Throwback Thursday Livresque #125 : imaginaire

J’ai décidé de participer à un nouveau rendez-vous autour du livre : le Throwback Thursday Livresque. Imaginé par Bettie Rose Books, le principe est de partager chaque semaine sa lecture autour d’un thème mensuel qui sera décliné chaque semaine. Depuis peu, les liens de participation sont à déposer sur My-books.


Difficile de ne sélectionner qu’un seul ouvrage parmi toutes les pépites que recèle la littérature de l’imaginaire, mais vous ayant déjà parlé d’Alice au pays des merveilles, du célèbre sorcier à lunettes et de La Passe-Miroir, mes incontournables en la matière, j’ai décidé de me tourner vers une trilogie fort sympathique : Le Paris des merveilles de Pierre Pevel.

Présentation éditeur : « À première vue, on se croirait dans le Paris de la Belle Époque. En y regardant de plus près, la tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes ont investi la Seine, les farfadets, le bois de Vincennes, et une ligne de métro rejoint le pays des fées… Dans ce Paris des Merveilles, Louis Denizart Hippolyte Griffont, mage du Cercle Cyan, est chargé d’enquêter sur un trafic d’objets enchantés, lorsqu’il se retrouve impliqué dans une série de meurtres. Il lui faudra alors s’associer à Isabel de Saint-Gil, une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien… « 

Je n’ai pas la chance de posséder l’une de ces deux superbes intégrales, mais les couvertures des tomes individuels sont également très belles…

Lorsque j’ai découvert cette trilogie, j’étais dans une période thriller ce qui explique que ce premier tome m’avait intéressée sans me captiver alors que presque trois ans après ma lecture, j’en garde un souvenir très positif. Avec du recul, je ne peux que reconnaître le superbe travail réalisé par l’auteur au niveau d’un univers qui reste très longtemps en mémoire tout comme ses personnages hauts en couleur qu’il réussit à rendre attachants et inoubliables. Cerise sur le gâteau, la série se bonifie tome après tome ! Il faudrait d’ailleurs que je programme une relecture…

Si cette série vous intéresse, je vous invite à découvrir mon avis sur les trois tomes : Les enchantements d’Ambremer, L’Élixir d’oubli et Le Royaume immobile.

Et vous, connaissez-vous cette trilogie ?
Qu’en avez-vous pensé ?

Le Paris des Merveilles tome 3 : le royaume immobile

9782352948506_3.png

Le royaume immobile est le troisième et dernier tome de la série Le Paris des Merveilles de Pierre Pevel sublimement réédité par Bragelonne.

J’ai lu cette trilogie dans le cadre du challenge L’objectif du mois de juin.

Vous pouvez retrouver mes chroniques du premier tome Les enchantements d’Ambremer et du deuxième tome, l’Elixir d’oubli.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Paris, au début du XXe  siècle.
La porte vers la capitale d’OutreMonde, Ambremer, amène bien des Merveilles au Paris du siècle passé : la tour Eiffel est bâtie d’un bois blanc qui chante à la Lune, sur les Champs-Élysées, le feuillage des arbres diffuse à la nuit une douce lumière mordorée, et les créatures féeriques vivent parmi les hommes.
Alors que tous ne songent qu’aux prochaines élections du Parlement des Fées, Griffont doit aider un ami soupçonné du meurtre d’un mage du Cercle Incarnat. De son côté, Isabel se trouve aux prises avec de dangereux anarchistes venus de l’OutreMonde et bien décidés à ensanglanter Paris pour se faire entendre. Mais bientôt Griffont et Isabel découvriront que ces deux affaires sont liées, et lèveront alors le voile sur un secret ancien susceptible d’ébranler le trône d’Ambremer.
Bienvenue dans le Paris des Merveilles.
  • Broché: 384 pages
  • Editeur : Bragelonne (20 mai 2015)
  • Collection : Steampunk
  • Prix : 17,90€

MON AVIS

Pas de surprise dans ce tome, tous les éléments qui m’ont fait apprécier les deux premiers tome sont présents dans celui-ci : plume très agréable de Pierre Pevel, personnages à la nature diverse et aux personnalités intéressantes, intrigues bien ficelées, mystères, magie… Je regrette seulement la présence trop discrète, à mon goût, du versatile Azincourt, le chat-ailé vivant avec Griffont.

Nous retrouvons nos deux personnages principaux, Griffont et Isabel, avec grand plaisir autant pour leurs échanges plein de punch que leur capacité commune à être impliqués dans des histoires souvent dangereuses et à chaque fois, pleines de rebondissements.

Avec ce tome, Pierre Pevel confirme son talent pour créer des intrigues captivantes qui vous donnent presque envie d’avoir les dons de Sherlock Holmes pour les décrypter au plus vite. Je n’ai pas lu ce tome aussi vite que le précédent, mais l’envie de tourner les pages était bien là ! J’ai également apprécié la manière dont l’auteur arrive à lier les différents événements entre eux sans que jamais le lecteur n’en saisisse les ficelles avant que celui-ci ne le décide.

Ce dernier tome se distingue néanmoins des deux premiers par son caractère plus sombre. Les précédents tomes possédaient leur propre dose de violence, mais avec Le Royaume Immobile, Pierre Pevel développe une atmosphère plus sombre où le danger et la mort ne cessent de planer au-dessus de nos personnages principaux.

Enfin, sous réserve d’un livre de fantasy, l’écrivain aborde des thèmes plus ancrés dans le réel comme les élections et hélas, les attentats. Ce point est d’autant plus marquant que l’action se passe dans la capitale…

MA NOTE : 4,25/5

CONCLUSION

J’ai beaucoup apprécié Le Royaume Immobile, troisième tome qui conclut la trilogie Le Paris des Merveilles. Pierre Pevel nous a offert un tome à la hauteur des deux autres en prenant cependant le parti de le rendre plus sombre. Cette évolution semble au final plutôt logique lorsque l’on considère la vie de nos deux héros.

La fin étant plutôt ouverte, j’ai l’espoir que l’écrivain décide de continuer sa série…

Le Paris des Merveilles, tome 2 : l’Elixir d’oubli

ambremer2

Après la lecture du tome 1 de la Trilogie Le Paris des Merveilles, réédité aux Editions Bragelonne, j’ai enchaîné par la lecture du second tome : l’Élixir d’Oubli.

Pour rappel, j’ai lu cette trilogie dans le cadre du challenge l’Objectif du mois.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Paris, début du xxe  siècle.
Dans un Paris de la Belle Époque où se côtoient gnomes, dryades, chats-ailés et arbres enchantés, Louis Denizart Hippolyte Griffont, membre
reconnu d’un club de gentlemen magiciens, est sur une nouvelle affaire de meurtre. La victime est un antiquaire apparemment sans histoires, mais l’enquête du mage le conduit à un nom que beaucoup redoutent : Giacomo Nero. Cet ambitieux mage noir pourrait bien être mêlé à une intrigue trouvant ses origines à l’époque de la Régence. En ce temps-là, Griffont était le chevalier de Castelgriffe. Érudit désinvolte et mage libertin, il s’apprêtait à affronter une société secrète et, ce faisant, collaborait pour la première fois avec une certaine baronne de Saint-Gil. Cependant, révéler aujourd’hui les secrets du siècle passé pourrait bien éveiller un confit s’étendant jusqu’à l’OutreMonde…
Bienvenue dans le Paris des Merveilles.
  • Broché: 384 pages
  • Editeur : Bragelonne (20 mai 2015)
  • Collection : Steampunk
  • Prix : 17,90 €
  • Autre format : ebook

AVIS

Tout d’abord, je ne vais pas me répéter mais j’ai retrouvé, avec plaisir, tous les éléments qui m’avaient fait apprécier la lecture du premier tome : une sublime couverture réalisée par Xavier Collette, la plume élégante de l’auteur, les personnages, l’ambiance du livre, les magnifiques descriptions… Pour plus de détails, je vous invite à consulter ma chronique du premier tome : Les enchantements d’Ambremer.

Même si j’avais apprécié le premier tome, sans le challenge Objectif du mois, je ne pense pas que j’aurais enchaîné directement sur le deuxième. La raison en est simple : il manquait l’action et le suspens qui m’auraient poussée à vouloir retrouver avidement Griffont, Isabel et les autres. Et maintenant que la dernière page de l’Élixir oublié est tournée, je peux dire sans détour que cela aurait été dommage.

J’ai tout simplement adoré ce second tome. L’auteur a su introduire avec talent de l’action, du mystère, des intrigues imbriquées, des nouveaux personnages dont le très connu Merlin. Il a même joué avec les nerfs des lecteurs avec la survenue d’un événement inattendu dont je ne vous parlerai pas plus afin de vous en laisser le plaisir de la découverte. Vous comprendrez alors aisément que j’ai lu ce second tome beaucoup plus rapidement que le premier, pressée de connaître la suite des événements.

Pierre Pevel nous offre également une incursion dans le passé et plus précisément en 1720, année qui marqua la rencontre entre notre mage préféré et la baronne Isabel de Saint-Gil ou Aurélia, de son véritable nom. En plus d’en apprendre plus sur les débuts de ce couple atypique, le lecteur est plongé dans une enquête qui apportera également des éléments de réponse pour l’intrigue se déroulant elle dans le Paris de la Belle-Epoque. J’ai apprécié cette incursion dans le passé de nos héros qui donne un vrai dynamisme au livre tout en nous permettant d’assouvir notre curiosité. Néanmoins, ce procédé exigera du lecteur une lecture attentive afin de ne pas être perdu entre les deux époques.

MA NOTE : 4/5

CONCLUSION

Pour conclure, L’Elixir oublié, deuxième tome de la trilogie Le Paris des Merveilles, est une lecture que j’ai fort appréciée. J’ai retrouvé avec plaisir le très belle plume de Pierre Pevel qui, à elle seule, justifie la lecture de cette trilogie. L’auteur a en outre gâté ses lecteurs en leur offrant tous les éléments nécessaires à une lecture passionnante : suspense, action, mystères…

J’ai maintenant hâte de vous parler du troisième et dernier tome.

Enregistrer

Le Paris des Merveilles Tome 1 : Les Enchantements d’Ambremer

9782352948483_3

En vieillissant, et étrangement, je suis de plus en plus sensible aux couvertures des livres alors qu’il n’y a encore pas si longtemps, je n’y prêtais guère attention… C’est ainsi que j’ai complètement craqué sur la couverture du livre « Les Enchantement d’Ambremer », premier tome de la trilogie Le Paris des Merveilles de Pierre Pevel, sublimement réédité par les Éditions Bragelonne.

J’ai lu ce livre dans le cadre de mon challenge Objectif du mois. Pour le mois de juin, il fallait lire une série contenant plus de deux titres.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Paris, au début du XXe  siècle.
Les messieurs ont de fières moustaches, des chapeaux melons ; les dames portent des corsets, des jupons, des bottines à boutons. Déjà, de rutilants tacots pétardent parmi les fiacres le long des Grands Boulevards aux immeubles haussmanniens. Mais ce n’est pas le Paris de la Belle Époque tel que nous l’entendons : la tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes ont investi la Seine, les farfadets, le bois de Vincennes, des chats-ailés discutent philosophie et une ligne de métro permet de rejoindre le pays des fées.
Occupé à enquêter sur un trafic d’objets enchantés, Louis Denizart Hippolyte Griffont, mage du Cercle Cyan, se retrouve mêlé à une série de meurtres. Confronté à des gargouilles immortelles et à un puissant sorcier, Griffont n’a d’autre choix que de s’associer à Isabel de Saint-Gil, une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien…
Bienvenue dans le Paris des Merveilles.
  • Broché: 384 pages
  • Editeur : Bragelonne (20 mai 2015)
  • Collection : Steampunk
  • Prix : 17,90€
  • Illustrateur : Xavier COLLETTE

AVIS

Un Paris alternatif magnifiquement décrit et peuplé de créatures…

Afin que le lecteur soit d’emblée plonger dans l’aventure, Pierre Pevel prend le temps d’expliquer en quelques pages son Paris, celui que nous découvrirons tout au long de l’histoire. L’auteur nous invite à découvrir ce Paris alternatif dont le merveilleux et la richesse sont mis en valeur par son élégante plume. Ses magnifiques descriptions permettent d’ailleurs sans peine de s’y plonger avec délectation.

En plus du décor, nous découvrons les différentes créatures qui habitent ce Paris allant de la fée aux gargouilles. A cet égard, j’ai adoré les chat-ailés qui absorbent la matière des objets sur lesquels ils s’endorment. Il leur est ainsi possible de s’approprier le contenu d’un livre seulement en s’y allongeant dessus. Le rêve, non ?

Je rassure les allergiques aux longues descriptions, le livre est entrecoupé de dialogues ce qui insuffle un certain dynamisme et en rend la lecture accessible à tous. Ces dialogues sont, en outre, l’occasion d’échanges, parfois savoureux, entre les protagonistes notamment entre le mage Griffont et Isabel de Saint-Gil. Je vous laisserai néanmoins découvrir, au fil de votre lecture, les liens profonds qui les unissent.

« – Vous n’avez pas beaucoup changé, dit-elle pour l’épargner. Physiquement, je veux dire…
Flatté, il voulut jouer les modestes.
– Oh, j’ai pris un peu de ventre, tout de même…
– Non, non. Vous l’aviez déjà.
Et vlan, songea Griffont. Voilà pour ma pomme. »

Une intrigue intéressante mais pas captivante

Je pense que ce roman m’aurait énormément plu quand j’étais enfant ou du, moins, plus jeune. Je lisais à cette époque énormément de contes et de livres avec des fées et sorcières, ces dernières m’ayant longtemps fascinée. Les descriptions enchanteresses de Paris et de l’Ambremer, les créatures diverses et fantastiques, les interactions entre les personnages, l’intrigue principale … Tous les éléments auraient été réunis pour rendre ma lecture passionnante si ce n’est inoubliable.

Cependant, sans m’en rendre compte, j’ai au final beaucoup évolué. Comme mon attrait récent pour les thrillers le montre, j’attends maintenant beaucoup plus de l’intrigue principale. J’ai besoin d’actions certes, mais surtout de suspense ou du moins, d’une manière de narrer le récit qui me donne envie de tourner encore et encore les pages d’un livre. Or si j’ai beaucoup apprécié ma lecture, elle ne m’a jamais été « vitale » au point de me pousser à dévorer les pages jusqu’à tard dans la nuit. L’intrigue était intéressante, mais pas captivante. Mais j’avoue que c’est là, pour moi, le seul défaut de ce livre.

En résumé, Les Enchantements d’Ambremer, premier tome de la trilogie Le Paris des Merveilles de Pierre Pevel, pose le décor et permet de découvrir les protagonistes principaux qui sont, chacun à leur manière, plutôt attachants. C’est un livre que je ne peux que conseiller aux personnes qui ont envie d’une lecture divertissante mêlant efficacement fantasy et enquête. Pour ma part, j’ai été autant séduite par l’histoire que par la très belle plume de l’auteur et ses traits d’humour.

MA NOTE : 3,75/5

L’AUTEUR (photo et propos recueillis sur le site de l’éditeur)

Pierre Pevel, né en 1968, est l’un des fleurons de la Fantasy française. Il a obtenu le Grand Prix de l’Imaginaire en 2002 et le prix Imaginales 2005. Avec une verve romanesque digne des grandes heures du feuilleton populaire, il signe là tout à la fois un hommage aux romans de cape et d’épée, un récit historique admirablement documenté et une Fantasy épique à grand spectacle. La trilogie des Lames du Cardinal est un éclatant succès déjà traduit en sept langues y compris, événement sans précédent, en Grande- Bretagne et aux États-Unis ! Le premier volume a par ailleurs remporté le David Gemmell Morningstar Award du meilleur premier roman, en 2010.

1304-pevel_3