Kiwibook : les livres d’occasion à bon prix + offre de partenariat

 

Comme vous l’avez peut-être constaté lors de mes articles In My Mailbox, je suis une grosse acheteuse de livres d’occasion. Si j’ai des sites chouchous, je suis toujours ravie d’en découvrir d’autres à l’instar de Kiwibook. Je connaissais déjà le site de nom, mais je n’avais jamais passé de commande avant de lire l’article des lectures de Marinette qui mentionnait une offre de partenariat ouverte aux blogueurs et aux booktubers actifs.

 

avis des blogueuses et booktubeuses

 

L’OFFRE DE PARTENARIAT : votre première commande remboursée en échange d’un article 

L’offre est simple et très intéressante : votre première commande (25€ max, frais de port compris) vous est remboursée en échange d’un article relatant votre expérience sur le site.

remboursement commande

Pour profiter de cette offre, vous n’avez qu’à suivre la démarche clairement expliquée sur le site :

– Étape n°1 : prenez contact avec nous via le formulaire de contact en nous faisant une courte présentation de votre blog (merci de préciser l’URL de votre blog). Cette 1ère étape nous permettra de faire connaissance
– Étape n°2 : nous vous recontactons sous 48 heures pour valider ce partenariat
– Étape n°3 : vous pouvez  passer votre commande  sur Kiwibook (montant de 25 euros frais d’expédition compris, vous devez impérativement choisir une expédition via Mondial Relay)
– Étape n°4 : vous pouvez ensuite rédiger l’article de blog qui présente les services Kiwibook et votre expérience de commande sur le site qui comprends au moins 1 lien qui renvoi vers https://www.kiwibook.fr. Nous vous conseillons une longueur de 300 mots minimum. Cet article devra rester sur votre blog pendant une durée d’au moins 6 mois.
– Étape n°5 : nous procédons au remboursement intégral de votre commande.

Concrètement, j’ai envoyé ma demande via le formulaire de contact avant d’être recontactée rapidement par Benjamin qui a validé notre partenariat. Le plus dur a ensuite été de choisir mes livres parmi le large catalogue… Une fois mon choix arrêté, j’ai validé mon panier, choisi Mondial Relay comme mode de livraison (obligatoire) puis payé.

Mon colis reçu, j’ai envoyé un mail à Benjamin avec mes premières impressions et ai eu l’agréable surprise de constater de nouveau sa réactivité et sa disponibilité puisqu’il reste très à l’écoute de ce que l’on peut lui dire. Suite à la publication de cet article, je devrais par la suite recevoir le remboursement de ma commande.

MISE À JOUR : j’ai reçu le remboursement de ma commande le lendemain de la publication de mon article. Rapide et efficace ! 

MA COMMANDE

Mon choix s’est porté sur trois livres de ma wish list :

  • Sur la piste de Sherlock Holmes : 11,41€ – bon état. Reçu en très bon état.
  • Nota Bene – tome 2 : 7,05€ – Très bon état. Reçu en très bon état.
  • Clochette au pays des merveilles : 2,80€ – bon état. Reçu en très bon état.

Après quelques recherches, Kiwibook est le site qui proposait ces livres au meilleur prix.

KIWIBOOK : UN VRAI BON PLAN ? 

Si certain(e)s d’entre vous ont leur propre blog ou chaîne youtube, beaucoup sont aussi des lecteurs en quête d’ouvrages de qualité à des prix intéressants, l’achat de livres pouvant vite représenter un gros budget. Vous vous demandez donc probablement si le site vaut le coup… Et ma réponse est oui, sans aucun doute !

Points que j’ai appréciés :

  • Un large catalogue : livres  pour la jeunesse, BD, mangas, ouvrages de sciences humaines, d’art, manuels scolaires… Chacun devrait trouver son bonheur. Voici d’ailleurs quelques livres repérés pour moi et mon père lors de mes pérégrinations sur le site :

Pauvre âme en perdition: L'histoire d'une sorcière des mersAmour luxe et capitalisme

Le Hobbit - la désolation de Smaug. Le Guide officiel du filmLe Palais des illusions

Et si vous aimez les chats et l’humour, je vous recommande Journal d’un chat acariâtre que vous trouverez au prix de 3,21€, ce qui est plus que raisonnable pour ce livre en hardback que j’avais adoré et dont je vous avais déjà parlé.

Journal intime d'un chat acariâtre

  • Des prix compétitifs : avant de finaliser ma commande, j’ai comparé le prix de nombreux livres sur mes sites de référence pour les achats d’occasion. Et à quelques exceptions près, Kiwibook était soit positionné sur la même gamme tarifaire soit plus bas notamment pour Sur la piste de Sherlock Holmes que je n’ai jamais trouvé, malgré mes alertes, en-dessous de 16€ contre 11,41€ sur le site.

Sur la piste de Sherlock Holmes

  • L’état des livres : c’est probablement le point qui m’a le plus emballée puisque même les livres censés être en bon état sont arrivés en très bon état ! Et pour la maniaque que je suis, ce fut une très agréable surprise. Pour le moment, Kiwibook est le seul site sur lequel je m’autoriserai à acheter des livres en bon état.
  • Possibilité d’ajouter des livres en favoris en prévision de prochaines commandes et de créer des alertes :

Capture d’écran (51)

  • Plusieurs modalités de paiement dont Paypal.
  • Gratuité des frais de port à partir de 30€ par Mondial Relay.
  • Expédition depuis la France. 
  • Délais de livraison satisfaisants par Mondial Relay : commande passée dimanche dans la soirée, reçue le vendredi suivant.

Le site propose également un service de rachat de livres, mais je ne l’ai, pour ma part, pas (encore) testé. Sera également proposé un service d’échange de livres…

Le seul point négatif pour moi est l’absence de résumé des ouvrages proposés. Si vous cherchez des titres précis, cela n’est pas gênant, mais dans le cas contraire, vous devrez jongler avec un autre site du type Amazon. Le site est heureusement en train de travailler sur une solution pour régler le problème.


En conclusion, Kiwibook est un site que je vous recommande autant pour la variété des ouvrages proposés que les prix pratiqués qui permettent de se faire plaisir tout en maîtrisant son budget. Pour ma part, je n’hésiterai pas à fouiner régulièrement sur le site et à passer de nouvelles commandes, surtout maintenant que je suis rassurée sur l’attention portée par l’entreprise à l’état de ses livres.

Pour commander et/ou découvrir l’offre de partenariat, ça se passe sur le site de Kiwibook.

 

In My Mailbox #58

in-my-mailbox1

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Lire ou Mourir. »


SERVICE PRESSE

Je remercie les éditions De Borée pour ce roman dont je trouve la couverture très belle : Le Secret de la clé d’acier de David Glomot.

1520. Muricellos le cartographe, Léonard le prêtre et Cartagena le chevalier sont abandonnés sur la côte de Patagonie par l’amiral et explorateur Magellan, cruel et visionnaire auteur du premier tour du monde. Ils devront survivre dans cette Terra Incognita. La découvrir, se découvrir dans un roman qui est une vraie quête initiatique. Abandonnés tel Robinson sur cette côte inhospitalière, ils vont affronter des Indiens hostiles et la solitude du chemin de croix. Dans cette aventure, que peuvent apporter au Nouveau Monde un jeune explorateur navarrais, un vieux clerc limousin et un noble conquistador espagnol ? Les derniers feux d’une chevalerie à l’agonie et le fanatisme religieux ? La raison et la science ? Depuis Christophe Colomb, Espagnols et Portugais sillonnent le monde. Mais il fallait être fous pour oser s’embarquer dans une telle aventure. Ou avoir beaucoup de choses à cacher pour quitter ainsi le Vieux Continent pour toujours… Découvrez les circonstances dans lesquelles fut rédigé le fameux Livre de raison, objet de toutes les convoitises. Quelles énigmes peuplent le passé des trois explorateurs ? Quel est donc le secret de la clé d’acier ?

 

ACHATS NEUFS CHAPITRE.COM

Ayant bien aimé Journal de la sœur pas si laide de Cendrillon, j’ai craqué pour un autre tome de la série l’envers des contes qui est proposé à un tarif découverte : Journal de l’autre pas si grand méchant loup. Et j’ai complété ma collection de la série Lola Bourdon par le tome 1 (oui, comme je suis d’une logique implacable, j’ai acheté le tome 2 et 3 avant…).

L'envers des contes t.6 ; journal de l'autre pas si grand méchant loup - Couverture - Format classiqueLola Bourdon T.1 ; sur les traces de Robinson - Couverture - Format classique

J’achète peu de mangas préférant les emprunter, mais j’ai craqué devant l’édition collector de l’Atelier des Sorciers. Le manga, en plus de posséder une jaquette alternative, est accompagné d’un magnifique mini-artbook.

ACHAT OCCASION

N’arrivant pas à mettre la patte sur mon exemplaire, j’ai fini par racheter Journal d’un chat assassin.

Un chat qui ne mâche pas ses mots, ça n’existe pas  ! Pourtant, le héros de ce livre est bel et bien un chat. Il s’appelle Tuffy. Dans son journal de bord, il raconte la difficulté qu’il a d’être confronté à la plus totale incompréhension de ses maîtres. Surtout lorsqu’il ramène à la maison des animaux morts. Tuffy essaie bien de s’en empêcher… Mais aller contre nature relève d’un exploit qui n’est pas à la portée de n’importe quel chat, même de bonne volonté. Un beau jour, Tuffy est accusé du meurtre de Thumper, le lapin des voisins. Les mésaventures commencent pour Tuffy, mais pas pour ses lecteurs, qui auront, eux, le plaisir de rire à chacune des pages de ce petit roman plein de rythme et d’humour. –Ségolène Dujardin

CONCOURS

J’avais oublié de vous présenter Le Sauveteur de touristes gagné sur Twitter grâce au concours organisé par @blogueselivresse en partenariat avec la maison d’édition Taurnada.

Aucun texte alternatif disponible.

Je suis le sauveteur de touristes. C’est mon métier, une sorte de détective privé ne travaillant que sur des affaires de touristes en perdition. Les cas les plus courants sont les emprisonnements pour trafic et consommation de drogues illégales, mais les plus intéressants sont les disparitions, volontaires ou non.

Cette histoire est celle de ma première enquête. Elle m’entraîne à New York, Bangkok, Goa, Tanger et Alice Springs, à la recherche d’Émilie. Émilie, la fille qui peut détruire notre monde. Si elle le veut.

Et vous, quelles sont les nouveautés de votre PAL ?

 

 

Albédo, Sébastien Fritsch

index

Je remercie Sébastien Fritsch de m’avoir confié Albédo et d’avoir su si bien m’en parler. Il est vrai que spontanément, je ne me serais pas tournée vers cet ouvrage et me serais alors privée d’une très belle découverte. Je le remercie également pour sa dédicace, c’est une attention qui me fait toujours très plaisir.

CONCOURS POUR REMPORTER UN EXEMPLAIRE D’ALBÉDO: allez vite sur le blog de Beltane lit en secret découvrir une interview de l’auteur et participer au concours.

AUTEUR

91DeuKUmGgL._UX250_

Site WebPage Facebook

Né en région parisienne en 1969, Sébastien Fritsch s’est installé à Lyon au début des années 2000. Albédo est son sixième roman.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

L’amitié est ce qui reste quand on a tout perdu. Alors Nil n’hésite pas : dès que Mock le contacte, il accepte de le suivre. Même s’ils ne se sont pas dit un mot depuis quinze ans. Même si c’est pour convoyer une urne funéraire. Et même si la destination n’est autre que Ti-Gwern, cette grande maison où, quelque vingt ans plus tôt, ils étaient une poignée à partager leur jeunesse. Nil sait pourtant qu’on n’efface pas le temps en remontant une vieille route : les rires et la musique, les vins parfumés, les regards, les désirs qui animaient tous leurs séjours dans ce lieu hors du monde, sont désormais bien loin sans même parler de Maud. Alors, est-ce l’amitié ou la nostalgie qui le motive à faire le voyage ? Ou devinerait-il, sans vraiment se l’avouer, que rien n’est vraiment fini tant qu’on ne s’y résigne pas ?

  • Broché 340 pages
  • Editeur : Editions Fin mars début avril (11 juin 2016)
  • Prix : 18€
  • Autre format : ebook

AVIS

L’appel d’un vieil ami perdu de vue, une urne funéraire, un voyage à destination d’une maison bien connue autrefois, puis la disparition inexpliquée de Mock… Mais pourquoi a-t-il disparu aussi vite qu’il est réapparu dans la vie d’Emmanuel ? Cette question, de laquelle en découlera beaucoup d’autres, est le point de départ d’une enquête qui conduira Emmanuel sur les traces d’un passé qui n’est pas aussi révolu qu’il n’y paraît.

L’auteur alterne entre présent autour de la recherche de Mock et passé, à travers le flot de souvenirs de Nil, surnom d’Emmanuel, ce qui donne du rythme, un tempo à l’histoire. Malgré un côté introspectif, l’histoire ne se révèle d’ailleurs jamais ennuyante, mais suscite au contraire, sans relâche, l’attention et l’intérêt des lecteurs.

Cette alternance présent/passé apporte également un certain suspense puisque l’on en vient à se demander ce qui a pu se produire il y a presque vingt ans pour conduire à la situation actuelle. L’auteur joue avec notre imagination nous donnant au compte-gouttes des informations sur cette bande d’amis qui s’est perdue de vue, le jour où la plupart des membres ont été éjectés de la maison sans ménagement par le propriétaire des lieux.

Nous ne sommes clairement pas dans un thriller qui vous tiendrait en haleine par un suspense haletant, mais dans une histoire où les nombreuses questions non résolues apportent un certain mystère qui vous donne envie d’en apprendre plus sur Emmanuel, Maud et leurs anciens amis.

J’ai beaucoup aimé ce livre ; j’aurais donc spontanément tendance à le conseiller à tous. Néanmoins, après réflexion, je pense que cet ouvrage ne plaira pas à tout le monde, ce n’est pas un livre passe-partout ni un roman bourré d’actions et de rebondissements abracadabrantesques.

Ce livre plaira avant tout aux personnes qui aiment les histoires d’amitié comme certains aiment les histoires de famille, les deux ayant en commun de contenir leur lot de secrets, de non-dits, d’espoirs déçus, de mystère, mais également leur lot d’éclats de rire, de complicité et de moments heureux.

Le roman séduira de la même manière les lecteurs qui aiment les histoires mettant en scène un personnage non pas parfait, mais parfaitement attachant à la psychologie développée.

Ainsi, en suivant Nil dans son enquête pour comprendre le mystère entourant la disparition de Mock, on apprend à le connaître, lui et ses qualités mais aussi ses failles. On sent l’agacement poindre le bout de son nez quand il découvre que Mock l’a laissé seul dans la maison, on comprend sa déception, ses regrets, sa douleur face à un amour de jeunesse jamais partagé, on perçoit son inquiétude, sa colère face à un ami intime qui semble tellement insaisissable…

On s’agace aussi parfois de son comportement, de son extrême gentillesse qui le rend quelquefois « mou » ou détaché de sa propre personne, renvoyant de lui l’image de néant que Mock lui attribuait. En d’autres mots, on s’attache à Nil, un personnage profondément humain qui évolue tout au long du roman prenant un peu plus d’assurance même si, comme vous le découvrirez, il lui reste du chemin à parcourir avant d’arriver à complètement s’affirmer sans ressentir le besoin de fuir ni de tout accepter.

C’est ainsi que plusieurs jours après avoir tourné la dernière page du roman, il m’arrive d’avoir une pensée pour lui comme s’il était difficile de dire définitivement adieu à un ami. Il faut dire que la finesse avec laquelle l’auteur nous fait entrer dans la vie de ce personnage donne presque l’impression aux lecteurs de le connaître réellement.

En plus de la qualité de la plume de l’auteur, j’ai adoré les dialogues. Je déplore régulièrement un manque cruel de fluidité et de naturel dans ce domaine. J’ai donc été enchantée de découvrir des dialogues réalistes qui auraient pu être échangés dans la vraie vie.

La seule chose qui m’a moins convaincue dans le roman est la raison qui a poussé Mock à disparaître. Je ne peux pas détailler les raisons de mon scepticisme sans vous spoiler, mais ça m’a somme toute semblé être tiré par les cheveux. Cependant, je dois reconnaître que ça ressemble bien à cet homme qui nous apparaît, à travers les yeux de Maud et Emmanuel, aussi brillant que torturé.

Enfin, et c’est bien sûr une opinion toute personnelle, j’aurais adoré voir Ti-Gwen en couverture, cette maison d’apparence abandonnée et délabrée étant un peu à l’image de l’amitié unissant Emmanuel et ses amis, partie en déliquescence faute d’entretien…

En conclusion, Albédo est un roman plein de sensibilité où la psychologie des personnages et en particulier celle de Nil est mise en valeur par la finesse de la plume de l’auteur. Dès les premières lignes, les lecteurs sont embarqués dans cette histoire de disparition qui, en plus d’être mystérieuse et porteuse de nombreuses questions, est aussi l’occasion de nous offrir un voyage dans une histoire d’amitié conjuguée au passé et au présent.

Vous pouvez acheter ou lire les premiers chapitres du roman sur le site des Éditions Fin mars début avril.

Votez « Moi d’abord » !, Roger Price

Votez "Moi d'abord"!

Je remercie Babelio et les Nouvelles Éditions Wombat pour la découverte de Votez « Moi d’abord » ! de Roger Price, reçu dans le cadre d’une opération masse critique Babelio.

PRÉSENTATION ÉDITEUR

dsc_0618

La politique vous ennuie ? Ce livre est fait pour vous !

Du premier politicien préhistorique, un certain Blab le Lourdaud, aux campagnes télévisées modernes, le professeur Price révèle la logique absurde du système électoraliste, qu’il pousse à l’extrême en fondant le parti « Moi d’abord ». Son credo : le pur intérêt égoïste.
Invitant tous les électeurs avides à le rejoindre, il livre son programme et expose ses techniques de trucage des urnes, l’art de gérer les conférences de presse d’un candidat débile, mais aussi les manières de se défendre face à la menace des petits hommes verts…
Déjà inventeur de la désopilante théorie « pro-fainéantise » de l’Évitisme (Le Cerveau à sornettes), l’humoriste loufoque Roger Price signe ici une parodie décapante de manifeste politique, sapant avec un humour absurde et acerbe les fondements de notre système.

  • Broché: 192 pages
  • Editeur : WOMBAT EDITIONS (5 janvier 2017)
  • Prix : 18€

AVIS

Ayant une vision plutôt pessimiste de la politique, j’ai tout de suite été intriguée par ce livre qui semblait l’aborder de manière humoristique. Sur ce point, je n’ai pas été déçue.

Tout est loufoque dans ce livre à commencer par la raison de la création de la politique selon l’auteur : avoir la possibilité d’avoir une femme pour un tailleur de silex ambitieux, Marvin Ouk, condamné au célibat dans un village où seul le chef avait ce privilège ! Vous me direz, il en faut bien une et celle-ci n’est pas forcément pire que les raisons qui poussent certains de nos élus à se lancer en politique…

J’ai également adoré la manière dont Roger Price met en avant le rôle de l’apparence en politique au détriment de l’intellectuel :

« Martin se serait bien présenté comme candidat, mais il savait que personne n’aurait envie de voter pour lui. Il n’était pas votogénique. D’abord, il était physiquement peu attrayant, même au regard des critères très peu exigeants de l’époque. Ensuite, depuis qu’il avait inventé la roue, on le considérait comme quelqu’un d’intelligent, autrement dit quelqu’un d’instable et de radical. « 

« Tu as du charisme et de l’aplomb, dit Marvin. Et puis, dans la tribu, tu es celui qui parle le plus fort. (Sans le savoir, Marvin venait de définir pour la première fois ce qu’on appelle aujourd’hui la « personnalité »). « 

Après une petite introduction sur l’origine de la politique, on découvre un directeur de campagne soutenant un candidat pour le parti Moi d’abord à la ligne politique claire et franche : se faire élire et s’en mettre plein les poches. Et c’est juste brillant ! Les amoureux de la politique s’en offusqueront peut-être, mais j’adore ce concept qui traduit clairement ce que les affaires de détournement de fonds récurrentes et de favoritisme peuvent finir par nous laisser penser.

Et les idées du parti sont plus cyniques les unes que les autres. Citons la proposition de faire cracher les pauvres par un impôt sur le revenu, certes progressif, mais dans l’autre sens. Imaginez, avec une faible imposition sur les revenus les plus élevés, les riches préféreront payer leurs impôts plutôt qu’engager des fiscalistes, question de rentabilité. Quant aux pauvres, en les imposant fortement, ils seront motivés pour travailler plus et participer à l’effort collectif au lieu d’user et d’abuser de l’aide sociale. Cynique, je vous dis…

dsc_0622

Pour nous prouver le bien-fondé du parti Moi d’abord, l’auteur utilise des concepts a priori sérieux comme les statistiques ou encore la psychologie pour mieux les tourner en dérision avec un raisonnement par l’absurde qu’il semble maîtriser à merveille. Il nous offre même une version très « Moi d’abord » de la célèbre fable Le Lièvre et la tortue avec une morale très loin de l’originale. Comme quoi, « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » pour le meilleur ou pour le pireet avec notre directeur de campagne, ça semble bien souvent pour le pire. 

Grâce à ce dernier, nous apprenons même toutes les ficelles pour mener à bien une campagne électorale en passant de la meilleure manière de photographier son candidat à la propagation de rumeurs malveillantes sur ses concurrents ou encore la manière de trafiquer une machine à voter.

Alors oui, l’auteur se veut volontairement excessif et provocateur ; c’est d’ailleurs ce qui est savoureux. Les propositions du parti Moi d’abord parodient tellement les comportements des hommes politiques, qu’on en viendrait presque à les défendre, j’ai dit presque… Il faut donc prendre l’ouvrage pour ce qu’il est, un livre qui, sous couvert d’humour et de cynisme, met néanmoins en lumière les nombreuses dérives politiques.

Si les hommes politiques en prennent pour leur grade, les citoyens ne sont pas non plus épargnés, le parti Moi d’abord mettant en avant la propension humaine à faire passer ses propres besoins avant ceux de la collectivité. Il souligne également certains défauts bien humains comme la paresse intellectuelle. De là à dire qu’on a les politiciens qu’on mérite, il n’y a qu’un pas que l’on franchira ou non, en fonction de ses propres convictions.

Pour ceux qui craindraient que le livre soit peu adapté au système politique français bien différent de celui des USA, pas de panique, l’homo politicus est un animal universel. La plupart des dérives dénoncées par l’auteur s’appliquent donc parfaitement à nos politiciens français. A noter également que si le livre date d’une soixantaine d’années, il ne semble pas avoir pris une ride et aurait très bien pu, à quelques détails près, être rédigé par un auteur de notre époque.

Les petits plus…

Le livre est agrémenté d’illustrations plutôt sommaires, mais en totale adéquation avec son contenu permettant d’en renforcer le côté comique :

A noter également, des notes de bas de pages régulières qui sont bourrées d’humour et qui m’ont faite, à plusieurs reprises, bien sourire voire rire. Oui, vaut mieux ne pas lire le livre dans un endroit public sauf, éventuellement, à vouloir engager la conversation sur le parti Moi d’abord, qui bien qu’américain aurait sûrement de l’avenir en France.

dsc_0623

Le seul petit bémol…

La seule chose qui m’ait un peu dérangée, c’est que dès le préambule est fait mention d’un précédent livre de l’auteur : Cerveau à sornettes. Alors on peut comprendre Votez « Moi d’abord » ! sans l’avoir lu, mais je préfère, autant que faire se peut, lire les choses dans l’ordre.

Cela m’a donc un peu frustrée même si ce n’est pas à cause du livre, mais plutôt en raison d’une certaine rigidité de ma part sur ce point.

couv_i21

Pour conclure, Votez « Moi d’abord » ! de Roger Price est une excellente surprise que j’aurais certainement ratée sans la masse critique Babelio. Par son style d’écriture simple, mais percutant et son cynisme à toute épreuve, l’auteur arrive à rendre son livre complètement addictif. Les thèmes abordés sont plutôt sérieux mais traités, en apparence, de manière tellement légère que vous ne verrez pas défiler les pages. N’ayez donc pas peur d’un ouvrage pompeux !

Je conseillerais cette satire à toutes les personnes ayant envie d’une lecture légère, mais porteuse de réflexion, sur le monde politique (politiciens et citoyens inclus). Écrit il y a une soixantaine d’années, ce livre prouve, les dernières élections américaines en étant un exemple frappant, que les choses n’ont pas forcément beaucoup évolué… Mais après la lecture de ce livre, vous serez au moins capable d’en rire ou d’essayer de faire évoluer les choses à moins que vous ne préfériez tenter la création d’un parti « Moi d’abord » !

 

Melody huit ans, deux vampires et l’apocalypse, Cloé et Tatiana

Melody 8 ans, 2 vampires et l'Apocalypse

J’ai été contactée par Tatiana sur Twitter pour découvrir Mélody huit ans, deux vampires et l’apocalypse, un livre auto-publié par Cloé et Tatiana. Je les remercie pour leur proposition d’autant que, comme vous le verrez, le livre m’a plu.

PRÉSENTATION

« La Fédération des Enchanteurs, c’est un ensemble de textes qui relate l’Histoire et les histoires d’une nation éponyme. Mélody, huit ans, deux vampires et l’apocalypse est, chronologiquement, le premier livre du corpus. Il prend place aux balbutiements de la Fédération, alors même que les Clans Sorciers amorcent la Grande Alliance qui aboutira à la naissance de la Fédération. »

Melody a huit ans et elle adorerait pouvoir jouer sous la pluie. Juste une fois. Mais la pluie est acide. La pluie fait fondre les choses et les gens. La pluie, c’est un truc de grands. Même sa mère, qui est pourtant la sorcière la plus forte du village, la craint. Alors que se passerait-il, si, un jour, l’averse ne cessait plus ?

Prix livre : 4,5€
Prix ebook : 0€

AVIS

L’histoire…

La couverture et le titre du livre forment un ensemble assez enfantin, mais c’est assez trompeur puisque l’histoire n’est pas particulièrement destinée aux plus jeunes des lecteurs. Les autrices conseillent d’ailleurs l’ouvrage à partir de 13 ans ce qui me semble plutôt justifié.

Elles ont imaginé un monde où l’inconscience humaine a fortement et durablement impacté le monde tel que nous le connaissons. Ainsi, la pluie n’est plus constituée d’eau, mais d’acide détruisant tout sur son passage. Il devient alors nécessaire de se protéger grâce à la magie. Difficile de ne pas voir dans ce postulat une critique, que je trouve d’ailleurs très juste, de la manière dont l’humanité traite la Terre et des conséquences à long terme.

D’autres thèmes intéressants sont également abordés dans ce petit livre comme la difficile question de l’éducation et notamment de savoir ce qu’il faut dire ou ne pas dire pour protéger ses enfants du monde extérieur. Dans l’histoire, on se rend compte que sous couvert de la protéger, les parents de Melody lui ont tout simplement menti toute sa vie sur une question pourtant essentielle à sa survie : l’origine des pluies. Cela lui confère une certaine naïveté que sa rencontre avec deux personnages aux dents pointues va un peu égratigner.

Je ne peux pas parler plus longuement de l’histoire sans prendre le risque de vous spoiler mais je peux néanmoins vous dire qu’elle se lit d’une traite d’autant que le style des autrices est très agréable. J’ai néanmoins regretté la brièveté de l’ouvrage qui se révèle assez frustrante : j’aurais tellement aimé en apprendre plus sur Melody et sa famille, les pouvoirs magiques, le village… Cloé et Tatiana ont posé les bases pour nous offrir un univers riche et détaillé ; j’espère maintenant qu’elles auront un jour l’envie de reprendre et développer l’histoire de notre jeune héroïne.

Melody, une enfant attachante …

J’avais un peu peur que Melody soit un personnage un peu idéalisé qui possède à 8 ans, la maturité d’une adulte. Heureusement, ce n’est pas du tout le cas, les autrices ayant dépeint un portrait réaliste de celle-ci. Certes, notre héroïne est intelligente, débrouillarde et très courageuse, mais elle reste une enfant avec ses peurs et ses crises de larmes. Je l’ai trouvée très touchante et suivrai donc avec plaisir ses éventuelles futures aventures.

En conclusion, Melody 8 ans, deux vampires et l’apocalyspe est une petite lecture sympathique que je ne peux que vous conseiller autant pour l’histoire que les personnages. Pour ma part, j’ai également été séduite par le fait que le livre soit écrit à quatre mains (exercice courageux et délicat) et par la démarche des autrices de proposer leur livre à prix libre, à partir de 4,5€ pour la version papier et 0€ pour la version numérique.

Liens pour télécharger gratuitement et/ou acheter la version papier.

Si vous lisez le livre, n’hésitez pas à envoyer un commentaire aux auteures qui apprécieront certainement d’avoir votre avis sur leur travail.

NOTE : 4/5

tat-1-208x300 portrait2-208x300

Tatiana et Cloé : Twitter, Facebook, Site Internet

In My Mailbox #1 : 8 nouveaux livres dans ma PAL

in-my-mailbox

« In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Les liens pour les participants francophones sont regroupés sur Lire ou Mourir.  »

J’ai décidé de participer au rendez-vous livresque In My Mailbox, mais pas forcément toutes les semaines. D’une part, je n’ai pas des nouveaux livres chaque semaine et d’autre part, je préfère parfois vous présenter mes nouvelles acquisitions selon une thématique précise. J’exclurai également, la plupart du temps, mes emprunts bibliothèque.

CADEAU

Mon compagnon m’a offert ce joli coffret sur lequel j’avais craqué lors d’une visite à la FNAC :

Bilbo Le Hobbit

PARTENARIAT

J’ai reçu Suite française dans le cadre d’un partenariat sur Livraddict. Je remercie les Éditions Gallimard pour cet envoi ainsi que pour la petite surprise, le livre Paris sera toujours une fête.

dsc_0619

CONCOURS

Durant le mois de décembre, j’ai participé à différents concours livresques. Voici les lots que j’ai gagnés et reçus dans la semaine :
  • Livre papier, l’anthologie Élément III : l’eau gagné sur la page FB de l’une des auteurs, Magali Lefebvre.  Je la remercie pour la rapidité de l’envoi, la jolie carte, le marque-page et la dédicace. J’aime beaucoup le format de l’anthologie qui permet de piocher un ou plusieurs textes selon ses envies et/ou le temps dont on dispose pour une pause lecture.

51x1wpjw6gl-_sy346_

  • Ebook : Les mondes d’Edesse de Madelline Toppnorth. La couverture a un petit quelque chose de mystérieux qui me donne envie de me plonger rapidement dans l’histoire. Je remercie l’auteure et la maison d’édition Lune-Écarlate pour cet ebook.

index

TROCS

Parrainée par Maureen du Bazar de la littérature, je me suis récemment inscrite à Troczone et j’ai ainsi reçu deux trocs :

dsc_0652dsc_0656

Alice au pays des Morts-Vivants me tentait beaucoup, mais je n’étais pas certaine d’adhérer au roman. Quant à Ace Attorney, c’est un peu par nostalgie du jeu sur DS que j’ai demandé à recevoir le premier tome de la série. Si ce tome me plaît, je lirai certainement la suite.

Bilan : + 8 livres dans ma PAL depuis le 01/01/2017

Et vous, votre PAL a grossi cette semaine ?

L’Eveil, Bastien Pantalé

41tw1gynl

J’ai découvert Bastien Pantalé à travers une interview publiée sur l’un de mes blogs favoris : Lectures Familiales.  C’est donc avec plaisir que j’ai accepté la proposition de l’auteur de me faire parvenir l’Éveil, sous format numérique, en échange de mon avis.

Je le remercie de sa confiance.

RÉSUMÉ

Entre petits boulots et découverte d’un monde riche en couleurs, Ethan est un jeune homme sans histoire qui porte un regard très personnel sur ce qui s’offre à ses yeux. Son goût pour l’observation – proche du voyeurisme – va être perturbé par sa rencontre avec une intrigante jeune femme.
Témoin malheureux d’un enlèvement, il va devoir choisir entre sa petite vie tranquille et sa responsabilité vis à vis de la victime. Au fil de l’enquête, Ethan se découvrira des facultés étonnantes et comprendra très vite que son implication est non seulement nécessaire mais douloureusement révélatrice.

  • Editeur : L’Intemporel (18 juillet 2014)
  • Prix : 2,99€
  • Autre format : broché

AVIS

Une lecture en dents de scie

J’ai pris un plaisir inégal durant la lecture de ce roman. La scène d’ouverture du roman m’a beaucoup plu car elle laissait présager une histoire mystérieuse avec pas mal de suspense.

Malheureusement, les pages suivantes ne se sont pas forcément conformées à mes attentes. Pendant le premier cinquième du livre, j’ai eu beaucoup de mal à m’intéresser à l’intrigue. J’ai d’abord trouvé que le mystère auquel je m’attendais n’était pas vraiment là ou du moins, pas sous la forme que j’espérais. Mais ce qui m’a le plus freinée dans la suite de ma lecture, c’est le style de narration auquel je n’ai pas du tout accroché.

J’ai en outre été quelque peu désappointée par les dialogues que j’ai trouvés bien trop romancés pour en être spontanés. C’est peut-être moi qui suis trop sensible aux dialogues car ce n’est pas la première fois qu’un roman me déçoit de ce côté-là. Cela me semble au final plutôt logique ; retranscrire la spontanéité des conversations n’est pas forcément un exercice des plus faciles.

Heureusement, à un peu plus de 20% du livre, j’ai commencé à être embarquée dans l’histoire d’Ethan qui prend un tour, dirons-nous, un peu plus rythmé. J’ai en outre beaucoup aimé le fait que l’auteur soit parti du postulat plutôt connu que l’humain n’utiliserait qu’une infime partie des capacités de son cerveau. Cette idée, plus que controversée, m’a toujours fascinée ! C’est donc avec ravissement que j’ai suivi l’aventure d’Ethan et des autres personnages dont les dons sont bien abordés même si j’aurais aimé que le livre soit un peu plus long afin que nous découvrions encore plus en profondeur l’étendue de leurs capacités…

La romance présente dans le livre ne m’a pas spécialement plu, mais je suis loin d’être objective puisque je n’apprécie pas d’en trouver dans les romans à quelques exceptions près. Je vous rassure, Bastien Pantalé nous a épargné le style Harlequin si on oublie les expressions du style « mon homme » qui m’ont fait dresser les cheveux sur la tête. Par contre, force est de constater que l’auteur a su exploiter la romance afin de la rendre nécessaire à l’intrigue.

De la psychologie des personnages…

Je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages même si j’ai trouvé leurs histoires respectives très touchantes. Toutefois, j’ai beaucoup apprécié la manière dont l’auteur s’est évertué à approfondir leurs personnalités et plus particulièrement, celle d’Ethan dont on suit parfaitement les cheminements de pensée. Si vous aimez les personnages à la psychologie travaillée, cet aspect du roman devrait certainement vous plaire.

La personnalité du « méchant » est en outre plutôt intéressante dans le sens où elle est tout en nuances. Il commet des atrocités inqualifiables et impardonnables, mais il est presque difficile de ne pas ressentir une certaine compassion quand l’on découvre la raison de ses actes. Cependant, le fait qu’il ne ressente lui-même aucune culpabilité fait vite oublier ce sentiment au profit d’une ferme condamnation et d’un sérieux questionnement sur sa santé mentale.

J’ai toutefois regretté certains stéréotypes comme la policière qui doit faire doublement ses preuves en raison de son sexe. C’est une réalité, et pas que dans la police, mais ça me donne un peu le sentiment d’une certaine facilité. Quant au meilleur ami, ses réactions m’ont quand même paru bien trop faciles et peu réalistes. A moins que ce soit mon côté très cartésien qui me joue des tours…

Le style de l’auteur

Si je n’ai pas tout apprécié dans le livre, j’ai quand même été séduite par la plume de l’auteur et sa fluidité. Les descriptions se lisent avec plaisir d’autant qu’elles apportent un vrai plus au roman.

Les détails scientifiques donnés sur les dons de certaines personnes laissent entrevoir un certain travail de recherche. La manière dont sont expliquées les capacités d’Ethan les rend d’ailleurs plutôt réalistes ou du moins, pas complètement saugrenues. Et pour une grande sceptique comme moi, c’est plutôt un compliment.

J’ai également trouvé que plusieurs thèmes intéressants étaient abordés, même brièvement, comme une certaine critique du modèle économique actuel ou encore du monde littéraire, la question de savoir si la fin justifie les moyens…

En conclusion, l’Éveil est un livre que je conseillerais à toutes les personnes ouvertes d’esprit qui aimeraient découvrir ce que des êtres humains utilisant de manière plus importante leur cerveau pourraient réaliser. Mais au-delà de cet aspect, ce roman devrait plaire à ceux qui aiment les histoires qui, en plus d’introduire un certain mystère et suspense, accordent une large place  aux descriptions et à la psychologie des personnages.

Enfin, si le roman est perfectible, il est à noter qu’il s’agit du premier livre de l’auteur et qu’à cet égard, on ne peut que louer la qualité de son travail. Je me pencherai donc avec plaisir sur ses autres ouvrages.

NOTE : 3,75/5

91xy6gzh-zl-_ux250_

Page FBTwitter Livres

Challenge Cold Winter – Challenge Littérature de l’Imaginaire – Challenge de Noël

894880mayuchallengec2_orig