J’ai d’abord tué le chien, Philippe Laidebeur

Je remercie les éditions Denoël de m’avoir envoyé, dans le cadre de notre partenariat, J’ai d’abord tué le chien de Philippe Laidebeur, vainqueur du Prix Matmut 2019.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Il est SDF, clodo, sans abri. Un échec sentimental, un désastre professionnel, et le voilà dans la rue. Il y vit depuis dix ans. Et touchera bientôt le fond de sa descente aux enfers. Vagabond solitaire, il gère son quotidien en évitant les pièges que lui tend la jungle urbaine. C’est tout du moins ce qu’il croit. Une nuit, pour une banale histoire de planches volées, il égorge un vigile et son chien. Il le fait machinalement, sans la moindre émotion. Ce sera le premier meurtre d’une longue série. Tuer pour ne pas être tué, sa vie est aussi primitive que cela. Un jour, il élimine un homme qui lui ressemble de façon étonnante et, tout naturellement, il prend sa place. Il usurpe l’identité d’un étrange et riche inconnu. Porte de sortie inattendue ? Chance ultime ou erreur fatale ? Peut-on entrer dans la peau d’un autre sans prendre le risque de voir un passé sulfureux rattraper un présent chaotique ? Sans payer le prix du sang ? …

Denoël (14 mars 2019) – 192 pages – Broché (19,90€) – Ebook (13,99€)
Préface : Philippe Labro

AVIS

Passer d’informaticien respecté et aisé à SDF maltraité par la vie, il n’y a qu’un pas. Un pas franchi par notre protagoniste qui a perdu femme, enfants, travail, statut social et argent. Dans la rue où il vit depuis maintenant dix ans, il a appris à se faire petit, à ne pas se mêler aux autres ni à leurs querelles, à se méfier de l’alcool, à trouver les bons lieux pour faire la manche, à grappiller de la nourriture au gré des opportunités… En d’autres termes, il a appris à survivre dans cette jungle urbaine et à affronter avec un minimum de dignité la faim, le froid, la misère, la violence…

Mais difficile d’échapper à la violence quand on la porte en soi ! Notre homme, d’apparence courtoise, est en effet loin d’être un enfant de cœur. Dénué de sentiments et ne berçant pas dans le sentimentalisme, il n’hésite pas à sortir la lame et à faire couleur le sang pour se protéger. Tuer ou être tué ? Une question qu’il ne se pose jamais très longtemps ! De meurtre en meurtre, ne prend-il d’ailleurs pas un peu trop goût au sang ?

Sa vie dans la rue, qu’il affronte sans jamais s’apitoyer sur son sort, va prendre une tournure inattendue quand il décidera de s’approprier la somptueuse villa et la vie de l’une de ses victimes, un homme richissime qui lui ressemble étrangement, Charles de Montesquieu. Notre SDF aux tendances meurtrières a-t-il bénéficié d’une chance insolente en croisant la route de cet homme ou a-t-il, sans le savoir, mis le pied dans quelque chose qui va complètement le dépasser ?

L’auteur nous propose ici une plongée fascinante dans le présent d’un homme qui tue avec un naturel déconcertant et sans une once de remord, et le passé d’un homme aussi riche que secret qui ne sortait presque pas de chez lui, n’avait pas de famille, pas d’ami et ne recevait qu’une seule visite, celle d’une femme de ménage particulière… Devant l’aura de mystère qui entoure le bourgeois, notre SDF n’a pas d’autre choix que d’enquêter afin de mieux s’approprier le personnage et faire de sa vie la sienne : inspection de la maison, études des documents et photos retrouvés, piratage de l’ordinateur…

Se dégage, au fil des pages, une tension et un suspense de plus en plus intenses jusqu’à ce que le portrait de Charles de Montesquieu qui se forme se révèle des plus inquiétants et des plus glaçants ! C’est que le personnage pousserait presque le lecteur à relativiser les crimes de notre SDF sociopathe sur les bords. Je n’en dirai pas plus si ce n’est que l’auteur, à travers son récit, a su habilement aborder des périodes peu glorieuses de notre histoire…

La violence, celle de la société, celle de la rue, celle de l’hérédité, celle qui pousse un homme à perpétrer des atrocités, trouve son écho dans la plume de l’auteur à la fois brute et brutale. Philippe Laidebeur décrit ainsi, sans fioritures ni effets de manche, mais avec beaucoup de réalisme, la descente aux enfers d’un homme qui se savait meurtrier sans émotions et finit par se croire bourreau sanguinaire. La frontière entre réalité et folie est parfois mince a fortiori quand on a déjà perdu tous ces repères et toutes ces petites choses qui nous rattachent à la vie…

En conclusion, nous découvrons dans ce roman deux hommes très différents, mais dont les vies vont, petit à petit, se mêler et s’entremêler. Les pistes se brouillent, le passé et le présent se mélangent, la vérité devient fantasme et le fantasme prend des allures de vérité. Peut-on vraiment s’approprier la vie d’un autre et occulter la sienne sans sombrer dans la folie ? Une question qui devrait vous tenir en haleine et vous pousser à lire d’une traite ce roman court, mais intense.

Feuilleter le roman sur le site des éditions Denoël et/ou retrouvez-le chez votre libraire/en ligne