Dernière ambition, Mélinda Schilge

Riviere veut mettre un ultime point d’orgue à son ascension sociale en accédant à la mairie de la Croix-Rousse, arrondissement de Lyon chargé d’histoire. Mais au fur et à mesure des échéances de la campagne électorale, Jean Hertzan, qui lui est entièrement dévoué, dérape : il ne supporte pas la concurrence de Nathanaël, jeune étudiant, à qui son mentor offre sa chance. Et il considère que Céleste — une vielle amie de Riviere, ancienne résistante comme lui —, représente un danger.
Marie, une étudiante qui a trouvé refuge chez Céleste, et Nathanaël, devenu un membre actif de la liste électorale, sont maintenant les cibles de son esprit dérangé…

Ce roman traverse la ville et l’Histoire, celle d’une colline mythique de Lyon dans les foisonnantes années 90, avec des réminiscences de la période trouble de l’Epuration. Plusieurs générations s’y confrontent : des jeunes qui cherchent leur place, des moins jeunes plutôt déphasés, et des sexagénaires ambitieux ou croustillants…

Auto-édition (24 janvier 2020) – 237 pages – Broché (8,50€) – Ebook (2,99€)

AVIS

Après avoir brillamment mené sa carrière jusqu’à atteindre les hautes sphères d’un grand groupe, Riviere désire maintenant se lancer en politique. Son objectif : devenir le maire de La Croix-Rousse à Lyon, un poste qui a échappé à son père, il y a de cela de nombreuses années. Entouré par son homme de confiance, Jean Hertzan et par son équipe de campagne électorale, dont fait partie un jeune étudiant aux dents longues, Nathanaël, il va toutefois réaliser que la route vers ce mandat tant désiré est loin d’être un long fleuve tranquille…

Si je me fais un devoir de voter, la politique ne m’intéresse guère, ce qui ne m’a pas empêchée de dévorer ce roman que j’ai trouvé fluide et bien écrit, l’autrice ne nous abreuvant pas d’un jargon politique, souvent abscons et creux. Elle préfère nous immerger avec beaucoup d’humanité et de réalisme dans la vie présente et passée de personnages dont nous découvrons, petit à petit, les forces et les faiblesses. Je ne me suis attachée à aucun personnage en particulier, mais ils ont tous su éveiller en moi quelque chose : de l’espoir, de la peine, de la compassion, de l’agacement, du dégoût, de la colère, de la pitié, de la compréhension, de l’attendrissement…

À cet égard, Céleste, une femme qui a beaucoup souffert de la mort d’un être cher durant la guerre, m’a plus particulièrement émue. Guindée et un peu austère, elle n’en demeure pas moins très touchante et nous permet de réaliser à quel point il est néfaste de s’enfermer dans le passé. Sa rencontre et sa cohabitation avec une étudiante apportent également un certain charme au roman même si j’aurais apprécié que l’autrice développe un peu plus la relation entre les deux femmes. Mais cela m’est personnel puisque je porte une affection particulière aux relations intragénérationnelles.

La galerie de personnages est variée et complémentaire. Se côtoient ainsi des leaders et des suiveurs, des idéalistes et des opportunistes, des seniors et des étudiants… Ce mélange des genres et des âges revêt une certaine importance dans l’intrigue, la campagne électorale pour la mairie de la Croix-Rousse mettant rapidement en lumière deux conceptions antagonistes de la vie et de la manière d’aborder la politique. D’un côté, le « jeunisme » de Nathanaël qui considère que sa jeunesse et sa scolarité dans une école de commerce valent toute l’expérience du monde, ou peu s’en faut, et de l’autre, la vision très patriarcale et traditionnelle de Riviere qui attend de son entourage qu’il ait fait ses preuves. Mais les deux hommes possèdent néanmoins quelque chose en commun, l’ambition et une confiance en eux à toute épreuve… Des qualités autant que des défauts qui vont les pousser dans leurs retranchements et les conduire dans des situations délicates.

La relation entre ces deux personnages est intéressante, mais c’est celle entre Riviere et son homme de main qui m’a le plus intéressée, car elle se révèle bien plus complexe. Si Riviere a développé une certaine dépendance envers son collaborateur dans l’exercice de ses fonctions de dirigeant, Hertzan a, quant à lui, un besoin impérieux et quasi maladif de l’approbation de son patron qu’il considère un peu comme son père de substitution. Cette relation ambiguë tient le lecteur en haleine, Hertzan étant un personnage dangereux, une sorte de cocotte-minute dont on attend l’explosion avec fébrilité…

Quant à Riviere, il nous apparaît démesurément ambitieux et prêt à tout pour atteindre son objectif, cette mairie de la Croix-Rousse qu’il considère comme une revanche sur le passé et une manière de réhabiliter sa famille et son père. Ni sympathique ni totalement antipathique, son image tend pourtant à s’assombrir à mesure que l’on découvre des informations sur son passé, notamment durant son engagement dans la résistance… Mais si certaines personnes semblent définitivement irrécupérables, Riviere, lui, évolue, tâtonne, trébuche, se relève et finit par agréablement nous surprendre… Cela ne l’absout pas de tout ce qu’il a pu faire dans le passé, qu’il soit récent ou plus lointain, mais cela l’auréole d’une certaine humanité et apporte une touche d’espoir quant à la capacité de chacun à s’améliorer.

À travers cet ouvrage, l’autrice aborde de nombreux thèmes : la guerre et l’épuration d’après-guerre, la différence entre la justice et la vengeance, les trahisons, l’ambition, la politique et ses compromissions, la famille, le besoin d’indépendance, les idéaux, l’émergence d’internet et des réseaux sociaux dans cette France des années 90… Des sujets intéressants et forts qui sont abordés sans pathos et avec une certaine intelligence. 

En conclusion, Dernière ambition est un ouvrage prenant qui devrait enchanter les Lyonnais et les habitants de la Croix-Rousse, ce quartier emblématique de Lyon étant au centre des enjeux d’une intrigue autant politique qu’humaine. Mais les autres lecteurs devraient également prendre plaisir à suivre les ambitions, les victoires et les défaites de personnages complexes et terriblement humains. Secrets, mensonges et révélations sont au programme d’une campagne électorale menacée par l’ombre du passé et les actions d’un homme dont la dévotion ne semble avoir aucune limite…

Merci à Mélinda Schilge pour cette lecture.