La solitude d’une goutte de pluie, Fabien Muller

La solitude d'une goutte de pluie par Jean-Fabien

Dépassé par sa vie professionnelle, oscillant entre une hypocondrie qui l’étouffe et une vie sentimentale chaotique, Benoît navigue à vue. Le jour où la délicatesse d’une coïncidence vient chambouler son quotidien, il comprend qu’il ne faut jamais défier les desseins du hasard. Histoire de trajectoires qui se percutent ou expérience de réinsertion émotionnelle, La solitude d’une goutte de pluie est avant tout le récit d’une rencontre où s’entrelacent un scorpion fataliste, un lampadaire philosophe et une adolescente gothique, tisseuse des fils du destin.

Éditions L’Âge d’Homme (22 juillet 2020) – 200 pages – Broché (22€)

AVIS

Avec son physique avenant et son travail qui fait rêver les jeunes diplômés aux dents longues, Benoît aurait, à première vue, de quoi être heureux. Mais les apparences sont parfois trompeuses : il vient de se faire plaquer brutalement, bien que cela ne semble guère le déranger, il souffre d’une légère hypocondrie et, peut-être plus grave, il prend la vie comme elle vient sans vraiment savoir dans quelle direction aller. Benoît est donc de ces gens qui semblent avoir tout, mais qui n’ont rien. Et ce n’est pas son travail de Directeur marketing, dont il n’ignore pas la vacuité cachée derrière un vocabulaire volontairement abscons, qui va lui apporter ce sens qui fait défaut à son existence.

Mais le hasard faisant bien les choses, une mystérieuse inconnue, Myriam, va faire une entrée fracassante dans sa vie. Ce qui avait commencé par une erreur de courriel va alors déboucher sur une correspondance 2.0 à laquelle nos deux personnages vont prendre goût. De fil en aiguille, ils se découvrent tout en gardant une grande part de mystère, ni l’un ni l’autre ne semblant prêt à se dévoiler trop vite. Les échanges de mails entre Benoît et Myriam, emplis d’humour et de taquineries, apportent beaucoup de charme à l’intrigue même si j’aurais apprécié qu’il y en ait bien plus.

Cela ne m’a pas empêchée de prendre beaucoup de plaisir à me laisser porter par la plume de l’auteur qui nous plonge avec un certain mordant, et beaucoup de finesse, dans la vie de Benoît dont j’ai adoré l’humour et l’auto-dérision. Dès les premières pages, je n’ai pu retenir mes rires, cet homme ayant une vraie capacité de recul sur ses propres défauts, sur l’inutilité de son travail et les limites et absurdités du système de management à l’américaine en vogue dans son entreprise. C’est à se demander si ce n’est pas la politique de rébellion consistant à « ne rien faire et à le revendiquer » de l’un de ses collaborateurs qui serait encore la moins absurde…

Benoît n’est pas un héros ni un antihéros, c’est un courant d’air qui se laisse porter par le vent jusqu’à ce que Myriam entre dans sa vie par la petite porte et s’insinue petit à petit dans son esprit pour lui donner, sans le vouloir, cette grande claque dans le dos dont il avait besoin pour avancer et enfin reprendre les rênes de son existence. Parce que travailler sans entrain ni passion et passer d’une femme à l’autre plus par habitude que par envie, est-ce réellement vivre ?

En parallèle de cet homme qui erre dans la vie sans but précis, on découvre Myriam, non pas à travers ses mails, mais grâce à un procédé que j’apprécie toujours beaucoup et qui permet de faire la connaissance d’une adolescente haute en couleur. J’ai eu un coup de cœur pour Emma qui, derrière un certain cynisme et un humour grinçant, se révèle plutôt attachante et pleine d’initiatives ! Très liée à sa mère, elle est ainsi bien décidée à l’aider à se sortir de cette léthargie qui l’accable et à la soutenir, à son insu, dans ses tentatives de séduction virtuelle… Après tout, il ne va pas se faire tout seul ce petit frère qu’elle aimerait bien avoir. Et tant pis, si pour cela, elle va devoir se rapprocher d’un geek dont la notion d’hygiène semble être plutôt approximative. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour les gens qu’on aime !

Il y a donc beaucoup d’humour dans ce roman que ce soit à travers les personnages ou quelques situations cocasses qui ne devraient pas manquer de vous faire sourire. Il se dégage également une certaine poésie de cette rencontre fortuite et virtuelle entre deux êtres que rien ne destinait à se rencontrer, si ce ne sont les facéties du destin et un besoin de se plonger dans l’inconnu afin de pallier les insuffisances de l’existence.

Contrairement à ce que laissent présager la couverture et le titre mélancoliquement poétique, ce roman n’est pas triste, loin de là. Sans tomber dans les poncifs et autres idées dégoulinantes de bons sentiments de certains feel good, l’auteur réalise un sans-faute avec un roman qui amuse et qui emporte, qui fait sourire et qui interroge sur le sens de la vie. Drôle, relevé et bien plus profond qu’il n’y paraît, voici un roman que je vous conseillerais si vous aimez les belles plumes, l’humour, les personnages attachants, mais pas parfaits, et les hasards de la vie qui font les belles histoires.

Je remercie les Éditions L’Âge d’Homme et Babelio pour cette lecture.

Mini-chroniques en pagaille #21 : variation autour du petit (Challenge Un mot, des titres)

Mini-chroniques en pagaille

Plus détaillées qu’un simple commentaire, mais moins développées qu’une chronique, les mini-chroniques me permettent de partager succinctement mon avis sur certaines de mes lectures que je n’ai pas eu le temps ou l’envie de chroniquer de manière plus classique.


Toutes ces lectures ont été réalisées dans le cadre du Challenge Un mot, des titres organisé par Les lectures d’Azilis. Le but est de partager son avis un jour donné en fonction d’un mot que l’on doit retrouver dans le titre d’un livre. Pour ma première participation, j’ai choisi plusieurs petites lectures autour du mot de la session : petit(e)(s).

  • Petit maboule de Charlotte Mondlic (Thierry Magnier Éditions) :

On découvre un jeune narrateur qui se prend d’une soudaine envie de faire des bêtises. Pas par méchanceté, mais parce qu’il en a envie tout simplement ! Il ne ressent aucune culpabilité malgré les éventuelles conséquences pour les autres. Cela commence par une tache d’encre sur le pull d’une camarade qui n’avait rien demandé puis un méfait qui, cette fois, ne restera pas impuni… Trop, c’est trop, notre petit fauteur de troubles est convoqué chez la directrice puis conduit, par son père, chez une personne habilitée à faire le point sur ce soudain changement de comportement.

L’autrice, à travers un court mais percutant roman, aborde une épreuve que beaucoup d’enfants ont dû ou devront traverser. Il n’est point question ici de condamner ni d’excuser, mais de comprendre ce qui se cache derrière des actes qui résonnent très fort comme un appel à l’aide. Un appel à l’aide maladroit, mais qu’il est nécessaire d’écouter et d’accompagner notamment par un professionnel quand la situation, comme ici, l’exige. La parole est libératrice et une fois les mots posés sur les maux, la vie peut reprendre son cours…

  • Mon p’tit vieux de Jo Hoestlandt (Mini Syros) :

Dans un langage très familier, le roman étant narré du point de vue d’un garçon allant fêter ses dix ans, l’auteur évoque la vie dans un immeuble de cité, avec les copains, les abrutis à savoir ceux qui ne sont pas des copains, la famille, les voisins parfois un peu craignos (vous auriez l’idée de balancer une télé depuis votre fenêtre vous ? ) et… le p’tit vieux !

Le vieux qui pue, qui est bizarre, qui est méchant, dont on se permet de gribouiller la boîte aux lettres et de se moquer au quotidien. Il faut dire que le bougre ne semble pas y mettre du sien pour s’attirer la sympathie des jeunes du quartier. À part râler, négocier pour ne pas payer la peau des bananes, se goinfrer de chocolat dans les rayons d’un magasin et acheter des boîtes pour son chat, que fait-il de ses journées le vieux de toute manière ?

Si j’ai eu du mal avec le langage, la fin du roman m’a touchée parce qu’elle met en exergue cette solitude souvent associée au troisième âge. On comprend que derrière des comportements étranges et peu avenants peut se cacher une dure réalité, et qu’avec un petit mot et un minimum d’attention, la situation aurait pu être autre. Mais comme dans la vraie vie, il est parfois trop tard, et quand le pire survient, ne restent que les regrets et la culpabilité.

Un texte brut pour un sujet de société difficile, la solitude des plus âgés, qui ne devrait pas manquer de faire réfléchir les lecteurs de tout âge.

  •  Les 7 sept petites mains de Lee Young-Kyung (les éditions du Pépin) :

Lee Young-Kyung - .

Je ne dirai que quelques mots sur ce joli album illustré par Lee Young-Kyung qui met en couleurs et en images une ancienne légende coréenne. C’est un véritable plaisir de se plonger dans ces illustrations traditionnelles pleines de charme et de se laisser envoûter par la richesse des détails, notamment au niveau des vêtements.

Alors qu’une jeune couturière se repose, ses sept fidèles amies (Dame mètre, Mademoiselle Ciseaux, Dame Aiguille, Dame fil, Grand-mère Dé, Mademoiselle Petit Fer et Mademoiselle Grand Fer) commencent à se chamailler, chacune étant persuadée d’être la plus importante dans un travail de couture… Mais la vérité va finir par les rattraper : le rôle de chacune est précieux et indispensable, et c’est dans l’harmonie que naissent les plus beaux habits !

Une jolie morale pour un petit album que l’on prendra plaisir à parcourir et à admirer.

Et vous, connaissez-vous ces livres ?
Certains vous tentent-ils ?