Le moine et le singe-roi, Olivier Barde-Cabuçon

moine

Je remercie Lecteurs.com et Actes Sud pour m’avoir permis de découvrir Le moine et le singe-roi d’Olivier Barde-Cabuçon.

Découvrez sur le site de l’éditeur un extrait gratuit du livre.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Dans les jardins si carrés de Versailles, tout va de travers. Au milieu de l’enchevêtrement d’allées et de statues moralisatrices du labyrinthe qui orne le plus beau jardin du monde, un horrible meurtre est commis. Un précurseur de Jack l’Eventreur sévit-il sous les fenêtres de Louis XV, le Singe-roi ? Stupéfaite, la cour semble attendre la prochaine victime comme un poulet son égorgeur. Parmi les suspects, rien de moins que le premier chirurgien du roi, un peintre de la cour et la tenancière d’une maison d’un genre très particulier où les relations habituelles entre hommes et femmes sont inversées. Gangréné, Versailles semble devenu le royaume de la transgression des interdits. Dans cette nouvelle enquête du commissaire aux morts étranges, jamais encore les rapports de force n’avaient été aussi exacerbés et l’autorité autant remise en question. Faut-il se soumettre, se démettre ou se révolter ? Le chevalier de Volnay sait qu’il n’a pas le droit à l’erreur, tandis que, tout excité, le moine semble considérer les jardins de Versailles comme un nouveau terrain de jeu. La tension est extrême, les deux enquêteurs abordent la plus périlleuse et la plus fascinante de leurs missions alors que, dans les jardins, le danger rôde partout et surgit souvent de là où on l’attend le moins.

  • Broché: 330 pages
  • Editeur : Actes Sud Editions (1 mars 2017)
  • Prix : 22,50€

AVIS

Le moine et le roi-singe est le sixième tome de la série Le commissaire aux morts étranges. Je n’ai pas lu les tomes précédents, mais les subtils rappels de l’auteur sur les liens unissant les deux protagonistes ainsi que sur leurs principaux traits de caractère m’ont suffi pour me plonger directement dans l’histoire.

J’ai ainsi été tout de suite intriguée par ce duo atypique constitué du chevalier de Volnay et de son père, le moine hérétique. Bien que très proches, ils sont somme toute très différents l’un de l’autre, le premier étant d’un grand sérieux quand le second se révèle plus prompt au cabotinage qu’au respect strict des règles d’une société qu’il abhorre. Cette différence de caractère rend les échanges, voire les confrontations père/fils, intéressants et permet une approche complémentaire de l’enquête.

Si les deux enquêteurs sont intéressants, j’avoue cependant avoir préféré le moine qui, derrière sa gaieté et une certaine légèreté, cache une grande érudition et une part d’ombre que l’on découvre au fil de l’enquête. Quelque chose me dit que nous avons encore beaucoup de choses à découvrir de cet hérétique.

Avec ce roman, on a un peu l’impression d’un voyage à Versailles sous le règne de Louis XV. L’auteur nous transcrit ainsi à merveille le faste de la cour qui, sous les dorures et la richesse, n’est que puanteur que ce soit au sens propre ou figuré du terme. On ressent également le poids de l’étiquette qui régit la vie de la noblesse et du roi qui n’en a de fonction que le nom. J’ai, pour ma part, beaucoup aimé le contexte historique de l’enquête et la faculté de l’auteur de complètement nous y immerger.

J’ai été néanmoins assez déroutée par la tournure qu’a pris l’enquête, car le résumé m’avait laissé entrevoir tout autre chose. Mais cela ne m’a pas déplu, bien au contraire. J’ai adoré la manière dont l’auteur a su nous mettre sur une fausse piste nous laissant plus qu’interdit devant la révélation du meurtrier. Il a même réussi l’exploit de nous offrir un coupable aussi banal et idiot qu’original ! Si ça peut vous rassurer, notre duo préféré s’est également laissé berner, chacun des enquêteurs ayant laissé ses propres préjugés fausser son jugement.

La seule chose que je n’ai pas appréciée dans ce roman, ce sont les tergiversations amoureuses de Volnay vis-à-vis de l’Écureuil. Si elles permettent d’humaniser un personnage d’apparence assez froide, elles m’ont surtout agacée…

Enfin, j’ai été conquise par la plume de l’auteur qui nous offre une enquête à l’esthétique parfaite.  Avec Olivier Barde-Cabuçon, vous êtes ainsi transportés dans le roman autant grâce à la qualité de l’intrigue policière qu’à celle de l’écriture.

En conclusion, du duo atypique et haut en couleur, à l’ambiance parfaitement décrite de Versailles et de sa cour en passant par l’enquête pour confondre le meurtrier, tout m’a plu dans ce livre. Si on ajoute à cela la sublime plume d’Olivier Barde-Cabuçon, vous comprendrez aisément que je ne peux que vous conseiller vivement de découvrir Le moine et le singe-roi. Pour ma part, c’est avec un plaisir certain que je rattraperai mon retard en parcourant avec avidité les tomes précédents de la série.

Publicités

8 réflexions sur “Le moine et le singe-roi, Olivier Barde-Cabuçon

  1. Je ne connaissais pas la série, mais ce que tu en dis me tente bien. Par contre, mes névroses et moi, on préfère toujours commencer par les tomes 1. Même pour les séries policières où le fil rouge est souvent assez léger.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s