Je refuse d’y penser, Lotta Elstad

Je refuse d'y penser par Elstad

Je remercie Babelio et les éditions Marabout, collection La Belle étoile, pour m’avoir permis de découvrir Je refuse d’y penser de Lotta Elstad.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Après un vol épouvantable qui s’est terminé par un atterrissage d’urgence à Sarajevo, Hedda Møller décide de rentrer à Oslo en bus. Elle voyage à travers une Europe en crise, dort dans des hôtels miteux et vit une aventure d’un soir avec un homme à Berlin qui ensuite ne cesse de lui envoyer des messages en MAJUSCULES. Une fois rentrée à Oslo, elle découvre qu’elle est enceinte. Cela devrait être un problème facile à résoudre, pense Hedda. Mais elle découvre que c’est bien plus compliqué qu’elle ne le pensait. Un style corrosif, une comédie féministe dans laquelle la grossesse non désirée d’une journaliste free lance prend une dimension politique.

AVIS

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en me lançant dans cette lecture et je dois dire que j’ai été séduite par le style très franc et direct de l’autrice. Elle nous plonge d’emblée dans la tête de son héroïne, Hedda Møller, une femme de caractère qui ne se laisse dicter sa conduite par personne et encore moins par les diktats de la société. Un point qui prend toute son importance si l’on considère que sa tentative d’escapade, qui s’est soldée par un atterrissage en urgence et un retour en Norvège avec les moyens du bord, lui a laissé un souvenir. Un de ceux dont Hedda se serait volontiers passée et qui se porte neuf mois.

Une situation financière précaire qui s’est aggravée suite à la perte de son unique contrat en tant que free-lance, une amitié érotique qu’elle aimerait transformer en une vraie relation, un potentiel père, Milo, qui n’est qu’un coup d’un soir rencontré sur Tinder… Avoir un enfant ne fait définitivement pas partie des plans de Hedda d’autant que chose encore plus importante, elle n’a aucune envie de pouponner ! Cela arrivera peut-être un jour ou jamais, peu importe, l’important étant que Hedda ne souhaite pas à cet instant devenir mère. À travers son héroïne, l’autrice aborde donc sans tabou ni jugement, et parfois de manière assez crue, la question de l’avortement.

Un droit qui, hélas, est loin d’être acquis de partout et qui tend à être remis en question ou menacé de durcissement comme va le découvrir à ses dépens notre héroïne. Alors qu’elle pensait que ce serait une formalité, la voilà à devoir se justifier pour faire valoir son simple droit à disposer de son corps et de sa vie comme elle le souhaite ! Une situation d’autant plus révoltante qu’elle traduit la réalité de nombreuses femmes à travers le monde…

Face à cette déconvenue, Hedda choisira la fuite en avant, reléguant la procédure dans un coin de sa tête… Si ce fœtus qu’elle rejette et qui grandit en elle occupe parfois ses pensées et ses cauchemars, notre héroïne va surtout se mettre à penser à tout et à rien, à toutes ces choses de son quotidien, à sa vie professionnelle et amoureuse auprès d’un sex-friend prompt à se lancer dans des discussions intellectuelles, beaucoup moins à s’engager, mais aussi à la société norvégienne, son évolution, la politique, l’Europe en crise… Des sujets divers et variés qui nous permettront de découvrir un peu mieux la Norvège, un pays qui fait face à ses propres défis, mais aussi à des problématiques similaires à celles rencontrées en France, voire dans une bonne partie de l’Europe : réduction des coûts et flexi-précarité, désengagement de l’État, financement des retraites, chômage, désœuvrement…

Le fait de nous balader dans la tête en ébullition de Hedda nous permet également de mieux s’approprier sa vie tout en gardant une certaine distance avec elle. Il faut dire que franche, cynique, capable d’une corrosive autodérision et d’un certain recul sur sa vie et les travers de la société, Hedda ne verse pas dans le sentimentalisme. Elle m’a d’ailleurs un peu fait penser à l’héroïne de la série Daria, une personnalité que l’on appréciera ou pas, mais qui pour ma part me plaît même si c’est vrai que j’aurais peut-être apprécié un peu plus de positivité de sa part.

La seule chose qui m’a gênée est la manière dont elle considère et traite Milo. Suite à l’insistance de ce dernier, elle a accepté de renouer avec lui non pas une relation amoureuse, mais une relation aux contours assez flous… Or rien dans ses propos ne laisse entrevoir qu’elle ne ressent pour lui autre chose qu’un vague agacement devant ses flots de paroles incessants, le jeune homme aimant se perdre dans ses plans abracadabrantesques pour gagner de l’argent, ses rêves et des considérations politiques parfois plus philosophiques.

Milo semble donc être juste au bon endroit au bon moment pour lui permettre de ne plus y penser… jusqu’à ce que la réalité reprenne ses droits et que Hedda doive affronter la situation. Si je n’ai pas forcément approuvé les moyens utilisés ni la manière dont elle a laissé traîner la situation, j’ai aussi compris que c’était pour elle une manière de reprendre le contrôle de sa vie et ne pas laisser d’illustres inconnus jauger et juger une décision qui lui revient de plein droit.

Quant à la plume de l’autrice, elle m’a un peu déstabilisée en début de roman, peut-être en raison de la structure de la langue norvégienne assez différente de la nôtre, mais j’ai très vite été conquise par la proximité qu’elle dégage. Le roman se lit donc très vite d’autant que l’écriture très orale apporte une certaine fluidité et musicalité au récit.

En conclusion, Je refuse d’y penser est un roman entraînant abordant le thème de l’avortement à travers une héroïne assez cynique, mais plutôt réaliste, sur l’état de sa vie et de la société dans laquelle elle évolue. Teinté de réflexions politiques et de ces paradoxes qui forgent une vie, voici le portrait sans concession d’une femme ancrée dans son époque et en phase avec ses convictions. Corrosif et atypique, un roman à ne pas manquer !

Retrouvez le roman sur le site des éditions Marabout.

https://i1.wp.com/delivrer-des-livres.fr/wp-content/uploads/2019/08/logorl2019.png

8 réflexions sur “Je refuse d’y penser, Lotta Elstad

  1. Pingback: Tag : Je lis donc je suis ! #2 | Light & Smell

  2. Pingback: Peindre la pluie en couleurs, Aurélie Tramier | Light & Smell

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.