Je te hais… passionnément, Sara Wolf

Je te hais... passionnément - tome 01

La lecture de Je n’aimerai plus de Stéphane Soutoul m’a donné envie de lire une autre romance, un genre que je ne lis pourtant que très peu. Je me suis donc plongée dans Je te hais…. passionnément, un livre dont j’ai lu de bons avis.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

RÈGLE NUMÉRO 1 :
Ne jamais parler d’amour
RÈGLE NUMÉRO 2 :
Ne jamais penser à l’amour
RÈGLE NUMÉRO 3 :
Éviter tout sentiment
Isis Blake, 17 ans, a un objectif : ne JAMAIS retomber amoureuse. Alors qu’elle tente de s’intégrer dans son nouveau lycée, elle tient à ce que personne n’apprenne qu’avant elle était obèse… et qu’elle avait un coeur. Mais, au lieu de se faire discrète, Isis colle son poing dans la figure de Jack Hunter, celui qu’on surnomme « le Prince de Glace ». Dès lors les couloirs du lycée deviennent un champ de bataille. Leur guerre sera sans merci…
  • Broché: 352 pages
  • Editeur : Pocket Jeunesse (18 mai 2017)
  • Prix : 16.90€
  • Autre format : ebook
AVIS

Je vous présenterai exceptionnellement mon avis comme je présente mes bêta-lectures, à savoir sous forme de points. Si cette forme vous plaît, je renouvèlerai probablement l’expérience.

POINTS QUE J’AI AIMES

  • Pas de niaiserie et de scènes gnangnans : ne comptez pas sur les belles déclarations d’amour typiques des romances ou des comédies romantiques. En ce qui me concerne, c’est un très bon point ne supportant pas ce genre de passages où le héros se lance dans des déclarations dégoulinantes de guimauve sous une pluie battante ou sous le regard d’un public béat. Ce n’est pas, mais alors pas du tout le style d’Isis ou de Jack, ce qui ne les rend que plus sympathiques.
  • Une héroïne atypique pleine d’humour : Isis est certainement le gros point fort de ce roman. Franchement originale et pleine d’un humour assez particulier, elle apporte un vent de fraîcheur dans la vie de Jack et des lecteurs. Elle a également un sens aigu de l’amitié qui la rend attachante bien que parfois assez naïve à ce niveau. Sa psychologie est en outre intéressante : elle semble être pétrie de certitudes et emplie d’une belle confiance en elle alors que dans la réalité, elle est « cassée » de l’intérieur. On a alors qu’une envie, c’est de la soutenir en lui disant que tout va s’arranger pour elle et qu’elle n’est pas obligée de se définir par rapport à son passé. Un passé qui explique d’ailleurs assez bien le comportement d’Isis envers Jack…
  • Un schéma classique de relation haine/amour qui fonctionne ici très bien : blessés tous les deux par la vie, Isis et Jack ont développé le même esprit combattif qui va les conduire, dans un premier temps, à s’affronter et à fomenter les plus vils complots l’un contre l’autre. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils vont loin dans leurs coups bas n’hésitant pas à attaquer là où ça fait mal. Mais la frontière entre haine et amour étant parfois très mince, cette antipathie réciproque va, petit à petit, se transformer en quelque chose d’autre… L’auteure a donc repris le bon vieux schéma de deux personnes qui se détestent et qui finissent par se découvrir, s’apprivoiser et s’éprendre l’une de l’autre. Même si cela n’a rien d’original, c’est amené de manière assez réaliste pour que l’on suive avec plaisir les échanges entre les deux protagonistes ainsi que l’évolution progressive de leurs sentiments. On s’amuse, on s’agace, on s’attendrit, on s’offusque, on espère… En d’autres termes, on vit leur histoire à leurs côtés.
  • Des personnages secondaires intéressants avec un petit coup de cœur pour la mère de Jack que l’on voit très peu, mais qui m’a tout de suite plu.
  • Un premier tome rythmé : bien que faisant partie d’une trilogie, ce premier tome est loin d’être introductif. Nous faisons bien sûr la connaissance des personnages, mais l’auteure entre rapidement dans le vif du sujet et le feu de l’action. Sans être un page-turner, du moins pour moi, ce roman se lit donc très rapidement d’autant que le style de l’auteure plutôt incisif vous immerge très rapidement dans le récit. Quant aux nombreux dialogues, ils insufflent un dynamisme certain au récit. En bref, pris dans les joutes verbales de nos deux héros et assistant médusés à leurs coups bas, vous ne verrez pas les pages défiler sous vos yeux.
  • La fin surprenante qui devrait susciter l’envie de lire la suite chez pas mal de lecteurs.

POINTS QUI M’ONT MOINS CONVAINCUE

  • Une héroïne attach(i)ante : si Isis est attachante et drôle, elle se montre parfois assez pénible et capricieuse. Obsédée par son passé, elle ne peut s’empêcher de se comporter à de multiples reprises comme une enfant à laquelle on aurait pris son jouet, en l’occurrence, Jack. En conséquence, même si le jeune homme n’est pas un saint, j’en suis parfois venue à le plaindre alors que j’aurais préféré soutenir la jeune fille.
  • Le travail de Jack en dehors des cours : je ne peux pas trop en dire sur le sujet si ce n’est que je ne supporte plus la banalisation de ce genre de métier dans les romans. Non, ce n’est pas banal du tout et non, ce n’est pas normal ! C’est d’une grande violence psychologique et parfois, physique.
  • Le triangle amoureux : tout au long du livre est évoquée une personne qui a une place importante dans la vie de Jack, celui-ci se sentant responsable d’elle. Ce personnage et toute son histoire ne m’ont pas du tout convaincue et je dirais même que tout cela m’a semblé poussif et tiré par les cheveux. La dimension dramatique n’a donc pas marché sur moi et a même eu tendance à m’agacer.
  • Une écriture fluide, mais pas transcendante : le livre se lit très bien, mais il est vrai que je préfère quand même les plumes plus travaillées. Je pense néanmoins que la relative familiarité présente dans le roman ne devrait pas gêner la plupart des lecteurs. Par contre, si vous recherchez un style à la Jane Austen, passez votre tour.
  • La fin qui relance l’histoire, mais qui me paraît manquer de crédibilité : elle m’a d’ailleurs fortement rappelé ces dramas qu’une amie coréenne affectionnait beaucoup. Le final n’a donc pas suffi à me donner envie de me précipiter sur le tome 2 même si je le lirai à l’occasion.

En bref, si cette romance n’est pas exempte de défauts, je l’ai pourtant lue rapidement appréciant que l’auteure ne tombe pas dans la niaiserie. Je conseillerais donc ce roman à tous ceux en quête d’une histoire d’amour mettant en scène une héroïne atypique et pleine de verve et d’humour.

Et vous, envie de craquer pour Je te hais… passionnément ou d’en feuilleter un extrait ? 

 

14 réflexions sur “Je te hais… passionnément, Sara Wolf

  1. Coucou Audrey !
    Ce roman ne me fait pas trop envie, le résumé ne m’attire pas particulièrement, et j’ai lu d’autres avis par-ci par-là plutôt mitigés… Donc, je vais passer mon chemin pour cette fois ! 😉 En tout cas, super chronique, j’ai beaucoup aimé l’idée des points « j’ai aimé » et « je n’ai pas aimé » 🙂

    Passe une belle journée, bisous ❤

    Sue-Ricette

    Aimé par 1 personne

    • Ce n’est pas LA romance du siècle, mais elle ne m’a pas non plus fait lever les yeux au ciel toutes les trois lignes, ce qui est déjà pas mal 🙂
      Si tu en as l’occasion, n’hésite pas à feuilleter le livre, c’est encore le meilleur moyen de te faire ton avis 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Throwback Thursday Livresque #83 : Alcool à flots (fête alcoolisée genre étudiants américains, gueule de bois, cuite…) | Light & Smell

  3. Pingback: Défi Pkj de février 2020 : le bilan | Light & Smell

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.