Chouquette, Emilie Frèche

Chouquette, Emilie Frèche

Je remercie Lecteurs.com ainsi que Babel pour l’envoi de Chouqette d’Emilie Frèche.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Quelle femme de soixante ans, aujourd’hui, peut sans grimacer s’entendre appeler « mamie » ? Pas Chouquette, qui a réglé le problème en recyclant le surnom de ses tendres années, au grand dam de sa fille Adèle, laquelle rêve pour son petit Lucas d’une vraie grand-mère. N’empêche, vraie ou fausse, c’est bien Chouquette qui doit jouer les baby-sitters de luxe auprès de son petit-fils, renvoyé de sa colo pour cause de varicelle, pendant qu’Adèle est partie sauver le monde au fin fond de l’Afrique. Et c’est bien Chouquette qui va se retrouver en tête à tête forcé avec Lucas… et la réalité. Trois jours de la vie d’une sexagénaire en perte de repères, pour tirer le portrait au vitriol d’une femme qui se noie, d’une époque qui boit la tasse et d’une génération qui tente coûte que coûte de garder les yeux grands fermés. Où la satire sociale, légère, féroce et réjouissante vire progressivement à quelque chose de bien plus intime.

  • Poche: 144 pages
  • Editeur : Actes Sud (14 juin 2017)
  • Collection : Babel
  • Prix : 6.80€

AVIS

Chouquette, c’est Catherine et Catherine, c’est cette femme très riche, mais tellement pauvre. La soixantaine passée, sa vie se résume à attendre désespérément de l’amour de la part d’un mari volage dont elle n’accepte pas le départ. Alors, elle s’enferme dans ses illusions ! Dans le monde de Chouquette, son Jean-Pierre continue à l’aimer et son absence ne s’explique que par la masse de travail qu’il accumule. Elle ne supporte donc rien qui pourrait entraver sa « relation » avec un mari fantôme, à commencer par un statut peu sexy de grand-mère. D’ailleurs, ce n’est pas une grand-mère, c’est Chouquette ! Que sa fille ou son petit-fils aient besoin d’elle n’y change rien, ce qui compte c’est Jean-Pierre…

Je dois avouer avoir été assez surprise par le contenu du roman. A la lecture du résumé, je m’étais attendue à une histoire plus sarcastique et plus drôle. Or à part quelques passages qui prêtent à sourire, la tristesse est omniprésente dans la vie de Chouquette. Que cette femme m’a fait de la peine à attendre désespérément de l’attention d’un mari qui l’ignore et qui l’a cocufiée des années durant ! Elle a en effet tout simplement mis sa vie et sa famille en attente pour une chimère…  Je ne suis pas psychiatre ou psychologue, mais son obsession pour Jean-Pierre a ce quelque chose de pathologique et de pathétique qui ne m’a pas permis d’en rire. Certains pourront peut-être se jouer de ses illusions dont personne n’est dupe, mais je n’ai pas pu.

De la même manière, j’ai eu du mal à compatir avec la fille de Catherine qui regrette l’égoïsme de sa mère quand elle-même, n’essaie à aucun moment de la comprendre ou du moins, de compatir, et surtout de lui tendre la main. Là où Adèle ne voit que pur égoïsme, je lis un profond désespoir et un besoin désespéré d’amour et de contacts.

Il est vrai que même Chouquette ne semble pas saisir ses vrais besoins puisqu’elle met son bonheur entre les mains de son mari qui n’en a que faire. Heureusement, au fil du récit et de ses interactions avec Diane, ancienne maîtresse de son mari qu’elle a invitée à Saint-Tropez, et de son petit-fils, elle va progressivement évoluer. Cela ne se fera pas consciemment, mais petit à petit, elle va réaliser qu’il y a des choses en dehors de Jean-Pierre comme sa fille et son petit-fils, ce petit bonhomme de cinq ans qu’elle connaît si peu.

J’ai beaucoup aimé le fait que Catherine ne fonde pas immédiatement au contact de son petit-fils se transformant en mamie gâteau adepte du tricot. L’auteure ne nous offre pas un feel-good, mais bien l’histoire d’une femme qui s’est perdue au cours de sa vie et qui, à plus de soixante ans, entrevoit enfin un moyen de reprendre les rênes de sa vie. La scène de fin est, à cet égard, d’une grande sensibilité. Sans tomber dans le pathos ou la surenchère de sentiments, je l’ai trouvée belle et synonyme d’espoir.

Il y a néanmoins deux choses qui m’ont un peu chagrinée dans le roman. La première est une scène qui m’a quelque peu mise mal à l’aise d’autant qu’elle n’apportait rien au récit. Je n’ai rien contre la nudité, mais je ne suis pas certaine que celle d’une femme d’âge mûr, en pleine épilation intégrale devant un garçon de cinq ans, soit très saine… La seconde chose que j’ai regrettée est que l’auteure est peut-être restée trop en surface. Il y aurait eu tellement de choses à exploiter comme le passé et la jeunesse de Chouquette qu’on entrevoit sommairement à la fin du livre et qui apporte un regard nouveau sur cette femme, la relation mère/fille, les relations intergénérationnelles…

En conclusion, Chouquette met en scène cette mamie malgré elle et son obsession pour un mari qui ne l’aime pas et qui ne la respecte pas. Au gré du récit, le lecteur va assister à ses vains espoirs, mais surtout à son désespoir. Sans être particulièrement joyeux, ce roman offre toutefois une réflexion sur la famille et sur ce qui compte dans la vie. Et comme le découvre Chouquette, il n’est jamais trop tard pour être heureux !

POUR ALLER PLUS LOIN

Si l’histoire vous intéresse, n’hésitez pas à aller voir du côté de l’adaptation cinématographique dont est tirée la couverture du roman.

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

6 réflexions sur “Chouquette, Emilie Frèche

  1. Pingback: Bilan lecture octobre 2017 | Light & Smell

  2. Pingback: Tag Je lis donc je suis ! | Light & Smell

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.