Comme des éclats de toi, Marie Joudinaud

Couverure Comme des éclats de toi. Oiseaux multicolores qui volent.

Comme des éclats de toi de Marie Joudinaud

Un destin brisé, quatre destins à reconstruire…
Un soir d’hiver à Paris, un accident de la route coûte la vie à Bérénice.
Ulysse et Madeleine, les conducteurs à l’origine de cette tragédie, sont sous le choc. Malgré la culpabilité et la honte, il leur faut se relever pour rendre à la vie le sens qu’elle a perdu. Mais cet accident a d’autres répercussions. Ainsi Georges, le père de Bérénice que la vie n’a pas épargné, doit apprendre à faire le deuil de sa fille. Et Aliénor qui, ébranlée par le traumatisme, décide de refaire sa vie là où personne ne la connaît…
Cet accident va nouer ces quatre fils de vie qui n’étaient pas destinées à se croiser.
Ulysse, Madeleine, Aliénor et Georges parviendront-ils à trouver des réponses à leurs questions ? Entre reconstruction et résilience, chacun apprendra malgré tout que le bonheur les attend au bout de la route.

AVIS

Encore un roman de la collection Instants suspendus des éditions de l’Archipel qui m’a fait passer un joli et beau moment de lecture. Cette collection est parfaite pour découvrir des histoires pleines d’humanité dans lesquelles on prend un plaisir certain à suivre des personnages sur la voie de la guérison et/ou de la reconstruction et de l’épanouissement personnel.

Une soirée, un drame, quatre vies chamboulées ! 

Une soirée, il aura fallu une unique et seule soirée pour que l’existence de Bérénice, Ulysse, Madeleine et Georges prenne un tournant dramatique. La première décède, le second porte le poids de sa mort sur la conscience puisque le doute persiste : Bérénice, aurait-elle survécu à son overdose si Ulysse n’avait pas décidé de raccompagner cette inconnue chez elle alors qu’il n’était pas en état de conduire ?

Quant à Madeleine, la conductrice de la voiture percutée par Ulysse, elle ne peut s’empêcher de se sentir coupable alors qu’elle est également une victime collatérale de l’inconscience d’Ulysse. Entre les deux, comme une ombre, planent Georges, le père de Bérénice, et Églantine qui n’est pas encore en âge de comprendre que sa mère ne reviendra jamais. Et puis, arrive en cours de roman, Aliénor qui porte en elle ses propres blessures et traumatismes…

Un roman lumineux dans lequel chacun va apprendre à se (re)construire…

Le roman aurait pu être triste et pesant, il est doux et lumineux. Bien sûr, il y a de la tristesse, des pleurs, et ce syndrome du survivant qui colle à la peau des deux conducteurs, mais il y a aussi beaucoup d’espoir, une réelle volonté de se battre, de l’amour, de l’amitié, des instants hors du temps illuminés par la capacité des humains à renaître de leurs cendres. Malgré le point de départ, le roman se révèle donc très positif et m’a même souvent fait sourire, mais l’autrice ne règle pas tous les problèmes d’une baguette magique. Les personnages vont devoir puiser au fond d’eux-mêmes et dans leurs relations, la force de se battre et de surmonter leurs blessures qu’elles soient physiques et/ou psychiques.

Ulysse va, par exemple, devoir apprendre à apprivoiser un corps qui ne sera plus jamais le même et à vivre avec son sentiment de culpabilité sans se laisser submerger par sa honte, d’autant que le propre père de Bérénice ne souhaite pas sa déchéance. Pour la mémoire de sa fille, il espère que ce jeune homme finira par offrir au monde une meilleure version de lui-même. Et c’est exactement ce qu’Ulysse va s’échiner à faire en renonçant à son ancienne vie de consultant vide de sens, et en renouant avec une ancienne passion. S’éloignant de ses anciennes relations avec lesquelles il n’a jamais rien partagé d’important, il trouvera heureusement du réconfort auprès de ses parentes, de Madeleine avec laquelle il va devenir ami, puis d’une personne lumineuse, mais portant en elle ses propres zones d’ombre.

Des personnages attachants et sensibles liés par le destin ! 

Vu le point de départ du roman, je ne pensais pas autant m’attacher à ce personnage.  Ulysse n’est pas la cause directe de la mort de Bérénice dont le déclin a commencé bien avant leur fugace rencontre, mais je n’ai pas d’affection particulière pour les individus qui prennent le volant en étant ivres et drogués. J’ai néanmoins été touchée par sa personnalité, sa relation avec ses parents qui donnera d’ailleurs lieu à une très belle scène père/fils, et par la manière dont il oscille entre son envie d’avancer et son sentiment de culpabilité qui le pousse à renoncer à renouer un jour avec le bonheur.

Mais j’ai encore été plus émue par Georges, son passé, sa gentillesse, sa bienveillance, son absence de haine malgré les circonstances, et sa capacité à veiller avec une absolue tendresse et abnégation sur sa petite-fille, seule famille qui lui reste. J’ai regretté de ne pas avoir plus de Georges dans ce roman comme j’ai regretté que Madeleine ne soit pas plus présente, ayant eu un coup de cœur pour ces deux personnages. J’ai adoré cette presque cinquantenaire qui, jusqu’à l’accident, ne vivait que pour sa carrière d’attachée de presse et pour son employeur et ami, Francis.

Ces derniers ont noué au fil des ans une magnifique relation de confiance et une belle complicité, mais cela ne remplace pas la joie d’avoir quelqu’un et une famille à ses côtés. L’accident va pousser Madeleine à reconsidérer sa vie, sa solitude qui lui broie de plus en plus le cœur, et à se lancer sur la piste d’un bonheur qu’elle ne pensait plus possible à son âge. Un bonheur bâti sur un énorme mensonge qui m’a mise extrêmement mal à l’aise, mais qui n’a pas entaché mon affection pour cette femme profondément gentille, consciencieuse, intelligente, altruiste et généreuse. Il est difficile de comprendre son choix, mais impossible également de le condamner !

Aliénor ou le souffle du renouveau…

Quant à Aliénor, elle vient petit à petit se greffer à l’histoire, d’abord en parallèle, puis de manière bien plus étroite. Cette jeune femme a quitté son appartement parisien, sa thèse et ses ami(e)s pour Nice où elle a trouvé un poste de vendeuse de glaces dans un commerce tenu par une main de fer par une femme qui aime son métier et ses clients. Ce travail alimentaire, loin de ses aspirations artistiques, lui permettra néanmoins de rencontrer de nouvelles personnes, de panser son âme, et lui laissera le temps de s’adonner à sa passion de la peinture. Nice est d’ailleurs un endroit de choix pour les âmes artistiques ! À cet égard, j’ai adoré le regard qu’Aliénor porte sur la ville, ses paysages, son atmosphère… un regard qui sera complété par celui d’un autre artiste qui capte et fige des instants et des détails non pas sur des tableaux, mais des photos.

L’autrice auréole son héroïne d’un voile de mystère, mais pour ma part, j’avais assez vite deviné les raisons de sa fuite à Nice, même s’il y a un petit détail qui était difficilement devinable. J’ai peut-être eu un peu moins d’affinité avec ce personnage qui a du mal à faire tomber sa carapace, mais j’ai apprécié sa sensibilité à fleur de peau, et la manière dont elle va faire de son mieux pour avancer malgré ses peurs. Dans cette reprise en main de son destin, des rencontres et plus particulièrement l’une d’entre elles joueront un rôle certain…

Marie Joudinaud nous propose donc ici des personnages profondément humains et imparfaits, avec leurs aspérités, espoirs et doutes, des personnes affectées par la vie, mais pas brisées. Une galerie de personnages variée pour laquelle on développe empathie et attachement, la plume de l’autrice ayant ce quelque chose de chaleureux et doux qui donne envie de croire en un avenir heureux pour chacun. 

En conclusion, contrairement à ce que la mise en place du roman pourrait laisser craindre, Comme des éclats de toi ne tombe jamais dans le larmoyant ni le tout banal. Il offre plutôt des étincelles de vie, des moments d’humanité, et des personnages qui apprennent aux côtés les uns des autres à surmonter leurs blessures pour se (re)construire. Deuil, résilience, culpabilité, pardon, mais surtout amitié et amour forment le fond d’un roman qui ouvre une belle porte vers l’espoir et la vie, et rappelle la magnifique capacité des hommes à avancer malgré les épreuves. Optimiste, chaleureux et tendre, un bel hommage à une jeune femme partie trop tôt qui laissera néanmoins en chacun des lecteurs et des personnages, des éclats d’elle.

Je remercie les éditions de l’Archipel de m’avoir envoyé ce roman en échange de mon avis.

Publicité

40 réflexions sur “Comme des éclats de toi, Marie Joudinaud

  1. Même si ça a l’air tout beau et plein de belles valeurs, je pense que ce n’est peut-être pas pour moi car il n’y a l’air d’avoir « que ça » et en général j’ai besoin d’autre chose, genre une et une seule histoire d’amour hyper forte qui vient tout polariser. Là ça a plus l’air de belles histoires de vie. C’est moins ma came …
    Mais merci pour cette belle chronique émouvante.

    Aimé par 2 personnes

    • Un tel résumé dans une autre ME, je n’aurai pas tenté étant allergique au dramatique mais je sais que cette collection Instants Suspendus ne tombe jamais dans le larmoyant. Elle est devenue ma référence quand je veux des lectures douces qui font du bien malgré parfois des thématiques difficiles…

      Aimé par 1 personne

  2. ça a l’air très émouvant et la couverture est vraiment jolie, mais je pense pas être le bon public pour ce livre. Je pense connaître quelques personnes à qui il pourrait plaire, ceci dit, donc je note le titre 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Wow, quel avis ! On voit que tu as été passionnée par ce livre.
    Honnêtement, le titre avait déjà retenu mon attention, et elle a été confirmée avec ta chronique 😀 Je note ce titre !

    Aimé par 1 personne

  4. Ton article donne envie d’en savoir plus et de découvrir cette histoire ! On sent que c’est le style de lecture ou tu prends en même temps qu’un bon moment, une bonne leçon de vie avec des personnage très humains. Merci pour cette découverte qui va aller droit dans ma Wishlist

    Aimé par 1 personne

  5. C’est vrai qu’avec un thème pareil on ne s’attend pas à quelque chose de très chaleureux, mais apparemment l’auteure a su faire en sorte pour que ce triste événement, deviennent le point de départ d’une belle force pour ces personnes. Tu sembles avoir été conquise en tout cas.

    Aimé par 1 personne

  6. Pingback: C’est le 1er, je balance tout ! mars 2022 | Light & Smell

  7. Pingback: Top 10 #8 : Les derniers romans inscrits dans mon carnet « Livres à lire » – Plume de Livre, Plume de Lune et Plume de Chat !

  8. Pingback: Marie Joudinaud – Comme des éclats de toi | Sin City

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.