Le ciel de Darjeeling, Nicole Vosseler

Je remercie les éditions l’Archipel pour m’avoir permis de découvrir Le ciel de Darjeeling de Nicole Vosseler.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Cornouailles, 1876. Après la mort de son père, Helena, 16 ans, se retrouve dans la misère. Un jour, un inconnu lui fait une offre. Aussi riche que séduisant, Ian Neville lui propose de l’épouser et d’assurer l’éducation de son jeune frère. Mais il y met une condition : qu’elle accepte de le suivre en Inde, où il gère une vaste plantation de thé au pied de l’Himalaya.
En se donnant à son mystérieux bienfaiteur, la jeune femme a conscience de faire un saut dans l’inconnu. Mais l’espoir de ne manquer de rien, le cadre de vie somptueux de Darjeeling et le charme de son époux ont raison de ses réticences.
Jusqu’au jour où, Ian étant en voyage, Helena reçoit la visite d’un homme qu’elle avait rencontré lors d’un bal en Angleterre. Leurs retrouvailles éveillent en elle des questions sur le passé de Ian, dont celui-ci n’a jamais rien voulu lui dire. Pourquoi ignore-t-elle tout de son ascendance ? Cessera-t-il un jour d’être un étranger à ses yeux ?
Un voyage initiatique et sensuel aux confins de l’Inde millénaire.

l’Archipel (6 février 2019) – 440 pages – Broché (23€) – Ebook (15.99€)

AVIS

La présence du mot Darjeeling dans le titre a suffi pour me donner envie de lire ce roman, on est tea-addict ou on ne l’est pas ! Mais avant de nous transporter dans la plantation de thé de Ian, l’autrice nous fait d’abord voyager : Grèce, Cornouailles et enfin, Inde. L’Inde, un pays qui stimule l’imaginaire, mais que pour ma part je ne connaissais que très peu. J’ai donc été enchantée de découvrir, aux côtés de Helena, ce pays, ses paysages, ses traditions ancestrales, son histoire, du moins, une partie de son histoire, ses cultes, son cosmopolitisme, ses couleurs chatoyantes…

Le plaisir a été décuplé par la très belle plume de l’autrice qui, dès les premières lignes, a su me charmer. Élégante et d’une grande finesse, elle fait des merveilles pour retranscrire les décors, les paysages, le temps qui passe, mais aussi les émotions des personnages, leurs états d’âme, leurs joies et leurs tourments. C’est d’ailleurs l’une des forces de ce roman, ses personnages complexes que l’on a envie parfois de prendre par la main et d’autres fois, de secouer…

Les protagonistes ne sont pas nombreux, ce qui permet de se concentrer sur leur histoire bien que pendant une bonne partie du roman, nous suivons Helena, une jeune femme qui, sans héritage à la mort de son père, se retrouve acculée. En charge de son frère, elle est contrainte d’accepter une proposition qui ne lui plaît guère : épouser Ian, un homme fortuné rencontré fortuitement. En échange, il lui promet une vie à l’abri du besoin pour elle et son frère à condition qu’elle accepte de le suivre dans sa plantation de thé en Inde. Pourquoi ce bon parti désire-t-il l’épouser, elle qui n’a rien à offrir, ni statut, ni argent ? 

Ian est un homme secret qui souffle de manière fort agaçante le chaud et  le froid. Tantôt enjôleur avec des sourires à faire fondre les cœurs, tantôt froid et calculateur, difficile de comprendre ses pensées et les raisons qui le poussent régulièrement à prendre ses distances. La seule chose qui est certaine, c’est qu’il cache une part d’ombre et un secret qui le hante ! Un secret que Helena aimerait percer afin de se rapprocher de cet époux qui la tient à distance suscitant chez elle attirance et répulsion, deux sentiments contradictoires qui l’épuisent et la tourmentent. Mais tous les secrets sont-ils bons à dire ?

Pour ma part, je n’ai pas succombé au personnage de Ian, n’étant pas particulièrement adepte des personnes qui attendent de leur partenaire le salut. Je n’ai, en outre, pas apprécié certains de ses agissements, et notamment un geste impulsif intolérable bien que malheureusement, courant au 19e siècle. Toutefois, en découvrant le passé de ce personnage torturé et énigmatique, on comprend certaines de ses réactions et la manière dont il en est venu à se forger cette image d’homme affable, mais dangereux autant craint que respecté. Insaisissable et changeant comme le caméléon, son surnom, l’homme intrigue…

Si la relation entre Ian et Helena est intéressante dans la manière dont elle évolue, les deux personnages apprenant peu à peu à s’apprivoiser, le tour de force de l’autrice est d’avoir su imbriquer une histoire dans l’histoire en déroulant sous les yeux des lecteurs captivés, le passé de Ian et de ses parents. Je ne développerai pas beaucoup cet aspect du roman qu’il est préférable de découvrir par soi-même, mais je peux néanmoins vous dire que j’ai trouvé l’histoire d’amour entre ses parents très touchante. Elle comporte cette part de beauté et de cruauté qui forge dans le marbre les sentiments les plus profonds. Attendez-vous donc à être émus et remués par ce couple que la vie ne va pas épargner.

Cette histoire d’amour avec un grand A est également l’occasion, pour l’autrice, d’aborder des sujets forts et parfois difficiles comme les couples mixtes dans une Inde colonisée où les sentiments entre colonisateur et colonisés sont ambivalents et complexes, la question des différences culturelles, ethniques et religieuses, source parfois de haine et de méfiance,  la place des croyances, traditions et mythes dans cette Inde du 19e siècle… Ce sont tout autant d’aspects de ce pays que j’ai apprécié de découvrir d’autant que le sens du détail de l’autrice permet totalement de s’immerger dans cette culture si différente de la nôtre.

On comprend alors sans peine l’attachement viscéral que Ian ressent pour ce pays qui l’a vu grandir… Un attachement qui gagnera, petit à petit, Helena qui, contre toute attente, finira par s’adapter à sa nouvelle vie apprenant même à parler l’hindoustani. Il faut dire qu’en plus des somptueux paysages, de cette liberté dont elle était dépourvue en Angleterre, et de l’amitié de Mohan, fidèle ami et bien plus encore de Ian, elle sera également conquise par la plantation de thé de son mari qui produit le meilleur thé du monde. Si vous aimez le thé, vous devriez, comme moi, être ravis de la manière dont l’autrice évoque l’histoire du thé, les différents grades, sa cueillette… C’est fait avec une telle passion et justesse que vous n’aurez qu’une envie, vous préparer une bonne tasse de thé !

En conclusion, d’une plume fluide et élégante, Nicole Vosseler vous propose ici un très beau voyage qui vous conduira dans cette fascinante Inde du 19e siècle dont elle sait retranscrire toute la splendeur. À travers deux personnages que tout semble opposer, mais qui sont bien plus proches qu’ils ne le pensent, elle tisse progressivement le fil d’une relation mouvementée et intense qui ne devrait laisser aucun lecteur indifférent. Histoire d’amour, d’amitié et de haine à la fois, Le ciel de Darjeeling est un ouvrage entraînant et immersif qui saura offrir de multiples émotions aux lecteurs qui prendront le temps, comme avec un bon thé, de le déguster.

Retrouvez le roman chez votre libraire ou, entre autres, sur  Chapitre.com

Publicités

La Thé Box (février 2019) : Le Bal des Tsarines

Le Bal des Tsarines (La Thé Box)

Comme bien souvent, le design de la box est sublime, et correspond à merveille à l’un des derniers livres que j’ai lu L’Ours et le Rossignol. Un joli hasard qui m’a encore plus donné envie de découvrir le contenu de cette nouvelle édition.

20190215_094205.jpg

  • En plus du traditionnel cahier des saveurs, il y avait deux petits paquets de cigarettes russes fourrées au chocolat et à la noisette, un joli sachet de thé en forme d’étoile filante Tea Heritage (thé vert au jasmin) et un petit paquet de filtres à thé. Les cigarettes ont été très fortement appréciées !

20190215_094302-1.jpg

  • 2 sachets de marque Saristi, une maison de thé grecque que je ne connaissais pas : Love (maté, damiana, éclats de cacao, vanille et poivron rouge) et Relax (mélisse, tilleul, lavande, verveine citronnée, safran).
  • 3 sachets de thé Pagès : thé noir fruits rouges, thé noir Earl Grey et un mélange composé de thé vert, feuilles de framboisier, romarin et citron vert. Si le dernier mélange m’est inconnu, j’apprécie les deux premiers thés qui restent classiques, mais agréables.

20190215_094532-1.jpg

  • 4 sachets de thé Igloo (thé vert et thé blanc, vanille, arômes orange, mandarine, rose, bergamote et crème de fraise) et 1 sachet de thé Casse-noisette (thés noirs, morceaux de pomme et de cerise, notes de pomme, caramel et noisette, amande et coriandre). Aimant beaucoup ces deux créations de Tamia et Julia, les créatrices de La Thé Box, j’ai été ravie de les retrouver dans cette édition. Dans un style très différent, ils sont tous les deux succulents même si je concède une préférence pour Casse-noisette qui est parfait pour un tea-time gourmand.

20190215_094606-1.jpg

  • 3 sachets en vrac : Thé des impératrices de Compagnie Coloniale (thé noir, framboise et pistache), Le philtre de la princesse de Comme des tisanes (framboisier, menthe douce, cannelle, rose, galanga, réglisse, piment des jardins et poivre blanc) et Un oolong vanille et orchidée de TeaTap qui est d’une très grande délicatesse et finesse.

20190215_094333-1.jpg

BILAN

Comme toujours, j’ai été enchantée par cette box qui mélange des thés classiques ou que l’on a déjà reçus dans la box avec des nouveautés plutôt tentantes et bien souvent originales. Ma seule petite déception concernera les filtres à thé puisque nous en avons déjà reçus le mois dernier. Enfin, en plus du design de la box, un travail visuel indéniable a été effectué sur les sachets de thé qui sont tous très beaux et qui correspondent à merveille au thème de ce mois !  

Si cette box, vous tente, vous pouvez la retrouver sur le site de La Thé BOX.

Et vous, que pensez-vous du contenu de cette box ?
Quel thé vous tente le plus ?

Calendriers de l’Avent Beaut(h)é, jour 1 à 7 : l’Occitane, Action, Le Palais des thés et La route des comptoirs

advent-calendar-3837952_1280

Cette année, j’ai craqué pour quatre calendriers de l’Avent (5 dans les faits, mais je n’ai toujours pas reçu le cinquième).

Calendrier de l'Avent

It’s nearly Christmas... Our Calendar of Dreams has a lot of ✨ inside its little doors!
#LOccitane #NotJustAGift #HolidayCalendar

Je vous propose donc un petit aperçu de ce que j’ai reçu durant cette première semaine de décembre :

  • Jour 1 : étant fan de l’huile de douche l’Occitane, j’ai été ravie de trouver ce produit qui fait partie pour moi des incontournables de la marque.

20181207_102941-1.jpg

  • Jour 2 : mon copain dont les mains ont tendance à s’abîmer très vite dès que les températures baissent a mis son grappin sur les deux crèmes pour les mains. Pas vraiment un problème vu le stock que je possède… Mais l’ayant déjà utilisée par le passé, je peux néanmoins vous dire que la crème de l’Occitane fait bien son travail et qu’elle ne laisse pas les mains grasses une fois appliquée.

Aucun texte alternatif disponible.

  • Jour 3 : je pense donner les perles pour le bain ne possédant pas de baignoire, mais j’ai par contre été ravie de trouver un savon à l’amande dans le calendrier de l’Avent Occitane. Depuis que j’ai quelque peu mis de côté la cosmétique maison, ce savon est un de ceux que je rachète le plus souvent. Je suis fan de sa délicate mousse et de sa délicieuse odeur d’amande. Quant au thé vert japonais du Palais des thés, il fait partie des classiques de cette maison d’édition et à juste titre, sa finesse toute japonaise le rendant très agréable pour conclure un repas.

Aucun texte alternatif disponible.

  • Jour 4 : l’accessoire beauté trouvera sa place dans la trousse de toilette d’une amie n’en ayant pas l’utilité contrairement au lait corporel Verveine que j’applique chaque matin avec plaisir depuis sa découverte dans le calendrier de l’Occitane.

L’image contient peut-être : 1 personne

  • Jour 5 : un jour tout rose ! J’ai bien souri quand j’ai constaté que trois des calendriers contenaient des produits au contenant rose pour ce cinquième jour.

Aucun texte alternatif disponible.

  • Jour 6 :  adorant le genmaicha, c’est avec plaisir que j’ai dégusté cette version proposée par Le Palais des thés. Il ne détrône pas mon préféré, celui de la maison de thé Tamayura qui ne semble plus exister, mais il se défend très bien. Quant au shampoing aux huiles essentielles de l’Occitane, je suis en train de l’utiliser et il semble que mes cheveux regraissent un tout petit peu moins vite. Mais je dois toujours les laver tous les jours.

Aucun texte alternatif disponible.

  • Jour 7 :  le thé noir aux agrumes et épices du Palais des thés est classique dans sa composition, il sent donc bon Noël et les soirées cocooning. Quant au gloss, sa couleur est un peu voyante à mon goût…

Aucun texte alternatif disponible.

Et vous, qu’avez-vous choisi comme calendrier(s) de l’Avent ?

Aucun texte alternatif disponible.

La Thé Box London, novembre 2018

La Thé Box London

Cela fait un petit moment que je ne vous ai pas parlé de La Thé Box alors que je continue bien à la recevoir chaque mois avec toujours autant de plaisir.

Pour novembre, La Thé Box nous emmène à Londres : « Covent Garden, Westminster, Notting Hill… Installez-vous confortablement dans un black cab et laissez-vous surprendre par les trésors d’une métropole fascinante, vibrante et cosmopolite. »

Un voyage qui m’a bien plu et que je vous propose de découvrir à votre tour :

  • Les thés en sachets :
    • 4 sachets de thé Ahmad tea :  j’ai bien aimé le thé noir à la vanille qui offre une aromatisation assez discrète, mais une base qui possède une certaine force. A ne pas laisser infuser très longtemps si vous préférez des thés noirs un peu plus doux. Très bonne surprise avec le thé noir à la pêche et aux fruits de la passion qui apporte un peu d’exotisme et de soleil à ce froid mois de novembre. Quant aux deux thés verts, nature et à la menthe, ils sont tout à fait corrects même s’ils ne feront pas frémir de plaisir les palais les plus exigeants.
    • 4 sachets de thé Taylors of Harrogate : j’ai été ravie de voir cette marque dans cette box, car je l’apprécie pas mal, mais elle n’est pas forcément présente de partout. J’ai aimé les 4 thés proposés avec une nette préférence pour le Darjeeling, un thé qui s’est révélé aussi doux qu’agréable en bouche.
    • 4 sachets de thé REDBUS Tea : je ne connaissais pas cette maison de thé, et je dois dire que la découverte fut plutôt bonne. J’ai juste regretté de ne pas avoir plus de rooibos saveur biscuit à l’orange dont les effluves gourmandes sont quelque peu addictives (désolée pour la coupure dans le paragraphe, je n’ai pas réussi à dompter wordpress pour corriger le problème…). C’est le genre de rooibos que je pourrais acheter encore et encore… Cerise sur le gâteau, il semble parfait pour entrer en douceur dans les fêtes de fin d’année.

20181109_151749-1.jpg

  • Les thés en vrac :
    • J’en achète peu, mais j’aime bien les infusions et Super Berry Fruit (We are Tea) n’a pas échappé à la règle. Par contre, il faut être habitué à son acidité pour pouvoir la consommer sans sucre.
    • Le sachet de thé noir à la rose Whittard est arrivé à moitié renversé dans la box, mais j’avoue que n’étant pas fan des thés à la rose, cela ne m’a pas bien gênée. Celui proposé par cette maison de thé est somme toute classique bien que j’aie trouvé l’arôme de rose moins fort que dans certains mélanges. Un gros plus pour moi…
    • Crée par La Thé Box pour fêter la publication du troisième tome des détectives du Yorkshire de Julia Chapman (La Bête Noire, Robert Laffont), Rendez-vous pour le tea time my dear ! est un mélange qui m’a conquise dès l’ouverture du paquet. Si vous aimez les mélanges qui avec, entre autres, ses arômes de vanille, de chocolat et d’orange, se dégustent comme une bonne pâtisserie, vous allez vous régaler. C’est gourmand tout en restant très léger en bouche. Bref, un délice !

20181109_151652-1.jpg

  • Les petits plus : les sablés au chocolat au lait Mc Vitie’s ont vite été engloutis par M. et le petit carnet de note me sert dorénavant pour faire un suivi de mes diamand paintings (des toiles sur lesquelles on colle des strass).

BILAN

Une box qui m’a conquise autant par la diversité des thés et des marques proposées que par le graphisme de la box en elle-même et des sachets de thé. Grâce à ces éléments, on a vraiment l’impression d’être transporté à Londres pour un petit tea-time gourmand.

Thé préféré : Rendez-vous pour le tea time my dear ! création La Thé Box
Thé qui m’a le moins convaincue : Thé noir à la rose Whittard

La Thé Box London, novembre 2018

Et vous, quel thé de la box vous tente le plus ?

Thé Box Happy Days, Juillet 2018

Comme chaque mois, c’est avec impatience que j’attendais ma Thé box dont je vous présente de ce pas le contenu très estival…

Quand on ouvre le carton, on tombe sur ce tote bag 100% coton, collection Season Paper.

Tote Bag Season Paper (Thé Box Happy days)

Puis, en ouvrant la box, vous trouverez un petit paquet de gaufrettes qui m’a rappelé quelques souvenirs d’enfance et une boisson au thé qui fera le bonheur de ma sœur.

DSC_0601

Quant à la sélection de thés, elle m’a complètement conquise, la plupart des références étant, pour moi, une totale découverte !

  • The Capsoul : j’ai adoré le thé blanc à la vanille et ai trouvé le thé vert plutôt sympathique.
  • Dammann : je ne connaissais que le thé noir Coquelicot (pétales de fleurs, arômes coquelicot, biscuit et pâte d’amande) qui est un classique dont je ne me lasse pas. Mais mon coup de cœur va au thé vert frais/pistache qui nous transporte dans un cocon de gourmandise, c’est léger tout en développant des notes sucrées très agréables. Voilà une référence qu’il va falloir que je me procure en vrac si elle existe. Le thé blanc passion de fleurs quant à lui allie le côté aérien du thé blanc aux notes parfumées et exotiques de la passion. Fidji (thé vert, citronnelle et gingembre, écorces et arôme citron vert) est un mélange qui me faisait un peu peur en raison de la présence de gingembre, mais ce dernier ne se développant pas exagérément en bouche, je l’ai trouvé très désaltérant.

DSC_0605

  • Mélange Melon Pastèque ( thé vert, thés noirs, arômes de melon et pastèque) : La Thé Box nous propose un mélange original puisque les thés avec des arômes de melon et de pastèque sont plutôt rares. Je n’ai, pour le moment goûté qu’une seule tasse, mais j’ai été séduite par ce mélange très estival qui devrait donner d’excellents résultats en version glacée.
  • Peau de pêche ( thé noir, morceaux de mangue, fleurs de souci et arôme) : laGrange est une marque que j’apprécie beaucoup et sans surprise, j’ai été séduite par ce mélange aux notes aussi fruitées que sucrées. Si vous aimez la mangue, ce thé va vous plaire.
  • Peter Pamplemousse (thé vert, arôme naturel pamplemousse, écorces de citron, écorces de mandarine, lavande et morceaux de citron) : je n’ai pas encore testé ce mélange Oh My Tea ! mais il me tente beaucoup, le pamplemousse étant un arôme que je n’ai que très rarement rencontré dans un thé…

DSC_0608

Voilà pour cette Thé Box que j’ai beaucoup appréciée et dont la sélection me semble parfaite pour nous accompagner durant ce chaud moi d’été.

Et vous, quels sont les thés qui vous tentent le plus ?

Avez-vous envie de tester La Thé Box ?

La Thé Box (mai 2018) : Douceur

La Thé Box est une box mensuelle spécialisée dans le thé que je reçois chaque mois depuis ses débuts. Je vous propose dorénavant d’en découvrir le contenu sur le blog. Pour découvrir le contenu d’anciennes éditions, vous pouvez consulter mon ancien blog Une histoire de thé.


C’est encore une très jolie box que nous découvrons ce mois-ci. Avec des illustrations signées Manon Bucciarelli, nous entrons dans un monde de douceur que je vous propose de découvrir.

LES THÉS ET INFUSIONS

  • Kodama, La vie comme elle vient : Infusion aux morceaux de pomme, écorces de citron, hibiscus, écorces et morceaux d’orange et d’orange sanguine. Très fruité, ce mélange est parfait pour une infusion à froid.
  • Parti du thé, Les îles Stevenson: thé vert Sencha de Chine, arômes naturels de fraise, fruit de la passion, vanille et mangue. Ce mélange respire le soleil et les vacances, c’est probablement l’un de mes préférés de cette édition. Si vous aimez les thés fruités et exotiques, il est fait pour vous. Cerise sur le gâteau, les effluves de ce mélange sont aussi divines à sec qu’une fois le thé infusé.
  • Jardins de l’hermitage, Datte Kassiba : thé noir, morceaux de dattes, arôme datte, jus de datte bio, noisette, pomme tatin et miel. C’est exactement le genre de thé gourmand et parfumé que j’affectionne le matin ! Les personnes qui ont des difficultés à se passer de sucre dans leur thé devraient pouvoir y arriver un peu plus facilement avec celui-ci, sa gourmandise permettant de faire l’économie de l’ajout d’un sucrant.

  • Compagnie des Indes : Suntox (Gingembre, hibiscus, curcuma, romarin, mélisse et citron), Absolute Harmony (Reine des prés, vigne rouge, gingembre, menthe douce, olivier, mauve, marjolaine, fenouil, cannelle de Ceylan, cardamome et sauge), Chakra Booster (Cannelle, gingembre, citronnelle, cardamome, clou de girofle, écorce d’orange amère et zeste de citron) et Nirvana (Mélange rooibos, camomille, honeybush, citronnelle, mélisse, zeste de citron et orange amère).

J’avoue ne pas être très bon public pour ce genre d’infusions et sans grande surprise, je n’ai pas été particulièrement séduite même si j’ai apprécié Nirvana. Je n’ai, en revanche, pas réussi à terminer ma tasse d’Absolute Harmony. Il se dégage néanmoins une impression de qualité de ces sachets transparents qui ne cachent rien de la composition de chaque mélange. Je pense donc que les amateurs d’infusions pourront trouver leur bonheur avec cette marque.

  • P & T : Perfect Day (thé blanc, la pomme, l’arôme naturel d’abricot et de miel se mêlent à la fleur de sureau), Brave New Earl (Mélange de thés noirs, d’arômes de bergamote, de baies de genièvre et d’agrumes), Jackpot Derby (Mélange de thés noirs fumés à l’arôme de figue et aux notes cuivrées de miel) et Mint Julep (thé vert fumé au zeste de citron et à la menthe poivrée).

Le thé blanc reste un thé que je consomme peu, car je le trouve souvent un peu fade par rapport à mon thé de prédilection, le thé noir. J’ai cependant beaucoup apprécié Perfect Day qui, sur une base de thé blanc, nous offre de délicates saveurs fruitées et sucrées. Brave New Earl reste finalement plus classique avec ses notes de bergamote qui se révèlent assez prononcées sans être étouffantes. Mais ma préférence est allée à Jackpot Derby, un thé qui a définitivement du caractère !

  • Whittard : Tippy Assam, Marrakech Mint (thé vert à la menthe poivrée), English Rose (thé noir, arôme de rose) et Mango and bergamot (thé vert, arôme mangue, arôme bergamote).

Je n’ai pas particulièrement apprécié le thé à la rose dont l’odeur et le goût manquent pour moi de subtilité, mais je n’aime pas les thés à la rose… A l’inverse, bonne surprise avec Mango and Bergamot puisque malgré la présence de la bergamote qui est souvent forte en bouche, on perçoit assez bien les arômes de mangue. L’assam est bon sans se démarquer de ceux que j’ai eu l’occasion de tester. Quant au thé vert à la menthe, il est plus que rafraîchissant.

LES GOURMANDISES ET GOODIES

Il y a le traditionnel cahier des saveurs et la carte-postale :

Je ne mets pas de broches, mais je trouve celle-ci très jolie. Quant aux sablés au citron de la marque Regent’s Park, ils ont fait le bonheur de M., amateur de ce genre de gourmandises acidulées.

Dans le cahier des saveurs, vous découvrirez un petit article sur un roman qui me tente beaucoup et qui devrait plaire aux amateurs de thé : La Mémoire du thé de Lisa See aux éditions Pygmalion.

La mémoire du thé

Sud-ouest de la Chine, années 1990.
À la Source de Printemps, sur le mont Nannuo, la culture du thé rythme la vie des habitants depuis toujours. Loin de connaître les progrès sans précédent qui se propagent au reste du pays, les Akha perpétuent des méthodes de récolte archaïques et des principes religieux très strictes.
Li-yan, première personne de sa famille à savoir lire et écrire, rejette les traditions qui ont jusqu’alors façonné son existence. Sur le point de débuter la formation qui fera d’elle la prochaine sage-femme de la vallée, elle décide de poursuivre ses études malgré les réticences de la communauté.
Malheureusement, lorsqu’elle doit faire face à une grossesse non désirée, la loi akha tombe, et Li-yan n’a d’autre choix que tout abandonner – jusqu’à son enfant, qu’elle dépose sur les marches d’un orphelinat, accompagnée d’une galette de thé.
Les années passant, le souvenir de cette tragédie la hante, tandis qu’à des milliers de kilomètres, une jeune femme se lance à la recherche de ses racines…

Pour ceux qui souhaiteraient craquer, la box est disponible sur le site de La Thé Box.

Et vous, vous aimez le thé ? Lequel vous tente le plus ?

La Thé Box (avril 2018) : Le lac des cygnes

La Thé Box : Le Lac des cygnes

La Thé Box est une box mensuelle spécialisée dans le thé que je reçois chaque mois depuis ses débuts. Je vous propose dorénavant d’en découvrir le contenu sur le blog. Pour découvrir le contenu d’anciennes éditions, vous pouvez consulter mon ancien blog Une histoire de thé.


Le design de la box de ce mois est splendide autant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Et vous allez voir que le contenu est plutôt à la hauteur du contenant.

DSC_0602

THES

  • Newby London : English Breakfast, Green lemon, Strawberry Mango et Milky oolong. Avec ses sachets qui font très industriels dans leur apparence, Newby London est la marque la moins qualitative de la box. Elle s’en sort néanmoins très bien niveau goût puisque sans être délicates, les différentes saveurs se dégustent sans peine. Bonne surprise avec le Milky Oolong qui n’a pas la délicatesse de celui de la maison de thé Théodor, mais qui développe néanmoins de délicieuses notes lactées en bouche.

DSC_0617

  • Les Jardins Osmane : Rêve étoile ( Oolong à la fleur d’oranger et à l’arôme de noix de coco), Infusion menthe, Genmaicha (thé vert avec des grains de riz soufflés grillés) et Thé vert exotique (Thé vert, morceaux de mangue aux arômes de fruits exotiques). J’avais découvert cette marque grâce à La Thé Box et c’est toujours avec plaisir que je la retrouve. En plus de nous proposer des sachets de thé visuellement magnifiques, Les Jardins Osmane nous offre de très belles saveurs à l’instar du Genmaicha dont les saveurs caractéristiques sont ici parfaitement retranscrites.
  • Dammann : Miss Dammann (thé vert, gingembre, citron vert et fruit de la passion) et Pomme d’amour (thés noirs avec arôme de pomme caramélisée, marasquin). Pomme d’amour est un classique de cette maison de thé, mais Miss Dammann est un mélange que je ne connaissais pas. Si je crains toujours les thés avec du gingembre, j’ai beaucoup aimé cette création qui fait la part belle au citron vert autant au niveau des effluves qui se dégage à froid que des saveurs qui se développent en bouche. Une légère pointe de gingembre vient agréablement dynamiser l’ensemble.

DSC_0609

  • Betjeman et Barton, Comme une étoile : Thé vert aux arômes de violette, kiwi et pêche. Voici une marque que j’aime beaucoup, mais dont je connais finalement assez peu les mélanges. J’ai donc été ravie de découvrir Comme une étoile, un délicieux thé vert fruité plutôt subtil. Mon seul regret : l’arôme de kiwi trop discret à mon goût.
  • Ladurée : Thé vert de Chine, bergamote, rhubarbe, caramel, pétales de souci et écorces de citron. Je n’ai pas encore eu l’occasion de m’attaquer à ce sachet…
  • La malle à thé, Mélange russe aux 7 agrumes : Thé noir, arômes naturels d’orange, orange amère, bergamote, citron, citron vert, pamplemousse et mandarine. Les thés aux agrumes n’ont pas ma préférence même si j’ai dégusté avec plaisir ce mélange qui n’étouffe pas nos papilles avec un arôme trop fort de bergamote. Il saura sans aucun doute conquérir les amateurs du genre.

DSC_0613

GOURMANDISES/GOODIES

  • Jules Destrooper, Gaufrettes croustillantes et galettes fines au beurre : un sans faute pour cette marque de gourmandises dont j’aime beaucoup la finesse des produits.
  • Gelée au chaudron Cassis
  • Un repose sachet : n’ayant pas vraiment besoin d’un repose sachet, j’ai trouvé une nouvelle fonction à ce magnifique accessoire…

DSC_0604

DSC_0619

Pour ceux qui souhaiteraient craquer, la box est disponible sur le site de La Thé Box.

Et vous, lequel de ces thés vous tente le plus ?