m’échappaient un peu

    Aimé par 1 personne

    • Les couleurs exercent vraiment un pouvoir d’attraction sur les lecteurs, c’est assez incroyable…
      Certaines réflexions m’ont aussi parfois échappé, mais dans l’ensemble, j’ai apprécié que cette sortie de canyoning soit utilisée comme point pour une réflexion et introspection personnelle…

      J'aime

  3. Bien qu’il soit spécial, le style graphique me plait également. Les teintes de la page avec la femme dans la cascade/l’eau me plaisent beaucoup. Les deux planches suivantes retracent bien l’action, le danger et les émotions. Ca me tente beaucoup ! Merci de la découverte !

    Aimé par 1 personne

  4. Pingback: C’est le 1er, je balance tout ! juin 2021 | Light & Smell

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.