Mini-chroniques en pagaille #44 : de la douceur et de l’humour pour bien commencer l’année

De beaux livres Benjamin Lacombe et Harry Potter et des Funko Pop

Plus détaillées qu’un simple commentaire, mais moins développées qu’une chronique, les mini-chroniques me permettent de partager succinctement mon avis sur certaines de mes lectures que je n’ai pas eu le temps ou l’envie de chroniquer de manière plus classique.


En ce premier jour de l’année, j’ai eu envie de prolonger l’ambiance des fêtes en vous partageant mes dernières lectures de Noël et un album jeunesse fort sympathique, à base de dragon et de petit garçon qui apprend à dire non.

  • Le Noël d’Edmond de Thibault Guichon et Frédéric Pillot (Magnard jeunesse)

Couverture Le Noël d'Edmond de Guchon et Pillot

Comme vous l’aurez deviné grâce au titre et à la couverture, cet album jeunesse est parfait pour Noël, mais pas que. En effet, au-delà de l’ambiance propre à cette période si particulière, Le Noël d’Edmond est un petit concentré d’humour que l’on peut incontestablement lire dès que l’on souhaite avoir le sourire aux lèvres. Il faut dire qu’avec un protagoniste tel qu’Edmond, un toutou plutôt ronchon, difficile de ne pas rire !

Quelque peu blasé par l’ambiance de fête qui règne jusque dans sa niche qu’on a eu l’outrecuidance de décorer, Edmond ne dit néanmoins pas non à un bon repas de fête, avant de retrouver ses amies, deux mouettes qui l’attendent dans sa niche. Mais un bruit va venir interrompre leur soirée ! Que se passe-t-il ? Pour le savoir, il vous faudra découvrir cette adorable histoire dans laquelle un bruit peut cacher une surprenante rencontre ! L’une de celles que l’on ne peut espérer faire qu’une fois par an. Alors, un petit conseil, si vous entendez du bruit durant la nuit de Noël, ne sortez pas trop vite les crocs…


  • Jack et le sapin magique de Céline-Crochet et Émilie Dedieu (Alpha Book éditions) :

Couverture Jack et le sapin magique de Céline-Crochet et Émilie Dedieu

Si Jack et le Haricot magique n’est pas un conte que j’apprécie outre mesure, j’ai adoré me plonger dans cette version revisitée pleine de douceur et de délicatesse. Les parents de Jack n’ont pas pu s’occuper des préparatifs de Noël cette année, leur dernier enfant, né prématurément, nécessitant des allers-retours à l’hôpital. Alors Jack tente de redonner le sourire à sa petite sœur en lui achetant un sapin de Noël. Une jolie attention qui va lui ouvrir un monde absolument magique et féérique, celui du Père Noël et de ses lutins.

Magie de Noël, amour fraternel, liens familiaux, espoir et beaux moments sont au programme de cet adorable album jeunesse, dont on appréciera les couleurs ainsi que les traits des visages particulièrement expressifs. Doux et tendre, à l’image du plus beau réveil que Jack pouvait espérer, cet album nous offre un bel exemple de la magie de Noël en action. À cet égard, j’ai été très émue par la gentillesse de Jack et la scène finale digne d’un beau conte de Noël.


  • Maïana, Le calendrier de l’Avant de Carbone et Pauline Berdal (Miss Jungle) : ma dernière lecture de l’année.

Couverture Maïana, tome 1 : Le calendrier de l'Avant

J’avais prévu de lire cette BD juste avant Noël, mais je n’en ai pas eu le temps. Cela ne m’a pas empêchée de savourer cette magnifique histoire qui est parfaite pour se mettre dans l’ambiance de Noël ou prolonger la magie de cette fête où tout semble possible.

Et ce n’est pas Maïana, douze ans, qui vous dira le contraire ! Alors qu’elle rentre de l’école, elle tombe sur une superbe et délicieuse surprise, un calendrier de l’Avent avec de délicieuses truffes au chocolat, chacune d’entre elles accompagnée d’une citation. Des citations toutes liées à l’amour, mais surtout des citations qui semblent étrangement faire écho à la vie de l’adolescente, voire se révéler vaguement prémonitoire…

La situation est d’autant plus étrange que l’adolescente ne sait pas de qui provient ce sympathique cadeau. Est-ce son beau-père ou sa mère, même si les deux nient en être à l’origine ? Ce copain d’école qui ne laisse pas Maïana indifférente ? Si j’ai compris avant la fin de la BD l’origine de ce calendrier, j’ai adoré le mystère qui l’entoure et toutes les hypothèses de notre jeune héroïne pour tenter d’en percer les secrets…

La BD possède également un côté tranches de vie qui devrait plaire aux jeunes lecteurs et lectrices et leur permettre de facilement s’identifier à une héroïne attachante et pleine de vie. Entre les sorties avec sa grande copine, avec sa mère, les devoirs, les sessions de jeu avec l’adorable enfant de son beau-père, les discusssions sur un certain garçon, en même temps que sur une personne absente de sa vie, mais pas de son esprit, Maïana n’a pas le temps de s’ennuyer.

D’ailleurs, les journées filent à toute vitesse jusqu’au grand jour, qui n’est pas forcément celui auquel vous pensez… Plein de chaleur, de lumière grâce, entre autres, à une superbe mise en couleur, de tendresse, d’amour familial au sens large, et d’émotions, Le calendrier de l’Avant est une superbe lecture dont le titre prend tout son sens une fois la dernière page tournée.


  • Le chevalier qui disait non ! de Lucy Rowland et Kate Hindley (Éditions Gautier-Languereau)

Couverture Le chevalier qui disait non ! de Lucy Rowland et Kate Hindley

Ned, seul enfant de son village, est un petit garçon étonnant qui dit toujours oui : oui à sa mère, oui à son père, oui aux chevaliers quand ceux-ci lui demandent de rentrer se mettre à l’abri, chaque soir, à l’arrivée du dragon qui survole et terrorise la ville… Puis, un jour, à la consternation générale, le OUI laisse place au NON ! 

Ned, le petit garçon qui disait toujours oui, dit maintenant non à tout et à tout le monde. Mais peut-être qu’une rencontre avec un dragon pas si méchant et féroce que cela, va lui permettre de gommer sa méchante humeur, et le mettre dans de meilleures dispositions vis-à-vis de son entourage ? Ce joli album permet d’aborder avec facétie et humour, à travers la rencontre touchante entre un petit garçon et un dragon, les thèmes de la solitude et de l’amitié, mais aussi l’importance pour un enfant d’affirmer ses goûts et ses envies. Après tout, on ne peut pas toujours dire oui !

Intelligent, drôle et coloré, Le chevalier qui disait non devrait plaire aussi bien aux enfants qu’aux parents ou aux adultes appréciant le style si reconnaissable de Kate Hindley. Un style auquel je suis sensible appréciant le coté enfantin, mais pas dénué de caractère, de ses illustrations.


Et vous, connaissez-vous ces livres ?
Certains vous tentent-ils ?

Publicité

20 réflexions sur “Mini-chroniques en pagaille #44 : de la douceur et de l’humour pour bien commencer l’année

  1. Pingback: C’est le 1er, je balance tout ! décembre 2021 | Light & Smell

  2. Pingback: [Bilan] Cold Winter Challenge 2021 | Light & Smell

  3. Pingback: 10 livres avec de la neige sur la couverture – Top Ten Tuesday #291 | Light & Smell

  4. Pingback: 10 livres dont le titre contient le mot Noël – Top Ten Tuesday #292 | Light & Smell

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.