Daughter of the Pirate King, Tricia Levenseller

Couverture Daughter of the Pirate King, book 1

There will be plenty of time for me to beat him soundly once I’ve gotten what I came for.

Sent on a mission to retrieve an ancient hidden map—the key to a legendary treasure trove—seventeen-year-old pirate captain Alosa deliberately allows herself to be captured by her enemies, giving her the perfect opportunity to search their ship.

More than a match for the ruthless pirate crew, Alosa has only one thing standing between her and the map: her captor, the unexpectedly clever and unfairly attractive first mate, Riden. But not to worry, for Alosa has a few tricks up her sleeve, and no lone pirate can stop the Daughter of the Pirate King. 

AVIS

Il me suffit de voir le mot pirate dans un titre pour me tenter et si en plus, on parle de femme pirate… Alosa est la fille du roi des pirates, un homme impitoyable qui contrôle les mers et plus ou moins les terres… Ce dictateur en puissance semble pourtant avoir la plus totale dévotion de la part de sa fille qu’il a chargée d’une mission : mettre la main sur une carte afin de se rapprocher d’un trésor très convoité. Et pour ce faire, Alosa a dû consentir à faire semblant de se laisser capturer et emprisonner par l’un des nombreux ennemis de son père, sa mainmise sur le monde des pirates ne faisant pas l’unanimité. Et c’est un euphémisme !

Alosa m’a paru au début un peu trop sûre d’elle, voire quelque peu fanfaronne, mais au fil des pages, ce trait de caractère s’amenuise fortement. Une évolution qui m’a permis d’apprécier cette jeune fille de 17 ans, qui ne vit que pour obtenir l’approbation dun père pourtant peu aimant et, surtout, maltraitant. Ainsi, de fil en aiguille, on découvre la cruauté de cet homme qui ne semble voir en sa fille qu’une arme destinée à servir ses rêves de grandeur et ses intérêts. Une réalité qu’Alosa se refuse obstinément à voir, ce que l’on peut comprendre, son père étant sa seule et unique famille. Mais loin d’être une frêle chose aux mains d’un tyran, c’est une jeune fille forte, obstinée et déterminée, qui a su se faire une place dans le monde des pirates, au point d’avoir déjà un bateau et un équipage presque entièrement féminin sous ses ordres.

Ses aptitudes de combattante ajoutées à sa force de caractère lui jouent parfois des mauvais tours, mais c’est aussi ce qui lui permet de ne pas flancher dans sa mission. Parce que se retrouver aux mains de l’ennemi, cela demande quand même une bonne dose de confiance en soi ! Mais ce que n’avait pas prévu Alosa, c’est de devoir affronter un jeune pirate qui ne joue pas selon les mêmes règles du jeu que les autres. Contrairement à elle, Riden ne tire aucune satisfaction de son statut de pirate, et l’on devine que si ce n’était pas pour soutenir son frère devenu le capitaine du bateau, il aurait préféré suivre un autre chemin…

La relation entre Riden et son frère est intéressante, les deux étant très proches malgré leurs différences de caractère, mais c’est la relation entre Riden et Alosa qui fera sourire et frémir d’impatience les lecteurs. Alosa lui mène la vie dure n’hésitant pas à se rebeller et à le titiller à la moindre occasion, voire à se comporter comme une véritable chipie. Mais très vite, on sent une certaine alchimie entre ces deux jeunes pirates qui ont déjà vécu beaucoup de choses difficiles, notamment de la part de leur père respectif. J’ai adoré les voir se chamailler et se rapprocher, d’autant qu’Alosa va faire de son mieux pour lutter contre son attirance naissante. La fille du roi des pirates n’a pas de temps à perdre avec une amourette, une mission l’attend !

Et mieux vaut pour elle la réussir, parce que son père n’apprécie guère d’être déçu, et encore moins par elle. Alosa m’a paru parfois un peu naïve dans l’exécution de sa mission. Par exemple, jamais elle ne se demande comment elle arrive à sortir de sa prison la nuit et à fouiller un bateau plein de pirates sans être surprise… Mais j’ai apprécié de la voir se triturer les méninges pour tenter de trouver cette satanée carte, quitte à devoir utiliser des capacités qu’elle redoute. Car loin de n’être qu’une simple fille de pirate, Alosa porte en elle une dualité que l’autrice commence véritablement à exploiter dans la dernière partie du roman. Je n’en dirai pas plus, mais c’est un aspect que j’ai adoré et qui, je l’espère, sera encore plus présent dans le deuxième et dernier tome !

Le niveau d’anglais étant plutôt accessible, j’ai lu le roman rapidement, emportée par le jeu du chat et de la souris entre Alosa et Riden, mais surtout par ce monde de la piraterie que j’affectionne tant. On reste dans un livre young adult avec un univers qui aurait mérité d’être enrichi, mais si vous aimez les intrigues avec plein de pirates, qui se déroulent en grande partie sur un bateau avec son lot de promiscuité, ce roman devrait vous plaire. J’ai, en outre, aimé qu’Alosa ne soit pas une femme cruelle et insensible, mais qu’elle n’hésite pas à faire couler le sang et à trancher des gorges quand elle le juge nécessaire, ou quand la situation l’impose. Cela me semble important de ne pas édulcorer la réalité derrière le mot pirate…

J’aurais néanmoins apprécié que Riden soit un peu plus charismatique, puisqu’il m’a paru parfois timoré sans ses réactions. Mais cela ne l’en rend que plus attendrissant et nous montre à quel point, il n’a pas sa place sur un bateau pirate. Quant à son frère qu’il aime tant et fait de son mieux pour protéger, il m’a paru exécrable, mais on sent en lui un certain potentiel. Espérons d’ailleurs que dans le tome suivant, l’autrice donne un peu plus de place et de relief aux personnages secondaires, qui, ici, manquent peut-être un peu de consistance, tout en étant assez remarquables pour susciter des émotions et réactions chez les lecteurs.

En conclusion, Daughter of the Pirate King fut une très agréable et distrayante lecture, mêlant habilement romance entre deux personnages qui aiment à se chamailler et monde de la piraterie avec son lot de sang, de manipulations et de trahisons. Alors si vous avez envie de voguer en mer depuis le confort de votre canapé, et de suivre une princesse pirate de caractère dans ses (més)aventures, ce roman devrait vous plaire !

Mini-chroniques en pagaille #24

Mini-chroniques en pagaille

Plus détaillées qu’un simple commentaire, mais moins développées qu’une chronique, les mini-chroniques me permettent de partager succinctement mon avis sur certaines de mes lectures que je n’ai pas eu le temps ou l’envie de chroniquer de manière plus classique.


  • Rêves captifs de Lisa Tuttle, extrait du recueil Ainsi naissent les fantômes :

Ainsi naissent les fantômes

Une jeune fille a vécu une expérience traumatisante durant son enfance. Un enlèvement, de longs mois de séquestration, des abus, de la violence, un placard… Si la police a essayé de retrouver le coupable l’interrogeant sans cesse sur la manière dont elle a réussi à échapper à son bourreau, cela n’a jamais rien donné. Il faut dire que son récit, qui semble tout droit sorti d’un conte de fées, a de quoi laisser perplexe…

N’est-ce pas la preuve qu’elle a fini par occulter la réalité au profit d’une version fantasmée plus simple à supporter ? L’autrice nous offre ici une nouvelle particulièrement angoissante qui  nous met face à l’indicible tout en jouant avec subtilité sur la mince frontière entre rêve/cauchemar et réalité. La narration à la première personne se révèle efficace pour nous imaginer à la place de la victime dont on découvre, au fil des pages, le calvaire face à un kidnappeur à la perversion sans faille. Mais à l’orée de ses dix-sept ans et malgré la récurrence d’un cauchemar, elle est passée à autre chose à moins que…

Retrouvez la nouvelle dans le recueil Anthologie éternelle disponible gratuitement sur le site Dystopia.

Les deux autres mini-chroniques dormaient dans mes brouillons depuis de très longs mois :

  • Le Sang du Dragon tome 11 : Tu es ma chair : Istin et Créty (éditions Soleil) :

519u7AbYtcL._SX359_BO1,204,203,200_

J’ai lu le tome 10 il y a quelques mois, il m’a donc fallu un petit effort de mémoire pour me souvenir de la fin de celui-ci. Heureusement, je me suis très vite plongée avec plaisir dans ce tome.

Je n’aime pas les livres où l’hémoglobine coule à flots, mais je fais pourtant une exception avec les histoires de pirates comme dans Le Sang du dragon. Cette série mettant en scène le Capitaine Hannibal Meriadec et son équipage est riche en combats, en sang, en ennemis surnaturels et plutôt inquiétants, mais aussi en suspense, en retournements de situation, en personnages complexes et torturés... Vous y trouverez même des elfes dont une elfe qui n’a pas froid aux yeux et qui a choisi de se battre aux côtés de notre capitaine.

Ce tome 11 va nous permettre d’en apprendre plus sur un personnage qui a fait récemment son apparition dans la série : Lilith, la fille d’Hannibal. Et fidèle à son habitude, le scénariste a de nouveau su manier à merveille l’art des révélations et happer l’attention des lecteurs de la première à la dernière page…

  • Les Chevaliers de la Chouette tome 2, Ben Fiquet (Glénat BD) :

Chouette2

N’hésitez pas à lire ma chronique du tome 1 dans laquelle je vous parle plus en détail de cette série jeunesse à laquelle j’accroche bien.

Le premier tome s’est terminé sur l’enlèvement de Vassili, un des Chevaliers de la Chouette. Bien décidés à le retrouver et à le libérer, sa femme et d’autres membres de la bande s’inscrivent au tournoi de Rochedur qui devrait, en cas de victoire, leur ouvrir les portes du château de Tourennes où est retenu Vassili. De son côté, Sibylle, fille du captif, essaie avec l’aide, plus ou moins volontaire du mage Lucius, de trouver l’endroit où pourrait être enfermée une arme particulière…

J’ai légèrement moins apprécié ce deuxième tome car j’ai un peu eu l’impression que l’histoire tendait à s’éparpiller. Néanmoins, j’ai retrouvé avec plaisir les Chevaliers de la Chouette qui sont tous attachants à leur manière même si Manille et Valence restent mes personnages préférés. Je ne peux pas trop vous parler de la BD sans risquer de vous spoiler, mais je peux vous dire que Manille va découvrir quelque chose de surprenant et d’inattendu le concernant. Cette révélation laisse entrevoir de belles aventures qui, je l’espère, seront nombreuses.

Et vous, connaissez-vous ces ouvrages ?

La Princesse Pirate, Svetlana Mori

La Princesse Pirate

RÉSUMÉ

Il était une fois une petite fille qui rêvait de devenir pirate. Mais comme il s’agissait d’une princesse, ce n’était pas gagné d’avance! Par chance, elle pouvait compter sur son papa pour l’aider. La voilà partie à l’aventure! Mais ce qu’elle ne savait pas, c’est que ses ennuis ne faisaient que commencer…

  • Broché: 48 pages
  • Éditeur : lulu.com (26 août 2018)
  • Prix : 5.01€

AVIS

Aimant beaucoup le travail de Svetlana Mori, je n’ai pas hésité à accepter sa proposition de découvrir son tout premier livre jeunesse : La Princesse Pirate. Avec un tel titre et une aussi belle couverture, il aurait été d’ailleurs difficile d’apporter une réponse différente à cette adorable proposition.

Les histoires de pirates m’ont toujours plu même si depuis que je suis adulte, j’ai plutôt tendance à privilégier les BD sur ce thème. Mais ce qui est certain, c’est que l’univers de la piraterie est somme toute plutôt masculin. J’ai donc apprécié cette bouffée d’air frais apportée par Svetlana Mori qui nous offre un récit ne mettant pas en avant un pirate sanguinaire, mais une princesse !

Et pas n’importe quelle princesse : la seule de tous les livres que j’aie pu lire qui se rêve en femme pirate. Ce que ses parents ont d’abord pris pour la lubie d’une fillette de six ans se transformera en un plan de carrière dont elle ne déviera jamais, même en grandissant. C’est donc tout naturellement qu’âgée de ses seize ans, elle décide de se lancer dans le grand bain…

Mais la princesse va vite découvrir qu’on ne devient pas pirate par ce qu’on le décide, mais que c’est une position qu’il faut obtenir en travaillant dur et en faisant ses preuves. Ni une ni deux, forte de cette leçon de vie, ou plutôt de piraterie, elle se lancera à corps perdu pour atteindre ce statut de pirate tant désiré. Et pour ce faire, elle pourra compter sur ce qui fait son charme : de la détermination à toute épreuve, une volonté de fer, de la débrouillardise, une capacité innée à l’action et à la prise de décision, du courage (beaucoup de courage)… Non, à n’en pas douter, notre héroïne a dans son sang bien plus d’ADN de pirate que de jolie princesse qui passe sa vie à se prélasser.

Le récit est mené tambour battant et ne manque pas d’action, il devrait donc ravir les enfants d’autant que les phrases sont joliment structurées tout en étant simples d’accès.  Mais Svetlana nous offre un récit dont l’intérêt ne se résume pas à son rythme et au charme de son héroïne. Il se révèle bien plus riche que cela et, d’une certaine manière, assez novateur pour ce genre d’histoires/contes :

  • Le monde des pirates est abordé par le prisme d’une enfant/jeune femme indépendante et déterminée. Malgré les obstacles qui se présentent à elle, beaucoup liés à son statut de princesse, elle fera tout pour atteindre son rêve si peu conventionnel. C’est une jolie leçon de courage qui devrait plaire autant aux enfants qu’aux adultes.
  • Pour une fois, ce n’est pas une personne ayant un statut social peu enviable qui rêve de gloire et de richesse, mais une personne au statut fort enviable qui décide de faire un métier à la réputation sulfureuse.
  • Les parents ne se positionnent pas en empêcheurs de tourner en rond, mais soutiennent de manière inconditionnelle leur enfant alors même qu’ils n’approuvent pas son choix de vie. Ils laissent leur fille unique voler de ses propres ailes tout en restant là pour elle en cas de besoin… Un comportement bienveillant que l’on aimerait retrouver plus souvent.

Au-delà de ces aspects qui sont, pour moi, la vraie force de ce livre, vous retrouvez des éléments bien plus classiques, mais qui fonctionnent toujours très bien : de l’amitié et de l’amour. Je vous rassure, l’amour n’arrive pas dès les premières pages et il est simplement évoqué. Du coup, même une fille aussi peu romantique que moi, a trouvé cela mignon.

En résumé, La Princesse Pirate est une lecture jeunesse qui m’a enchantée par la fraîcheur qu’elle dégage. En mêlant les ingrédients classiques d’un récit de pirates et en apportant sa propre pierre à l’édifice, Svetlana Mori nous propose ici une histoire qui devrait enchanter petits et grands lecteurs ! Alors si vous aimez les récits de pirates et les héroïnes prêtent à se battre pour faire de leurs rêves une réalité, vous allez vous régaler.

Pour feuilleter ou acheter le livre, ça se passe sur Lulu ou sur Amazon.

 

Abyss, Svetlana Mori

Je remercie Svetlana Mori d’avoir accepté de m’envoyer son roman, Abyss, via le site Simplement d’autant que j’ai eu le droit à une très chouette dédicace. Ce roman a la particularité d’avoir été écrit pendant un challenge d’écriture international qui fait souvent grand bruit sur Twitter, le NaNoWriMo.

J’ai lu ce livre en lecture commune avec Saiwhisper du blog Les pages qui tournent. J’ai pris grand plaisir à échanger avec elle sur cette belle lecture et espère renouveler l’expérience, peut-être, pourquoi pas, sur un autre texte de Svetlana Mori.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Un choix peut être lourd de conséquences…

Depuis des siècles, les marins vivent dans la crainte des hommes-poisson, monstres cruels dévorant le cœur fraîchement arraché de ceux dont le navire n’a pas été assez rapide pour leur échapper.
Emily Rauesen pensait que tout ceci n’était que superstition, du moins jusqu’à ce que l’un d’entre eux soit capturé sur le Blue River et qu’elle se retrouve à devoir panser ses blessures pour qu’il puisse survivre à son interrogatoire !

La créature semble très différente de la bête sanguinaire qu’on lui a décrit… mais si les apparences étaient trompeuses ?

  • Broché: 188 pages
  • Editeur : Lulu.com (22 décembre 2016)
  • Prix : 11,08€

AVIS

Avant de commencer, je tiens à dire que je trouve la couverture magnifique et que j’aime beaucoup les signes tribaux qui illustrent chaque partie et tête de chapitre. Je vous invite à consulter ma dernière participation au RDV livresque Premières Lignes pour plus de détails.

L’histoire et les personnages…

Seule femme et dorénavant médecin à bord d’un navire, Emily pleure toujours la mort accidentelle de son père quand sa vie va être de nouveau chamboulée par l’arrivée d’un prisonnier. Mais pas de n’importe quel prisonnier, d’un homme-poisson, une créature maritime crainte de tous en raison de sa légendaire cruauté et barbarie.

Chargée de soigner les plaies du monstre avant sa prochaine séance de torture, elle va néanmoins faire abstraction de sa peur et se laisser guider par ses sentiments. Cela la conduira à prendre une décision qui aura de lourdes conséquences non seulement pour sa vie, mais aussi pour celle des autres habitants du navire.

J’ai beaucoup aimé le fait que dès le début de l’histoire, on comprend que la situation est plus complexe qu’un simple schéma gentils/méchants. En effet, si les hommes-poisson sont effrayants, n’hésitant pas à massacrer les humains qui croisent leur route ou à enlever des enfants pour leurs besoins, les humains ne sont pas non plus tout blanc. Que ce soit à travers la séance de torture à l’encontre de leur captif ou les horreurs que les hommes ont perpétré par le passé, ils se montrent tout aussi barbares. Pas besoin d’avoir des attributs de poisson pour pouvoir être qualifié de monstre…

Difficile dans ces conditions de se positionner nettement pour un camp, chacun ayant des griefs légitimes pour détester l’autre. Cet aspect rend donc complètement plausible et compréhensible, bien que discutable, la décision d’Emily que je vous laisse, bien sûr, découvrir.

J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié cette femme qui sait voir au-delà des apparences et des préjugés n’hésitant pas à tout remettre en cause pour ce qu’elle estime juste. Pour une personne n’imaginant pas sa vie loin de l’eau, elle a étrangement les pieds sur terre ! J’ai également aimé son sens de la répartie et sa capacité à avancer dans la vie malgré les drames qui la ponctuent.

Quant à Syhl, le jeune homme-poisson, sa personnalité m’a un peu moins convaincue même si l’autrice a veillé à nous offrir un personnage nuancé, autant capable d’une violence implacable que d’altruisme. Je lui ai préféré sa sœur Velkis qui intervient en dernière partie et qui apporte une touche de folie, d’insouciance et de légèreté fort appréciable. Il n’a pas fallu d’ailleurs bien longtemps pour m’attacher à celle-ci.

De l’eau, des pirates, de l’action et du sang…

Quand j’ai lu le résumé du livre, j’ai su qu’il me fallait le lire. En effet, j’aime beaucoup les histoires de pirates.

Et de ce côté, je dois dire que l’autrice a répondu à mes attentes. J’ai beaucoup aimé m’imaginer la vie à bord du navire, les descriptions percutantes et l’utilisation d’un vocabulaire maritime précis nous permettant de nous immerger complètement dans l’ambiance. On a presque l’impression de voguer sur la mer à bord du Blue River pris dans les flots d’un élément naturel aussi beau qu’imprévisible.

Je vous rassure, même s’il y a des descriptions, le livre reste définitivement tourné vers l’action et ceci, dès les premières pages du roman. Il y a évidemment des phases moins rythmées que d’autres, mais aucun temps mort ou longueurs ne sont à déplorer. Svetlana Mori a incontestablement su exploiter chaque page, ne se perdant pas dans les détails. Ce point me semble particulièrement important si l’on rappelle que le livre fait moins de deux cents pages et que l’autrice n’est pas forcément coutumière de ce format assez court.

Si je n’aime pas trop quand le sang coule à flots, j’attends pourtant de l’hémoglobine quand il y a des pirates dans une histoire, les deux étant quelque peu indissociables dans mon esprit. Et Abyss, pour mon plus grand plaisir, n’échappe pas à la règle. L’autrice ne nous épargne pas des scènes quelque peu violentes nous les décrivant d’ailleurs de manière assez précise pour que le lecteur se les représente parfaitement. Et j’ai d’ailleurs adoré ce décalage entre le calme apparent des flots et la violence qui se déchaîne à bord du navire.

Quant aux pirates, ils sont tels que je les imagine et les veux : sans morale, sanguinaires ne faisant pas grand cas de la vie humaine, violents, pervers… Bref, antipathiques et horribles à souhait !

Une histoire d’amour qui ne m’a pas convaincue, mais qui sert l’histoire

Que vous l’ayez deviné ou non en lisant le résumé, Abyss, c’est également une histoire d’amour. C’est l’aspect que j’ai le moins apprécié, mais mon avis n’est pas très objectif n’étant pas fan du genre. Seuls quelques auteurs arrivent à me faire passer outre mon manque d’appétence pour ce genre.

Certaines scènes et dialogues, un peu trop naïfs pour moi, m’ont fait lever les yeux au ciel. Je pense notamment à un passage où Syhl demande, le plus sérieusement du monde, à sa toute nouvelle dulcinée de ne pas dépérir en son absence et de continuer à vivre. Même si la connexion entre ces deux nouveaux amoureux est forte, il manque quand même quelques péripéties avant de rendre ce genre de phrase crédible. Et encore, n’étant pas très fleur bleue, je crois que ce genre de déclaration aurait plutôt tendance à me faire rire qu’à m’émouvoir.

Je pense néanmoins que cette romance contient les éléments pour plaire à beaucoup d’amatrices et d’amateurs du genre : une histoire d’amour impossible avec des amoureux à la Roméo et Juliette séparés par la haine que se vouent leurs espèces respectives (les humains d’un côté et les hommes-poisson de l’autre), des dialogues qui peuvent plaire aux plus romantiques des lecteurs, une attirance quasi immédiate entre nos deux héros et une alchimie très forte…

Si cette histoire d’amour ne m’a pas convaincue notamment par sa trop grande rapidité qui s’explique par la taille du livre, force est de constater que Svetlana Mori a su la rendre indispensable à l’histoire. Loin de n’être là que pour ravir le cœur des amoureux de romance, elle est la pierre angulaire du livre qui va permettre un rapprochement entre deux ennemis. Alors la morale est un peu gentillette, mais elle est amenée avec assez de talent pour ne pas paraître trop naïve.

Une histoire qu’on a du mal à quitter…

Enfin, j’avoue avoir été quelque peu frustrée par la taille du livre. L’autrice nous propose une histoire avec tellement de potentiel qu’il est difficile de se contenter de si peu de pages. J’aurais tellement aimé en apprendre plus sur les hommes-poisson, leurs us et coutumes qui n’impliquent pas l’arrachage de cœur d’humain, leur vie dans leur cité aquatique…

J’aurais également souhaité apprendre à connaître plus longuement la famille royale dont les membres ne manquent pas de personnalité que ce soit le frère aîné qui, sous un air froid et dur, semble plutôt du genre tendre et juste, le père qui n’est pas le monstre cruel que l’on pourrait s’imaginer ou, à l’inverse, cette sœur aînée qui est loin de s’avouer attendrie par l’amour de son frère pour une humaine…

Tous ces éléments font que lorsque l’on tourne la dernière page, on est autant ravi de notre lecture que frustré de ne pas en avoir plus. Fort heureusement, l’autrice a entendu le désespoir de ses lecteurs et a, en prévision, un recueil construit autour de textes courts. Mais pour les détails, il vous faudra encore patienter, le projet étant toujours en cours de réflexion.

Pour conclure, si vous êtes en quête d’une histoire de sirène à la Disney, il est préférable de vous tourner vers un autre titre. Si, en revanche, vous avez envie d’une histoire au rythme soutenu où se mêlent l’amour de la mer, l’action, le sang, une héroïne forte, de la haine et de l’amour avec un grand A, Abyss devrait vous offrir de très beaux instants de lecture.

Pour ma part, je lirai avec plaisir d’autres titres de Svetlana Mori dont les deux autres tomes de la trilogie dont Abyss est issu.

Vous pouvez acquérir Abyss sur, entre autres, Amazon et découvrir les autres livres de l’auteure sur son site Internet.

Je vous invite à consulter la chronique de Saiwhisper