Annabelle, chronique d’une non-morte, Isabelle Haury

couv19795261

PRÉSENTATION

Je m’appelle Annabelle et j’ai vu mon dernier coucher de soleil en 1813. En plus de perdre tous ceux que j’aimais, j’ai perdu mon humanité. L’immortalité, voilà ce que j’ai trouvé ! Alléchante pour certains, elle cache en réalité un univers dont je n’avais même pas soupçonné l’existence. Soif de sang, secrets et ténèbres, voilà l’existence d’une non-morte.

  • Broché: 267 pages
  • Editeur : Isabelle Haury (31 juillet 2014)
  • Autre format : ebook

AVIS

J’ai décidé de lire ce roman dont je n’avais jamais entendu parler attirée par sa couverture plutôt mystérieuse et sombre. Et puis, j’avais en tête de valider le challenge mystère du mois de septembre sur le thème Zombies et Vampires.

Malheureusement, mon choix ne s’est pas révélé très pertinent puisque cette lecture ne m’a pas convaincue. Rassurez-vous, je n’ai pas détesté le roman, mais j’ai trouvé qu’il manquait de saveur et de mordant. L’histoire n’est pas mauvaise, mais il lui a manqué ce petit quelque chose qui donne envie de tourner les pages et de poursuivre sa lecture.

Le lecteur découvre ainsi Annabelle qui, après la perte accidentelle de sa petite sœur qu’elle aimait beaucoup, va être transformée en une créature de la nuit. Ignorant tout de ce monde, elle va devoir apprendre les règles de sa nouvelle condition. Elle pourra heureusement compter sur le soutien de son créateur qui deviendra, au fil du livre, bien plus que cela. Et du soutien, elle en aura besoin pour s’adapter à un monde où les vampires sont loin d’être unifiés et où il faudra compter sur des sorcières revanchardes.

Si je n’ai pas été emballée par ma lecture, j’ai toutefois apprécié que l’auteure ne tombe pas dans les clichés en nous servant une bleuette à la Twilight. Elle nous épargne ainsi les épanchements amoureux de son héroïne qui, et c’est plaisant à voir, ne va pas tomber éperdument amoureuse de son créateur ou plus prosaïquement, de son assassin. Oui, Annabelle n’a jamais demandé à devoir s’abreuver de sang pour survivre même si finalement, elle ne le prend pas si mal que ça. Il lui faut bien un petit temps d’adaptation pour quitter définitivement son ancien moi et son père qui la pense morte, mais elle se fait assez vite une raison. J’ai également apprécié de voir évoluer la relation entre notre protagoniste et son créateur qui deviennent de plus en plus proches et développent une vraie complicité.

Quant aux autres personnages du roman, aucun n’est attachant, mais ils permettent à l’auteure d’exploiter les thèmes du secret et de la trahison. Vous verrez d’ailleurs que les apparences sont trompeuses et que certains, prêts à aller très très loin pour assouvir leur revanche, cachent bien leur jeu. A cet égard, la fin est particulièrement réussie et plutôt spectaculaire. Il faut dire que quand les belligérants d’une bataille, dont Annabelle n’avait pas su saisir les enjeux et les contours, abattent leurs cartes, ça donne un final sanglant…

Le roman contient donc un certain nombre d’éléments que j’ai appréciés, mais j’ai eu le sentiment qu’il était bien trop court pour que l’autrice arrive à réellement nous plonger dans son histoire. C’est un peu comme si elle voulait nous dire trop de choses en peu de temps et de pages. Mais ce qui m’a vraiment dérangée, c’est de n’avoir rien ressenti pendant une bonne partie du roman : pas d’agacement, ni envie ni répugnance à continuer ma lecture, pas d’attachement aux personnages, pas d’immersion dans le récit, pas de peur, pas de joie… Le grand néant émotionnel ! Et ça, je crois que c’est la première fois que ça m’arrive. Je vais être dure, mais il y a une telle distance entre l’auteure et son récit que lire une notice Ikea m’aurait probablement procuré les mêmes émotions. Et encore, j’aurais au moins été certaine de m’énerver. C’est d’autant plus agaçant que l’autrice avait vraiment de bonnes idées…

Je dois néanmoins reconnaître que sa plume est fluide et que les événements s’enchaînent et s’imbriquent parfaitement. A défaut de se passionner, on ne s’ennuie donc pas.

En conclusion, Annabelle Chronique d’une non-morte contient un certain nombre d’éléments qui pourront plaire : histoire rythmée, présence de créatures sanguinaires et de sorcières, amitié, amour, haine, histoire de famille, trahison, sang, secret… La narration assez impersonnelle ne m’a cependant pas permis de me plonger dans l’histoire ni d’en apprécier l’intrigue. Mais si le résumé vous tente, je ne peux que vous inviter à vous forger votre propre opinion.

cm2017-septembre_orig

 

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

9 réflexions sur “Annabelle, chronique d’une non-morte, Isabelle Haury

  1. Tiens, j’ai lu pas mal d’ouvrages (surtout les zombies) de cette auteure, car elle habite près de chez moi !^^ « Annabelle » est l’un des seuls que je n’ai pas lu, car c’est L_Bookine qui l’a acheté (et aimé, mais je n’ai pas eu autant de détails que dans ta critique). A voir si je le découvre un jour ou non.^^ Il me semble qu’elle envisage d’écrire une suite…

    Aimé par 1 personne

    • Je n’ai pas accroché, mais je pense lire un autre de ses romans. Si tu as aimé ses livres, je devrais en trouver un à mon goût 🙂 Je serais curieuse de lire une chronique de L_Bookine sur le roman. Quant à une éventuelle suite, je la lirai peut-être par curiosité.

      Aimé par 1 personne

    • Le style d’écriture n’est pas mauvais, mais c’est vraiment ce sentiment de lire un livre sur un mode journalistique qui m’a déplu. Mais ça peut plaire à d’autres 🙂
      Savoir bien écrire, c’est déjà une belle qualité ! Pour les idées, as-tu essayé des livres sur la créativité ?

      J'aime

    • N’hésite pas à le lire et à me donner ton avis si le sujet t’intéresse 🙂 Je serais curieuse d’échanger avec d’autres sur ce roman. Pour octobre, je pense avoir d’autres livres dans ma PAL avec des créatures sanguinaires.

      Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Tag Je lis donc je suis ! | Light & Smell

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.