(Haute) couture Devenir styliste à 13 ans ! Écrivore

Prénom : Zoé. Âge : 13 ans. Sa passion ? La couture. Son souhait ? Devenir styliste. Mais ses parents sont contre cette idée. Pour leur prouver que ce rêve peut devenir réalité, la jeune fille décide de participer en cachette à un concours organisé par son grand couturier préféré : Chanelciaga. Elle devra confectionner une robe de soirée pour remporter un stage chez ce styliste de renom. Mais la réalisation du projet va être semée d’obstacles, entre prof de couture excentrique, parents démissionnaires et harcèlement au collège ( Zoé est « rousse de chez rousse »). Sans parler des difficultés techniques pour créer la robe !
Zoé va devoir développer sa combativité et composer avec les uns et les autres pour parvenir à ses fins. Une belle aventure qui, à l’orée de l’adolescence, la fera grandir.

Preskadult – (22 novembre 2019) – 112 pages – 8/12 ans
Ebook (0,99€) – Broché (4,99€)

AVIS

Je n’ai jamais été attirée par la mode, mais la couverture et le résumé m’ont intriguée et le roman étant très court, j’ai fini par me laisser tenter. Une bonne chose puisque j’ai passé un très bon moment avec ce livre plein de beaux sentiments et de belles valeurs.

Zoé, 13 ans, a une passion dans la vie : la couture. Elle décide donc de s’inscrire, en cachette de ses parents et sans tenir compte de l’âge minimum pour participer, à un concours organisé par son créateur favori, le grand Chanelciaga. Par un heureux concours de circonstances, elle va obtenir de l’aide de la dernière personne sur laquelle elle aurait pensé pouvoir compter et d’une couturière confirmée et passionnée. Commence alors pour l’adolescente une aventure dans laquelle elle va devoir faire preuve d’imagination et de pugnacité afin de faire face aux épreuves qui ne manqueront pas de se dresser sur son chemin.

Sous couvert d’une histoire toute mignonne, l’autrice aborde une multitude de thèmes importants et intéressants : le harcèlement scolaire, le respect de la différence, l’acceptation de soi, les préjugés, le racisme, la force des rêves, la nécessité de ne pas baisser les bras devant les difficultés… Le roman étant très court, ces thèmes ne sont que survolés, mais cela est fait de telle manière que les lecteurs de tout âge ne peuvent que se sentir concernés et touchés.

J’ai, en outre, particulièrement apprécié la personnalité de Zoé qui, malgré les moqueries de ses camarades et leur harcèlement, continue à s’adonner à sa passion. Encore jeune, elle a parfois des moments de découragement, mais elle finit toujours pas retomber sur ses pattes et aller de l’avant. Autre point qui m’a plu, la réelle évolution de ses parents qui comprennent qu’aimer et accompagner son enfant, ce n’est pas lui imposer des choix d’études puis de carrière, peut-être prestigieux, mais qui ne lui conviennent pas. Après l’avoir freinée dans sa passion de la couture, ils vont donc soutenir leur fille unique tout en reconsidérant leur manque d’implication dans sa vie de tous les jours en raison de leur vie professionnelle bien remplie…

Un autre personnage, que je vous laisserai le soin de découvrir, tire son épingle du jeu et nous montre à quel point les préjugés peuvent blesser certaines personnes et les contraindre à cacher leurs propres origines… Son comportement des débuts, s’il n’est pas excusable, prend donc une tout autre dimension quand on en comprend les raisons. La psychologie de chacun n’est pas développée outre mesure et peut parfois sembler un peu caricaturale, mais je n’ai pas trouvé cela gênant. Car finalement, ce qui fait la force de ce sympathique ouvrage, ce sont les messages positifs que véhicule l’autrice avec douceur et justesse : entraide, tolérance, confiance en soi, pouvoir des rêves…

En bref, (Haute) couture est un joli roman qui, à travers le rêve d’une adolescente passionnée, pétillante et attachante, aborde de manière légère, mais pertinente, des thématiques importantes allant du harcèlement scolaire au racisme en passant par l’importance de croire en soi et en ses rêves. Fluide, rapide à lire, empli de jolis messages et non dénué d’un certain humour, voici un roman qui devrait plaire aux jeunes lectrices et lecteurs.

Je remercie NetGalley et l’auteure pour cette lecture.

Mortelle tentation, Christophe Ferré

Mortelle tentation par [Ferre, Christophe]

Je remercie les éditions de l’Archipel pour m’avoir permis de découvrir Mortelle tentation de Christophe Ferré.

RÉSUMÉ

Connaît-on vraiment la personne avec qui l’on partage sa vie ? Dans un coin sauvage des Pyrénées, le cadavre d’une jeune femme est retrouvé entièrement nu. Peter, un ancien international de rugby aujourd’hui architecte d’intérieur, est parti randonner en solitaire à cet endroit, mais il est injoignable depuis le jour du meurtre. D’abord inquiète qu’il ait croisé la route de l’assassin, Alexia, sa femme depuis plus de vingt ans, découvre avec effroi qu’il connaissait la victime… Et si Peter avait quelque chose à se reprocher ? Et s’il était en réalité le meurtrier ? C’est en tout cas ce que semble penser la police…Quand l’homme que vous aimez est accusé du pire, la confiance et la passion vacillent… Déchirée entre l’amour et le doute, Alexia doit faire éclater la vérité.

Archipel (9 octobre 2019) – 384 pages – Broché (22€)

AVIS

Emballée par le résumé et la promesse d’un bon thriller domestique comme je les aime, je me suis lancé avec enthousiasme dans ma lecture. Malheureusement, si le roman possède quelques atouts, ils n’ont pas suffi à compenser ses faiblesses. Mon avis sera donc mitigé…

Alors que l’on découvre le cadavre nu d’une jeune femme dans les Pyrénées, Peter, parti seul en randonnée, ne donne plus de signe de vie à sa femme… Les deux affaires sont-elles liées ? L’intuition d’Alexia lui souffle que c’est bien le cas, mais reste une question en suspens : son mari a-t-il croisé la route d’un prédateur ou est-ce lui le prédateur ? Et si après tout, son tendre et aimant Peter n’était pas le mari et père parfait qu’elle pensait ?

Christophe Ferré, que je découvre avec ce roman, a repris les codes assez classiques du genre, ce qui ne m’a pas dérangée les trouvant toujours aussi efficaces. C’est donc sans surprise que j’ai rapidement identifié le coupable du meurtre, mais cela ne m’a pas empêchée d’avoir été complètement happée par le suspense et la tension que l’auteur insuffle à son récit. Il faut dire que tout est mis en place pour faire douter les lecteurs, à commencer par les deux époux tout aussi instables l’un que l’autre.

J’ai ainsi été dubitative de la rapidité avec laquelle Alexia, qui se dit amoureuse de son mari comme au premier jour, en vient aussi rapidement à le soupçonner. Pas très réaliste ni très convaincant, mais vous verrez que cette femme n’est pas la personne la plus cohérente qui existe… Quant à son mari, difficile de porter crédit à ses dires, ses explications pour justifier son absence et son silence étant aussi changeantes qu’abracadabrantesques. Ce n’est plus à un ex-professionnel du sport qu’on a affaire, mais à un véritable scénariste !

Entre une femme qui change d’avis comme de chemise pensant « l’homme de sa vie » innocent pour le déclarer coupable trois phrases plus loin, et un homme se déclarant innocent, mais n’arrêtant pas d’enchaîner mensonge sur mensonge, on en vient à se demander où se situe exactement la vérité, mais surtout à qui se fier… Ce couple, tout comme la plupart des autres personnages au demeurant, se révèle donc assez exaspérant avec une mention spéciale pour le parfait mari, devenu le parfait suspect, qui n’hésite pas à se lancer dans un petit viol conjugal histoire d’assouvir son appétit sexuel d’ogre. Quitte à être suspecté de meurtre et être traqué par la police autant faire les choses en grand !

Si ces deux personnages exaspèrent, on se surprend néanmoins à suivre leurs mésaventures et l’enquête avec une certaine curiosité. Qui a bien pu tuer la jeune femme et pourquoi ? Notre ex-sportif beau gosse à qui tout réussit ne cache-t-il pas des zones d’ombre comme une petite tendance au meurtre ? Ce bonheur conjugal étalé à la face du monde depuis plus de vingt ans est-il aussi solide qu’Alexia le pense ? Tout autant de questions qui vous tiendront en haleine et vous pousseront à tourner les pages rapidement d’autant que l’auteur a opté pour des chapitres courts et dynamiques qui apportent une certaine fluidité à la lecture.

J’ai donc dévoré le roman en deux séances de lecture malgré des personnages antipathiques, un comportement d’adolescente transie d’amour oscillant entre idiotie et naïveté qui ne sied guère à une avocate supposée avoir la tête sur les épaules, certaines répétitions, des propos manquants parfois de naturel, et des révélations qui pèchent peut-être par leur manque de réalisme. Le scénario m’a ainsi donné le sentiment d’un film à l’américaine avec des rebondissements quelque peu improbables bien que très cinématographiques.

En bref, voici un thriller que l’on peut qualifier de page-turner par la vitesse avec laquelle on le dévore, mais qui souffre de certaines maladresses pouvant rendre la lecture parfois agaçante.

Découvrez un extrait sur le site des éditions de l’Archipel.
Retrouvez le roman chez votre libraire ou sur Place des libraires.