Les machines fantômes, Olivier Paquet

Je remercie Lecteurs.com et les éditions L’Atalante pour m’avoir permis de découvrir Les machines fantômes d’Olivier Paquet dans le cadre des Explorateurs de l’imaginaire.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Dans un monde où la société est devenue artificielle, les intelligences artificielles pourraient-elles faire société ?

Quatre personnages – un trader, une chanteuse pop, un ancien tireur d’élite, une joueuse de jeu vidéo multijoueurs : chacun croit jouer pleinement sa carte sur l’échiquier de la société sans percevoir qu’il est piégé dans des fictions confortables dont il n’est pas le seul acteur.
Plus un. Hans / Joachim dont ils croisent tous la route. Ce mystérieux jeune homme, tantôt séduisant, tantôt menaçant, est décidé à confier le destin de nos sociétés à des machines. Ce qui va contraindre nos personnages à coopérer, à se rencontrer pour empêcher l’irréversible.
Et des IA…

Surveillance globale et respect de la vie privée sont au cœur de ce roman qui se joue aussi de nous, car l’auteur est lui-même illusionniste hors pair.

L’ Atalante Éditions (22 août 2019) – 464 pages – Broché (23,90€) – Ebook (9,99€)
Couverture : Aurélien Police

AVIS

Dès le début de ma lecture, j’ai été agréablement surprise par le style d’Olivier Paquet très accessible et loin de l’image que je peux me faire des livres de science-fiction. Il faut dire qu’ici l’univers, bien que futuriste, est très proche du nôtre, les technologies présentes étant des améliorations de l’existant plutôt que des innovations de rupture. Facile donc pour les lecteurs de s’approprier cette France dans laquelle les intelligences artificielles (IA) ont toute leur place et semblent autant vecteur de progrès que de menace, a fortiori quand un homme est déterminé à bouleverser l’équilibre établi entre monde réel et monde virtuel.

Y arrivera-t-il ? Pour le savoir, il vous faudra lire le roman, mais je peux néanmoins vous assurer que l’auteur a réussi à construire une histoire pleine de tension et de suspense dans laquelle un homme, un peu fou à moins qu’il ne soit visionnaire, désirant laisser le sort de l’humanité au bon vouloir de machines sans corps, va se heurter à des personnes bien décidées à contrecarrer ses projets. Grâce à une narration alternée plutôt bien amenée, nous découvrons ainsi progressivement les acteurs de ce techno-thriller mené tambour battant. Mais la véritable force de l’auteur est d’avoir réussi à faire d’individus très différents, et plutôt solitaires, une équipe unie autour d’un ennemi commun.

Adrien, trader chez Optired qui carbure à l’adrénaline, a une botte secrète, une application qui lui permet de contacter des IA. Il s’est ainsi allié à une petite armée qu’il mobilise en fonction de ses besoins. Homme prudent, il va néanmoins commettre une erreur en se confiant à la mauvaise personne, et découvrir que même les meilleurs conteurs d’histoires comme lui ne sont pas à l’abri des fictions des autres !

La route d’Adrien croisera celle de Stella McCall alias Aurore, une chanteuse au succès mondial en perte de vitesse, qu’il va, avec ses alliés invisibles, épauler dans sa bataille contre un homme bien décidé à utiliser son image d’icône pour créer le futur dont il rêve. Un homme qui fera également une entrée fracassante dans la vie de Kader, un ancien membre des forces spéciales qui prend soin, dans le civil, d’un grand-père fort peu reconnaissant… On comprend alors que l’ancien militaire rêve de retrouver sa place au sein de l’armée et sur le terrain, là où sa couleur de peau et ses origines n’ont que peu d’importance. Quant à Lou, ingénieure dans la vraie vie et gameuse de haut vol durant son temps libre, elle se révèle trop intelligente pour son propre bien et a le malheur d’attirer l’attention sur elle. C’est que ses coups d’éclat qui enchantent sa ligue ne sont pas le fruit du hasard, mais le résultat de sa petite incursion du côté des serveurs de Runecraft…

La guerre des nerfs entre notre antagoniste et les autres personnages prend une dimension d’autant plus intéressante qu’elle se répercute dans le monde virtuel. Les IA s’organisent par elles-mêmes, se divisent, adoptent la position de telle ou telle partie et mettent tout en œuvre pour protéger leur poulain. Le rapport de force et de pouvoir entre humains et IA semble ici sur le fil du rasoir, et l’on sent que dans un futur, plus ou moins proche, il suffirait d’une étincelle pour qu’il s’inverse. L’auteur laisse ainsi entrevoir la possibilité/le risque d’un monde où les IA ne seraient plus au service des hommes, mais deviendraient des entités toutes-puissantes qui les contrôleraient. En témoignent d’ailleurs, ces quelques chapitres dans lesquels des IA simulent, modélisent et pondèrent afin de créer leurs propres fictions.

Toutefois, si la menace virtuelle est réelle, c’est bien notre antagoniste qui en est le fer de lance si ce n’est l’investigateur. Intelligent avec toujours un coup d’avance, déterminé, extrêmement bien entraîné, il dégage une noirceur et une complexité qui ne pourront que tenir en haleine les lecteurs impatients de découvrir jusqu’où ses nombreuses manigances vont le mener. Manipulations et jeux de pouvoir sont donc au rendez-vous, le jeune homme ne laissant rien au hasard… Mais quand l’on voit les maux de cette société futuriste si proche de la nôtre, on ne peut que se demander si son projet est si absurde que cela : perte de sens, racisme, intolérance poussant des parents à renier leur propre enfant, méfiance mutuelle, terrorisme, économie libérale et destructrice, abrutissement des masses… Les IA, sans corps ni âme, guidées non pas par l’appât du gain, mais par l’optimisation de la société, feraient-elles vraiment pire que les hommes ?

Chacun se fera sa propre opinion, mais ce qui est certain, c’est que l’auteur a réussi à rendre un personnage détestable plus complexe qu’il n’y paraît, notamment en nous faisant découvrir son éducation dans la dernière partie du roman. Sans excuser son comportement ni ses agissements, cela nous permet de mieux comprendre comment il en est venu à perdre foi en l’être humain et en l’humanité…

En conclusion, grâce à une narration alternée plutôt bien amenée, l’auteur nous propose un roman immersif et palpitant mettant en parallèle une humanité déshumanisée et une vie virtuelle en pleine restructuration. Cette question de la relation entre les hommes et les IA, entre coopération et affrontement, rend la lecture particulièrement intéressante d’autant que l’auteur a veillé à proposer une histoire riche et complexe, mais très simple d’accès. Voici donc un roman futuriste, mais réaliste, intelligent et riche en actions que je ne peux que vous conseiller !

Retrouvez le roman chez votre libraire ou sur le site Place des libraires.

 

Vorrh, B. Catling

Je remercie Lecteurs.com et les éditions Fleuve de m’avoir permis de découvrir Vorrh de B. Catling, un roman lu dans le cadre des Explorateurs de l’imaginaire.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

La Vorrh est une forêt merveilleuse et effrayante. Tous ceux qui y pénètrent y trouvent soit la mort, soit l’oubli. Néanmoins, elle exerce une fascination quasi magnétique et un attrait irrésistible. On dit que le jardin d’Éden est dissimulé en son cœur. Personne ne l’a jamais explorée en entier, elle serait sans fin.
Pourtant, un homme a entrepris le périple. Un ancien soldat qui a tout abandonné pour suivre sa bien-aimée, Este. À sa mort, il a, suivant d’antiques rituels, emprisonné son esprit dans un arc et, écoutant ses murmures, s’est lancé sur la route…

Fleuve éditions (26 septembre 2019) – 484 pages – Broché (24,90€) – Ebook (17,99€)
Traduction : Nathalie Mege 

AVIS

La lecture du résumé laissait entrevoir un récit mystérieux, mais je ne m’attendais pas forcément à ce qu’il soit aussi dur et cruel, et qu’il provoque en moi un tel malaise. La scène d’ouverture gore à souhait aurait dû me mettre sur la piste tout comme ce passage où une sorte de cyclope connaît ses premières relations charnelles avec une machine conçue pour l’élever et lui permettre d’assouvir ses désirs sexuels. L’ambiance était donc un peu trop surréaliste, morbide et malsaine pour moi bien que certains éléments m’aient plu : le mélange entre des personnes ayant réellement existé et des êtres de fiction, l’atmosphère assez mystérieuse du livre, certains thèmes soulevés et le fait que les personnages, à défaut d’être attachants, se révèlent complexes, variés, intrigants et auréolés, pour la plupart, d’une certaine noirceur.

À cet égard, le personnage de Tsungali m’a semblé particulièrement intéressant. Villageois devenu policier et érigé en modèle de soumission par l’occupant anglais, il finira, après un séjour en Angleterre qui le bouleversera, par se révolter et participer à un massacre… Il sera néanmoins embauché des années plus tard pour traquer un individu, un Blanc, pour lequel il ne ressent aucune haine ni désir de vengeance, des sentiments qui ne pourraient que de toute manière nuire à sa mission. À travers ce personnage, l’auteur évoque, entre autres, la colonisation avec ces nouveaux venus qui imposent leurs croyances, leurs manières de faire et de penser, leurs richesses, et ces objets qui sont tout autant de moyens d’éblouir et d’asservir jusqu’à ce qu’une petite flamme fasse tout vaciller…

Et puis personnage à part entière si ce n’est LE personnage du roman, se dresse la Vorrh, mystérieuse, impétueuse et luxuriante forêt, baignée de mythes et de légendes, qui semble aussi intrigante que menaçante. Il est ainsi dit qu’à trop la côtoyer, on risque de perdre une partie de soi et voir son âme aspirée et effacée… Une mise en garde qui n’empêchera pas certains d’être inexorablement attirés par cette forêt, ses richesses et ses mystères, malgré les dangers qu’elle abrite en son sein, et que l’on découvre au fur et à mesure de l’intrigue.

Le roman se classe dans la catégorie des grands romans, de ceux dont l’ambition n’est pas d’offrir un divertissement consensuel et passe-partout, mais une œuvre à part entière dont la complexité et la richesse se dévoilent dans toute leur splendeur au fil des pages. Au cinéma, on serait ainsi plus dans un film d’art et d’essai que dans un blockbuster à l’américaine, ce qui se traduit ici par une lecture exigeante qui nécessite une attention de tous les instants rendant la lecture ardue et fastidieuse. Il m’a ainsi fallu prendre des notes pour arriver à suivre un minimum le déroulement de l’histoire, l’auteur sautant d’une époque, d’un personnage ou d’un événement à l’autre sans que le lien entre tous ces éléments soit, à première vue, évident. Néanmoins, les éléments finiront par s’imbriquer et s’amalgamer dans un ruisseau de sang, de peine et d’oubli.

Un fil conducteur difficile donc à appréhender ce qui m’a quelque peu déstabilisée ne sachant pas où voulait en venir l’auteur. Quant aux allusions religieuses et questions philosophiques étayant le texte, elles ont fini par me lasser et me faire ressentir un certain ennui. Bien que j’apprécie les histoires complexes qui requièrent de la concentration, je crains donc de ne pas avoir accroché à ce roman que j’ai trouvé parfois assez fouillis. J’ai, en outre, eu l’impression frustrante d’être passée à côté d’une partie du sous-texte comme si j’étais restée aux portes de la Vorrh sans ne jamais arriver à vraiment en pénétrer les profondeurs. Il faut dire que complexe et imagée, l’écriture de l’auteur a quelque chose d’insaisissable et de trop obscur pour moi me donnant parfois le sentiment de comprendre les mots sans arriver à dépasser leur symbolisme pour les faire prendre corps dans mon esprit.

En bref, Vorrh est un roman ambitieux, atypique, érudit et unique qui devrait plaire aux lecteurs cherchant une histoire complexe nécessitant une lecture attentive et « intellectuelle ». Pour ma part, malgré ses qualités et des passages qui ont éveillé mon intérêt, je crains d’être passée à côté et de ne pas avoir su saisir là où voulait en venir l’auteur. Pas pour moi, tout simplement…

Retrouvez le roman chez votre libraire ou sur le site Place des libraires.

Fleuve éditions

L’inversion des pôles, Guillaume Nail

Couverture L'inversion des pôles

Je remercie Lecteurs.com et les éditions Slalom pour m’avoir permis de découvrir L’inversion des pôles de Guillaume Nail. Merci également à l’auteur pour sa dédicace.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Il sont trois à se battre pour leur survie dans un monde post-apocalyptique ! Qui sera le dernier?
2021. De fréquents signes avant-coureurs annoncent une inversion prochaine des pôles magnétiques. Un phénomène qui pourrait avoir des conséquences dévastatrices. Et déclencher le chaos. Un consortium de pays riches décide d’étudier ce que deviendrait la population si elle était livrée à elle-même, privée de repères dans un état sauvage post-apocalyptique. 100 personnes sont ainsi régulièrement lâchées sur une île coupée du monde, et affectée par une simulation de tempête magnétique. L’absence d’enjeu fausse toutefois les résultats. Et le consortium décide de passer à la vitesse supérieure, en faisant croire aux participants qu’on ne joue plus. Et qu’ils se battent cette fois pour leur survie… Seule échappatoire, dans cette jungle sans pitié : ne faire confiance à personne. Et tout faire pour rester le dernier.

Slalom (14 mars 2019) – 336 pages – Broché (11,90€) – Ebook (8,99€)

AVIS

Quand notre époque craint le changement climatique, en 2021, on redoute le changement magnétique et les réactions que ce dernier pourrait engendrer dans la population. Raison pour laquelle un mystérieux et tout-puissant consortium décide de réaliser une simulation en lâchant 100 individus sur une île isolée après avoir pris soin d’y simuler une tempête magnétique. Et parce qu’il faut bien pimenter le jeu pour le rendre réaliste et haletant, tous les coups sont permis !

Si l’on rencontre différents personnages en cours de route, l’auteur se focalise principalement sur Mickey, Perkins et Selva dont il alterne les points de vue créant ainsi une certaine connivence avec les lecteurs. Ces trois protagonistes, mis en relation pour leur complémentarité, sont supposés former une équipe soudée et efficiente prête à affronter tous les dangers. Mickey, obsédé de l’ordre et de la méthode, n’inspire pas forcément beaucoup de sympathie, mais son intérêt réside ailleurs comme vous le découvrirez par vous-mêmes. Perkins est incontestablement l’atout intelligence et humain de la bande, son cerveau et son empathie le rendant quelque peu indispensable. Quant à Selva, difficile à cerner en début de roman, c’est peut-être le personnage qui m’a le plus touchée. Aussi forte physiquement que fragile psychologiquement, elle devrait vous réserver quelques surprises.

Mais l’auteur doit être un peu taquin sur les bords parce que dès les premières pages, l’équipe tout juste formée doit faire face à un événement inattendu qui va contraindre chaque membre à faire, en son âme et conscience, un choix difficile… On leur avait promis un stage de survie, on ne leur a pas menti ! Séparés très tôt dans l’aventure, nos trois protagonistes vont néanmoins réussir à rebondir. Ils feront ainsi, chacun de leur côté, diverses rencontres, bien souvent brutales, parfois plus sympathiques, mèneront leurs propres batailles, exploreront l’île et veilleront à récolter assez de ressources pour avancer dans le jeu et s’imposer face aux autres participants prêts à tout pour survivre. Tué ou être tué ! Une réalité qui s’imposera à tous avec une certaine brutalité.

Au fur et à mesure que les protagonistes avancent dans le jeu, les carapaces se fendillent jusqu’à mettre à nu les personnages et les pousser dans leurs retranchements. Difficile alors de ne pas ressentir une certaine empathie quand on les voit lutter avec acharnement pour survivre dans un environnement instable et hostile dont il est de plus en plus difficile de comprendre les règles du jeu. J‘ai, pour ma part, apprécié de suivre la progression des personnages et la manière dont ils passent par différents états émotionnels à mesure que le danger et l’action s’intensifient. Quand certains seront au bord du précipice, d’autres se révéleront dans les épreuves…

Fortement ancré dans l’univers des jeux vidéo à la Battle Royale, le récit ne souffre d’aucun temps mort, les scènes d’action, de tirs, de coopération et d’exploration s’enchaînant les unes après les autres. À cela, s’ajoute une plume immersive et plutôt dynamique qui donne le sentiment d’assister de près à tout ce qui se passe sur l’île. Le roman devrait donc plaire aux amateurs de jeux vidéo qui y retrouveront d’ailleurs des termes familiers. Pour ma part, parlant anglais, j’ai pu comprendre même ceux que je ne connaissais pas, mais un petit glossaire rendrait probablement la lecture plus accessible aux personnes peu à l’aise avec les jeux vidéo et/ou l’anglais. Car pas besoin d’être un as de la manette pour apprécier ce roman qui ne manque pas d’atouts et d’un certain charme !

Le terme charme est peut-être étrange si l’on considère qu’à chaque minute, une balle ou une grenade peut vous réduire en charpie, mais j’ai trouvé que l’auteur arrivait, malgré le contexte de survie, à apporter des éléments assez loufoques pour vous arracher des sourires et rendre l’aventure unique et sans prise de tête. Cela passe par certains comportements complètement décalés, des accessoires originaux et plutôt voyants, des costumes allant d’étranges à complètement barrés en passant par kitsch ! Question camouflage, il faudra donc repasser. Mais quelque chose me dit que les amateurs de Fortnite devraient être en terrain connu…

En conclusion, grâce à une touche d’humour, des protagonistes différents et complémentaires, de l’action à foison, une île éloignée de tout qui semble réserver bien des mystères et des dangers, l’auteur nous offre un très bon moment de divertissement qui fait la parfaite jonction entre livres et jeux vidéo.

Lire un extrait du roman sur Lisez !

VilleVermine – Tome 1/2 : L’homme aux babioles, Julien Lambert

Couverture VilleVermine, tome 1 : L'homme aux babioles

J’ai eu la chance de lire le tome 1 de VilleVermine dans le cadre des explorateurs de la BD. Merci à Lecteurs.com et aux Éditions Sarbacane pour leur confiance.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

VilleVermine, ville poisseuse, crasseuse… Ville de petites magouilles, de petits bizness, dans laquelle truands et paumés répètent indéfiniment la même scène. Jacques Peuplier, grand privé balèze et mutique, mène une enquête chaotique sur la disparition de la fille de la reine des bas-fonds, avec pour seuls compagnons les objets, dont il est le seul à pouvoir entendre la voix… et avec lesquels il converse.

SARBACANE (3 octobre 2018) – 88 pages – 88 pages – série en 2 tomes

AVIS

Le travail de colorisation avec des couleurs brutes de décoffrage, tirant parfois vers le grisâtre, restitue à merveille l’ambiance sombre et glauque de cette BD qui prend à la gorge et captive dès la première planche. Mais rien d’étonnant quand l’action se déroule dans une ville dont on a depuis longtemps oublié le nom et que l’on a surnommée, à juste titre, VilleVermine. Repaire de marginaux avec ses ruelles malfamées et jonchées de détritus, cette ville est le terrain de jeu de malfrats, mais aussi d’un étrange homme volant qui ressemble à une mouche !

Dès le début de l’histoire, l’auteur introduit un certain suspense avec ce personnage inquiétant dont on n’a pas forcément envie de croiser la route. Mais c’est la découverte du protagoniste, Jacques Peuplier, qui attise véritablement la curiosité. Plutôt balèze et avec une tête du mec à qui il vaut mieux ne pas la raconter, cet homme a une particularité pas banale, même à VilleVermine, il peut parler aux objets. Vous me direz après quelques verres, tout le monde peut parler aux objets, mais contrairement à Jacques, vous aurez quand même peu de chance d’entamer de véritables conversations avec ceux-ci…

Cette faculté est une aubaine pour ce solitaire taciturne qui s’est spécialisé dans la recherche d’objets disparus moyennant rémunération. Ce détective d’un genre nouveau va néanmoins se trouver dans une situation quelque peu délicate qui le contraindra à partir à la recherche, non pas d’un objet, ça il maîtrise, mais d’une jeune femme kidnappée. Le début des ennuis ?

Il pourra heureusement compter sur son flair, mais surtout sur ses « amis » dépourvus de chair et de sang, mais pas d’un certain sens de la répartie et d’une langue bien pendue. Je dois d’ailleurs dire qu’une grande partie du charme de cet ouvrage réside, du moins pour moi, dans l’exploitation de la faculté extraordinaire de notre enquêteur improvisé. Assez fidèle à l’image de ces antihéros malmenés et ballottés par la vie, sa relation particulière aux objets lui permet de passer de personnage stéréotypé à homme fascinant dont on prend plaisir à suivre les mésaventures. Et à ce niveau, il est plutôt gâté, l’auteur lui ayant réservé quelques rencontres plus ou moins agréables…

En parallèle de Jacques, nous suivons d’autres protagonistes dont un jeune garçon qui ne fait pas forcément une très bonne première impression, mais qui possède néanmoins un point commun avec notre antihéros : la faculté à se fourrer dans les ennuis. Et puis, il traîne toujours avec son chat Mauvais-Poil et quand on a un chat, on ne peut pas être foncièrement mauvais, non ? On se pose pas mal de questions sur ce jeune homme, mais il faudra attendre un peu avant de comprendre quel est le dénominateur commun entre lui et Jacques…

L’auteur nous propose ici une enquête assez classique dans son déroulement, mais plutôt originale dans ses enjeux et surtout les protagonistes qui y prennent part. On ne s’attache pas vraiment à ces derniers, l’univers assez glauque dans lequel ils évoluent ne les ayant pas rendus particulièrement avenants, mais on se sent néanmoins concerné par ce qui leur arrive. Au fil des pages et des dangers, l’angoisse grandit et la tension se fait de plus en plus palpable. Le suspense savamment dosé nous pousse, quant à lui, à vouloir trouver des réponses à nos questions notamment sur les projets de ce savant fou qui hante VilleVermine. Je préfère vous laisser le plaisir de découvrir ce personnage par vous-même, mais je peux vous dire qu’il fait froid dans le dos bien que ce soit finalement son étrange frère qui m’ait le plus effrayée…

L’univers de cette BD est sombre et plutôt glauque ce qui se retrouve dans son esthétique : les traits sont grossiers, mais les décors détaillés, les couleurs sont froides avec un aspect parfois délavé, les corps semblent parfois disproportionnés créant un certain sentiment de malaise… L’ambiance graphique ne correspond pas vraiment à ce que j’aime en général, mais je reconnais qu’elle colle parfaitement au récit en soulignant toute la noirceur et l’aura de désespoir qui plane sur la ville.

https://i1.wp.com/editions-sarbacane.com/wp-content/uploads/2018/09/VilleVermine-T1_p54-55.jpg

Quant à la fin, elle apporte un petit retournement de situation qui laisse craindre le pire pour notre détective, mais qui surtout nous pousse à nous interroger sur la manière dont l’auteur va poursuivre son intrigue… J’ai, dans tous les cas, trouvé le pari audacieux puisqu’il n’hésite pas à redistribuer les cartes en cours de jeu.

En conclusion, ce premier tome pose avec efficacité les jalons d’une enquête dont le rythme, le suspense et la tension devraient séduire les amateurs de polars. On retrouve ainsi les ficelles qui rendent ce genre si addictif même si l’auteur veille également à apporter sa propre touche que ce soit à travers ses personnages, les enjeux du récit ou son trait de crayon et son travail de colorisation qui collent à la perfection à l’univers froid, glauque et sombre de VilleVermine. Une BD que je vous recommande donc et dont je lirai le deuxième et dernier tome avec plaisir.

L’accusé du Ross-Shire de Graeme Macrae Burnet (Sonatine éditions)

Je remercie Sonatine éditions et Lecteurs.com qui, dans le cadre des explorateurs du Polar, m’ont permis de découvrir L’accusé du Ross-Shire de Graeme Macrae Burnet.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Un piège littéraire dans les Highlands du XIXe siècle

Finaliste du Booker Prize 2016, un formidable puzzle romanesque aussi divertissant qu’intelligent.

Alors qu’il fait des recherches généalogiques sur ses ancêtres écossais, Graeme Macrae Burnet découvre des archives relatives à une étrange affaire. En 1869, Roderick Macrae, dix-sept ans, a été arrêté après un triple assassinat dans un village isolé des Highlands. Dans un document écrit, le jeune homme relate sa vie et ses meurtres, sans jamais donner le moindre détail sur ses mobiles. Hormis ce récit, aucune preuve tangible de sa culpabilité n’a été trouvée. Était-il tout simplement fou ?
Graeme Macrae Burnet nous livre toutes les pièces du procès : témoignages, articles de journaux, rapports des médecins. Peu à peu, le doute s’installe. Le récit de ces crimes est-il bien l’œuvre de ce jeune garçon, a priori illettré ? S’agit-il d’un faux ? Si c’est le cas, que s’est-il réellement passé ? La solution semble se trouver dans la vie de cette petite communauté repliée sur elle-même, où chacun doit rester à sa place, sous peine de connaître les pires ennuis.

  • Broché: 432 pages
  • Éditeur  : Sonatine (12 octobre 2017)
  • Prix : 21€
  • Autre format : ebook

AVIS

Sonatine éditions vous propose ici un ouvrage difficilement classable qui flirte avec plusieurs genres : roman historique, roman noir, biographie, thriller… À la fois tout et rien de ça, ce roman fut une expérience de lecture aussi originale qu’intrigante voire dérangeante.

Originale, car l’auteur nous apprend que c’est en faisant des recherches généalogiques qu’il a découvert l’histoire de l’un de ses ancêtres, un certain Roderick Macrae, âgé de dix-sept ans, et arrêté en 1869 pour un triple meurtre plutôt sanglant. L’auteur nous propose alors de découvrir l’histoire de ce meurtrier telle qu’il l’a lui-même narrée dans un mémoire rédigé sur les conseils de son dévoué avocat, M. Sinclair. Sont également portés à notre connaissance différents documents : des témoignages, des articles de journaux, le compte-rendu du procès et des rapports de médecins. Une richesse documentaire qui nous pousse à nous plonger avec avidité et curiosité dans ce fait-divers historique peu banal.

Comment expliquer, si ce n’est par un accès de folie ou un acte motivé par une haine trop longtemps refoulée, qu’un jeune homme de dix-sept ans assez calme et gentil se transforme soudainement en un monstre capable de massacrer trois personnes ? Cette question ne pourra que vous tenir en haleine d’autant qu’au fil de la lecture, se dessine un véritable décalage entre le Roderick meurtrier et le Roderick qui prend vie sous nos yeux. À travers le récit de sa vie qu’il nous narre sous forme écrite depuis sa prison, le jeune homme nous apparaît plus pauvre bougre né au mauvais endroit dans la mauvaise famille que tueur sanguinaire. Et c’est pour cette raison que l’on cherche ardemment, derrière son récit, les signes d’une éventuelle folie ou, du moins, d’une certaine forme de méchanceté. Or, que nenni !

Ce que nous découvrons, c’est un garçon de dix-sept ans et ses conditions de vie peu reluisantes dans un village écossais isolé du XIXe siècle : maisons d’habitation que les gens partagent avec le bétail, précarité qui semble la norme, pouvoir politique écrasant, et surtout injuste… Si l’on ajoute à cela une famille endeuillée par la mort de la matriarche, il est certain que Roderick ne partait pas dans la vie avec les bonnes cartes en main. D’ailleurs, l’auteur nous offre une réflexion pertinente et intéressante sur la notion de déterminisme social et la possibilité pour quelqu’un de sortir de son milieu d’origine. Si certains habitants de ces Highlands aspirent à une nouvelle vie loin de l’Écosse, Roderick, quant à lui, n’a pas vraiment ces rêves de grandeur et de voyages. Écrasé par le poids des responsabilités familiales, il doit ainsi travailler dans la ferme familiale aux côtés de son père afin de subvenir aux besoins de sa famille. Et ceci même si de par ses capacités intellectuelles, il aurait pu aspirer à une autre vie et à cette liberté de choix dont il est totalement privé. C’est un peu comme si sa route avait été tracée pour lui avant sa naissance et qu’il n’avait pas le droit d’en dévier ni même de songer à le faire…

Mais le jeune homme semble assez bien vivre les choses. Résigné, il ne montre pas vraiment de velléités de rébellion contre l’ordre établi jusqu’à ce que les abus de pouvoir d’un odieux voisin, qui s’acharne sur sa famille, ne deviennent trop insupportables…Un peu comme une cocotte-minute sous pression, il va donc finir par exploser devant les nombreuses injustices qui frappent les siens, mais face auxquelles personne ne réagit. À commencer par ce père qui semble complètement absent de sa propre vie et de son foyer, si ce n’est pour donner des coups. Mais même si la vie de Roderick est difficile et sa famille injustement traitée, cela n’explique pas la violence avec laquelle il va soudainement se transformer en un monstrueux tueur. N’y a-t-il pas de la folie derrière son geste ? C’est, dans tous les cas, ce que va essayer de plaider son avocat lors du procès du jeune homme.

Que l’on adhère ou non à son opinion qu’il va défendre vaillamment, on ne peut que louer le sérieux et l’humanisme de ce professionnel qui va tout faire pour sauver son client de la potence. Une mission fort difficile si l’on considère que ce dernier reconnaît volontiers ses crimes et n’exprime aucun regret… Après avoir assisté à autant de mépris envers les habitants de la campagne qualifiés d’êtres inférieurs, j’ai apprécié de découvrir un personnage où ne pointe pas la condescendance derrière chacune de ses paroles. Il faut évidemment se remettre dans le contexte historique du roman, mais c’est assez dur de ne pas réagir avec véhémence devant les préjugés des « hommes instruits » envers ces « campagnards demeurés et faibles d’esprit ». M. Sinclair est donc le personnage que j’ai certainement le plus apprécié et qui, d’une certaine manière, redonne quelque peu foi en l’âme humaine.

L’auteur a fait le choix judicieux de porter à notre connaissance le déroulement du procès de Roderick, un procès qui se révélera intéressant à bien des égards. Il sera d’abord l’occasion de découvrir la psychologie criminelle telle qu’elle était conçue au XIXe siècle, et que l’homme moderne ne pourra que juger choquante, car principalement basée sur des a priori et stéréotypes… Ce procès sera également captivant par son aspect quelque peu théâtral : population fascinée par l’affaire et qui le fait savoir, des journalistes qui commentent le procès avec, pour certains d’entre eux, ironie, des informations que l’on découvre et que Roderick avait passées sous silence dans son mémoire nous poussant ainsi à nous poser des questions sur la véracité de son récit et/ou sur sa santé mentale… Les interrogatoires des différents intervenants, voisins/amis ou professionnels, présentent, en outre, un certain avantage : dynamiser un récit qui, en première partie, a pu se révéler parfois un peu contemplatif. On a donc l’impression que les choses s’accélèrent et que, petit à petit, l’étau se resserre autour de notre protagoniste.

J’avais l’habitude d’associer thriller et suspense haletant. Or, ici, le suspense n’est pas haletant, mais diffus dans la mesure où il se cache derrière toutes les questions que l’on se pose sur ce jeune meurtrier, sur la véracité de son récit, sur sa prétendue folie… D’ailleurs plus que de suspense, je parlerais d’une tension croissante qui vous fait guetter le point de non-retour qui va pousser un garçon intelligent et plutôt gentil à commettre l’irréparable. Et sur ce point, vous n’aurez pas de certitudes, juste éventuellement, au même titre que les membres du jury, votre intime conviction.

Enfin, bien que nous ne soyons pas dans un roman historique et que l’auteur reconnaît avoir pris quelques libertés avec l’Histoire, on ne peut que saluer son travail de recherche qui nous permet de nous immerger complètement dans cette campagne écossaise du XIXe siècle. Mais au-delà d’un contexte historique passionnant et bien restitué, le gros point fort de ce roman est, pour moi, le pari audacieux pris par l’auteur, et qui confère toute son originalité à son travail. Je ne peux pas vous en dire plus sur ce point si ce n’est que son idée est diaboliquement efficace et bien ficelée. Je ne m’y suis pas laissée prendre, mais j’ai adoré la gymnastique intellectuelle dans laquelle s’est lancé l’auteur. Et rien que pour ça, je lui tire mon chapeau !

En conclusion, L’accusé du Ross-Shire est le genre d’ovni littéraire que l’on aimerait voir plus souvent. Il nous offre un voyage prenant dans les affres de la condition humaine et nous pousse à nous interroger sur ce jeune homme devenu meurtrier par la force des choses à moins que ce ne soit par la force de sa nature. Ce sera à chacun de se forger sa propre opinion sur cette affaire hors norme qui nous plonge avec précision et intelligence dans un petit village des Highlands du XIXe siècle. Alors si vous êtes curieux de découvrir une histoire inclassable et originale, bien documentée d’un point de vue historique et savamment orchestrée, ce roman est fait pour vous.

Une fois que vous aurez terminé le roman et seulement à ce moment-là, je vous invite à regarder cette vidéo où l’auteur répond de manière très succincte à quelques questions.

Et vous, envie de découvrir L’accusé du Ross-Shire ? Retrouvez le roman sur le site Lisez.com.

Re : Load – Tome 1, Takumaru SASAKI

MANGA RE:LOAD

Je remercie Lecteurs.com et les éditions Bamboo, à travers leur collection Doki Doki, pour m’avoir permis de découvrir le premier tome de la trilogie Re : Load de Takumaru Sasaki dans le cadre de l’opération Explorateur du polar.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Un polar sans concession.

Ancien flic à la dérive, Shôkichi Inui a coupé les ponts avec l’humanité et perdu tout appétit de vivre. Une nuit, des coups de feu déchirent le silence de la nuit et réveillent ses vieux instincts… Sa rencontre avec Makoto donne un nouveau sens à sa vie : menacée par la pègre, cette petite fille a hérité des lourds secrets de son beau-père véreux. Personne n’échappe à son destin sanglant, surtout pas Inui, alias “ le chien enragé ”. Parviendra-t-il à se canaliser pour protéger cette fille, seule lueur d’espoir dans son monde violent et corrompu ?

  • Tankobon broché: 200 pages
  • Editeur : Bamboo (7 février 2018)
  • Collection : DOKI-DOKI

AVIS

Quand je pense thriller, je pense roman, mais avec ce premier tome, Takumaru Sasaki m’a prouvé que le genre pouvait être dignement représenté par un manga.

Nous découvrons ici un ancien inspecteur de police, Shôkichi Inui, qui vit en retrait de la société et une jeune fille, Makoto, qui s’est vue confier par son beau-père des clés USB avant qu’il l’enjoigne à fuir au plus vite l’appartement familial. Les clés contenant d’importantes informations pour le clan Gomon, sa vie se trouve alors menacée. Et ce n’est que grâce à l’intervention d’Inui que la jeune fille est encore en vie. Mais la question qui s’impose très vite est : pour combien de temps ?

Une course contre la mort s’engage alors entre l’ancien policier/Makoto et les membres du clan bien décidés à les éliminer tous les deux. La traque de nos deux personnages apporte une certaine tension à l’histoire puisqu’on a la sensation que quoi qu’ils fassent, le pouvoir des yakuzas est tel que l’issue ne peut être que fatale. Ceci est d’autant plus vrai que l’on découvre avec effarement que la pègre a corrompu des membres de la police…

En parallèle à cette tension qui nous tient en haleine, l’auteur a veillé à introduire un certain suspense notamment à travers le passé d’Inui que l’on découvre grâce à quelques flash-back. Un procédé efficace pour dévoiler au compte-gouttes des informations sur cet homme qui semble cacher de profondes meurtrissures. À cela s’ajoute une révélation sur Makoto qui ne peut que nous pousser à vouloir en apprendre plus sur la jeune fille que l’on connaît finalement assez peu…

Si j’ai aimé suivre ce duo atypique, je dois avouer avoir également beaucoup apprécié de découvrir un personnage introduit au cours de l’intrigue. Électron libre du clan missionné pour traquer et tuer les deux fuyards, il a tout du bon gros psychopathe sanguinaire et dérangé. D’ailleurs, il ne parle pas de personnes à abattre, mais de jouets… Cela en dit long sur le personnage qui devrait vous faire froid dans le dos ! Pour ma part, il m’a autant intriguée que mis mal à l’aise.

On se rend également compte que ce tueur, qui apporte du piment à un récit déjà bien haletant, n’est pas un inconnu pour l’ancien inspecteur. C’est même une ombre de son passé qui a changé dramatiquement le cours de sa vie. Une révélation sur la relation qui unit ces deux protagonistes, aussi violents l’un que l’autre, va nous permettre de mieux comprendre le comportement de l’inspecteur, et sa volonté de vivre en retrait de tout. Difficile d’ailleurs de ne pas compatir devant l’horreur qu’il a vécue et de ne pas comprendre son désir de vengeance.

Mais la vengeance pouvant conduire n’importe quel homme à se transformer lui-même en bête, Inui va pouvoir compter sur la dévotion de Makoto. Au péril de sa vie, elle est prête à tout pour qu’il ne sombre pas dans une folie meurtrière. Et l’on touche ici le gros point fort de ce livre, du moins pour moi, la relation forte et très belle qui se noue rapidement entre cet homme détruit par la vie, et cette jeune fille qui, malgré le drame qui a frappé les siens, reste souriante et adorable. On peut dire sans se tromper que ces deux-là se sont bien trouvés et qu’ils se sont sauvés mutuellement ! J’ai adoré voir comment Inui se montre d’abord réticent à aider Makoto, puis à quelle vitesse, il finit par tout faire pour la protéger quitte à en mourir. Il est vrai qu’au-delà de la protection de la jeune fille, il a un autre motif pour agir de la sorte, mais nul doute que derrière une prétendue froideur et une tendance à la violence, il demeure un homme bon et juste.

Malheureusement pour lui, le sort semble s’acharner et le passé se répéter ! Ne reste qu’à espérer que sa détermination et sa faculté à éliminer les ennemis sur sa route lui permettront de sauver cette fillette qui lui a apporté un peu de lumière dans une vie baignée de noirceur… D’ailleurs, à travers les graphismes, on se rend compte que Makoto est la seule source de lumière et de chaleur dans ce manga où la violence et le sang règnent en maître. Malgré l’épée de Damoclès au-dessus de sa tête, il se dégage de la jeune fille une certaine chaleur qui fait grand bien à notre héros/antihéros. On a même droit à une scène assez amusante et touchante où elle essaie de lui apprendre à manger correctement avec des baguettes. Bien qu’il se montre réticent à l’idée, on ne peut que lire sur son visage un changement dans ses émotions, un peu comme si aux côtés de la Makoto, il retrouvait un peu de son humanité.

Cette scène coupe de manière agréable une histoire où la violence prédomine, les yakuzas n’étant pas réputés pour leur grand cœur surtout quand toute leur organisation est menacée. Ce manga est donc à réserver aux lecteurs qui ne sont pas gênés par le sang, les meurtres de sang-froid, la violence froide et implacable. Pour ma part, cela ne m’a pas gênée, mais j’ai quelque peu regretté la représentation physique trop caricaturale des membres du clan. Ils ont la gueule de l’emploi certes, mais c’est un peu trop à mon goût. LE méchant du manga est heureusement plus nuancé autant dans son physique que dans sa psychologie qui frise le cas psychiatrique d’ailleurs.

Photo du site Doki Doki

En ce qui concerne le final, il a ce qui faut de violence, de tension, de sang et de suspense pour donner envie de se jeter immédiatement sur la suite, ce que je ferai sans hésiter d’autant que cette série ne comporte que trois tomes.

En conclusion, Re : Load est un thriller haletant et riche en actions, en violence, en suspense, en tension. Son rythme effréné qui devrait ravir les amateurs de fictions menées tambour battant ne doit pas cacher son autre point fort, la psychologie des personnages et la relation unissant les deux protagonistes. Takumaru Sasaki nous propose donc ici un thriller psychologique sombre et efficace !

Et vous, envie de découvrir le tome de cette trilogie ? Retrouvez-le sur différents sites comme Amazon.

Spirou et Fantasio : Le triomphe de Zorglub ; Olivier Bocquet, Brice Cossu et Alexis Sentenac

Spirou et Fantasio : Le triomphe de Zorglub ; Olivier Bocquet, Brice Cossu et Alexis Sentenac

Je remercie Lecteurs.com et les éditions Dupuis pour m’avoir permis de découvrir cette BD dans le cadre de l’opération Les Explorateurs de la BD.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Cool ! les aventures de Spirou et Fantasio vont être adaptées au cinéma ! Impatient de devenir une vedette du grand écran, Fantasio postule pour son propre rôle… et se fait recaler (« trop vieux pour le rôle ») ! Très vexé, il déprime. Spirou, pour lui remonter le moral, lui propose de se faire engager comme journaliste sur le tournage. Sur le plateau, Spirou est un peu surpris par l’acteur qui joue son rôle (« un type lisse et sans aucune personnalité ») alors que le comédien est son sosie parfait. Quant à Seccotine, elle est offusquée par le scénario quand elle découvre que l’actrice qui joue son rôle doit multiplier les scènes déshabillées totalement dispensables. Bref, les trois héros vont suivre le tournage en Afrique et en France en essayant de limiter les dégâts provoqués par un réalisateur dans un état second et un producteur qui est la copie conforme de Zoglub !

  • Album: 60 pages
  • Editeur : Dupuis (26 janvier 2018)
  • Prix : 12€

AVIS

Cette BD n’est pas l’adaptation à proprement parler du film Les aventures de Spirou et Fantasio sorti au cinéma en février 2018, mais elle en est néanmoins librement inspirée. N’ayant pas encore vu le film, je ne pourrai pas vous en dire plus sur le degré d’inspiration même si j’espère le voir bientôt, cette BD ayant plus qu’attisé ma curiosité…

Comme la plupart d’entre vous, je connais Spirou et Fantasio, mais je dois reconnaître que mis à part la lecture de quelques albums dans ma prime jeunesse, je connais finalement assez peu la BD. Je préfère le souligner, car je pense qu’un amateur de la série n’aura pas forcément le même avis que le mien ni les mêmes attentes… C’est donc sans a priori que je me suis plongée dans cette histoire loufoque et, somme toute, des plus originales.

J’ai adoré l’idée de donner vie à des personnages fictifs puisqu’ici, Fantasio et Spirou sont bien réels et sont confrontés à une situation inédite : le tournage d’un film mettant en scène leurs aventures. Cela aurait pu être plutôt sympathique, voire flatteur, pour les deux amis si la tentative de Fantasio de jouer son propre rôle n’avait pas été soldée par un cuisant et humiliant échec. Il a, en effet, été considéré trop vieux, trop gros et trop mauvais acteur par la directrice de casting. Les effets du temps n’épargnent personne que l’on soit un grand aventurier/journaliste ou non… Et l’humiliation ne s’arrête pas là : Fantasio et Spirou finissent par découvrir que le scénario ne les présente pas vraiment sous leur meilleur jour. Mais rien de vraiment étonnant si l’on considère que le producteur/acteur ressemble comme deux gouttes d’eau à un certain personnage que notre duo connaît trop bien à son goût : Zorglub. Trop, c’est trop, Spirou et Fantasio sont bien décidés à laver leur honneur, à rétablir la vérité et à faire sortir de sa tanière ce producteur trop louche pour être honnête !

Il me semble préférable d’avoir lu quelques aventures de Spirou et Fantasio pour mieux savourer les différentes références à cette série, notamment au niveau des personnages, qui sont parsemées dans l’album. Néanmoins, même les néophytes pourront se laisser entraîner dans cette aventure abracadabrantesque menée à une cadence folle. Les personnages et les lecteurs n’ont ainsi pas le temps de s’ennuyer entre la découverte des dessous de la réalisation d’un film, un voyage dans le désert, des retournements de situation, des scènes d’action qui déménagent, des gags à gogo, une actrice qui, aidée de Seccotine, se rebelle contre le sexisme dont elle est victime et qui réduit son rôle à celui d’un faire-valoir sexuel (toute ressemblance avec le « vrai » cinéma n’est pas fortuite…), des jeux de mots qui font mouche, des petites piques envers notre duo qui se fait malmener et dont l’ego est mis à rude épreuve…

On sent que le scénariste, Olivier Bocquet, s’est fait plaisir, et qu’il a eu à cœur de nous proposer une histoire qui se démarque des aventures plus classiques de Spirou et Fantasio, tout en ayant veillé à garder le charme de leur relation même si celle-ci est gentiment moquée. Le résultat est d’autant plus savoureux qu’on retrouve le côté déjanté et un peu foufou du script dans les dessins de Brice Cossu et d’Alexis Sentenac. Les expressions des visages, bien souvent exagérées, soulignent à merveille le caractère incongru, si ce n’est absurde, des situations dans lesquelles se retrouvent nos deux amis. Il y a même un petit côté manga dans les traits des dessinateurs au point qu’avec sa gigantesque crinière jaune flamboyante nouvellement acquise, et qui aurait pu être une aubaine pour un chauve précoce si elle ne poussait pas comme une herbe folle, Fantasio aurait toute sa place dans un épisode de Dragon Ball Z… Je soulignerai également l’excellent travail fait sur Fantasio qui, pour moi, est le personnage dont la personnalité a été la mieux mise en images par les dessinateurs. Quant au travail de colorisation de Johann Corgié, je l’ai trouvé parfait pour s’immerger facilement dans l’intrigue d’autant que les couleurs sont un parfait équilibre entre réalisme et exubérance, cette dernière étant criante quand le coloriste s’évertue à retranscrire, en couleurs, les émotions des personnages.

La seule chose qui m’a un peu perturbée dans cet album est le décalage physique entre Fantasio et Spirou. Si le premier a vraiment été marqué par le temps entre rides, calvitie importante et bidon bien rebondi qui donne l’impression que Fantasio a passé son temps libre à s’enfiler tous les litres de bières qui ont croisé son chemin, le second, quant à lui, conserve un aspect juvénile qui peut laisser faire croire que le temps n’a pas eu de prise sur lui. Cela m’a déstabilisée même si je reconnais que le scénariste a su utiliser ce décalage à bon escient puisque cela donne lieu à des quiproquos assez amusants.

En conclusion, empreint d’humour et d’action, Le triomphe de Zorglub est un album qui vous plongera dans une aventure loufoque menée tambour battant. Entre références aux albums « classiques » et version revue et corrigée du célèbre duo, le scénariste propose une histoire qui devrait plaire aux amateurs de Spirou et Fantasio à condition qu’ils gardent en tête le caractère unique et quelque peu déjanté de cet album.

Et vous, envie de découvrir Le triomphe de Zorglub ?