Amitié, tout ce qui nous lie, Heike Faller et Valerio Vidali

Amitié, tout ce qui nous lie par Faller

Ce livre est dédié à toutes les amitiés : les éphémères, celles qui durent toute une vie, celles qui sont devenues des histoires d’amour et celles que nous n’avons pas osé sauver.

Sous-Sol (1 octobre 2020) – 180 pages – Relié (19,90€)

AVIS

Quand Babelio m’a proposé de recevoir Amitié, tout ce qui nous lie, je n’ai pas hésité une minute, attirée par la perspective de découvrir un ouvrage graphique abordant un sujet ô combien important, l’amitié. N’oublions pas, pour reprendre Aristote, que l’homme est un animal social.

Que l’on approuve ou non la pensée de ce grand philosophe, je pense que ce livre pourra plaire à un large public, l’amitié revêtant une place plus ou moins importante dans la vie de chacun. Or ce que nous propose ici Heike Faller, ce n’est ni plus ni moins qu’une magnifique ode à l’amitié, celle d’une vie, celle de quelques instants, celle qui naît d’un centre d’intérêt commun, de circonstances particulières ou du plus parfait des hasards, celle qui perdure malgré la distance et les années, celle qui se délite sans que l’on ne sache vraiment pourquoi, celle qui nous échappe avant de revenir s’imposer dans notre vie comme une évidence ou à l’inverse, celle que l’on n’avait pas vu venir et qui prend le temps d’éclore, celle qui devient histoire d’amour…

Au gré des pages, le lecteur ne pourra que retrouver certaines scènes faisant écho à son propre passé et à ses propres expériences : les discussions jusqu’au bout de la nuit et les secrets murmurés dans le silence de l’obscurité, les jeux plus ou moins sages, les bons moments et les bonbons partagés (importants, les bonbons, mais ça marche aussi avec le chocolat), les voyages, les éclats de rire parfois gênants pour les autres, mais tellement vivifiants pour les amis qui les partagent, la jalousie, l’oreille attentive et le soutien indéfectible malgré les divergences d’opinions et les petits défauts qui font de l’autre ce qu’il est, un véritable ami !

Évidemment, toutes les pages n’ont pas résonné en moi avec la même force, mais toutes m’ont touchée, voire parfois émue, grâce aux souvenirs qu’elles ont fait remonter à la surface. Une raison suffisante, s’il en fallait une, pour se laisser tenter et submerger par ce très bel ouvrage qui bénéficie d’un travail éditorial de qualité : format carré et relié facile à prendre en main, couverture soft touch très agréable qui rappelle la douceur des moments partagés entre ami(e)s dont l’illustration de couverture est, pour moi, un joli exemple, mise en page intéressante et agréable avec des double-pages entièrement illustrées et rehaussées d’un texte toujours économe en mots, mais pas en beauté, en poésie et en émotions…

Il se dégage ainsi beaucoup de lumière et de douceur de cet album illustré par Valerio Vidali qui a pris le parti de nous offrir des illustrations colorées que l’on pourrait qualifier de naïves et épurées. Un style, dont je ne suis en général pas la plus grande amatrice, mais qui se marie ici à merveille avec le texte et qui lui donne encore plus de force. Ce que suggère avec subtilité et concision Heike Faller, l’illustrateur lui donne vie et nous en fait ressentir toute la puissance. On appréciera également, en fin d’ouvrage, les quelques pages expliquant la genèse de l’album.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En conclusion, de par l’universalité du thème abordé et de la douceur avec laquelle cela est fait, Amitié, tout ce qui nous lie est un très bel ouvrage à mettre entre toutes les mains afin de redécouvrir une vérité que le rythme effréné de la vie actuelle aurait vite fait de nous faire oublier : l’importance de l’amitié. Beau, tendre, poétique, doux et chaleureux, un album à lire et à relire seul ou entre ami(e)s…

Je remercie les Éditions du sous-sol et Babelio pour m’avoir envoyé ce livre en échange de mon avis.

La forêt des cœurs glacés, Anne Ursu

La forêt des coeurs glacés

J’avais découvert La forêt des cœurs glacés d’Anne Ursu sur la blogosphère et l’avait noté pour une prochaine lecture d’hiver. Cette lecture m’a permis de terminer, en avance, mon challenge Cold Winter.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Hazel et Jack aiment rêver et passent leur temps à réinventer le monde. Quand la réalité les ennuie ou leur paraît trop rude, ils se réfugient dans les jeux et les histoires qu’ils inventent, bien plus belles et amusantes que le monde des adultes qu’ils trouvent si triste ! Mais un jour, Jack disparaît, sans explication. Pour le retrouver et sauver leur amitié, Hazel entreprend un long et périlleux voyage. La voici seule dans une étrange forêt peuplée de créatures fantastiques, à la recherche du palais de glace de la reine des neiges qui a enlevé Jack…

  • Broché: 296 pages
  • Editeur : Seuil (20 septembre 2012)

AVIS

En plus d’une situation familiale délicate, Hazel et Jack, deux très grands amis, ont en commun une grande imagination qu’ils mettent à profit pour vivre de belles et épiques aventures auxquelles restent désespérément hermétiques les adultes. Or, un jour, par un malheureux concours de circonstances, Jack change au point de rejeter son amie d’enfance avant de disparaître! Désirant sauvé son ami et leur amitié, Hazel part alors à l’aventure.

J’ai trouvé la première partie du roman qui décrit les situations familiales respectives des deux enfants ainsi que les liens profonds les unissant très intéressante. J’ai été touchée par les situations difficiles que chacun d’entre eux vit, Jack avec sa mère devenue l’ombre d’elle-même et Hazel avec le départ de son père. Difficile également de rester insensible devant la quête d’identité de notre jeune héroïne. J’ai en outre adoré la manière dont Anne Ursu a su décrire la très belle et touchante amitié unissant nos deux héros. Certaines situations m’ont même rappelé des souvenirs d’enfance, époque à laquelle les amitiés revêtent un caractère spécial presque vital.

J’ai également beaucoup aimé assister, dans la deuxième partie, au périple d’Hazel pour retrouver et sauver Jack. Au cours du chemin, notre héroïne affrontera courageusement différents dangers, rencontrera des personnes qui ne sont pas forcément ce qu’elles semblent être, en apprendra plus sur elle-même, réfléchira à la notion d’amitié et aux liens familiaux… J’ai lu cette deuxième partie d’une traite désirant savoir le sort réservé à Jack et la manière dont Hazel arriverait à le sauver.

Au l’issue de cette aventure, j’ai eu le sentiment que les deux enfants ont grandi et compris que si l’imagination est importante, elle n’est pas forcément la solution dans laquelle s’enfermer en cas de difficulté dans la vie.

Enfin, si La forêt des cœurs glacés évoque bien l’univers des contes et de la magie, je n’ai pas trouvé que c’était vraiment une réécriture de la Reine des Neiges, personnage bien loin d’être au centre de l’intrigue. J’ai d’ailleurs regretté son rôle peu important dans le roman et j’aurais adoré qu’elle soit mieux exploitée.

En conclusion, j’ai beaucoup apprécié cette histoire d’amitié hors du commun entre Hazel et Jack ainsi que la place donnée à l’imagination, à la magie, aux contes… C’est un livre jeunesse qui devrait plaire aux jeunes, mais également aux adultes qui pourront, durant quelques heures de lecture, renouer avec leur imagination et leur âme d’enfant.

MA NOTE : 4/5

c2_orig

cof