Fingus Malister, tome 1 : Feux follets, mandragore et cadavre frais, Ariel Holzl

Couverture Fingus Malister, tome 1 : Feux follets, mandragore et cadavre frais

« Préparez une soupe de mandragore avec 120 g de sève de mandragore et 80 g d’or des fous. Mélangez les ingrédients dans un bocal à élixir et faites mijoter une journée à feu follet. Une fois la soupe terminée, il suffit de la répandre sur tout cadavre frais pour qu’il revienne à la vie en quelques minutes. Et le rituel de zombification est accompli ! »
Apprenti seigneur maléfique, Fingus Malister sait comment il va éblouir les jurés de sa future académie de magie. Mais il a besoin de l’aide d’une sorcière plus têtue que lui…

Rageot ( 02/10/2019) – 10/12 ans – Ebook (9,99€) – Broché (12,50€)

AVIS

Fingus Malister rêve d’entrer à l’académie de magie, mais avant de faire de son rêve une réalité, il va devoir éblouir le jury lors de l’Audition. Pour y arriver, il a déjà sa petite idée : réaliser le rituel de zombification repéré dans un manuel de nécromancie dont le piteux état n’a pas l’air de le rebuter. Reste à trouver les ingrédients de la recette qui, hélas pour lui, ne s’achètent pas dans la première épicerie venue. Et c’est comme ça qu’il part à l’aventure ou à la catastrophe (avec Fingus, c’est souvent la même chose), et qu’il entraine avec lui sa seule et meilleure amie, une jeune sorcière du nom de Poppy.

Descendant d’une lignée de sorciers maléfiques, Fingus n’est pas vraiment apprécié des villageois, et c’est un euphémisme. Seul survivant de sa famille décimée par un incendie, il ne semble pourtant pas être particulièrement affecté par la situation. Il faut dire qu’il est plus préoccupé par l’idée de faire honneur à son héritage familial en devenant un puissant nécromancien que par sa cote de popularité. Imbu de lui-même, de mauvaise foi et souvent désobligeant avec sa meilleure amie, Fingus est pourtant un personnage que je n’ai pas réussi à détester. D’abord, parce que c’est une telle catastrophe ambulante qu’il en devient comique malgré lui et puis parce que vu son passé et le manque de figures bienveillantes dans sa vie, difficile de lui en vouloir de ne pas être un parangon de vertu… J’ai, en outre, apprécié le décalage entre le monde qu’il s’est forgé et la réalité sans oublier son côté complètement décalé. Vous en connaissez beaucoup vous des enfants qui se trimballent avec le crâne de leur ancêtre ?

Malgré un caractère peu avenant, Fingus peut compter sur l’amitié de Poppy qui le soutient dans ses péripéties tout en tentant, souvent sans grand succès, de le ramener à la raison quand ses idées farfelues le conduisent dans des situations quelque peu périlleuses... Poppy est une jeune fille sérieuse, débrouillarde, douée et intelligente qui n’a absolument rien en commun avec Fingus. En plus d’avoir une influence bénéfique sur ce dernier, la jeune sorcière est aussi son garde-fou. Sans elle, pas certain que notre apprenti nécromancien aille bien loin. Une réalité qu’il n’est pas prêt à admettre, mauvaise foi de sorcier maléfique oblige !

Poppy aurait pu être fade, surtout face à un personnage aussi atypique et haut en couleur que Fingus, mais l’auteur l’a rendue intrigante et surprenante, notamment si l’on considère son refus de lancer des sorts. Elle préfère ainsi suivre un enseignement plus traditionnel de la sorcellerie, ce qui est tout à son honneur même si cela ne plaît pas forcément à son meilleur ami. Si j’ai parfois regretté que la jeune fille se laisse un peu trop marcher sur les pieds, Fingus ayant une légère tendance à se comporter comme un tyran, on finit par se rendre compte qu’elle ne manque pas de caractère et qu’il y a une explication logique à son comportement… Le duo fonctionne donc très bien, sa complémentarité ne faisant aucun doute et sa dynamique originale. 

J’ai également apprécié que le roman évoque le thème de la grossophobie à travers Fingus qui n’hésite pas à se moquer de la silhouette de son amie. Je trouve intéressant d’introduire ce genre de remarques méchantes et déplacées (tellement courantes dans une cour d’école, mais pas que…) dans la bouche d’un personnage à la base peu sympathique. Cela permet aux enfants d’associer les moqueries sur le poids d’une personne à la méchanceté tout en offrant, aux adultes, une éventuelle base pour lancer une discussion à cœur ouvert sur le sujet. Mais je vous rassure, Fingus ne passe pas non plus son temps à se moquer de Poppy, c’est juste que ce thème est tellement rare en littérature jeunesse qu’il me semblait important de le mentionner.

Notre tandem de choc va être mis à rude épreuve, sa quête d’ingrédients pour le rituel de zombification ne se révélant pas de tout repos ! Entre des fantômes vindicatifs, la traversée d’un bois abritant des bestioles fort peu ragoûtantes et la confrontation avec leurs camarades pas très amicaux, nos deux amis vont devoir faire preuve de débrouillardise et d’imagination pour faire face aux multiples dangers qui se dresseront sur leur chemin ! Un autre danger bien plus pernicieux guette également notre jeune sorcier…

Quant à la plume de l’auteur, fluide, immersive et agréable, elle fait des merveilles sur les jeunes lecteurs, mais aussi sur des lecteurs plus âgés qui devraient se laisser séduire par l’imagination fertile de l’auteur et son humour noir et décalé. Rythmé et auréolé d’une délicieuse atmosphère mêlant mystère et doux frissons, ce roman se dévore donc très vite.

En conclusion, ayant adoré le premier tome des Sœurs Carmines, j’étais curieuse de découvrir l’auteur dans un registre plus jeunesse. Et je dois bien avouer que l’effet Ariel Holzl a de nouveau bien fonctionné sur moi ! Bien que l’humour soit un peu moins grinçant que dans sa précédente série, on reconnaît sa manière bien à lui de jouer sur les mots, de créer des personnages en théorie détestables, mais auxquels on s’attache, et d’introduire une ambiance particulière mélange d’humour noir, de morbide et d’extravagance. Voici donc un premier tome introductif, mais non dénué d’originalité, de mordant et de charme !

Merci aux éditions Rageot et à NetGalley pour cette lecture.

 

In My Mailbox #100

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Lire ou Mourir. »


ACHAT D’OCCASION

  • Désirant cet ouvrage depuis des lustres, je n’ai pas hésité à le prendre quand je l’ai croisé chez un bouquiniste.

Couverture L'effroyable encyclopédie des revenants

Vous savez à peu près tout sur les fantômes ? Bien… Il est temps maintenant de passer à une autre espèce d’ectoplasmes : les revenants. Plus sombres, plus méchants et plus vicieux, ils font même peur aux fantômes. Car si ces derniers sont au grenier, les revenants sont à la cave. Enfin presque. Car, en ces lieux d’effroi et avec ceux qui les hantent, rien – hormis les têtes – n’est jamais nettement tranché… Après nous avoir fait frissonner de plaisir avec leur Epouvantable Encyclopédie des fantômes, le trio Pierre Dubois, Elian Black’Mor et Carine-M revient pour ce nouvel ouvrage splendide, tant au niveau du texte que des illustrations, nous faisant voyager aux frontières d’un monde enchanteur et terrifiant à la fois.

  • J’en ai assez peu entendu parler, mais le résumé et la couverture m’ayant intriguée, je me suis également laissée tenter par La nouvelle arche :


Spécimen : enfant maintenu en gestation artificielle pendant quinze années. Donne naissance à un membre actif et productif de la Communauté.

Mathilde est l’une des premières. Aujourd’hui âgée de 20 ans, elle s’occupe des futures générations qui grandissent au Centre. Comme elle, ces spécimens n’auront pas d’enfance. Comme elle, ils naîtront, prêts à se battre, pour affronter l’ennemi invisible qui terrorise leur Communauté.

Aussi, lorsqu’un mal étrange frappe certaines unités, Mathilde cherche à tout prix le moyen de les sauver. Et ce qu’elle découvre pourrait bien remettre en cause sa propre humanité. Mais peut-on être seule à changer le monde ?
Désormais, elle n’a plus qu’une alternative : se taire. Ou combattre.

SERVICES DE PRESSE

Je remercie les éditions :

Couverture Le voyage d'un chat

Le périple d’un chat qui décide de partir à l’aventure, loin du monde des humains.

Motus est un jeune chat rêveur et curieux qui découvre le courage au fil de son aventure. Il quitte son abri tranquille, s’éloigne du monde des humains, pour devenir un fier « poileux ». Son voyage l’oblige à prendre des risques, à faire des choix, à suivre son intuition pour, au retour, être heureux de partager un trésor avec une jeune fille. Mais n’est-ce pas aussi ton destin, à toi lecteur, de t’enrichir d’expériences pour être plus fort et mieux accompagner ceux que tu aimes ? Alors va… voyage avec ce petit personnage qui, quelque part, te ressemble ! Écoute la Nature. Peut-être le murmure de la forêt t’invitera-t-il à goûter… le miel de lune !

Découvrez en famille l’histoire d’un chaton qui part pour un voyage enrichissant et plein de découvertes. Un roman jeunesse joliment illustré par JustineF.

  • De Borée pour Léonard de Vinci L’indomptable.

Portrait intime d’un génie. Léonard de Vinci demeure le génie de tous les temps. Homme d’esprit universel, artiste peintre, sculpteur, poète, écrivain, philosophe, musicien, scientifique, ingénieur-inventeur, anatomiste… Qui est-il en vérité ? Au début du XVIe siècle, au terme de sa vie, Léonard de Vinci, génie, artiste pluriel et homme de science, quitte l’Italie où il fut reconnu par ses pairs, mais surtout moqué, accusé, rejeté, détesté, incompris… François Ie l’accueille, le protège à Amboise et le nomme premier peintre de la Cour. Le roi de France et sa mère Louise de Savoie partagent plusieurs secrets avec lui : l’origine du linceul du Christ, l’identité de la Joconde et un projet fou : une ville nouvelle. Enfin admiré et choyé, Léonard de Vinci revisite son passé, le scénario chaotique de sa vie. Très tôt arraché à sa mère aux origines étranges par un père notaire et sans scrupules, il ne peut espérer étudier à l’université pour cause de bâtardise… Placé dans un atelier d’art de Florence, tous, maître et apprentis, remarquent sa taille de géant et ses talents de peintre ambidextre. Magnétique, beau, drôle, insolent, secret, il est toujours dans l’oeil du cyclone de l’Histoire, tel une star moderne. Proche des Médicis qu’il déteste, ami de Botticelli et de Machiavel, il observe le monde en annonciateur du futur. Chassé de Florence, c’est à Milan que Ludovic Sforza lui réclame des projets d’armes de guerre et non de paix. On l’utilise, on le méprise, on le pille… Il prône l’amour et la bonté. Mais qui écoute cet humaniste et poète qui réinvente le monde ? Il signait souvent IO, car sa plus grande richesse fut d’être simplement lui et personne d’autre ! Ce récit romanesque apporte un éclairage original sur la vie de l’indomptable et génial Léonard de Vinci.

EMPRUNTS NUMÉRIQUES

Le réseau de bibliothèques de ma ville propose un service de prêt numérique que je n’utilise quasiment jamais. Mais j’ai eu envie de feuilleter le catalogue et ai découvert des livres très tentants dont deux en particulier :

25 grammes de bonheur par [Vacchetta, Massimo, Tomaselli, Antonella]

L’histoire vraie d’une amitié entre un homme et un petit hérisson qui a transformé sa vie.

Un petit être qui pèse seulement 25 grammes, qui a froid et faim… Ninna est un bébé hérisson  orphelin et ses cris sont désespérés. Quand Massimo le découvre, il l’adopte immédiatement et le sauve d’une mort certaine. De jour en jour, une amitié inattendue grandit. Curieuse et affectueuse, Ninna bouleverse la vie de Massimo qui, de son côté, traverse également une période difficile.

Il s’attache et s’identifie à sa petite protégée dont la vie ne tient qu’à un fil et, à force d’amour et de respect, l’homme et l’animal reprennent progressivement goût à l’existence. Surtout, un centre d’accueil pour les hérissons, dont l’espèce est menacée, voit le jour.

Massimo a appris une leçon de Ninna  : en aidant ces animaux fragiles, il donne un nouveau sens à sa vie. Et, finalement, il a trouvé le bonheur…

A la trentaine, Solange adopte Truite, poussée par un désir de chien comme d’autres ont un désir d’enfant. L’animal est son double à poil. Son miroir. Dans ce face à face, Solange s’interroge. Drôle et acide, elle décortique nos préoccupations ; l’amour, le corps, l’inquiétude, l’amitié, la maternité… Solange signe un texte qui semble murmurer : « Vous n’êtes plus seul », un récit-confidence ; celui d’une génération libre et audacieuse.

Et vous, quelles sont les nouveautés de votre PAL ?

Piège conjugal, Michelle Richmond

Piège conjugal

Je remercie Babelio et Presses de la Cité pour m’avoir permis de découvrir Piège conjugal de Michelle Richmond.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Alice, ancienne rockeuse reconvertie en avocate, et Jake, psychologue, s’aiment, l’avenir leur appartient. Le jour de leur mariage, un riche client d’Alice se présente avec un cadeau singulier : l’adhésion au « Pacte ». Le rôle de ce club ? Garantir à ses membres un mariage heureux et pérenne, moyennant quelques règles de conduite : décrocher systématiquement quand le conjoint appelle, s’offrir un cadeau tous les mois, prévoir une escapade trois fois par an… mais surtout, ne parler du Pacte à personne. Alice et Jake sont d’abord séduits par l’éthique, les cocktails glamour et la camaraderie que fait régner le Pacte sur leur vie… Jusqu’au jour où l’un d’eux contrevient au règlement. Le rêve vire au cauchemar. Mais comme le mariage, l’adhésion au Pacte, c’est pour le meilleur… comme pour le pire.

  • Broché: 480 pages
  • Éditeur : Presses de la Cité (3 mai 2018)
  • Prix : 21€
  • Autre format : ebook

AVIS

Jusqu’où seriez-vous prêt à aller par amour et que seriez-vous prêt à sacrifier pour le bien de votre mari/femme ?

Une question à laquelle Jack et Alice, jeunes mariés, vont devoir faire face à la minute où ils ont accepté de signer le Pacte, accord qu’ils découvrent grâce à Finnegan, un client du cabinet d’avocats où travaille la jeune femme. Ce Pacte, basé sur le système judiciaire britannique, est destiné à faire du vœu pieux d’un mariage pour l’éternité, une réalité. Quitte pour cela à utiliser des moyens que nous pourrions qualifier de discutables… Alice et Jack vont d’ailleurs, petit à petit, découvrir l’horreur des moyens coercitifs mis en place pour les personnes ne respectant pas les très nombreuses règles du Pacte.

La grande force de ce roman est de faire monter la pression et la tension de manière crescendo. Dès le départ, on sent qu’il y a quelque chose de bizarre derrière ce Pacte qui, en dehors du cercle restreint de ses membres, demeure inconnu du grand public. Il existe d’ailleurs un vrai culte du secret autour de ce dernier, un culte qu’il ne serait pas prudent de vouloir trahir… Mais comme les jeunes mariés, on se laisse porter par les événements en se disant qu’il s’agit certes d’un accord étrange et exigeant, mais qu’il leur suffira de revenir sur leur parole si les choses vont trop loin. Malheureusement, Alice et Jack vont assez vite comprendre que les choses ne sont pas si simples :

« On ne quitte pas le Pacte et le Pacte ne vous quitte pas ».

Cette phrase résume à elle seule l’impression que l’on peut ressentir à l’égard du Pacte : plus qu’un accord, il s’agit d’une entrée dans une organisation secrète et menaçante qui s’apparente presque à une secte… Et comme dans une secte classique, il est difficile de partir voire impossible surtout si l’on considère que tous les membres sont très influents et ont un pouvoir de nuisance très fort. C’est donc une vraie toile d’araignée, solide et asphyxiante, qui s’est construite autour de notre couple pour son plus grand malheur ! 

Alors que l’idée de devoir suivre un certain nombre de règles destinées à préserver les liens sacrés du mariage plaît bien à Alice et Jack, les sentences accompagnant les infractions les laissent d’abord sceptiques avant de leur faire franchement peur. Il faut dire que les jeunes mariés ne sont pas vraiment les membres idéaux, et qu’ils sont donc assez rapidement sanctionnés, des sanctions qui se révèlent effrayantes et, somme toute, disproportionnées par rapport aux « crimes » commis. Le Pacte a comme leitmotiv de faire systématiquement passer son conjoint avant tout, travail prenant ou pas. Une idée assez plaisante, mais qu’Alice, passionnée par son travail d’avocate, va avoir des difficultés à respecter. Elle sera alors violemment rappelée à l’ordre et vivra même l’expérience désagréable de l’emprisonnement, un comble pour une avocate ! Jack, qui a la manie de poser trop de questions, ne sera pas en reste et connaîtra sa part de châtiments voire de tortures autant physiques que psychologiques…

Ce qui frappe avec ce roman, c’est cette impression de danger omniprésent. C’est un peu comme si le couple vivait avec une épée de Damoclès au-dessus de sa tête et que la foudre pouvait s’abattre sur eux à chaque instant. Car le Pacte voit tout, le Pacte sait tout et le Pacte est partout ! Rien ne lui échappe, pour le plus grand malheur de ses membres, surtout ceux qui commencent à remettre en question les méthodes du Pacte pour préserver les liens sacrés du mariage. D’ailleurs, les mariages sont-ils tous heureux comme le Pacte veut le faire croire ou existe-t-il de sombres secrets que quelqu’un cherche à tout prix à cacher ? Une question que ne peut s’empêcher de se poser Jack depuis qu’il a rencontré une ancienne amie, également membre du Pacte, qui l’a mis en garde contre cette organisation et ses méthodes draconiennes pour faire respecter ses règles…

Comme Jack, on finit par devenir paranoïaque, doutant de tout et de tout le monde. Et on reste parfois dubitatif devant le comportement d’Alice qui, si elle craint également le Pacte, semble moins s’y opposer que son mari. Il faut dire que ce dernier a éveillé en elle son esprit de compétition exacerbé. Fidèle à elle-même, elle désire ainsi, malgré ses craintes, briller que ce soit en connaissant par cœur les commandements du Pacte ou en arrivant à devenir la meilleure épouse possible, non pas par amour donc, mais pas pure volonté d’être la meilleure…

C’est d’ailleurs ce que j’ai apprécié dans ce roman, l’ambivalence permanente des sentiments : le Pacte est basé sur un grand idéal, celui d’un mariage heureux pour la vie, mais il fait preuve de moyens dignes d’une dictature pour l’atteindre. Du coup, on oscille entre acceptation et révolte, et c’est émotionnellement très déstabilisant ! De la même manière, Alice et Jack redoutent ce Pacte, mais d’un autre côté, ce dernier leur permet de se rapprocher, notamment parce qu’il leur offre un ennemi commun à combattre. Grâce ou à cause du Pacte, Alice passe également plus de temps avec Jack, ce qui n’est pas pour déplaire à ce dernier, ce qui n’étonnera point les lecteurs. En effet, on se rend compte assez vite d’un certain déséquilibre dans ce mariage, Jack semblant redouter que sa femme finisse par s’apercevoir que son ancienne vie de rockeuse lui convenait mieux que sa condition d’avocate arriviste et mariée… Et ce sont certainement les doutes de Jack mêlés à ceux d’Alice et à son esprit de compétition qui les auront poussés à accepter l’offre de Finnegan… À cet égard, le Pacte peut s’apparenter à une thérapie de choc qui va leur montrer qu’ils n’ont pas besoin de suivre des principes édictés par d’autres pour être mariés ET heureux.

J’ai aimé le choix de l’auteur de faire monter crescendo la tension en alternant présent et passé. Cette alternance dynamise le récit, mais rend surtout la lecture complètement immersive, stressante et quelque peu addictive. À mesure que l’on avance dans la lecture et qu’on apprend à connaître Jack et Alice, on ne peut que croiser les doigts pour qu’ils trouvent une échappatoire et que ce cauchemar prenne fin… J’avoue néanmoins avoir été un peu déçue par la fin avec cette impression que la tension retombe d’un coup comme un soufflé. Je n’aime pas les fins ouvertes, mais je pense, et ce n’est que mon avis, que l’auteure aurait pu faire l’économie de l’épilogue. Cela n’aurait pas rendu la fin plus remarquable, mais un peu moins fade. J’ai toutefois apprécié un retournement de situation que je n’avais qu’en partie deviné. Celui-ci nous prouve que l’âme humaine est décidément bien noire et que certains sont prêts aux pires atrocités pour toucher de près le pouvoir…

Le Pacte, garantie d’un mariage heureux et durable ou piège tentaculaire qu’il vous sera impossible de fuir ? Une question qui vous tiendra en haleine et qui rendra toute tentative de lâcher votre livre vaine. À l’aide d’une narration dynamique et immersive, Michelle Richmond nous offre ici un récit à l’atmosphère particulièrement angoissante qui vous plongera dans un maelström d’émotions allant de la curiosité à la peur en passant par la franche révolte. Ce qui est certain, c’est qu’avec cette auteure, l’expression « se marier pour le meilleur et pour le pire » prend une tout autre dimension. Amateurs de suspense et d’histoires qui jouent sur l’ambivalence des sentiments, arrêtez-vous, vous avez trouvé votre prochaine lecture !

Et vous, envie de craquer pour Piège conjugal ?

In my mailbox #66

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Lire ou Mourir. »


TROCS

  • Frog Music d’Emma Donoghue, Le livre de poche

 

À l’été 1876, la ville de San Francisco suffoque sous une chaleur accablante. Dans un saloon, en lisière d’une voie ferrée, un coup de feu retentit. Blanche Beunon échappe de justesse à la mort qui n’épargne pas son amie Jenny Bonnet, fauchée sur le coup. Inconsolable, Blanche, une danseuse de burlesque française, met tout en œuvre pour conduire le meurtrier de Jenny devant la justice. Les événements qu’elle s’efforce de recomposer impliquent tout un monde d’indigents au désespoir, de souteneurs, d’enfants perdus… Peu à peu, elle découvre les secrets de Jenny.
Emma Donoghue livre une envoûtante histoire de femmes bataillant pour s’affranchir du monde sans foi ni loi de la grande ville de l’Ouest.

  • Room d’Emma Donoghue, Le livre de poche

SERVICES PRESSE

Je remercie les maisons d’édition pour leur confiance.

  • Les maux bleus de Christine Féret-Fleury, Gulf Stream

Couverture Les maux bleus

Armelle le sait depuis trois ans, elle aime les filles. Seul son carnet bleu est mis dans la confidence. L’adolescente solitaire et férue de lecture y confie ses peurs, ses espoirs. Elle lui parle d’Inès, une nouvelle élève qui l’attire. Lorsque son amie la rejette violemment, Armelle devient rapidement l’objet du mépris et des insultes de ses camarades. Pourtant, cet événement n’est qu’un tournant dans sa vie qui bascule définitivement un dimanche soir. Alors que ses parents découvrent son secret, Armelle est jetée dehors. Elle n’a que 16 ans quand, cette nuit-là, elle voit la porte de sa maison se fermer brutalement devant ses yeux. Seule dans la rue avec son carnet, elle doit apprendre à survivre… Mais est-elle vraiment seule ?

  • La première guerre mondiale et mystères, histoires insolites de Jean-Michel Cosson, De Borée

Un bataillon qui disparaît sans laisser de traces, des anges qui se portent au secours de soldats en déroute, l’incroyable histoire du soldat amnésique, un parc de loisirs pour poilus à proximité des tranchées, une voyante qui prédit au gouvernement français la victoire de la Marne… Autant de tranches de vie et d’histoires, tout aussi insolites qu’extraordinaires, jalonnant cet ouvrage, offrant une lecture enrichissante et une vision différente de la Grande Guerre.

  • Peur sur la ligne de Ben Aaronovitch, J’ai lu

Et vous, quelles sont les nouveautés de votre PAL ?

 

 

In My Mailbox #65

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Lire ou Mourir. »


SERVICES PRESSE

Je remercie les éditions Marivole, les éditions Castelmore et Livraddict ainsi que Marie-Laure König pour leur confiance.

wp-image-428999877

ACHATS FRANCE LOISIRS

Voici mes deux dernières commandes chez France Loisirs. Il manque une BD de la série La sagesse des mythes que je n’ai pas encore reçue pour cause de rupture de stock. J’ai craqué pour la série d’autant que mon neveu s’est montré très intéressé par celle-ci.

wp-image--821175180

Aucun texte alternatif disponible.wp-image-49983407

Si certains d’entre vous souhaitent avoir des renseignements ou être parrainés pour intégrer le club France Loisirs (parrain et filleul reçoivent chacun un bon d’achat de 50€), n’hésitez pas à me contacter (lightandsmell@gmail.com).

BOITE A LIVRES

J’ai trouvé ce roman d’Amélie Nothomb que je possède quelque part dans mon bazar… J’ai donc cédé à la facilité et l’ai embarqué avec moi. L’ayant déjà lu, je le remettrai prochainement dans une boîte à livres.

Aucun texte alternatif disponible.

Et vous, quelles sont vos dernières nouveautés livresques ?

 

 

In My Mailbox #57

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Lire ou Mourir. »


SERVICE PRESSE

Merci aux Éditions du rêve (très joli nom de maison d’édition) pour ce petit album plein de couleurs et de bonne humeur.

Nous avons posé la question à des bouts de choux rencontrés dans toute la France, âgés de 5 à 9 ans. Les réponses fusent, sans détour, comme seuls des enfants savent le faire. Etonnantes, drôles, créatives, responsables, inattendues, matures… elles sont surtout très imagées. Grâce à ces mots ainsi recueillis, et uniquement grâce à ces mots, nous avons dessiné leur monde idéal. Le monde tel que le rêvent ceux qui le porteront demain. Ce livre garde toute la légèreté –et l’humour –d’une parfaite histoire du soir. Mais il est également, et bien évidemment, plein de sens.

ACHATS FRANCE LOISIRS

  • J’attendais avec impatience la sortie du tome 2 illustré des Étoiles de Noss Head :

Couverture Les étoiles de Noss Head, illustré, tome 2 : Rivalités

Pour moi, une nouvelle vie commençait : l’université à St Andrews avec Leith, mon petit ami loup-garou. J’avais espéré que le calme était revenu, que je vivrais ma première année de fac comme n’importe quelle jeune fille, ou presque. Douce utopie. rien ne se passe jamais comme on le voudrait.. Il fallait qu’ils se fassent la guerre, c’était plus fort qu’eux. Leur haine ancestrale allait les pousser à bout. J’étais dépassée. Je n’en avais aucune idée alors, mais les forces qui devraient s’affronter allaient au-delà de tout ce qu’on peut imaginer. J’étais au moins sûre d’une chose : tôt ou tard, je paierais les pots cassés. Peut-être même que je ne m’en sortirais pas indemne.

  • J’ai également craqué pour ce petit livre jeunesse dont j’avais lu deux ou trois avis plutôt positifs :

Couverture Tarzan : Poney méchant

Les pensées secrètes d’un poney grincheux enfin dévoilées !
 » Je me suis fait avoir sur toute la ligne ! Mon ami Noé a déménagé et sa famille m’a collé en pension au club des Edelweiss, un endroit abominable ! Rempli de stars à crinières tressées et de ponettes à leurs mémères !
Tout ça me rend vraiment… méchant !
Et les choses ne s’arrangent pas quand on m’inflige Jeanne, la pire cavalière qui soit, et qu’on m’oblige à partir en randonnée avec cette maladroite hargneuse sur le dos… « 

  • Livre gratuit : pour deux livres achetés, un livre à choisir parmi une sélection était offert.

Couverture Les contes de Perrault

Qui sait que la Belle au bois dormant a eu deux enfants et que Cendrillon est allée deux fois au bal avant de perdre ça pantoufle de verre ? Autant d’intrigues et de dénouements qui se sont perdus au fil du temps. Ce livre à tous ceux qui veulent découvrir les huit contes de Charles Perrault , en prose et dans leur version original …. et s’imprégner de leurs morales tendres et malicieuses.

Si certains d’entre vous souhaitent être parrainés pour intégrer le club France Loisirs (parrain et filleul reçoivent chacun un bon d’achat de 50€), n’hésitez pas à me contacter. 

ACHAT VO

J’ai longtemps hésité puis j’ai fini par craquer pour ce sublime livre en hardback.

Harry Potter: A History of Magic is the official book of the exhibition, a once-in-a-lifetime collaboration between Bloomsbury, J.K. Rowling and the brilliant curators of the British Library. It promises to take readers on a fascinating journey through the subjects studied at Hogwarts School of Witchcraft and Wizardry – from Alchemy and Potions classes through to Herbology and Care of Magical Creatures.

Each chapter showcases a treasure trove of artefacts from the British Library and other collections around the world, beside exclusive manuscripts, sketches and illustrations from the Harry Potter archive. There’s also a specially commissioned essay for each subject area by an expert, writer or cultural commentator, inspired by the contents of the exhibition – absorbing, insightful and unexpected contributions from Steve Backshall, the Reverend Richard Coles, Owen Davies, Julia Eccleshare, Roger Highfield, Steve Kloves, Lucy Mangan, Anna Pavord and Tim Peake, who offer a personal perspective on their magical theme.

Readers will be able to pore over ancient spell books, amazing illuminated scrolls that reveal the secret of the Elixir of Life, vials of dragon’s blood, mandrake roots, painted centaurs and a genuine witch’s broomstick, in a book that shows J.K. Rowling’s magical inventions alongside their cultural and historical forebears.

This is the ultimate gift for Harry Potter fans, curious minds, big imaginations, bibliophiles and readers around the world who missed out on the chance to see the exhibition in person.

BOITE A LIVRES

Pour la première fois depuis que je connais le concept des boîtes à livres, j’y ai trouvé une adaptation graphique d’un roman de Douglas Kennedy : Piège Nuptial. Déjà lu, on peut dire que ce livre m’a laissé un bon gros sentiment de malaise, mais cela ne m’a pas empêchée de l’apprécier. Je vous conseillerai juste d’éviter de vous perdre dans le bush australien et de fricoter avec n’importe qui.

Couverture Piège Nuptial

Ce qui a manqué à Nick, journaliste américain en virée dans le bush australien ?
Quelques règles élémentaires de survie :
1) Ne jamais conduire en pleine nuit sur une route déserte : un kangourou se ferait une joie de défoncer votre pare-chocs.
2) Ne jamais céder au charme d’un autostoppeuse du cru
3) Toujours réfléchir avant de répondre à une question que l’on vous pose en pleine nuit.

Cette BD est adapté du roman de Douglas Kennedy.

EBOOKS

Ces ebooks sont proposés gratuitement sur Amazon :

  • L’ombre de Jack : en plus de sa superbe couverture qui attire l’attention, il est à noter que cette nouvelle a été écrite par Gaëlle du blog Pause Earl Grey.

L'Ombre de Jack par [Magnier, Gaëlle]

L'affaire Jennifer Leight par [Kurtovitch, Nicolas, Deborde, Luc]

« J’avais commencé par perdre mon chapeau. Et au cours des dernières vingt-quatre heures, mon pistolet, ma montre, mes fringues et mes chaussures. J’avais le visage en puzzle. À la fin du parcours, on me retirerait probablement ma licence de détective privé. J’étais en rupture avec tout ce qui avait représenté ma vie jusque-là. Voilà où tout ça me menait : à ma perte. »

Située au cœur de Sydney pendant les années quatre-vingt, cette enquête rend un hommage tonique et plein d’humour aux meilleurs classiques du roman noir.

Projet Mémoria par [Jalwin, Fabrice]

Anthony Lefranc est un homme détruit depuis l’attaque sanglante contre sa femme. Abandonné par la justice, il n’a aucun moyen de retrouver son meurtrier. Son destin est sur le point de changer, lorsqu’un groupe de chercheurs propose de lui venir en aide. Ils travaillent sur une technologie capable de lire dans la mémoire.
Maintenue en vie durant l’expérience, Jade ouvre son univers, dans lequel ils devront fouiller pour trouver les preuves cachées. Un fantastique voyage attend Anthony dans un monde de souvenirs agréables, mais aussi cruels. Loin de s’attendre à de terribles révélations, ils vont risquer leur vie au détriment d’une cause juste.
Seront-ils prêts pour découvrir la vérité ?

Et vous, quelles sont les nouveautés de votre PAL ?

In My Mailbox #40

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Lire ou Mourir. »


SERVICES PRESSE

Je remercie Panthéon Éditions de m’avoir contactée pour me proposer un essai, Mer en silence d’Oussama Bentaleb. C’est un genre que je lis peu, mais qui m’intéresse.
Je remercie également Nicolas Combe de m’avoir envoyé le deuxième tome de sa série Madisonville.
Enfin, je remercie Nathan et Lecteurs.com pour Gary Cook, un roman que j’avais envie de lire depuis la Fête du livre de Saint-Etienne.

ACHAT VO

J’ai enfin craqué pour Heartless en VO, mais le livre est hélas arrivé tout déformé avec un dos complètement cassé (je n’ai pas réussi à prendre en photo l’étendu des dégâts). Le vendeur a fort heureusement été réactif et m’a remboursé l’article. Je passerai donc une nouvelle commande, car je veux vraiment ce livre dans un excellent état.

20171109_174644-1

BOITE A LIVRES

J’ai trouvé ce roman qui était dans ma wish list dans la boîte à livres du centre de ma ville.

23316658_288041701715816_2305360057241514101_n

ACHATS NEUFS

Une boutique éphémère de déstockage a ouvert dans la Galerie marchande d’Auchan Centre 2 à Saint-Etienne. J’en ai donc profité pour faire quelques emplettes :

23334247_1774883149191146_2659684664637465522_o

EBOOKS

Et vous, quelles sont les nouveautés de votre PAL ?

In My Mailbox #38

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Lire ou Mourir. »


Cet In My Mailbox est un peu plus important que d’habitude, car il regroupe les réceptions des deux dernières semaines.

SERVICES PRESSE

  • Les numériques : merci à Arnaud Delporte-Fontaine de m’avoir contactée pour me proposer Les contes culinaires de la fée Myrtille. J’accepte rarement les SP numériques, mais le côté atypique de ce livre, qui mêle recettes et contes, a su me séduire. J’ai ensuite téléchargé le livre de Noël sur Netgalley afin de le lire et de l’offrir en version papier s’il me plaît.

Quant à la dernière nouvelle d’Amélia du blog Les histoires d’Amélia Culture Geek, Le fanatique des crachats, je ne pouvais qu’avoir envie de la lire. A noter qu’Amélia a réalisé elle-même la superbe couverture du livre !


Judith vit seule avec sa mère, dans une maison éloignée de la ville, à l’orée de la forêt.
Entre les amants de sa génitrice et son amie Cléo, elle mène une vie tout ce qu’il y a de plus morne. Alors que rien ne le laissait présager, Judith est assassinée et est condamnée à hanter les lieux du meurtre, où elle a tant de souvenirs.
Ah, et en parlant de souvenirs, elle aimerait bien se rappeler qui l’a fait passer de vie à trépas.
C’est vrai quoi, c’est quand même important ce genre de choses !

Ni tout fiel, ni tout miel Le fanatique des crachats triture de ses doigts sales la conscience de braves-gens-pas-si-braves-que-ça. Sombre et cynique.

DATE DE SORTIE : 31 OCTOBRE

ACHATS NOZ

Mon compagnon étant d’origine arménienne, j’ai pris Les Arméniens, 100 ans après ! pour en apprendre un peu plus sur ce peuple avec le petit espoir que M. le lise également. Quant aux livres sur les lutins, je n’ai pas réfléchi longtemps quand j’ai vu le nom de Pierre Dubois.

EBOOKS GRATUITS

GAIN CONCOURS

Merci à Amélia du blog Les histoires d’Amélia Culture Geek  pour ce petit recueil de nouvelles :

REVUES

J’ai reçu trois numéros de Spirou dans le cadre d’une offre découverte et le dernier numéro du Magazine littéraire :

Et vous, quelles sont les nouveautés de votre PAL ?

MAGREVUREnregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le Psy, le Caniche… et Moi, Elisabeth Nihous

Je remercie Elisabeth Nihous de m’avoir fait confiance et de m’avoir fait parvenir son roman, Le Psy, le Caniche… et Moi.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

UN MARI PSY QUI LA TROMPE…
nie farouchement l’évidence et n’applique aucun des principes qu’il conseille à ses patients.
UN FILS ADO MANIAQUE DE LA PROPRETÉ…
dont la consommation d’eau et de savon rivalise avec celle d’une blanchisserie.
UNE VIEILLE TANTE DÉJANTÉE…
sur le point d’être chassée de sa maison de convalescence pour cause de soirées karaokés.
ÉGALENT : une Charlotte bien décidée à surmonter les embûches… par le RIRE.
Avec le soutien de deux amies et celui, inattendu, d’un vieux client qui confond retraite avec nouvelle jeunesse.
Entre assassinat de smartphone, pancakes aux myrtilles et course-poursuite dans un palace s’ensuit une comédie gaie, vitaminée, aux personnages attachants en proie à de multiples rebondissements.
UN ROMAN DÉBORDANT D’OPTIMISME ET D’HUMOUR.
Un antidépresseur à savourer sans modération !
UNE COMÉDIE FAMILIALE IRRÉSISTIBLE !

  • Broché: 424 pages
  • Editeur : E. Nihous (9 avril 2017)
  • Prix : 12,13€
  • Autre format : Ebook

AVIS

Sur le papier, ce roman aurait dû me plaire et me faire passer un moment de lecture frais et divertissant parfait en cette période estivale. En pratique, le voyage littéraire a connu quelques turbulences, pas de l’ampleur d’un retour de vacances classé rouge, mais plutôt d’un week-end classé orange.

Cela s’est retrouvé dans ma lecture qui a connu un démarrage assez difficile pendant les 200 premières pages. J’ai d’ailleurs mis trois jours pour les parcourir ce qui, au regard de mon rythme de lecture, est plus que long. Heureusement, les 200 pages restantes se sont révélées beaucoup plus entraînantes puisque je les ai lues d’une traite appréciant nettement l’évolution des personnages.

Un couple ô combien agaçant !

Car c’est bien là que le bât blesse, le couple principal du roman ! Charlotte, femme trompée, aurait dû d’emblée m’attendrir. Appelez ça de la solidarité féminine si vous le souhaitez bien que je n’aie jamais eu à traverser cette épreuve (enfin, pas à ma connaissance). Mais loin de m’avoir émue, elle m’a agacée, mais vraiment beaucoup beaucoup agacée. Je ne suis pas arrivée à la comprendre et à trouver un quelconque sens logique à son comportement. Son mari la trompe, c’est une épreuve difficile, là-dessus, je pense qu’à moins que vous ne soyez dans une relation ouverte, nous sommes tous d’accord. Mais au lieu de régler le problème d’une manière adulte et saine à savoir mettre les choses à plat avec le mari afin de décider de pardonner et de repartir sur de nouvelles bases, d’accepter un ménage à trois ou d’envisager une séparation, Charlotte préfère jouer au chat et à la souris. Alors, elle sait que son mari la trompe bien que d’un très grand courage, celui-ci préfère le nier pendant un temps ridiculement long, mais elle fait comme si elle croyait en son innocence et le flique. Ce qui donne : Charlotte qui le localise notamment avec l’aide de la technologie, Charlotte qui le surprend avec sa maîtresse même si ce n’est pas en mauvaise position, Charlotte qui montre à son mari qu’elle l’a vu, puis Charlotte qui rentre chez elle.

Après en avoir discuté avec l’autrice qui est d’ailleurs d’un accès très abordable, je me suis aperçue avoir occulté une petite donnée : Charlotte essaie au début de parler avec son mari de la situation, mais celui-ci préfère faire la sourde oreille et refuser tout dialogue. Cela n’ôte cependant en rien le comportement exaspérant de Charlotte qui, à mon sens, laisse Marc fuir ses responsabilités. Qu’elle ne puisse le quitter du jour au lendemain notamment pour son fils, je le conçois aisément, mais sa réaction ressemble pour moi à une fuite en avant comme si le seul fait d’agir lui permettait d’avoir un semblant de contrôle sur une situation qui lui échappe. Il faut dire que Charlotte est tout le temps dans l’action, jamais dans la réflexion ce qui se comprend puisqu’elle doit tout gérer… Mais avec Marc, on a juste le sentiment qu’elle se bat contre des moulins à vent, car pour sauver un couple, il faut être deux à le vouloir !

Je n’ai donc pas compris l’intérêt de le fliquer à la place de le secouer et de le confronter, si ce n’est le plaisir de se rendre malade et de constater à quel point son mari la prend pour une idiote. Bref, ce genre de comportement ne suscite aucune empathie de ma part. Du coup, certaines scènes sont certainement supposées nous faire sourire ou nous amuser, mais ça n’a pas marché pour moi. Le comportement de Charlotte est tellement exaspérant que j’en suis presque venue à comprendre Marc : pourquoi se prendre la tête à mettre fin de manière définitive à sa liaison alors que sa femme le sait, mais ne prend aucune mesure ?

Le personnage de Marc est d’ailleurs tout bonnement odieux notamment dans sa manière de mentir à sa femme, le sourire aux lèvres. Et tant qu’à être horrible, autant l’être jusqu’au bout. Ainsi, psychologue de profession (même si je me demande s’il n’aurait pas débusqué son diplôme dans un Kinder Surprise), il ne met même pas ses supposés talents d’écoute au service de sa propre famille et préfère laisser sa femme tout gérer jusqu’au TOC de son fils unique. Par contre, faisant fi de toute éthique professionnelle, il semble avoir quelques problèmes à poser des barrières avec ses patients et ceci de bien des façons. Ceux qui ont lu le livre me comprendront…

Mais heureusement d’autres personnages sont attachants… 

Cependant, il y a des points que j’ai aimés dans cette histoire comme Max et son TOC (trouble obsessionnel compulsif) que l’autrice a abordé de manière crédible sans toutefois chercher à faire pleurer dans les chaumières. Max a un problème le conduisant à avoir une hygiène excessive, il le sait comme ses parents et sa meilleure amie et tout ce beau monde vit avec au jour le jour. Et puis, il reste un adolescent comme les autres avec son amour de sa PS4, de son Iphone, de la nourriture pas forcément très saine et son envie de faire sauter, dès que l’occasion se profile, quelques journées d’école. D’aucuns pourraient trouver les réactions de Charlotte peu crédibles, car tout en retenue, mais l’autrice a réussi le tour de force de nous faire ressentir l’angoisse de son héroïne devant les douches de son fils qui s’éternisent sans avoir recours à une flopée de larmes. Et comme souvent, ce qui est suggéré se révèle bien plus fort que ce qui est clairement énoncé.

J’ai donc vraiment apprécié la manière dont l’autrice aborde le TOC de Max ce qui pourrait s’expliquer par le fait que ce personnage est inspiré de son propre fils.  Celui-ci a en effet souhaité que sa mère ajoute au roman un personnage à son image afin de sensibiliser les lecteurs aux TOC (ici conduisant à avoir une hygiène excessive). Je trouve la démarche très courageuse de sa part et salue son envie de partager son expérience avec d’autres d’autant que si nous connaissons plus ou moins tous la notion de TOC, avoir un petit aperçu de ses répercussions dans la vie quotidienne d’une famille n’est pas si courant…

En plus de Max, j’ai beaucoup apprécié Archibald, l’un des clients de Charlotte même si leur relation professionnelle évoluera, et Sidonie, la tante de Charlotte. Ce sont les plus âgés du roman, mais je les ai trouvés tellement attachants. Je peux vous dire que malgré leur âge, rien ne peut se mettre en travers de leur route quand ils ont un projet en tête. Et ça, la pauvre Charlotte en fera régulièrement les frais !

En parlant de Charlotte, j’ai été très dure avec elle au début de ma chronique alors qu’il y a des choses chez elle que j’ai aimées : son courage et sa manière de mener vaillamment des vies professionnelles et personnelles très riches, son désir de soutenir du mieux qu’elle peut son entourage, sa force de travail, sa façon de ne jamais baisser les bras, sa bonne humeur malgré les épreuves qu’elle affronte, son humour… J’ai en outre pris grand plaisir à voir qu’au fil du livre, elle évolue. Alors c’est par petite touche, mais ça n’en rend le processus d’évolution que plus crédible. Petit à petit, elle affirme ses envies, ses besoins jusqu’à prendre une décision qui, pour une fois, prend en compte ses aspirations à elle et son propre bonheur. Et du coup, roulements de tambour, j’ai fini par la trouver attachante !

De la même manière, j’ai adoré son indéfectible amitié avec ses deux meilleures amies qui sont très différentes d’elle, même si Victoire m’a parfois aussi agacée par sa soumission excessive aux desiderata de son mari. C’est peut-être une question de génération, mais à notre époque, renoncer à ses rêves, se laisser trimballer de partout et être exclue des décisions importantes pour un couple me semble inimaginable… Mais de la même manière que Charlotte, Victoire évolue progressivement et se détache peu à peu de l’influence écrasante de son époux. Quoi qu’il en soit, j’ai aimé les interactions entre les trois amies qui partagent tous les bonheurs et les tracas de leur quotidien. Le troisième membre du trio apporte en outre la dose d’exubérance et de folie indispensable pour alléger la vie de tous.

Enfin, si j’ai détesté cette histoire de liaison, j’ai néanmoins apprécié le fait que l’autrice ne baigne pas dans le larmoyant et le pathos. La gestion de la crise conjugale par Charlotte ne m’a pas amusée, mais elle ne m’a pas non plus donné l’impression d’être dans un talk-show à l’américaine avec son flot de larmes de crocodile. Je concède donc sans peine une certaine légèreté dans l’approche d’un thème qui ne l’est pas forcément.

En conclusion, grâce à un style simple d’accès, les phrases étant courtes et collant parfaitement au rythme endiablé imposé par la vie mouvementée de Charlotte et de ses amies, l’autrice vous propose une histoire où se mêlent amour, famille et amitié. Si vous aimez les récits menés tambour battant, Le Psy, le Caniche… et Moi devrait vous plaire : il se passe toujours quelque chose et bien malins ceux qui pourraient deviner ce que les journées réservent à Charlotte.

J’aurais néanmoins tendance à déconseiller cette lecture aux personnes attachées à des héroïnes indépendantes, car même si elles évoluent, Charlotte et Victoire restent une bonne partie du roman fermement ancrées dans un schéma de couple traditionnel où l’on attend de la femme qu’elle se sacrifie pour sa famille. Et je pense que l’on met le doigt sur ce qui ne m’a pas permis de profiter pleinement du divertissement qu’Elisabeth Nihous nous propose.

NB : mon avis tranche avec ceux que vous trouverez sur la blogosphère. Je vous invite donc à consulter d’autres chroniques comme celle de Mél’lectures, puis à vous forger votre propre opinion.

Pour feuilleter quelques pages et/ou vous procurer Le Psy, le Caniche… et Moi, suivez le lien.

Top Ten Tuesday #26 : les 10 livres de ma PAL à lire rapidement

56685643811

« Le Top Ten  Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire prédéfini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et est repris en français pour une 2e édition sur le blogue Frogzine. »

Thème : les 10 livres de ma PAL (pile-à-lire) à lire rapidement.

Dans ma sélection, j’ai inclus mes services presse qui sont des lectures prioritaires, mais également des livres à lire dans le cadre de challenges littéraires et enfin, des ouvrages de ma PAL qui me tentent beaucoup.

Et vous, vous avez des livres de votre PAL à lire rapidement ou vous préférez sélectionner vos lectures sans les programmer ?