Throwback Thursday Livresque #38 : Continent (un livre d’un continent différent du votre)

Print

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Organisé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème qu’elle aura au préalable défini.

Thème de la semaine : Continent (un livre d’un continent différent du votre)

continent

Pour ce thème, je vais vous parler d’un ouvrage très court, mais qui m’avait beaucoup plu et marqué : La triste fin du petit enfant huître et autres histoires de Tim Burton

couv14232770

 

Fidèle à son univers d’une inventivité si particulière, mêlant cruauté et tendresse, macabre et poésie, Tim Burton donne le jour à une étonnante famille d’enfants solitaires, étranges et différents, exclus de tous et proches de nous, qui ne tarderont pas à nous horrifier et à nous attendrir, à nous émouvoir et à nous faire rire.
Un livre pour les adultes et pour l’enfant qui est en nous.

Titre original : The Melancholy Death of Oyster Boy & Other Stories

  • Pourquoi ce choix ? : un petit tour sur Livraddict m’a confirmé ce que je savais déjà : je lis principalement des auteurs français et nord-américains. J’ai donc décidé de vous parler de ce livre écrit et illustré par un réalisateur made US : Tim Burton himself. Si j’ai vu beaucoup de ses films, je ne me considère pas comme une fan absolue, mais ne peux nier une attirance particulière pour son univers si reconnaissable. Et je peux vous dire que dans ce petit recueil de poésie, on retrouve clairement sa patte avec, entre autres, son humour noir, et cette ambiance sombre et poétique qu’il semble chérir.

Le livre est bilingue ce qui permet de constater, si vous parlez anglais, que certains textes perdent beaucoup à être traduits. La version française ne retranscrit pas tout le piquant et le côté absurde des poèmes ni cette impression de malaise que l’on ressent en parcourant l’ouvrage de Tim Burton. Le travail du traducteur n’est pas à remettre en cause ; c’est juste que la traduction est un processus qui montre ses limites avec des textes poétiques où les jeux de mots ne sont pas toujours parfaitement traduisibles.

  • Pour qui ? : pour tous les amateurs du réalisateur et les personnes aimant les textes aussi poétiques que sombres et dérangeants.
  • Quand ? : à Halloween ou pendant l’hiver, bien blotti sous un plaid.

Et vous, ce livre vous tente ?